Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Circulations savantes entre l'Europe et le monde

 | 
Thomas Preveraud

Mutation dans l’industrie des engrais azotés de synthèse et transfert de technologie américaine dans les années 1950 : le cas du procédé Texaco aux Établissements Kuhlmann de Paimbœuf

Mutation in the nitrogen fertilizer industry synthesis and transfer of US technology in the 1950s: the case of Établissements Kuhlmann process Texaco Paimbœuf

Philippe Martin

Résumé

Dans les années 1950 et 1960, en réponse à une forte demande de l’agriculture, sous l’impulsion d’un l’État modernisateur et productiviste, l’industrie des engrais azotés s’engagea dans une nouvelle dynamique. La principale source d’hydrogène nécessaire à la synthèse de l’ammoniac était jusque-là fournie par l’industrie houillère. Pour assurer son expansion après-guerre, cette industrie s’appuya sur l’emploi de nouvelles matières premières moins coûteuses et plus performantes, les hydrocarbures provenant de l’industrie pétrolière. Cette mutation s’accompagna de changements technologiques dans les procédés de fabrication et du positionnement de nouveaux industriels de premier plan, et fut marquée par la montée en puissance technologique des États-Unis, puissance pétrolière et pétrochimique affirmée depuis l’Entre-deux-guerres. Les organismes de Recherches et Développement des grands groupes chimiques, ainsi que les sociétés d’ingénierie conçurent et mirent en œuvre cette évolution technologique. Dans l’estuaire de la Loire, sous l’impulsion de l’État, l’industrie des engrais azotés de synthèse émergea à l’usine de Paimbœuf des Établissements Kuhlmann à l’occasion du déclenchement de la Deuxième guerre mondiale. Elle effectua son développement en bordure de Loire dans une proximité territoriale de la raffinerie pétrolière de Donges, pourvoyeuse de ces nouvelles matières premières. S’appuyant sur un organisme de Recherches et Développement renforcé, les Établissements Kuhlmann furent les premiers à industrialiser un procédé de génération d’hydrogène à partir de fuel-oil, procédé issu d’un brevet américain, celui de la Texaco Company. À partir du cas de l’usine de Paimbœuf, nous essaierons de comprendre les facteurs institutionnels et industriels induisant cette mutation technologique. Nous nous intéresserons à l’organisation des transferts des savoir-faire et des pratiques entre les États-Unis et les Établissements Kuhlmann dans le cadre de la mise en œuvre du procédé Texaco. Enfin, nous conclurons sur la nouvelle dynamique de l’industrie des engrais azotés de synthèse en interrogeant la remise en question du procédé Texaco et la généralisation de l’usage des hydrocarbures.

In the 1950s and 1960s, in response to strong demand from agriculture, under the impetus of a productivist and modernizing State, the nitrogen fertilizer industry engaged in a new dynamic. The main source of hydrogen required for the synthesis of ammonia was previously provided by the coal. To ensure its postwar expansion, the industry relied on the use of new raw materials cheaper and more efficient, hydrocarbons from the oil industry. This change was accompanied by technological changes in manufacturing processes and positioning of new leading industrialists, and was marked by the increasing technological power of the United States, affirmed petroleum and petrochemical power since the Interwar period. Organizations of Research and Development of large chemical groups, as well as engineering companies conceived and put in place this technological evolution.
In the estuary of the Loire, under the leadership of the State, synthetic nitrogen fertilizer industry emerged at the plant in Paimbœuf of Établissements Kuhlmann at the outbreak of the Second War World. It made its development along the Loire in a territorial proximity of the oil refinery of Donges, purveyor of these new raw materials. Based on a body of research and development reinforced the Kuhlmann Establishments were the first to industrialize a process for generating hydrogen from fuel oil, the process from a US patent, that of Texaco Company.
From the case of the plant in Paimbœuf, we will try to understand the institutional and industrial factors that induce technological change. We are interested in organizing know-how and practices between the United States transfers and Établissements Kuhlmann under the implementation of the Texaco process. Finally, we conclude on the new dynamics of synthetic nitrogen fertilizer industry by questioning the questioning of the process Texaco and the generalization of the use of hydrocarbons.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

L’industrie des engrais azotés de synthèse prend son essor dans l’entre-deux-guerres. La production de l’ammoniac de synthèse, constituant principal de ces engrais, mais aussi des explosifs nitrés, est alors un enjeu stratégique de l’État français. Dans les années 1950 et 1960, en réponse à une forte demande de l’agriculture, sous l’impulsion d’un État modernisateur et productiviste1, l’industrie des engrais s’engage dans une nouvelle dynamique. Alors que la principale source d’hydrogène nécessaire à la synthèse de l’ammoniac était jusque-là fournie par l’industrie houillère (coke et résidus des gaz de cokeries), pour assurer son expansion, l’industrie des engrais va désormais s’appuyer sur l’emploi de nouvelles matières premières moins coûteuses et plus performantes, les hydrocarbures (gaz résiduel de raffinerie, fuel-oil, gaz naturel). Cette mutation s’accompagne de changements technologiques dans les procédés de fabrication et du positionnement de nouveaux industriels...

Auteur

Doctorant en Épistémologie et Histoire des Sciences et de Techniques au Centre François Viète de l’université de Nantes. Son sujet de recherche concerne le « Développement industriel et technique et implantation territoriale des usines d’engrais chimiques dans l’estuaire de la Loire et leurs interactions avec les activités portuaires de 1820 à 1970 », sous la direction de Stéphane Tirard.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540