Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir séleucide

 | 
Laurent Capdetrey

Deuxième partie. Territoire royal et souveraineté séleucide : entre fractionnement et intégration

Chapitre III. Formes et frontières mouvantes de la souveraineté séleucide : ethnè, dynastai, basileis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un passage bien connu d’un décret de Smyrne des années 240 évoque les lettres envoyées par Séleucos II aux basileis, aux dynastes, aux poleis et aux ethnè pour faire reconnaître l’asylie du sanctuaire d’Artémis Stratonikis et du territoire de Smyrne1. Dans une formule ramassée et englobante, ce passage évoque ainsi un monde politiquement constitué de cités, d’ethnè, de dynastes et de rois2. Dans le cas du royaume séleucide, cette diversité politique s’exprimait au sein même du territoire royal.

Une réflexion sur ces aspects suppose à la fois une clarification lexicale et une définition de ces formes de pouvoir et d’organisation. Avouons d’emblée que le vocabulaire est parfois ambigu ou abusif et qu’il est souvent bien délicat de faire la distinction entre pouvoir dynastique et identité politique d’un ethnos. L’exemple de la ville de Jérusalem dans le courant du iie siècle illustre au mieux cette ambiguïté. Jérusalem était aux yeux du pouvoir séleucide lui-même la capitale de l’ethnos...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540