Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'artisanat rural en Haut-Poitou

 | 
Alain Champagne

Chapitre III. Artisanat, seigneurie rurale et économie de marché

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le Poitou est une région particulièrement affecté par les troubles des xive et xve siècles. Zone de frontière, elle fut le théâtre d’importantes batailles et passa au gré des événements et des traités, d’un camp à l’autre. Le rôle éphémère de Poitiers en tant que capitale du royaume de Bourges de 1418 à 1436, sa place administrative et judiciaire essentielle en Poitou et la création de l’université ont concentré dans cette ville d’importants moyens financiers. L’économie de la cité et, en conséquence, celle de ses campagnes s’en sont ainsi trouvé favorisé.

2Comment cette situation a pu influer sur les diverses activités du monde rural ? La reconstruction agraire se met lentement en place favorisant un renouveau bénéfique de l’activité artisanale, mais dans quelle mesure ? Quelles sont les conséquences de la reprise économique sur les rapports entre artisanat et seigneurie rurale ? Enfin, comment les activités se diffusent-elles et se pérennisent-elles en Poitou ?

Artisanat et conjoncture

3Sans refaire l’histoire des guerres de Cent Ans, un rapide cadrage des événements importants pour la région permettra de mesurer leur impact tant sur le monde rural que sur l’artisanat. Subissent-ils de la même manière les affres de la guerre ?

4Ensuite, nous pourrons aborder l’environnement économique favorable de la seconde moitié du xve siècle et la réalité des revenus seigneuriaux issus de l’activité artisanale par rapport à ceux des autres activités rurales (agriculture, fermes des bois).

Le Poitou et son artisanat dans la guerre

  • 1 Arch. dép. Vienne, 2H1 98.
  • 2 Ibid., 2H1 98, comptes de 1370-1384, fol. 18.
  • 3 Recueil des documents…, op. cit., 1891, p. 213 (doc. 1167).

5Avant les premières longues trêves de la décennie 1370, nous manquons de sources pour évaluer l’état de l’artisanat. Si la guerre cesse officiellement, les routiers et les troupes françaises et anglo-gasconnes maintiennent une insécurité persistante au moins jusqu’en 1394, et la présence sporadique du duc Jean de Berry à Poitiers ne semble rien y changer. La peur des compagnies ou des simples bandits a des fondements bien réels. Des pillards arrêtent le charretier de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers qui apporte les cens et volent les redevances d’avoine et de chapons du prieuré Saint-Romain. D’autres interdisent l’accès à l’abbaye de Fontevrault1. Dans le Loudunais, riche terre à céréales, la seigneurie de Rossay dépérit : le receveur confirme la baisse des revenus de moitié par rapport à la normale. En 1380, le receveur de Sainte-Croix, accompagné de deux procureurs, se risque sur les chemins poitevins pour constater la vacance des anciennes rentes2. Que sont-elles devenues ? Tous reconnaissent le poids excessif du taux d’accensement et l’absence de bras. Les métayers fuient, et la terre ne rapporte plus rien. La conclusion est éloquente : même en trouvant à l’affermer, la seigneurie ne produit que la moitié de ce que l’abbesse en attend. La baisse du taux des rentes est une solution inéluctable. Toutefois, quelques témoignages de production artisanale et de commercialisation attestent du maintien ou de la reprise des activités : c’est le cas en 1384, de ces potiers qui se déplacent au marché de Pouzauges pour vendre leur production3.

  • 4 Favreau R., « Le duc de Berry… », op. cit., p. 104-112 ; Crozet R., op. cit., p. 88 (doc. 372).
  • 5 Favreau R., « La ville de Poitiers… », op. cit., p. 222-223.

6C’est au cours de cette phase délicate, jusqu’au paroxysme de la crise, dans les années 1420, que se multiplient les témoignages d’activités artisanales. Les essais de reconstruction affectent directement le secteur du bâtiment où des chantiers de toutes tailles voient le jour, de la réfection partielle d’églises paroissiales, telle, celle de Pouzioux en 1398, aux travaux du duc de Berry à Poitiers et à Lusignan à partir de 13824. Les tuileries de Boirie, les forêts de Gâtine, du Coulombier et du parc de Lusignan, les carrières de Salles, de Jazeneuil et celles à proximité de Lusignan sont mises à contribution. À Niort, un nouveau port est créé mobilisant une importante main d’œuvre jusqu’au début du xve siècle5. La main d’œuvre est urbaine, mais aussi rurale (charretiers).

  • 6 Recueil des documents…, op. cit., 1896, p. 249 (n° 965, mars 1414) ; Favreau R., op. cit., p. 269  (...)
  • 7 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1376-1377, fol. 6-7 v° ; Arch. dép. vienne, G 853 et 1237, compte (...)
  • 8 Recueil des documents…, op. cit., 1893, p. 144 (n° 1286) ; Recueil des documents…, op. cit., 1888, (...)
  • 9 Favreau R., op. cit., p. 269.
  • 10 Recueil des documents…, op. cit., 1891, p. 307-315 (n° 525).

7À la même période, notons aussi les mentions de travaux à Serigny (1414) dans le Loudunais, de fortifications d’églises comme à Glenay, Bouresse ou au Breuil-Bernard6. Les bâtiments agricoles sont remis en état : moulins ou granges de Cherveux (1376), de Bois-Gerbaut (1407), de Beaumont, ou d’autres dans le Loudunais (1380)7. Les maisons-fortes font l’objet de la même attention à Faugery (1393), au prieuré de Guesne et au Ligron (1380)8. Ces chantiers dynamisent le secteur du bâtiment, mais leur nombre, fourni par les autorisations de fortifier, est moins important que lors de la véritable reconstruction qui débute plus tard9. Ces restaurations et édifications de bâtiments ont un impact sur l’artisanat non seulement urbain mais aussi rural. La confirmation des quatre foires annuelles et du marché hebdomadaire de vouillé, en 1386, révèle la volonté de dynamiser le commerce autour de Poitiers10.

  • 11 Arch. dép. vienne, SAHP 184, fol. 27 v°-28.
  • 12 Ibid, G 63.
  • 13 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 1, C2, fol. 32 v°.
  • 14 Bib. nat., ms. fr. na. 21502 ; Arch. dép. vienne, C317, fol. 145.

8Des tentatives d’implantation de nouveaux sites de production sont constatées autour de la forêt de Mouchamp vers 1400. Le père de Jean Robin, potier, essaye d’y installer son office11. C’est probablement entre 1410 et 1420 que Simon Bussière d’origine berrichonne, maître de la verrerie de la Puye, arrive en Poitou12. L’activité est aussi perçue via les cahiers d’assises : ceux de la Barre à Ménigoute nous apprennent que, en 1404, Jean Pourchaire le Jeune est condamné à une amende pour ne pas avoir livré « deux grosses » de poterie à son client13. En 1420, les comptes de la seigneurie de vasles mentionnent une recette d’ » une somme » de poterie. Les aveux mentionnant des ateliers se font aussi plus nombreux : tuileries de Reigné en 1403 et de Prailles en 140814.

  • 15 Il s’agit souvent d’informations indirectes, tel cet arrentement de 1406, à Ferrière, d’une maison (...)

9Les indices fugaces ne sont pas suffisamment explicites pour mesurer l’état de dégradation des structures artisanales poitevines15. En effet, le nombre de ces témoignages dépend directement du volume de sources conservées et de leur nature. L’activité artisanale rurale n’a pas cessé, au même titre que la vie dans les campagnes. il est par contre probable que le taux d’activité ait subi d’importantes variations durant cette période, profitant de la souplesse des structures.

10L’accalmie permettant le redémarrage des activités est rompue dès les premières années du xve siècle. Le conflit armé reprend en Poitou en 1414. Le paroxysme de la crise pour la royauté française correspond à l’apogée de la ville de Poitiers, momentanément promue capitale du royaume de Bourges. Mais la cour transporte avec elle ses intrigues qui dégénèrent en une guerre privée de 1427 à 1433, opposant George de La Trémoïlle, véritable chef du gouvernement, au connétable Arthur de Richemond. Cette guerre, géographiquement localisée en Poitou, attire dans la région troupes et combats, alors que, au même moment, le principal théâtre des opérations semble devoir se porter dans le nord de la France.

11La période du royaume de Bourges n’a pas eu que des effets bénéfiques pour la région, et les contrastes sont saisissants. En suivant la situation sur deux paroisses bien documentées, il est possible de mieux cerner, sur la durée du conflit, l’impact de la guerre.

La situation du monde rural : le cas de la région de Vasles

  • 16 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1374-1375, fol. 18 v°.

12Les deux censiers de la châtellenie de Bois-Pouvreau de 1374-1375 et 1376-1377 sont suffisamment précis pour comparer les dégâts dus aux troubles. En 1374, le receveur, Pierre Augustin, en énonce clairement les raisons et écrit, « ge ne compte point, pour ce que les teneurs sont mort et sont les dites choses demourantes en froust et n’y a nul héritiers et ne trouve à qui les bailler16 ». Le pourcentage des cens non perçus varie énormément suivant les termes et les seigneuries : entre 8,6 % et 22,6 % des cens en argent dans la châtellenie de Bois-Pouvreau. De 1374-1375 à 1376-1377, la situation semble s’améliorer légèrement : la moyenne annuelle, encore assez élevée, passe de 21,9 % à 18,5 %. En revanche, la seigneurie de Cherveux connaît un appauvrissement de ses ressources. La part des cens et rentes non perçus passe de 23,6 % à 46,6 %. D’un secteur à l’autre, les contrastes sont très marqués.

  • 17 Ibid., fol. 23 v°.

13La perception des recettes en nature est tout aussi délicate. À Ménigoute, le receveur distingue les rentes en céréales perçues et celles restées vacantes : « pour ce que lesd. aveynes estoient dues sont demourante en froust et désert par les guerres et mortalités et ne trouve à qui les bailler17 ». De son avis, les causes de leur chute spectaculaire (plus de 50 % de celles d’avoine) sont conjuguées : effets dévastateurs des guerres, de la mortalité et du dépeuplement. À Cherveux, en revanche, la perception des recettes en nature est plus satisfaisante, et seul le recouvrement des cens en argent semble durement affecté.

  • 18 Arch. dép. vienne, 2H1 98.

14L’état des recettes de la châtellenie de Bois-Pouvreau rappelle ce que nous savons sur la seigneurie de vasles. En 1372, celles d’Ayron, Maillé et vasles sont nulles : « recepta de ayrone, de mailhe, de poylhye, de Vallibus, de sancte philibberto, de Vallesororis, de Vaulifer vacat propter gallicus et propter guerras18. » L’année 1372 constitue une phase critique de la guerre : la reconquête française de Poitiers ouvre le Poitou au duc de Berry. L’agriculture n’est pas le seul secteur de l’économie rurale à être affecté ; tous les réseaux commerciaux le sont.

  • 19 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1374-1375, fol. 16 v°.
  • 20 Sa ferme est de 5 s. t. (ibid., comptes de 1374-1375, fol. 16 v° et comptes de 1376-1377, fol. 2).
  • 21 Arch. dép. vienne, C 317, fol. 70.
  • 22 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1376-1377, fol. 6.

15Ainsi, en 1374, le péage de vautebis sur la vonne n’est pas affermé ; le receveur justifie ainsi cette absence : « car nul marchans n’y passent par les guerres qui estoient lors em pais19 ». Les compagnies perturbent le commerce. Toutefois, les effets néfastes ne sont guère durables et une première reprise limitée s’amorce. En effet, durant l’exercice 1376-1377, le péage trouve pour preneur, Jean Chaigneau, pour 10 s. t, à un prix deux fois supérieur à celui de Ménigoute sur la même rivière20. Le montant de ces fermes paraît bien inférieur à celui du pont de Latillé, près de vasles, dont la valeur est estimée, dans un aveu de 1378, à 30 s. t.21. Lorsque les péages se rapportent aux ponts, ils impliquent leur entretien courant. L’importance de ces revenus autorise une rapidité des réparations, car il est indispensable de préserver une telle source de revenu. C’est le cas du pont de Sanxay, où les réparations sont rapidement entreprises : « estoit choist un arcea que j’ay fait adouber de bois, affin que le péage de Monseigneur ne se dist et le baillay à tache à Jean Garin22 ».

16La chute des revenus seigneuriaux n’est pas la seule conséquence des troubles de la fin du xive siècle. D’autres indices illustrent les bouleversements qui affectent la région : l’état de la population est un de ces indicateurs.

Le renouvellement de la population

17La diminution de la population entraîne l’extension des friches. Cependant, l’absence de censiers complets antérieurs aux crises du milieu du xve siècle interdit de mesurer l’ampleur de ce mouvement. L’évolution démographique durant cette période est pour ces mêmes raisons difficilement perceptible.

  • 23 Ibid.
  • 24 La comparaison est faite avec les années 1470-1475.
  • 25 Stouff L., La ville d’arles à la fin du moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 124, 130-132 ; Higoun (...)
  • 26 Boutruche R., « Les courants de… », op. cit., p. 13-37, 124-154 ; Fourquin G., op. cit., p. 422- 4 (...)

18La première source fiable est le censier de 137423. À cette époque, les crises économiques et frumentaires du début du xive siècle, les guerres et la Grande Peste ont déjà fait leurs ravages. Il est simplement permis de comparer les états de la seconde moitié du xive siècle et de la seconde moitié du xve siècle24. Les censiers n’indiquent jamais un nombre d’habitants : seule transparaît l’apparition des nouveaux patronymes, révélatrice d’une immigration. Cette méthode de recherche est courante dans les études urbaines (Périgueux, Arles, Albi, Toulouse25). il est possible d’évaluer la proportion d’immigrants par période en suivant le renouvellement des patronymes, sous réserve de quelques précautions sur lesquelles nous reviendrons au cas par cas. La reconstruction s’effectue dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Un grand brassage de population est visible dans les régions les plus touchées par les destructions, les mieux connues étant le Bordelais et l’Île-de-France26.

  • 27 Les noms les plus portés sont Rousseau (14 mentions), Garin et Poter (8 mentions), De Borde (7 men (...)
  • 28 Coulet N., « Population et société à Pourrières (1368-1430), premier bilan d’une enquête »,Études (...)

19Le censier de Bois-Pouvreau a permis de recenser 267 feux, soit 153 patronymes différents, mentionnés de 1 à 14 fois. L’indice de condensation (stock de noms pour 100 individus) en 1374 est de 57,3 % et l’indice de concentration (pourcentage d’individus portant les 12 noms les plus portés) est de 25,4 %27. Dans les années 1470-1475, on dénombre 242 noms de famille différents pour plus de 360 feux. Le tableau n° 16 illustre le renouvellement des patronymes. Sur les 153 noms comptabilisés au xive siècle, seuls 65 (42 %) perdurent au siècle suivant. Dans le même temps, 88 noms (58 %) ont totalement disparu. À titre de comparaison, les chiffres de Pourrières, un village de Provence, sont assez proches ; entre 1368 et 1401, 55 % des patronymes disparaissent. Le contexte troublé explique et favorise la rapidité avec laquelle les patronymes se renouvellent : il y a deux tiers de noms nouveaux en 140128.

Tableau n° 16 : Disparition et conservation des patronymes autour de Vasles et Ménigoute entre 1374 et 1470

Tableau n° 16 : Disparition et conservation des patronymes autour de Vasles et Ménigoute entre 1374 et 1470

20La proportion des nouveaux noms en 1470 est de 73 % : les patronymes connus à la fin du xive siècle représentent seulement un quart du total. Le renouvellement de la population, réparti sur environ un siècle, est tout à fait considérable. Le taux d’extinction des patronymes, 58 %, est important. Il représente la perte de plus de la moitié de la population, et cela malgré une date initiale déjà bien avancée dans le xive siècle. La longueur de la période concernée expliquerait aussi l’ampleur du changement.

  • 29 Nau C., Contribution à l’histoire de l’Aunis et de la Saintonge pendant la guerre de Cent ans, thè (...)
  • 30 Dupâquier J., op. cit., p. 397 (pages d’A. Higounet-Nadal).

21Toutefois, l’amplitude du mouvement migratoire est à modérer. D’une part, les nouveaux patronymes correspondent à une frange de la population nouvellement arrivée, mais dont l’origine peut être locale, car les patronymes ne sont pas symptomatiques des régions voisines29. Il s’agit alors de glissements de village à village. D’autre part, les résultats de l’analyse doivent être minorés et relativisés, car un certain nombre de tenanciers du xve siècle sont les descendants par les femmes de ceux du xive siècle. Seules les branches masculines s’éteignent, faisant disparaître le patronyme, mais la famille et le lignage peuvent subsister par les femmes. Aujourd’hui, il est impossible d’évaluer la mobilité de cette population féminine par rapport à la population masculine et d’expliquer plus précisément la répartition des apports d’éléments extérieurs. Arlette Higounet-Nadal estime que les flux migratoires dérivant de la guerre et de ses conséquences économiques se sont arrêtés une vingtaine d’années après la fin des troubles30. Le phénomène a pu aussi s’éteindre progressivement pour retrouver un rythme plus habituel. En considérant la fin des troubles en Poitou au moment de la Praguerie de 1440, la poursuite des flux d’après-guerre s’est achevée vers les années 1460, soit une décennie avant la rédaction des censiers étudiés.

  • 31 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 1, B63, avril 1479.

22Cette période correspond en Poitou à la multiplication des créations de marchés (à partir de 1469), à l’affermissement de la situation et à la généralisation de la reconstruction agricole. La documentation révèle l’établissement de 110 foires et de 17 nouveaux marchés répartis sur 41 sites entre 1450 et 1500. L’importance de ce nombre témoigne du désir de renouer avec des échanges en dehors du simple marché local. En même temps, la multiplication des procès sur les droits de péage illustre le regain d’intérêt des seigneurs pour cette source non négligeable de revenus. En 1479, la dame de La Barre s’oppose au seigneur de Bois-Pouvreau au sujet de la possession des péages sur la Vonne, où un système d’abonnement est en place31. Cette période va maintenant retenir notre attention pour éclairer les aspects économiques de l’artisanat rural.

La reconstruction du monde rural et les redevances artisanales

23Le premier apport financier perceptible, celui des redevances pour l’accès aux matières premières et au combustible, est-il véritablement intéressant pour les seigneurs fonciers ? Ces redevances ne sont pas uniques ; d’autres possibilités existent pour participer aux bénéfices des activités artisanales. Par l’étude des chartes et des baux de reconstruction dans la région de vasles, nous saisissons le redémarrage de l’activité économique à partir des années 1435-1440. Cette date est en corrélation avec les autorisations royales de fortifier l’habitat seigneurial. Celles-ci quasi inexistantes avant 1428, se multiplient à partir de 1430. L’établissement d’une forteresse seigneuriale ou d’une simple église fortifiée est déterminant. La sécurisation est une condition importante de la mise en route de la reconstruction qu’elle précède de quelques années. Autour de vasles, le mouvement s’affermit doucement à partir des années 1450. Des lenteurs sont perceptibles jusque dans les années 1490 ou une quinzaine de baux de terres en friche sont signés en 5 ans par la seule abbaye Sainte-Croix de Poitiers.

24Dans ce mouvement, les artisans sont présents. La profession est mentionnée pour 45 % des 72 actes en notre possession : on y retrouve trois tuiliers, deux charpentiers et un chapelier. Ceci est particulièrement faible, en comparaison du nombre d’artisans connus dans certaines paroisses. De plus, l’origine géographique, stipulée dans 60 actes, témoigne de la similitude entre la paroisse d’origine et les friches prises à bail pour 64 % des cas. Dans 32 % des actes, la paroisse est voisine, et seulement deux baux témoignent d’une origine plus lointaine – et encore, il s’agit d’un noble poitevin, Jacques de la Court. Cela ne permet donc pas d’appréhender une quelconque immigration. Mais revenons maintenant à l’artisanat.

25La reconstruction n’affecte pas uniquement les productions agricoles, elle entraîne aussi l’activité artisanale. Le suivi de la population produisant la terre cuite au sein des trois villages spécialisés autour de vasles est significatif. Le tableau n° 17 donne le nombre d’artisans actifs année après année entre 1463 et 1474, signe de la vitalité de la production de terres cuites, qui attire et fait vivre de plus en plus de familles.

  • 32 Arch. dép. vienne, 2H1 9 et 45.

Tableau n° 17 : Nombre de potiers et tuiliers payant une redevance pour l’accès à la terre dans la région de Vasles entre 1463 et 147432

Tableau n° 17 : Nombre de potiers et tuiliers payant une redevance pour l’accès à la terre dans la région de Vasles entre 1463 et 147432
  • * Le compte de l’année 1464 est absent et celui de 1468 est trop peu détaillé.

26Note*

27Ces redevances touchant l’accès aux matières premières constituent une trace très ancienne du système seigneurial. Elles n’ont guère évolué depuis leur apparition au xie ou xiie siècle. Face à l’essor économique et au dynamisme artisanal généré durant la seconde moitié du xve siècle, quels prélèvements les seigneurs opèrent-ils ?

28L’étude de la rentabilité du secteur artisanal est une tâche ardue. Il est plus simple de mesurer le poids des redevances dans le budget seigneurial. Pour un seigneur, c’est le premier apport financier. Elles ne réclament aucun investissement particulier et sont payables en nature ou en argent. Examinons ces dernières, dont l’interprétation est plus aisée. Dans la seigneurie de vasles, elles rapportent, chaque année, 5 s. t. par tuilier ou 1 s. t. par potier actif. Son rapport est donc variable d’une année sur l’autre (tableau n° 18). De 1465 à 1474, de 1 l. 7 s. t. à 2 l. 10 s. t. entrent dans les caisses de la seigneurie. La faiblesse des revenus issus de l’artisanat de la terre est flagrante. Considérés, au même titre qu’un cens, comme une recette immuable, ils ne pèsent généralement pas plus de 10 % de ces recettes. En 1465, le rapport est de 11 %, en raison de la faiblesse générale des recettes immuables. La croissance postérieure de ces dernières, qui doublent rapidement, contraste avec la légère augmentation en valeur absolue de la redevance.

  • 33 Montant en livres, sous et deniers tournois. Ibid., 2H1 45.

Tableau n° 18 : Part des revenus issus de l’artisanat de la terre cuite dans les recettes de la seigneurie de Vasles entre 1465 et 147433

Tableau n° 18 : Part des revenus issus de l’artisanat de la terre cuite dans les recettes de la seigneurie de Vasles entre 1465 et 147433

29Le rapport de cette redevance et des recettes globales en argent, est encore plus significatif. Durant les plus petits budgets, en 1465, 1466, et de 1469 à 1471, il n’excède guère 1 %. À titre de comparaison, les fermes des bois du Chilleau rapportent annuellement 40 l. t., soit entre 10 % et 20 % du total des recettes. Or ce sont ces bois qui souffrent de l’activité artisanale par le creusement des fosses pour extraire l’argile. On saisit mieux alors les raisons motivant les abbesses à maintenir la redevance des tuiliers, unique moyen en leur possession pour taxer cette activité.

  • 34 Chapelot J., « Le droit d’accès… », op. cit. et au Chilleau cf. p. 144-45.

30Non seulement la reconstruction agraire entraîne une augmentation régulière des recettes de la seigneurie, mais elle diminue la part de celles issues de l’artisanat de la terre cuite. De plus, le mode d’imposition, quelques sous par artisan, est totalement inadapté à l’essor de la production. Il frappe de manière identique un tuilier cuisant une seule fournée et celui qui en effectue dix. Ce type de redevance doit, à l’origine, être prévu pour taxer modérément une production alimentant la seigneurie et ses voisines. La commercialisation des productions à l’extérieur du domaine ainsi que l’essor de l’activité à la fin du Moyen âge sont plus tardives. La structure archaïque de la redevance n’est donc plus adaptée et elle se déprécie avec le temps. Dans un contexte de forte croissance démographique et économique, la valeur du bois croît régulièrement : la vente de merrain ou de bois de chauffage, par exemple, offre une redoutable alternative pour l’exploitation des forêts. Face à la réussite économique des artisanats du feu, certains seigneurs entament de longues procédures afin de modifier l’assiette et le montant des redevances ou de cantonner les prélèvements à une partie réduite des bois concernés. Il en est ainsi à vasles et Écoyeux où les seigneurs fonciers cherchent à participer aux fruits de la croissance34.

  • 35 Arch. nat., 1AP 1583 ; Arch. dép. Vienne, G 43.
  • 36 Ibid., 2H1 46, n° 106.
  • 37 Ibid., G 39.

31La seule possession de la matière première n’est pas dans ce cas un facteur enrichissant : produire semble plus rémunérateur. D’autres types de redevances moins archaïques permettent une meilleure participation des seigneurs à l’essor artisanal. Celles indexées sur le nombre de fournées taxent ainsi l’importance de la production. C’est le cas de la redevance pour le combustible acquittée par les potiers d’Espinasse35. Payée à hauteur de 40 d. t. par fournée, elle rapporte 9 l. 15 s. t. en 1503-1504 et 10 l. 10 s. t. en 1505-1506, respectivement pour 12 et 11 artisans actifs. À titre de comparaison, à vasles, le nombre d’artisans actifs varie entre 16 et 24, pour une entrée d’argent de 4 à 8 fois inférieure. L’importance des revenus de la baronnie de Chauvigny, plus de 1300 l. t., confère aux redevances des potiers d’Espinasse un poids néanmoins tout à fait négligeable, moins de 1 %. À la fin du Moyen âge, les redevances ne sont pas remises en cause par les artisans : elles sont anciennes et font partie de la coutume. Cela n’empêche pas de fréquents impayés : les tuiliers se retrouvent convoqués devant les assises seigneuriales pour plusieurs années d’arrérages. En 1488, à vasles, huit sont assignés pour des retards allant de deux à sept ans : « deffendeur Jehan Sabourin pour xii d. t. non payés pour raison de la terre qu’il prent à fère potz et deuz de sept années36 ». Nous en ignorons les causes : problèmes financiers, mauvaise volonté des artisans ajoutée à l’absence des officiers seigneuriaux, et, plus tard, à celle des fermiers généraux ? Les artisans d’Espinasse se font aussi rappeler à l’ordre dans les années 1620, alors que le fermier général de Chauvigny n’a rien reçu depuis dix-huit ans37. Ces retards de paiement ne sont pas en soi exceptionnels ; certains seigneurs ou paysans se font remarquer par des aveux non rendus ou des cens non payés. Toutefois, cette situation est révélatrice d’une tension de plus en plus présente et de la distance grandissante entre le seigneur ou son représentant et une redevance au rapport symbolique.

Artisanats et seigneurie rurale : évolution d’un rapport de force

32L’utilisation de sources indirectes, comme les archives judiciaires, pallie astucieusement l’absence de documents statistiques fiables. La documentation judiciaire est à cet égard révélatrice des tensions puis des conflits, qui découlent de l’évolution des relations entre seigneurie rurale et artisanat. Les actes classiques des chartriers ruraux (baux, ventes…) peuvent aussi nous informer sur d’autres formes de réactions seigneuriales.

Une réaction juridique

33En dépit d’une législation qui semble en place depuis plusieurs siècles, les conflits sont fréquents et ont tendance à se multiplier à partir de la seconde moitié du xve siècle. Le bois est la ressource conflictuelle par excellence. Si les artisans se trouvent, lors de procès, en compagnie d’autres usagers ruraux, avec le temps, les attaques sont beaucoup plus ciblées et destinées à mieux surveiller leur activité.

  • 38 Cf. p. 31.
  • 39 Gallia Christiana, t. II, instr., n° XXXVI, col. 355., cité par Sanfaçon R., op. cit., p. 46.
  • 40 Sanfaçon R., op. cit., p. 111.

34Les chartes de coutume poitevines, peu nombreuses, règlent de manière globale la question des matières premières, sans aborder l’artisanat. Celles conservées témoignent de l’intérêt porté aux bois et visent à en réglementer l’accès. Au début du xiiie siècle, dans la forêt de La Saisine, la distinction est déjà effective entre la prise de bois pour l’autoconsommation et celle donnant lieu à un commerce38. Les conditions sont très proches des interdictions du comte Geoffroy pour les usagers de Chizé, en 1135 : « et ut in bosco nullam potestam haberet nec vendendi, nec donandi, nec accipiendi, nec in viridi, nec in sicco39 ». une autre restriction figure dans le texte de la forêt de La Saisine : celle protégeant les espèces les plus nobles (chêne, hêtre, frêne et tilleul) devant donner lieu à une « montrée » sous le contrôle d’un forestier. Néanmoins, la plupart du temps la distinction autoconsommation et commerce n’est même pas spécifiée. De telles mentions sont présentes aux xiie et xiiie siècles, quand la pression démographique est plus manifeste et le bois plus rare40. Le monde rural va bientôt atteindre ses limites, laissant transparaître les signes du « monde plein » de Pierre Chaunu. Auparavant, le vocabulaire est moins précis, comme si la plus faible concurrence nécessitait moins de détails. Cependant, il faut attendre le xive siècle pour que la réaction s’amplifie et s’organise.

Le modèle royal

  • 41 Ordonnances des rois de France, t. II, p. 244 et t. vi, p. 210 et 222.

35L’arsenal juridique existe depuis les ordonnances de la seconde moitié du xive siècle. Les plus importantes, celles de Philippe vi de valois, de février 1346, et de Charles v, de juillet 1376, structurent l’administration des Eaux et Forêts et dotent la royauté des armes législatives pour lutter contre la déforestation41. D’une part, la volonté de ne plus donner de droits d’usage est manifeste (article 19 de 1346), d’autre part les activités artisanales sont interdites dans les forêts royales (article 33 de 1376). L’interdiction touche alors simplement les charpentiers et les ouvriers de nef, de vaisseaux à vin et autres bois d’œuvre. Les textes sont beaucoup plus précis lors de la reprise de la promulgation d’ordonnances, au xvie siècle par François Ier. L’article 9 de l’ordonnance de 1519 étend ces interdits :

  • 42 Chauffour J. de, op. cit., fol. 127.

« Les maistres gruyers, verdiers maistres des gardes ou maistres sergens ne doivent bailler congez ou permissions, anciennement appellez attelages, à tuilliers, pottiers, verriers, forgerons, cercliers, tourneurs, sabotiers, cendriers et tous autres de prendre terre, mine de bois, faire cendres et exercer lesdits mestiers dans les forests, sur peine de privation de leurs offices, et d’amende arbitraires : et aux dessusdits ouvriers est deffendu de prendre, ny faire aucune des choses dessusdites, sur peine d’amende arbitraire et de confiscation de leurs outils42. »

36Après les ordonnances de la seconde moitié du xive siècle, dont le nombre témoigne directement de leur impact limité, celles du xve siècle sont ponctuelles et témoignent d’un relatif désintérêt. La désertion des campagnes et la baisse de la population ont minimisé la pénurie criante du siècle précédent. Mais à la fin du xve siècle, le dynamisme économique et démographique génère très vite la réapparition des maux anciens. Les textes se multiplient à nouveau de manière exponentielle au xvie siècle (1516, 1517, 1518, 1519, 1520, 1528, 1537), témoignant des sempiternelles difficultés du pouvoir royal à les faire appliquer.

  • 43 Arch. dép. vienne, En 1355.
  • 44 Ibid., C 317, fol. 24 v° et C 322.
  • 45 Coquille G. de, op. cit., p. 168.
  • 46 Cette mesure est clairement énoncée pour la première fois dans le tout début du règne d’Henri II ((...)

37Localement, cette tension est perceptible. Quand, en janvier 1531, les habitants de Charassé, La Jourie, Montigny et Crousset reçoivent la confirmation de leur usage en la forêt royale de Moulière, ils se voient, dans le même temps, spécifier en toutes lettres l’impossibilité d’employer les bois de chauffage, auxquels ils peuvent prétendre, pour cuire les tuiles, la chaux, les poteries et autres « sous peine de privation de leur droit d’usage et autres amendes arbitraires43 ». La distinction très nette témoigne de la confusion existante, confusion que le pouvoir royal s’efforce d’effacer. Les premières mentions de cet usage, en 1404 et 1506, ne comportent rien de tel44. Dans ces deux documents, l’interdiction est coutumière, donc implicite. En effet, la définition et les limites de l’usage sont normalement connues de tous ; il est nullement besoin d’en repréciser le cadre. La sentence de 1531 intervient après la promulgation de l’ordonnance royale de 1519. Cette nouvelle volonté, motivée par l’aggravation de la situation des forêts et par l’augmentation du nombre d’usagers, a pour objectif d’éviter l’installation de nouveaux habitants sans droit. La sentence de 1531 est très significative ; la reconnaissance de l’usage s’accompagne d’un dénombrement et de la description « des vrais habitants demourans auxd. villages » ; 30 feux sont alors recensés. À titre de comparaison, lors de l’aveu de 1404, seulement 9 personnes ont comparu, trois fois moins qu’en 1531. Toute nouvelle installation est interdite, et le droit reste accordé sur la base d’un feu unique. La division du feu ou son augmentation par croissance naturelle n’entraîne aucun accroissement des droits45. Il sera ensuite limité aux maisons installées depuis au moins 40 ans46. Il s’agit là d’une réaction de grande ampleur animée par le zèle du grand maître des Eaux et Forêts, Pierre de Waty. Dès son arrivée en 1526, il décide de briser toutes les oppositions. La sentence est située dans la phase de reprise en main de l’administration et des forêts royales sous François Ier, au moment où le pouvoir entreprend un redressement législatif, avec une demie douzaine d’ordonnances entre 1515 et 1543. La protection des bois devient une priorité.

Une position seigneuriale qui évolue

38Les cahiers d’assises ont toujours permis de saisir les activités illicites dans les bois, mais derrière le filtre des archives judiciaires, il est très délicat de distinguer l’artisan du simple paysan. En Poitou, il faut attendre le xve siècle pour être en possession de documents plus précis et abondants. Prenons l’exemple de la forêt de vouillé, près de Poitiers.

  • 47 Arch. dép. vienne, G 1386.
  • 48 Favreau R., op. cit., p. 438, n. 811. Dans d’autres régions de France, les boulangers risquent la (...)

39En 1440, les chanoines de l’église Sainte-Radegonde de Poitiers accusent les usagers de vouillé de ramasser abusivement du bois d’œuvre et de chauffage, de dégrader la forêt de vouillé par un pacage abusif47. Les habitants, qui payent une redevance annuelle de 20 l. t., font bloc derrière les contrevenants. Ils prétendent avoir un plein usage, c’est-à-dire user du bois comme bon leur semble, quand les chanoines leur autorisent seulement un usage dans une partie de la forêt délimitée chaque année. Les procédures témoignent d’incidents directement liés à des tâches non agricoles. En effet, les paysans usagers profitent de leur position pour détourner l’usage vers des activités artisanales. Dès 1485, ils s’improvisent charpentiers, marchands de bois ou boulangers pour améliorer leur quotidien, et vendent leur production à des non-usagers. Les pains de vouillé, très réputés et bon marché, inondent le marché poitevin, conférant de confortables revenus aux habitants de la paroisse48. On le constate : derrière une procédure assez classique se profile l’ombre d’activités dynamiques et en plein essor. Toutefois, le procès n’est pas uniquement ciblé contre des artisans ; il vise d’abord l’attitude de la totalité de la communauté pour se répercuter, à l’occasion, sur les artisans. Ils ne sont qu’un facteur aggravant.

  • 49 Arch. dép. vienne, 2H5 31.
  • 50 Devèze M., op. cit., t. II, p. 30.

40Pourtant, il existe en cette fin du xve siècle une législation visant à limiter les effets dévastateurs de la suractivité artisanale. En plus d’une coutume peu explicite, les ordonnances royales peuvent servir de support à toute velléité protectrice. Leur impact sur les forêts seigneuriales est d’abord très limité ; lors des procès, les mentions sont très rares. Dans l’état actuel de nos connaissances, l’unique référence au modèle royal date de 1480, lors du procès opposant l’évêché de Poitiers au couvent de La Puye pour des droits d’usage dans la forêt de La Gâtine49. C’est une date très précoce, car c’est au xvie siècle que les intérêts s’entrechoquent le plus violemment50.

  • 51 Ordonnances des rois de France, t. vi, p. 220-21.
  • 52 Ibid., t. III, p. 19 ; Devèze M., op. cit., t. I, p. 68.
  • 53 Devèze M., op. cit., t. 2, p. 81.

41Dans sa plaidoirie, le procureur de l’évêque insiste sur le fait que les personnes ayant un droit d’usage à édifier doivent se comporter « comme les usagers du roi et des seigneurs barons ont l’habitude de faire, c’est à dire qu’ils ne peuvent le faire sans le montrer aux officiers du roi et des seigneurs ». Il ajoute plus loin que les « ordonnances royales sur les forests en Poitou sont telles que aucun usager ne peut prendre bois pour édifier » dans les bois qui sont défendables. L’évêque essaye ici de démontrer l’aspect irremplaçable de son autorisation. Il s’appuie pour cela sur les règles communes des forêts du domaine royal et en particulier sur l’ordonnance de Charles vi de juillet 1376, dont l’article 30 précise qu’avant toute prise de bois, pour édifier ou pour un autre usage, les officiers doivent vérifier les titres, les modalités d’usage et l’état de la forêt51. L’article 12 de l’ordonnance de décembre 1355 mentionne le droit d’ingérence des officiers royaux dans les affaires seigneuriales ; l’idée d’un intérêt public supérieur est en place, mais l’ordonnance interdit aussi à ces mêmes agents de s’occuper d’affaires autres que de celles du roi52. Les résistances sont très fortes et le resteront, car c’est une atteinte aux prérogatives du seigneur foncier. Alors qu’auparavant la chose n’est qu’implicite, l’ordonnance de 1519 indique clairement que les propriétaires de bois peuvent utiliser les ordonnances royales, sans déroger au droit local53.

  • 54 Arch. dép. vienne, 2H5 31.
  • 55 Rigaudière A., article « législation royale », Dictionnaire du moyen Âge, Gauvard C., De Libéra A. (...)

42Les limites de l’argumentation de l’évêque ne manquent pas d’être pointées par les religieuses de La Puye : « item et ainsi n’y feroient rien les ordonances royaulx par lesquelles led. demandeur veult dire que les boys et forest du roy sont deffensables, car les boys dont à présent est question n’appartiennent au roy mais aud. demandeur par son dire54 ». L’intérêt de ces mentions précoces réside dans l’illustration des progrès de l’influence des ordonnances royales en Poitou, dont la légitimité est loin d’être acceptée par tous. Comme le dit Albert Rigaudière, « il faudra découvrir encore bien des ordonnances… pour prouver que l’adage… Voluntas domini regis in suo regno facit jus, a pu avoir quelque influence sérieuse et perturbante sur l’ordre juridique privé médiéval55 ». Moyens limités, moindre volonté à une période où la pression sur les bois n’est pourtant pas encore à son apogée dans la région, quoi qu’il en soit il faut attendre la fin du xvie siècle pour être le témoin d’un véritable acharnement contre les artisans et les usages.

  • 56 Arch. dép. vienne, G 39.
  • 57 Corvol A., L’homme et l’arbre sous l’ancien régime, Paris, 1984, p. 323.
  • 58 Arch. dép. vienne, G 19, 26 (pièce n° 41) et 39.

43Le village d’Espinasse illustre cette évolution. Les usages sont une première fois remis en cause par l’évêque de Poitiers, en 1571, mais apparemment sans lendemain avant le début du xviie siècle56. C’est alors qu’une nouvelle série de procédures se met en place pour d’importants arrérages et le refus des artisans de voir certaines coupes passer en futaie pour produire du bois d’œuvre. Ceci en interdirait l’accès à tous les usagers. L’opposition est telle que des incendies volontaires sont allumés. Ce type d’attentats collectifs est particulièrement courant au xviie siècle, face à l’intrusion d’officiers des Eaux et Forêts ; ils ne diminueront pas avant le xviiiesiècle57. Le différent se focalise rapidement sur le nombre de fours à chaux exploités car l’existence d’une partie d’entre eux semble illégale. Leur construction serait la conséquence de la forte demande occasionnée, vers 1575, par l’édification de l’enceinte de Chauvigny. Depuis, les fours supplémentaires, cause de discorde, seraient à l’origine de la dégradation des bois ou, au moins, de l’aggravation de la situation. La procédure est difficile à suivre, et la multiplication des condamnations (1629, 1640, 1681) témoigne de l’impuissance de l’évêque à protéger ses forêts58. L’unique moyen mis en œuvre pour diminuer la pression des artisans sur les massifs est de limiter le nombre de fours, pour faciliter la surveillance. En théorie, seuls trois fours partagés par la communauté échappent à la destruction ordonnée.

  • 59 Ibid., 2H1 45.
  • 60 Ibid., 2H1 46, n° 106.
  • 61 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 1.
  • 62 Sivery G., op. cit., p. 290.
  • 63 Arch. dép. vienne, 2H1 49, n° 31.
  • 64 Ibid., 2H1 49, n° 48, 11 avril 1613.

44Autre réaction possible, la modification de l’assiette de la redevance. À la fin du xve siècle, les tuiliers du Chilleau ont le droit d’extraire de la terre contre une redevance annuelle de 5 s. t. par artisan59. Nous suivons, dans les sources, cette redevance jusqu’en 148860. En 1602, cinq tuiliers sont condamnés à une amende de 15 l. t., lors d’une sentence de la maîtrise des Eaux et Forêts : ils ont dégradé la forêt en faisant des fosses pour extraire la terre61. Ils doivent les reboucher sous six mois et sont interdits d’extraction. Il n’est aucunement question de la redevance ; le litige porte sur les dégradations des tuiliers et les fosses restées ouvertes, donc dangereuses pour les autres usagers. L’obligation de les reboucher se rencontre ailleurs en France dès le xiiie siècle ; dans le Hainaut, à Herchie, des charbonniers y sont obligés62. En 1611, Charles du Chilleau rend hommage à Charlotte Flandrine de Nassau, abbesse de Sainte-Croix, pour son fief du Chilleau63. Il reconnaît posséder les trois tuileries du Theil, d’Alain Porchaire et de François Bonnaud, deux des tuiliers incriminés en 1602 (carte n° 11). Le seigneur du Chilleau avoue surtout le droit de prendre terre à faire tuiles pour ses tuiliers du Chilleau et de Bois-Coutant en échange de 200 tuiles par four et 40 s. t. pour les quatre sergents de l’abbaye. Nous sommes alors bien loin des 5 s. t. par tuilier, du xve siècle. En 1613, une transaction permet de clore provisoirement le conflit64. Le seigneur du Chilleau y obtient pour ses fermiers le droit de prendre de la terre contre 10 s. t. et 200 tuiles par four et par an, et l’augmentation de la dîme des sergents de 10 à 15 s. t.

  • 65 Ibid., 2H1 50, n° 74, 5 décembre 1682.
  • 66 Ibid., 2H1 51, 7 septembre 1712.
  • 67 Ibid., 2H1 52, 26 février 1764.

45Comment l’assiette de la redevance a-t-elle pu passer du potier au four ? Le changement est pourtant fondamental, car il ne touche plus l’usager mais l’outil de travail. Ce passage ne permet pas forcément un suivi beaucoup plus aisé des artisans. Si contrôler l’extraction de la terre est toujours délicat, surtout quand le centre de la seigneurie est à 10 km du bois concerné ; le four, lui, est un élément bien visible. Toutefois, une redevance sur les fournées aurait pu apparaître plus juste et plus proche de la réalité de l’activité réelle. Cette solution n’a pas été retenue, peut-être parce que cela bouleversait totalement les habitudes des artisans et des officiers chargés de la perception. Que la redevance soit assise sur le tuilier ou sur le four, elle reste annuelle et n’exige pas une surveillance trop grande, alors que le contrôle des fournées nécessite une présence plus régulière. En 1682, considérant ces droits comme une extravagante servitude, la Table de Marbre décide de casser l’accord de 1613 qui avait doublé la redevance des tuiliers65. Cette sentence fut-elle réellement efficace ? Nous pouvons en douter. En 1712, le bois est retiré du bail de la ferme de vasles pour être cédé aux seigneurs du Chilleau en bail emphytéotique de 99 ans, pour 400 l. t. par an66. Cela fut une très mauvaise affaire financière pour l’abbaye, qui ne rectifie pourtant pas la situation avant 1764 où, par une ultime transaction, les deux parties s’entendent entre elles sur une sorte de cantonnement du droit d’extraction, accord passé à l’amiable67. Une parcelle de 12 boisselées dans le bois-l’Abbesse est délimitée et bornée le 19 février 1762 ; la terre et le sable nécessaires aux deux tuileries du Chilleau et de Bois-Coutant pourront y être prélevés contre une rente annuelle de 4 l. t.

  • 68 CHAPELoT J., op. cit., p. 132.

46Le conflit, né à la fin du xvie siècle, découle directement du contexte socio-économique porteur et n’est pas spécifique au Poitou68. L’économie, exclusivement centrée jadis sur la seigneurie, s’est ouverte vers l’extérieur au moins depuis le xiie ou xiiie siècle ; elle est devenue une économie marchande, et ses échanges se sont intensifiés. La forêt est mise à contribution par des coupes réglées alimentant les besoins industriels et ceux de la population. Face à cette situation, le cadre coutumier qui régit l’accès aux matières premières vole en éclats ainsi que l’organisation économique des ateliers. À Espinasse, la multiplication des fours et la volonté de faire évoluer les méthodes sylvicoles cristallisent les oppositions ; ailleurs, elles découleront de la commercialisation ou de la faiblesse des redevances. La réaction seigneuriale symbolise une prise de conscience face aux dégradations et à l’évolution des rapports de force au sein de la seigneurie. Le combat sera long, mais, avec le temps, la résistance des communautés rurales, qu’elles soient artisanales ou non, finira par s’éroder. Cantonnements, disparitions d’ateliers indépendants, modifications de l’assiette des redevances se multiplient. À ce titre, la situation de l’artisanat rural n’est pas plus figée que celle des campagnes parfois taxées d’immobilisme.

47Le rapport entre l’artisanat et la seigneurie rurale ne peut se résumer à une unique lutte autour de l’accès aux matières premières ; ce serait là trop réducteur. Au-delà de la protection des forêts, importante source de revenu pour leurs propriétaires (du roi au plus petit seigneur), se démarque une volonté de dynamiser le développement économique d’un territoire parfois pauvre (notamment en pays de brandes) en investissant dans le secteur industriel.

L’investissement des élites

  • 69 Le rôle de 1552 mentionne 68 avocats et 77 procureurs : 65 % des procureurs appartiennent aux 15 % (...)
  • 70 À Paris, Fourquin G., op. cit., p. 465, Tours, Chevalier B., op. cit., p. 417, Bordeaux, Boutruche(...)
  • 71 Favreau R., une famille… op. cit.
  • 72 Merle L., op. cit., p. 61-63 ; Favreau R., op. cit., p. 198.
  • 73 Favreau R., « La ville de Poitiers… », op. cit., p. 523-26.

48L’oligarchie poitevine, celle des grands marchands, des hommes de loi qui dominent les offices royaux, jouit au milieu du xve siècle d’une indéniable réussite économique, profitant de la position de Poitiers. Sa situation dans la hiérarchie urbaine et sa richesse ont été mises en évidence par l’étude des rôles d’imposition poitevins du xvie siècle69. Les bénéfices financiers ainsi réalisés sont, comme au début du xive siècle, réinvestis dans l’achat de terres et de seigneuries appartenant à la petite noblesse rurale. L’attrait des notables pour les fiefs autour des principales villes françaises est réel70. À Poitiers, l’exemple des Claveurier, grande famille de bourgeois poitevins, est assez significatif71. Par une série de mariages avantageux (avec la famille Eschalard) et d’achats de terres, ils renforcent constamment leur position. L’acquisition en 1453 de la seigneurie de La Barre-Pouvreau est la plus importante. Pastichant la vie des nobles, ils participent, comme ces derniers, à la formation des métairies en Poitou72. Les achats sont facilités par la coutume locale. En effet, influencée par le droit romain, elle accorde seulement à l’aîné un faible avantage sur ses frères et sœurs, et, ce, dans la majeure partie du sud et de l’est du Poitou. Le morcellement des fiefs fragilise donc la position des seigneurs73.

49L’attrait du secteur artisanal peut aussi se mesurer à partir des achats ou des prises de contrôle d’ateliers par ces élites. L’évolution du statut des ateliers témoigne ainsi des cotes en fonction des secteurs.

Les modes d’acquisition

  • 74 Arch. dép. vienne, E2 sup. 212-214 (26/03/1447, 07/1473, 07/07/1476, 18/04/1485, 25/04/1499, 12/03 (...)
  • 75 Ibid., 1E sup. 1, B523 et 524 ; Merle L., op. cit., p. 73.
  • 76 Le Roy Ladurie E., Les paysans du Languedoc, Paris, 1969, p. 55-56. Le retournement de conjoncture (...)
  • 77 Braudel F., Labrousse E., op. cit., p. 582.
  • 78 La mention « à son grand besoin et nécessité » a été plusieurs fois trouvée (Arch. dép. Deux-Sèvre (...)

50Attardons-nous sur ce que nous savons de l’exemple des tuileries du Chilleau. Entre 1447 et 1524, il nous est possible de suivre les acquisitions de deux des seigneurs du Chilleau, Gauvain et Louis, son fils. En 77 ans, 19 transactions sont connues, concernant toutes sortes de biens immobiliers (maisons, vergers, prés, terres labourables, bois)74. on comptabilise quatre échanges, une vente unique de 35 l. t. et donc 17 achats répertoriés pour un total de 251 l. 17 s. 6 d. t., 29 s. t. de rente annuelle, quelques boisseaux de seigle et une rente constituée d’un montant de 22 s. 10 d. t. et d’une prévendée de baillarge. En restreignant la phase chronologique aux années les plus denses (1500-1524), 12 transactions en 24 ans, sont réalisées par les seigneurs du Chilleau, soit une tous les 24 mois. Certes il y eut des moments dans l’histoire où les mouvements de propriété furent plus importants, mais ce qui nous intéresse ici, c’est la concentration sur une petite zone autour du village du Chilleau. C’est aussi la période qui voit naître deux des quatre métairies voisines du seigneur de La Barre (1518, 1530)75. Ces remaniements du parcellaire génèrent un regroupement territorial au détriment de petits champs épars que les paysans en difficulté sont obligés de vendre. En France, la conjoncture à la fin du xve siècle et au tout début du xvie siècle est considérée comme encore favorable à la main-d’œuvre salariée et aux petits paysans76. Les années 1500-1520 sont une charnière où la production agricole stagne. Les friches à remettre en culture sont de plus en plus rares, et la poussée démographique se fait durement sentir77. Toutefois, aucun des documents en notre possession ne précise les raisons des ventes ou des échanges, alors que ces mentions existent par ailleurs78.

51Le retrait féodal des abbesses de Sainte-Croix opéré sur deux pièces de bois, en 1520 et 1521, témoigne de l’emprise seigneuriale qui pèse sur ces terres. il s’exerce uniquement sur des bois, perpétuel objet de convoitises. C’est l’unique frein rencontré par les seigneurs du Chilleau.

  • 79 Il s’agit là de la seigneurie dite aussi de La Pinachère et de La Bourdelière, du Chilleau ou du B (...)
  • 80 C’est la copie d’un aveu antérieur, probablement du milieu du xve siècle, et il sera lui-même repr (...)

52Les acquisitions des du Chilleau s’élèvent à 43,5 boisselées de terre (environ 348 ares) et 3 journaux de prés (environ 90 ares), 7,5 maisons, 11 vergers représentant 8 journaux et 3 planches (240 ares et 24 ares). Cela représente un total de plus de 7 hectares (sans compter la surface des maisons) plus la superficie inconnue des terres de 4 contrats. L’effort d’acquisition est notable, d’autant qu’il porte aussi sur du bâti. La taille exacte du village du Chilleau demeure inconnue. François Rousseau, seigneur de La Pinachère79, dans un aveu et dénombrement de 1538, reconnaît y posséder 7 hébergements et un moulin80. Dans le recensement des années 1475-1480, il y a au moins 14 feux au Chilleau. il ne faut pas prendre ces données pour une valeur absolue ; néanmoins, il est clair qu’il ne s’agit que d’un gros hameau, partagé entre deux branches d’une même famille noble, les Rousseau et les du Chilleau. L’achat des 7 maisons sur un total de 14 feux est considérable.

  • 81 Merle L., op. cit.

53La multitude des achats effectués par les seigneurs du Chilleau autour de ce village nous interpelle. Elle se rapproche des acquisitions des seigneurs poitevins, cherchant par ce biais à constituer des métairies. La fin du xve siècle et le début du xvie siècle voient se dérouler seulement les premières phases de restructuration de la propriété rurale ; elle sera plus rapide durant toute la seconde moitié du xvie siècle81. Toutefois, il convient de s’interroger d’abord sur l’attitude des seigneurs du Chilleau dans la réorganisation de leurs domaines puis sur leur position face aux petits ateliers artisanaux du lieu.

  • 82 Ibid., 2H1 45.
  • 83 Ibid., J 1289.
  • 84 Ibid., E2 sup 212. En 1538, l’aveu de François Rousseau fait état des maisons et gaigneries des Fa (...)
  • 85 Ibid., 2H1 49, n° 31.
  • 86 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 2, 28 mai 1622, 30 mars 1642. La maison et les terres de Bois-C (...)
  • 87 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 2, 27 août 1652, inventaire après décès de Jacques du Chilleau.

54En 1470, Pierre Sapin est déjà qualifié de métayer de Gauvain du Chilleau, bien que nous ignorions de quelle métairie il s’agit82. Ensuite, les sources deviennent malheureusement plus floues. La seconde mention de métayer, Sébastien du Chilleau, date de 1553, mais de nouveau sans plus de détails83. En 1588, lors du partage des biens de François Rousseau, seigneur de la Pinachère, trois métairies (Les Faugères, La Pinachère, La Grange) sont mentionnées, ainsi que la borderie du village du Chilleau84. Cette dernière comporte un jardin et une tuilerie. Deux tuileries sont signalées près de l’hôtel du Chilleau et du champ Marconnay (carte n° 11)85. Il faut attendre le milieu du xviie siècle pour voir apparaître celles de La Porte, du Rivault, de Bois-Mérault et de Bois-Coutant86. Dès le début du xviie siècle, la seigneurie du Chilleau possède plus d’une demi-douzaine de métairies87. Leur création s’est opérée dans le courant du xvie siècle autour du Chilleau, et il est possible de les mettre en relation avec les achats du début du xvie siècle de la famille du Chilleau.

  • 88 Ibid., L. 3, 24 juin 1668.
  • 89 Ibid., 2H1 59.
  • 90 Carte n° 11, Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2463, L. 3, cahier de comptes du seigneur du Chilleau 1669- (...)
  • 91 Arch. dép. vienne, 2H1 49, n° 31, 30 mai 1611.

55Les aveux du xviiie siècle mentionnent la métairie de La Porte (du château du Chilleau), jouxtant la tuilerie du Chilleau et affermée, en 1668, à Aymet David, un tuilier du lieu88. En 1714, un aveu signale la présence dans le haut du pré du Chilleau d’une zone où étaient « autrefois plusieurs maisons dont partye me doivent cens et rentes et ont esté depuis jointes à mon domaine ; et tout maison, fours à tuiles qui y estoient autrefois ont esté detruites tant par feu mon père que par moi et mis en pré89 ». il s’agit de la tuilerie d’Aymet David, détruite en 1669, quand il reprend la tuilerie du Chilleau90. Les bâtiments rasés correspondent à l’ancienne tuilerie du Theil et aux maisons des tuiliers mentionnés dans l’aveu de 161191. En effet, des deux tuileries (Bonnaut et du Theil) citées en 1611, aucune ne subsiste en 1714. Elles sont remplacées par celle jouxtant la métairie de La Porte, ce qui nous conduit à nous demander s’il n’y a pas à la fois une volonté de concentration des structures de production de la part des seigneurs du Chilleau et un désir de rapprochement du château. Il n’est fait aucune mention du village du Chilleau, et tous les hommes sont des tuiliers seigneuriaux.

56Entre la fin du xve siècle et le xviie siècle, alors que les seigneurs du Chilleau créent leurs métairies, peu de documents illustrent la vie des tuileries. Les seigneurs du lieu semblent parvenir à prendre entièrement le contrôle de l’artisanat de la tuile autour de Bois-l’Abbesse. Il faut noter que le même silence entoure le changement, contemporain, de l’assiette de la redevance due à l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers. Les étapes nous échappent, mais les seigneurs semblent vider le village, où travaillent jusqu’à neuf artisans à la fin du xve siècle, rachètent tous les biens vacants et créent une ou deux tuileries seigneuriales. Seuls deux des patronymes des tuiliers du xviie siècle, Porchaire et Moreau (ou Morin), étaient présents au Chilleau au xve siècle ; tous les autres sont nouveaux. On peut se demander si les artisans indépendants ne sont pas devenus des fermiers de leur seigneur, de la même manière que les tenanciers deviennent des métayers. Quant à l’habitat, il apparaît de plus en plus sous la forme de métairies. À la fin du xviiie siècle, il n’y a plus de village du Chilleau, mais le plus étonnant est la disparition dès la fin du xviiie siècle, de toute indication micro toponymique permettant de le localiser.

  • 92 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 3, 24 juin 1668.
  • 93 À cela il faut rajouter quelques corvées typiques des baux de métairie du xviie siècle, à savoir l (...)

57À en juger par l’âpreté avec laquelle elle soutient un siècle de procédures contre les abbesses de Sainte-Croix, la famille du Chilleau porte un indéniable intérêt à l’artisanat de la tuile, d’autant qu’elle est l’héritière d’une longue phase de concentration de biens immobiliers. L’apport financier est intéressant : 50 l. t. et 1 000 tuiles de ferme pour une tuilerie en 166892, sans avoir à se charger des bâtiments car ils sont entretenus « de la main de l’ouvrier ». Les tuiliers sont tenus d’acheter le bois au seigneur du Chilleau et ils doivent en plus une taxe de 3 l. t. sur chaque charroi de tuiles, briques ou carreaux qu’ils font faire aux métayers du seigneur93. Ce type d’évolution du statut des ateliers génère un changement de l’artisanat rural poitevin.

Évolution du statut des ateliers

58L’intérêt pour les tuileries se mesure globalement grâce à l’évolution du statut des ateliers. Tous les ateliers repérés ont été regroupés en fonction de leur propriétaire aux xve et xvie siècles. En tenant compte de la qualité des sources, il a été possible de déterminer deux phases lors de la période étudiée. Une coupure se produit en effet au xvie siècle. Elle correspond à la fin du renouveau économique qui marque le xve et la première moitié du xvie siècle, au moment où les sources écrites sont moins nombreuses (tableau n° 19). Il y a, pour la fin du Moyen âge, une importante marge d’incertitude, conséquence du grand nombre d’ateliers connus par une simple mention dans un aveu ou dans un compte de construction. Ces documents ne nous renseignent pas sur le mode de gestion, ce qui fragilise notre démonstration.

Tableau n° 19 : Synthèse du statut des ateliers de terres cuites en Poitou

Tableau n° 19 : Synthèse du statut des ateliers de terres cuites en Poitou

59Néanmoins, plusieurs tendances se dégagent :

  • Les ateliers indépendants sont majoritaires avant 1550 et minoritaires après. Le type et le volume de documents à notre disposition après la seconde moitié du xvie siècle favorisent le repérage des ateliers affermés par des bourgeois ou des seigneurs.
  • Les tuileries et les fours à chaux suivent ce mouvement. Si, avant 1550, des tuileries indépendantes existent un peu partout en Poitou, après 1550, il semble qu’elles soient confinées à un petit nombre de villages spécialisés. En effet, trois des tuileries indépendantes sont aussi connus pour leur production de poteries à partir de la seconde moitié du xvie siècle. il s’agit d’Espinasse, d’Argentières et du groupe Les Noues-La Pionnière, où une activité liée à la terre cuite perdure depuis plusieurs siècles. il y a, en ces lieux, une permanence de la production des terres cuites architecturales et de la chaux. Malheureusement, il n’est pas possible d’appréhender une éventuelle chute du volume de production ou une réorganisation des débouchés de ces ateliers indépendants. Le nombre de tuileries affermées est aussi le signe de l’intérêt porté par la noblesse et la bourgeoisie à cette production.
  • Les poteries ne suivent pas cette évolution. Elles font beaucoup plus rarement l’objet de fermes ou de rentes. Leur gestion est, la plupart du temps, directement aux mains du potier lui-même. Ce système reste majoritaire, bien que quelques fours soient affermés aux xviie et xviiie siècles, en particulier autour de la forêt de Moulière et à La Pionnière. ils sont donc localisés au sein même des villages spécialisés, à côté d’autres gérés par les artisans. Cette coexistence ne doit pas surprendre. Si les fours ne sont pas gérés en commun, comme à Espinasse, rien n’empêche un bourgeois d’investir en rachetant un four pour l’affermer ensuite, même si les familles d’artisans demeurent majoritairement propriétaires.
  • 94 Chapelot J., « Aspects socio-économiques… », op. cit., p. 172.

60L’intérêt financier des tuileries est supérieur à celui des poteries, car l’usage de la poterie n’a pas subi de développement intense à la fin du Moyen âge, contrairement à celui de la tuile. De plus, l’essor du secteur du bâtiment nécessite l’emploi de chaux en grand volume, ces deux produits sortant des mêmes ateliers. Cela pourrait être encore plus marqué si la région faisait un grand usage des terres cuites dans l’architecture civile, comme le Toulousain ou les Pays-Bas. Il reste que dans des régions proches de la Charente, les plus anciennes pancartes de péages du xiiie siècle ne mentionnent que la chaux et la tuile, et nullement la poterie. Celle-ci n’apparaît qu’au xve siècle, comme si sa commercialisation, tout d’abord délaissée, n’avait connu qu’un essor tardif94.

  • 95 Le four à chaux de Bignoux de l’abbaye de La Celle existe au moins depuis 1635 (Barentin J.-H., Co (...)
  • 96 Les tuileries du village des Jollis, propriété depuis 1625 de Jean Guyon, écuyer, seigneur de la v (...)
  • 97 La tuilerie de la Maillaterie, mentionnée dès 1599, est aux mains d’un garde de la forêt (Barentin(...)
  • 98 Il est situé à La Foye, propriété d’un certain Davaillaud (Barentin J.-H., Colbert de Croissy C. o (...)

61Les ateliers circonvoisins de la forêt de Moulière illustrent parfaitement cette évolution. Les documents, fournis lors des procédures de la réformation des forêts en Poitou entreprise par Colbert durant la seconde moitié du xviie siècle, témoignent de l’intérêt général pour cette activité. Il existe alors une tuilerie ecclésiastique95, cinq appartenant à des nobles96 et une à un roturier97. Si la grande majorité des textes concerne les tuileries, un seul et unique four à pots est affermé, en 1608, pour la modique somme de 4 l. 10 s. t.98. Seules les tuileries et les fours à chaux seront détruits ; les potiers seront soumis à une amende. Le nombre de ces derniers progresse nettement moins vite que celui des tuiliers.

  • 99 Barentin J.-H., Colbert de Croissy C., op. cit., p. 170-172. Sa valeur marchande est malheureuseme (...)

62Prenons un exemple, celui de Pierre Baron, seigneur de vaujalais, procureur du roi en la maîtrise des Eaux et Forêts. Il s’attache à acquérir une tuilerie à Bignoux, celle-ci est possédée, depuis au moins 1631, par les frères Briand, tuiliers de leur état. Il l’achète en deux temps en 1637 et 1647. Sitôt les deux moitiés rassemblées, Pierre Baron s’occupe de déplacer la tuilerie du village de Bignoux, en lisière de la forêt de Moulière, au lieu de vaujalais, avant de s’empresser de la bailler à rente à d’autres tuiliers99. Il s’agit d’une récupération de structure existante et de ses droits. La rentabilité de la tuilerie ne peut être mise en doute ; le nombre de fours existant autour de la forêt en est la preuve. L’atelier est ensuite déplacé pour détourner l’interdiction formelle de construire de nouveaux ateliers en lisière des forêts royales. Malgré ces précautions, il sera détruit durant la réforme des forêts du Poitou.

63Quelles que soient les options choisies par les investisseurs, l’attrait des structures proto-industrielles est manifeste. Certains domaines demeurent cependant aux mains des artisans ruraux alors que les plus importants deviennent seigneuriaux.

Économie de marché et diffusion des activités

64Si les productions artisanales attirent les détenteurs de capitaux, nous percevons déjà de fortes disparités par secteur d’activités. il conviendra d’utiliser convenablement tous les types de documents à notre disposition afin de mesurer la rentabilité des différents secteurs artisanaux, d’apprécier la stratégie des élites qui influence directement la diffusion des activités et leur pérennité.

La politique des élites

  • 100 Chapelot O., « Les tuileries ducales… », op. cit., p. 30-32.

65L’exemple bourguignon est le plus documenté concernant les modes de gestion et la rentabilité des tuileries seigneuriales. Dans le premier quart du xve siècle, devant un état de déficit chronique, les nombreuses tuileries ducales changent de système de gestion. Le duc de Bourgogne choisit la privatisation des ateliers créés à l’origine pour répondre à la forte et ponctuelle demande de ses chantiers100. Effectivement, d’ateliers ducaux entièrement à la charge financière de l’administration princière et employant des artisans salariés, nous sommes passés à un secteur quasi privé où la construction des bâtiments et leur entretien sont à la charge des tuiliers qui achètent au duc le droit de construire et d’utiliser l’atelier. Cette transformation radicale du secteur ne peut s’être réalisée sans un essor de l’artisanat de la terre cuite architecturale et une croissance notable de la demande. C’est une source potentielle de profit, ce qui en fait tout son attrait. En Poitou, la documentation ne permet pas de tels calculs. il faut alors se tourner vers d’autres outils.

  • 101 Les manœuvres sont payés 15 d. t. à la journée. D’autres gagnent 2 s., 3 s. 4 d. ou 4 s. t. suivan (...)
  • 102 Bon Ph. « une innovation technique et artistique au xive siècle : les carreaux de faïence au décor (...)

66Étienne Gervais, le receveur des comptes du duc de Berry pour le palais de Poitiers, mentionne les salaires versés « aux ouvriers des carreaux ». Quelles que soient leurs compétences respectives, il est possible de les suivre de novembre 1384 à février 1386101. Jean de valence, dit le Sarazin, appelé pour l’occasion, dirige l’installation ex-nihilo d’un atelier, en plein Poitiers, près de l’hôtel de vivonne où il est d’ailleurs hébergé102. Tout l’aspect financier des infrastructures est à la charge du budget ducal, ainsi que l’approvisionnement en matière première : terre, combustible, plomb et étain, comme les manœuvres. Ils sont tous, quel que soit leur degré de connaissances, salariés pour une activité ponctuelle. Le four semble complètement disparaître à l’achèvement du chantier. La ville, grande consommatrice de terres cuites, aurait pu être intéressée par un tel ouvrage, mais apparemment, les ateliers situés à sa périphérie continuent de l’approvisionner. La taille de la commande n’est pas à l’origine du choix de ce mode de gestion. il faut en chercher la cause dans le caractère totalement ponctuel de la commande, ajouté à une technique tout à fait inconnue des artisans locaux, celles des carreaux de faïence bleue. Le maître artisan étranger appelé n’est pas installé dans un atelier local, qui aurait été peu adapté à sa technique de travail. De plus, les campagnes poitevines, même en ces périodes d’accalmie et de paix, n’offrent pas toutes les garanties de sécurité pour un hôte si précieux.

  • 103 Arch. dép. vienne, 1H2 101. Merci à Fabrice Mandon qui m’a signalé ce document.
  • 104 Arch. dép. vienne, reg. 22 sup., n° 111, p. 231.

67La documentation sur la gestion des tuileries seigneuriales en Poitou est tardive. Le plus ancien bail retrouvé date de 1524 : la tuilerie de Pruizé est affermée pour 4 000 tuiles plates, 1 000 carreaux et un tonneau de chaux103. L’entretien des bâtiments est à la charge des fermiers, ainsi que dans tous les baux de l’époque. Parfois le montant d’une ferme apparaît dans un censier tels ce tonneau de chaux et ces 200 tuiles courbes payées par les fermiers de la tuilerie de Ferrières en 1494104. Certains d’entre eux négocient avec l’abbaye un simple droit de travailler dans la tuilerie moyennant une redevance à la fournée.

  • 105 Chapelot O., « Les ouvriers du métal… », op. cit., p. 337-355. La proche Champagne méridionale con (...)
  • 106 Chapelot O., « Tuiliers bourguignons… », op. cit., p. 196-197.
  • 107 Chapelot O., « Les tuileries ducales… », op. cit., p. 32.
  • 108 Les ateliers seigneuriaux sont accensés ou loués à l’année ou jusqu’à 29 ans, en Quercy. Tout est (...)
  • 109 Amouric H., « Le seigneur, la communauté et le potier - l’industrie céramique en Provence à la fin (...)

68Sur le long terme, l’intérêt de la bourgeoisie et de la noblesse pour le secteur artisanal peut aussi se mesurer via la gestion et les bénéfices. Les travaux bourguignons ont pu mettre en évidence l’existence d’ateliers seigneuriaux en gestion directe. Les tuiliers y sont de simples employés, et toute l’infrastructure est assurée par le receveur de la seigneurie. Ce système semble apprécié quand le duc de Bourgogne a un grand besoin de tuiles ou de briques105. D’un point de vue financier, il a été possible de calculer le peu d’intérêt de ce mode de fonctionnement sur le long terme. Les dépenses occasionnées par l’entretien, les salaires et les matières premières ne sont pas compensées par le commerce. C’est une solution ponctuelle106. Il n’y a donc pas de rigidité dans le système de gestion des tuileries ducales, et l’on passe aisément d’un faire-valoir direct à un faire-valoir indirect. Cette souplesse permet de s’adapter aux besoins du domaine ; l’amodiation est le choix courant, accompagnée d’une rente en argent ou en nature suivant les besoins du seigneur. L’étude des clauses des fermes des tuileries ducales témoigne de la rentabilité de plus en plus importante de ce secteur107. C’est là un phénomène constaté ailleurs en France108. En revanche, des régions comme la Provence ne connaissent pas ou peu ce système où les rentiers, nobles ou bourgeois, n’investissent guère dans le secteur de l’industrie et de l’artisanat. Les communautés urbaines prennent alors le relais109.

  • 110 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 157, L. 5.

69L’investissement des élites est malgré tout contrasté. Arrêtons-nous quelques instants sur le cas Philippe de Commynes, seigneur d’Argenton-Château110. Après sa mort en 1511, ses héritiers se battent afin de conserver ses biens poitevins fortement contestés. Parmi les procédures, en 1514, sa veuve fournit un compte relativement détaillé des investissements réalisés depuis 1473 par feu son mari. Plus de 82 000 l. t. sont justifiées en 57 articles. L’argent de ce seigneur sert à embellir, parfois de manière somptueuse, la ville d’Argenton-Château, son château, sa chapelle, en installant et en restaurant pressoirs, caves, moulins et corps de logis. Ailleurs, de nombreuses métairies sont rebâties, ainsi que des étangs, des moulins à grains, des granges, des fours, des halles… Sur les 47 articles, un seul est lié à une activité artisanale. Il s’agit du 23e, concernant deux moulins à draps à Argenton-Château. Les dépenses effectuées à cette occasion s’élèvent à 80 l. t., dont 30 pour la réfection de la chaussée. Cela représente un pourcentage ridiculement infime de la totalité de l’investissement consenti par Philippe de Commynes. Ce personnage n’apparaît pas, au moins pour ses terres d’Argenton-Château comme un grand entrepreneur industriel.

  • 111 Pièce jointe n° 6.
  • 112 Il s’agit peut-être de Boussac, un village de la commune de Pressac ou d’Antigny, dans la vienne : (...)
  • 113 L’abbaye Sainte-Croix de Poitiers s’oppose avec force à Maurice Claveurier, de Poitiers, au sujet (...)

70Prenons un autre exemple, celui du moulin à fer édifié sur le Clain, à partir de 1531, par un certain François Daniau et ses descendants111. Cet atelier, bâti sur une terre tenue pour une rente de 4 l. t. du château de Champagne-Saint-Hilaire, est l’œuvre d’une famille de marchands de Bussac, les Daniau112. Assurément fortuné, Jean Daniau, seigneur de Puynard, qualifié de marchand, marie l’une de ses filles à l’un des Poitevins les plus en vue de la première moitié du xvie siècle, François Doineau, échevin, maire de Poitiers, reçu au Parlement de Paris qu’il quitte en 1527 pour devenir lieutenant général de la sénéchaussée de Poitou. Cette alliance est significative du poids de la famille Daniau. L’existence du moulin à fer est connue par l’intermédiaire du procès entamé par les chanoines de Saint-Hilaire de Poitiers en vue d’obtenir sa destruction. Sa chaussée interdit, en effet, l’exploitation des pêcheries canoniales, noie certains prés et diminue considérablement le débit du Clain, rendant inutilisables les moulins situés en aval. Ces installations témoignent de l’encombrement au xve siècle des rivières poitevines, dont le débit n’est guère important. Les conflits sont donc fréquents113.

  • 114 Depuis le règne de François Ier et les guerres contre Charles Quint, la France n’a plus accès aux (...)
  • 115 Arch. dép. vienne, G 742-744.

71L’investissement global consacré à cet atelier demeure inconnu, mais il doit être sûrement considérable, à en juger par l’ardeur avec laquelle les Daniau défendent leur forge. Cela confirme tous les bénéfices attendus de cette installation114 et montre aussi tout l’intérêt porté par la bourgeoisie marchande aux structures de production proto-industrielles. Il ne fait pas de doute que les Daniau, en marchands avisés, sont sensibles aux profits que peut engendrer ce type d’installation. Sa destruction pourra ainsi être évitée, mais les propriétaires sont condamnés à des dédommagements financiers importants. ils cèdent un pré aux chanoines pour compenser ceux rendus inutilisables, payent 40 l. t., 12 anguilles et 4 l. t. de rente perpétuelle pour les pêcheries et le lieu du moulin, fournissent toute la chaux et le bois nécessaires à la réfection du pont de Lamilhère et prennent à ferme, pour 27 ans et 70 prévendées de seigle et 10 de froment, le vieux moulin gêné par la chaussée. Les implications financières des Daniau sont vraiment considérables. La valeur de la ferme des moulins à blé est doublée par rapport à son estimation lors du procès et les preneurs sont, bien entendu, comme tout bon fermier, obligés d’entretenir convenablement les installations. La charge supplémentaire imposée pour le règlement du conflit, bien qu’importante, doit être jugée surmontable par cette famille ; c’est du moins leur point de vue. Plus aucun texte ne mentionne postérieurement une forge à cet endroit, mais son existence est fossilisée par un micro-toponyme qui subsiste encore dans le parcellaire de la fin du xvie siècle115.

72Autre point intéressant : la chaux utilisée pour la réfection du pont vient de la tuilerie des Daniau. Cette famille apparaît donc très impliquée dans plusieurs types d’ateliers de production – forge, tuilerie, moulin à blé. Le moulin à fer n’est pas, pour eux, un coup d’essai, mais il témoigne de toute évidence d’une diversification de leurs activités.

73Les considérations d’ordre économique sont prédominantes, et l’objectif est de profiter d’un secteur dynamique. Les conséquences de ces préoccupations se font sentir dans la localisation des ateliers.

La diffusion et la concentration des ateliers

74L’investissement spéculatif et l’économie de marché ont pour effet d’engendrer une répartition géographique des structures de productions qui n’a plus rien à voir avec les besoins de la seigneurie. Dans le cadre d’une économie domaniale, les ateliers de production sont répartis au sein d’un territoire de manière à alimenter de petites aires géographiques, pouvant se calquer sur l’étendue d’une seigneurie. Cette situation a probablement déjà souffert de la première phase de l’intrusion de l’économie de marché jusqu’à la fin du xiiie siècle. Le phénomène connaît un second et considérable essor à partir du xve siècle.

  • 116 Arch. dép. vienne, E4 1 139 ; ibid., G 63 et 69 ; ibid., 2H1 5 31 ; Barbier A., « Études sur le Ch (...)

75Prenons l’exemple des vallées de la Gartempe, de la Creuse et de l’Anglin, aux confins du Berry (carte n° 12)116. Entre Lésigny au nord et Nalliers au sud, sont installées pas moins de quatre tuileries, deux verreries, quatre grosses forges, un moulin à tan et un à papier et au moins huit moulins à blé (dont un non localisé). Nous pouvons y ajouter les tuileries proches de Saint-Sauveur et Espinasse ainsi que la verrerie de Bichât à Archigny, non reportées sur la carte. Ce dernier chiffre est inférieur à la réalité puisqu’aucune archive n’a été dépouillée pour la vallée de la Creuse et le sud de celle de l’Anglin (notamment les archives de l’abbaye de Fongaubault).

  • 117 Pièce jointe n° 3.
  • 118 La valeur des premières fermes perpétuelles, bien que plus élevée qu’un simple cens, n’a pas évolu (...)
  • 119 Arch. dép. vienne, E4 1, L. 139, 22 février 1461 (1462 n. s.).

76À partir de 1454, la présence d’une verrerie à Mouton, affermée 10 l. t., est signalée. Entre 1454 et 1469, une nouvelle baillette est signée avec un certain Denis Delis pour la forge à fer, dite de Maillé. La ferme, d’un montant annuel de 15 l. t., est fixe au moins jusqu’à la fin du xve siècle117. À partir de 1475, nous apprenons qu’un nouveau marteau « a este nouvellement bailhé à Jehan Gissart avec la forgerie à fer » pour une somme annuelle de 5 l. t. La taille des ateliers croît en même temps que leur nombre. Pour une raison inconnue, en 1508-1509, il est fait mention d’un nouveau bail annuel cédé à un nommé Jean Guissart pour la somme de 85 l. t.118. Il semble que les receveurs de l’Évêché aient pris conscience de l’essor de la valeur de la forge et qu’ils aient réussi à réajuster le prix de la ferme à un niveau plus conforme à la réalité et à l’inflation de la période. Le procès sur la forêt de Gâtine, perdu par l’évêque, qui nous apprend la forte diminution de la superficie du massif, pourrait être la cause de la croissance du prix de la ferme. Le financement de ces projets nous échappe ; les comptes, il est vrai lacunaires, mentionnent seulement des travaux dans les moulins à blé. Les dépenses occasionnées pour l’entretien des moulins sont très importantes. Pierre Pellerin passe un contrat avec Guillaume de May, charpentier, pour la façon de toute la « chapuise » des moulins de La Roche-Posay, depuis le bas jusqu’au « fust chappeau ». Le charpentier ne fournit aucun bois, n’effectue aucun charroi, mais reçoit 15 écus d’or (20 l. 12 s. 6 d. t.)119. Le système des fermes oblige les maîtres à l’entretien permanent des bâtiments.

  • 120 Favreau R., op. cit., p. 437.
  • 121 Braunstein Ph., op. cit., p. 33.

77Une nouvelle activité fait aussi son apparition dans les comptes de 1508. Jean Poitevin paye 10 l. t. de cens pour le moulin à papier de la varenne, alors en ruine. Son apparition est malheureusement inconnue, et il n’en est même pas question dans les comptes de 1475, 1477 et 1536. Cette nouvelle expérience semble avoir été sans lendemain. Cet échec n’est pas unique, car, en 1536, la forge de Maillé est dite, elle aussi, en friche120. Ainsi, l’importance des capitaux engagés et la technologie mise en œuvre ne sont pas toujours synonymes de pérennité. Cette région à l’est de Poitiers abrite d’autres forges dont les propriétaires sont inconnus. Signalons celles du Chêne, de Nalliers et de La Roche faisant de cette vallée un foyer de développement métallurgique important. Ces quatre forges sont installées sur moins de 10 km. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, en vue d’installer à Poitiers une fabrique d’armes en plus de six fondeurs originaires de Tours, on fait appel à un ouvrier d’Angles pour « habiller les poudres » et à un brigandinier de Saint-Savin. Cette région pourrait bien avoir joui, à la fin du Moyen âge, d’une renommée toute particulière en Poitou dans le domaine de la métallurgie. La proximité du Berry, où le développement du procédé indirect est attesté, n’est peut-être pas étrangère à cette situation. Ce secteur est entièrement régi par les lois de l’économie de marché et s’adapte beaucoup plus rapidement aux avancées technologiques121.

78Les revenus liés aux activités artisanales en général représentent, jusqu’en 1508, de 2 % à 4,6 % des recettes totales de la baronnie, bien moins que celles liées aux ventes de blé par exemple (environ 70 %), mais nettement plus que le profit des redevances perçues pour les droits d’usage. En 1509, après la hausse du prix de la ferme de la forge de Jean Guissard, ce taux passe à 6,6 %, alors que les recettes de la châtellenie sont multipliées par deux. Bien que ce pourcentage reste faible, il illustre la volonté seigneuriale de participer plus intensément aux fruits des activités rentables.

79Rien n’est fait pour restreindre le développement des activités dans la vallée. il faut distinguer, dans le rapide catalogue présenté ci-dessus, les activités indispensables à la vie de la seigneurie – les moulins à blé, éventuellement une tuilerie et une forge – de celles, dont l’objectif est purement financier et spéculatif. Pour les premières, la seigneurie est partie prenante dans les investissements, parfois très importants. En Bourgogne, les receveurs ducaux soutiennent, même à perte, une activité indispensable à la vie de la seigneurie. Une fois les besoins satisfaits, les ateliers ne sont plus qu’une tentative de mise en valeur des ressources locales ou un investissement financier, et ils ne subsistent que dans de bonnes conditions de rentabilité.

  • 122 Chapelot J., op. cit., p. 172 et Moorhouse S., « The medieval pottery industry and its markerts », (...)
  • 123 Génicot L., l’économie rurale…, op. cit., p. 105.
  • 124 Leguay J.-P., « Les métiers de l’artisanat… », op. cit., p. 164.

80Quant au rôle des seigneurs ruraux dans le développement des ateliers et de leurs productions, il semble relativement discret. En fait, il se résume en Poitou à dynamiser des productions (la tuile notamment) en obligeant leur utilisation dans les baux de reconstruction, mais cela ne sort pas du cadre restreint de la seigneurie. Dans l’état actuel de nos connaissances, l’interventionnisme des seigneurs tel qu’il a pu être constaté ailleurs ne semble pas de mise en Poitou122. Dans le même ordre d’idées, signalons l’absence de textes cherchant à protéger l’activité les ateliers seigneuriaux de toute concurrence. Ce type de protection, connu en Namurois au xve siècle, vise à une exclusivité, sous la forme d’une banalité associée aux fours à chaux ou aux tuileries, interdisant l’installation de tout atelier concurrent123. En Bretagne, c’est l’autorité ducale qui, consciente de l’intérêt économique et fiscal du développement industriel, encourage autant qu’elle le peut de nouvelles installations. Les exemptions de tailles et de fouages témoignent de cette politique124.

  • 125 Arch. dép. vienne, SAHP 184.

81Ces installations de plus en plus recherchées par les élites urbaines ne font pas l’unanimité. En dehors des échecs économiques, les ateliers de type proto-industriel cristallisent aussi les peurs d’une partie des ruraux. En 1462, une enquête est effectuée pour un conflit opposant les religieux de l’abbaye de La Grènetière et les habitants du bourg de Mouchamp au seigneur Jacques du Puy-du-Fou, en Bas-Poitou. Le nœud du problème est la forêt de Mouchamp125. L’un des témoins, le potier Jean Robin, rapporte que feu Guyon Larchevesque et sa femme Louise Du Plantis donnent à un compagnon verrier, la possibilité de bâtir une maison et verrerie en la forêt de Mouchamp. Sa construction est en bonne voie, quand les habitants du bourg de Mouchamp et les religieux de l’abbaye de La Grènetière effectuent une véritable descente pour tout détruire et voler le bois d’œuvre. vers 1400, le père du potier, tente l’installation d’une poterie dans la forêt, toujours avec l’autorisation des Larchevêque. Mais sous la pression et les menaces des mêmes habitants, il abandonne. Dans les années 1440, Guyon Larchevêque constitue une métairie, dite Chauvin, en lisière de la forêt. L’abbé Ambroise de Grazay s’y oppose en invoquant le risque de destruction totale de la forêt. Les habitants de Mouchamp y détruisent le four (à pain ?) pour la même raison.

  • 126 Arnoux M., « Le fer dans les campagnes médiévales (ix-xve siècle) », l’artisan au village dans l’E (...)
  • 127 Carrion Arregui I., « La sidérurgie basque à l’époque moderne », l’artisan au village dans l’Europ (...)

82Plusieurs points surprennent. D’une part, certaines de ces affaires sont particulièrement précoces, en pleine période de trouble, au moment où la dépopulation est réelle. D’autre part, les oppositions ne sont pas restreintes aux seules installations artisanales, mais elles affectent aussi l’activité agricole, ce qui pour la période est plus étonnant. Il est possible qu’une partie de la révolte soit issue d’un problème de souveraineté, mais les arguments liés aux forêts sont aussi symptomatiques des peurs associées aux artisans et aux artisanats du feu. Ces derniers font vivre une part de manœuvres ruraux résidant à proximité immédiate de l’atelier et toujours favorables à leur installation. En revanche, les autres parties de la population, moins concernées par les retombées économiques et les emplois créés, s’opposent à tous les projets qui pourraient détruire leur ressource en bois. Ce type de réaction est fréquent de la part des communautés paysannes face aux ambitions métallurgiques des moines, cisterciens pas exemple126. De telles oppositions existent plus tardivement, contre l’installation des hauts-fourneaux dans le pays basque du début du xviie siècle127. Elle est, là, le fait des propriétaires des forêts, motivés par leurs privilèges d’achat des bois. Dans le cas des installations du massif de Mouchamp, nous ignorons tout des éventuelles activités des habitants du bourg. Au-delà de ces échecs de nouvelles installations, comment la majorité des ateliers survit-il ?

Pérennité des ateliers

83La permanence de la production de terres cuites marque la viabilité et la rentabilité des installations. La pérennité des ateliers témoigne, indirectement, des moyens de subsistance que l’activité offre aux hommes de métier et de la réunion de toutes les conditions naturelles, physiques, sociales et économiques.

84Le tableau n° 20 est la synthèse de tous les dépouillements opérés dans le cas des ateliers produisant des terres cuites et de la chaux. Les carences de l’époque moderne pourraient être probablement comblées par le dépouillement des volumineuses archives notariales. Argentières est un bon exemple ; la permanence de la production sur les mêmes lieux depuis le Moyen âge ne fait aucun doute, malgré l’absence de textes pour le xviiie siècle. C’est aussi le cas de Nouaillé, L’Hopitau à Boussais et Saint-Porchaire pour le xviie siècle.

  • 128 Carte n° 2 (Arch. dép. vienne, 3H1 903, quittance de 1698 ; ibid., 2H1 52, 20 mars 1734 ; ibid., 1 (...)
  • 129 Dupin C., Dictionnaire géographique et agronomique et industriel du département des deux-sèvres, P (...)

85La remarquable stabilité des ateliers s’impose tout de suite. Il est plus rapide de signaler les quelques disparitions. À Lavausseau, les deux ateliers de Rambart et de La Preille sont en activité dès le xve siècle, et jusqu’au début du xviie siècle pour le second. Ensuite, une tuilerie est en activité à La Loubatière, à 400 m au nord de La Preille, à partir de 1698 et durant tout le xviiie siècle, alors que les deux autres semblent péricliter128. Ce tableau ne reflète pas l’énorme essor de la production de chaux aux xviiie et xixe siècles en Poitou. Dans son enquête du tout début du xixe siècle, le préfet Dupin annonce que chaque pays des Deux-Sèvres possède son four à chaux et sa tuilerie129.

Tableau n° 20 : Activité des principaux ateliers de production de terres cuites en Poitou

Tableau n° 20 : Activité des principaux ateliers de production de terres cuites en Poitou

Légende : π poteries
• terre cuite architecturale (tuiles, briques, carreaux)
∆ chaux
La date correspond à la première mention connue.

86Les choix de production sont stables, et aucun atelier ne passe de la terre cuite architecturale à la poterie. En revanche, tuiliers et potiers cohabitent fréquemment dans les centres de production indépendants : c’est le cas à Espinasse et La Peyratte. Souvent, les hameaux regroupent des tuiliers et des potiers, que les textes distinguent de plus en plus. Ils peuvent vivre dans le même village, mais une certaine spécialisation des hommes et des lieux se dessine alors. Au sein des villages déjà engagés dans la production de terres cuites, les hameaux s’orientent vers un type unique de production. La spécialisation est implicitement reconnue par la redevance. Au Chilleau, le potier Jean Lezay, pour des raisons financières, tente de faire reconnaître sa spécificité au sein même d’un hameau de tuiliers, mais en vain puisque, après le xve siècle, seuls les tuiliers subsisteront. Inversement, les potiers sont largement dominants à La Guérinière : quelques rares tuiliers y demeurent au xvie siècle, trois en tout, soit 8 % des artisans de la terre cuite.

87La permanence de la production dans les centres spécialisés durant plusieurs siècles renforce l’idée d’un artisanat qui ne mérite pas de figurer comme anecdote dans les études sur le monde rural. Le nombre d’artisans actifs à la fin du Moyen âge témoigne du poids de l’artisanat de village, dans l’économie rurale, à cette époque d’ouverture et de mutation des campagnes poitevines et françaises.

  • 130 Favreau R., op. cit., p. 561.
  • 131 Favier L., « La fortune d’un Rochelais du xve siècle : Pierre Doriole », Revue de la saintonge et (...)

88Les très grands marchands urbains sont restés, à Poitiers, un peu en retrait des réseaux de commercialisation des productions locales, ceci, faute d’un intérêt financier aussi intéressant que ceux des fermes des impositions, des carrières financières et des offices royaux130. À La Rochelle, seules la vigne et les salines semblent dignes d’intérêt131.

89Tous les secteurs d’activité ne jouissent pas d’une renommée égale aux yeux des détenteurs de capitaux. Certains, pour des raisons économiques probablement légitimes, attirent plus de bourgeois et de nobles. D’un point de vue purement financier, les productions de terres cuites architecturales et de chaux sont plus rentables que celles de poteries. Ces différences expliquent ensuite la diminution du nombre des tuileries indépendantes en Poitou. Il ne nous est malheureusement pas possible de mesurer les bénéfices potentiels de chaque secteur pour effectuer un classement de rentabilité, notamment entre la verrerie et la métallurgie. Seuls les divers degrés d’implication des acteurs peuvent être considérés comme un indice.

90Certains types de production, demandant de gros investissements, peuvent se développer au xve siècle uniquement par l’intermédiaire de l’aristocratie. L’introduction du procédé indirect dans la métallurgie nécessite l’utilisation de l’énergie hydraulique. Les détenteurs de l’eau et du droit de s’installer sur les rivières sont donc des acteurs essentiels du développement de la métallurgie moderne, même quant ils lui font obstacle comme les chanoines de Saint-Hilaire de Poitiers. Les mêmes impératifs conditionnent la construction de moulins à foulon et de moulins à tan. Les installations sont facilitées jusqu’à la fin du xve siècle par les faibles prix du bois. Quand le combustible est bon marché et plus abondant, au moment où la main d’œuvre est coûteuse et rare, remplacer la force de l’homme par celle de l’eau est une solution de bon sens économique. En tant que propriétaires des bois, les seigneurs laïcs ou ecclésiastiques sont aussi des intermédiaires incontournables pour l’accès au combustible ou à certaines matières premières.

91L’aristocratie, les établissements religieux, mais aussi, de plus en plus, les marchands et les bourgeois urbains, ne pouvaient pas rester en dehors d’un secteur en plein essor. Certes, ils auraient pu se borner à l’accompagner, à n’être que les témoins d’une conjoncture favorable. Cela aurait été sans compter sur l’opportunisme de quelques-uns qui ont parfaitement su saisir les occasions qui se présentaient soit en investissant dans de nouvelles structures, soit en s’arrangeant pour prendre le contrôle d’ateliers indépendants.

Notes

1 Arch. dép. Vienne, 2H1 98.

2 Ibid., 2H1 98, comptes de 1370-1384, fol. 18.

3 Recueil des documents…, op. cit., 1891, p. 213 (doc. 1167).

4 Favreau R., « Le duc de Berry… », op. cit., p. 104-112 ; Crozet R., op. cit., p. 88 (doc. 372).

5 Favreau R., « La ville de Poitiers… », op. cit., p. 222-223.

6 Recueil des documents…, op. cit., 1896, p. 249 (n° 965, mars 1414) ; Favreau R., op. cit., p. 269 ; Arch. dép. Deux-Sèvres, E 1463 et E 1690.

7 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1376-1377, fol. 6-7 v° ; Arch. dép. vienne, G 853 et 1237, comptes de 1407-1408, fol. 68 v° ; ibid., 2H1 98, comptes de 1370-1384, fol. 60.

8 Recueil des documents…, op. cit., 1893, p. 144 (n° 1286) ; Recueil des documents…, op. cit., 1888, p. 104 ; Recueil des documents…, op. cit., 1891, p. 141 (n° 1137).

9 Favreau R., op. cit., p. 269.

10 Recueil des documents…, op. cit., 1891, p. 307-315 (n° 525).

11 Arch. dép. vienne, SAHP 184, fol. 27 v°-28.

12 Ibid, G 63.

13 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 1, C2, fol. 32 v°.

14 Bib. nat., ms. fr. na. 21502 ; Arch. dép. vienne, C317, fol. 145.

15 Il s’agit souvent d’informations indirectes, tel cet arrentement de 1406, à Ferrière, d’une maison et d’un emplacement où il y avait une tuilerie (Arch. dép. vienne, reg. 25 sup., p. 63, 8 novembre 1406).

16 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1374-1375, fol. 18 v°.

17 Ibid., fol. 23 v°.

18 Arch. dép. vienne, 2H1 98.

19 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1374-1375, fol. 16 v°.

20 Sa ferme est de 5 s. t. (ibid., comptes de 1374-1375, fol. 16 v° et comptes de 1376-1377, fol. 2).

21 Arch. dép. vienne, C 317, fol. 70.

22 Arch. nat., 1AP 1497, comptes de 1376-1377, fol. 6.

23 Ibid.

24 La comparaison est faite avec les années 1470-1475.

25 Stouff L., La ville d’arles à la fin du moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 124, 130-132 ; Higounet-Nadal A., périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, 1978 ; Prat G., « Albi et la peste noire », Annales du midi, 1952, p. 17-18 ; Wolff Ph., op. cit., p. 72-74. voir aussi Bourin M., op. cit.

26 Boutruche R., « Les courants de… », op. cit., p. 13-37, 124-154 ; Fourquin G., op. cit., p. 422- 428.

27 Les noms les plus portés sont Rousseau (14 mentions), Garin et Poter (8 mentions), De Borde (7 mentions), Marconnay (6 mentions), Berton, Gautea et Quacaud (5 mentions) et Moreau, Porchaire, Robin, Sabourant, Sapin et Texereau (4 mentions). Pour les définitions et la méthodologie, Bourin M., op. cit.

28 Coulet N., « Population et société à Pourrières (1368-1430), premier bilan d’une enquête »,Études rurales, 1973, p. 108.

29 Nau C., Contribution à l’histoire de l’Aunis et de la Saintonge pendant la guerre de Cent ans, thèse dactylographiée de l’école des Chartes, 1999, p. 182.

30 Dupâquier J., op. cit., p. 397 (pages d’A. Higounet-Nadal).

31 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 1, B63, avril 1479.

32 Arch. dép. vienne, 2H1 9 et 45.

* Le compte de l’année 1464 est absent et celui de 1468 est trop peu détaillé.

33 Montant en livres, sous et deniers tournois. Ibid., 2H1 45.

34 Chapelot J., « Le droit d’accès… », op. cit. et au Chilleau cf. p. 144-45.

35 Arch. nat., 1AP 1583 ; Arch. dép. Vienne, G 43.

36 Ibid., 2H1 46, n° 106.

37 Ibid., G 39.

38 Cf. p. 31.

39 Gallia Christiana, t. II, instr., n° XXXVI, col. 355., cité par Sanfaçon R., op. cit., p. 46.

40 Sanfaçon R., op. cit., p. 111.

41 Ordonnances des rois de France, t. II, p. 244 et t. vi, p. 210 et 222.

42 Chauffour J. de, op. cit., fol. 127.

43 Arch. dép. vienne, En 1355.

44 Ibid., C 317, fol. 24 v° et C 322.

45 Coquille G. de, op. cit., p. 168.

46 Cette mesure est clairement énoncée pour la première fois dans le tout début du règne d’Henri II (Devèze M., op. cit., t. II, p. 123-24).

47 Arch. dép. vienne, G 1386.

48 Favreau R., op. cit., p. 438, n. 811. Dans d’autres régions de France, les boulangers risquent la saisie de leur fournée pour ce type d’infraction. C’est le cas, en Île-de-France où les boulangers de Saint-Christophe prennent leur bois en la forêt d’Halatte (Devèze M., op. cit., t. i, p. 86).

49 Arch. dép. vienne, 2H5 31.

50 Devèze M., op. cit., t. II, p. 30.

51 Ordonnances des rois de France, t. vi, p. 220-21.

52 Ibid., t. III, p. 19 ; Devèze M., op. cit., t. I, p. 68.

53 Devèze M., op. cit., t. 2, p. 81.

54 Arch. dép. vienne, 2H5 31.

55 Rigaudière A., article « législation royale », Dictionnaire du moyen Âge, Gauvard C., De Libéra A., Zink M. (dir.), Paris, PUF, 2002.

56 Arch. dép. vienne, G 39.

57 Corvol A., L’homme et l’arbre sous l’ancien régime, Paris, 1984, p. 323.

58 Arch. dép. vienne, G 19, 26 (pièce n° 41) et 39.

59 Ibid., 2H1 45.

60 Ibid., 2H1 46, n° 106.

61 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 1.

62 Sivery G., op. cit., p. 290.

63 Arch. dép. vienne, 2H1 49, n° 31.

64 Ibid., 2H1 49, n° 48, 11 avril 1613.

65 Ibid., 2H1 50, n° 74, 5 décembre 1682.

66 Ibid., 2H1 51, 7 septembre 1712.

67 Ibid., 2H1 52, 26 février 1764.

68 CHAPELoT J., op. cit., p. 132.

69 Le rôle de 1552 mentionne 68 avocats et 77 procureurs : 65 % des procureurs appartiennent aux 15 % des contribuables payant plus de 5 l. t. d’impôt (ces 15 % s’acquittent de 78 % de l’impôt prélevé à Poitiers) (Jarousseau G., op. cit.).

70 À Paris, Fourquin G., op. cit., p. 465, Tours, Chevalier B., op. cit., p. 417, Bordeaux, Boutruche R., op. cit. p. 368, Toulouse, Wolff Ph., op. cit., p. 605, Chartres, Billot C., Chartres…, op. cit., p. 284-285.

71 Favreau R., une famille… op. cit.

72 Merle L., op. cit., p. 61-63 ; Favreau R., op. cit., p. 198.

73 Favreau R., « La ville de Poitiers… », op. cit., p. 523-26.

74 Arch. dép. vienne, E2 sup. 212-214 (26/03/1447, 07/1473, 07/07/1476, 18/04/1485, 25/04/1499, 12/03/1500, 14/03/1500, 23/04/1516, 05/06/1520, 09/03/1521, 21/06/1521, 04/02/1522, 12/02/1524) ; ibid., 2H 1 47 (06/02/1520, 24/01/1521) ; id., J 211 (18/05/1509) ; Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464 1 (18/01/1474, 18/04/1485, 03/02/1505).

75 Ibid., 1E sup. 1, B523 et 524 ; Merle L., op. cit., p. 73.

76 Le Roy Ladurie E., Les paysans du Languedoc, Paris, 1969, p. 55-56. Le retournement de conjoncture s’effectue pour d’autres après 1500 (Braudel F., Labrousse E., op. cit., p. 530-37). Seule Marie-Thérèse Lorcin estime pour la région lyonnaise que la situation n’est pas aussi prospère et reste donc sceptique (Lorcin M.-Th., op. cit., p. 423-430).

77 Braudel F., Labrousse E., op. cit., p. 582.

78 La mention « à son grand besoin et nécessité » a été plusieurs fois trouvée (Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 1, D32 à 35).

79 Il s’agit là de la seigneurie dite aussi de La Pinachère et de La Bourdelière, du Chilleau ou du Bas-Chilleau (Arch. dép. vienne, 2H1 48, n° 19). Les biens des familles Rousseau et du Chilleau complètement imbriqués font l’objet de fréquents conflits et posent de nombreux problèmes de localisation : la microtoponymie du cadastre napoléonien est insuffisante.

80 C’est la copie d’un aveu antérieur, probablement du milieu du xve siècle, et il sera lui-même repris tel quel jusqu’au xviiie siècle (Arch. dép. vienne, 2H1 47, n° 148). La dernière copie de l’aveu des fiefs du Chilleau et de La Pinachère date de 1683 (ibid., 2H1 49, n° 39).

81 Merle L., op. cit.

82 Ibid., 2H1 45.

83 Ibid., J 1289.

84 Ibid., E2 sup 212. En 1538, l’aveu de François Rousseau fait état des maisons et gaigneries des Faugères, mais aucune métairie n’y est décrite (Ibid., 2H1 47, n° 148).

85 Ibid., 2H1 49, n° 31.

86 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 2, 28 mai 1622, 30 mars 1642. La maison et les terres de Bois-Coutant avaient été acquises le 18 mai 1509 (Arch. dép. vienne, J 211). L’appellation métairie de La Porte est courante en Poitou, tout comme celle de métairie de La Cour. Ces dernières sont souvent constituées autour du château. Les maisons nobles de La Pinachère (ou du Bas-Chilleau) et du Chilleau ont chacune la leur.

87 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 2, 27 août 1652, inventaire après décès de Jacques du Chilleau.

88 Ibid., L. 3, 24 juin 1668.

89 Ibid., 2H1 59.

90 Carte n° 11, Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2463, L. 3, cahier de comptes du seigneur du Chilleau 1669-1675.

91 Arch. dép. vienne, 2H1 49, n° 31, 30 mai 1611.

92 Arch. dép. Deux-Sèvres, J 2464, L. 3, 24 juin 1668.

93 À cela il faut rajouter quelques corvées typiques des baux de métairie du xviie siècle, à savoir le broyage des fils de lin, le fanage des foins et l’aide aux lessives du château.

94 Chapelot J., « Aspects socio-économiques… », op. cit., p. 172.

95 Le four à chaux de Bignoux de l’abbaye de La Celle existe au moins depuis 1635 (Barentin J.-H., Colbert de Croissy C., op. cit., p. 96).

96 Les tuileries du village des Jollis, propriété depuis 1625 de Jean Guyon, écuyer, seigneur de la vatre ; de la métairie de Mauvais-vent, du sieur François de Bessay, seigneur de Traversay et de Crémault ; de Bignoux puis de vaujalais (existe au moins depuis 1618), de Pierre Baron, écuyer, seigneur de vaujalais ; de Champot de Liniers, au moins depuis 1621, en possession de la famille Dreux, seigneur des Murs et de Champot ; four dit Lespinace, du sieur Jean Derazes, lieutenant général de Poitiers (Barentin J.-H., Colbert de Croissy C., op. cit., p. 51, 59, 96-97, 99, 105, 170-172, 210).

97 La tuilerie de la Maillaterie, mentionnée dès 1599, est aux mains d’un garde de la forêt (Barentin J.-H., Colbert de Croissy C., op. cit., p. 62).

98 Il est situé à La Foye, propriété d’un certain Davaillaud (Barentin J.-H., Colbert de Croissy C. op. cit., p. 68).

99 Barentin J.-H., Colbert de Croissy C., op. cit., p. 170-172. Sa valeur marchande est malheureusement inconnue.

100 Chapelot O., « Les tuileries ducales… », op. cit., p. 30-32.

101 Les manœuvres sont payés 15 d. t. à la journée. D’autres gagnent 2 s., 3 s. 4 d. ou 4 s. t. suivant leur spécialisation, qui nous échappe. L’ouvrier le plus qualifié du chantier, Jean de valence, dit le Sarazin, reçoit lui 6 s. 8 d. t., et cela tous les jours de la semaine y compris les jours chômés. C’est cinq fois plus que les ouvriers qu’il côtoie, et il est de plus nourri et logé (Arch. nat., kk 256, fol. 22, 14 novembre 1384).

102 Bon Ph. « une innovation technique et artistique au xive siècle : les carreaux de faïence au décor peint fabriqués pour le duc de Berry (1384) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, t. 105, 1991, p. 9-18.

103 Arch. dép. vienne, 1H2 101. Merci à Fabrice Mandon qui m’a signalé ce document.

104 Arch. dép. vienne, reg. 22 sup., n° 111, p. 231.

105 Chapelot O., « Les ouvriers du métal… », op. cit., p. 337-355. La proche Champagne méridionale connaît ce mode de fonctionnement (Calvet M.-F. et al., op. cit., p. 42-44). En Forez, les artisans peuvent aussi être embauchés à la journée pour participer à la fabrication des terres cuites architecturales, Gonon M., « Comptes de construction en Forez au xive s. », la construction au moyen Âge, histoire et archéologie, Actes du congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Besançon, juin 1972), Paris, 1973, p. 26.

106 Chapelot O., « Tuiliers bourguignons… », op. cit., p. 196-197.

107 Chapelot O., « Les tuileries ducales… », op. cit., p. 32.

108 Les ateliers seigneuriaux sont accensés ou loués à l’année ou jusqu’à 29 ans, en Quercy. Tout est fait pour favoriser l’atelier seigneurial, selon une attitude qui existe dès l’époque médiévale. on interdit d’autres choix de centre de production, et, en Quercy, les seigneurs obligent même leurs tenanciers à alimenter leurs moulins à fer avant de pouvoir le commercer (Lartigaut J., op. cit., p. 394, 419). Dans la région toulousaine, le florissant marché que représente la capitale régionale attire la bourgeoisie aisée, qui partage la propriété des tuileries avec les établissements religieux (Marandet M.-C., op. cit., p. 215). La location de l’une d’elles atteint en 1448 la somme de 33 l. t., additionnée d’un tarif préférentiel pour l’achat des tuiles et des briques (Wolff Ph., op. cit., p. 279-280). En Sologne, dans la région parisienne, les textes témoignent de ces mêmes pratiques (Guérin i., op. cit., p. 111 ; Bézard y., op. cit., p. 179).

109 Amouric H., « Le seigneur, la communauté et le potier - l’industrie céramique en Provence à la fin du Moyen âge », Provence historique, autour d’Albert Février, t. XLII, 1992, p 332.

110 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1E sup. 157, L. 5.

111 Pièce jointe n° 6.

112 Il s’agit peut-être de Boussac, un village de la commune de Pressac ou d’Antigny, dans la vienne : Beauchet-Filleau H., Cherge Ch. de, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. Poitiers Fontenay-le-Comte, 1891-1979, art. Doineau.

113 L’abbaye Sainte-Croix de Poitiers s’oppose avec force à Maurice Claveurier, de Poitiers, au sujet d’un canal de dérivation qu’il a établi (Arch. dép. vienne, 2H1 13). Ce même Maurice Claveurier connaît un différend semblable avec les religieux de La Celle (« De quelques établissements industriels formés à Poitiers au xve siècle », Rédet L. (éd.), mémoires de la société des antiquaires de l’Ouest, t. ix, 1842, p. 349-367). Cela est aussi constaté en Normandie (Arnoux M., op. cit., p. 380-82).

114 Depuis le règne de François Ier et les guerres contre Charles Quint, la France n’a plus accès aux forges de l’Empire et se tourne donc vers ses ressources intérieures. Les forgerons sont alors recherchés. À côté du Dauphiné et du Forez, mais aussi de la Normandie, du Perche, du Maine, des confins de la Bourgogne et de la Champagne et du Nivernais, le Poitou tient une place non négligeable (Braudel F., Labrousse E., op. cit. p. 264-65).

115 Arch. dép. vienne, G 742-744.

116 Arch. dép. vienne, E4 1 139 ; ibid., G 63 et 69 ; ibid., 2H1 5 31 ; Barbier A., « Études sur le Châtelleraudais », mémoire de la société des antiquaires de l’Ouest, t. xvi, 2e s., 1893, p. 238-434.

117 Pièce jointe n° 3.

118 La valeur des premières fermes perpétuelles, bien que plus élevée qu’un simple cens, n’a pas évolué entre 1454-1469 et 1475-1508. Cette hausse est peut-être à mettre en relation avec les procès des années 1478-1482, opposant le couvent de La Puye et l’évêché de Poitiers pour les droits d’usage en forêt de La Gâtine.

119 Arch. dép. vienne, E4 1, L. 139, 22 février 1461 (1462 n. s.).

120 Favreau R., op. cit., p. 437.

121 Braunstein Ph., op. cit., p. 33.

122 Chapelot J., op. cit., p. 172 et Moorhouse S., « The medieval pottery industry and its markerts », Crosseley D.-W. (ed.), Medieval industries, Council for British Archaeology Research Report, n° 40, p. 97-125.

123 Génicot L., l’économie rurale…, op. cit., p. 105.

124 Leguay J.-P., « Les métiers de l’artisanat… », op. cit., p. 164.

125 Arch. dép. vienne, SAHP 184.

126 Arnoux M., « Le fer dans les campagnes médiévales (ix-xve siècle) », l’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne. Flaran (XIX, 1997), 2000, p. 194.

127 Carrion Arregui I., « La sidérurgie basque à l’époque moderne », l’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne. Flaran (XIX, 1997), 2000, p. 243.

128 Carte n° 2 (Arch. dép. vienne, 3H1 903, quittance de 1698 ; ibid., 2H1 52, 20 mars 1734 ; ibid., 1H11 16, 1737, 11 mai 1741, 20 janvier 1750).

129 Dupin C., Dictionnaire géographique et agronomique et industriel du département des deux-sèvres, Plisson-Niort, an xi de la république, p. 6.

130 Favreau R., op. cit., p. 561.

131 Favier L., « La fortune d’un Rochelais du xve siècle : Pierre Doriole », Revue de la saintonge et de l’Aunis, t. III, 1977, p. 49-61.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 16 : Disparition et conservation des patronymes autour de Vasles et Ménigoute entre 1374 et 1470
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6171/img-1.png
Fichier image/png, 6,1k
Titre Tableau n° 17 : Nombre de potiers et tuiliers payant une redevance pour l’accès à la terre dans la région de Vasles entre 1463 et 147432
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6171/img-2.png
Fichier image/png, 4,0k
Titre Tableau n° 18 : Part des revenus issus de l’artisanat de la terre cuite dans les recettes de la seigneurie de Vasles entre 1465 et 147433
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6171/img-3.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau n° 19 : Synthèse du statut des ateliers de terres cuites en Poitou
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6171/img-4.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Tableau n° 20 : Activité des principaux ateliers de production de terres cuites en Poitou
Légende Légende : π poteries• terre cuite architecturale (tuiles, briques, carreaux)∆ chauxLa date correspond à la première mention connue.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6171/img-5.png
Fichier image/png, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540