Version classiqueVersion mobile

Créativité, motivation et vieillissement

 | 
Michel Audiffren

Préface

Michel Audiffren

Texte intégral

  • 1 Par opposition aux sciences « dures » telles que la physique ou la biologie.

1Le paysage de la recherche en général, et par voie de conséquence celui de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS), est actuellement en pleine évolution. Se questionner sur la place des SHS, sciences que certains aiment injustement qualifier de « molles »1, dans la société et dans le monde de la recherche en France et en Europe est donc une question d’actualité. Plusieurs questions viennent immédiatement à l’esprit : Comment doivent-elles se structurer ? Quels thèmes prioritaires doivent-elles aborder dans les années à venir ? Quel mode d’interaction (pluridisciplinarité ou interdisciplinarité) doivent-elles adopter entre elles et avec d’autres champs disciplinaires tels que les sciences de la vie ou les sciences pour l’ingénieur ? Le congrès « L’homme au cœur des dynamiques sociales, territoriales et culturelles : Regards croisés sur une décennie de recherches » organisé par la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers en octobre 2008 s’inscrivait tout à fait dans cette perspective d’échange et de communication scientifiques.

  • 2 Lire à ce sujet « L’avenir de la recherche et Maisons des sciences de l’Homme » sous la direction (...)

2La plupart des chercheurs, quelle que soit leur discipline scientifique, ont tendance à ne communiquer avec d’autres chercheurs ou à ne s’intéresser à d’autres connaissances scientifiques que si ils ou elles présentent un haut niveau d’affinité avec leurs champs d’intérêt. Plus qu’une fermeture d’esprit, cette attitude peut refléter une volonté d’optimiser le temps de travail afin de concentrer tous les efforts de recherche sur un seul objet. Il est donc extrêmement difficile d’inciter des chercheurs d’horizons scientifiques différents, même au sein des SHS elles-mêmes, à se rencontrer et à échanger. Or aujourd’hui l’interdisciplinarité, c’est-à-dire la capacité des différents champs scientifiques à élaborer des paradigmes communs, est une priorité clairement affichée dans la politique scientifique du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), ou de l’European Research Council (ERC). Les Maisons des Sciences de l’Homme depuis maintenant plus de quarante ans ont justement cette vocation et cette mission2 à rassembler, mutualiser les moyens au service des SHS et mieux encore inciter l’échange interdisciplinaire.

3L’objectif plus spécifique du congrès international organisé par la MSHS de Poitiers était donc de regrouper des chercheurs et enseignants-chercheurs de divers champs disciplinaires (Psychologie, Anthropologie, Sociologie, Histoire, Littérature, Linguistique, Philosophie, Géographie, Économie, Gestion) afin qu’ils confrontent leurs résultats et réflexions et qu’ils définissent de nouvelles perspectives de recherche. La manifestation était structurée autour de quatre grands axes thématiques : A) Regards croisés sur les fonctions cognitives : du langage aux dynamiques sociales ; B) Compréhension et préservation du patrimoine ; C) Mondialisation et dynamiques territoriales ; et D) Violence et dynamique des conflits. Ces quatre thématiques représentent les axes forts de la recherche en sciences humaines économiques et sociales au sein de l’Université de Poitiers, en articulation avec des réseaux locaux, régionaux, nationaux, et internationaux. Au cours du congrès, chaque axe a fait l’objet de conférences plénières, symposiums et sessions de communications affichées. Les communications les plus significatives de chaque thématique ont été rassemblées dans quatre ouvrages publiés aux Presses Universitaires de Rennes. Le présent ouvrage fait partie de cette série de publications.

Notes

1 Par opposition aux sciences « dures » telles que la physique ou la biologie.

2 Lire à ce sujet « L’avenir de la recherche et Maisons des sciences de l’Homme » sous la direction de Jacques Commaille édité en 2006 à la documentation française.

Auteur

Professeur des universités, président du réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme et de la Société, membre titulaire du Centre de recherches sur la cognition et l’apprentissage (UMR CNRS), université de Poitiers.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search