Version classiqueVersion mobile

Créativité, motivation et vieillissement

 | 
Michel Audiffren

Première partie. Regards croisés sur la créativité

Regards croisés sur la créativité

Michel Audiffren

Texte intégral

1La créativité désigne la capacité d’un individu à produire un objet conceptuel ou matériel nouveau qui trouve toute sa fonction dans la société au sein de laquelle il a été créé. Cette capacité mentale est particulièrement importante puisqu’elle est à l’origine des progrès de l’Humanité depuis son apparition dans tous les domaines de la vie sociale. La créativité n’est sans doute pas spécifiquement humaine. D’autres espèces animales (Bailey, McDaniel & Thomas, 2007 ; Wasserman & Zentall, 2006) ainsi que certains systèmes d’intelligence artificielle peuvent faire preuve de créativité (voir le texte d’Arne Dietrich sur ce dernier point). Toutefois, seule l’espèce humaine semble avoir exploité cette capacité singulière dans de telles proportions et notamment dans le domaine artistique (Zaidel, 2010).

2En tant que capacité mentale, la créativité ne s’observe pas directement. Ce que l’on peut observer ce sont les manifestations comportementales et éventuellement cérébrales de celui ou de celle qui vit un processus créatif et le produit ou résultat de ce processus. Dans le cadre de la psychologie cognitive, le processus créatif peut être conçu comme un processus mental résultant de l’activité électrochimique de différents réseaux neuronaux. Les cognitivistes, qu’ils soient psychologues ou neuroscientifiques, cherchent à élucider les mécanismes du processus créatif : les éléments qui le composent, les relations qui existent entre ces différents éléments, les étapes qui le jalonnent, les conditions initiales nécessaires à son déclenchement, les facteurs modérateurs qui peuvent en altérer le déroulement. Mais doit-on parler du processus créatif ou des processus créatifs ? Des travaux récents (Dietrich, 2004a) suggèrent qu’il existe au moins deux grandes catégories de processus créatifs : (1) la créativité délibérée qui fait appel à l’analyse consciente d’un problème et à sa résolution par la réflexion et (2) la créativité spontanée qui repose sur l’émergence brutale de la solution d’un problème dans le champ de la conscience alors que l’individu ne cherchait pas activement à le résoudre. Les trois textes choisis dans cette première partie s’intéressent à ces deux catégories de processus créatif et abordent la problématique de la créativité de points de vue très différents.

3Les divergences de point de vue reposent avant tout sur la personnalité même des auteurs, leur approche du phénomène et leur maturité scientifique. Les états de conscience et la créativité représentent les deux principaux objets d’étude auxquels s’intéresse le neuroscientifique cognitiviste allemand Arne Dietrich depuis une dizaine d’années. Ce dernier a publié un ouvrage (Dietrich, 2007b) et de nombreux articles sur ces deux thématiques (Dietrich, 2004a, 2004b, 2005, 2006, 2007a, 2008, 2010 ; Dietrich & Srinivasan, 2007) et a même coordonné un numéro spécial de la revue Methods. Il nous offre, dans le texte présenté dans cette partie, une synthèse de ses réflexions sur le concept de créativité. Il adopte le ton d’un philosophe cognitiviste et pose le problème de la compréhension et de l’étude du processus créatif. De façon très originale, il situe le concept de créativité dans différents espaces conceptuels. En s’appuyant sur les théories du philosophe Daniel Dennett, de l’éthologiste Richard Dawkins et des psychologues Susan Blackmore et Dean Simonton, il assimile tout d’abord le processus créatif à un processus de sélection naturelle stochastique qui se développe dans l’esprit humain en suivant trois étapes : (1) la réplication d’une combinaison d’informations déjà existante en plusieurs autres combinaisons, (2) l’introduction d’une variation différente dans chacune de ces combinaisons d’informations répliquées et (3) la sélection parmi cet ensemble de combinaisons nouvelles d’un sous-ensemble de combinaisons ayant des propriétés particulières. Il présente ensuite les dernières avancées des neurosciences cognitives dans la compréhension du processus créatif. Il termine son exposé en examinant la possibilité du développement du processus créatif dans des systèmes régis par des intelligences artificielles. Ce texte constitue une base solide pour ceux qui s’intéressent à la créativité.

4Hilde Haider, psychologue cognitiviste allemande, adopte quant à elle une approche résolument plus expérimentale du phénomène et a focalisé tous ces efforts de recherche sur la créativité spontanée. Avec ses collaborateurs de l’Université de Cologne, elle a mis au point la tâche de réduction de nombres (Number Reduction Task – NRT) qui permet l’étude expérimentale d’un type de créativité très particulier connu sous le nom d’insight par les anglophones et que nous avons choisi de traduire par intuition. Le texte présenté par cette brillante chercheuse fait la synthèse des principaux résultats obtenus dans son laboratoire depuis ces dix dernières années (Haider & Rose, 2007 ; Lang et al., 2006 ; Knoblich et al., 1999). Elle propose pour commencer un cadre théorique heuristique et une approche méthodologique expérimentale permettant l’étude du processus d’intuition créatrice, y compris par le biais de l’imagerie cérébrale. L’intuition interviendrait de manière spontanée au cours de l’apprentissage implicite d’une tâche de résolution de problème et correspondrait à ce que Dietrich appelle l’inspiration spontanée. L’intuition se produirait grâce à un processus inconscient de recherche de solutions, le système attentionnel ne sélectionnant pas activement le contenu de la conscience mais laissant défiler les pensées inconscientes. Cette intuition ou inspiration spontanée pourrait ainsi se produire au cours d’une marche en pleine nature ou d’une rêverie alors que notre esprit n’est pas concentré sur la résolution du problème. Elle résulterait in fine en une prise de conscience de la solution qui deviendrait ainsi exprimable verbalement. Bien que controversée dans la communauté scientifique, l’approche proposée par Hilde Haider permet l’étude comportementale et neuroscientifique d’un processus mental encore très mal connu mais qui fait la célébrité de nos plus grands scientifiques et artistes.

5Enfin, le dernier texte de cette première partie représente la synthèse des travaux de thèse de doctorat que Magali Dorgans a réalisé de 2003 à 2008 à l’université de Poitiers sous la direction de Michel Audiffren. Son approche est là aussi résolument expérimentale et s’intéresse à la créativité délibérée plutôt qu’à la créativité spontanée. Elle cherche à montrer que la créativité délibérée repose sur la mise en jeu de deux fonctions exécutives relativement bien connues en psychologie cognitive et utilisées quotidiennement par tout un chacun : la mémoire de travail visuo-spatiale et l’inhibition comportmentale. Les résultats de deux études expérimentales regroupant plus de 160 personnes apportent des arguments convaincants en faveur d’une relation positive entre créativité et mémoire visuo-spatiale, d’une part, et créativité et inhibition comportementale, d’autre part. Leurs résultats suggèrent qu’un individu dont les fonctions de mémoire visuo-spatiale et d’inhibition comportementale sont très performantes présente un potentiel créatif très élevé.

Bibliographie

Bibliographie

Bailey A. M., McDaniel W. F., & Thomas R. K., «Approaches to the study of higher cognitive functions related to creativity in nonhuman animals», Methods, 42 (1), 3-11, 2008.

Dietrich A., «The cognitive neuroscience of creativity», Psychonomic Bulletin & Review, 11 (6), 2004a, p. 1011-1026.

Dietrich A., «Neurocognitive mechanisms underlying the experience of flow», Consciuousness and Cognition, 13 (4), 2004b, p. 746-761.

Dietrich A., «Neurocognitive mechanisms of flow», Applied Psychophysiology and Biofeedback, 30 (4), 2005, p. 420-421.

Dietrich A., «Who’s afraid of a cognitive neuroscience of creativity?», Methods, 42 (1), 2006, p. 22-27.

Dietrich A., «The wavicle of creativity – Guest editor’s introduction», Methods, 42 (1), 2007a, p. 1-2.

Dietrich A., Introduction to Consciousness, Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2007b.

Dietrich A., & Kanso, R., «A review of EEG, ERP, and neuroimaging studies of creativity and insight», Psychological Bulletin, 136 (5), 2010, p. 822-848.

Dietrich A., & Srinivasan, N., «The optimal age to start a revolution», Journal of Creative Behavior, 41 (1), 2007, p. 54-74.

Dietrich A., «Darwinian creativity», International Journal of Psychophysiology, 69 (3), 2008, p. 177-178.

Haider H., & Rose M., «How to investigate insight: A proposal», Methods, 42 (1), 2007, p. 49-57.

Lang S., Kanngieser N., Jaskowski P., Haider H., Rose M. & Verleger R., «Precursors of insight in event-related brain potentials», Journal of Cognitive Neuroscience, 18 (12), 2006, p. 2152-2166.

Knoblich G., Ohlsson S., Haider H., Rhenius D., «Constraint relaxation and chunk decomposition in insight problem solving», Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory and Cognition, 25 (6), 1999, p. 1534-1555.

Wagner U., Gais S., Haider H., Verleger R., & Born J., «Sleep inspires insight», Nature, 427 (6 972), 2004, p. 352-355.

Wasserman E. A., & Zentall T. R., Comparative cognition: Experimental explorations of animal intelligence. Oxford University Press, New York, 2006.

Zaidel D. W., «Art and brain: insights from neuropsychology, biology and evolution», Journal of Anatomy, 216 (2), 2010, p. 177-183.

Auteur

Professeur des universités, président du réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme et de la Société, membre titulaire du Centre de recherches sur la cognition et l’apprentissage (UMR CNRS), université de Poitiers.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search