Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'artisanat rural en Haut-Poitou

 | 
Alain Champagne

Préface

Monique Bourin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Longtemps les médiévistes n’ont connu l’artisanat et les artisans que sous ses formes extrêmes, exceptionnelles, les plus glorieuses et les plus sombres aussi : la fabrication des draps lourds et luxueux, assez chers pour supporter des transports lointains. Ces draps ont fait la richesse des villes de Flandres, puis de Toscane et surtout celle des entrepreneurs qui surent traverser la Manche pour aller chercher la laine, organiser dans les campagnes le travail des plantes tinctoriales, distribuer le travail au cours d’une chaîne opératoire complexe. Ils ont fait la misère des travailleurs, hommes et femmes, qui peignaient, filaient, tissaient, teignaient les laines et dont les rébellions parsèment la fin du Moyen Âge. L’artisanat médiéval était urbain. Tout au plus les campagnes fournissaient-elles une main-d’œuvre concurrente et moins coûteuse, moins compétente aussi.

2Au fil des dernières décennies, l’image s’est fortement modifiée. La draperie avait fleuri dans d’autres régions, innovantes comme le Languedoc, dont les campagnes produisirent des draps à foison, mais en grande partie encore à l’initiative et sous le contrôle des marchands urbains. La draperie dominait les ressources documentaires textuelles. Aux campagnes on accordait l’importance des forgerons indispensables pour ferrer les animaux et recharger les socs usés ; celle des moulins et des meuniers, riches et enviés. On savait l’énergie hydraulique largement utilisée à d’autres fins, sans soupçonner que toute la dénivellation du moindre cours d’eau était au plus tard à la fin du xiiie siècle, totalement utilisée pour actionner toutes sortes de machines. À y regarder de plus près, il apparut que l’organisation technique et sociale de la draperie n’était pas le modèle unique et que d’autres produits étaient fabriqués selon des schémas sociaux plus solidaires. Les Alpes lombardes avaient connu des communautés rurales enrichies par le travail du fer et les communautés d’ouvriers férons normands étaient solidement organisées. Peu à peu, des textes surgit une autre image de l’artisanat médiéval.

3Le développement de l’archéologie acheva de nous contraindre à une conversion. Grâce aux fouilles, les cuirs, ces mal-aimés des textes, sortirent des tourbières et des puits. Et la métallurgie émergea, comme une activité majeure : dès le haut Moyen Âge, les sites regorgeaient de clous et de fers divers. L’histoire des techniques prenait sa place, révélant la maîtrise des procédés de combustion, tant pour la sidérurgie que pour la production céramique. Le minerai de fer voyageait. Les aciers venaient de la Montagne Noire, des Pyrénées, des Alpes. Les grès sortaient des ateliers de potiers normands dès la fin du xiiie siècle. Les villages où l’activité artisanale avait une place prépondérante, sinon exclusive, furent révélés, tels Cabaret, étagé sur une série de terrasses aménagées sur le flanc méridional de la Montagne Noire, en pleine activité au xiie siècle avant d’être anéanti par la croisade albigeoise.

4Les apports de l’archéologie, ceux des fouilles et ceux de la prospection furent ponctuellement croisés avec des données textuelles inévitablement tardives, par exemple dans le Bordelais à Sadirac ou en Saintonge. Ainsi les poteries saintongeaises trouvaient leur place dans le grand commerce à destination des Flandres. On pouvait penser la boucle bouclée : on voyait la ville consommer les produits des artisans ruraux, parfois au terme d’un transport à longue distance, a fortiori pour un plus court chemin.

5C’est dans cet esprit qu’Alain Champagne a travaillé, s’appuyant principalement sur les informations issues des documents textuels, en y intégrant la connaissance matérielle des objets produits, même s’il eût préféré qu’elle fût plus poussée, au moment où il a entamé ses recherches dans les fonds d’archives. D’où le choix de centrer son intérêt sur les productions artisanales qui laissent une trace archéologique forte, essentiellement les terres cuites. Il a gardé des méthodes des historiens l’attention à une périodisation fine et aux rythmes de la conjoncture mouvante de la fin du Moyen Âge, au fonctionnement du tissu social, avec vainqueurs et perdants, avec riches et pauvres, dans le cadre fondamental de la seigneurie et de l’économie domaniale. Aux archéologues, il a emprunté l’attention aux chaînes opératoires, à l’outillage, aux formes produites, à une organisation spatiale perçue jusqu’à micro-échelle, où les divers hameaux et écarts d’une paroisse sont identifiés et perçus dans leur spécificité et où les jeux d’échelle sont soigneusement observés.

6On saura gré aussi à Alain Champagne d’avoir choisi non pas une région aux productions brillantes, traversée par des échanges intenses, mais un Poitou qu’il décrit lui-même à la modernité et au dynamisme modestes. En somme une situation très « normale » à la période pré-industrielle, même si on ne doit pas oublier le rôle capital joué par Poitiers, encore de manière éphémère au temps du royaume de Bourges.

7Mais des recherches d’Alain Champagne, je retiens plus encore une perspective nouvelle, peut-être pour une part due à l’influence des archéologues, celle de l’anthropologie ou plutôt, pour être plus claire, de l’ethnographie. Il est en effet un risque très pernicieux à qui s’intéresse à l’artisanat rural, celui de l’ethnocentrisme ce qui, lorsque l’exotisme est celui du passé, est en fait tout simplement l’anachronisme. Artisanat et artisan ont vite fait d’évoquer une activité à plein-temps, des fours à chaux ou des tuileries fonctionnant sans cesse, selon des canons stéréotypés, bref une proto-industrie sans la concentration humaine de l’usine ni les attentes du capitalisme. Assurément, il est des régions où existe une proto-industrie dès les deuxderniers siècles du Moyen Âge ; elles sont l’exception et ce n’est pas le cas du Poitou. La réflexion d’Alain Champagne est, de ce point de vue, exemplaire. Il fait bien la part des activités artisanales de type domestique, pour l’usage domestique et selon un savoir faire appris dans le cadre domestique ; elles n’ont guère laissé de trace écrite mais restent l’essentiel pour le travail du bois et du textile et l’essentiel aussi dans l’ensemble de l’activité artisanale. Mais les villageois ne s’y cantonnent pas. Il en est de nombreux qui ne sont pas artisans à plein-temps mais qui tirent des revenus complémentaires substantiels de leur participation à la collecte des matières premières et notamment du bois, à fabriquer de la cendre pour les verriers ou à aider tel ou tel maître artisan : ils participent à la production artisanale sans être artisans à proprement parler.

8Au sens propre l’artisanat a pour objet de fabriquer des produits qui se vendront, mais il n’est pas nécessaire de s’y adonner chaque jour de sa vie pour être artisan. C’est cette réflexion profonde sur les rythmes et les modalités de l’activité artisanale au Moyen Âge qui fait toute l’originalité des recherches d’Alain Champagne. Beaucoup d’artisans en effet n’exercent pas ni tous les ans, ni tout au long de l’année, ni exclusivement leur savoir-faire artisanal. La mortalité frappe au village du Chilleau en 1473 : trois des sept tuiliers cessent leur activité pendant un an et la reprennent l’année d’après. Tel est à la fois charpentier et boucher, du moins a-t-il appris les deux métiers. Beaucoup conjuguent évidemment artisanat et agriculture. En forêt de Gâtine, certains laboureurs se disent aussi charpentiers ; les autres laboureurs, dépourvus de ce savoir constructeur, font appel à eux, sinon pour édifier, du moins pour réparer leurs maisons. Ces laboureurs-charpentiers sont-ils des artisans ?

9Évaluer le partage du temps est difficile et irrégulier. A Espinasse, au seuil du xvie siècle, en moyenne les potiers pratiquent une demi-douzaine de fournées par an. Cette moyenne cache de grandes disparités, mais d’une année à l’autre une bonne proportion de ces potiers ne modifie guère son rythme d’activité.

10Dans ce dégradé des liens qui associent les villageois à l’artisanat, c’est bien le sentiment identitaire qui fait l’artisan : à ce titre, Alain Champagne a grandement raison d’être attentif aux patronymes qui signalent d’abord individuellement puis héréditairement les Bigot ou les Potier/Poter. Cette identité artisanale est signalée par le patronyme, mais il s’y ajoute une forte hérédité du savoir faire : à la fin du xve siècle, 7 des 13 feux du Chilleau portent le patronyme de Bigot et 6 sont tuiliers. Des Porchaire, potiers, sont signalés continûment pendant plus de deux siècles à Vasles et Ménigoute. L’artisanat est omniprésent dans la société rurale, et selon Alain Champagne c’est la conscience identitaire, fréquemment héritée, qui signale l’artisan.

11Dans le même cercle des attentions ethnographiques, Alain Champagne analyse soigneusement l’accès à la matière première. C’est un thème d’actualité, à l’heure où nous paraissons redécouvrir que les ressources naturelles, l’eau, le bois, le pétrole ne sont pas infinies. L’accès aux forêts poitevines est réglementé : les usagers domestiques paient un droit modique mais il arrive aussi, parfois, que les artisans doivent une somme bien plus élevée, pour la collecte du combustible. Ce n’est pas systématique. Les actes des procès et les enquêtes, judicieusement exploités, montrent l’hétérogénéité des situations et la dégradation des forêts jusqu’au xviie siècle. Au seuil du xvie siècle, au hameau de Lespinasse près de Chauvigny le droit d’accès à la forêt de Mareuil diffère selon qu’il est pour l’usage domestique ou pour le four de potier : un demi-boisseau de froment pour le premier et plus de trois sous pour le second. Encore est-ce peu cher comparé à ce que coûte le charbon de bois nécessaire à la forge. Cette distinction selon l’emploi du produit, nourrir la famille ou vendre, est classique. C’est elle qui règle bien des articles des chartes de franchises dès le xiie siècle. Elle évolue cependant dans ses modalités dans les siècles étudiés par Alain Champagne. La redevance qui pesait sur l’homme se transfère au four à la fin du xve siècle, comme d’ailleurs aussi en Saintonge : sans doute l’ampleur nouvelle du commerce de la terre cuite exige-t-elle désormais une redevance, sinon à la fournée, trop difficile à contrôler, du moins au nombre de fours.

12Le tuilier et le potier préfèrent s’installer à proximité de la forêt qui fournit le combustible et près des terres si argileuses qu’elles ne sont pas bonnes à la culture ; ils ne vivent pas dans le centre paroissial, au cœur de la communauté paysanne, mais dans des hameaux périphériques. Les verreries sont encore plus gourmandes de combustible, mais aussi de silice et de fondant, souvent de la potasse obtenue du hêtre ou de la fougère. Les verriers aussi sont vivent aux marges des terroirs cultivés. Mais tous sont bien intégrés à leur paroisse, les verriers mieux encore que les artisans de la terre. Même parmi ceux, qui vivent de la forêt, dans la forêt, beaucoup ne viennent pas de loin. Dans la forêt de Gâtine, les « botiers » limousins travaillent l’hiver lorsque la sève est arrêtée. D’autres limousins, des maçons, viennent au contraire à la belle saison. Ce ne sont pas des marginaux, mais leurs solidarités sont d’ailleurs. Les autres artisans sont bien installés dans la société. S’il est quelques « étrangers » parmi eux, notamment sur les grands chantiers de construction, la plupart de ceux qui viennent de loin sont des artisans très qualifiés, loin d’être des marginaux.

13Une partie de cet artisanat, notamment tuileries et verreries, appartient aux seigneurs, laïcs et ecclésiastiques. Les chantiers de construction, comme celui de Vasles, contribuent en outre momentanément à l’activité artisanale. Ici comme ailleurs, la seigneurie occupe une importante main-d’œuvre à des tâches artisanales, peut-être plus souvent destinées à l’entretien de son patrimoine qu’à des activités de fabrication. Plus tard, aux temps de la reconstruction de la fin du xve siècle, les bourgeois se font fortement présents, acquéreurs de tuileries, de fours à chaux, de verreries, comme les Daniau, marchands de Bussac. Alors, de plus en plus, seigneurs et bourgeois investissent dans les tuileries et les fours à chaux et délaissent les ateliers de poterie.

14Surtout avant le milieu du xvie siècle, la plus grande partie de la production artisanale se fait cependant dans des « ateliers indépendants ». Malgré la difficulté à définir l’artisan, on peut considérer qu’un un feu sur six y consacre une partie fondamentale, identifiante de son activité. Et dans une demi-douzaine de villages, comme Vasles ou Ménigoute, entre le quart et le tiers des chefs de feu sont des artisans. C’est dire le poids de l’artisanat dans l’économie et la société rurale. Une grande partie de ces artisans sont liés entre eux par les conditions de fabrication : les grands fours collectifs des potiers ne sont que peu à peu remplacés par de petits fours individuels. C’est là aussi sans doute que se crée le sentiment identitaire. Le plus saisissant exemple de solidarité tissée autour de l’artisanat est la demande formulée par le village de l’Hopitau en 1412, qui obtient de son seigneur l’autorisation d’édifier une forteresse dans le village : dans ce centre de production de terre cuite architecturale, les villageois s’engagent à fournir 100 000 briques et 300 setiers de chaux.

15L’artisanat fait-il la richesse de tous ceux qui le pratiquent ? Certains y font ou y confirment une fortune rondelette, mais la plupart des artisans semblent plutôt n’y trouver qu’un complément de revenu au demeurant assez faible et stagner dans la médiocrité. C’est là un point surprenant. Au xive siècle, les fragments de comptabilités des archevêques de Narbonne montrent au contraire le dynamisme financier des artisans de village qui sont les principaux acquéreurs de terres. En Poitou, la situation semble moins clairement favorable à l’ascension des artisans. Mais l’achat de terres est-il le seul critère de l’ascension sociale à la fin du xve siècle ? Il se peut aussi que ces artisans n’aient pas choisi de privilégier l’investissement foncier et soient restés de modestes et médiocres tenanciers, engagés dans d’autres lucres, comme le prêt d’argent.

16Plus surprenante encore, l’absence des femmes de ces activités artisanales, à l’exception du textile. Dans bien d’autres régions, elles sont présentes sur les chantiers, manœuvres très mal payées, mais nombreuses. L’artisanat, dans les campagnes poitevines est au cœur de la société et de l’économie, mais semble bien plus masculin qu’il ne l’est souvent ailleurs.

17Quelques portraits d’artisans, comme celui du potier Jean Bigot ou du verrier Simon Bussière, viennent compléter le plaisir de suivre cette pénétrante analyse : la description des milieux et des groupes s’y enrichit d’itinéraires personnels. La saveur de l’individuel ou du concret ne disparaît jamais, qu’Alain Champagne s’exerce à décrire les outils et les savoirs techniques ou les formes produites – du pot à beurre aux grandes formes des saloirs et des ponnes. L’image de l’artisanat qu’Alain Champagne a tirée de la culture qu’il a acquise aux côtés des archéologues et de sa pratique des documents textuels est complexe et innovante. Elle invite à mieux mesurer le poids des activités artisanales dans la vie des campagnes médiévales mais, plus encore peut-être, elle invite à ne pas faussement compartimenter la société médiévale ; en tous cas à ne le faire qu’après avoir douté des catégories « indigènes » que nous projetons sur les artisans médiévaux et à écouter sans a priori ce que disent les noms des hommes et les mots qu’ils ont prononcés.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540