Version classiqueVersion mobile

Les Européens dans les ports en situation coloniale

 | 
Jean-François Klein
, 
Bruno Marnot

Un chaînon manquant impérial ? Les Monneron, une fratrie d’armateurs au tournant du monde

An Imperial Missing Link? Monneron, a Shipowners Brotherhood in the turn of the World

Jean-François Klein

Résumé

La saga familiale des frères Monneron illustre toute la dimension que les cultures familiales et les réseaux de pouvoirs afférents sont capables de développer en termes d’influence et de mise en connexion du monde lorsque l’océan est davantage pensé comme un pont plutôt qu’un mur. L’histoire des Monneron présente aussi l’avantage de faire le lien entre l’avant et l’après colonial, à la jonction entre deux périodes, ainsi qu’entre deux mondes, celui de l’Atlantique et celui l’océan Indien. Ce travail sur une culture familiale permet de toucher au plus près les pratiques impériales (à l’échelle du monde conquis) et coloniales (locales), tout en gommant pour partie les coupures chronologiques induites par les changements politiques qui ne sont pas tous des bouleversements. Il permet, par la même occasion, de cerner comment s’organise, dans ce cas bien particulier, ce qu’il convient d’appeler un véritable système impérial familial.

Texte intégral

  • 1 Voir la traduction française : Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011, 687  (...)
  • 2 Conklin A. L., A Mission to Civilize: The Republican Idea of Empire in France and West Africa, 189 (...)
  • 3 Hobsbawm E., Ranger T., L’invention de la tradition, Paris, Édition Amsterdam, 2006, 370 p.
  • 4 Platania M., Savoirs historique et expansion coloniale française au XVIIIe siècle, thèse de doctor (...)
  • 5 Bonin H., Hodeir C., Klein J.-F. (dir.), L’esprit économique impérial. Réseaux et groupes de press (...)
  • 6 Klein J.-F., « Le Second Empire : une historiographie coloniale en situation ? Nouvelles perspecti (...)

1La réflexion menée ces derniers temps autour du concept d’empire, en particulier dans le dernier ouvrage de Frederik Cooper et Jane Burbank, Empires in World History. Power and the Politics od Difference (Princeton, 2010)1, qui reprend de façon synthétique et argumentée les théories émises durant la dernière décennie par ce qu’il convient d’appeler la New Colonial History et les New Imperial Studies, nous amènent à réfléchir sur la continuité de la forme impériale sur le temps long et, de façon tout aussi stimulante, sur les articulations spatiales et temporelles de ces organisations politiques qui dominèrent l’espace mondial. Pour notre part, nous nous interrogeons depuis quelque temps – et ce n’est que le début d’un chantier plus vaste que nous sommes en train de défricher – sur l’articulation, les héritages et les transmissions (ou non) entre ce que l’historiographie classique appelle les deux empires coloniaux de la France, celui « des rois », forcément esclavagiste et répressif, et celui forgé dans le creuset républicain, chargé de l’humanisme véhiculé par la fameuse « mission civilisatrice2 ». De fait, dans cette façon d’écrire, toute une période comprise entre 1789 et 1879 ne fut pas ou très peu travaillée par les historiens du moment colonial. La coupure idéologique ignore ainsi superbement toute la première moitié du XIXe siècle, comme s’il existait une coupure réelle – tant sur le plan chronologique que politique – entre l’empire colonial français d’Ancien Régime et cet hapax colonial « inventé » par la IIIe République triomphante. Cette historiographie dominante, celle de l’État-Nation républicain, ne pouvait s’écrire autrement. Cependant, comme il fallait faire un lien entre la France des rois et les héros de la République, entrés au Panthéon, ces « Invalides laïques », selon la belle expression de Jean-François Chanet, l’histoire des moments coloniaux de la France ont aussi leur téléologie politique. Parmi les héros coloniaux du passé, ancêtres imprévus d’un Savorgnan de Brazza ou d’un Auguste Pavie, se trouve la figure de Dupleix. Servant le discours républicain qui montre à travers lui l’incapacité de la monarchie à conserver ses territoires ultramarins et à reconnaître au gouverneur des Indes sa clairvoyance impériale, Dupleix fut transmuté en icône coloniale réinventée après coup3 et sous une forme pour le moins archétypale4. De fait, la nébuleuse que l’on appelle bien improprement « Parti colonial5 » avait besoin de ces héros d’hier pour créer le panthéon de leur maintenant. Ces assertions apparaissent aujourd’hui de façon criante dans la nouvelle historiographie du Second Empire et, plus particulièrement encore, pour tout ce qui concerne la politique coloniale de Napoléon III qui demande à être intégralement révisée6. Mais là n’est pas notre propos.

  • 7 Bayly C. A., Imperial Meridian: the British Empire and the World, 1780-1830, Londres, Routledge, 1 (...)
  • 8 Klein J.-F., Les maîtres du comptoir : Desgrand père et fils (1720-1878). Réseaux du négoce et rév (...)

2Dans ce chapitre, consacré à l’histoire des sociétés portuaires en situation coloniale, nous proposons au lecteur une plongée à travers une saga familiale, celle des frères Monneron. Celle-ci illustre, jusqu’à la caricature tant le modèle proposé ici est exceptionnel, toute la dimension que les cultures familiales et les réseaux de pouvoirs afférents sont capables de développer en termes d’influence et de mise en connexion du monde lorsque l’océan est davantage pensé comme un pont plutôt qu’un mur. La fratrie Monneron a aussi l’avantage, dans le cadre d’une réflexion plus vaste, de franchir le méridien impérial7 chronologique, faisant le lien entre l’avant et l’après colonial, à la jonction entre deux périodes mais, aussi, entre deux mondes, celui de l’Atlantique et celui l’océan Indien. Pour ce faire, nous nous sommes attachés à travailler non sur les régimes politiques mais sur les acteurs qui, contrairement aux régimes, traversent les périodes et forment un lien tangible et directement analysable pour saisir les continuités historiques. En travaillant ainsi une culture familiale, on touche au plus près des pratiques impériales (à l’échelle du monde conquis) et coloniales (locales), ce qui permet de gommer pour partie les coupures chronologiques induites par les changements politiques qui ne sont pas tous des bouleversements8 et, par la même occasion, cerner comment s’organise, dans ce cas bien particulier, ce qu’il convient d’appeler un véritable système. Pour se faire, nous analyserons classiquement dans un premier temps leur héritage familial puis le théâtre d’opération qui fut le leur entre la France métropolitaine et l’océan Indien tout en essayant, enfin, dans une dernière partie de mesurer l’influence qu’ils eurent sur leur temps.

DES HOMMES DE LA COMPAGNIE DES INDES ORIENTALES

  • 9 Une partie substantielle de cet article – qui n’est qu’une première esquisse d’un travail plus lar (...)
  • 10 Cubells M., La Provence des lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Éd. Maloi (...)
  • 11 La gestion des greniers à sel était affermée séparément jusque vers 1600 ; entre 1600 et 1635, le (...)
  • 12 Sur les familles d’Annonay et leurs liens, voir Klein J.-F., Les maîtres du comptoir…, op. cit.

3La famille Monneron est ardéchoise. Elle trouve ses racines dans le petit village vivarois d’Empurany, situé non loin de Tournon-sur-Rhône. Dès 1550, on la trouve établie à Chanas, non loin de Tain-l’Hermitage9. C’est là que naquit Antoine-Claude Monneron (1703-1791). Trente ans plus tard, ce protestant épouse en 1733 une catholique, Barbe-Catherine Arnauld (1718-1792), originaire de Nantes, avec laquelle il eut, en vingt-cinq ans, 20 enfants dont 8 moururent en bas âge. Chose rare pour l’époque, ils en conduisirent onze à l’âge adulte. Antoine Monneron est à la tête d’une belle fortune qu’il emploie au titre de contrôleur général des fermes du roi et siège comme avocat au parlement de Provence, présidé par Jean-Baptiste des Gallois de La Tour10. La Provence était alors pays dit de « petite gabelle11 » et le poste de receveur du grenier à sel d’Antibes qu’avait reçu Antoine Monneron lui permit de faire fructifier son patrimoine. En effet, généralement, le receveur était avant tout prêteur de deniers puisque l’État avait pour habitude de récolter l’impôt indirect avant que les fermiers généraux ne l’eussent encaissé. Comme nombre d’autres, Monneron se fit banquier. Sa fortune assurée, il cherche à se rapprocher de ses terres natales du Vivarais. En 1737, il prend la charge de lieutenant de juge de Tournon (l’équivalent de juge d’instruction) tout en restant avocat en Parlement. Deux ans plus tard, il achète la charge de receveur du grenier à sel d’Annonay. Conseiller du roi, il devint un important personnage du Haut-Vivarais et se lia avec les familles les plus puissantes d’Annonay, Chomel de Jarnieu, Montgolfier, Seguin, Desgrand et Boissy-d’Anglas12.

  • 13 Haudrère Ph., Les Compagnies des Indes orientales. Trois siècles de rencontre entre Orientaux et O (...)
  • 14 Vigié M., Dupleix, Paris, Fayard, 1993, 616 p.

4Le mariage d’Antoine Monneron est bien négocié. En effet, par sa mère, Anne-Catherine de Massac, Barbe-Catherine Arnauld, son épouse, est issue d’une puissante famille de Charente-Maritime, les Massac, affiliée à la famille de Joseph-François Dupleix, lui-même fils de René-François Dupleix et d’Anne-Louise de Massac. Le père de Dupleix était, comme son cousin Monneron, lui aussi fermier général. Il exerçait le titre de contrôleur général des Domaines du Hainaut tout en étant commissaire général de la Compagnie des Indes orientales fondée en 1664 par Colbert13. C’est sur l’un des navires de la Compagnie que le jeune Dupleix, âgé de 18 ans, découvre en 1715 les rivages des Indes orientales14. Dans le cas des frères Monneron, les liens familiaux de leur mère jouèrent évidemment un rôle déterminant dans leur carrière d’armateurs. Il convient donc de s’y attarder un instant pour mieux saisir les linéaments d’un réseau qui fut, sous la Révolution, absolument exceptionnel.

AU SERVICE DES DUPLEIX

  • 15 Martineau A., Bussy et l’Inde française (1720-1785), Paris, Société de l’Histoire des colonies fra (...)
  • 16 Haudrère Ph., La Compagnie française des Indes orientales…, op. cit., t. 2, p. 546.

5En juin 1749, alors qu’il n’a encore que quatorze ans, Charles-Claude-Ange Monneron (1735-1799), né à Antibes, quitte le Vivarais où il vivait avec ses parents et se rend à Saint-Quentin où il entre au service de son oncle maternel, le fermier général Dupleix de Bacquencourt. Outre ses occupations premières, Bacquencourt était aussi l’un des directeurs de la Compagnie des Indes orientales (CIO), dont le frère, Joseph-François Dupleix avait été nommé depuis 1742 gouverneur général de tous les Établissements français de l’Inde. La richesse du fermier général était, dit-on, proverbiale et lorsqu’en 1748 son frère fit lever le siège de Pondichéry, il donna des fêtes somptueuses qui marquèrent son époque. Le jeune Ange Monneron débute ainsi sa formation. Il travaille au bureau des correspondances mais en 1750, à la mort de Bacquencourt, il entre au bureau de la Manufacture des Tabacs de Dieppe, établissement appartenant depuis 1747 à la CIO, afin que ses dividendes subventionnent pour partie la Compagnie. Par ailleurs, il n’est pas inutile de rappeler que Dupleix de Bacquencourt, avant d’être fermier général, avait occupé le poste de directeur général des privilèges exclusifs du tabac et du café en Guyenne et Béarn. Le jeune Monneron continue ainsi en famille. À Dieppe, il connaît une rapide promotion : au bout de trois mois, à quinze ans, il devient commis aux écritures du contrôle. Durant ses quatre ans de présence, il acquiert des connaissances indispensables à sa carrière de négociant-armateur et commence à développer son propre réseau. En mai 1754, le marquis de Dupleix est rappelé en France par Machaut pour éviter une guerre avec l’Angleterre, après que le gouverneur général eut étendu, grâce à l’aide militaire et stratégique de Bussy, sa domination sur le Carnatic et le Deccan menaçant du même coup les positions de l’East India Company (EIC)15. C’est précisément à ce moment qu’Ange Monneron fait son entrée à Paris, au siège de la CIO, en tant que surnuméraire au bureau des livres, poste qu’il occupe jusqu’en 1757, apprenant à la lumière de la chandelle tous les secrets du métier. Jusqu’ici rien d’exceptionnel. Cette période de noviciat est des plus classiques et s’applique généralement à tous les jeunes gens engagés par la Compagnie qui doivent faire leurs preuves dans les bureaux de Paris avant d’être envoyés outre-mer16.

  • 17 Klein J.-F., Singaravélou P., de Suremain M.-A., Atlas des empires coloniaux aux XIXe-XXe siècles,(...)
  • 18 Chaussinand-Nogaret G., Choiseul (1719-1785). Naissance de la gauche, Paris, Perrin, 1998, 363 p.

6Fin décembre 1757, six mois après la bataille de Plassey et l’éclatante victoire de Robert Clive qui marque un véritable tournant dans l’histoire impériale mondiale17 et anticipe sur le traité de 1763, Ange Monneron est nommé à vingt-deux ans commis de second ordre et affecté à cette fonction au bureau de la Compagnie à Pondichéry. Émancipé par son père, le jeune homme est nommé sur place commis-juré au greffe du Conseil supérieur de la citadelle française dans l’Inde, fonction qu’il exerce jusqu’à la prise de Pondichéry par les Anglais en 1761. Fait prisonnier, il est débarqué en Angleterre en avril de l’année suivante avant d’être libéré quelques mois plus tard au cours d’un échange de prisonniers. Lorsqu’en 1764 Necker décide la fondation d’une nouvelle compagnie à charte, Ange Monneron embarque de nouveau à Lorient pour les Indes. Il prend son poste auprès de Jean Law de Lauriston, nommé gouverneur général des Indes orientales – dont le siège était Pondichéry – et commissaire pour le roi. Ange Monneron fut donc, sur place, l’un des nombreux acteurs qui permirent le redéploiement des intérêts coloniaux français décidés par le duc de Choiseul porteur d’un véritable projet impérial18. Porteur d’une stratégie globale, pour l’essentielle reprise au XIXe siècle par Napoléon Ier et son neveu Napoléon III, Étienne-François de Choiseul voyait juste. À ce propos, et pour étayer notre raisonnement, cet héritage de la « pensée Choiseul » est un des éléments clefs de notre débat sur les liens entre ce que l’on appelle – à notre avis bien à tort, le « premier » et le « second empire colonial français » – en particulier dans les liens quasi organiques qui sont tissés entre les Mascareignes (et en particulier l’île de France) et les Établissements français des Indes mais aussi, entre l’Inde et ce qui sera amené à devenir, un siècle plus tard, l’Indochine. Les capacités d’Ange Monneron, bien inséré dans les réseaux pondichériens, lui offrent l’occasion de gravir rapidement les échelons : il est nommé successivement sous-marchand puis secrétaire et, enfin, il entre le 11 février 1769 au Conseil supérieur de Pondichéry, dont la cité fut presque totalement rebâtie par les Français après le traité de Paris et en fait un simple comptoir.

  • 19 Butel P., « Les ports atlantiques français et l’océan Indien sous la Révolution et l’Empire, l’exe (...)
  • 20 Durand G., Klein J.-F., « Une impossible liaison ? Marseille et le commerce à la Chine (1815-1860) (...)

7Le climat aura pourtant raison de lui. En 1771, à 36 ans, il demande à rentrer se reposer en France. D’autant que, deux ans plus tôt, la Compagnie a été suspendue par Choiseul – ce qui ne l’empêche pas d’être lourdement grevée de dettes – et le commerce d’Asie est désormais ouvert au négoce privé. Ange Monneron se trouve alors à la jonction entre deux époques, celle du commerce à monopole (jamais réellement rétabli, même en 1785) – honnie par les négociants implantés à l’est du cap de Bonne-Espérance qui pratiquent le très rentable commerce d’Inde en Inde – et le négoce privé. Désormais, ce dernier ne cesse de prendre de l’ampleur. De nouveaux ports français, en plus de Lorient, s’ouvrent au nouveau marché de l’Asie, en particulier Bordeaux mais aussi, un temps, Marseille, sans pour autant que les guerres successives et les événements révolutionnaires qui freinent cet élan ne puissent l’éteindre19, ce qui lui permet de renaître sitôt le traité de Vienne ratifié20. Homme de la Compagnie, d’un système, Ange Monneron a préparé l’avenir, le monde nouveau qui s’affirme. S’il obtient de rentrer, il ne part pas définitivement et revient en 1783. Par ailleurs, les affaires qu’il a pu monter continuent sous l’autorité de ses frères cadets qu’il a incités à venir le rejoindre.

  • 21 Cité par Pitot A., Isle de France. Esquisses historiques (1715-1810), Port-Louis, Éd. E. Pezzani, (...)
  • 22 Celui-ci lui fut ensuite refusé. Lettre de Lagrenée à Monneron le cadet à Pondichéry, 15 août 1771 (...)

8De fait, trois de ses frères, Joseph (1736-1815), Louis (1742-1805) et Janvier (1854-1811) l’ont rejoint et se sont installés à l’île de France comme planteurs, armateurs et négociants. Louis navigue beaucoup et fait la navette entre Chandernagor, où il est installé comme négociant, et Port-Louis, où il pratique de la côte indienne aux Mascareignes un intense commerce d’Inde en Inde dont le rayon d’action se situe entre Canton et la mer Rouge. Quant au cadet, Antoine (1747-1801), lui aussi est né en Annonay où il s’était lié avec celui qui restera le grand ami de toute sa vie, le futur inventeur Étienne de Montgolfier (1745-1799), l’un des deux aérostiers, qu’il financera dans toutes ses aventures. Antoine fut probablement le plus aventurier des frères Monneron. Comme son frère Louis, il est capitaine-armateur, et gagne l’île de France en 1767 où la réputation de ses aînés l’avait précédé. À peine arrivé, la fin du monopole bouleverse ses plans : « La liberté est accordée à tout Français de faire le commerce à l’est du cap de Bonne-Espérance mais à condition que toutes les opérations aboutissent à Lorient21 », proclame-t-on. Le jeune Ardéchois bénéficie pourtant de la protection de ses aînés qui ont su tisser un beau réseau d’amitiés et d’obligés. En Inde comme dans les Mascareignes, tout le monde, à toutes les échelles de l’administration de la Compagnie, se rue vers les affaires. Antoine, comme ses frères, n’y échappe pas. Deux ans plus tard, il entre au service de l’intendant de Chandernagor et remplit plusieurs missions avant de se faire naturaliser Portugais en 1779, commandant ainsi des navires neutres inscrits au port de Goa. De là, il pratique un intense « trafic d’Inde en Inde » que les Britanniques appelaient « Country Trade », c’est-à-dire le cabotage entre l’océan Indien et les mers de Chine. Le jeune capitaine du Saint-Pierre d’Alcantara pratique ainsi un intense commerce alors même que la France est en guerre avec la Grande-Bretagne sans se faire appréhender par les bâtiments de la Royal Navy. Il peut ainsi, en 1771, tenter de vendre à Simon Lagrenée de Mézières, l’intendant général des Indes orientales, un chargement de blés22. L’habitude est prise. Les frères Monneron travaillent désormais ensemble et forment, à eux seuls, une puissante fratrie sur laquelle viennent s’appuyer leurs propres réseaux qui démultiplient la capacité d’agir des Ardéchois.

S’ENRICHIR EN SERVANT L’ÉTAT

  • 23 Haudrère Ph., « La Révolution de l’Inde n’aura pas lieu. Les Français dans l’océan Indien durant l (...)
  • 24 Butel P., « Réorientation du négoce français à la fin du XVIIIe siècle : les Monneron et l’océan I (...)
  • 25 Fichter J. R., So Great a Profit. How the East Indies Trade Transformed Anglo-American Capitalism,(...)

9En 1773, de retour en France, et après avoir pris soin de sa santé et renoué avec d’anciennes connaissances de vingt ans, Ange Monneron occupe le poste d’inspecteur de la Manufacture des tabacs de Paris. Cependant, après neuf ans de vie dans la capitale, le goût de l’Inde lui reprend. Les affaires d’Asie prennent de l’ampleur dans le cadre de la guerre d’Indépendance américaine et la spéculation bat son plein23. Les affaires de ses frères sont prospères, tous occupent une position marchande stratégique et complémentaire. Mieux encore, en France, la ferme des Tabacs désormais dirigée par Ange Monneron sert de relais bancaire parisien à Pondichéry. L’opportunité s’est présentée lorsque l’intendant général, Lagrenée de Mézières, lui demande instamment de jouer ce rôle. Parallèlement, ayant compris tout l’intérêt qu’il avait à tirer parti des Monneron, Lagrenée emploie Janvier Monneron comme relais avec Londres et les maisons de commerce anglo-indiennes, les Agencies Houses de Madras et de Calcutta où Louis Monneron opère régulièrement jusqu’au 12 février 1780, moment où les Anglais comprirent qu’il travaillait pour la France et le firent expulser du Bengale24. Peu de temps après, Antoine Monneron rentre au service de Lagrenée qui le charge de mission pour tisser des liens avec les Hollandais alliés aux Français contre l’Angleterre. En 1785, battant toujours pavillon portugais, il est envoyé auprès de Falk, gouverneur des Indes néerlandaises, pour tenter de briser la poussée britannique. La fratrie est désormais au cœur des relations commerciales et diplomatiques de ce qui reste de l’Inde française. Tous unis dans les affaires, chacun possédant son propre réseau d’agents, de clients et de d’associés, ils forment un véritable système commercial. De 1764 à la fin de la guerre d’Indépendance américaine, ils ont le loisir de faire l’apprentissage et de constater les dysfonctionnements mais aussi les avantages d’un « free trade » dont s’emparent les Américains dès 1783 dans l’océan Indien et en mer de Chine, allant jusqu’à bousculer les habitudes monopolistiques de l’East India Company25.

  • 26 Dictionnaire de biographie mauricienne.
  • 27 Cité par Chevalier Barthélémy Huet de Froberville, Mémoires pour servir à l’histoire de la guerre (...)
  • 28 Vincent R. (dir.), Pondichéry, 1674-1761. L’échec d’un rêve d’empire, Paris, Autrement, coll. « Mé (...)

10Le retour d’Ange Monneron à Pondichéry n’est pas fortuit. À Versailles, on compte sur sa longue expérience : il est nommé le 9 novembre 1881 commissaire ordonnateur des ports et arsenaux de la Marine aux Indes orientales, poste qu’il occupe jusqu’au 30 juin 178526. À son arrivée à Pondichéry le 2 avril 1782, il est nommé intendant général du comptoir. Un poste de premier rang, fort bien rémunéré, qui permettait de faire rapidement une belle fortune. Cependant, la ville est dans un piteux état et de nouveau occupée par les forces anglo-indiennes de 1778 à 1781. Le chevalier Huet de Froberville, membre de l’escadre de Suffren, en fait une description sinistre : « [Elle] n’est plus maintenant qu’un bourg informe […] au milieu d’un tas de ruines […]. Les fortifications sont détruites. Le gouvernement, l’intendance, quelques hôtels […] ne sont plus l’asile que de misérables pêcheurs27. » Ange Monneron retrouve ainsi une ville qui n’est plus que l’ombre de la splendeur qu’elle affichait sous Dupleix28. Sa citadelle avait été détruite suite au traité de 1763 et n’avait pas été reconstruite, sans parler des dégâts causés en 1778 lors de la résistance tenace de Bellecombe. Ange Monneron gère ainsi un amas de ruines et une population misérable qui survit péniblement. La charge est immense.

  • 29 Une pagode est une pièce d’or frappée à Pondichéry (dite aussi « pagode à l’étoile »). Elle vaut 2 (...)
  • 30 Monaque R., Suffren, op. cit.

11Venu pour assurer la défense des intérêts français dans cette partie du monde, ainsi que ceux de sa famille, le nouveau commissaire général de la Marine – qui a autorité sur les Mascareignes – entreprend de réorganiser totalement les établissements français dans les Indes et de ravitailler Pondichéry. Il envoie pour se faire des vaisseaux chercher du riz au Cap, au Bengale, à Ceylan et à Batavia. Acculé, il demande régulièrement de nouveaux subsides pour les hôpitaux au contrôleur général des Finances, Charles-Alexandre de Calonne. En dépit de ses courriers, restés souvent sans réponse et sans moyens, ce dont il se plaint à ses supérieurs, le gouverneur général Guillaume Léonard de Bellecombe, le marquis de Bussy et le ministre de la Marine et des Colonies, le maréchal de Castries. La situation des Français aux Indes est exécrable, Ange Monneron demande à être rappelé, expliquant que sans une trésorerie rétablie, c’est la famine qui menace les Établissements français dans les Indes. Pour tenir, il fait feu de tout bois et use de tous ses réseaux commerciaux. Ainsi, par exemple, en février 1784, il réussit à acheter une immense quantité de riz pour ravitailler la ville au prix de 30 000 pagodes, soit une somme de 255 000 livres29. Ange Monneron se lance dans des opérations plus ou moins fructueuses de vente des cargaisons de navires français dont il arrive à tirer quelques milliers de livres pour faire tenir la colonie en attendant l’arrivée des piastres qui doivent lui être envoyées depuis Lorient. Avec ses frères, il arme une flotte de corsaires qui ont pour mission de piller les navires de l’East India Company dans le but de ravitailler Pondichéry et l’île de France mais, aussi, d’affaiblir Albion dont ils perçoivent que le cœur impérial est déjà aux Indes orientales, anticipant ainsi sur ce que l’on appela plus tard le « Big Switch », la translation impériale britannique du continent américain vers le Raj. Aux flottes corsaires, ils mêlent les opérations financières interlopes, traitant indifféremment avec les Danois, les Hollandais ou les Portugais. Dans les comptoirs hollandais, où opère son frère Louis, les traites sur le Trésor s’escomptent mal. Il n’a pourtant guère le choix et accepte contraint des papiers commerciaux qui perdent jusqu’à 50 % de leur valeur, ce qu’on lui reprocha après coup. Heureusement, Louis Monneron travaille pour son aîné, chargeant tout ce qu’il peut pour ravitailler à la fois l’île de France, les Établissements français de l’Inde, l’escadre de Suffren ainsi que l’armée de Bussy30.

  • 31 Mézin L., Le Bouëdec G., Haudrère Ph., Les Compagnies des Indes, Rennes, Éditions Ouest-France, 20 (...)
  • 32 Haudrère Ph., L’Empire des rois, 1500-1789, Paris, Denoël, 1997, 478 p.
  • 33 Dermigny J.-L., La Chine et l’Occident…, op. cit.

12C’est pourtant, malgré l’ingéniosité des frères Monneron, un immense gâchis dont l’intendant général rend régulièrement compte à son ministre. Cette tension, le maréchal de Castries en a parfaitement conscience. Ancien syndic de la précédente Compagnie des Indes orientales instaurée par John Law, il est convaincu que seul le commerce à la Chine à Canton est alors rentable et nécessite un monopole31. C’est la raison qui le pousse, avec l’aide de Calonne, à fonder fin 1784 la Compagnie des Indes orientales et de la Chine. Dotée d’un capital de vingt millions de livres, cette société détient le privilège du commerce au-delà du cap de Bonne-Espérance, monopole confirmé par un arrêt du Conseil le 21 septembre 1786. Cependant, le monopole ne concerne pas les Mascareignes, les ports de l’île de France et de l’île Bourbon restant accessibles à tous les navires français32. La nouvelle compagnie installe ses bureaux parisiens à l’hôtel Massiac, place des Victoires, et prend possession des bâtiments, magasins et ateliers de l’ancienne compagnie à Lorient et à Marseille. Elle ouvre des comptoirs dans les établissements français (à Canton, à Pondichéry, sur les côtes du Bengale, de Coromandel et de Malabar, à Moka, à Mahé et sur l’île Maurice) et envoie également des correspondants dans les ports le long de la route maritime des Indes (de Lisbonne à Canton)33. Sur place la situation devient critique. Heureusement, en imitant dans les Indes la politique menée en métropole par le secrétaire d’État à la Guerre, Étienne-Charles de Loménie de Brienne, il arrive à faire quelques saisies qui lui offrent 212 000 livres, espérant procurer des liquidités à son successeur qu’il attend à chaque navire pour regagner la France.

  • 34 Nicolas Coutanceau (1730-1788) fut brigadier d’infanterie, inspecteur général des milices dans l’I (...)
  • 35 Jean-François de Moracin est né dans les Indes. Il est le neveu de Léon de Moracin (1710-1783) qui (...)
  • 36 Monaque R., Suffren, op. cit.

13Ne voulant pas se séparer d’un homme aussi précieux, le gouverneur-général Bussy nomme Ange Monneron, Nicolas Coutanceau des Algrains34 et Jean-François de Moracin35 pour étudier la reddition du port ceylanais de Trincomalee aux Anglais, dont Suffren avait pourtant repris le contrôle en 1782 mais qui avait été cédé aux Britanniques. Seul Monneron était favorable à ce revirement, la lutte contre les Britanniques exigeant des moyens considérables que les Français n’ont alors pas. En revanche, cette abdication ne doit être que temporaire. Il estime en effet que la France doit dès ce moment préparer la prochaine guerre, s’apprêter à employer une douzaine de frégates armées en corsaire pour faire tomber le géant d’Albion devenu colosse. Pour y parvenir, Monneron préconise de saper la puissance de l’ennemi en lui coupant systématiquement les routes. Visionnaire ? Oui et non. Si ce fut ensuite, précisément, la politique que suivirent les Français en employant de la sorte leur flotte reconvertie en corsaires mouillés à l’île de France – politique dont Robert Surcouf fut la figure emblématique de cette guerre de course destinée à épuiser les ressources de la Raj Company lors des temps troublés de la Révolution et des guerres napoléoniennes – cette stratégie était déjà celle de Suffren dix ans plus tôt. Le bailli, surnommé l’amiral Satan par les Britanniques, avait déjà parfaitement compris, dix ans plus tôt, tout l’intérêt qu’il pouvait avoir à couper la route commerciale des Indes et épuiser la flotte britannique par d’incessants coups de main, les obligeant à se tenir constamment sur leurs gardes et mobiliser des troupes en permanence, ce qui, à terme, devait devenir ruineux36. Mettre la main sur la flotte des Indes, c’était mettre la main sur la gorge de l’Angleterre.

UN SYSTÈME FAMILIAL CONNECTÉ À L’ÉCHELLE DU MONDE

  • 37 Gaudart E., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 538. Lettre de Monneron à Bussy, Pondich (...)
  • 38 Mantienne F., Les relations politiques et commerciales entre la France et la péninsule Indochinois (...)
  • 39 Abeydeera A., « Louis Monneron, agent de la France à Ceylan », Dix-huitième siècle, no 22, 1990, p (...)
  • 40 Butel P., art. cité, p. 68-69.
  • 41 Loc. cit.

14Ange Monneron n’est pas un défaitiste. Si la France ne conserve pas Trincomalee, qu’à cela ne tienne, il repoussera plus loin l’influence française, que ce soit dans l’empire d’Ava (Birmanie)37 ou auprès du roi de Cochinchine, Nguyên Phúc Ánh où Monneron fait expédier des navires pour y développer le négoce malgré la guerre civile qui règne dans ses États38. Cependant, sa santé est de nouveau altérée et il attend un successeur, continuant à équilibrer les comptes de Pondichéry tant qu’il est sur place. Dès qu’il le peut, il fait appel à ses frères dont les affaires se sont considérablement développées, mêlant intimement affaires privées et publiques. Il travaille en particulier avec Louis Monneron (1742-1805) qui, comme son frère Antoine, est entré au service de la CIO en 1769 comme marchand. Lors de la guerre d’Indépendance américaine, il est diplomate en poste à Ceylan, alors colonie de la VOC39. Inscrit comme marchand de la CIO à Chandernagor, il y a épousé le 15 juillet 1777 la fille du procureur du roi, Thérèse Élisabeth Guignace, qui lui donna quatre enfants dont deux survécurent. Louis Monneron a fait rapidement fortune. Selon Paul Butel40, il semble qu’une partie de la fortune prodigieuse de Louis Monneron, qui est estimée à plusieurs milliers de livres sterling, serait en partie due à la prise active de participation et de commissionnaire de l’Ardéchois à partir de 1776 dans les armements d’Isaac Panchaud, l’un des principaux financiers de la fin de son siècle et qui compta parmi les fondateurs de la Caisse d’Escompte. Louis Monneron sait prendre des risques : si l’association avec le financier anglo-suisse l’amène à perdre 12 823 livres en 1877, au même moment il investit dans l’armement de la Marguerite, navire de la firme Lucas et Arreau de Chandernagor qui embarque une grosse cargaison de 345 pièces de toiles à voile pour l’île de France. L’opération lui fait gagner 71 000 roupies. Pour se refaire de ses pertes au Bengale, il utilise en 1780 un navire danois, le Frederiknagor, qu’il conduit jusqu’à Djedda pour y charger une importante cargaison de café de Moka qu’il revend ensuite à Calcutta par l’intermédiaire de la maison juive Lewis Da Costa. Louis Monneron, comme d’autres négociants de Chandernagor, sait utiliser au mieux les réseaux financiers britanniques. Ainsi, à Djedda, où il avait l’habitude de trafiquer, il réussit à convaincre un négociant local, Ibrahim Gillany, à lui verser la somme de 18 000 écus d’Empire tirés sur une lettre de change d’une compagnie de marchands chrétiens ottomans installés au Caire, Magallon, Noël Ollive & Co41. L’isthme de Suez joue déjà un rôle prépondérant dans les liaisons avec l’océan Indien. Muni de cette somme, il entreprend, de concert avec Lewis Da Costa, une nouvelle spéculation sur les grains entre Madras et Calcutta, ravitaillant les loges britanniques alors en guerre avec la France. Ce qui ne l’empêche pas, durant deux ans et depuis le Bengale de l’East India Company à jouer un rôle prépondérant dans l’approvisionnement de l’escadre de Suffren mais, aussi, de Pondichéry et de l’île de France où il sait épauler ses frères. Suspecté à juste titre de double-jeu, Louis Monneron fait feu de tout bois sachant son avenir compromis au Bengale. À la veille de la saisie de ses biens par les Anglais, Louis charge ainsi son frère Pierre, armateur à l’île de France, d’une expédition de traite sur la côte du Mozambique afin d’embarquer 250 esclaves noirs. Le prix à la revente était escompté à 200 000 livres mais le naufrage du négrier dans le canal du Mozambique entraîne la faillite momentanée de son cadet. Le 12 janvier 1780, ses biens sont saisis et il est expulsé de Calcutta. Si l’aventure bengali tourne court, le temps du conflit seulement, ce qui indique que les réseaux commerciaux sont plus souvent mis en sommeil le temps d’une conjoncture pour être mieux réactivés par la suite davantage que rompus – pragmatisme oblige –, elle nous apprend aussi la complexité de ces milieux interlopes portuaires d’Asie où l’interconnexion est de règle et se joue bien souvent des questions de nationalités. Le profit est là où il se trouve si les acteurs du jeu commercial respectent un minimum de règles qui permettent de sauver la face de tous les protagonistes. L’utilisation de navires neutres n’est pas non plus une nouveauté mais dans le contexte particulier de la guerre d’Indépendance américaine, le procédé d’exceptionnel tend à se systématiser.

  • 42 Loc. cit.
  • 43 Voir Haudrère Ph., « La Révolution de l’Inde n’aura pas lieu… », art. cité.
  • 44 Gaudart E., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 605. Lettre de Suffren à Bussy, à bord d (...)

15Heureusement, Ange Monneron veille sur les siens. Le 26 janvier 1780, Louis est nommé par son frère aîné, alors intendant général des Indes orientales, agent de la Nation française au Cap. Il pense pouvoir se fournir en farines et salaisons pour ravitailler les colonies françaises ainsi que d’y charger les munitions navales amenées par des vaisseaux danois ou suédois qui assurent ainsi le transit d’Europe à la pointe de l’Afrique au nez et à la barbe des Anglais42. Il aurait ainsi pu avitailler l’escadre de Suffren mais aussi l’armée de Bussy qui arrive progressivement et en piteux état suite aux longs mois de mer. Cependant, le risque financier étant trop grand, Castries refuse. À ses dires, l’opération envisagée par Louis Monneron aurait permis d’économiser 700 000 livres à l’État royal. Cependant, à Versailles, la prudence est de règle, davantage qu’une meilleure gestion des comptes de l’État. Quoi qu’il en soit, l’idée formulée par Monneron a trop tardé pour être acceptée : l’ouverture des hostilités anglo-hollandaises en décembre 1780 la ruine définitivement. Il faut rebondir. Ceylan et la côte du Coromandel tenue par le meilleur allié des Français, Haidar Alî Khân, le père de Tipû Sultan, sultan du Mysore, devraient pouvoir fournir le riz nécessaire au ravitaillement des comptoirs français et des Mascareignes. Par ailleurs, dès septembre 1781, Louis Monneron est à Ceylan où il tisse avec Iman Willem Falk, le gouverneur général de l’île, une relation de confiance qu’il fait partager à Suffren lorsque celui-ci arrive dans les eaux indiennes, harcelant sans répit les flottes anglaises. Pour ravitailler les Mascareignes et l’Inde, il développe de nombreux projets tous aussi hardis les uns que les autres. Il s’agit d’acheter du blé à Bassorah, du riz à Pégu, sur la côte birmane, ou encore à Java en passant par Aceh, au nord de Sumatra où les Français ont su développer de bonnes relations avec le sultan. Cependant, les traites sur le Trésor royal français trouvent peu d’acquéreurs chez les Hollandais ou les Portugais. Un instant, Louis Monneron envisage d’envoyer au Pérou son frère Pierre pour y développer un important commerce de lettres de change et, surtout, pouvoir ramener en Asie assez de piastres argent pour acheter les denrées nécessaires aux civils comme aux hommes de troupes. Pierre Monneron, qui avait déjà réalisé deux fois ce type de transaction en temps de paix, aurait pu échanger pour 2 à 3 millions de livres convertis en piastres à ramener dans l’Inde. D’après Paul Butel, l’on ne sait pas si cette opération fut menée, les papiers n’en disant guère davantage. Cette affaire reflète pourtant l’inventivité et le caractère hautement spéculatif de ces opérations qui se multiplièrent pendant tout le conflit. Les frères Monneron brassent ainsi des sommes astronomiques nécessaires à toutes les opérations d’avitaillement et touchent à chaque fois une commission en rapport avec les risques encourus. Une des dernières opérations de ce genre est celle demandée par Ange Monneron lorsque celui-ci négocie en 1783 avec Lord Macartney, le gouverneur de Madras, la restitution des territoires suite à la fin de la guerre d’Indépendance américaine43. Louis fait ainsi envoyer du Bengale, où il avait gardé des contacts, 36 000 sacs de riz à Pondichéry. Son arrivée est un vrai triomphe. Sauvant la ville de la famine, l’opération lui vaut à la fois de beaux gains et une réelle popularité qu’il saura employer quelques années plus tard, sous la Révolution, lorsqu’il se fit élire député à la Constituante. Au même moment, mais cette fois-ci à la demande de Falk, Pierre Monneron est envoyé sur le navire portugais, le Saint-Pierre d’Alcantara, vendre dans le comptoir danois de Tranquebar « pour deux lacks de roupies de marchandises » ceylanaises pour le compte de Suffren et Bussy44. Il est aussi prévu d’y acheter du blé qu’il revend au prix fort.

  • 45 D’Unienville J.-R., « Monneron, Pierre-Antoine (1747-1797) », in Dictionnaire de biographie mauric (...)
  • 46 Gaudart C., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 783. Lettre de Monneron à Bussy, Aramgah (...)
  • 47 Ibid. Lettre no 859 ; Lettre de Blin de Grincourt à Marin, à Mahé, 8 octobre 1785.

16Comme ses aînés, Antoine Monneron (1747-1801) fait lui aussi du négoce. Lui aussi s’est marié dans les Indes. Le 25 novembre 1786, il a épousé à Port-Louis (île de France), Aurore de Laumur, fille de Michel de Laumur (1730-1794), ancien aide de camp de Lally-Tollendal et ancien commandant de Calicut. De ce mariage furent issus là aussi quatre enfants45. Comme son frère Louis, avec qui il est souvent en affaires, Antoine navigue aussi sous pavillon portugais dont on a vu qu’il avait acquis la nationalité en 1779, ce qui, durant la guerre d’Indépendance américaine, lui permit de vendre ses cargaisons aux agents de l’East India Company, tout en reversant les capitaux acquis à Pondichéry « dans la caisse du roi de France », écrit-il à son frère, et se faisant rembourser en lettres de change. Lorsque commence à être ébruité le fait que lesdites lettres de change doivent être escomptées à 4 %, Charles-Ange Monneron plaide pour son frère, expliquant que ce n’est qu’un juste retour des choses car son aide fut indispensable. D’autant qu’en 1784, Charles-Ange Monneron avait emprunté d’office 80 000 roupies à son frère qu’il avait versé dans la « caisse du roi » en promettant à son cadet de le rembourser lorsqu’il le pourrait46. En 1785, c’est Antoine Monneron, qui reconnaît officiellement le comptoir de Mahé qui, après d’intenses tractations, vient de revenir à la France. Le comptoir est dans un état déplorable, pire encore que Pondichéry : « Les Anglais et les gens du nawab n’ont, pour ainsi dire, pas laissé pierre sur pierre47. » Là encore, les Monneron agissent en tant qu’agent consulaire. Ils pratiquent sans cesse le mélange des genres, mêlant à la fois le négoce tout autant que la diplomatie. Ceci est tout à fait révélateur de la façon dont ils travaillent et, aussi, des faiblesses de l’État colonial sans cesse obligé de trouver dans le privé des expédients à son incurie. Ceci est encore plus flagrant outre-mer que dans le royaume métropolitain. Cependant, si argent public et argent privé ne font qu’un lorsque les temps sont durs, les Monneron ne semblent pas non plus avoir détourné ces fonds. Cela aurait été trop risqué.

  • 48 Voir Klein J.-F., Les maîtres du comptoir…, op. cit.

17De fait, ils n’en ont pas besoin : si le système d’entraide qu’ils ont mis au point fonctionne, les profits réalisés sont colossaux. Pourquoi diable prendre des risques inutiles ? C’est un véritable système d’entraide qu’ils ont mis en place, comme on en observe d’autres au même moment en Annonay48. Mais comme tous les systèmes, il n’est pas sans risques : Ange Monneron tire des traites sur son frère Augustin (1756-1826) qui vient de s’établir comme banquier à Paris. Celui-ci les négocie à Madras avec une perte qui ne dépasse pas 21 % (alors qu’Ange escompte à près de 50 % de pertes à Pondichéry) ; en échange, il remet à son frère des lettres de change sur le Trésor de la Colonie perdant 45 %. La différence profite ainsi à la Caisse des Indes gérée par Ange Monneron. Cependant, le risque n’est pas moindre. En effet, si les lettres de change demeurent impayées, c’est la banqueroute pour les frères Monneron. La guerre d’Indépendance américaine fut cependant pour eux l’occasion d’amasser une fortune considérable que Louis Monneron estime s’élever, sans forfanterie, à près de 15 millions de livres. C’est l’une des plus grandes fortunes de son temps.

  • 49 Celui-ci est particulièrement connu pour l’ambassade dont il fut porteur auprès de Qianlong, l’emp (...)
  • 50 Monaque R., Suffren, op. cit.

18À la fin de l’année 1784, Ange Monneron, que l’âge épuise, fait connaître son désir de rentrer en France mais son ministre refuse : il a besoin de lui aux côtés de Bussy pour négocier au mieux avec le gouverneur anglais de Madras, Lord Macartney, le peu que la France puisse obtenir dans la région49. La situation est de plus en critique financièrement. Dans une lettre à Bussy, Ange Monneron fait part, le 1er août 1784, à Bussy de la difficulté qu’il va avoir à payer les troupes et il craint des troubles. Une nouvelle fois, l’Ardéchois est de toutes les tractations. Sa connaissance des hommes, des réseaux commerciaux, des adversaires le maintient à sa charge. Le ministre ne veut rien entendre. Au contraire : après l’avoir obligé à rester encore quelques mois, il lui donne ensuite de l’avancement et le nomme ordonnateur de l’île de France alors qu’il est remplacé à Pondichéry par Coutanceau. C’est désormais l’île de France qui est devenue le centre politique des possessions françaises dans l’Inde. La Bourdonnais l’a emporté sur Dupleix. À peine touché terre à Port-Louis au début 1786, Ange Monneron obtient la permission de rentrer en France. Après une semaine auprès des siens, il regagne Paris pour rendre des comptes. Les affaires indiennes le rattrapent. Son frère Louis est alors impliqué dans une affaire sensible. Lorsqu’il travaillait pour la France (et ses frères), il aurait acheté au domaine royal à moitié prix un vaisseau pris aux Anglais. Il est finalement blanchi par Suffren en personne. Le bailli rappelle que sans Louis Monneron, il n’aurait jamais pu mener à bien ses opérations et que c’est bien à l’intrépide Ardéchois qu’il doit ses relations avec Falk, le gouverneur hollandais de Ceylan et que, sans Louis Monneron, Pondichéry aurait sans doute subi une terrible famine, l’Ardéchois ayant pris sur l’ennemi ce dont les Français avaient tant besoin50. Si l’affaire Monneron est close, la réputation de spéculateur de la fratrie ne fait que commencer.

UNE FAMILLE VOUÉE À L’EMPIRE DU ROI

  • 51 Haudrère Ph., « La Révolution des Indes… », art. cité, p. 153-170.
  • 52 Haudrère Ph., La Compagnie française…, op. cit., p. 825.

19Profitant de la guerre d’Indépendance américaine, la France avait rétabli sa position dans les Indes51. Avec une organisation fondée sur la liberté des échanges entre les Mascareignes et la métropole, le commerce de l’Inde et de la Chine étant assuré par la Compagnie des Indes et de la Chine jouissant d’un quasi-monopole délivré par une charte royale, les Français prennent de nouveau le pas sur les Hollandais et vont jusqu’à menacer de nouveau la suprématie anglaise52, notamment en nouant d’étroites relations diplomatiques avec de puissants seigneurs indiens et dans la péninsule Indochinoise. Comme Louis, Antoine Monneron pratique commerce et représentations diplomatiques. Il joua ainsi un rôle important dans les opérations menées par la France afin de restaurer son influence en Asie. Il se rendit ainsi en mission à Batavia à la demande de M. de Cossigny, brigadier du roi, gouverneur de Pondichéry et des établissements français dans les Indes pour y développer les affaires avec les possessions javanaises hollandaises. Sa mission menée à bien, Cossigny lui confia un poste encore plus important, celui de gagner la confiance de Tipû Sultan (1744-1799), le fils d’Haidar Alî Khân (1720-1782), le sultan du Mysore, pour l’inciter à s’allier de nouveau à la France alors que Bussy avait laissé son père attaquer seul les Anglais, alors que celui-ci fournissait aux troupes françaises des denrées indispensables. L’aide en matériel et en hommes envoyés par la France était cependant resté à l’état de projet. De plus, les Français étaient les débiteurs du Mysore pour la somme considérable de 7 à 8 millions de livres de fournitures que le sultan avait fait livrer aux établissements français dans les Indes. Jusqu’alors rien n’avait été encore payé. C’est dire tout le talent diplomatique qu’Antoine Monneron dut déployer dans cette délicate mission. Le but qui lui était assigné était soit convaincre Tipû Sultan de le rembourser en matériel de guerre, soit de renoncer à sa créance sur la France.

  • 53 De Valence F. (dir.), Le voyage extraordinaire d’un capitaine de dragons chez Hyder Ali Khan (1769 (...)
  • 54 Il s’agit de l’un des navires de son frère Janvier, armateur à Port-Louis.
  • 55 Hasan M., History of Tipû Sultan, Delhi, Aakar Books, 2005, p. 123 sqq.

20C’est finalement à ce dernier parti qu’Antoine Monneron réussit à amener le puissant sultan du Mysore. L’autre volet de sa mission était aussi de s’assurer de la loyauté de Tipû Sultan à l’égard de la France, continuant ainsi la politique qu’avaient menée les diplomates et les officiers français envoyés auprès de son père, Haidar Alî Khân, dont Suffren était devenu un des interlocuteurs privilégiés53. C’est aussi sur les conseils d’Antoine Monneron que le sultan du Mysore se décida en 1787 à envoyer à Paris ses quatre ambassadeurs et leur suite qui furent transportés en France sur l’Aurore, navire affrété à l’île de France et dont Monneron avait le commandement. Le souverain du Mysore souhaitait obtenir de la part du gouvernement français une alliance plus effective que celle qu’il avait eue des Français de Pondichéry en 1780-1784, lorsque son père s’était interposé entre les troupes anglo-indiennes et celles du comptoir de Mahé, lançant son sultanat dans une guerre implacable contre les Britanniques. Alors que les forces du Mysore menaçaient jusqu’à la suprématie anglaise dans les Indes, les Français n’avaient su tirer avantage de cette position et avaient laissé l’armée du Raj Company se renforcer. Cependant, en dépit de l’ambassade du sultan envoyée en 1788 à Versailles et conduite en personne par Antoine Monneron sur l’Aurore54, le gouvernement royal, dont les finances sont au plus mal, refuse l’alliance avec Tipû Sultan dans les Indes55. Une première mission, envoyée via Constantinople, avait dû être annulée. En dépit des efforts du sultan, la proposition d’alliance offensive et défensive portée par les trois ambassadeurs reçus par Louis XVI en août 1788 reste lettre morte. Celle-ci n’est pas sans faire penser à celle qui venait d’être éconduite, l’année précédente, portée par Mgr Pigneau de Behaine, envoyée par Nguyên Ánh, le Vuong (roi) de Cochinchine, qui offrait à la France, en échange de son aide militaire dans sa lutte à mort contre les frères Tây Son, la sécession de l’archipel de Poulo Condore et le quasi-monopole du commerce dans la baie de Tourane, sur les côtes vietnamiennes. Les ambassadeurs du Mysore comme ceux de Cochinchine revinrent sans avoir rien obtenu de Louis XVI dont les finances sont au plus mal et qui ne peut se permettre une nouvelle guerre avec Londres. Furieux de cet échec, le sultan du Mysore aurait fait décapiter les trois ambassadeurs infructueux.

  • 56 Klein J.-F., « L’ombre de Dupleix plane sur la Constituante. La stratégie indienne de Louis Monner (...)
  • 57 Au cours de l’expédition, il découvrit une île dans la mer du Japon, qui fut baptisée « île Monner (...)
  • 58 Monneron P.-A., « Mon Odyssée », La Revue de Paris, no 4, juillet 1907, p. 569-597.

21Pour Antoine Monneron le choc fut rude. Il souhaitait, comme d’ailleurs tous ses frères, la restauration d’une Inde française forte, comme leur cousin Dupleix l’avait fondée56. Dans cette affaire, il avait parié gros et y perdit à la fois en prestige et en capitaux. De plus, il venait d’apprendre la disparition de son frère cadet, Paul-Méraud (1748-1788), capitaine d’artillerie du Génie qui, après un beau début de carrière à la Guadeloupe où il reconstruisit les fortifications des Saintes, et après s’être illustré dans l’expédition de la baie d’Hudson (1782) aux côtés du comte de Lapérouse, s’était par la suite engagé dans l’expédition circum-mondiale conduite par Jean-François de Galaup avec le titre d’ingénieur en chef de l’expédition et dont on sait aujourd’hui qu’elle sombra en 1788 au large de Vanikoro57. Quelques années plus tard, après avoir connu une première faillite financière retentissante en 1791, Antoine Monneron tenta vainement en 1792, et après maintes tribulations – qui sont relatées dans Mon Odyssée58 –, de joindre Tipû Sultan afin que celui-ci lui rembourse les frais de l’ambassade. Il faut dire que, lâché par la France, le souverain du Mysore était alors aux prises avec les troupes de Lord Cornwallis qui imposa trois millions de roupies comme réparation de guerre et la prise en otage à Madras de deux de ses fils. Le conflit entraîna la perte de nombreux territoires pour le Mysore, territoires que s’approprièrent les Marathes, le Nizâm du Deccan et la présidence de Madras, renforçant du même coup les bases de l’East India Company, laissant s’éloigner encore plus toute espérance de restaurer l’empire de Dupleix.

  • 59 Bouchet P., Les Monnerons. Histoire d’un monnayage, Paris, Éditions Les Chevau-Légers, 2010, p. 30

22Quant au dernier des frères Monneron installés dans les Indes orientales, Joseph Monneron (1736-1815), celui-ci s’était installé sur le domaine de Minissy, dans l’île de France, sur la paroisse de Pamplemousse, dans le quartier Moka comme planteur de café tandis que les benjamins, Louis (1742-1805) et Janvier (1754-1811), l’y rejoignaient. Ils fondèrent au Port-Louis, en association avec un capitaine bordelais de la marine marchande, Jean-Baptiste Piriou de Lézongard, une affaire de construction de marine qui employa, sous la raison sociale Établissement des frères Monneron, près de 300 esclaves et ouvriers non loin des casernes du port. Dans leur petit arsenal privé, ils arment en relation avec les Malouins, des lougres corsaires, petits trois mâts d’une vingtaine de mètres de long, réputés parmi les plus rapides de la région59. Parallèlement, les trois frères s’étaient associés pour acheter une autre plantation, située non loin de la gare centrale de Port-Louis, qui leur permit, outre les bénéfices dégagés par les affaires d’armement, d’importants profits. En 1789, alors que gronde la Révolution, Janvier fit un voyage en métropole, dans la crainte que les intérêts de sa maison ne fussent compromis par les événements. Par ailleurs, il devait organiser d’importantes opérations commerciales entre Bordeaux et Port-Louis. Il se lie en affaires avec François Cabbarus, futur ministre de Charles IV et l’un des banquiers espagnols les plus influents de son époque, fondateur de la Banque centrale espagnole. L’idée tourne autour d’un important trafic de piastres – seule monnaie qui ait cours dans l’océan Indien et en Chine – qui se fit à l’échelle planétaire. On n’en sait guère plus sur cette affaire, si ce n’est une première connexion établie avec la Real Compañia de Filipinas fondée en 1783. Les frères Monneron se trouvent ainsi impliqués dans un réseau transnational impressionnant qu’il reste encore à découvrir. Les communications se trouvant interrompues pour cause de guerre, Janvier ne put regagner l’île de France aussi vite qu’il l’aurait souhaité. Son séjour est l’occasion d’un très bref mariage en 1793 avec Aimée Mézereon qui meurt en couche au début de l’année suivante en donnant au monde leur fille Lucille. Monneron se remarie aussitôt à Louviers, le 18 brumaire an III (8 novembre 1794), avec Marie-Élisabeth de Lançon de Lostière à qui elle donna cinq enfants, ce qui ne l’empêcha pas d’adopter la première née de celui qu’elle venait d’épouser. Née au château de Versailles où son père était écuyer de main de Louise de France, la jeune femme savait tenir salon et le sien fut, dit-on, une fois installée en leur propriété de Menissy, le plus couru de l’île. Elle y recevait les gouverneurs et hauts fonctionnaires, belle marque de l’entregent acquis par son époux et de leur position sociale, au sommet de la hiérarchie coloniale insulaire.

  • 60 Sur la fortune des Monneron et leurs réseaux financiers, ibid. Très pratique, cet ouvrage de numis (...)
  • 61 Butel P., « Réorientations du négoce français… », art. cité.

23À la veille de la Révolution, les frères Monneron avaient acquis tout à la fois une fortune considérable – on disait que celle d’Antoine approchait les 25 millions et celle de Louis les 15 millions60 – un réseau particulièrement étendu et efficace et, surtout, une expérience à l’échelle de l’empire colonial français, en particulier dans l’océan Indien. La période révolutionnaire leur donne l’opportunité de prendre toute la mesure de la dimension qu’ils ont acquise en moins d’une génération61.

FAIRE NAÎTRE UN EMPIRE COMMERCIAL DU CHAOS RÉVOLUTIONNAIRE

24En effet, la Révolution est l’occasion pour les frères Monneron d’apparaître en pleine lumière. Lorsque le 17 juin 1789, à Versailles, les députés s’érigent en Assemblée nationale constituante, Ange, Louis et Antoine Monneron y figurent comme députés. Le premier représente leur ville d’Annonay, le deuxième celle de Pondichéry, tandis que le dernier, Antoine, est député du Tiers de l’île de France. Les affaires financières et coloniales sont celles où ils s’illustrent le plus et démontrent clairement que, par le biais des réseaux – familiaux, politiques et d’affaires –, la colonie peut parfaitement intervenir au plus haut degré de l’État métropolitain, qu’il soit royal ou républicain.

25L’aîné de la fratrie, Ange Monneron, revenu en France, est chargé avec l’un de ses proches, le comte Boissy-d’Anglas, de représenter la sénéchaussée du Vivarais aux États généraux de 1789. Profitant de la vente des biens du clergé, il achète comme bien national le château-monastère des Célestins à Colombier-le-Cardinal, en Ardèche, qui fait de lui un notable établi sur ses terres. Il en profitera peu. Le patriarche, âgé de quatre-vingt-sept ans s’éteint l’année suivante. Entre-temps, il aide encore ses frères à monter et développer leurs affaires en métropole. Jouant de leurs relations avec François Cabarrus, qui leur ouvre d’importants réseaux en relation avec Amsterdam, devenu le grand port des marchandises exotiques, les frères Monneron développent toute une série de comptoirs dans les principales villes de France pour y écouler leurs marchandises venues des Indes néerlandaises, des Indes orientales et des Mascareignes, mais aussi de la mer Rouge. Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Nîmes mais aussi Rouen et Strasbourg entrent ainsi dans leur système commercial, places toutes interconnectées avec des antennes installées à Londres et Amsterdam. Pour vendre et acheter, ils ont, comme tous les commerçants du moment, un criant besoin de liquidités. Effrayé par les dettes contractées par le royaume et par le manque de liquidités, les caisses de l’État royal étant vides, le 1er août 1789, Ange Monneron appelle de tous ses vœux à la tribune de l’Assemblée – sur le modèle de la Banque d’Angleterre – la création d’une Banque de France qui représenterait et gérerait les intérêts de la nation et qui émettrait, comme jadis la banque de Law de 1720, du papier-monnaie. Cependant, celle-ci serait désormais garantie par l’État, représentant la nation. Un tel établissement ne pouvait fonctionner selon la confiance que le peuple des citoyens mettrait dans un tel appareil et reposait sur le sens civique de chacun. Monneron l’aîné avait vu juste : du fait de la crise financière, les 19 et 21 décembre 1789 il est prévu l’émission d’assignats portant intérêt à 5 %, remboursables sur le produit de la vente des biens du clergé et garantis par les biens nationaux. Finalement, et contrairement à ce que l’on peut lire souvent, les premiers assignats ne seront émis qu’en juin et août 1790 et ne rapportent que 3 %. Cette première émission comprend trois valeurs : 200, 300 et 1 000 livres. Cependant, le manque de confiance du public, l’administration de ses biens laissés au clergé et l’émission de faux assignats concoururent à la perte de ce système. Devenus simple papier-monnaie, au printemps 1790, peu de temps après leur émission, les assignats ne donnent déjà plus le moindre intérêt. Le député vivarois restait, d’ailleurs comme ses frères, persuadé que l’augmentation de la masse monétaire en circulation était le seul moyen d’obtenir une réelle prospérité. Dès septembre 1791, Ange Monneron demande à l’Assemblée de réduire l’émission des assignats de plus de 50 livres et, au contraire, de produire des petites coupures afin que le commerce quotidien ne soit pas frappé par une famine fiduciaire. La situation ne s’améliorant guère, les frères décident de prendre les choses en main.

  • 62 Bouchet P., Les Monnerons…, op. cit.

26Début octobre 1791, ne pouvant plus se représenter, les trois députés ne sont pas pour autant dépourvus de relais politique. À leur suite, c’est leur benjamin, Augustin Monneron (1756-1826), qui est élu député de Paris lors de la Législative. Grâce à l’appui de ses frères, celui-ci obtient le droit de créer la Société commerciale Monneron, à laquelle Louis et Antoine s’associent afin d’importer de métaux en France et fournir, en sus, le département français de la Marine en argent provenant de piastres espagnoles qu’ils ont achetées dans l’océan Indien au cours de leurs opérations commerciales, mais aussi en monnaies de cuivre dont la pénurie commençait à se faire sentir en Europe. Là encore, le lien avec le financier espagnol joue à plein. À la fin de cette même année, moyennant une commission, le comptoir principal situé au 4, place du Carrousel à Paris et tenu par Augustin, est autorisé à racheter tout ce qu’il est possible d’assignats de 30 livres et plus, afin de les remplacer par des « monnaies de confiance » en cuivre que les frères Monneron font frapper à Londres après en avoir reçu l’autorisation par l’Assemblée. Ils émettent ainsi de petites monnaies valant 2 sols et portant en exergue ces mots : « Monneron Frères, négociants à Paris », et sur leur tranche : « La confiance augmente la valeur. » L’opération s’étend rapidement à toutes les places métropolitaines où les Monneron possèdent un comptoir. Ils peuvent ainsi continuer à écouler leurs marchandises importées d’Asie. De commercial le comptoir Monneron devient rapidement une banque. En sus des affaires courantes, leur établissement replace en effet les assignats, ceux-ci étant productifs d’intérêts. Début 1792, devant le succès remporté par leurs monnaies, dont la qualité surpasse les piètres monnaies officielles, ils font passer le poids de leurs monnaies de 2 sols à 14 grammes et celui des 5 sols à 27 grammes puis à 2562. Leur notoriété est alors immense. Leur fortune aussi.

  • 63 Ibid.
  • 64 Bouchet P., « Les frères Monneron, histoire d’une faillite », colloque de la Société sétoise de nu (...)

27Cependant, leur trop grande confiance dans le papier révolutionnaire et sa rapide dépréciation les laissent avec un stock énorme d’assignats. De plus, Louis-Hardouin Tarbé, le ministre des Contributions et Revenus publics se met rapidement en travers de l’opération. Sur son instruction, la douane de Rouen prétend soumettre les médailles Monneron – nom donné aux piécettes frappées en Angleterre – à un droit de 18 livres au quintal, droit qui frappait les flancs, alors que les médailles devaient entrer en franchise63. En dépit des protestations des Ardéchois, Tarbé s’obstine. Après avoir porté l’affaire devant les tribunaux, les Monneron obtiennent finalement gain de cause à la fin mars 1792, précisément au moment où Tarbé quitte ses fonctions pour être remplacé par Étienne Clavière, entré dans le ministère Dumouriez. Pour la fratrie, c’est une victoire à la Pyrrhus, la confiance est rompue. Le manque de liquidités en or et argent pour payer les fournisseurs se fait sentir et se cumule au fait que les Ardéchois n’arrivent plus à placer les assignats. La Société commerciale Monneron est déclarée en faillite. Antoine, qui en était devenu le directeur, s’enfuit en Angleterre. Depuis Londres, il arrive à gagner Suez et l’océan Indien où il tente de se refaire une santé financière en reprenant son activité d’armateur64. C’est son frère Augustin, le député de Paris, qui reprend l’affaire. Cependant, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, la loi du 3 mai 1792 interdisant la fabrication des monnaies privées. En septembre de la même année, un décret interdit la commercialisation des pièces de confiance. Ces monnaies de nécessité circulèrent pourtant jusqu’au début de l’année 1794, preuve de leur efficacité. Il s’agissait simplement d’interdire une privatisation de l’économie nationale que les frères Monneron furent proches d’obtenir. S’ils avaient agi avec l’autorisation de l’Assemblée législative, ils n’avaient, en revanche, pas obtenu la garantie du gouvernement. Le raidissement révolutionnaire leur fut fatal.

L’ASIE PLUTÔT QUE SAINT-DOMINGUE

  • 65 Cité par Bergeron L., Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, (...)
  • 66 Voir l’ouvrage fondamental de Wanquet Cl., Jullien B. (dir.), Révolution française et océan Indien (...)
  • 67 Augustin Beylié, fait maréchal de camp en 1791, quitta l’armée pour se consacrer aux affaires et s (...)
  • 68 Sur ces questions, voir Durand C., Klein J.-F., art. cité.
  • 69 Mémoire lu à l’Assemblée nationale en faveur des colonies françoises aux Indes. Par M. Louis Monne (...)

28Les Monneron ne s’arrêtèrent pourtant pas à ce premier gros échec. Ils avaient déjà connu de nombreux revers et comptaient sur leur immense fortune et leurs réseaux. Par ailleurs, leur domaine à l’île de France produisait à lui seul annuellement « pour plus d’un million pesant de sucre65 ». Leur fortune était en Asie et ils le savaient. Parallèlement à leurs affaires commerciales, les Ardéchois se font sous la Révolution d’ardents défenseurs des Indes et de l’héritage de Dupleix66. Ainsi, si Louis Monneron, qui avait été nommé député de Pondichéry avec le maréchal de camp Augustin Beylié avec qui il était en affaire – encore un autre homme qui fut un proche de Dupleix et qui s’était allié avec la sœur de l’ancien interprète particulier du grand conquérant de l’Inde française et habile négociant de Pondichéry qui faisait affaire avec Monneron et Beylié67 – appréciait à sa juste mesure l’espace de liberté qui lui était acquis, il était aussi parfaitement conscient que le commerce d’Asie ne pouvait être le fait d’individus isolés68. Seuls des hommes expérimentés et fortunés pouvaient en tirer les meilleurs bénéfices. Qui d’autres qu’eux et ceux appartenant à leurs réseaux des Indes et des Mascareignes ? Le 15 octobre 1790, Beylié et Monneron avaient plaidé pour une juste représentation des colonies à l’Assemblée constituante69 où Louis Monneron expliqua l’intérêt pour la France à conserver ses colonies autres que les « Isles à sucre » des Antilles car ces possessions pouvaient permettre – comme d’ailleurs l’avait déjà fait l’Angleterre – de remédier aux nombreux maux économiques et sociaux de la nation par les richesses qu’elles recélaient. Notons à cet égard le caractère résolument moderne que Monneron attribue à la colonisation, discours qui n’est pas sans rappeler celui que tiendra presque un siècle plus tard, en juillet 1885, Jules Ferry à la même tribune. Cependant, cela aurait nécessité que la France entretienne une véritable flotte. Pour remédier à cela, Monneron reprend l’exemple des navires de la VOC, expliquant que la flotte marchande pourrait être armée en guerre en cas de conflit et, surtout, que les officiers de la marine marchande pourraient aussi être employés sur les navires de guerre. Monneron ne tirait pas ces réflexions de nulle part mais de cette longue expérience acquise comme armateur et défenseur des intérêts de la CIO puis de l’État, royal ou non.

29Si la France veut encourager le commerce de l’Inde, elle doit donc armer de nouveaux bâtiments, elle peut reprendre sa place et affronter les Anglais. Pour se faire, le député du Tiers de Pondichéry développe une idée centrale que lui et ses frères ne cesseront de défendre, à savoir qu’il est vital de s’intercaler entre les possessions de l’East India Company sur le continent indien car, une fois leur jonction faite, elles seront devenues trop puissantes. Pour ce faire, il est indispensable de reconstruire les murailles de Pondichéry (rasée par les Anglais en 1761), armer la place et la défendre par une armée mixte de Cipayes et de troupes métropolitaines. De même, Port-Louis, sur l’île de France, doit devenir un port stratégique de corsaires – que ses frères arment – afin de couper la route des Indes aux Anglais entre Madagascar, où il estime nécessaire d’établir des bases fortifiées, et la colonie hollandaise du Cap. Selon Monneron, si cette stratégie n’est pas tenue, autant se débarrasser immédiatement de l’île de France qui ne tiendrait pas un siège. Selon lui, le vrai verrou de la France dans l’océan Indien, c’est Pondichéry. Son discours n’a rien d’insensé, il connaît parfaitement la complémentarité impériale dans cette partie du monde : si l’île de France et surtout Bourbon sont les greniers de la France dans les mers orientales, Pondichéry en est la forteresse. L’expédition britannique commandée par Farquhar en 1811 lui donna raison. Enfin, afin d’être mieux entendu par les politiques, Louis Monneron demandait la création d’un Comité asiatique composé de cinq membres de l’Assemblée nationale pour réfléchir aux spécificités de cette partie du monde tenue loin des intérêts des décideurs politiques, plus par méconnaissance que par volonté stratégique.

  • 70 Sur cette affaire, voir Klein J.-F., « L’ombre de Dupleix… », art. cité.

30Ses discours allaient déclencher toute une réflexion sur la raison et le comment de la présence coloniale française, tout en s’attirant l’ire des habitants de l’île de France, ces derniers craignant que le réarmement suggéré de Pondichéry se fasse au détriment de leur île qui avait vu son influence grandir suite à la destruction de l’établissement français du Deccan. Sa réponse à ses détracteurs en 1791 lui offre une popularité plus grande encore et il est nommé membre du Comité colonial et obtient gain de cause en demandant que le tarif des droits d’entrée des marchandises transportées au-delà du cap de Bonne-Espérance soit également applicable aux Indes70. Il suggère aussi la liquidation la plus prompte possible des comptes de la dernière Compagnie des Indes orientales. Si celle-ci fut supprimée par la Convention en 1793, déclenchant du même coup une terrible affaire politico-financière qui se solda, entre autres, par l’élimination des Enragés et des Hébertistes en 1794, la liquidation de la dernière Compagnie, sur le plan financier, traversa la première moitié du siècle suivant, empoisonnant la reprise du commerce dans les mers de l’Inde.

31Par ailleurs, Louis Monneron se distingue aussi dans le cadre du débat du 13 mai 1791, lorsqu’il s’attelle aux très controversés droits civiques des libres de couleurs. Lui qui possède pourtant avec ses frères une plantation servile à l’île de France, prend violemment position pour leur accorder immédiatement la pleine citoyenneté, la barrière raciale n’étant selon lui qu’un simple préjugé qui ne tient pas face aux valeurs universelles des Droits de l’Homme. Selon le député de Pondichéry, port colonial cosmopolite comme toutes les villes portuaires d’Asie, si la pleine citoyenneté n’est pas donnée à ces hommes, la France s’expose à voir ses possessions ultramarines devenir la proie d’une guerre civile effroyable qui entraînerait la perte irrémédiable des colonies et celle des colons blancs – belle prémonition de ce qui allait arriver sous peu à Saint-Domingue. Pourquoi une telle prise de position ? Simplement parce qu’il vient d’un monde où si l’esclavage est une réalité économique permanente, la barrière de couleur est très poreuse en Asie, où les officiers se mettent au service des sultans et des rajahs locaux, qu’ils parlent leurs langues, que les affaires se traitent au poids des pièces et non en raison d’une pigmentation de peau. Dans ces régions, la classe sociale est bien moins perméable que la race.

  • 71 À ce sujet, il ne faut pas confondre les Mosneron de Nantes, armateurs négriers nantais et les Mon (...)
  • 72 Klein J.-F., « Une thalassocratie asiatique ? », in Barjot D., Mathis C.-F., Le monde britannique  (...)

32Louis Monneron va encore plus loin lorsqu’il avance qu’il est désireux d’accorder progressivement et parcimonieusement la citoyenneté aux esclaves rendus libres. Cependant, celle-ci ne pourrait être accordée qu’après un long apprentissage. Proche de la Société des Amis des Noirs, il s’oppose très violemment à Barnave et au comte de Dillon, gouverneur de la Martinique et de Tobago, un des hommes forts du Club Massiac et proche de Moreau de Saint-Méry, qui refusent « au nom d’un projet insensé et barbare » toute idée d’abolition servile, d’accorder la citoyenneté aux libres de couleurs et cherche à différer de plusieurs mois la création à l’Assemblée d’un Comité des colonies dont Monneron aurait pu prendre la tête. Monneron assène alors qu’ils « blessent toutes les lois humaines » et préparent à leurs familles « une guerre certaine71 ». Moreau de Saint-Méry racontant à l’encan que « Monneron conseillois d’égorger les colons », le député de Pondichéry publie un nouveau mémoire le 25 juillet 1791, après que l’Assemblée a révoqué les décrets du 28 mars 1790 et du 15 mai 1791 en faveur des libres de couleur. Il s’élève contre cette campagne ignominieuse qui, selon lui, signe la perte des colonies. La France est menacée, à court terme, d’une scission avec son empire ultramarin, ce qui provoquera l’anéantissement de la marine marchande qui emploie, de façon induite, plus de six millions de personnes dans la seule métropole, et causera la perte du commerce d’Asie puisque tout est lié. La situation spécifique de Saint-Domingue ne doit pas être généralisée à tout l’empire colonial et reste grevée par quelques intérêts particuliers. Selon lui, le commerce d’Asie pourrait bien remédier à la perte de cette île, anticipant le « Big Switch » britannique, à savoir le basculement du centre de gravité impérial de l’Atlantique à l’océan Indien et à la mer de Chine72. Pour pouvoir mieux atteindre Louis Monneron, les partisans de l’exclusif colonial et de la conservation du système servile ne négligent pas les coups bas, attaquant Antoine, le député de l’île de France, qu’ils accusent de malversations. Si Antoine Monneron fut rapidement débouté dans cette affaire, le nom des Monneron fut suffisamment terni pour permettre aux hommes du Club Massiac d’avancer leurs pions. Cependant, on est en mesure d’affirmer ici que le seul intérêt financier ne fut pas l’élément exclusif des positions que défendent les frères Monneron au sujet de l’empire ultramarin de la France. Héritiers de l’ancien système érigé dans les Indes par la monarchie, ils étaient aussi d’actifs partisans des Lumières et souhaitaient refonder un empire colonial mais délivré de ce qu’ils estimaient les erreurs du passé et instaurer les libertés de 1789.

  • 73 Wanquet Cl., Jullien B. (dir.), Révolution française et océan Indien…, op. cit., p. 90 ; Chassagne(...)
  • 74 Bergeron L., op. cit.
  • 75 Wanquet Cl., La France et la première abolition de l’esclavage, 1794-1802. Le cas des colonies ori (...)

33L’épisode de la Terreur passé, les frères Monneron font de nouveau parler d’eux, profitant, en particulier, du rôle déterminant que joue leur ami d’Annonay, le comte Boissy-d’Anglas, durant l’épisode thermidorien. Élu membre du Comité de Salut public le 25 frimaire an III, il fut chargé du ravitaillement de Paris alors que Louis Monneron, installé à Bordeaux comme armateur, est chargé d’aider au ravitaillement de la France. Depuis le port girondin, l’actif ardéchois organise le trafic cotonnier, ravitaillant les marchés des patrons du coton parisiens, normands et alsaciens contre 2 % de commission73, tandis que Janvier Monneron, installé comme armateur à l’île de France – le meilleur relais français sur la route des Indes depuis que Le Cap est passé aux Anglais en 1795 – organise les échanges entre les comptoirs indiens et l’Europe, prélevant une commission de 2,5 % sur les denrées européennes et les piastres nécessaires aux achats en Asie. Quant à Augustin et Ange, ils s’associent le 28 juin 1796 avec Jean Godard et fondent à Paris l’un des premiers instruments de crédit français, la Caisse des Comptes courants74. Les deux frères financent ainsi les affaires cotonnières de leurs deux autres frères et celles des hommes de leurs réseaux à Pondichéry, les Beylié, Kerjean et Delarche, tout en encaissant 2 % de commission sur les produits nets de retour. Leur système est bien rodé, reproduisant pour partie et à une échelle moindre le fonctionnement de la première Compagnie des Indes orientales. Louis Monneron, qui avait ses entrées auprès de Barras et du général Bonaparte, leur suggère en 1797 l’annexion de Ceylan – occupée par les Britanniques depuis 1795 –, de renouer avec Tipû Sultan et, surtout, en 1799, à la veille de Brumaire, il écrit au bouillant général pour soutenir la liaison Inde-Méditerranée orientale via Suez, après avoir été envoyé le 26 octobre 1798 par Barras dans les Mascareignes afin de faire connaître la nouvelle Constitution et l’abolition de l’esclavage, confirmer l’alliance avec Tipû Sultan et envoyer des Mascareignes une petite escadre faire en mer Rouge la jonction avec Bonaparte75.

  • 76 Cité dans Bergeron L., op. cit.

34Dès lors, la fratrie semble avoir retrouvé toute son influence. À Paris, la Caisse des Comptes courants des Monneron s’installe de façon très symbolique à l’hôtel Massiac, place des Victoires, dans les anciens bureaux de la Compagnie des Indes, d’où son surnom de « Caisse Massiac », façon de rappeler le lien entre les deux systèmes et revanche supposée contre le club qui porta le même nom. Dotée d’un capital de cinq millions de livres divisé en mille actions, la Caisse des Comptes courants développe rapidement ses activités. Après quelques mois, les administrateurs se décident à développer l’actionnariat car « des actions ont été prises, des lettres de changes ont été escomptées, des dépôts ont été reçus, des comptes ont été ouverts, des mandats sur la Caisse de Comptes courants circulent76 ». En novembre 1796, la société émet un papier « libre et réalisable à volonté » et fait fabriquer 8 millions de francs en coupures de 500 et 1 000 francs. Les effets escomptés sont payés en billets qui circulent chez les négociants parisiens. Rapidement quelques financiers se joignent aux deux fondateurs. Nommé en 1798 directeur de la Caisse des Comptes courants, Augustin Monneron est accusé de malversations et d’avoir fui en emportant près de 2,5 millions avec lui. Il fut ensuite acquitté grâce, semble-t-il, à l’intervention de Paul Barras, l’un des hommes forts du Directoire qui avait autrefois combattu dans les Indes auprès de Bellecombe en 1778 et le Bailly de Suffren en 1782. Il avait également concouru à la défense de Pondichéry en 1787 alors qu’Ange Monneron y était en place et que Louis Monneron y développait ses affaires. Une fois de plus, l’un des frères Monneron devait sa tête et sa réputation aux hommes qui étaient passés par l’Inde.

  • 77 Ibid.
  • 78 Prunaux E., « Les comptoirs d’escompte de la Banque de France », Napoleonica. La Revue, no 5, 2009 (...)

35Une nouvelle fois, ces liens tissés en Asie sauvent les Monneron. Cependant, si la fuite d’Augustin eut bien lieu, l’opération de déstabilisation a réussi. Le nom de la fratrie est, de nouveau, accolé au scandale financier. Une fois de trop. Les Ardéchois ne peuvent désormais plus faire d’ombre au grand projet de Bonaparte qu’Ange Monneron appelait de ses vœux en 1790, la fondation d’une banque nationale. En 1800, la Caisse des Comptes courants fusionne avec la toute nouvelle Banque de France voulue par le Premier consul77 dont elle était concurrente. Parallèlement, en 1797, les frères Monneron participent au tour de table qui fonde la Caisse d’Escompte du Commerce, un nouvel établissement financier qui, à la différence du premier – lequel est une classique banque d’affaires –, pratique l’escompte au profit de ses actionnaires négociants ou manufacturiers parisiens. Les prêts sont gagés sur des dépôts de marchandises. Ses conditions d’escompte sont moins restrictives que celles appliquées par les autres établissements financiers et le négoce parisien intervient plusieurs fois pour protéger ce qu’il considère être sa banque contre la volonté du pouvoir visant à réunir les banques d’escompte à la Banque de France. Finalement, c’est l’État qui l’emporte le 23 septembre 1803 lorsque la Banque de France absorbe la Caisse d’Escompte du Commerce et obtient le monopole d’émission à Paris78. Louis et Augustin siégeront comme administrateurs de la Banque de France mais ont tout perdu de leur puissance, littéralement absorbés par le pouvoir qui a finalement réussi à les circonvenir.

CONCLUSION

36Héritiers, indéniablement les Monneron le sont. Ils poussent jusque dans les limites de leur retranchement des formes anciennes du système colonial, tel que la France le pratiquait dans les Indes orientales, système repris et amplifié par les Britanniques à la suite de leur victoire à Plassey en 1757, puis après le traité de Paris de 1763. Cousins de Dupleix, employés à son service, ils ont compris la stratégie que menait celui qui fut tant décrié de son temps. Bénéficiant pour le coup d’une réelle expérience de terrain, les Monneron furent en prise directe avec ce que Balandier appelait la « situation coloniale ». Forts d’un réseau hérité de leur père et de leur propre famille, ils le développèrent jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir – royal d’abord, révolutionnaire ensuite, tout en sachant passer le cap de celui-ci – et concentrèrent leurs forces alors que la Compagnie des Indes orientales instaurée par Law, qui avait contribué à faire leur fortune, était fragilisée. Lorsque Calonne monte la Compagnie des Indes orientales et de la Chine en 1785, ils occupent alors des postes clés, tout en ayant goûté un temps – durant une décennie – aux avantages offerts par la liberté commerciale, une fois le monopole aboli. Enfin, novateurs, ils le sont aussi. Fils de leur temps et des Lumières, ils participent activement à repenser les structures coloniales, allant jusqu’à débattre sur la forme à lui donner, obvier toute possibilité de revenir à une forme d’exclusif et en jouant clairement la carte de la modernité, en plein accord avec les principes de 1789 dont ils sont porteurs. Ils montrent aussi par leurs activités incessantes combien les sociétés portuaires en situation coloniale sont complexes, se jouent bien souvent des nationalités et des tensions raciales. Leurs réseaux sont à l’échelle du port qui les porte, local, régional ou mondial. Partisans du maintien de la France dans les Indes orientales, pour eux l’avenir de la France est en Asie. Ils jouèrent un rôle aussi important en métropole, témoignant d’incessants allers-retours entre Paris, Bordeaux, Annonay (une périphérie impériale pourrait-on dire) et les comptoirs et colonies où ils s’implantèrent. Seuls ceux-ci permettent de saisir bien des aspects d’une fin de XVIIIe siècle emporté dans les tourbillons révolutionnaires. Ils témoignent aussi de la possibilité qu’avaient les coloniaux de se faire entendre dans les centres du pouvoir, qu’il soit politique ou économique. Bien évidemment, une telle saga est du domaine de l’exceptionnel mais elle témoigne de ces incessantes circulations impériales qui furent la marque d’un transfert de savoir-faire et de techniques de l’empire des rois, pour reprendre la belle expression de Philippe Haudrère, avec celui du nouveau régime sorti des forges révolutionnaires.

37Pour les frères Monneron, il est évident que l’avenir de la France était en Asie. Acteurs influents de cette stratégie qui était aussi celle de leur fortune personnelle, ils participèrent plus ou moins indirectement à ce que l’on appela « le rêve oriental de Napoléon », liant l’affaire d’Égypte à un retour de la France dans les pas de Dupleix. Aboukir signa sa perte mais le songe oriental perdura. Il fut repris plus tard par d’autres officiers, d’autres négociants qui, sous le Second Empire et la IIIe République, tentèrent de lui rendre vie, mais plus loin, en Indochine. Passeurs d’empires, indéniablement, les Monneron jouèrent ce rôle qui reste encore à étudier.

Notes

1 Voir la traduction française : Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011, 687 p.

2 Conklin A. L., A Mission to Civilize: The Republican Idea of Empire in France and West Africa, 1895-1930, Stanford, Stanford University Press, 1998, 367 p.

3 Hobsbawm E., Ranger T., L’invention de la tradition, Paris, Édition Amsterdam, 2006, 370 p.

4 Platania M., Savoirs historique et expansion coloniale française au XVIIIe siècle, thèse de doctorat d’histoire, université Paris 8 et université de Trieste, sous la direction de Ann Thomson et Guido Abbatista, 2007, 352 p.

5 Bonin H., Hodeir C., Klein J.-F. (dir.), L’esprit économique impérial. Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris, SFHOM, 2008, 844 p. Voir aussi notre article « Lobby colonial », in Daumas J.-C. (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 1205-1211.

6 Klein J.-F., « Le Second Empire : une historiographie coloniale en situation ? Nouvelles perspectives de l’histoire de l’Empire », in Boudon J.-O. (dir.), Les nouvelles voies historiographiques du Second Empire, actes du colloque organisé par le Centre de Recherches en Histoire du XIXe siècle, Paris IV-Sorbonne, 29-30 janvier 2009, à paraître.

7 Bayly C. A., Imperial Meridian: the British Empire and the World, 1780-1830, Londres, Routledge, 1989, 312 p.

8 Klein J.-F., Les maîtres du comptoir : Desgrand père et fils (1720-1878). Réseaux du négoce et révolution commerciale, Paris, PUPS, 2013, 368 p.

9 Une partie substantielle de cet article – qui n’est qu’une première esquisse d’un travail plus large – emprunte pour beaucoup à l’article pionnier consacré aux Monneron réalisé par Reynaud M.-H., Portraits d’Ardéchois dans la Révolution, Annonay, Éditions du Vivarais, 1987, 263 p. ; Marie-Hélène Reynaud que je remercie ici pour nos riches discussions au sujet des frères Monneron, ainsi que Claude Wanquet pour nos débats passionnés à La Réunion.

10 Cubells M., La Provence des lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Éd. Maloine, 1984, 421 p.

11 La gestion des greniers à sel était affermée séparément jusque vers 1600 ; entre 1600 et 1635, le bail est unique pour toutes les gabelles de la Provence ; de 1635 à 1661, le bail est uni avec celui des gabelles du Dauphiné, puis à partir de 1661 il est réuni dans le bail des gabelles du Languedoc et du Lyonnais. Finalement, les gabelles de Provence sont comprises dans le bail général des cinq Grosses Fermes. À la fin du XVIIe siècle, il existait 15 greniers chargés de la vente du sel en gros : Allos, Antibes, Apt, Berre (supprimé en 1771), Barcelonnette, Cassis, La Ciotat, Fréjus, Hyères, Marseille, Martigues, Saint-Tropez, Sisteron (supprimé en 1770 et remplacé par La Seyne) et Toulon. La vente au détail était faite par les regrattiers établis dans les villes et bourgs. Voir Hocquet J.-C., Le sel et le pouvoir. De l’an mil à la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1985.

12 Sur les familles d’Annonay et leurs liens, voir Klein J.-F., Les maîtres du comptoir…, op. cit.

13 Haudrère Ph., Les Compagnies des Indes orientales. Trois siècles de rencontre entre Orientaux et Occidentaux, Paris, Desjonquières, 2006, 269 p. et ID., La Compagnie française des Indes orientales au XVIIIe siècle (1719-1795), Paris, Les Indes savantes, 2005, 2 tomes (rééd. augmentée).

14 Vigié M., Dupleix, Paris, Fayard, 1993, 616 p.

15 Martineau A., Bussy et l’Inde française (1720-1785), Paris, Société de l’Histoire des colonies françaises, 1935, 458 p.

16 Haudrère Ph., La Compagnie française des Indes orientales…, op. cit., t. 2, p. 546.

17 Klein J.-F., Singaravélou P., de Suremain M.-A., Atlas des empires coloniaux aux XIXe-XXe siècles, Paris, Autrement, 2012, 96 p.

18 Chaussinand-Nogaret G., Choiseul (1719-1785). Naissance de la gauche, Paris, Perrin, 1998, 363 p.

19 Butel P., « Les ports atlantiques français et l’océan Indien sous la Révolution et l’Empire, l’exemple de Bordeaux », in Wanquet Cl., Jullien B. (dir.), Révolution française et océan Indien. Prémices, paroxysmes, héritages et déviances, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 85-94. Voir aussi, pour un point historiographique, Marzagalli S., « Le négoce maritime et la rupture révolutionnaire : un ancien débat revisité », Annales historiques de la Révolution française, 2008, no 352, p. 184-207.

20 Durand G., Klein J.-F., « Une impossible liaison ? Marseille et le commerce à la Chine (1815-1860) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2010, no 57, p. 139-167.

21 Cité par Pitot A., Isle de France. Esquisses historiques (1715-1810), Port-Louis, Éd. E. Pezzani, 1899, p. 90.

22 Celui-ci lui fut ensuite refusé. Lettre de Lagrenée à Monneron le cadet à Pondichéry, 15 août 1771, citée dans Gaudart E., Catalogue des manuscrits des anciennes archives de l’Inde française, t. 1., Pondichéry, 1690-1789, Paris, Éd. Leroux, 1922, p. 43.

23 Haudrère Ph., « La Révolution de l’Inde n’aura pas lieu. Les Français dans l’océan Indien durant la guerre d’Indépendance américaine, 1778-1783 », in Chaline O., de Vergennes C.-P. (dir.), La France et l’Indépendance américaine, Paris, PUPS, 2008, p. 153-168.

24 Butel P., « Réorientation du négoce français à la fin du XVIIIe siècle : les Monneron et l’océan Indien », in Butel P., Cullen L. M. (dir.), Négoce et industrie en France et en Irlande aux XVIIIe et XIXe siècles, Bordeaux, Éditions du CNRS, 1980, p. 69.

25 Fichter J. R., So Great a Profit. How the East Indies Trade Transformed Anglo-American Capitalism, Cambridge (Massachussetts), Harvard University Press, 2010, 400 p.

26 Dictionnaire de biographie mauricienne.

27 Cité par Chevalier Barthélémy Huet de Froberville, Mémoires pour servir à l’histoire de la guerre de 1780 des Français et des Anglais dans l’Inde, Blois, 1786, p. 31. Voir aussi Monaque R., Suffren, Paris, Tallandier, 2009, 494 p.

28 Vincent R. (dir.), Pondichéry, 1674-1761. L’échec d’un rêve d’empire, Paris, Autrement, coll. « Mémoires », 1993, 262 p.

29 Une pagode est une pièce d’or frappée à Pondichéry (dite aussi « pagode à l’étoile »). Elle vaut 2,50 roupies ou 8,50 livres (1 livre = 1 franc or). Gaudart E., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 421, Lettre de Bussy au maréchal de Castries, Pondichéry, 13 février 1784.

30 Monaque R., Suffren, op. cit.

31 Mézin L., Le Bouëdec G., Haudrère Ph., Les Compagnies des Indes, Rennes, Éditions Ouest-France, 2005, 143 p. ; voir aussi Dermigny J.-L., La Chine et l’Occident. Le commerce à Canton au XVIIIe siècle (1719-1883), Paris, Sevpen, 1964 ; Durand G., Klein J.-F., art. cité.

32 Haudrère Ph., L’Empire des rois, 1500-1789, Paris, Denoël, 1997, 478 p.

33 Dermigny J.-L., La Chine et l’Occident…, op. cit.

34 Nicolas Coutanceau (1730-1788) fut brigadier d’infanterie, inspecteur général des milices dans l’Inde (1766-1786). Il assume l’intérim du gouvernement-général à la mort du marquis de Bussy (1785). Sur lui voir le dossier conservé au CAOM : FR ANOM COL E 97.

35 Jean-François de Moracin est né dans les Indes. Il est le neveu de Léon de Moracin (1710-1783) qui l’éleva. Ce dernier avait été un homme important du réseau Dupleix : sous-marchand de la CIO, conseiller à Mahé, conseiller au Conseil supérieur de Pondichéry (1752) puis gouverneur du Mazulipatam. Il avait épousé sur place Marie-François Desnos de Kerjean (1723-1758), très liée aux Dupleix. Administrateur de la nouvelle CIO (1764), il avait été commissaire-général des ports et arsenaux de la Marine (1er août 1784), ordonnateur de Pondichéry (18 août 1784), administrateur de la dernière CIO (1785) et son agent à Pondichéry (1786), commissaire-général des Ports et Arsenaux de la Marine et intendant de Pondichéry. En 1792, il fut nommé commissaire général des Colonies. Notons, au passage, que la sœur du grand Dupleix, Anne-Élisabeth, avait épousé en 1714 Claude Desnos de Kerjean. L’endogamie pondichérienne dans le réseau Dupleix avait été rondement menée, ce qui peut expliquer la survivance de celui-ci bien après la chute de l’aventurier de l’Inde française.

36 Monaque R., Suffren, op. cit.

37 Gaudart E., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 538. Lettre de Monneron à Bussy, Pondichéry, 6 septembre 1783.

38 Mantienne F., Les relations politiques et commerciales entre la France et la péninsule Indochinoise (XVIIIe siècle), Paris, Les Indes savantes, 2003, 330 p.

39 Abeydeera A., « Louis Monneron, agent de la France à Ceylan », Dix-huitième siècle, no 22, 1990, p. 25-37.

40 Butel P., art. cité, p. 68-69.

41 Loc. cit.

42 Loc. cit.

43 Voir Haudrère Ph., « La Révolution de l’Inde n’aura pas lieu… », art. cité.

44 Gaudart E., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 605. Lettre de Suffren à Bussy, à bord du Héros (navire amiral de Suffren), 27 mai 1783. 1 lack équivaut à 100 000 unités soit, ici, 200 000 roupies de Pondichéry, soit 400 000 livres.

45 D’Unienville J.-R., « Monneron, Pierre-Antoine (1747-1797) », in Dictionnaire de biographie mauricienne, p. 1073-1074, très aimablement communiqué par Claude Wanquet.

46 Gaudart C., Catalogue des manuscrits…, op. cit. Lettre no 783. Lettre de Monneron à Bussy, Aramgah (sa « campagne »), 1er août 1784.

47 Ibid. Lettre no 859 ; Lettre de Blin de Grincourt à Marin, à Mahé, 8 octobre 1785.

48 Voir Klein J.-F., Les maîtres du comptoir…, op. cit.

49 Celui-ci est particulièrement connu pour l’ambassade dont il fut porteur auprès de Qianlong, l’empereur de Chine, en 1797.

50 Monaque R., Suffren, op. cit.

51 Haudrère Ph., « La Révolution des Indes… », art. cité, p. 153-170.

52 Haudrère Ph., La Compagnie française…, op. cit., p. 825.

53 De Valence F. (dir.), Le voyage extraordinaire d’un capitaine de dragons chez Hyder Ali Khan (1769-1772), Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, 158 p. Voir aussi Monaque R., Suffren, op. cit.

54 Il s’agit de l’un des navires de son frère Janvier, armateur à Port-Louis.

55 Hasan M., History of Tipû Sultan, Delhi, Aakar Books, 2005, p. 123 sqq.

56 Klein J.-F., « L’ombre de Dupleix plane sur la Constituante. La stratégie indienne de Louis Monneron (1790-1791) », in Ève P. (dir.), « France-Angleterre dans l’océan Indien du XVIIIe au XXIe siècle », Revue Historique de l’océan Indien, numéro spécial, no 8, 2011, p. 5-18.

57 Au cours de l’expédition, il découvrit une île dans la mer du Japon, qui fut baptisée « île Monneron », non loin de l’archipel des Sakhaline.

58 Monneron P.-A., « Mon Odyssée », La Revue de Paris, no 4, juillet 1907, p. 569-597.

59 Bouchet P., Les Monnerons. Histoire d’un monnayage, Paris, Éditions Les Chevau-Légers, 2010, p. 30.

60 Sur la fortune des Monneron et leurs réseaux financiers, ibid. Très pratique, cet ouvrage de numismate ne cite néanmoins pas ses sources et son approche méthodologique est pour le moins surprenante. Il regorge néanmoins de détails intéressants mais qui restent à vérifier et, surtout, à développer.

61 Butel P., « Réorientations du négoce français… », art. cité.

62 Bouchet P., Les Monnerons…, op. cit.

63 Ibid.

64 Bouchet P., « Les frères Monneron, histoire d’une faillite », colloque de la Société sétoise de numismatique en novembre 2007. Voir le site : http://www.infonumis.info/autres_monnaies/confiance/HistMonneron.htm, consulté le 12 juin 2010.

65 Cité par Bergeron L., Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, EHESS, 2000 (rééd.), p. 88.

66 Voir l’ouvrage fondamental de Wanquet Cl., Jullien B. (dir.), Révolution française et océan Indien…, op. cit.

67 Augustin Beylié, fait maréchal de camp en 1791, quitta l’armée pour se consacrer aux affaires et se marier. Il épousa à Pondichéry Jeanne Delarche, la fille d’Alexandre Delarche, ancien interprète de Dupleix et riche négociant du comptoir français. En 1789, il fut élu député du Tiers de Pondichéry avec son beau-frère, le négociant Alexandre-Joachim Delarche tandis que le majorcapitaine commandant des Cipayes de Pondichéry, Joseph Desnos de Kerjean, neveu de Dupleix et cousin par alliance de Law de Lauriston, représentait la noblesse. Arrivés en France en 1790, Delarche et Kerjean refusèrent de siéger et ce fut Louis Monneron – autre cousin de Dupleix – qui les remplaça avec Augustin Beylié pour représenter Pondichéry à la Constituante. Voir Klein J.-F., « Le sabre et le pinceau : un colonial peu commun. Le général Léon Marie Eugène de Beylié (1849-1910) », in Bal D. (dir.), Le général de Beylié (1849-1910). Collectionneur et mécène, catalogue de l’exposition du musée de Grenoble, Grenoble, 2010, p. 45-67.

68 Sur ces questions, voir Durand C., Klein J.-F., art. cité.

69 Mémoire lu à l’Assemblée nationale en faveur des colonies françoises aux Indes. Par M. Louis Monneron, député de Pondichéry, Paris, Imprimerie de Praust, Imprimeur du roi, 1790, 35 p.

70 Sur cette affaire, voir Klein J.-F., « L’ombre de Dupleix… », art. cité.

71 À ce sujet, il ne faut pas confondre les Mosneron de Nantes, armateurs négriers nantais et les Monneron d’Ardèche qui n’ont strictement rien à voir, contrairement à ce qu’affirmait un peu péremptoirement Serge Daget qui confondit les députés de la Constituante avec ce membre du Club Massiac. Il s’agit évidemment d’une quasi-homonymie. Voir aussi Piquet J.-D., L’émancipation des Noirs dans la Révolution française (1789-1795), Paris, Karthala, 2002, 512 p.

72 Klein J.-F., « Une thalassocratie asiatique ? », in Barjot D., Mathis C.-F., Le monde britannique : 1815-1931, Paris, A. Colin, 2009, p. 130-141.

73 Wanquet Cl., Jullien B. (dir.), Révolution française et océan Indien…, op. cit., p. 90 ; Chassagne S., Le coton et ses patrons, France 1760-1840, Paris, EHESS, 1991 ; Labernadie M., La Révolution et les Établissements français dans l’Inde, 1790-1793, d’après les archives de Pondichéry, des notes et des correspondances inédites, Paris, E. Leroux, 1930, 432 p.

74 Bergeron L., op. cit.

75 Wanquet Cl., La France et la première abolition de l’esclavage, 1794-1802. Le cas des colonies orientales, île de France (Maurice) et La Réunion, Paris, Karthala, 1998, p. 492-496. Voir aussi Branda P., Lentz T., Napoléon, l’esclavage et les colonies, Paris, Fayard, 2006, 359 p.

76 Cité dans Bergeron L., op. cit.

77 Ibid.

78 Prunaux E., « Les comptoirs d’escompte de la Banque de France », Napoleonica. La Revue, no 5, 2009, p. 14-146.

Auteur

Historien, maître de conférences HDR à l’université de Nantes (CRHIA), ses travaux portent notamment sur le rôle des négociants dans les empires coloniaux des XVIIIe et XIXe siècles, en particulier en Asie orientale et en Asie du Sud-Est.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search