Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir séleucide

 | 
Laurent Capdetrey

Deuxième partie. Territoire royal et souveraineté séleucide : entre fractionnement et intégration

Chapitre V. Sanctuaires et états sacerdotaux : territoire royal et terres sacrées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La structure du royaume séleucide était si complexe et intégrait tant de régions aux traditions locales distinctes que la notion de terre sacrée ne pouvait recouvrir une réalité homogène comme cela était le cas en Égypte lagide1. Les terres sacrées n’étaient pas pour autant privées de toute identité aux yeux du pouvoir royal. Une partie de l’administration séleucide était en effet chargée des relations avec les sanctuaires2 et tout indique que les rois séleucides surent adapter la structure territoriale et administrative de leur royaume à cette réalité3.

Il est bien évident que toutes les formes de terres sacrées et de sanctuaires n’avaient pas la même emprise, et que toutes n’entretenaient pas les mêmes rapports avec le pouvoir royal. Les nombreuses hierai kômai4 réparties dans toute l’Asie Mineure occidentale ne se distinguaient pas des autres kômai, et sans doute n’y avait-il pas de particularité administrative de ces terres sacrées fort modestes. Seules les structures sacerdotale...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540