Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir séleucide

 | 
Laurent Capdetrey

Deuxième partie. Territoire royal et souveraineté séleucide : entre fractionnement et intégration

Chapitre IV. Qu’est-ce que la terre royale ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

H. Kreissig a dressé un tableau des statuts de la terre qui demeure une référence utile pour qui étudie le royaume séleucide et, plus largement, l’Asie hellénistique1. Mais, en dépit de son intérêt, cette classification a aussi contribué à figer la perception du royaume séleucide en une structure complexe composée de plusieurs catégories homogènes relevant elles-mêmes de deux ensembles fondamentaux : la terre royale et la terre retranchée2. L’objet de ce travail n’est pas de discuter dans le détail cette classification. Il s’agira plutôt d’utiliser les catégories proposées avec une distance critique et d’un point de vue « central », celui du contrôle royal et celui des formes prises par la souveraineté royale. Parmi les catégories de terres évoquées par H. Kreissig, un paradoxe apparent veut que la moins bien connue soit aussi celle qui correspondait à la plus grande expansion spatiale. Il s’agit de la terre royale (chôra basilikè) dont la structure, assez complexe, exige un effort ...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540