Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acteur de cinéma: approches plurielles

 | 
Vincent Amiel
, 
Jacqueline Nacache
, 
Geneviève Sellier
, 
et al.

3. L'acteur comme valeur

La star comme entreprise : Tom Cruise

Joël Augros

Texte intégral

  • 1 Cruise cité par Schmidt, 1989. Comme la plupart des citations de Cruise répertoriées dans ces ouvr (...)

« Je ne me laisserai jamais tomber dans le piège du star système, je suis un acteur en chair et en os et pas une boîte de conserves, jamais je ne me considérerai comme un produit1. »

1Tom Cruise est le meilleur acteur du monde ! La preuve ? Avec des cachets de 25 millions de dollars par film, il est le mieux payé. La proposition, on en conviendra, est contestable. Au-delà de la dispute sur la qualité de l’acteur, le phénomène Cruise est captivant à analyser. Des jeunes acteurs qui forment le « Brat Pack » de Outsiders (Coppola, 1983), Cruise est le seul à atteindre le statut de star. Pourquoi lui et pas les autres ? Pourquoi lui et pas Matt Dillon qui, dans Outsiders est pourtant distribué dans un tôle plus important, y réalise un travail intéressant, a aussi une belle gueule... Pourquoi ce succès ? Comment s’est-il construit ? Comment perdure-t-il ? En bref, au travers de son cas, quelles sont les caractéristiques du star-système hollywoodien actuel ?

2La question de l’excellence a depuis quelques temps été posée pat les économistes. Tel acteur, tel monument, tel musée remportent les suffrages du public, telle action en bourse est privilégiée. Pourquoi ceux ou celles-là et pas les autres ? Le constat pose problème aux économistes habitués à une équation simple où la valeur est la sanction de la rareté.

  • 2 On citera cependant le DEA d’Hélène Valmary soutenu à Paris-1 sous la direction de Christian Vivia (...)

3Les difficultés de l’exercice sont nombreuses, car il existe peu de travaux sérieux sur l’acteur Tom Cruise2. Dans les ouvrages consacrés à l’économie du cinéma hollywoodien, Cruise est étonnamment peu cité ; tout au plus le donne-t-on en exemple du pouvoir des stars, voire des super-stars, sans qu’on trouve d’analyse de ce qui constitue ce pouvoir. Les biographies sont sans intérêt, et les pages de ragots qui envahissent Internet contiennent bien peu d’informations pertinentes.

4Quelques éléments biographiques précéderont des indications sur la carrière de Cruise permettant d’analyser les conditions et les circonstances de son succès. Il sera alors nécessaire de commenter les mécanismes qui permettent à la Cruise Inc. de se maintenir.

Biographie

5La biographie de Tom Cruise est somme toute banale et se confond, pour l’essentiel, avec sa carrière. Il perce très tôt au cinéma, sans être passé à la télévision, ou au théâtre. On parle de quelques spots publicitaires, d’une apparition dans une comédie musicale (Godspelt) dans un théâtre-restaurant sans oublier le Guys and Dolls monté dans son lycée et qui serait à l’origine de sa vocation.

6On ne peut guère s’appuyer sur ces biographes, peu scientifiques. Par exemple, est-il vrai que Zeffirelli se serait exclamé « Bellissimo » après avoir vu Tom Cruise passer un bout d’essai pour Un amour infini ? Et était-ce le jeu d’acteur du jeune Cruise qui aurait exalté l’Italien ou son physique ?

  • 3 Clarcson, 1998 ; Sellers, 1997 ; Schmidt, 1989 ; Abitan, 1992. La plupart des éléments biographiqu (...)
  • 4 Chapitre ajouté à la réédition de Dyer, 1998.

7Les biographies, bien entendu, servent la légende3, que cela soit sur une éventuelle prédestination à la prêtrise, la révélation de son talent au lycée ou ses rencontres amoureuses. Résumons donc : Cruise est fils d’un couple divorcé, quatre enfants, changeant souvent de domicile, dans une gêne pécuniaire constante, sans éclat à l’école (et peut être dyslexique). Il part à New York à dix-sept ans, se donne dix ans pour réussir, perce très vire. Dès lors, le plus intéressant devient sa biofilmographie et non sa vie qui est elle aussi relativement banale : deux mariages, deux divorces, quelques aventures sentimentales médiatisées. Telle qu’on la présente habituellement, cette vie entre tout à fait dans le schéma de la star constitutive d’une « élite démocratique » d’où émerge l’image de l’ascension sociale spectaculaire (« rags to riches ») dont Paul McDonald dit : « Cette image de la star “partie de rien” est très importante, car elle occulte les conditions d’exploitation du star-système, tout en suggérant la possibilité du succès qui reproduit ce système même4. »

  • 5 Et dans une moindre mesure des films en partage comme Rain Man ou La Couleur de l’argent.

8La carrière de Cruise débute avec une première apparition réduite dans Un amour infini (1981). Il tourne ensuite deux films où il occupe un rôle subalterne. Il enchaîne ensuite sur American Teenagers puis Risky Business. Dans ce dernier film, son numéro de karaoké en déshabillé en fait un pin-up boy de façon fulgurante. Il tient ses deux premiers rôles dans des films de 1983, soit deux ans après sa première apparition à l’écran ; dans cette période, on peut noter une congruence importante entre ce qu’est alors Tom Cruise et les rôles qu’il joue à l’écran. Par la suite, à l’exception de Magnolia5 et d’une courte apparition dans Austin Powers in Goldmember, il tiendra toujours le premier rôle.

L’acteur Cruise

  • 6 Sellers, 1997 qui ajoute que la caméra l’adore.

« Quoique tenant sa partie face à des icônes comme Newman, Hoffman et Nicholson, ses détracteurs, et ils sont nombreux, affirment que Cruise n’est qu’une star de cinéma qui prétend être un acteur [...]6 »

9Marie-Laure Fort rappelle qu’il existe deux grandes catégories de modèles pour expliquer la capacité d’attraction des stars : celle-ci est due soit à leur niveau relatif de notoriété artistique, soit à leur niveau relatif de notoriété médiatique. La notoriété artistique renvoie au talent que la société reconnaît à l’artiste alors que la notoriété médiatique peut être mesurée par la place qu’il occupe dans la production journalistique ainsi que par sa part de marché. Nous tenterons dans un premier temps d’examiner la notoriété artistique de Tom Cruise, et quelques implications qui découlent de cette recherche. La question de la notoriété médiatique sera traitée plus avant.

La critique

  • 7 Il y manque malheureusement le dossier de presse de Risky Business.
  • 8 Annie Copperman à propos de Legend in Les Échos, 29 août 1985.
  • 9 La même erreur est répétée dans la distribution du film indiquée en fin d’article, France Soir, 6 (...)

10Une recherche dans les critiques parues lors de la sortie des films dans Variety et dans la presse française conservées à la BIFI7 permet une première approche du discours de la critique sur Cruise. Ce qui frappe, c’est d’abord que le jeu de Cruise ne frappe personne. Sur les sept premiers films, rien n’est écrit sut Tom Cruise si ce n’est des remarques comme « La juvénile fraîcheur de Tom Cruise8 ». Robert Chazal dans France Soir le remarque à propos de Top Gun et écrit à propos du héros : « Ce dernier est joué par Don (sic) Cruise, nouveau venu qui va certainement faire une carrière intéressante [...]9. » La critique autour de Top Gun illustre d’ailleurs bien le propos et ce qui s’ensuivra. Elle se partage entre articles laudateurs et exécutions sommaires, portant sur Cruise pour une petite partie. De fait, le jeu de l’acteur est rarement commenté : soit on ne dit rien du tout sur Cruise, soit on s’en sort en faisant un article sur la star, ses amours ou ses affaires.

Les récompenses

11Celles-ci sont très variées et de nature différente, mêlant récompenses données par la profession et par le public, les critiques, les journaux, etc. La reconnaissance par les pairs pourrait être considérée comme valant reconnaissance de la qualité du travail, donc mesure de la « valeur » de l’acteur.

  • 10 En 1990, année de Né un quatre juillet, Daniel Day-Lewis l’emporte avec My Left Foot. En 1997, ann (...)
  • 11 Il est nominé en 1989 dans la catégorie du plus mauvais acteur pour Cocktail mais perd « au bénéfi (...)

12Cruise est nominé trois fois aux Oscars – deux fois pour un premier rôle et une fois pour un second rôle – mais la statuette lui échappe à chaque fois10. Le BAFTA Award est obtenu en 1991 pour Né un 4 juillet. L’association des critiques de Chicago lui remet par deux fois son prix : en 1990 pour Né un 4 juillet et en 2000 pour Magnolia. Nominé 6 fois au Golden Globe, il le remporte 3 fois (1990 : Né un 4 juillet, 1997 : Jerry Maguire et 2000 : Magnolia). Nominé deux fois au Razzie Awards il le gagne en 1995 dans la catégorie du plus mauvais couple à l’écran, honneur qu’il partage avec Brad Pitt pour Entretien avec un vampire11.

  • 12 Benhamou, 2002.
  • 13 Benhamou, 2002.
  • 14 Georges-Albert Astre in L’Amérique des stars, 1976.

13La question du talent a été traitée pat certains économistes, rappelle Benhamou notamment à partir du cas de l’industrie du disque12. La plupart des économistes se rapprochent d’une position résumée dans la formule « de larges différences de revenus parmi les artistes peuvent ne refléter que de faibles (ou même inexistantes) différences de talent13 ». La cause en est, entre autres, une économie de temps d’apprentissage ou de recherche ; se diriger vers les stars confirmées, c’est aller à coup sûr vers la satisfaction. On se rapproche là, sur d’autres bases, d’une conclusion que des critiques ou commentateurs du cinéma hollywoodien ont déjà exprimée depuis longtemps. « Ce qu’est réellement la star n’a que peu de rapport avec le concept d’acteur – précisément parce que sa fonction n’est pas de “jouet”, mais d’être, de personnifier de manière aussi élémentaire que possible une des attitudes majeures que peut adopter un individu face aux “problèmes de l’existence”14. »

La reconnaissance par le public

Les entrées

  • 15 La Firme étant le film qui a le plus mal voyagé.

14Le premier film avec Cruise en tête d’affiche (American Teenagers) se solde par une recerte de 1 246 141 dollars aux États-Unis. Mais dès Risky Business le BO est de 63 millions. Les films suivants sont un peu en retrait ; puis vient le premier film qui dépasse la barre des 100 millions (Top Gun). Il y aura ensuite deux séries proprement extraordinaires. Cinq films se suivent à plus de 100 millions (Des hommes d’honneur, La Firme, Entretien avec un vampire, Mission : impossible, Jerry Maguire). Puis après la parenthèse de Eyes Wide Shut et Magnolia, une nouvelle série commencée avec Mission : impossible 2 comporte déjà six films : Vanilla Sky, Minority Report, Le Dernier samouraï, Collateral, La Guerre des mondes. Un succès auprès du public répété hors des Etats-Unis : sur les 14 meilleurs résultats en salle des films tomcrusiens, 10 ont connu des scores plus élevés hors des Etats-Unis15.

Le travail

15La présentation de Cruise comme un bourreau de travail est une constante parmi les biographes, les exégètes, les thuriféraires, et parmi ses collègues. C’est aussi un thème qu’il ne déteste pas développer lui-même dans les interviews.

  • 16 Sur Risky Business, All the Right Moves, Top Gun, La couleur de l’argent, Cocktail, Né un 4 juille (...)

16Ce travail d’acteur mis en avant n’est pas un quelconque travail de réflexion sur les textes, le jeu d’acteur ou le coaching mais un travail d’appropriation des gestes. On saura ainsi que Cruise perd du poids, en regagne en levant de la fonte, assiste à des classes de pilotage pendant trois mois, apprend à jouer au billard, à faire des cocktails, à se mouvoir dans un fauteuil roulant, à parler avec l’accent irlandais, à jouet du piano ; il lit tout haut des classiques, regarde des cassettes de lion tuant des zèbres, apprend à tuer un homme à main nu, apprend à tirer deux coups de calibre 45 en une seconde 1/10°... et même – comble de travail harassant pour l’acreur – va jusqu’à visiter Versailles16. La publicité faite à cette façon de travailler, sans doute nécessaire à l’acteur pour des raisons qui lui sont propres, vise également à attester sa capacité d’acteur auprès d’un large public.

  • 17 Dans beaucoup de ses interviews, Cruise insiste sur sa capacité et son goût à se mêler à la foule (...)

17Deux anecdotes semblables sont rapportées à propos de Né un 4 juillet et Collatéral : Cruise, grimé, costumé, en « situation », se mêle à la foule d’un centre commercial sans être reconnu. Il a donc réussi à faire son « travail » d’acteur, à s’approprier des gestes, une allure. Cruise est beau, sexy, son corps de stat est imposant, mais dans le même temps la qualité de son travail lui permet de faire oublier ce corps et de se fondre dans les anonymes. Ainsi maintient-il sa qualité de star tout en restant proche du commun des mortels17.

Le corps de Cruise

18En effet un élément crucial de la star est son corps : un des points importants de l’économie du spectacle réside dans le phénomène de l’incarnation de l’acteur à l’écran. Ce qui rend le prix d’un artiste différent de celui d’un autre, c’est qu’il n’est pas substituable à un autre. Si l’on peut changer l’ouvrier de l’automobile sans modifier l’automobile, on ne peut, par contre, pas modifier le casting d’un film sans en modifier le film (qu’aurait été La Femme du boulanger avec Joan Crawford prévue initialement ?).

  • 18 Sellers, 1997.

19Cruise est un corps : au début de sa carrière, c’est une évidence. La mise en avant de ce corps est alors constante. Il est torse nu dans sa première apparition au cinéma (Un amour infini) et c’est en dansant en chemise et slip qu’il se fait connaître du grand public (Risky Business). Comme l’indique un de ses biographes : « Risky Business a montré que le processus de fabrication de Tom Cruise était achevé18» La scène, insérée dans la bande annonce, reprise en boucle sur MTV, deviendra un « must » de la génération des années quatre-vingt.

  • 19 Fleming, 2003.

20On retrouve cette même présence du corps dans Top Gun. Une scène de volley, où Cruise est torse nu, semble n’être là que pour émoustiller les dames. Plus loin on le voit sous la douche, scène dont le producteur Jerry Bruckheimer ne cachait pas l’intérêt : « Écoutez, on paye un million de dollars pour l’avoir. On doit voir un peu de chair19. »

  • 20 Sellers, 1997.

21Cruise devient alors un pin-up boy. À la mi-1987, il est élu l’homme le plus sexy d’Hollywood par un vote de téléspectateurs de Entertainment Tonight. Trois ans plus tard c’est le magazine People qui le consacre homme le plus sexy de l’année. Signe de l’importance de ce corps, Jeffrey Katzenberg, lors du travail sur Aladdin pour Disney, au vu des esquisses trouve le personnage trop maigre et demande à le faire ressembler à... Tom Cruise. Une utilisation de l’image corporelle qui parait avoir été soigneusement contrôlée puisque « [...] Après Top Gun, il interdit formellement la distribution d’affiches torse nu qui auraient pu le cataloguer comme un pin-up mâle20. »

  • 21 Blumenfeld, 2004.

22Cela ne signifie pas, pour autant, que le corps de Cruise disparaisse de l’écran. Il est au contraire bien présent : Samuel Blumenfeld le fait remarquer pour Collateral ou Mission : impossible 2, le montage, la prise de vue mettent en avant le fait que c’est bien Tom Cruise, lui-même, en personne, en chair et en os, qui est là sur l’écran. « Tom Cruise n’est pas seulement la plus grande star du monde. Il est aussi, par son usage du corps, la dernière vedette à entièrement endosser ce statut21. »

La star Cruise

  • 22 Didier Péron in Libération, 23 janvier 2002 (à propos de Vanilla Sky).

« Cruise est un garçon qui a porté l’art du contrôle sur soi et sa carrière à un point qu’il est difficile de ne pas admirer un tant soit peu. La manière dont il a pesé sur les choix artistiques du MI 2 de John Woo prouvait qu’il n’a pas forcément bon goût, mais qu’il ne laissera personne le jeter au bas du piédestal qu’il s’est construit de haute lutte22. »

Le choix des rôles

  • 23 Valmary, 2002.

La sélection des rôles est évidemment importante dans le processus de fabrication de la marchandise Cruise. Les choix opérés par Cruise et ses agents semblent avoir très vite été réfléchis dans une perspective de carrière, de « mise en scène d’une starification23 ».

Des auditions à l’imposition des sujets

  • 24 In Clarkson, 1998. Non daté.
  • 25 Clarkson, 1998. On lui aurait proposé 25 millions de dollars pour reprendre son rôle du vampire Le (...)

23Le premier rôle, dans Un amour infini, tient évidemment de l’opportunité. Cruise est contraint de passer par une audition. Cela sera aussi le cas pour Taps où il aurait décroché son rôle devant deux mille autres candidats. La légende dorée veut qu’il se soit vu proposer un rôle plus étoffé à l’issue des premières répétitions. Dès la fin du tournage, Cruise aurait annoncé à son agence qu’il renonçait aux pubs et aux émissions de télévision. Dès lors, se dessine une stratégie de choix ; c’est du moins ce que relatent les biographes. « Il me fallait un rôle en totale opposition avec le cadet violent de Taps24 » explique Cruise à propos de Legend. On retrouve dans le refus des suites une volonté de ne pas tomber dans le « type casting ». Il aurait refusé un Top Gun 2, un Rain Man 2 et un Entretien avec un vampire 225

24Dès Risky Business, Cruise reçoit des meilleurs scénarios et se retrouve en position d’élire ses rôles. En accord avec son agent Paula Wagner, il refuse alors les films d’ados, et choisit un rôle considéré comme plus « profond » pour L’Esprit d’équipe. Ce plan de carrière aboutit rapidement à ce que Cruise propose des films à des metteurs en scène ou des producteurs. C’est ainsi qu’il apporte le projet de Jours de tonnerre sous la forme d’un synopsis à Ned Tanen, alors patron de la Paramount, qu’il propose Minority Report à Spielberg et qu’il insiste auprès de Ron Howard pour jouer le rôle principal de Horizons lointains avec sa femme d’alors Nicole Kidman.

  • 26 Cruise et Stone partageant la même agence. Cruise accepte d’être payé au minimum syndical, Univers (...)
  • 27 Sean Penn, Charlie Sheen, Nicholas Cage auraient été envisagés auparavant, selon Sellers. Celui-ci (...)

25Cela n’empêche pas que les rôles puissent découler d’éléments extérieurs. Cruise ne veut pas, initialement, du rôle de Top Gun qu’il aurait surnommé « Flashdance dans le ciel ». Le producteur Don Simpson, souhaitant absolument Cruise, augmente le cachet jusqu’à emporter le marché. Sur Rain Man, la présence de Cruise est désirée par l’agence CAA pour préserver l’aura de Dustin Hoffman qui venait de subir l’échec sanglant de Ishtar. Dans la foulée, le choix permettait de donner à Cruise une aura supplémentaire d’acteur sérieux. De façon similaire, la présence de Cruise dans la distribution de Né un 4 juillet, semble avoir été nécessaire pour garantir le financement du film26. Projet ancien de Stone – il date de 1978 et prévoyait Al Pacino dans le rôle principal – le film est accepté par Universal à condition que le budget ne dépasse pas 18 millions de dollars et qu’une star soit présente27.

26La volonté affichée de changer, de ne pas tomber dans les stéréotypes, peut être une façon de rationaliser après coup des choix contraints par les circonstances. Ce peut être aussi une façon de ne pas tomber dans certains pièges du typecasting comme d’autres membres du « Brat Pack ». C’est aussi une façon de construire sa notoriété d’acteur. Conjointement, il s’agit d’éviter un autre écueil, le risque de perdre son public.

  • 28 Sellers, 1997.

27Faire toujours la même chose tout en faisant différent : la devise des majors pour conserver leur public peut aussi s’appliquer aux acteurs, singulièrement à Cruise. On ne pourra donc pas s’empêcher de voir une certaine constance dans les rôles. À la sortie de Jours de tonnerre certains critiques surnomment le film « Top Gun sur roues » et disent du personnage « [...] il est le héros type crusien. Un jeune gars qui doit faire ses preuves, qu’il soit pilote, conducteur de voitures, joueur de billard ou barman. Il doit apprendre à combattre ses peurs intimes même après une émotion violente. Le thème de Days of Thunder peut se lire comme le plan de carrière de Tom Cruise28 ».

  • 29 Mission : Impossible 2 après Eyes Wide Shut est dans cette veine.

28Le choix des rôles montre nettement une alternance entre des films destinés à établir ou réétablir le personnage Cruise (des « véhicules29 » valorisant la star) et des films plus « ambitieux » destinés à concourir pour l’Oscar ou, éventuellement, à préparer l’avenir pour valoriser l’acteur. C’est le cas sans doute de Collateral dans la dernière occurrence. C’était le cas auparavant de Né un 4 juillet, et de Magnolia... On notera cependant que le choix des réalisateurs est toujours intéressant. Jamais les films « ambitieux » ne se font avec des réalisateurs inconnus, mais toujours avec des réalisateurs qui ont déjà fait leur preuve et obtenu leurs galons auparavant : Oliver Stone, Stanley Kubrick, Brian de Palma (sur un film moins « ambitieux »).

29Il est intéressant d’examiner les rôles rejetés par Cruise, sans qu’il soit toujours loisible de savoir si cela correspond à une volonté propre de l’acteur ou aux circonstances. Cruise a ainsi refusé ou raté : Edouard aux mains d’argent, Les Feux de la nuit, Rush, Backdraft, The Curious Case of Benjamin Button, Out West, Sliver, The Saint, Criminal Conversation, L’Héritière, The Chinese Lady, Pulp Fiction et même une improbable vie de Laurel et Hardy avec John Travolta.

L’implication dans Les films

30Dès Risky Business, Tom Cruise aurait obtenu de Paul Brickman un « creative input » sur le film. Cette indication est trop vague pour savoir quel impact cet « apport créatif » a pu avoir ; mais elle signifie bien une volonté précoce de « mettre son nez » dans les affaires des films. On évoque aussi sur L’Esprit d’équipe des réunions de travail entre le réalisateur et Cruise pour réécrire ou ajuster des répliques. Ce qui n’est pas forcément exceptionnel dans le processus de fabrication du cinéma hollywoodien, mais qui est aussi symptomatique de l’engagement de Ctuise à ce niveau.

  • 30 Clarkson, 1998 et Sellers, 1997. Au vu de la carrière des deux producteurs cette démarche est pour (...)

31Top Gun marque une césure forte. Le film est son huitième, son cinquième en tête d’affiche. Cruise reçoit le scénario pendant le tournage de Legend et demande des réécritures. Simpson et Bruckheimer lui donnent deux mois pour travailler le script et développer son personnage contre la promesse qu’il fera le film30.

32Cette implication dans la mise en place du scénario se retrouve aussi avec des réalisateurs confirmés et plusieurs échos relatent des interventions de Cruise, que cela soit au niveau de l’écriture, du tournage ou de la post-production, même auprès de réalisateurs confirmés.

La valeur de la marchandise Cruise

33Cruise fait vendre. En vrac : des entrées dans les salles de cinéma, des DVD, des lunettes, des friandises...

Un support de produits

  • 31 Selon les auteurs, les ventes sont multipliées par trois... ou par vingt.

34Parce que le jeune Cruise chausse dans Risky Business des Wayfarers de la marque Ray Ban, le modèle devient le numéro 2 des ventes de lunettes31. Les ventes d’un autre modèle de Ray Ban porté par Cruise dans Top Gun augmentent de 40 % après la sortie du film.

  • 32 Nlessen, 2002.

35Comme il est usuel à Hollywood aujourd’hui, les films de la star vont comporter du placement de produit pour les marques Sweet n’Low dans Jours de tonnerre ou Lexus dans Minority Report par exemple. Un placement de produit efficace également en dehors des films. Le fait que TC porte, en dehors des tournages, un appareil dentaire multiplie les ventes de ce produit32. On peut aussi lire la visite, controversée, de Tom Cruise à Nicolas Sarkozy en 2004 à Bercy comme un placement de produit.

36Cette question n’est pas qu’anecdotique. 11 est évident que le producteur peut s’assurer un financement plus important via le placement de produit en mettant en avant la présence de Cruise dans le film.

Cruise ouvreur

37Une des qualités intrinsèques reconnues aux stars est d’« ouvrir un film », c’est-à-dire de faire venir dans les salles, sur leur nom, les spectateurs dès le premier jour de sortie des films.

38Si Risky Business est sans doute le film qui fait de Cruise une star pour les médias, c’est Legend qui le consacre comme star pour les majors hollywoodiennes. En effet le film sort aux États-Unis comme le numéro 1 de la semaine, et disparaît ensuite très vite des écrans. Mais Hollywood en conclut que Cruise est devenu un acteur si connu que son seul nom dans le rôle principal parvient à lancer un film, alors même qu’en raison de la longueur du tournage Cruise avait été longtemps absent des écrans.

  • 33 Sellers, 1997.

39Dès lors, le casting de Cruise dans un film sera considéré comme une garantie. Sur Entretien avec un vampire Cruise est choisi parce que Warner avait besoin de contrebalancer par sa présence un thème potentiellement repoussant. De fait le film atteint une recette de 38,7 millions de dollars le premier week-end puis s’écroule rapidement ; mais « le travail de Cruise était fait, tout en le montrant capable d’élargir sa palette33 ».

40Cette capacité d’attirer le public est mise à profit par le marketing. La campagne promotionnelle de Vanilla Sky orchestrée par Paramount ne fait pas mention, aux Etats-Unis, de l’ambiance du film, mais focalise l’attention sur la présence de Cruise. Après le mauvais départ de Minority Report aux Etats-Unis, Spielberg et Cruise s’embarquent dans une grande tournée de promotion, notamment en Europe, pour récupérer leur investissement. Cependant, il y a parfois des ratés : Horizons lointains sort face à L’Arme fatale 3 et Batman Returns et fait de mauvaises recettes, la présence de Cruise ne suffisant pas en l’occurrence à garantit le succès.

  • 34 De Vany, 2004.

41Pourquoi cette capacité d’ouverture est-elle importante ? « On utilise les gros budgets et les stars pour obtenir la plus grosse part des écrans de sortie, pour “semer” les conditions de la chaîne d’informations, en espérant acquérir une position dominante sur le marché, position qui peut être indépendante de la qualité du film [...]34. » Même si ensuite le bouche-à-oreille peut détourner le public du film.

42La présence du film dans la liste des meilleurs vendeurs, ne serait-ce que sur un laps de temps court, prépare le film pour les ventes en vidéo et à la télévision, lieux de plus grande rentabilité. À cela, il faut ajouter que la structure du partage des recettes entre les distributeurs et les exploitants (favorable aux premiers dans les premières semaines) et le service de la dette militent pour une exploitation rapide en salle : car, plus que le lieu où se réalise la valeur de la marchandise cinéma, la salle est la vitrine et la star est son enseigne au néon.

La cote de Cruise

  • 35 Les sources varient sur ce point.

43L’augmentation des cachets de Cruise est bien entendu liée à l’augmentation de son aura de star. De 300 $ pour Un amour infini, il passe à 200 000 $ pour Risky Business puis atteint 1 ou 2 millions pour Top Gun35. Sur Rain Man, Il obtient 5 millions et un intéressement (5 millions). À partir de Jerry Maguire, il est dans le club des 20 millions de dollars, somme qui sera portée à 25 millions pour Minority Report. Ensuite, on ne parle plus de cachets mais de systèmes d’intéressement.

  • 36 Clarkson, 1998.

44Le cachet est évidemment lié à la star et non à la « qualité » de l’acteur. On le voit très bien dans le cas Des Hommes d’honneur où Cruise a un cachet de 12 millions de dollars, alors que Jack Nicholson reçoit 5 millions, Demi Moore 3, Sutherland 1 et Kevin Bacon 750 00036 Comme l’indique fort justement Fort :

  • 37 Fort, 2002.

45« Le cachet de la star ne correspond pas [...] seulement à la rémunération de son service artistique au sens strict mais également au prix à payer pour utiliser sa notoriété médiatique37 »

46On est là dans une procédure assez classique d’offre et de demande. Or l’offre de stars susceptibles d’ouvrir un film est assez limitée. Les stars recherchées peuvent donc demander des cachets élevés et des conditions favorables. Maintenir sa cote est vital, car le cachet est un signe, à destination des spectateurs et à destination des producteurs – futurs employeurs – de la qualité de la marchandise que présente la star.

  • 38 Bowles, 2004.

« Les dirigeants des studios utilisent l’équation suivante quand ils envisagent de proposer un tôle à Cruise : prenez un film qui dispose d’un budget confortable avec une vedette connue en tête d’affiche. Si c’est Tom Cruise qui joue dans le film, on peut ajouter au minimum 35 millions de dollars de recettes en salles et en vidéo dans le monde entier38. »

47Cruise explique lui-même :

  • 39 Empire, juillet 1992 in Clarkson.

« Les types qui possèdent les studios ne sont pas arrivés là où ils sont en étant des hommes d’affaires stupides. Ils ne vont pas me payer un sou de plus que ce que je vaux. Ils ne payeraient rien si cela n’en valait pas la peine. Et le jour où je ne les vaudrai plus, ils ne me payeront plus39 »

48Cependant, le cachet n’est pas tout. Il y a à cela plusieurs raisons :

  1. L’annonce des cachets peut être un élément de marketing du film et de la star. Les agents responsables de la carrière des acteurs ne veulent pas les voir « dévalorisés » par un cachet inférieur à leur cote. Les producteurs se servent du chiffre annoncé comme élément publicitaire pour annoncer la « valeur » du film.
  2. Le contrat comprend d’autres dépenses liées à la star qui ne sont, en général, pas connues. Toujours sur Des Hommes d’honneur, en plus de ses 12 millions de dollars, Cruise dispose d’un « trailer » avec téléphone, fax, TV, jacuzzi, deux chauffeurs à disposition 24 heures sur 24, un jet pour repartir à Los Angeles en cas d’urgence, un maquilleur et un coiffeur personnel40. Des bonus, après coup, peuvent également être servis41.
  3. Arrivés à un certain degré de notoriété, les acteurs sont en position de négocier des pourcentages sur les recettes. L’usage ayant été initié par Lew Wasserman pour James Stewart sur Winchester 73 (1950), ces pourcentages ont pris une importance considérable dans l’économie actuelle du cinéma hollywoodien, et fait des stars également des producteurs du film. Cruise en est l’exemple le plus abouti. Sur Mission : impossible, l’acteur aurait renoncé au cachet de 20 millions de dollars prévus pour obtenir 15 % des 75 % que Paramount prenait des recettes. Ce qui lui aurait rapporté 70 millions de dollars (cf. infra). Sur Mission : impossible 2, Cruise aurait obtenu 30 % des recettes brutes pour son double rôle de producteur et d’acteur. Une situation que le rédacteur en chef de Variety, Peter Bart, considère être équivalent à un « equity investment », investissement en capital où le capital engagé par l’acteur est son capital médiatique.

Cruise comme facilitateur de projets

  • 42 Quigley.
  • 43 En prenant 10 points pour la première place, 9 pour la seconde, etc.

49La présence d’une star dans un casting facilite la mobilisation des financements, que cela soit l’engagement d’une major ou les avances des distributeurs étrangers ou des télévisions. À cet égard, Cruise est le mieux placé de toutes les stars de la place. Dans l’almanach Quigley, depuis sa création, existe une enquête réalisée auprès d’exploitants de salles (circuits et indépendants) sur les « top ten money-makers ». Cruise est inclus dans la liste, en 1983 à la dixième place, et jusque en 2002, il apparaît 15 fois contre 13 fois pour son suivant immédiat Mel Gibson, 10 fois pour Harrison Ford suivi de Eddie Murphy (9), Robin Williams (9) et Tom Hanks (9). La première femme, Julia Roberts, apparaît 8 fois42. Même en faisant intervenir la place dans le classement, la supériorité de Cruise est éclatante avec un total de 129 points contre 70 à son suivant immédiat Tom Hanks43.

L’adéquation à l’époque

50Quelque soit le talent, la volonté, la boulimie de travail d’un acteur, quelles que soient l’habileté de ses choix de carrière et sa volonté de réussir, sa réussite tient aussi à son adéquation à l’époque. Notion évidemment difficile à préciser et que l’on a pu relever en d’autres temps, de Rudolf Valentino à James Dean.

51C’est d’abord une question d’âge, de génération : « Les jeunes veulent voir des gens de leur âge à l’écran », estime Richard Fischoff, un cadre de production. « Burt Reynolds peut être démodé. Liz McGovern, Sean Penn font partie de la nouvelle génération, Dustin [Hoffman] et Metyl [Streep] sont des acteurs de genre, pas des pin-ups. Les gamins veulent être comme Diane Lane, Mat Dillon,

  • 44 Litwak, 1986.

52Tom Cruise et Darryl Hannah44. » Pin-up boy, distribué dans des films d’ados, Cruise séduit d’abord un public adolescent qui va grandir avec lui et « suivre son travail ».

  • 45 Sellers, 1997

« L’image toute simple d’un jeune homme sérieux avec une mission, de la bête de travail, du nec plus ultra du fêtard, remporta un grand succès auprès de la jeune génération élevée, dans la croyance, via Ronald Reagan, que l’Amérique était redevenue grande et dans l’idée qu’il n’y avait rien à redire à la philosophie des yuppies qu’il faut lutter pour être le numéro 1. Certains des personnages à succès de Cruise personnifient cette culture des années 1980 ainsi que beaucoup des fortes préoccupations de la décennie : l’avidité et le désit de gagner à n’impotte quel prix : Maverick (Top Gun), Vincent (The Color of Money), Flanagan (Cocktail). Il était l’acteur parfait pour la décennie45 »

  • 46 Sellers, 1997.

53Cruise peut donc être vu comme un retour aux acteurs « propres » des années 1950 après les films des années 1970 comme MASH ou Easy Rider... « Il dut attendre que Ronald Reagan soit président pour être une star46. »

L’équipe Cruise ou l’entreprise Cruise

54On a déjà évoqué la notion de capital médiatique. Le capital Cruise doit donc être géré. Un acteur hollywoodien, a fortiori une star, ne peut exister qu’entouré d’une équipe qui doit gérer, à la fois, son capital artistique et son capital médiatique. Toute cette camarilla est payée à la commission donc intéressée financièrement au maintien et même à la fructification du capital Cruise.

Le manager

55Nombre d’acteurs hollywoodiens confient leur carrière à des managers attachés à la définition de leur stratégie. Cruise n’en dispose pas. Ses biographes évoquent une mauvaise expérience initiale. Plus profondément, la star Cruise est une marchandise si importante que l’on ne peut ne pas s’en occuper, et son agence CAA est aux petits soins pour lui.

Le produit CAA

  • 47 Nicita est co-chairman de CAA, et par ailleurs marié à Paula Wagner. Huvane est vice-président exé (...)

56Cruise a connu plusieurs agents dans sa carrière. Poussé par son premier agent à faire American Teenagers, qui s’avère être un mauvais choix, Cruise s’en sépare et rencontre Paula Wagner en 1981. Celle-ci, d’abord actrice, a ensuite travaillé pour l’agence Susan Smith avant d’intégrer l’agence CAA. Elle est de la même génération que Cruise et c’est elle qui, en grande partie, façonne Cruise. En 1992, les intérêts de Cruise sont pris en charge par Ron Meyer, co-fondareur de CAA puis par Rick Nicira et Kevin Huvane47. Depuis 1981, la carrière de Cruise est donc gérée par CAA.

57Il est d’usage que les grands noms d’une agence soient directement pris en main par les pontes de celle-ci. Kevin Huvane s’occupe également de Billy Crudup, Keanu Reeves, Brad Pitt, Uma Thurman, Ethan Hawks, Mike Nichols, Goldie Hawn, George Clooney, Arnold Schwarzenegger, Billy Bob Thornton, Helen Hunt, Demi Moore, Julia Roberts, Cameron Diaz...

58Le développement de la marque Cruise s’est incontestablement effectué en parallèle avec la montée en puissance de l’agence CAA dans le monde hollywoodien. L’agence est fondée en 1975 par Michael Ovitz, Ron Meyer et Bill Haber après leur départ de William Moriss. L’agence représente plus de 675 professionnels, compte une soixantaine d’agents et est devenue la plus puissante à Hollywood au milieu des années 1980.

Les avocats

59Cruise s’est entouré des meilleurs (George Carman, Bert Fields, Barry Hisch). Barry Hirsch a représenté nombre de clients de CAA dont Robert Redford, Barbra Streisand, Sally Fields, Sydney Pollack, Sean Penn, Kim Basinger, Barry Levinson, Tom Cruise and Bill Murray. Bert Fields fut l’avocat de HBO, William Friedkin, WMA, David Geffen, Kevin Costner, Michael Jackson... Il est, pat ailleurs, un des plus grands spécialistes du contrat hollywoodien. George Carman, à Londres, a défendu les intérêts du couple Cruise-Kidman. Carman a eu de nombreux clients célèbres outre TC comme George Best, Richard Branson, Imran Khan, Robert Maxwell, Mohamed Al-Fayed.

  • 48 voir Daniels, 1998.

60La présence d’avocats auprès des stars peut sembler évidente pour tous les aspects relatifs au respect de la vie privée, à la gestion des affaires, etc. Mais la présence des avocats à Hollywood est liée d’abord et avant tout aux contrats. La définition des recettes, donc des montants des participations, se fait sut chaque contrat et diffère à chaque occurrence48.

Les contrats

61Hollywood est une industrie réglée par les contrats. En ce qui concerne les acteurs, deux points sont importants : la recette et la place sur l’affiche.

62Nulle définition des recettes n’est donnée et sur chaque film, les avocats doivent se battre pour déterminer les règles de partage de la recette brute, le montant des retenues opérées par les studios, etc.

  • 49 Variety, 14 octobre 2002.

63La place sur l’affiche – en vedette – était déjà un enjeu fondamental pour le théâtre. Le cinéma hollywoodien n’y échappe pas. Sur La Firme, Cruise exige que son nom et son visage dominent les affiches et toute la publicité du film. En conséquence, Gene Hackman retire son nom du générique et de l’affiche. Pour Minority Report, le nom de Cruise doit passer avant celui de Spielberg et figurer en plus gros caractères, ce qui provoqua un problème lors de la sortie du film en France, où l’on cherchait à centrer la promotion sut Spielberg plus que sur Cruise ; le problème fut résolu par un grossissement d’une critique de Michel Ciment consacrée à Spielberg, qui permettait de maintenir le nom de Cruise à sa place mais en caractères plus petits49.

Les problèmes « externes »

64Les avocats sont aussi importants lors de situations qui ne sont pas propres au cinéma. Dans le cas de Cruise, il en va ainsi des divorces d’avec Mimi Rogers et Nicole Kidman. Il conviendra de régler la question de la répartition des biens, de la pension alimentaire, mais aussi de ce que la partie adverse aura ou n’aura pas le droit de révéler sur l’union passée.

65Ensuite, la surveillance des médias est dévolue aux avocats. Quand Clarkson commence son travail sur Tom Cruise, il reçoit une lettre de Bert Fields le menaçant, à demi-mot, de poursuites s’il écrit des « déclarations erronées ou diffa-matoires ». La défense de la star s’organise à l’occasion autour du procès. Parmi les nombreuses actions en justice engagées par Cruise, citons un procès de 100 millions de dollars contre un certain Michael Davis qui offrait de vendre une cassette présentant Cruise en situation compromettante.

Les Public Relations (PR) OU attachés de presse

  • 50 Dyer, 1998.

66Les Public Relations sont les agents de presse (publicists), surnommés « praisers » dans l’argot du métier. Le rôle des PR est celui de la fabrication et du maintien de la notoriété médiatique. Comme le note justement Richard Dyer : « Une image de star est faite de textes promotionnels, publicitaires, filmiques et exégétiques ou critiques50. » L’action du PR va donc s’organiser autour des films mais aussi de la vie privée de son client.

  • 51 Andrea Jaffe & associates a compté comme clients Tom Cruise, Warren Beatty, Johnny Depp, Farrah Fa (...)
  • 52 Ou Lee Anne Mapother, scientologue comme son frère. D’abord employée au markering de C/W, puis com (...)

67Cruise a eu successivement comme PR : Andrea Jaffe51, puis Pat Kingsley (à partir de Horizons lointains en 1991 jusqu’en mars 2004) avant de confier ce tôle à sa soeur aînée Lee Anne de Vette52.

68Le métier s’est développé à la fin des années 1960 et au début des années 1970 quand les studios ont cessé d’assurer la promotion des vedettes qui n’étaient plus salariées. Dès lors, celles-ci ont dû engager leurs propres attachés de presse pour promouvoir leurs films et soutenir leur carrière entre deux engagements. Un petit nombre de stars – deux douzaines selon Variety, dont Cruise – peuvent par contrat faire prendre en charge leurs dépenses de publicité par le studio. Les autres vedettes doivent financer leur publicité sur leurs propres deniers.

69Le PR doit gérer les relations presse au moment de la sortie du film, et ceci en relation avec les studios. En dehors des événements cinématographiques, il gère la communication des événements mondains (mariages, engagements, divorces...) et combat les rumeurs.

70Les deux sont évidemment liés. Ainsi on a évoqué un agacement des responsables de Paramount lors de la sortie de La Guerre des mondes en raison des interférences que ceux-ci craignaient avec les annonces par Cruise de son amour pour une nouvelle demoiselle. La volonté de Pat Kingsley de ne pas mettre en avant l’appartenance de Cruise à la Scientologie correspondait à une volonté d’éviter d’éventuels appels au boycott des films, comme ce fut le cas lots de la sortie de Mission : impossible en Allemagne.

  • 53 Sternbergh, 2004. Meriwether Lewis et William Clark chargés en 1803 par le président Jefferson d’e (...)

71Le duo Cruise-Kingsley a fondé en quelque sorte les relations avec la presse telles qu’elles existent aujourd’hui à Hollywood. « [Cruise et Kingsley] sont à l’image de Lewis et Clark, des explorateurs qui ont tracé le chemin que d’autres stats se sont empressées de suivre53. » Pat Kingsley est la première attachée de presse à avoir exigé la couverture d’un magazine en échange d’une interview. La première à réclamer – et souvent obtenir – le droit de choisit les journalistes et photographes dépêchés auprès de ses clients. Elle a systématisé l’utilisation des listes de questions pré-approuvées.

  • 54 Jeannette Walls, auteur de Dish ! How Gossip Became the News et News Became Just Another Show cité (...)

72Cette série de pratiques a pu s’appuyer sur l’état de la presse au début des années quatre-vingt. « En 1980, il y avait plus d’émissions de télévision et de magazines et journaux qui avaient besoin de grandes stars que de stars elles-mêmes. C’était tout simplement un marché orienté à la vente, et Kingsley commença à en définir les termes54. »

Les sorties

73Après Top Gun, Cruise obtient le droit de veto sur la publicité des films dans lesquels il paraît. Cruise aurait été choqué de voir qu’on utilisait un sosie pour la sortie en vidéo du film. Il obtient systématiquement après Top Gun le droit d’en-gager comme attachée de presse des films auxquels il participe sa propre attachée de presse. Cruise est réputé bien accepter et bien faire son travail de promotion autour des films, voyageant dans les pays pour des galas, des interviews non-stop et autres apparitions.

  • 55 Sellers, 1997.

74Le rôle du PR sur un film est aussi, si le cas s’y prête, de pousser l’image de l’acteur pour qu’il décroche un oscar ou un autre hochet. Cette situation peut amener à une différence de perception des besoins publicitaires du film. Sur Né un 4 juillet, le studio mena une bataille avec les représentants de Cruise pour les empêcher de diffuser les photos de la vedette en chaise roulante, de peut d’effrayer son « public traditionnel, celui qui se déplace pour l’admirer dans des rôles héroïques stéréotypés55 ».

La notoriété de Cruise

75Dans le cas de Cruise, la communication autour de sa personne est à la fois des plus classiques mais aussi compliquée par une série de problèmes particuliers : son appartenance à l’Église de Scientologie, les rumeurs sur son homosexualité prétendue et, en conséquence, les rumeurs sur la réalité de ses mariages.

76À cela s’ajoute des rumeurs ponctuelles : il aurait été atteint d’un cancer, il aurait affirmé être une réincarnation de William Shakespeare, il aurait programmé une série de conférences pour dénoncer la psychiatrie, il aurait tenté d’entraîner Scarlett Johansson dans la Scientologie...

La gestion des relations avec la presse

77Les interviews de Cruise ne peuvent passer que par Pat Kingsley avec des contrats restrictifs, sinon les journalistes sont bannis (et leurs journaux aussi). Cela est donc notamment vrai à partir du moment où Kingsley prend en main l’image de Cruise sur Horizons lointains. Les contrats stipulent que le journaliste doit donner le nom de la publication, la date de parution, s’engage à n’utiliser l’interview que pour la promotion du film en question.

  • 56 Thompson, 2005.

78Cette situation n’est pas propre à Cruise. Lors de la sortie de M. et Mme Smith, la presse a révélé que Angelina Jolie posait des conditions semblables à ces interviews. De fait, même si la plupart des journalistes refusent de signet, les moyens d’influence sont légion. « Il fallut au magazine Première plusieurs années pour revenir dans les bonnes grâces de Kingsley après un article dur sur Mission : Impossible 256. »

79La gestion des relations avec la presse est rendue plus difficile ces derniers temps dans le cas de Cruise pour deux raisons. La première est liée au personnage, la seconde est plus générale.

80Tom Cruise s’est séparé en 2004 de Pat Kingsley pour confier sa communication à sa soeur. Les raisons avancées varient dans la presse. Le plus souvent est évoquée l’interdiction que Kingsley faisait à Cruise de parler de Scientologie. Cruise parle beaucoup plus de ses croyances aujourd’hui, allant même jusqu’à faire installer une tente de scientologues sur ses plateaux de tournage pour, prétend-il, aider ses petits camarades.

  • 57 En tout cas avant la séparation de Kingsley et d’un des employés parti fonder une firme rivale ave (...)

81Mais indépendamment des qualités de Lee Anne de Vette, ce qui est en cause c’est qu’elle ne contrôle que Cruise (et Katie Holmes, la nouvelle fiancée, depuis octobre 2005). Or Kingsley, elle, s’occupait de la communication de toute une batterie de stars. S’attaquer à Cruise, c’était risquer de ne plus avoir accès à la star mais aussi aux autres clients de Kingsley comme Ellen Barkin, Ron Howard, Woody Allen, Brian Grazer, Scott Rudin, Conan O’Brien, Jonathan Demme, Mike Nichols, Wes Anderson, Sydney Pollack, Anthony Minghella, Martin Scorsese, Nicole Kidman, Tom Hanks, Jodie Foster, Richard Gere, Al Pacino, Warren Beatty57...

  • 58 Cela ne veut pas dire que d’autres publications n’avaient pas laissé les rumeurs s’étaler.

82Le fait que même la presse « sérieuse » (CNN, The New York Post...) ait mis en doute la véracité de la relation entre Cruise et Katie Holmes, ce qui n’avait pas été fait pour Penelope Cruz ou Nicole Kidman58, tient sans doute aussi à cela. Les médias ne craignent plus de rétorsions dommageables.

  • 59 Sternbergh, 2004.

83L’autre raison tient à une modification de la presse magazine, modification sans doute liée à la profusion de pages personnelles, blogs et sites de ragots sur internet mais aussi à la prolifération d’émissions de TV réalité qui « fabriquent » des stars jetables rapidement. L’approche de ces magazines (US Weekly en tête) s’appuie sur une familiarité avec le lecteur. « Leur ton n’est pas familier avec les stars mais avec le lectorat. Ils sortent des ragots – emplis de citations de sources anonymes ou d’amis bien intentionnés et illustrés de photos d’agences – ragots qui ne nécessitent pas de se mettre en relation avec les stars59. »

  • 60 Pincus-Roth, 2005.

84On peut donc penser que loin d’être inconsidérée, la nouvelle stratégie de communication de Cruise s’est adaptée aux nouvelles exigences de la presse people (sauter sur les divans chez Oprah Winfrey, faire une déclaration publique à tout bout de champ, etc.). L’émission télévisée de Oprah Winfrey a obtenu le meilleur taux d’audience depuis celui des Oscars en février précédent et le meilleur depuis 1997 pour un mois de mai60.

Cruise producteur

85La question de l’activité de production de Cruise renvoie ici encore d’un côté à une situation assez classique chez les acteurs hollywoodiens, de l’autre au cas particulier de Cruise.

L’aspect classique

86Assez tôt, après Risky Business, Cruise créé une société de production.

87On est alors dans le cas « classique » des acteurs qui fondent une maison de production pour deux raisons : gérer les participations prises dans les films et attirer des bons sujets.

88Dans les années 1980 se multiplient les contrats entre ces sociétés et des majors. Tig Prods (Kevin Costner), Isis (Cher), Troph Prod (Patrick Swayze), Icon (Mel Gibson), Malpaso (Clint Eastwood), Plan B (Brad Pitt, Jennifer Aniston) ont des accords avec divers studios. T C Production – premier avatar de la compagnie de Cruise – a alors un vague accord avec Columbia.

89Beaucoup d’acteurs vont, en fait, se contenter de la première étape dans ce que Hollywood appelle des vanity deals. Mais Cruise va plus loin. En juillet 1992, il crée, avec Paula Wagner, C/W productions. Cette nouvelle société conclut alors un « exclusive multi picture deal » avec Paramount et s’installe dans des locaux luxueux autrefois occupés par Howard Hughes.

90Stanley Jaffe qui est alors à la tête de Paramount fut le producteur de Taps et est également le frère de sa première PR Andrea Jaffe. Il est par ailleurs aussi client de CAA. Par la suite, la nouvelle responsable de Paramount, Sherry Lansing, continue à octroyer à C/W Productions des budgets confortables.

91Le fonctionnement est donc classique au départ. Un financement par Paramount qui permet à C/W d’acquérir des droits, de développer des projets, un premier regard de la major sur ces projets, et s’ils sont acceptés, un financement du film pat la major. En échange, Cruise s’engage à jouer dans deux films Paramount dans les trois ans qui suivent la signature du contrat. Pouf Paramount, il s’agissait de faire avec Cruise ce que Warner avait réalisé avec Clint Eastwood auparavant.

  • 61 Selon Clarkson, 1998 d’autres sources donnent 80.

92La première production réelle de C/W va être Mission : impossible avec un coût prévu de 60 millions de dollars61 qui, surtout, n’est pas dépassé. La compagnie compte une douzaine d’employés au début 2003.

93Plus singulier, sans être complètement extraordinaire, est le réel travail de production sur d’autres films que les films estampillés Cruise. Ce qu’on a pu retrouver chez un Sydney Pollack, un Dany de Vito, quelques autres... C/W produit Narc, Les Autres, Shattered Glass, Elizabethtown... En 2005, C/W a déjà produit 14 films, en compte sept en production ou en pré-production et a une vingtaine en projets.

L’aspect particulier

  • 62 Dans le système « classique », le partage des recettes avec les ayants-dtoit se fait alors sur ces (...)

94L’aspect particulier de l’activité de Cruise est dans son clout – son pouvoir de négociation. Lots de la production de Mission : impossible, Cruise accepte de différer le payement de son cachet. En échange, il négocie un contrat sans pareil à Hollywood. Tout d’abord, il touche 22 % des revenus bruts générés par les ventes en salles et aux télévisions. Mais surtout, il obtient que le calcul des droits touchant les recettes vidéo se fasse sur l’intégralité des recettes et non, comme c’est la pratique à Hollywood depuis l’apparition de ce marché, sur les 20 % de royalties que la filiale vidéo a l’habitude de remonter à la maison mère62.

95Cette remise en cause des habitudes, le syndicat des acteurs, la SAG, n’a pas réussi à l’obtenir collectivement. Seul Cruise a réussi pour son propre compte. Résultat, Cruise récolte 70 millions de dollars sur Mission : impossible. Il n’est plus dès lots question pour lui de parler des cachets qu’il peut obtenir mais de la somme qu’il gagne sut les films après leur exploitation sur l’ensemble des marchés.

  • 63 Epstein, 2005. Recettes totales pour Cruise estimées à 92 millions de dollars.

96Pour la suite, Cruise a obtenu une « revalorisation » de sa position et sa part dans les recettes passe à 30 % et la part des royalties sur les DVD passe à 40 %. En échange de cela, Cruise a accepté de payer l’autre participant aux recettes brutes, John Woo, sut sa part63.

  • 64 Sellers.

97Si Cruise a souvent évoqué, dès 1986, l’envie de réaliser, il n’a, à ce jour, dirigé qu’un épisode TV produit par S. Pollack pour la chaîne câblée Showtime. Mais « On peut arguer que le contrôle que Cruise exerce sur chacune de ses productions – approbation du script et du casting, pouvoir de veto sur la campagne publicitaire implique qu’il a déjà à moitié réalisé ses films64. »

La Guerre des mondes

  • 65 Connor, 2005.

98À l’approche de la sortie de La Guerre des mondes, on a pu sentit à travers la presse professionnelle états-unienne une certaine nervosité parmi les dirigeants de Hollywood. Cruise n’allait-il pas payer sa trop grande (et bizarre) médiatisation ? « Lié à sa cour hyper médiatisée à Holmes, cela pourrait constituer le plus important faux pas depuis que son compère scientologue John Travolta a fait Batdefield Earth65. »

  • 66 Johnson, 2005.

99Le film sort le 29 juin 2005 aux États-Unis et réalise 64,9 millions de dollars le premier week-end dans les 3 908 écrans alloués aux États-Unis. Soit le record pour Paramount et pour Cruise. Le 17 juillet il a déjà récolté 192 millions de dollars aux États-Unis et 201 dans le reste du monde. C’est le sixième film de rang de Cruise qui dépasse les 100 millions de dollars au BO états-unien. Après cela, la baisse est assez rapide, mais encore une fois Cruise a fait son effet : ouvrir. C’est que Cruise n’a pas alors que proclamé son amour pour Katie Holmes ou sa détestation des drogues, il a aussi en deux semaines assuré les premières du film à Tokyo, Berlin, Marseille, Londres, Madrid, New York et Los Angeles66.

Conclusion

100Au vu l’influence de Cruise sur ses films, il est difficile de ne pas le considérer comme – du moins en partie – auteur des films auquel il participe.

  • 67 Patrick McGilligan, Cagney : The Actor as Auteur cité in Dyer, 1998. Voir aussi sur ce point Moull (...)

« La théorie des auteurs peut être revue et ré-énoncée en prenant les acteurs en considération : dans certaines circonstances, un acteur peut influer sur un film autant qu’un scénariste, un réalisateur ou un producteur, et il existe quelques rares acteurs dont les capacités de jeu et la persona sont si puissantes quelles incarnent et définissent l’essence même de leurs films [...]67 » note Patrick McGilligan.

  • 68 Benhamou, 2002.

101Françoise Benhamou68 rappelle trois caractéristiques de la « celebrity economy » : les différences de revenus sont bien plus élevées que les différentiels de talents. La capitalisation de la gloire s’étend au-delà du domaine de compétence initial. Et enfin, les avantages obtenus, parfois à partit d’une forte dose de hasatd, sont sujet à des phénomènes d’auto-renforcement. Le cas Cruise illustre à merveille ces trois points.

  • 69 La conclusion de Abitan, 1992. Mission : impossible3 en tournage, sortie prévue le 2 mai 2006.

102« Nous guettons attentifs maintenant, avec une sympathie très vive, le futur comme à coup sûr les métamorphoses prochaines de M. Tom Cruise, homme d’honneur et charmeur-né », telle est la conclusion d’un des biographes de Cruise69. Comment ne pas ajouter aux qualités reconnues à Cruise celle d’être également un formidable entrepreneur, entrepreneur dont le capital est Tom Cruise lui-même.

Ouvrages cités

103Bart Peter et Guber Peter, Shoot Out : Surviving Fame and (Mis) Fortune in Hollywood, New York, Putnam, 2002.

104Bart Peter, Star Brand Take the Heat, Variety, 20 juin 2005.

105Benhamou Françoise, L’économie du star System, Paris, Odile Jacob, 2002.

106Beumenfeld Samuel, Tom Cruise est-il un ange ? in Le Monde 2, 25 septembre 2004.

107Bowles Scott, Tom Cruise at the Movies, USA Today sut http://usatoday.com consulté 13 octobre 2004.

108Cameron-Wilson James, Young Hollywood, Londres, B. T. Basford Ltd, 1994.

109Clarkson Wensley, Tom Cruise, Bruxelles, Lefrancq, 1998.

110CONNOR Tracy, Tom a Pill on TV, New York Daily News, 25 juin 2005.

111DANIELS Bill et al, Movie Money (Understanding Hollywood’s (Creative) Accounting Practices), Beverly Hills, Silman-James Press, Ca, 1998.

112DE VANY Arthur, Hollywood Economies (How Extreme Uncertainty Shapes the Film Industry), Londres et New York, Routledge, 2004.

113Diorio Cari, B. O. Doesn’t Tell « Samurai » Taie, Variety, 19 janvier 2004.

114Dyer Richard, Stars, Londres, BFI, 1998 avec un chapitre supplémentaire par Paul MCDONALD. Traduction française : Le star-système hollywoodien, Paris, L’Harmattan, 2004.

115EPSTEIN Edward Jay, Tom Cruise Inc. (The Numbers Behind his Celebrity), The Hollywood Economist sur http://slate.msn.com vu 5 juillet 2005.

116FLEMING Charles, High Concept (Don Simpson and the Hollywood Culture of Excess), Londres, Bloomsbury, 1998.

117LEMING Michael, New Flight Plan for Cruise, Variety, 9 septembre 2003.

118FORT Marie-Laure, Une analyse économique de l’exploitation et de la production de la notoriété médiatique. Le cas du cinéma hollywoodien, Latec-CNRS, Université de Bourgogne, 2000 sur http://ideas-repec.org

119GROVES Don, Cruise in Control O’seas, Variety, 16 février 2004.

120Cinéma d’aujourd’hui n° 8, L’Amérique des stars. L’histoire, la mythologie et le rêve, mai-juin 1976.

121Hollywood Creative Directory’s Film Actors, 6e edition, Hollywood, Lone Eagle Publishing Co., 2003.

122International Dictionary of Films andFilmmakers #3 Actors and Adresses, Detroit, New York, Toronto, Londres, St James Press, 1997.

123International Motion Picture Almanac, Quigley Publishing, 2004.

124JURKOWITZ Mark, Who Calls the Shots, Celebrities or the Press ?, The Boston Globe, 7 août 2004 sur http://www.boston.com vu 14 mai 2005.

125KENT Nicholas, Naked Hollywood. Money Power and the Movies, Londres, BBC Books, 1991.

126LEAF Jonathan, The Protection Racket, or Why Cruise and Holmes Are Fair Game in New Partisan 6 janvier 2005 sur http://www.newpartisan.com

127LITWAK Mark, Réel Power, New York, Plume, 1986.

128MARX Andy, Cruise Team Inks Par Deal, Variety, 4 novembre 1992.

129MCNARY Dave, It’s Not All About Cruise Control, Variety, 20 janvier 2003.

130MILLER Toby et al., Global Hollywood #1, Londres, BFI, 2001.

131MILLER Toby et al, Global Hollywood #2, Londres, BFI, 2005.

132MOULLET Luc, Politique des acteurs, Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1993.

133NIESSEN Linda, Tom Cruise Helps Popularize Adult Braces, 8 avril 2002 sur http://bcd.tamhsc.edu vu 8 septembre 2005.

Films cités

134Aladdin, Ron Clements & John Musker, 1992.

135All the Right MovelL’Esprit d’équipe, Michael Chapman, 1983.

136Austin Powers in Goldmember/Austin Powers dans Goldmember, Jay Roach, 2002.

137Backdraft, Ron Howard, 1991.

138Batman Returns/Batman le défi, Tim Burton, 1992.

139Bevrly Hills Cop/Le Flic de Beverly Hills, Martin Brest, 1985.

140Born on the Fourth of July/Né un 4 juillet, Oliver Stone, 1989.

141Bright Light Big City/Les Feux de la nuit, James Bridges, 1987.

142Cider House Rules, The/L’oeuvre de Dieu, la part du diable, Lasse Hallström, 1999.

143Cocktail, Roger Donaldson, 1988.

144Collatéral, Michael Mann, 2004.

145Color of Money, The/La Couleur de l’argent, Martin Scorsese, 1986.

146Criminal Conversation, Kieran Hickey, 1980.

147Days of Thunder/Jours de tonnerre, Tony Scott, 1990.

148Easy Rider, Dennis Hopper, 1969.

149Edward Scissorhands/Edouard aux mains d’argent, Tim Burton, 1991.

150Elizabethtown, Cameron Crowe, 2005.

151Endless Love/Un amour infini, Franco Zefirelli, 1981.

152Eyes Wide Shut, Stanley Kubrick, 1999.

153Far and Away/Horizons lointains, Ron Howard, 1992.

154Femme du boulanger, La, Marcel Pagnol, 1938.

155Few Good Men, A/Des Hommes d’honneur, Bob Reiner, 1992.

156Firm, The/La Firme, Sydney Pollack, 1993.

157Flashdance/Flashdance, Adrian Lyne, 1983.

158Interview With the Vampire/Entretien avec un vampire, Neil Jordan, 1994.

159Ishtar, Elaine May, 1987.

160Jerry Maguire, Cameron Crowe, 1996.

161Last Samurai, The/Le Dernier Samouraï, Edmund Zwinck, 2003.

162Legend, Ridley Scott, 1986.

163Lethal Weapon III/L’Arme fatale 3, Richard Donner, 1992.

164Losin’It/American Teenagers, Curtis Hanson, 1982.

165Magnolia, Paul Thomas Anderson, 2001.

166Mash/M.A.S.H., Robert Altman, 1970.

167Minority Report, Steven Spielberg, 2002.

168Mission : Impossible2, John Woo, 2000.

169Mission : Impossible 3, Ethan Hunt, 2006.

170Mission : Impossible, Brian De Palma, 1996.

171Mr. & Mrs. Smith/M. et Mme Smith, Doug Liman, 2005.

172My Left Foot,Jim Sheridan, 1989.

173Narc, Joe Carnahan, 2002.

174Otros, Los/Les Autres, Alejandro Amenabar, 2001.

175Outsiders, The/Outsiders, Francis Ford Coppola, 1983.

176Pulp Fiction, Quentin Tatantino, 1994.

177Rain Man, Barry Levinson, 1988.

178Rambo III, Peter MacDonald, 1988.

179Risky Business, Paul Brickman, 1983.

180Rush, Lili Fini Zanuck, 1991.

181Saint, The/Le Saint, Philip Noyce, 1997.

182Shattered Glass, Billy Ray, 2003.

183Shine, Scott Hicks, 1995.

184Sliver, Philip Noyce, 1993.

185Taps, Hatold Becker, 1981.

186Top Gun, Tony Scott, 1986.

187Vanilla Sky, Cameron Crowe, 2001.

188War of the Worlds I La Guerre des mondes, Steven Spielberg, 2005.

189Winchester 73, Anthony Mann, 1950.

Notes

1 Cruise cité par Schmidt, 1989. Comme la plupart des citations de Cruise répertoriées dans ces ouvrages, il n’y a aucune indication sur la date ou le support de ces déclarations.

2 On citera cependant le DEA d’Hélène Valmary soutenu à Paris-1 sous la direction de Christian Viviani et Nicole Brenez au titre manifeste « Il faut aimer Tom Cruise ».

3 Clarcson, 1998 ; Sellers, 1997 ; Schmidt, 1989 ; Abitan, 1992. La plupart des éléments biographiques proviennent de ces ouvrages qui comportent très peu de différences à cet égard.

4 Chapitre ajouté à la réédition de Dyer, 1998.

5 Et dans une moindre mesure des films en partage comme Rain Man ou La Couleur de l’argent.

6 Sellers, 1997 qui ajoute que la caméra l’adore.

7 Il y manque malheureusement le dossier de presse de Risky Business.

8 Annie Copperman à propos de Legend in Les Échos, 29 août 1985.

9 La même erreur est répétée dans la distribution du film indiquée en fin d’article, France Soir, 6 septembre 1986.

10 En 1990, année de Né un quatre juillet, Daniel Day-Lewis l’emporte avec My Left Foot. En 1997, année de Jerry Maguire, Geoffrey Rush l’emporte avec Shine. En 2000, année de Magnolia, Michael Caine l’emporte avec The Cider Home Rides.

11 Il est nominé en 1989 dans la catégorie du plus mauvais acteur pour Cocktail mais perd « au bénéfice » de Sylvester Stallone dans Rambo III. Les Razzie Awards sont décernés chaque année depuis 1980 aux plus mauvais films, acteurs, actrices, etc. sur le modèle des Oscars.

12 Benhamou, 2002.

13 Benhamou, 2002.

14 Georges-Albert Astre in L’Amérique des stars, 1976.

15 La Firme étant le film qui a le plus mal voyagé.

16 Sur Risky Business, All the Right Moves, Top Gun, La couleur de l’argent, Cocktail, Né un 4 juillet, Horizons lointains, Entretien avec un vampire. Collatéral...

17 Dans beaucoup de ses interviews, Cruise insiste sur sa capacité et son goût à se mêler à la foule pour aller au cinéma, manger dans des restaurants « normaux », etc.

18 Sellers, 1997.

19 Fleming, 2003.

20 Sellers, 1997.

21 Blumenfeld, 2004.

22 Didier Péron in Libération, 23 janvier 2002 (à propos de Vanilla Sky).

23 Valmary, 2002.

24 In Clarkson, 1998. Non daté.

25 Clarkson, 1998. On lui aurait proposé 25 millions de dollars pour reprendre son rôle du vampire Lestat. En 1992, des rumeurs non confirmées font état du rachat des droits de Top Gun par Cruise pour 1 million de dollars, soit pour enterrer une suite possible, soit pour en concocter une plus peaufinée.

26 Cruise et Stone partageant la même agence. Cruise accepte d’être payé au minimum syndical, Universal prend le financement en main, et Stone accepte de différer le tournage du film en attendant que Cruise termine Rain Man.

27 Sean Penn, Charlie Sheen, Nicholas Cage auraient été envisagés auparavant, selon Sellers. Celui-ci note par ailleurs que le choix de Cruise peut être une façon pour Stone de travailler sur l’image de bon patriote de Cruise fabriquée par Top Gun, le personnage reaganien par excellence (cf. infra).

28 Sellers, 1997.

29 Mission : Impossible 2 après Eyes Wide Shut est dans cette veine.

30 Clarkson, 1998 et Sellers, 1997. Au vu de la carrière des deux producteurs cette démarche est pour le moins extraordinaire et démontre, à tout le moins, leur volonté indéracinable de mettre Cruise à l’affiche de leur film. S & B avaient déjà à leur actif Flashdance et Le Flic de Beverly Hills.

31 Selon les auteurs, les ventes sont multipliées par trois... ou par vingt.

32 Nlessen, 2002.

33 Sellers, 1997.

34 De Vany, 2004.

35 Les sources varient sur ce point.

36 Clarkson, 1998.

37 Fort, 2002.

38 Bowles, 2004.

39 Empire, juillet 1992 in Clarkson.

40 Clarkson, 1998. Situations qui peuvent conduire à des conflits. Sur ce film, le contrat prévoyait également que Cruise disposait du « trailer » placé le plus près du plateau. Demi Moore arrivée avec un « trailer » plus grand, ne pouvait qu’occuper cette place conduisant à un conflit avec Cruise (Pando, 1997).

41 Sur La Firme, la Paramount a donné une Mercedes 500 SI. au producteur Scott Rudin, au réalisateur Sidney Pollack et à Tom Cruise après le passage de la barre des 100 millions de dollars au B O.

42 Quigley.

43 En prenant 10 points pour la première place, 9 pour la seconde, etc.

44 Litwak, 1986.

45 Sellers, 1997

46 Sellers, 1997.

47 Nicita est co-chairman de CAA, et par ailleurs marié à Paula Wagner. Huvane est vice-président exécutif.

48 voir Daniels, 1998.

49 Variety, 14 octobre 2002.

50 Dyer, 1998.

51 Andrea Jaffe & associates a compté comme clients Tom Cruise, Warren Beatty, Johnny Depp, Farrah Fawcett, Richard Gere, Dustin Hoffman, Bette Midler, Sissy Spacek, Michael Apted, Oliver Stone, Largo Entertainment, Sherry Lansing Productions... Elle a ensuite cessé son activité indépendante pour devenir la responsable de la publicité de Fox.

52 Ou Lee Anne Mapother, scientologue comme son frère. D’abord employée au markering de C/W, puis comme « in-house publicist » dans la même firme, elle a travaillé sur plusieurs campagnes de presse en relation avec Pat Kingsley. Elle est remplacée fin 2005 par Paul Bloch.

53 Sternbergh, 2004. Meriwether Lewis et William Clark chargés en 1803 par le président Jefferson d’explorer les territoires vendus par la France entre le golfe du Mexique et la frontière canadienne.

54 Jeannette Walls, auteur de Dish ! How Gossip Became the News et News Became Just Another Show cité in Wood, 2002.

55 Sellers, 1997.

56 Thompson, 2005.

57 En tout cas avant la séparation de Kingsley et d’un des employés parti fonder une firme rivale avec certains de ses clients. Brad Pitt était sur le point de signer avec Kingsley à l’été 2005.

58 Cela ne veut pas dire que d’autres publications n’avaient pas laissé les rumeurs s’étaler.

59 Sternbergh, 2004.

60 Pincus-Roth, 2005.

61 Selon Clarkson, 1998 d’autres sources donnent 80.

62 Dans le système « classique », le partage des recettes avec les ayants-dtoit se fait alors sur ces 20 %, les 80 autres étant réputés payer la fabrication et la commercialisation des cassettes.

63 Epstein, 2005. Recettes totales pour Cruise estimées à 92 millions de dollars.

64 Sellers.

65 Connor, 2005.

66 Johnson, 2005.

67 Patrick McGilligan, Cagney : The Actor as Auteur cité in Dyer, 1998. Voir aussi sur ce point Moullet, 1993.

68 Benhamou, 2002.

69 La conclusion de Abitan, 1992. Mission : impossible3 en tournage, sortie prévue le 2 mai 2006.

Auteur

Joël Augros est maître de conférences à l’Université Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis). Économiste de formation, il a consacré sa thèse de doctorat à l’économie du cinéma hollywoodien puis élargi ses recherches aux multiples rapports entre l’économie et le cinéma. Il a notamment publié Economie du cinéma américain (Edilig, 1985) et L’Argent d’Hollywood (L’Harmattan, 1996).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540