Version classiqueVersion mobile

L'artisanat rural en Haut-Poitou

 | 
Alain Champagne

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Qui a eu l’occasion de participer à une opération archéologique n’a pu manquer d’être frappé par l’importance du mobilier céramique. Ces fragments du quotidien, quasi indestructibles, demeurent l’un des plus importants témoignages des modes, du goût et surtout d’une activité. Au cours d’un cursus universitaire classique en histoire, nous n’avons guère eu l’occasion d’approfondir nos connaissances sur ces domaines, pourtant si prépondérants en archéologie. Notre curiosité inassouvie de citadin déraciné ne pouvait s’en contenter. La présence d’un artisanat dans les campagnes médiévales a toujours été constatée. Si ce cadre de production fait partie intégrante de la vie du monde rural, il ne fait pas pour autant l’objet d’une attention soutenue. La simple énumération d’activités, souvent perçues via le prisme de l’histoire de la plus proche ville, demeure insatisfaisante. Il en est de même de la connaissance des hommes, les véritables moteurs du secteur. Que se cache-t-il derrière Jean Denis, chapelier, ou Étienne Porchaire, potier ? Un patronyme suivi d’une profession. La réalité peut-elle être aussi simple ? La littérature scientifique sur la fin du Moyen Âge n’apporte guère de réponses.

  • 1 . Bois G., Crise du féodalisme : économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du (...)
  • 2 Billot C., Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, 1987 ; Chevalier B., tours, ville royale (1356-1 (...)
  • 3 Favreau R., op. cit. ; Favreau R., Une famille bourgeoise de Poitiers, les Claveurier, xve-xvie s. (...)

2C’est pourtant une période fort prisée, et un grand nombre de thèses ont été publiées sur le monde rural, couvrant la majeure partie de l’Hexagone : Bordelais, régions parisienne et lyonnaise, Normandie, Sologne, Quercy, Auvergne, Hainaut, Limousin, Anjou, Bourbonnais, Verdunois et Namurois1. Elles abordent l’histoire des terroirs, des structures agraires et des rapports entre communautés et seigneurs. Les plus récentes traitent plus attentivement de la sociologie des habitants en s’attardant moins sur les productions agricoles. À cette liste rapide s’ajoutent de nombreuses monographies urbaines abordant avec soin les rapports entre villes et campagnes2. Les travaux de robert Favreau sur Poitiers sont un jalon fondamental pour tout travail en Poitou3.

  • 4 Signalons dans ce cas : Germain R., op. cit. ; Tricard J., op. cit. L’étude sur le Verdunois s’y a (...)

3Le domaine n’est pas vierge d’études, et pourtant, à y regarder de plus près, cette bibliographie oublie souvent l’artisanat rural. Dans les monographies urbaines, quelques chapitres sont consacrés aux artisans, pour leur rôle dans les rapports de force urbains et le développement de métiers structurés. Dans bien des villes, principalement celles dotées de peu d’emplois dans le tertiaire (services administratifs, judiciaires et universitaires), le secteur artisanal est un fort pôle économique. Pour les campagnes, les choses se compliquent quelque peu ; l’artisanat rural est sinon totalement oublié, du moins largement passé sous silence. La plupart du temps, seules quelques lignes le mentionnent, même si beaucoup d’ouvrages l’évoquent4. Les approches sont très inégales, et, souvent, la constatation de son existence cache mal le manque de perception de son importance. Les quelques pages qui lui sont consacrées se résument à une liste d’activités relevées ça et là, au hasard des baux et des censiers ; les structures de production, les forges, les moulins et les fours se repèrent en effet aisément. À l’inverse, la documentation sur les hommes, dispersée dans les archives, est moins nombreuse et plus difficilement exploitable. on connaît mieux les fours à poteries des ateliers de Saintonge et leurs productions que les potiers eux-mêmes, car il est difficile de les distinguer du reste des ruraux. Il faut ajouter à cela que ce domaine n’a pas été apprécié à sa juste valeur. Les historiens se sont plus attachés à l’histoire des structures agraires, à l’évolution des rentes et plus récemment aux composantes agricoles de la société rurale, beaucoup plus accessibles par la documentation.

  • 5 Boutruche R., op. cit., p. 125-130.
  • 6 Sivéry G., op. cit., p. 329 ; Le Méné M., op. cit., p. 112-114.
  • 7 Fourquin G., op. cit., p. 92.
  • 8 Belmont A., « Un champ d’histoire en friche : les artisans ruraux en France, xive-xixe siècles », (...)

4Néanmoins, l’attention des chercheurs se porte parfois sur des aspects précis de l’activité artisanale. Ici, c’est une approche des conditions d’accès aux matières premières qui est développée grâce à l’étude des usages, uniquement à travers la question plus générale des communaux et de leur défense par les communautés d’habitants5. Ailleurs, l’artisan est cité pour les dégâts dont il est responsable dans les bois6, ou bien l’examen des activités artisanales s’appuie en partie sur la géographie locale7. Ces faiblesses historiographiques ne sont pas uniquement le fait des médiévistes ; les spécialistes de l’époque moderne n’ont pas été plus motivés par le sujet, au grand dam d’Alain Belmont8.

  • 9 Braunstein Ph., Bernardi Ph., Arnoux M., « travailler, produire : Les éléments pour une histoire d (...)

5Certains domaines périphériques, bien étudiés, peuvent éclairer de manière indirecte l’historien de l’artisanat rural. Le monde du chantier, et par voie de conséquence, celui du travail, des métiers et de l’histoire sociale, a fait l’objet d’abondants colloques et autres publications. Un excellent état de la question a été publié en 20029. Ces différents travaux nous emmènent parfois hors de la ville en nous faisant appréhender l’impact du dynamisme urbain sur la vie d’un finage.

  • 10 Arnoux M., Mineurs, ferrons et maîtres de forge — étude sur la production du fer dans la Normandie (...)
  • 11 Cardon D., La draperie au Moyen Âge : essor d’une grande industrie européenne, Paris-CNRS, 1999.
  • 12 Hanusse C., L’artisanat de la poterie de terre en Bordelais-Bazadais du Moyen Âge au xviiie siècle(...)
  • 13 Belmont A., Des ateliers au village : les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien régime, Grenob (...)
  • 14 L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne (Flaran XIX, 1997), Toulouse, 2000.

6Les études directement consacrées à un secteur de l’artisanat rural sont peu nombreuses, telle celle de Mathieu Arnoux sur la métallurgie normande du xie au xve siècle10 ou de Dominique Cardon sur la draperie11. Pour des questions de sources, d’autres se sont essentiellement cantonnés à la période moderne : Claire Hanusse sur les potiers de Sadirac dans le Bordelais12, Alain Belmont sur l’artisanat rural du Dauphiné13. Une synthèse des principaux travaux en cours a été réalisée, en 1997, à Flaran14. Souvent, la réalisation des enquêtes a été effectuée grâce à des fonds de premier ordre.

  • 15 Boissonnade P., « Essai sur l’organisation du travail en Poitou depuis le xie siècle jusqu’à la ré (...)
  • 16 Raveau P., essai sur la situation économique et l’état social de la France au xvie s., Paris, 1931
  • 17 Merle L., La métairie et l’évolution agraire de la gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la ré (...)

7En Poitou, l’artisanat n’a pas fait l’objet d’étude spécifique depuis le travail de Prosper Boissonnade15. Pour le xvie siècle, les ouvrages de Paul Raveau, fondés sur de précieux dépouillements d’archives notariales, illustrent économie et commerce : l’évolution des prix à la consommation et des salaires et, avant tout, les activités artisanales (draperie, tannerie…)16. Le très sérieux travail de Louis Merle sur l’évolution du monde rural poitevin concerne essentiellement la période postérieure au xvie siècle17 ; c’est une remarquable source d’informations sur les structures agraires et sur leurs mutations. En revanche, aucune synthèse ne porte sur la période de reconstruction agricole et de repeuplement après la guerre de Cent Ans.

  • 18 Favreau R., op. cit., p. V.
  • 19 Arch. nat., 1AP.
  • 20 Arch. dép. Vienne, C317 ; « recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres (...)

8Si la région n’est pas réputée pour ses fonds d’archives, l’historien du Centre-Ouest peut cependant se réjouir de la qualité des fonds ecclésiastiques poitevins et de ceux de la ville de Poitiers pour la fin du Moyen Âge18. À cela, il faut ajouter divers dossiers seigneuriaux, malheureusement très inégaux et souffrant de l’absence d’inventaires fiables. N’oublions pas l’existence du chartrier de Thouars conservé aux Archives nationales et composé de pièces recouvrant l’Ouest du Poitou, la Saintonge et l’Aunis19. Les dépôts parisiens et les archives de l’administration, quant à elles, fournissent aveux et hommages, comptabilités et lettres de rémission, qui sont, par chance, publiées20. Il faut regretter la perte des fonds de certaines abbayes (Nouaillé, Fontaine-le-Comte, Le Pin) et de petites villes (Niort, Parthenay…) ainsi que celle des minutes notariales médiévales. En décembre 1805, le bâtiment des archives du département des Deux-Sèvres a brûlé, entraînant la disparition inéluctable de nombreux manuscrits.

9La thématique choisie ne permet pas de travailler sur des fonds cohérents ; les classements anciens ne tiennent pas compte de l’artisanat. Connu dès le début de la recherche, ce problème a pu être en partie contourné par le choix judicieux de certains types d’archives. Il s’avère ainsi possible de concentrer efficacement les efforts sur des comptabilités seigneuriales pour repérer les activités. Ensuite, dans les zones richement pourvues, un dépouillement plus systématique a été entrepris : c’est pourquoi l’étude minutieuse du petit terroir de Vasles a été lancée. Une attention toute particulière est portée aux archives judiciaires, et principalement à toutes les procédures touchant les forêts et les droits d’usage. L’exploitation de ces sources est lourde, mais de toute première importance.

10Le cadre de cette étude est lié aux contraintes des archives et à leur conservation. Le travail sur la fin du Moyen Âge s’est en effet imposé tout de suite. Les documents recherchés deviennent courants à partir du xive siècle, et la majorité des sources datent du xve siècle. La remise en ordre de l’économie seigneuriale passe par une reprise en main de l’administration du domaine et une réfection des chartriers qui expliquent cette abondance. Il n’y a pas de rupture réelle au début du xvie siècle ; les historiens du bas Moyen Âge utilisent toujours les années 1550 comme phase terminale d’un siècle de croissance. Le début des guerres de religion constitue un autre terminus. L’essor de l’artillerie et de l’armurerie moderne est un facteur dopant pour le secteur métallurgique : il ne faut ainsi pas négliger l’impact des conflits. En Poitou, la seconde moitié du xvie siècle voit aussi l’apparition des minutes notariales urbaines et la multiplication des documents judiciaires. C’est pourquoi certains de ces procès modernes sont intégrés.

11La situation archivistique du Poitou, non exceptionnelle, est motivante et confère à notre recherche une valeur particulière. En effet, le cas typique est d’exploiter un exceptionnel corpus documentaire : les études sur les mines de Jacques Cœur ou sur la Normandie en sont de bons exemples. Notre travail devient alors peut-être plus significatif et plus généralisable.

  • 21 Ateliers de production céramiques en Poitou-Charentes : bilan des recherches récentes (1988-1998), (...)

12Les archives ne constituent pas un outil unique dans les mains de l’historien médiéviste : l’archéologie est prépondérante pour certains secteurs comme l’étude de l’artisanat de la terre cuite, de la verrerie ou des forges. Pourtant, il semble nécessaire de devoir quelque peu tempérer notre optimisme. L’archéologie poitevine n’a pas connu de développement exceptionnel. Depuis quelque temps, des opérations ou projets collectifs de recherche ont fourni des résultats dans le domaine des productions céramiques21, sans rien avoir de comparable avec des régions telles que la Provence.

13Pour les matériaux périssables (bois, textile), l’apport de l’archéologie restera exceptionnel. L’artisanat est, a priori, un sujet prédisposé aux travaux interdisciplinaires, très en vogue aujourd’hui. Il suffit de lire un rapport de fouilles pour se rendre compte que l’archéologie ne peut, seule, répondre aux nombreuses interrogations sur les artisans ruraux : la fortune des hommes, les alliances familiales, la vie quotidienne, les problèmes juridiques, l’accès aux matières premières… rien ne remplace la documentation écrite ; archéologues et historiens sont donc complémentaires. Le but de ce travail est bien de montrer que l’historien peut apporter beaucoup à ce secteur d’étude trop souvent délaissé et abandonné aux seules mains des archéologues.

14Alors existe-t-il un artisanat rural ? Et si oui, comment le définir ? Il s’agira donc avant toute chose de répondre à cette question quitte à revenir, le cas échéant, sur le concept d’artisan. En effet, s’il y a un artisanat dans les campagnes, les artisans doivent aussi être présents mais, en l’absence de travaux, avons-nous le droit de calquer les modèles urbains, mieux étudiés, sur une toute autre réalité ? En ville, distinguer les hommes de métiers des autres corps de la société (gens de loi, ecclésiastiques, bourgeois) semble ne pas poser trop de difficultés. En revanche, dans les campagnes, est-il si aisé de distinguer les artisans des paysans ? Sur le plan humain, il s’agira de montrer ce qui, sociologiquement, différencie ou rapproche les artisans des paysans. Ce sera là un des fils conducteurs de notre recherche.

15Les questions d’ordre économique sont aussi prépondérantes. Pour nous, la plus importante est l’impact de l’artisanat sur l’économie du monde rural. Est-il important ou s’agit-il d’un secteur complètement marginal à laisser aux seuls historiens des techniques ? L’importance du rôle de l’artisanat pourra permettre d’effacer les réticences des historiens ou bien en fera une lubie de chercheurs en mal d’originalité. Ainsi cette réflexion devra nous autoriser à conclure s’il existe ou non une histoire de l’artisanat rural.

16Pour répondre à ces questions, nous allons nous attarder maintenant sur différents thèmes, à la fois ceux qui pourront être traités et ceux qui ne le pourront pas. Un préalable s’avère ici indispensable : définir les notions d’artisanat et d’artisan.

  • 22 Belmont A., op. cit., p. 14.

17À la base, l’artisanat est la conversion d’une matière première en un produit transformé. Les personnes effectuant cette transformation sont donc qualifiables d’artisans. À partir de troncs de chêne, le charpentier confectionne des pièces de charpente et construit des maisons ; avec l’argile, le tuilier fabrique des tuiles ; le meunier fait de la farine du blé ; le forgeron réduit le minerai et en extrait du métal. Si l’appartenance des maréchaux et des potiers à la catégorie des artisans ne souffre d’aucune contestation, les choses se compliquent pour les charbonniers ou les tisserands pour des raisons de durée de périodes d’activité et parce que ces derniers sont considérés comme des journaliers. Les dictionnaires, ceux du xviiie siècle au Petit Robert, ne sont guère plus explicites22. De « personne travaillant à son compte et souvent secondé par un aide » à « ouvrier dans un art mécanique », les définitions manquent de précision et demeurent insatisfaisantes pour ce qui nous concerne.

18Elles sont encore incomplètes puisqu’elles n’intègrent aucunement la notion d’une participation ponctuelle. Celle-ci peut être de deux sortes :

  • technique, car l’artisan peut simplement effectuer une seule et unique étape du processus de transformation de la chaîne de fabrication. Il suffit à n’importe qui de participer à l’une d’elles pour être considéré comme artisan. Le cardeur en est un, au même titre que le fileur, le teinturier et le tisserand ; tous participent à la façon des toiles et des drap ;
  • économique, car peut être considéré comme artisan toute personne s’adonnant ponctuellement, c’est-à-dire à temps partiel, à une activité artisanale. La notion de plein-temps est totalement absente de notre conception de l’artisan. Nous retiendrons donc à la fois ceux qui passent le plus clair de leur temps dans l’atelier et ceux qui s’y intègrent seulement une partie de l’année23.
  • 24 Pour ce rappel Fossier R., « L’artisanat rural au Moyen Âge : bilan et problèmes », L’artisan au v (...)

19Toutefois, il convient d’ajouter quelques précisions afin d’éviter tout anachronisme et d’écarter tout de suite quelques pans de l’histoire de l’artisanat rural que nous ne pourrons pas aborder dans le cadre de ce travail. Durant le haut Moyen Âge, les premières mentions d’artisan apparaissent dans un contexte d’économie domaniale. Les polyptyques carolingiens rapportent une production locale destinée à l’alimentation du maître24. Les hommes concernés sont :

  • des esclaves œuvrant sous la direction d’un régisseur ;
  • des tenanciers, ou coloni, s’acquittant d’une partie de leur redevance en produits directement consommables par le maître, et donc fruits de leur production personnelle (objets en bois, textiles…) ;
  • des officiers, ou ministeriales, dirigeant les différents secteurs de production du domaine dans lesquels travaillent des artisans spécialisés (tonneliers, forgerons).

20Pendant le haut Moyen Âge, l’activité artisanale alimente essentiellement le secteur domanial. Les paysans n’ont pas d’autonomie de production ; il n’existe pas non plus de marché local autre que celui de la réserve, conduisant à l’éclosion d’une économie parallèle. Ce système repose donc sur l’autoconsommation et l’autarcie.

21Le secteur seigneurial est régi différemment. Si la mainmise du maître caractérise encore ce système, on perçoit une nette évolution par rapport au système domanial du haut Moyen Âge. La matière première reste toujours sous contrôle. L’essor économique des campagnes, l’évolution des réserves seigneuriales et de leur mode de gestion vers un affermage, enfin le développement du salariat qui remplace les corvées, permettent pourtant l’ouverture d’un marché local. toute une population paysanne accède à une relative autonomie économique et peut ainsi acquérir des productions locales. Pour le domaine seigneurial, il devient plus rentable d’acheter à un artisan indépendant que d’entretenir à grands frais des ateliers. Les producteurs peuvent donc vendre leurs surplus après avoir satisfait aux besoins du maître. L’évolution de l’artisanat rural découle de l’existence d’un marché paysan, même s’il s’agit, seulement, au départ, de l’entretien de quelques outils rudimentaires en fer. Cette situation s’ouvre ensuite à tout le secteur villageois à proprement parler, où les artisans sont libres. Une fois réglée la question de l’accès aux matières premières, les artisans gèrent à leur guise leur temps de travail, la production et sa diffusion.

22En parallèle, il existe une dernière catégorie de producteurs, qualifiés d’errants ou d’isolés, les humiliati. Leur spécialité les oblige à vivre en ermites, retirés dans les bois. Ils sont charbonniers, parfois tuiliers. Ils se déplacent en vendant leur savoir-faire et forment une strate très mal cernée par les historiens. Ces divers aspects de l’artisanat rural ne pourront retenir notre attention, car non seulement ils demeurent en dehors de notre cadre chronologique, mais trop peu de sources s’y rapportent.

23Ces divers types de producteurs correspondent globalement à la définition proposée précédemment ; pourtant, en dépit du cadre chronologique, une condition supplémentaire doit être introduite. Il est apparu en effet que durant une longue période, la transformation et la valorisation d’une matière première demeure un travail destiné à la consommation seigneuriale ou simplement familiale. En d’autres termes, la production n’est pas commercialisée, mais elle s’intègre à un système d’autoconsommation qui n’a pas disparu des campagnes de la fin du Moyen Âge. Divers objets sont encore fabriqués dans le domaine restreint du foyer : des outils rudimentaires, des toiles de moyenne qualité… Des chaînes de fabrication assez simples autorisent ce fonctionnement mais, quand les techniques se compliquent, par exemple avec l’adjonction de parties métalliques sur des socs de charrues, le recours à des artisans spécialisés s’avère indispensable. Au cours de la période étudiée, l’autoconsommation est encore pratiquée par exemple pour le textile et le travail du bois. Elle s’organise librement, ne nécessite aucune rédaction de contrat et n’est donc pas citée dans les comptes. C’est assurément le domaine de production le plus méconnu. L’idée d’artisanat étant intimement liée à celle de commercialisation, il est donc nécessaire que la production sorte du cadre familial.

24Cette dernière définition permet notamment de ne pas exclure toutes les formes d’organisation de la production, où les matières premières, distribuées par des marchands urbains, n’appartiennent pas aux hommes de métiers. toutefois, dans la mesure où nous parviendrons à le percevoir, une partie du travail domestique pourra être intégrée car celle-ci peut parfaitement déboucher sur une commercialisation. Autour des potiers, des aides sont nécessaires pour participer à l’extraction de la terre et à sa préparation, pour ramasser le combustible… Une partie de ces tâches peut être effectuée par des membres de la famille, les femmes en particulier ; pourtant la production peut être finalement destinée à la vente. Il y a là une participation active à une chaîne de production. Il en est ainsi au sein du foyer où le textile est travaillé de cette manière, qu’il soit destiné à la consommation domestique ou à la vente. La frontière est parfois très ténue : différencier production domestique et production artisanale s’avère délicat.

25Les tâches ne requérant aucune capacité particulière, comme la préparation du combustible dans les artisanats du feu, ne peuvent pas toujours être effectuées dans le cadre familial ; elles sont alors confiées à des ouvriers employés ponctuellement. Il semble exister autour des différents ateliers (forges, tuileries, verreries) une plèbe rurale qui vit de sa participation salariée plus ou moins occasionnelle à l’activité artisanale. Nous touchons ici deux des limites de notre sujet.

  • 25 « Les dépendances au travail », Médiévales, n° 30, 1996 ; Bogliono P., Delort R., Gauvard Cl. (éd. (...)

26Ces populations pauvres qui gravitent autour des ateliers sont très difficilement accessibles par les sources écrites. Les lacunes de notre corpus n’aident pas à leur perception, mais il est de notre devoir de nous interroger sur ce que les archives pourraient nous apporter à ce sujet. La plupart du temps, leur embauche ne nécessite aucune mise par écrit, et seul l’acquittement de leurs salaires pourrait laisser des traces dans des comptabilités d’ateliers, que nous ne possédons pas. Nous entrons là dans le domaine des dépendances et du petit peuple qui a déjà fait l’objet de travaux, dans le monde urbain essentiellement25. Cet aspect important de l’artisanat rural sera, par la force des choses, un peu passé sous silence.

  • 26 Geremek B., Le salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie-xve s. Étude sur le marché de la main- (...)
  • 27 Braunstein Ph., Article « artisan », Le Goff J., Schmitt J.-C. (dir.), Dictionnaire raisonné de l’ (...)

27La seconde limite est liée au problème du salariat. Il s’agit avant tout d’une forme d’embauche à la durée. Depuis Bronislaw Geremek, l’existence d’une masse sans qualification est connue26. Elle n’a, pour vivre, d’autres solutions que le salariat au service d’un patron, qu’il soit artisan ou non. Un commanditaire peut ainsi employer un artisan qualifié pour ses compétences de maçon, de charpentier, de forgeron ou de fabricant de carreaux, mais il peut aussi user d’autres formes d’embauche. Le salariat n’est pas présent uniquement sur les chantiers de construction. Dans les ateliers de production de terres cuites, les forges ou les verreries, nous venons de voir qu’il existait une catégorie de ruraux qui pouvaient ainsi participer d’une manière ou d’une autre à la chaîne de fabrication. Ici, les travaux confiés ne demandent pas une grande technicité, mais dans le travail du textile, des fileurs ou des tisserands peuvent également être salariés et apporter leur savoir-faire. Nous serions donc ici face à des hommes de métier qui ne possèdent ni la matière première ni le produit transformé. Sont-ils pour autant des artisans ? Où se situe donc la limite ? Philippe Braunstein les exclut, en tout état de cause, du catalogue des artisans27.

28Le salariat est, en milieu rural, un mode de paiement courant des ouvriers agricoles. Dans les comptes, les mentions de personnes payées pour une journée à faucher ou à garder des bêtes foisonnent. Si les artisans peuvent occasionnellement être salariés, tous les salariés ne sont pas des artisans, loin s’en faut. Nous suivrons donc partiellement la position de Philippe Braunstein. Sur les chantiers de construction, les manœuvres salariés ne sont donc pas véritablement des artisans, même si ce salariat est une activité à temps complet. Cette confusion est à éviter. Seuls seront retenus les cas où le salariat est une forme d’embauche comme une autre. Celle-ci représente seulement une part des revenus de l’homme de métier, le reste étant lié à la fabrication et à la commercialisation d’une production.

29Ce long, mais nécessaire, préambule achevé, entrons maintenant dans le vif du sujet. Attachons-nous complètement à ces ruraux et aux spécificités de leur travail, de leur sociabilité et à leur participation dans les transformations qui marquent la fin du Moyen Âge.

Notes

1 . Bois G., Crise du féodalisme : économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du xive s. au milieu du xvie s., Paris, 1976 ; Boutruche R., La crise d’une société : seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1947 ; Charbonnier P., Une autre France : la seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siècle, Clermont-Ferrand, 1980 ; Fourquin G., Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Âge du xiiie s. au début du xvie s., Paris, 1964 ; Génicot L., L’économie rurale namuroise au Bas Moyen Âge – III. Les hommes – le commun, Louvain-la-Neuve-Bruxelles, 1982 ; Germain R., Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge (1370-1530), Clermont-Ferrand, 1987 ; Girardot A., Le droit et la terre : le verdunois à la fin du Moyen Âge, Nancy, 1992 ; Guérin I., La vie rurale en Sologne aux xive et xve s., Paris, 1960 ; Lartigaut J., Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (vers 1440-1500), Toulouse, 1978 ; Le Méné M., Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530) : étude économique, Nantes, 1982 ; Lorcin M.-Th., Les campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, 1974 ; Sivéry G., structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Âge, Lille, 1977-1980 ; Tricard J., Les campagnes limousines du xive au xve siècle : originalité et limites d’une reconstruction rurale, Paris, 996.

2 Billot C., Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, 1987 ; Chevalier B., tours, ville royale (1356-1520). origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris, 1975 ; Favreau R., « La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge – Une capitale régionale », Mémoires de la société des antiquaires de l’Ouest, t. XIV-XV, 4e s., 1977-1978 ; Wolff Ph., Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, 1954.

3 Favreau R., op. cit. ; Favreau R., Une famille bourgeoise de Poitiers, les Claveurier, xve-xvie s. (deb.), thèse dactylographiée, Paris, 1964.

4 Signalons dans ce cas : Germain R., op. cit. ; Tricard J., op. cit. L’étude sur le Verdunois s’y attache avec beaucoup plus d’attention : Gircardot A., op. cit.

5 Boutruche R., op. cit., p. 125-130.

6 Sivéry G., op. cit., p. 329 ; Le Méné M., op. cit., p. 112-114.

7 Fourquin G., op. cit., p. 92.

8 Belmont A., « Un champ d’histoire en friche : les artisans ruraux en France, xive-xixe siècles », Histoire et sociétés rurales, à paraître.

9 Braunstein Ph., Bernardi Ph., Arnoux M., « travailler, produire : Les éléments pour une histoire de la consommation », Schmitt J.-C., Oexle O. G. (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2002, p. 537-554.

10 Arnoux M., Mineurs, ferrons et maîtres de forge — étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge, xie-xve siècles, Paris, 1993.

11 Cardon D., La draperie au Moyen Âge : essor d’une grande industrie européenne, Paris-CNRS, 1999.

12 Hanusse C., L’artisanat de la poterie de terre en Bordelais-Bazadais du Moyen Âge au xviiie siècle d’après les sources écrites – thèse de 3e cycle dactylographiée de l’université de Bordeaux III, 1988.

13 Belmont A., Des ateliers au village : les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien régime, Grenoble, 1998.

14 L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne (Flaran XIX, 1997), Toulouse, 2000.

15 Boissonnade P., « Essai sur l’organisation du travail en Poitou depuis le xie siècle jusqu’à la révolution », Mémoires de la société des antiquaires de l’Ouest, t. XXI et XXII, 1898-1899.

16 Raveau P., essai sur la situation économique et l’état social de la France au xvie s., Paris, 1931.

17 Merle L., La métairie et l’évolution agraire de la gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la révolution, Paris, 1958.

18 Favreau R., op. cit., p. V.

19 Arch. nat., 1AP.

20 Arch. dép. Vienne, C317 ; « recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la hancellerie de France », Archives historiques du Poitou, Guérin P. (éd.), t. XI, 1302-1333, 1881 ; t. XIII, 1334-1348, 1883 ; t. XVII, 1348-1369, 1886 ; t. XIX, 1369-1376, 1888 ; t. XXI, 1376-1390, 1891 ; t. XXIV, 1390-1403, 1893 ; t. XXVI, 1403-1430, 1896 ; t. XXIX, 1430-1447, 1898 ; t. XXXII, 1447-1456, 1903 ; t. XXXV, 1456-1464, 1906 ; t. XXXVIII, 1465-1474, 1909 ; id., Célier L., Guérin P. (éd.), t. XLI, 1475-1483, 1919 ; id., Célier L. (éd.), t. L, 1483-1492, 1938 ; t. LVI, 1492-1502, 1958.

21 Ateliers de production céramiques en Poitou-Charentes : bilan des recherches récentes (1988-1998), Bulletin de l’association des archéologues de Poitou-Charentes, n° 28, (1999).

22 Belmont A., op. cit., p. 14.

23 Ce choix est aussi celui effectué par Alain Belmont pour sa thèse (ibid., p. 14).

24 Pour ce rappel Fossier R., « L’artisanat rural au Moyen Âge : bilan et problèmes », L’artisan au village dans l’europe médiévale et moderne (Flaran, XIX, 1997), Toulouse, 2000, p. 14-17.

25 « Les dépendances au travail », Médiévales, n° 30, 1996 ; Bogliono P., Delort R., Gauvard Cl. (éd.), Le petit peuple dans l’occident médiéval : terminologie, perceptions, réalités (actes du congrès de Montréal, 1999), Paris, 2002.

26 Geremek B., Le salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie-xve s. Étude sur le marché de la main-d’œuvre au Moyen Âge, La Haye-Paris, 1968 (rééd. 1992).

27 Braunstein Ph., Article « artisan », Le Goff J., Schmitt J.-C. (dir.), Dictionnaire raisonné de l’occident médiéval, Paris, 1999.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search