Version classiqueVersion mobile

Les avocats nantais au xxe siècle

 | 
Serge Defois

Première partie. Les avocats nantais entre rayonnement, repli et sursaut

Chapitre I. La remise en cause progressive du rayonnement des avocats nantais (fin xixe siècle-1939)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

L’importance du rôle public des avocats nantais jusqu’en 1914

Domination des conservateurs et prémices d’un déclin

Le legs du xixe siècle : l’affirmation des avocats en politique

  • 1 Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 176.
  • 2 Karpik Lucien, « Le politique comme mode de construction de la profession d’avocat (1814-1870) », (...)

1Le but premier poursuivi par les avocats à compter de la renaissance timide de l’ordre en 1804 tient en la réaffirmation de leur indépendance. La traversée houleuse des régimes post-révolutionnaires, parfois encourageante (la IIe République au cours de laquelle un député sur cinq est avocat), parfois dangereuse (le Second Empire marque une nette opposition aux barreaux), ne permet pas aux avocats d’occuper massivement les plus hautes fonctions politiques1 mais ouvre la voie, et participe d’une construction de la profession2.

  • 3 Le Marec Yanick, Le temps des capacités. Les diplômés nantais à la conquête du pouvoir dans la vil (...)
  • 4 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 164-173.
  • 5 Leroux Émilienne, Histoire d’une ville et de ses habitants, t. I, op. cit., p. 168.
  • 6 Le Marec Yanick, « L’entrée en politique d’Adolphe Billault, 1805-1863 », Politix, 1996, n° 35, p. (...)
  • 7 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 170.
  • 8 Il est sous-secrétaire d’État dans le cabinet Thiers (1840) et après la démission de ce dernier, n (...)
  • 9 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 260 ; Launay Marcel et alii, La noblesse nan (...)
  • 10 ADLA, 19U590, fonds du parquet.
  • 11 Sur Evariste Colombel, se référer à Yanick Le Marec, Le temps des capacités, op. cit., p. 261.
  • 12 Joana Jean, « Entre la barre et la tribune. Les secrétaires de la Conférence du stage du Barreau d (...)
  • 13 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 168-169 ; Karpik Lucien, Les avocats entre l (...)
  • 14 « De nombreux avocats qui se sont investis dans l’action politique sont devenus bâtonniers du barr (...)

2Concernant le cas nantais, Yanick Le Marec donne de précieux renseignements pour la Monarchie censitaire. Notons qu’au cours de la première moitié du xixe siècle, le nombre des avocats nantais connaît une hausse ininterrompue : il triple quasiment entre 1810 et 1850 en passant de 32 à 90 inscrits3. Sur les 28 avocats qui siègent au conseil de l’ordre du barreau de Nantes entre 1820 et 1848, 8 occupent des mandats politiques4. Même si quelques-uns animent le camp républicain (Pelloutier, Aubert5), la majorité du barreau est conservatrice ou réactionnaire. Adolphe Billault6, dès son entrée au barreau dans les années 1830, plaide pour les Trappistes de Meilleray accusés de conspiration ou défend la cause d’un noble légitimiste qui risque sa tête. En 1833, il est déjà considéré comme l’un des avocats les plus distingués du barreau. La même année, « il est nommé au conseil général et admis à la Société académique, tandis qu’à l’intérieur du conseil municipal, il se spécialise dans les questions touchant à l’instruction publique au moment du vote de la loi Guizot sur l’école primaire7 ». Il est élu bâtonnier de l’ordre nantais en 1838 et cumule la députation dans trois circonscriptions avant de quitter le barreau en 18408. Pour sa part, Besnard de La Giraudais, entré au barreau en 1822 et défenseur de légitimistes en 1832, accède au conseil municipal en 1843 pour une longue période de dix-sept années. Bâtonnier de l’ordre à deux reprises (1842-1844 et 1858-1859), il occupe sous l’Empire un poste au conseil général9. À l’instar de Billault et de Besnard de la Giraudais, Evariste Colombel bâtit sa carrière politique en parallèle de son parcours d’avocat10. Bâtonnier de l’ordre de 1846 à 1848, il est élu en 1848 au conseil général et devient le premier maire de Nantes élu au suffrage universel (1848 à 185211). L’amorce de la carrière, menée dans le prétoire, revient la plupart du temps à faire preuve de la valeur de son éloquence et de la force de son argumentation en s’engageant dans des procès suivis par le public12. La plaidoirie polémique de la salle d’audience conduit peu à peu à la plaidoirie politique des réunions publiques13. Dans l’optique de ces « carrières doubles », l’élection au bâtonnat constitue souvent une consécration logique, généralement postérieurement à l’engagement politique14.

  • 15 Même si une ordonnance du 27 août 1830 autorise les avocats à élire directement leurs représentant (...)
  • 16 Mayeur Jean-Marie, Les débuts de la IIIe République (1871-1898), Paris, Seuil, 1973, voir « La fin (...)
  • 17 Le régime installé en 1875-1876 fait « fructifier un héritage ». Le Béguec Gilles, La République d (...)
  • 18 Conseillers généraux, conseillers municipaux de la ville de Nantes, maires de communes du départem (...)
  • 19 ADLA, Étrennes nantaises, pour les années 1860 (Per. 53 8), 1870 (Per. 53 10), 1880 (Per. 53 11) e (...)

3Il faut attendre le rétablissement de la République qui signifie la fin des limitations, pour que les avocats retrouvent la plénitude de leurs libertés et leur indépendance15. Leur ascension vers les hautes sphères décisionnelles peut alors s’effectuer. Après les premières années incertaines de la IIIe République, l’installation définitive du régime en 1875-1876 confirme le processus de marginalisation des anciennes classes dirigeantes (les « notables ») au profit des hommes d’affaires, des ingénieurs, des universitaires ou des avocats16. Ces derniers, grâce à l’homogénéité de leur formation, au monopole et à la reconnaissance de leur profession, à la performance des filières d’excellence et à la solidité des réseaux établis au fil des années, s’imposent nettement17. À Nantes, notons que si les effectifs augmentent depuis le début du xixe siècle, le recrutement se stabilise à partir des années 1850. Pourtant, alors qu’en 1860, 12 avocats nantais occupent un mandat politique18 (1 avocat sur 6), ils sont 14 en 1870 (1/5), 19 en 1880 (1/4) et 24 en 1890 (1/3)19. C’est dire si leur investissement dans la sphère politique est massif et régulier.

  • 20 Le Béguec Gilles,« Les élites économiques et la naissance des formations politiques organisées :l’ (...)
  • 21 Eduel Paul, Figures nantaises, Rennes, Imprimerie de l’Ouest Éclair, 1909, p. 175-169.
  • 22 Mayeur Jean-Marie, La vie politique sous la Troisième République (1870-1940), Paris, Seuil, 1984, (...)
  • 23 Leroux Émilienne, Histoire d’une ville et de ses habitants, t. I, op. cit., p. 227.
  • 24 Bois Paul, Histoire de Nantes, op. cit., p. 311-312.
  • 25 ADLA, 83J106, sorties du tableau.

4Entre 1870 et 1888, deux avocats étiquetés républicains modérés20 (centre droit) sont maires de Nantes : Waldeck-Rousseau père et Georges Colombel. René Waldeck-Rousseau, père du futur ministre, prête serment en 1831, est inscrit au tableau en 1835 et devient vite un avocat très consulté21. C’est pourtant devant la cour d’assises qu’il se construit une solide réputation. Son éloquence, sa détermination et ses convictions le mènent peu à peu sur le terrain politique. Dès 1848, il est député de la Loire-Inférieure pour les républicains de gauche, partisan du général Cavaignac22. En parallèle, il poursuit sa carrière au barreau et ses pairs l’élisent au conseil de l’ordre dès 1837 et au bâtonnat à deux reprises (1852-1854, 1861-1862). En 1870, il devient maire de Nantes23. Catholique convaincu, il quitte ses fonctions en 1871 en réaction à une décision du conseil municipal visant à supprimer les subventions aux écoles congrégationistes24. Marquant leur indéfectible soutien, ses confrères lui renouvellent leur confiance en l’élisant bâtonnier pour la troisième fois (1871-1871). Il revient par la suite à la tête de la ville de 1872 à 1874. Après ce mandat, il poursuit son activité au barreau jusqu’en 1881 en participant aux travaux du conseil de l’Ordre comme il l’a fait quasiment sans interruption pendant 44 ans25. Waldeck-Rousseau quitte le barreau l’année où Me Georges Colombel devient maire de Nantes, fonction qu’il occupe jusqu’en 1885, date à laquelle la division du camp républicain le conduit à démissionner de son poste.

  • 26 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 2, 7 et 41

5Profitant de cette division, les conservateurs mènent une campagne active durant laquelle ils dénoncent les luttes partisanes. Normand, le successeur de Colombel, ne résiste pas à leurs assauts et perd la mairie au profit d’un autre avocat : Ernest Guibourd de Luzinais. À cette période, Nantes est la seule ville de plus de 30 000 habitants à écarter les républicains modérés pour élire une municipalité réactionnaire et monarchiste26. En 1888, l’arrivée de Guibourd de Luzinais à la tête de la ville fait passer la mairie dans le giron de la droite conservatrice qui s’impose déjà largement au conseil général. En 1890, 24 avocats nantais occupent un mandat politique (1/3 du barreau) : 21 sont conservateurs, seulement 3 se rangent parmi les républicains modérés.

Le barreau conservateur du début du xxe siècle

  • 27 Pascal Plas remarque une stabilisation identique dans son étude des effectifs des barreaux du Limo (...)

6Entre 1897 et la Première Guerre mondiale, le nombre d’inscrits au barreau oscille entre 70 et 9027. La régularité des entrées au stage permet d’alimenter les rangs du tableau. Le renouvellement du groupe est assuré. Avec une moyenne d’âge qui se maintient à 38,5 ans entre 1897 et 1914, le barreau est composé d’un nombre important de jeunes avocats, la moitié des avocats nantais a moins de 35 ans.

  • 28 Bois Paul (dir.), Histoire de Nantes, op. cit., p. 412 et suiv.
  • 29 Gazzaniga Jean-Louis, « Les avocats qui ont refusé la République, 1814-1873 », in Jacques Lorgnier(...)
  • 30 AMN, I1, Police locale, carton 46, dossier n° 44.
  • 31 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 62.
  • 32 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 70.
  • 33 Le Béguec Gilles, « Les avocats et la naissance des partis politiques organisés (1888-1903) », op. (...)

7Au cours de la même période, la mairie de Nantes opère un léger glissement à gauche28. Comparée à l’équipe municipale de Guibourd de Luzinais (catholique et fondamentalement légitimiste29), celle d’Étienne Etiennez, élu en mai 1896, apparaît en effet plus modérée puisqu’elle se range sous l’étiquette URD (conservatisme catholique qui accepte la République). Suite à la démission de ce dernier en 1899, Paul-Émile Sarradin est élu sous l’étiquette radicale (libéral, laïc et républicain) puis réélu en 1904. Guist’hau, radical également, lui succède en 190830. Il démissionne et est remplacé par un autre radical de ses amis, le greffier en chef du tribunal civil, Paul Bellamy, qui devient la même année conseiller général d’un canton de Nantes31. Toutefois, précisons que s’il y a effectivement un glissement à gauche à l’échelle locale, les municipalités nantaises de ce début de siècle se placent au centre droit sur l’échiquier national. La ville de Nantes est désormais administrée par des maires républicains modérés. Ces représentants de la bourgeoisie laïque et libérale émanent des comités républicains, politiquement proches de l’alliance démocratique32. Il serait en effet totalement abusif d’affirmer que la ville de Nantes est socialiste au début du xxe siècle. Les républicains de gauche et les radicaux, s’ils sont prêts à unir leurs forces avec les radicaux-socialistes voire avec la SFIO afin de faire front à l’URD et aux monarchistes, n’envisagent par contre aucunement d’être mis en minorité par les socialistes. Les partis s’affirment, mais l’alliance est de raison33.

8Lors des cinq élections municipales qui ont lieu entre 1896 et 1912, on relève parmi les élus : 6 avocats en 1896, 4 en 1900, 6 en 1904, 3 en 1908, 3 en 1912. Les conservateurs forment une majorité indéniable puisque seuls trois des onze élus sont radicaux. Aussi, le glissement à gauche de la mairie, principalement à partir de 1908 et l’arrivée de Gabriel Guist’hau, est concomitant d’une baisse du nombre d’avocats élus au conseil.

Tableau 1. – Avocats nantais membres du conseil municipal de Nantes (1896-1912).

Tableau 1. – Avocats nantais membres du conseil municipal de Nantes (1896-1912).
  • 34 ADLA, 50J, Fonds du comité de la droite de la Loire-Inférieure.
  • 35 Ils acceptent néanmoins de représenter la maison d’Orléans en l’absence d’héritier Vallois. Voir R (...)
  • 36 Ibid., p. 169-180, p. 453-455.
  • 37 ADLA, 1M471, police générale, mouvements et partis politiques : camelots du Roi, Action française. (...)
  • 38 Ibid.

9Au niveau des mairies du département, l’appartenance conservatrice est également remarquable. Le Pays de Retz et la région d’Ancenis sont sous la férule du Comité de la droite34 dont les membres, ultra-catholiques, sont profondément légitimistes35. Ces membres, parmi lesquels se trouvent de nombreux avocats, entretiennent des liens solides avec la ligue de l’Action Française36, fondée à Nantes en novembre 1904 par Athanase Chaudrellier, étudiant en droit. La section nantaise compte une centaine de membres qui visent « le renversement du régime pour le remplacer par la royauté37 ». En mars 1909, alors que les réunions se tiennent fréquemment au siège de la ligue antisémite situé Place du Commerce, ils élisent un nouveau chef, un avocat nantais de 39 ans, Me Joseph Chégillaume38. Au banquet que ce dernier organise au mois de mai suivant, plusieurs avocats sont inscrits sur la liste des invités, au premier rang desquels se trouve Me Paul Thibaud, ancien conseiller municipal de la ville.

  • 39 Yanick Le Marec le remarque déjà pour la première moitié du xixe siècle. Voir Le Marec Yanick, Le (...)
  • 40 ADLA, 83J3, registre de délibérations du conseil de l’ordre (1927-1936).
  • 41 ADLA, 1M7072, procès verbaux et renseignements, 1924-1940.

10Remarquons que tous les avocats maires de communes de Loire-Inférieure entre 1897 et 1914 (sauf Sporck et Lefeuvre dont on ne connaît pas les origines) sont fils ou petits fils de propriétaires fonciers. Précisons en outre que ces avocats, à l’heure où ils acceptent leur mandat de maire, ont déjà tous acquis une reconnaissance dans leur profession et, pour certains, suivent les traces de leur père (Pichelin et Linyer sont fils d’avocats nantais). Ces avocats ne sont donc pas les professionnels les moins méritants ou les moins reconnus, dont l’engagement politique compenserait une absence de clientèle ou un manque de reconnaissance par leurs pairs39. Bien au contraire, leur élection au conseil de l’ordre ou au bâtonnat va toujours de pair avec leur parcours politique. Sur les 8 avocats nantais maires de communes de Loire-Inférieure entre 1897 et 1914, 4 sont élus au conseil de l’ordre et 4 au bâtonnat au cours de leur carrière professionnelle. Pour la plupart, ils demeurent des figures indissociables de l’histoire du barreau nantais. Louis Lefeuvre (maire de Chéméré) siège au conseil de l’ordre de 1907 à 1913, Pierre Pichelin (maire de Port-Saint-Père) est élu au bâtonnat de 1901 à 1903, Alexis Ricordeau (maire de Saffré pendant 35 ans, porté à la tête de la fédération des maires de la Loire-Inférieure40) est quant à lui bâtonnier de 1911 à 1913, Jules Sporck (maire de Château-Thébaud) de 1919 à 1921 et Louis Linyer fils (maire du Loroux41) de 1931 à 1933.

Tableau 2. – Avocats nantais maires des communes de la Loire-Inférieure (1897-1914). L’arrondissement est précisé entre parenthèses.

Tableau 2. – Avocats nantais maires des communes de la Loire-Inférieure (1897-1914). L’arrondissement est précisé entre parenthèses.
  • 42 ADLA, 1M136, élections cantonales, 1898 ; 1M143, élections cantonales, 1912.

11Le conseil général demeure pour sa part résolument conservateur42. De 1876 à 1900, le président en est le baron de Lareinty, royaliste militant (il appartient au parti légitimiste). Le marquis de la Ferronays, également royaliste (il œuvre pour le comte de Paris), prend sa succession jusqu’en 1908, date de sa mort.

  • 43 Guiffan Jean,« Hélitas :un préfet républicain dans un département monarchiste (1898-1904) »,in Bul (...)
  • 44 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 5.

12Les présidents suivants, s’ils ne se présentent pas sous l’étiquette monarchiste43, revendiquent clairement leur conservatisme44. Les avocats représentent un quart des effectifs du conseil général au début du xxe siècle. Sur les 12 membres du barreau qui y siègent entre 1897 et 1914, seul Sibille est républicain de gauche, les autres étant tous conservateurs.

  • 45 Bois Paul (dir.), Histoire de Nantes, op. cit., p. 313. Sur le caractère « localiste » du parlemen (...)

13Les députés sont aussi conservateurs depuis la fin du xixe siècle. En 1885, les candidats républicains perdent les deux sièges qu’ils détenaient dans le département : 9 conservateurs sont élus. Toutefois, remarquons que si les deux seuls avocats nantais à être députés, Sibille et Roch, n’appartiennent pas au parti conservateur mais à la gauche démocratique, ils entretiennent néanmoins des liens privilégiés avec les milieux de la droite catholique qui a une forte emprise au niveau local45.

  • 46 Observations similaires pour d’autres régions (le Limousin, le Lyonnais). Plas Pascal, Avocats et (...)

14Si l’on veut dresser un bilan rapide des développements précédents, on remarque en premier lieu que la grande majorité des avocats nantais qui occupent un mandat au début du siècle est conservatrice46. Quelques-uns appartiennent à la droite républicaine catholique et une petite minorité aux républicains de gauche ou aux radicaux. Sur l’échiquier national, le barreau nantais (par le biais de ses membres élus) se situe donc principalement dans la mouvance d’une droite monarchiste et/ou conservatrice, et, pour quelques rares avocats, au centre droit.

  • 47 Duhart Jean-Michel, La France dans la tourmente des inventaires. La séparation des Églises et de l (...)
  • 48 Cresson Ernest-Guillaume, Usages et règles de la profession d’avocat, jurisprudence, ordonnances, (...)

15Les années 1898-1906 sont capitales : retombées de l’affaire Dreyfus, loi sur les associations de 1901, expulsion des congrégations sous le ministère Combes (1902-1905), séparation de l’Église et de l’État, et inventaires47. Au sujet de ces débats qui agitent et divisent le pays à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, en particulier dans l’Ouest où le catholicisme est profondément ancré, les archives ordinales nantaises ne fournissent aucune information. Les affrontements politiques ne filtrent pas à travers les sources de l’institution puisqu’il est une règle selon laquelle les avocats ne doivent pas exprimer leurs opinions politiques dans le cadre de leur exercice ordinal48. Même si nous avons fait le choix de ne pas entreprendre de recherches extrêmement approfondies sur ces différents points, nous proposons toutefois quelques hypothèses sur le positionnement du barreau.

  • 49 Launay Marcel, « Le protestantisme nantais », Enquêtes et documents, n° 10, 1985, p. 35-68.
  • 50 Bonet Magali, La question des congrégations religieuses à la fin du discordat. L’épiscopat de mons (...)
  • 51 Bernard Yveline, L’Épiscopat de monseigneur Rouard, évêque de Nantes de 1896 à 1914, maîtrise hist (...)
  • 52 Bodineau Jacques, La Loire-Inférieure et l’affaire Dreyfus, DES Histoire, Nantes, 1962, p. 64.
  • 53 Plas Pascal, Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges, op. cit., p. 1168- (...)
  • 54 Médiathèque de Nantes, 80119.
  • 55 Sibille, bien qu’il se présente sous l’étiquette républicain de gauche, n’en est pas moins proche (...)

16À la fin du xixe siècle, la ville de Nantes est majoritairement catholique ; sur près de 130 000 habitants, on ne compte qu’un millier de protestants49. Malgré tout, elle est moins fervente que la majorité des campagnes environnantes. L’élection des républicains modérés à la tête de la municipalité nantaise à partir du début du siècle en témoigne. L’évêque de Nantes, monseigneur Rouard50, dispose, pour le seconder, d’un clergé très nombreux et dévoué. En 1901, le diocèse compte 987 prêtres, dont 856 actifs et dont la moyenne d’âge est de 46 ans51. L’antisémitisme, latent chez une partie des fidèles, est ranimé par l’affaire Dreyfus. Si les campagnes participent peu aux débats, la situation est différente à Nantes. En janvier 1898, 15 000 manifestants défilent dans les rues de la ville et plusieurs vitrines de magasins tenus par des commerçants de confession israélite sont brisées52. L’appartenance politique des avocats élus, notamment celle des avocats monarchistes et ultra-catholiques, fait supposer que le barreau de Nantes a adopté, sur l’affaire Dreyfus, une position majoritairement conservatrice, comme d’ailleurs nombre de barreaux français53. Notons en outre qu’un des rares avocats nantais à s’afficher comme républicain modéré, Maurice Sibille, reçoit le soutien du journal antisémite La croix nantaise54 lors des élections de 1902, en raison de son opposition marquée aux mesures anticléricales du début du siècle55.

  • 56 Bensoussan David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, op. cit., p. 53 ; Sorrel Charles (...)
  • 57 Voir Bernaudeau Vincent, La Justice en question. Histoire de la magistrature angevine au xixe sièc (...)
  • 58 Successivement, les Franciscains, les Capucins et les Prémontrés doivent quitter leurs résidences.
  • 59 Launay Marcel, « Les Nantais et Dieu, de l’affaire Dreyfus aux inventaires », in Alain Croix (dir. (...)
  • 60 Pellerin Lyonel, La séparation de l’Église et de l’État et l’opinion publique en Loire-Inférieure  (...)
  • 61 ADLA, 1M113-1M115, élections législatives, candidatures, instructions, circulaires, correspondance

17À l’échelle nationale, les élections législatives d’avril et mai 1902 étant venues consacrer la victoire du « Bloc », le président du Conseil doit démissionner et céder sa place à Émile Combes. La présence des radicaux au pouvoir permet la mise en place de la loi du 1er juillet 1901 qui consacre des mesures libérales en faveur des associations laïques et des mesures d’exception à l’encontre des congrégations56. À Nantes comme ailleurs dans l’Ouest57, les mesures58 provoquent de vives réactions. Villes et campagnes sont le terrain d’affrontements violents entre les membres des « cercles catholiques » et les groupes qui entonnent La carmagnole ou L’Internationale59. Si les Nantais sont loin d’être unanimes sur le sujet de la défense religieuse, ils favorisent néanmoins l’apaisement60. Les deux avocats députés de la droite modérée, Sibille et Roch, sont à nouveau élus, respectivement dans la première et dans la deuxième circonscription de Nantes, signe de la confiance qu’ils inspirent aux milieux catholiques61.

  • 62 Fonds Puget, ADLA, 1Mi139.
  • 63 Le Petit Breton, Journal du peuple, édition du 6 novembre 1880, p. 1.
  • 64 Bulletin de la jeunesse royaliste de Nantes et de la Loire-Inférieure intitulé « Notre Procès », m (...)
  • 65 Pour l’Anjou, Bernaudeau Vincent, La Justice en question. Histoire de la magistrature…, op. cit., (...)
  • 66 Fonds Puget, ADLA, 1Mi139.

18Pour le reste du barreau, l’élection au bâtonnat de Me Joseph Puget62 est grandement révélatrice de l’opposition de l’ordre nantais aux lois laïques. Né à Nantes dans la maison de l’actuel parc de Procé le 20 juillet 1849, Joseph Puget est admis au stage en novembre 1870 puis au tableau en mai 1873, après l’obtention de son doctorat en droit. Il intègre alors la magistrature et est successivement substitut à Guingamp et à Quimper, puis procureur de la République à Ploërmel. En 1880, il démissionne de ses fonctions car il refuse de participer à l’expulsion des Trappistes de Thymadeuc63. Bien qu’il ne remplisse aucun mandat politique, il ne cache ni ses convictions catholiques, ni son soutien aux jeunes royalistes64. Il réintègre le barreau en 1881 et occupe la fonction de bibliothécaire de 1888 à 1890. Les événements du début du siècle conduisent ses confrères à l’élire au conseil de l’ordre de 1902 à 1903, puis leurs voix le portent au bâtonnat, entre 1903 et 1905, au cœur des luttes qui agitent Nantes. Entouré d’autres avocats nantais comme Mes Ricordeau, Giraudeau, Pichelin, et Chéguillaume – les trois derniers sont élus de la droite conservatrice –, il défend à la fois les communautés religieuses qui manifestent leur mécontentement et résistent aux mesures prises à leur encontre, et les militaires refusant d’obéir aux ordres des procureurs65. Dès 1905, Joseph Puget est décoré de la médaille de Saint-Grégoire Le Grand en raison de son action66.

19Finalement, le barreau nantais de l’avant-Première Guerre mondiale est majoritairement acquis aux conservateurs et aux catholiques (même les avocats qui s’affichent centre droit s’opposent ouvertement aux lois anticléricales du début du siècle).

Hypothèses sur les raisons du déclin

20Alors que pour la seconde moitié du xixe siècle, on avait observé une nette augmentation du nombre d’avocats élus, la tendance s’inverse pour le début du xxe siècle. S’ils étaient 23 à occuper un mandat en 1897 (près de 1 avocat sur 3), ils ne sont plus que 15 en 1905 (1 avocat sur 5) et 13 en 1914 (1 avocat sur 7). Comment comprendre ce désinvestissement de la sphère politique ? S’applique-til indifféremment à tous les échelons (mairie, département, assemblée nationale) ou bien est-il plus observable pour certains types de mandats ? Faut-il y voir la difficile conciliation entre les idées politiques conservatrices du barreau et l’amorce d’un glissement à gauche ? Peut-on par ailleurs déceler les signes annonciateurs de la professionnalisation du métier d’avocat et la difficulté plus avérée pour l’avocat de mener une double carrière ?

  • 67 « Entre 1875 et 1920 un député sur quatre est avocat et la proportion est encore plus élevée pour (...)
  • 68 Le Béguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 1.
  • 69 Me Marie-Maurice Sibille est simultanément conseiller général et député.
  • 70 ADLA, 1M113 (1914), 1M115 (1908-1924), élections législatives ; ADLA, 3M26-32 ; élections sénatori (...)
  • 71 ADLA, 1M136-143, élections cantonales, 1898-1912.
  • 72 Il faut de plus noter que la récession ne date pas de 1914 mais qu’elle est patente dès 1905 (4 av (...)

21Une première remarque nous amène à constater que la diminution du nombre de postes occupés par les avocats n’affecte pas tous les types de mandats. En effet, la présence des membres du barreau à la tête des municipalités du département s’intensifie : alors que 3 avocats sont maires d’une commune de Loire-Inférieure en 1897, ils sont 7 en 1914. Par ailleurs, à la mairie de Nantes, le nombre d’avocats élus ne connaît pas de chute trop importante puisqu’il oscille entre 6 et 3 de 1897 à 1914. Précisons en outre qu’en 1908 Me Gabriel Guist’hau est maire et que Mes Martin et Servat sont ses adjoints (ce dernier l’est encore aux élections de 1912). Le maintien des positions sur le terrain politique local est avant tout dû au fait que les campagnes restent largement conservatrices. Le désengagement de la scène régionale et départementale est pour sa part particulièrement visible. Même si « la République des avocats de ces années d’avant-guerre est une République dominatrice67, elle n’est plus la République des avocats sûre d’elle-même de la fin du xixe siècle68 ». Pour Nantes, entre 1897 et 1914, on note un recul évident des positions occupées par les avocats nantais au Sénat, à l’Assemblée nationale et au conseil général. Alors que 13 avocats occupent 14 postes en 189769 (1 avocat sur 6), ils ne sont plus que 3 avocats nantais investis d’un de ces mandats en 1914 (1 avocat sur 30). Non seulement il n’y a plus aucun sénateur ni député inscrit au barreau de Nantes à la veille de la première guerre mondiale70, mais le nombre des conseillers généraux issus du tableau des avocats a lui-même quasiment été divisé par quatre en dix-sept ans71 : de 11 avocats en 1897 (près de 14 % de l’effectif du barreau et 24 % de celui du conseil général), ils ne sont plus que 3 à la veille de la Première Guerre mondiale (seulement 3 % de l’effectif du barreau et 7 % de celui du conseil général72).

22Afin de comprendre les raisons de cette défection, nous avons cherché à reconstituer, quand cela était possible, les parcours politiques et professionnels des avocats nantais qui occupent un mandat entre 1897 et 1914 en distinguant ceux qui mènent une double carrière (au barreau et en politique), ceux qui font le choix de la politique, et enfin, ceux qui sortent de l’échiquier politique et privilégient leur vie professionnelle.

23Au sein de la catégorie des avocats qui assument un mandat politique en parallèle de leur profession, ils sont peu nombreux à occuper de réelles responsabilités au barreau tout en remplissant une fonction politique sur un plan départemental ou national. Pour le début du xxe siècle, aucun avocat n’est à la fois bâtonnier et sénateur ou député. Parmi les élus présents au conseil général, seuls Adolphe Giraudeau et Alcide Dortel sont portés au bâtonnat par les voix de leurs confrères. Le premier est élu à deux reprises (1891-1893 et 1908-1909). Le second quant à lui, parvient à mener une carrière politique sur le long terme puisqu’il siège au conseil général pour le canton de Bouaye, au moins de 1897 à 1925, et s’impose comme un avocat reconnu et respecté de ses pairs. Il est élu au conseil de l’ordre sans discontinuation de 1908 à 1921 et surtout accède au bâtonnat en novembre 1913, restant à la tête de l’ordre tout au long de la Première Guerre mondiale.

  • 73 Il a 37 ans en 1897. Il vient d’un milieu aisé. Son père est négociant et ses grands-parents propr (...)
  • 74 ADLA, 83J26, obsèques (1868-1976), dossier n° 3.
  • 75 Le Phare de la Loire, nécrologie, éd. du 27 mars 1917.

24Ces parcours demeurent particulièrement rares. En effet, la majorité des avocats qui mènent un temps une double carrière privilégie rapidement une des deux voies. Besnard de la Giraudais (conseiller général) et Ernest Guibourd de Luzinais (sénateur, maire de Nantes) favorisent leur carrière politique puisque, pourtant inscrits durant de longues années au barreau, ils ne siègent pas au conseil de l’ordre ni ne sont élus au bâtonnat. De 1897 à 1919, Raoul Maës mène de front sa vie professionnelle dont il ne paraît pas tirer les ressources nécessaires pour vivre73 et son mandat de conseiller général cumulé à celui de maire de la commune du Cellier. Remarquons que lui non plus ne siège pas au conseil de l’ordre. Louis Martin est pour sa part membre du Conseil durant seulement quatre années (1907-1911) et favorise également son engagement politique puisque, en parallèle de son mandat au conseil général, il occupe un poste d’adjoint au maire de Nantes74. De plus, il écrit également pour le Phare de la Loire, sous le nom d’Oreste, « des billets quotidiens pleins de charme et d’esprit75 ». À l’inverse, certains avocats choisissent d’assumer des responsabilités au barreau et occupent en parallèle de modestes fonctions électives comme celles de maires de la commune d’où ils sont généralement originaires ou dans lesquelles ils possèdent des propriétés. Comme précisé plus haut, ce sont souvent des conservateurs, propriétaires fonciers, notables ruraux, qui gèrent les affaires de leurs communes et celles de l’ordre avec les mêmes convictions : dans le respect de la hiérarchie et de la tradition. Notons les cas de Mes Pichelin (bâtonnier 1901-1903, maire de Port Saint-Père), Linyer (bâtonnier 1907-1908, maire du Loroux), Ricordeau (bâtonnier 1911-1913, maire de Saffré) ou Sporck (bâtonnier 1919-1921, maire de Château-Thébaud).

25Si un double engagement est donc possible, nombre d’avocats qui occupent un mandat en 1897 ou dans les premières années du xxe siècle, choisissent pourtant de démissionner du barreau afin de poursuivre leur carrière politique. Deux cas de figure nous ont paru particulièrement observables : soit le métier d’avocat ne leur permet pas une aisance financière suffisante pour assumer en parallèle un mandat politique qu’ils ne souhaitent pas abandonner, soit leur carrière politique prend une ampleur telle qu’elle devient inconciliable avec l’exercice de la profession.

  • 76 ADLA, 83J106, sortie du tableau : lettres de démission, radiations.

26C’est la précarité de la profession d’avocat qui pousse donc certains avocats, principalement des jeunes, à démissionner. Ou ils ne possèdent pas un patrimoine suffisant afin d’exercer la profession d’avocat en dilettante et s’investir en politique, ou bien leurs parents refusent de les entretenir, ou encore ils souhaitent exercer un métier plus lucratif et surtout moins incertain, qui leur permette de se consacrer à leur mandat politique sans se soucier d’une instabilité professionnelle. Louis Thibeaud et Edmond Boquien (conseillers généraux) choisissent par exemple d’exercer une profession dont les revenus sont plus assurés : celle d’avoué. Le premier prend la suite de Me Lahaye en 1898 et le second celle Me Mazien en 1905. Après dix-huit années passées au barreau de Nantes, Léon Gaillard (conseiller général) quitte pour sa part le tableau car, écrit-il au bâtonnier, il « ne peut plus vivre de la profession76 ».

  • 77 Son père Stanislas Gahier était lui-même avocat à Nantes.
  • 78 AMN, I1, Police locale, carton n° 46 dossier n° 44.
  • 79 Il démissionne s’opposant à une décision de l’administration municipale concernant les cantines sc (...)
  • 80 Soil Ferdinand, Le livre doré de l’Hôtel de ville, op. cit., p. 21-23.

27Pour d’autres, c’est l’importance de leurs responsabilités politiques qui les empêche de poursuivre l’exercice professionnel, du moins à Nantes. Les deux députés républicains modérés, Marie-Maurice Sibille et Gustave Roch, inscrits au barreau depuis les années 1870, n’occupent aucune fonction au conseil de l’ordre. Leur choix est celui de la politique et ils démissionnent respectivement du tableau en 1902 et 1906. Sibille est conseiller général et député jusqu’en 1931, et Roch jusqu’en 1912. Pour Me Gahier, conseiller général, le choix est également stratégique. Nourrissant les espoirs d’une carrière politique, il démissionne du barreau de Nantes, auquel il se dit pourtant très attaché77. En 1902, après onze ans de présence, il demande son inscription au barreau de Paris. Toutefois, au début du xxe siècle, l’exemple le plus édifiant d’une démission du barreau nantais en raison d’une destinée politique reste sans conteste celui de Gabriel Guist’hau78. Conseiller municipal radical dans le 5e canton de Nantes entre 1892 et 190179, fait chevalier de la légion d’honneur en 1904, il est élu maire de Nantes en 1908 au moment de l’annexion par Nantes de Chantenay et Doulon. En deux ans, il donne un nouvel élan à la ville dans tous les domaines. « Son bref séjour à la tête de la municipalité nantaise lui a suffi à marquer l’administration de la ville d’une empreinte décisive. […] On peut dire que la municipalité Guist’hau s’est survécue pendant un quart de siècle80. » Il se consacre également à l’œuvre mutualiste nantaise, qu’il représente au conseil supérieur de la Mutualité (1908-1920). En 1910, date à laquelle il décide de quitter le barreau de Nantes, il est âgé seulement de 47 ans et est en pleine ascension politique. Il devient parlementaire et occupe la fonction de sous-secrétaire d’État à la marine. Remarqué par Poincaré en 1912, il est nommé ministre de l’instruction publique, puis ministre du commerce en 1913, ministre de la marine en 1921, avant de se retirer de la vie publique en 1924. Il meurt à Nantes en novembre 1931.

  • 81 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest, op. cit., p. 85.

28À l’issue de ces quelques développements, deux réflexions principales nous paraissent devoir être formulées. En premier lieu, on observe que les avocats qui quittent le barreau pour une carrière de députés (Sibille et Roch) ou de ministre (Guist’hau) sont précisément ceux qui n’affichent pas d’étiquette conservatrice ou URD, mais qui se placent au centre droit (républicains modérés) ou au centre (radicaux, radicaux-socialistes). Quant aux avocats toujours élus en 1914, ils demeurent très majoritairement conservateurs, souvent proches du Comité de la droite, et occupent pour la moitié d’entre eux un poste de maire dans une commune du département. Ils ne sont que quelques-uns à la mairie de Nantes ou au conseil général. En conséquence, il semble que la diminution du nombre d’avocats élus doit être analysée à la lumière de la divergence qui se fait jour entre les nouvelles valeurs de la République – qui devient radicale – et celles que continue de porter le barreau – celles d’une droite réactionnaire voire royaliste. En effet, même si les débats qui précèdent les élections n’ont pas été analysés en détail, et si l’on ne connaît par conséquent pas le nom des avocats battus, nombre des membres du barreau qui remplissaient un mandat en 1897 et s’affichaient conservateurs, ne sont pas réélus. Certes, il faut envisager que leur désengagement de la sphère politique puisse découler d’un choix personnel, commandé par la nécessité d’exercer la profession pour vivre. Toutefois, pour certains d’entre eux, déjà avocats reconnus et détenteurs d’un patrimoine ou d’une petite fortune personnelle, l’explication semble peu probante. Ainsi, Alphonse Gautté, âgé de 60 ans en 1897 et conseiller général conservateur pour le 3e canton de Nantes, n’est pas réélu en 1905. Alors qu’il avait été bâtonnier de 1885 à 1887 avant son entrée au conseil général, il l’est à nouveau en 1905. Georges Maublanc, de huit ans son cadet, rangé lui aussi sous la bannière des conservateurs au conseil général, pour le 2e canton de Nantes81, subit le même sort. Considéré comme un grand civiliste, il est bâtonnier de 1895 à 1897 et continue par la suite à tenir une place importante au sein du conseil de l’ordre. Leur sortie du conseil général semble donc coïncider avec le glissement progressif à gauche que connaît Nantes au début du xxe siècle.

  • 82 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 124.

29En second lieu, on remarque que le retrait de la vie politique des avocats est également lié aux difficultés, vraisemblablement financières, rencontrées par certains d’entre eux qui souhaitaient mener de front une carrière au barreau et un mandat électoral. Ainsi, pour éviter la précarité des premières années du stage ou même du tableau, quelques-uns deviennent avoués. Ne doit-on pas déceler ici les signes d’une professionnalisation qui nécessite que les jeunes avocats se consacrent plus assidûment à leur métier, marquant à ce titre une évolution par rapport au xixe siècle82 ? Remarquons alors qu’entre 1897 et 1914, très peu de jeunes avocats s’engagent dans une fonction politique, alors que les effectifs du stage augmentent au cours de cette période et que l’on note une hausse de l’âge moyen des avocats nantais élus. Si la moyenne d’âge de la cohorte des avocats qui occupent un mandat en 1914 s’élève à 50 ans, celle de 1897 était de 42 ans. En 1897, les moins de 35 ans représentent la moitié du corpus (Boquien et Jouon, conseillers généraux, ont respectivement 25 ans et 29 ans) et côtoient les anciens en fin de carrière (le conseiller de la Giraudais a 70 ans et le sénateur Guibourd de Luzinais, 63). Par contre, en 1914, Gaston Servat, âgé de 33 ans, est le plus jeune du groupe (notons qu’il est l’un des seuls radicaux, adjoint au maire de Paul Bellamy). Les autres ont entre 43 et 66 ans (ce sont en majorité les maires des communes du département).

30Finalement, deux hypothèses complémentaires nous paraissent éclairer les raisons de la baisse du nombre d’élus avant la première guerre mondiale : la position conservatrice du barreau peu compatible avec le glissement à gauche (au niveau national et local), les signes d’une professionnalisation qui freine l’investissement des jeunes générations d’avocats. Toutefois, le retrait progressif des avocats au niveau des fonctions politiques, ne signifie pas un complet désengagement de la sphère publique.

L’omniprésence des avocats dans les Sociétés : œuvres, écoles, associations

  • 83 Le Béguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 74 et suiv.

31Bien que l’engagement politique apparaisse comme le trait le plus marqué de l’existence publique des avocats, il nous a paru essentiel de ne pas sous-estimer leur engagement parallèle et complémentaire au sein d’autres réseaux locaux aux ramifications étendues et souvent interdépendantes : ceux des organismes de bienfaisance, de l’enseignement, des sociétés savantes et des associations. Si l’on peut considérer que certains d’entre eux constituent avant tout des passerelles entre la barre et la tribune, des étapes qui balisent les chemins conduisant à l’exercice de mandats politiques83, d’autres, en marge de la politique, apparaissent également comme des engagements personnels.

  • 84 ADLA, Annuaire général de la Loire-Inférieure, années 1897 (Per. 60 3), 1905, (Per. 60 6) et 1914 (...)
  • 85 ADLA, Étrennes nantaises, années 1897 (Per. 53 14), 1905 (Per. 53 15) et 1914 (Per. 53 15).

32La lecture des annuaires du département84 ou des Étrennes nantaises85 pour la période 1897 à 1914, donne une impression d’omniprésence. En 1897, plus du tiers des avocats inscrits au tableau interviennent dans les œuvres, écoles, sociétés et associations, souvent à des postes importants (présidents, secrétaires, administrateurs), certains vont même jusqu’à les cumuler (27 avocats occupent 52 fonctions). L’exemple de Me Georges Maublanc est édifiant. Alors qu’au plan professionnel, il est conseil des hospices civils de Nantes, il est aussi membre du conseil d’administration de la caisse d’épargne et de prévoyance, président de la société de patronage des libérés et des enfants malheureux ou coupables, président du cercle départemental de la ligue d’enseignement, professeur de droit civil à l’école libre de droit et de notariat, membre du conseil d’administration de l’école normale d’institutrices et professeur de législation au sein de deux lycées nantais (le lycée de Nantes et le lycée national de jeunes filles). À lui seul, en plus de son élection au bâtonnat et de son mandat de conseiller général, il cumule 8 responsabilités différentes la même année. Comme lui, ils sont quelques noms du barreau à multiplier les engagements.

33Les avocats nantais interviennent au sein de tous les bureaux ou sociétés de bienfaisance les plus importants de la ville, s’investissant pour la plupart dans la gestion administrative de ces organismes. À l’action du mont-de-piété, collaborent Mes Paul Thibaud et Ernest Genevois en 1897, rejoints par Lucien Caillard en 1905 (qui en deviendra le vice-président) et Gustave Cholet en 1914. De 1897 à 1914, Me Pierre Romefort contribue quant à lui aux activités de la société de charité Maternelle qui, établie à Nantes depuis 1811, distribue des secours aux « pauvres femmes en couches ». La société de Patronage des Libérés et des Enfants Malheureux ou coupables est pour sa part présidée par Me Maublanc de la fin du xixe siècle à 1914. Par ailleurs, au sein de l’Union des Femmes de France, qui se donne pour mission de porter secours aux blessés et malades des armées de terre et de mer, ainsi qu’aux victimes des désastres publics, on retrouve Lucien Caillard qui occupe le poste de secrétaire général, mais aussi les épouses de certains avocats. Ainsi, Mme Colombel, femme d’Évariste Colombel (bâtonnier en 1846-1848), occupe la fonction de présidente honoraire, et Mme Gautté, épouse d’Alphonse Gautté (bâtonnier en 1885-1887 et 1906-1907) en est la vice-présidente. Néanmoins, de tous les organismes d’aide, d’assistance et de soutien au sein desquels se sont investis les avocats nantais, c’est au domaine hospitalier qu’ils ont laissé la plus forte marque de leur passage.

  • 86 Bourdelais Patrice, « Les logiques du développement de l’hygiène publique », in Patrice Bourdelais(...)
  • 87 AMN, hygiène publique, I5, carton n° 1, dossier n° 3, insalubrité de la ville.
  • 88 AMN, hygiène publique, I5, carton n° 9, dossier n° 2, établissements insalubres ; Fouquier Florenc (...)
  • 89 AMN, hygiène publique, I5, carton n° 1, dossier n° 7, assainissement de la ville (1880-1919).
  • 90 Renneville Marc, « Politiques de l’hygiène à l’AFAS (1872-1914) », in Patrice Bourdelais (dir.), L (...)
  • 91 Courmont Jules, « L’enseignement de l’hygiène », AFAS, 27e session, congrès de Nantes, 1898.
  • 92 Il est proche des leaders radicaux comme Guist’hau, se lie d’amitié avec Aristide Briand et collab (...)

34Même si la grande période de l’hygiène publique en France, sur le plan de la production publiée et du dynamisme des recherches, correspond aux années 1820-1840, il faut attendre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle pour que des réalisations viennent concrétiser les démonstrations des hygiénistes86. Dans les années 1890, Nantes est une ville restée nettement insalubre87. Les rues sont sales, les égouts continuent de courir à ciel ouvert, l’eau distribuée par la compagnie concessionnaire est infestée de microbes et les bornes fontaines sont rares. En 1890, une épidémie de typhoïde, semble-t-il provoquée par l’eau de la ville, alerte le conseil d’hygiène publique qui impose à la municipalité conservatrice de Guibourd de Luzinais, économe en matière d’assainissement, des mesures impératives comme le nettoyage des quartiers, la désinfection des habitations et le déplacement des abattoirs, situés en plein centre-ville dans des bâtiments centenaires88. En 1896, le conseil municipal, devenu majoritairement républicain, se montre favorable à une politique plus interventionniste en matière d’hygiène publique89. D’une part, il accueille à Nantes un congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences90, portant sur « l’enseignement de l’hygiène »91. D’autre part, il trouve parmi certaines personnalités nantaises influentes, des alliés de choix. Parmi elles, un avocat, républicain de gauche, proche du projet social développé par les radicaux92, et particulièrement investi sur le terrain hospitalier : Me Alexis Ricordeau.

  • 93 ADLA, 83J3, registre de délibérations du conseil de l’ordre (1926-1936), séance du 31 juillet 1931 (...)
  • 94 Le Gouareguer Bernard, Les hospices civils de Nantes du ixe au xixe siècle, thèse médecine, Nantes (...)
  • 95 ADLA, 83J3, registre de délibérations, p. 127.
  • 96 ADLA, 1M1370, santé et hygiène publique.

35Alexis Ricordeau, fils d’Alexis, entrepreneur, et de Cécile Texier, femme au foyer, naît le 13 juillet 1861 à Nantes. Son grand-père est propriétaire et son oncle paternel, avec lequel il entretient d’excellents rapports, médecin. Après l’obtention de la licence en droit en 1881, il prête serment en décembre 1882, commence vraisemblablement son stage au barreau de Paris, le termine à Nantes en janvier 1885 et entre au tableau le 9 novembre 1886. Il s’affirme rapidement comme un grand civiliste nantais, réputation qu’il confirmera au cours de sa carrière professionnelle. Élu au bâtonnat de 1911 à 1913, il porte l’estime de ses pairs, tant pour ses qualités d’avocat que d’homme de responsabilités et d’engagement. Pourtant, c’est à sa fonction d’administrateur hospitalier qu’il consacre la majeure partie de son temps et de son énergie. Il débute dans l’administration hospitalière à 36 ans, le 6 décembre 1897, dans le cadre de l’administration de l’hôpital marin de Pen-Bron qui soigne les jeunes garçons de faible constitution ou atteints de maladies ganglionnaires ou osseuses93. En 1905, il est administrateur de l’œuvre anti-tuberculeuse de Loire-Inférieure, et surtout des Hospices civils94. À ses côtés se trouvent d’autres avocats, Mes Boquien, Maublanc et Guist’hau. En 1907, Alexis Ricordeau devient président de la commission, poste qu’il occupe durant 24 ans. Il travaille sur les rapports de l’assistance hospitalière et de l’assistance à domicile et sur le rôle social de l’infirmière95. Il participe à la mise en place de précieux organes de lutte contre la misère, la maladie et la mort : services de maternité clinique, salles d’opérations aseptisées, services de bactériologie et de chimie, service d’histologie pathologique, de physiologie et de physique, laboratoire de radiologie contre le cancer, transformation de l’hôpital de Chantenay en sanatorium antituberculeux, ou mise en place du préventorium du Coteau de Varades en 191896.

  • 97 ADLA, 83J3, op. cit., p. 127.

36Non seulement Alexis Ricordeau est un technicien de l’assistance, mais c’est aussi un homme particulièrement averti des choses de l’architecture et un connaisseur de la construction hospitalière. Lorsqu’à la toute fin du xixe siècle, il succède à M. Palu à la direction de l’hôpital d’enfants de Pen-Bron, il y trouve quelques baraquements assez primitifs. Il s’emploie alors durant trois décennies à réaménager le site, améliorer sensiblement sa capacité d’accueil et l’adapter matériellement et techniquement au traitement des jeunes enfants malades. Depuis 1910, Alexis Ricordeau siège au Conseil supérieur de l’Assistance publique où il côtoie les Strauss, les Lépine, les Cros-Meyrevielle, les Rondel, les Berthélémy, les Ogier97. En 1921, il fonde entre les hôpitaux des 17 départements du nord-ouest, une union affiliée à la Fédération des hôpitaux de France.

  • 98 Sur l’Ecole de droit, se référer au développement qui lui est consacré en partie 3.

37Au début du xxe siècle, dans un autre domaine, celui de l’enseignement, la présence des avocats est particulièrement remarquable. D’une part parce qu’ils investissent tant le niveau de l’enseignement supérieur, du secondaire que du primaire ; d’autre part parce qu’ils endossent à la fois les rôles d’administrateurs et d’enseignants. La marque la plus significative du rôle joué par les avocats en ce domaine est sans conteste la mise en place de l’École de Droit et de Notariat à la fin du xixe siècle à l’initiative de l’avocat Ernest Genevois. Au sein de cette école, qui permet aux étudiants de préparer la licence en trois ans, les avocats assurent presque la totalité des cours. Sur la vingtaine de cours au programme, les avocats en dispensent les 9/10e. Les cours de droit (romain, civil, criminel, constitutionnel, international public et privé, commercial, administratif, maritime) ainsi que ceux de procédure, d’économie ou d’histoire relèvent de leur compétence. Seuls les cours de notariat et de comptabilité notariale sont assurés par les notaires eux-mêmes. Ce qui fait que sur les 25 enseignants qui occupent un poste entre 1897 et 1914, 23 sont avocats, 2 sont notaires. Aucun avoué n’enseigne ni ne participe d’une quelconque manière que ce soit à l’administration de cette école, alors que les stages d’avocats s’effectuent pour une grande part dans les études des avoués nantais qui restent indissociables du monde juridique et judiciaire. Au début du xxe siècle, on peut dire que les avocats nantais garantissent presque à eux seuls la formation des futurs juristes nantais, qu’ils soient amenés à entrer au barreau ou devenir membres des autres professions juridiques ou judiciaires vers lesquelles les conduira leur stage98.

  • 99 ADLA, 1Mi249, fonds Gautier, brochure sur Louis Linyer (1845-1917)

38Mais leur action sur le terrain de l’enseignement dépasse largement ce cadre. Ils occupent en effet de nombreuses fonctions administratives. Entre 1897 et 1914, à la présidence de la Ligue d’enseignement, organe principal au niveau départemental, on trouve Me Maublanc, assisté de Me Aliez (secrétaire adjoint en 1897) et de Me Caillard (secrétaire général en 1905). Au niveau des écoles elles-mêmes, les avocats siègent dans les conseils d’administration. C’est le cas de Me Maublanc pour l’École normale d’institutrices, de Mes Gautté et Maublanc pour le Lycée de Nantes ou de Me Sibille pour l’École départementale de sourds muets et de jeunes aveugles. Me Guist’hau est quant à lui vice-président de l’École libre de commerce et de comptabilité en 1897 et 1905. Me Manjot en sera secrétaire en 1914. À l’École gratuite élémentaire suivant la méthode de l’enseignement mutuel, Me Laennec est secrétaire, Me Puget est secrétaire adjoint et Me Linyer membre. De plus, les écoles ne comptent pas les avocats nantais seulement parmi les membres de leurs conseils d’administration. Ils se trouvent également dans les corps de professeurs. Ainsi, Me Maublanc enseigne la législation au Lycée national de jeunes filles et au Lycée de Nantes – Me Caillard lui succède en 1914 – ainsi que le droit civil, la procédure civile et l’économie politique à l’École pratique de commerce et d’industrie de garçons. Me Manjot quant à lui, dispense des cours de législation, d’économie politique et d’économie coloniale à l’École pratique de commerce. Au début du xxe siècle, tous les cours de droit ou de procédure dispensés à Nantes dans les établissements qui proposent cette discipline au programme, sont assurés par des avocats. Même les associations d’étudiants ou d’anciens élèves s’entourent d’avocats. Me Linyer est président d’honneur de l’Association des étudiants de Nantes en 1897 et 190599. À l’Association amicale des anciens élèves du Lycée de Nantes, Me Gautté est président et Me Cholet secrétaire. Me Ricordeau les rejoint dans le bureau en 1914.

  • 100 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Éd. du Comité des (...)
  • 101 Bois Paul (dir.), Histoire de Nantes, op. cit., p. 314 et suiv.
  • 102 Kahn Claude, Landais Jean, Les « Années folles » à Nantes (1920-1930), Nantes, Ouest-Éditions, 199 (...)
  • 103 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition, op. cit., p. 258.

39Outre les sociétés de bienfaisance et les écoles, les avocats nantais investissent également de nombreuses sociétés savantes et associations diverses. Pour la plupart elles rassemblent les intellectuels, les politiciens, les entrepreneurs et les membres les plus reconnus des professions libérales de Nantes100. Au cœur de ce microcosme, évoluent les hommes influents de la cité101. En 1897, on ne compte pas moins de 13 avocats sur les 41 membres de la section des lettres, sciences et arts de la société académique de Nantes, soit plus d’un tiers du contingent. En 1905, la proportion reste globalement identique (8 avocats sur 26 membres) d’autant que Me Alexandre Vincent occupe le poste de président et Me Feydt siège au comité central. En 1914, Mes Abel Durand102 et Pierre Pichelin fils les remplacent au comité. Les avocats investissent également certaines sociétés savantes consacrées à la protection du patrimoine littéraire et historique de la ville. Mes Dortel et Brunschwig siègent en effet au sein du comité d’administration de la société Archéologique de Nantes103, de la Bibliothèque de Nantes et de la commission du vieux Nantes. Les sociétés menant quant à elles une activité en rapport avec la position géographique de Nantes et donc les aménagements de la Loire sont pareillement composées d’avocats puisqu’à la présidence de La Loire navigable et à la société de géographie commerciale de Nantes, se trouve Me Linyer, spécialiste reconnu en droit maritime et bâtonnier de l’ordre pour les années 1889-1891. Enfin, même au sein d’une jeune association comme l’Automobile club de la Loire-Inférieure, fondée en 1906, se retrouvent deux avocats. Me Chevalier de la Barthe occupe le poste de trésorier adjoint (son père est trésorier) et Me Louis Linyer fils y participe comme adhérent.

  • 104 Ibid., p. 224.

40Si les avocats, élite sociale et intellectuelle s’inscrivent dans le mouvement d’une diffusion de l’instruction, d’un développement des travaux littéraires et scientifiques afin d’améliorer le goût de leurs contemporains pour la culture en général104, les sociétés apparaissent surtout comme un moyen pour les avocats de s’inscrire pleinement dans la vie de la cité en assumant en parallèle des fonctions politiques. Toutefois, pour les années précédant la Première Guerre mondiale, même si l’investissement associatif reste fort, rappelons qu’une diminution du nombre d’avocats élus est observable. On peut alors se demander si l’engagement public des avocats, qui malgré un léger déclin se place dans la continuité d’un xixe siècle marqué par l’affirmation puis le rayonnement de la profession, va être bouleversé par la guerre.

Les avocats nantais et l’entrée brutale dans le xxe siècle : choc et adaptation (1914-1938)

  • 105 Becker Jean-Jacques, « 1918 : la blessure de la grande guerre », in Jean-Pierre Rioux, Jean-Franço (...)

41Avec la Première Guerre mondiale, une ère résolument nouvelle s’ouvre105. Les difficultés éprouvées par les avocats à conserver une place érigée sur le modèle du xixe siècle, apparaissent plus criantes. Atteints dans leurs forces vives, ils doivent redéfinir leurs priorités. Les avocats nantais sont avant tout meurtris par le conflit. Entre la tristesse et la colère qu’engendrent les deuils, le barreau bâtit sa mémoire collective et revendique les valeurs et les idéaux qui sont les siens, ancrés dans un traditionalisme professionnel et dans un conservatisme politique. Les effectifs sont durement touchés et le recrutement se ralentit considérablement : on compte 90 avocats inscrits en 1914 et seulement 60 en 1922. Une réaction est nécessaire. Le recrutement devient la priorité d’une profession dont les effectifs ont été réduits d’un tiers. C’est en 1938 seulement, que le niveau de 1914 est quasiment retrouvé. Comment les avocats ont-ils engagé ce redressement ? L’inscrivent-ils dans une logique de professionnalisation de plus en plus nette ? Délaissent-ils alors leur engagement public pour se consacrer à leur profession ?

Le choc de la Première Guerre mondiale (1914-1922)

  • 106 Becker Jean-Jacques, La France de 1914 à 1940, Paris, PUF, 2005, p. 7.
  • 107 Charrier Dominique, La vie quotidienne des Nantais pendant la Première Guerre mondiale. Août 1914 (...)
  • 108 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, années 1911-1926, conférence n° 30, 27 décembre (...)

42« La guerre a été une surprise totale106. » En France, l’assassinat de l’archiduc héritier François Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914, retient moins l’attention de l’opinion publique que le procès de Mme Caillaud, jugée pour le meurtre du directeur du Figaro. La situation internationale paraît elle-même suffisamment calme pour que, le 14 juillet, le Président de la République Raymond Poincaré, maintienne son départ pour un voyage de routine en Russie. Le 28 juillet, les dirigeants socialistes européens sortent optimistes d’un congrès tenu à Bruxelles pour maintenir la paix. Trois jours plus tard, Jaurès est abattu. Le 1er août, l’ordre de mobilisation générale est décrété. À Nantes aussi, l’entrée dans le conflit est subite et bien peu de signes la laissaient présager quelques mois plus tôt107. Lorsque le 7 mai 1914, se clôt à Nantes la dernière séance de la conférence du stage pour l’année judiciaire, les avocats se quittent « sous une impression fort gaie » et se donnent rendez-vous pour la réouverture des conférences au début de l’année judiciaire 1914-1915108. Ils n’imaginent aucunement que les quatre années à venir vont voir l’Europe se déchirer et seront pour le barreau une période de profonds bouleversements.

  • 109 Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 206.
  • 110 Fillon Catherine, Histoire du barreau de Lyon, op. cit., p. 103-115.
  • 111 Ozanam Yves, « L’ordre des avocats à la Cour de Paris de 1910 à 1930 », in Gilles Le Béguec, Avoca (...)
  • 112 ADLA, 83J2, registre de délibérations du conseil de l’ordre (1911-1926), extraits.
  • 113 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage (1911-1926).
  • 114 ADLA, 83J26, Obsèques (1868-1976).
  • 115 Maison de l’avocat, pièces de correspondance (années 1912-1919).

43Il est communément admis que, à partir de la Première Guerre mondiale, le barreau connaît le déclassement social et la perte d’influence109 tant les mutations de toutes sortes intervenues dans cette courte période de quatre ans vont profondément modifier la capacité du droit à répondre aux nouvelles exigences de l’opinion publique, du monde économique ou des relations internationales. Il nous semble alors primordial de nous attacher à comprendre plus concrètement la façon dont les avocats ont appréhendé, traversé et surmonté la période de guerre. Des recherches en ce sens ont notamment été entreprises par Catherine Fillon pour le barreau de Lyon110 ou Yves Ozanam pour celui de Paris111. Pour Nantes, cette enquête s’avère difficile puisque les sources ordinales demeurent très parcellaires pour la période. En effet, le registre des délibérations du conseil de l’ordre concernant les années 1910 à 1927 a disparu depuis 1930. Pour combler cette lacune, restent à notre disposition : un registre reconstitué qui reprend succinctement les principales décisions de ces dix-sept années112, le registre des séances de la conférence du stage113, les hommages aux morts rendus par le bâtonnier114 et une liasse de correspondances retrouvée à la Maison de l’avocat115. Avec les sources dont nous disposons, il s’agit de comprendre en quoi les années 1914-1918 portent en elles-mêmes les germes de la difficile adaptation du barreau aux années d’après-guerre et, à ce titre, marquent une rupture définitive avec le xixe siècle.

  • 116 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, conférence n° 30, 27 décembre 1917.
  • 117 Ibid., conférence n° 28, 7 janvier 1915.
  • 118 Le chiffre précis ne peut être obtenu car les sources sont trop lacunaires sur ce point. À Grenobl (...)
  • 119 Lettre d’Alcide Dortel à un destinataire non identifié, mars 1916. « Si le conseil de l’ordre et m (...)

44En France, la mobilisation concerne tous les Français aptes de 20 à 48 ans. Encore qu’il faille distinguer les soldats d’active (le contingent de ceux qui font leur service, renforcé par les réservistes jusqu’à 34 ans, et qui forment donc les troupes combattantes) de l’armée territoriale et sa réserve (hommes de 34 à 48 ans). Au barreau de Nantes, sur les 90 inscrits au tableau et au stage en 1914, se trouvent 44 hommes de moins de 34 ans et 28 hommes de moins de 48 ans ; 18 seulement ne sont pas concernés par la mobilisation. C’est dire si l’agitation est intense. Les premiers départs pour le front se font dans la précipitation et parfois l’incompréhension. À l’automne 1914, malgré l’entrée de la France dans la guerre, le bâtonnier Dortel tente de conserver les heures et dates ordinaires des conférences du stage mais, dit-il, « nous fûmes obligés de reconnaître que la chose était difficile sinon impossible, étant donné notre nombre déjà restreint, la mobilisation ayant fait parmi nos jeunes confrères un véritable vide116 ». En 1915, seule la conférence annuelle de novembre est tenue. Toutefois, les avocats mobilisés qui remplissaient les fonctions de secrétaires sont maintenus dans leurs postes dans l’attente d’un retour que l’on veut rapide117. Mais, au début de l’année 1916, les effectifs sont si réduits qu’il n’est même pas organisé de réunion préparatoire. La mobilisation et les départs successifs déstabilisent le barreau qui voit ses habitudes et son rythme bouleversés. Même s’il est nécessaire de surseoir à certains dossiers, il faut compter sans les confrères mobilisés et partis au front – plus d’un tiers de l’effectif118 – pour assurer les affaires courantes. Au barreau, l’enlisement de la guerre freine les ardeurs du départ119, d’autant que les années se succèdent et que le tribut humain, payé par les avocats nantais à leur pays pour fournir l’effort de guerre, s’alourdit.

  • 120 « Les agriculteurs qui formaient 40 % de la population active ont subi 49,5 % des pertes, suivis p (...)
  • 121 À Angers, le barreau compte presque autant de victimes qu’à Nantes avec un effectif de départ moin (...)
  • 122 ADLA, 1Mi249, fonds Gautier, éloges prononcés par le bâtonnier Dortel.

45Les professions libérales dans leur ensemble constituent le troisième groupe le plus touché par le conflit120. À Nantes, on compte 6 victimes sur les 90 avocats inscrits au barreau en 1914 – ce rapport s’approche de celui que connaissent quelques barreaux de province121 – : un mort en 1914, deux en 1915, deux en 1916 et un en 1917. Les éloges funèbres prononcés à chaque décès par le bâtonnier Dortel, recèlent alors une mine d’informations122. En effet, même si l’utilisation de ces textes reste un exercice délicat, la lecture et l’analyse de tels documents semblent essentielles. Au-delà d’une emphase parfois déformante, ces discours, souvent très denses et construits sur le même modèle, rappellent les origines du disparu, sa situation familiale, son parcours et sa place au barreau, le décrivent physiquement, expliquent les conditions de son départ au front et aussi celles de sa mort. Ils renseignent donc avec précision sur le parcours de quelques-uns des hommes qui constituaient le jeune barreau.

  • 123 Ambroise Robet depuis février 1912 et Émile de Laujardière depuis juin 1910.
  • 124 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, conférence n° 30, 27 décembre 1917.
  • 125 ADLA, 1Mi249, complément au fonds de l’ordre des avocats, op. cit., pièce n° 2, p. 7.
  • 126 ADLA, 83J26, obsèques (1826-1976).
  • 127 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, conférence n° 30, 27 décembre 1917.
  • 128 De nombreux stagiaires, comme le gros du contingent, partent au printemps 1915.
  • 129 ADLA, 1 MI 249, complément au fonds de l’ordre des avocats, op. cit., Pièce n° 2, p. 8.

46Lorsqu’ils quittent le barreau pour le front, les six jeunes avocats qui forment notre corpus ont déjà étudié le droit au moins trois années en vue de l’obtention de la licence et, pour la moitié d’entre eux, pour celle du doctorat. Ils sont deux à avoir achevé leur période de stage et accédé au tableau123. Au cours de ces années d’études et d’exercice professionnel, ils ont travaillé entre autres droits, celui des gens, celui des rapports entre les pays, celui de la guerre124. Issus de milieux aisés (ils sont fils de juristes, de négociants, d’armateurs ou de propriétaires), ces hommes sont âgés de 25 à 32 ans, et pour certains mariés et pères de famille125. Leur départ ne se fait pas toujours dans l’euphorie que l’on associe généralement aux temps immédiatement consécutifs à la mobilisation générale. Parti avec le premier contingent, Armand Rousteau est sergent au 93e régiment d’infanterie et participe aux batailles de Maissin, en Belgique, et de la Marne. Il est aussi le premier avocat à mourir au front en portant secours à son commandant mortellement blessé, le 28 septembre 1914126. Son décès frappe de plein fouet les avocats encore à Nantes, si bien que, malgré les circonstances difficiles, le bâtonnier Dortel prononce son éloge devant ses confrères127. Ambroise Robet, quant à lui, rejoint Brest au début de l’année 1915128. Il appartient au 2e régiment d’infanterie coloniale et y instruit les recrues. Il demande lui-même son départ pour le front après avoir appris la mort d’un de ses frères et la gravité des blessures de l’autre. Participant à une attaque violente le 14 juillet 1915, il est touché par un obus et meurt après 10 jours d’agonie129. Charles Herviaud pour sa part est un des plus jeunes du stage. Il n’est inscrit que depuis novembre 1913 lorsqu’il part comme sergent fourrier au 65e régiment de ligne, le premier jour de la mobilisation. Blessé à la tête dès le mois d’août 1914, il revient à Nantes. Trois mois plus tard, il repart pour le front, au grand dam de ses confrères. En juin 1915, il profite d’une nouvelle permission et passe au Palais, arborant sa croix de guerre. Nommé sous-lieutenant puis lieutenant, il rejoint à nouveau les tranchées de Champagne où il est tué en septembre 1915. Émile Brillaud de Laujardière, incorporé au 154e d’infanterie, meurt quant à lui dans l’enfer de Verdun. En première ligne depuis plus d’un mois, il est broyé par un obus le 4 mai 1916. Deux mois plus tard, c’est René Legal, sous-lieutenant de la 24e compagnie du 264e d’infanterie, qui tombe le 19 juillet 1916 à l’îlot d’Estrées, frappé à la tête par une balle de mitrailleuse. N’ayant jamais quitté le front, il avait subi deux hivers dans la tranchée. Enfin, le décès de Georges Perrodeau le 20 août 1917 à Verdun est un ultime coup dur pour le barreau. Le jeune homme, secrétaire du stage depuis son inscription jusqu’au jour de son départ au front, comptait intégrer le tableau. À travers lui, le barreau voit disparaître une des figures importantes que comptait le stage et qui se destinait à une carrière d’avocat.

  • 130 À l’instar de Mes Poirier, Linyer, Marie d’Avigneau, Pohier, de Grandcourt ou Méaulle. Pour certai (...)
  • 131 Me Linyer a perdu son petit-fils, Me Puget son gendre. Mes Reneaume et Maublanc ont enduré l’absen (...)
  • 132 Sont morts au combat : le magistrat Pierre Clous, le commis-greffier Albert Biry, l’huissier de Bo (...)

47De ces avocats morts au front, et malgré le fait que certains n’aient été inscrits au stage que quelques mois, le barreau fait des modèles de dévouement et d’abnégation à montrer en exemple aux jeunes générations d’avocats. Dans la célébration de leurs confrères, les avocats nantais épanchent aussi les douleurs personnelles de ceux qui ont enduré la réalité des combats130, de ceux qui ont perdu ou connu l’absence d’un des leurs131, ou encore des autres membres de la famille judiciaire touchés par la guerre132. Si bien que la nostalgie, la tristesse et la compassion qui sourdent des éloges funèbres sont celles de chaque avocat, bouleversé, amputé ou meurtri. Pour faire ce deuil, au-delà de la souffrance, le barreau veut éprouver de la fierté, celle qui justifie le sacrifice au nom de la liberté et qui participe de la construction de la mémoire collective du barreau ainsi que de la conservation des valeurs traditionnelles qui font la grandeur de l’ordre.

  • 133 ADLA, 1Mi249, complément au fonds de l’ordre des avocats, op. cit., pièce n° 2, p. 24-25.

« Refoulons nos larmes mes chers confrères, faisons taire nos douleurs et ne voyons dans ces morts glorieuses, qu’un exemple, qu’un enseignement, qu’un honneur. […] Ils n’ont pas seulement droit à la plus haute place dans nos souvenirs : ils ont droit à tous nos souvenirs, à tout ce que nous sommes puisque nous ne sommes que par eux. […] 6 morts quelle tristesse, 14 décorations, 28 citations, quel orgueil133. »

  • 134 En comparaison, à Angers, la chute des effectifs est du même ordre. Ils sont 49 en 1914 et 33 en 1 (...)
  • 135 ADLA, Br. in 4°108, recensements et chiffres INSEE, ville de Nantes.
  • 136 À Angers le rapport était de 1 avocat pour 1 728 habitants en 1912, il est de 1 pour 5 687 en 1924 (...)

48À la sortie du conflit, le poids de la guerre se fait durement sentir. Jusqu’en 1922, le barreau est sérieusement affaibli. En huit ans, on constate une perte d’un tiers des effectifs134. Alors que 90 avocats étaient inscrits au barreau en 1914, ils ne sont plus que 60 en 1922. Ce chiffre n’a jamais été aussi bas depuis 1830. Alors qu’en 1912, on compte 1 avocat pour 1900 Nantais, dix ans plus tard le rapport est de 1 avocat pour 3062 habitants135. Néanmoins, d’autres villes de l’Ouest comme Angers et Rennes connaissent une hausse bien plus prononcée de cette évolution136.

  • 137 Ils sont 25 en 1919 et seulement 10 en 1922. Notons qu’ils étaient 32 en 1914.
  • 138 Léon Gaillard explique clairement ne plus pouvoir vivre de la profession. Antoine Catta quant à lu (...)

49À Nantes, l’hémorragie a lieu en deux temps. Le barreau perd presque 1/5 de ses membres entre 1914 et 1916, notamment des avocats inscrits au grand tableau quittant la profession pour s’engager dans d’autres voix plus rémunératrices. Suit une période de stagnation jusqu’à la fin de la guerre avant que le stage, à son tour, ne connaisse une très forte désaffection avec une division par 2,5 du nombre des stagiaires entre 1919 et 1922137. La guerre a nettement freiné les vocations pour une profession dont la précarité semble effrayer les jeunes générations en ces temps de bouleversements. Sur les 32 stagiaires inscrits en 1914, seuls 9 passeront au tableau (soit moins du tiers). Sur ces 9, 4 démissionneront entre 1917 et 1920. Ils ne seront donc que 5 à exercer réellement leur profession par la suite. Pour les 27 autres, la très grande majorité quitte la profession en justifiant ce choix par la recherche d’un métier plus stable et souvent incompatible avec l’exercice de la profession : ils deviennent avoués, entrepreneurs, courtiers d’assurances ou huissiers138.

50Le sacrifice et le désistement des jeunes générations amène à une autre constatation : les avocats de l’après-guerre sont beaucoup plus âgés. Alors que la moyenne d’âge des années 1897 à 1914 s’était maintenue autour de 38 ans, elle atteint 42,7 ans en 1922, c’est dire si le vieillissement de la population des avocats est confirmé. Notons d’ailleurs que les catégories des 20-29 ans ne sont pas les seules à être durement touchées, celles des 30-39 ans le sont aussi. La diminution, le vieillissement et le très faible renouvellement des effectifs fragilisent le barreau et le rendent moins apte à affronter le monde résolument plus moderne issu de la guerre, auquel d’aucuns, nostalgiques du siècle précédent, ne veulent d’ailleurs pas s’adapter. Pourtant, une réaction semble indispensable.

La réaction des avocats nantais durant l’entre-deux-guerres : entre politique et relance du recrutement

  • 139 Ozanam Yves, « L’Ordre des avocats à la Cour de Paris de 1910 à 1930 », op. cit., p. 47.
  • 140 Fillon Catherine, Histoire du barreau de Lyon, op. cit., p. 117.
  • 141 Karipk Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 206.
  • 142 Hamelin Jacques, Damien André, Les règles de la profession d’avocat, Dalloz, Paris, 1989, p. 39 ; (...)

51La Première Guerre mondiale marque la véritable entrée dans le xxe siècle et rompt avec les pratiques du xixe siècle139. « Une certaine idée de l’avocat, intouchée jusqu’en 1914 et dont le xixe siècle avait été porteur, est condamnée, par la force des choses, à disparaître140. » Les perturbations de la guerre, les mutations de la société et des mœurs, l’évolution des règles de la vie économique et la remise en question de la place du droit141, obligent l’avocat à redéfinir son rôle, sa position et les conditions d’exercice de sa profession142. À ce titre, les années vingt et trente représentent un réel défi pour la profession. Dans ces conditions, quelles positions occupent les avocats nantais sur l’échiquier politique local et national ? Qui sont ces avocats et quelles quelle est la nature de leur engagement ? La professionnalisation et la volonté de renouvellement des effectifs ne constituent-elles pas de nouvelles priorités ?

L’engagement public des avocats nantais143

  • 143 ADLA, 1M115 (1908-1924), 1M116 (1919), 1M117-119 (1924), 1M120 (1928), 1M121-122 (1932), 1M638 (19 (...)
  • 144 Kahn Claude, Landais Jean, Les « Années folles », op. cit., p. 20-28.
  • 145 Soil Ferdinand, Le livre doré de l’Hôtel de ville, op. cit., p. 33.
  • 146 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 8.
  • 147 ADLA, 1M152, élections cantonales.
  • 148 ADLA, 1M606, rapport du commissaire de police de Nantes sur la situation politique (1924-1927).

52Aux élections municipales de l’hiver 1919144, le radical Paul Bellamy est réélu comme maire de Nantes après sept ans et sept mois à la tête de la ville145. L’alliance entre les républicains modérés, les radicaux et les socialistes, est toujours avérée146. Me Alexandre Vincent, étiqueté URD, siège au conseil municipal au poste de 6e adjoint et représente l’opposition. Notons toutefois qu’il est le seul membre du barreau à faire partie de la municipalité – ils étaient 6 en 1904. Lors de la reconduction de Bellamy dans ses fonctions en mai 1925, aucun avocat n’est élu. Cette désaffection tient à plusieurs raisons. D’une part, les difficiles années d’après-guerre nécessitent vraisemblablement une plus grande implication professionnelle. D’autre part, il faut noter la progression des radicaux-socialistes et des socialistes. Cette année-là, pour la première fois, trois socialistes entrent au conseil général, dont Blancho, le maire SFIO de Saint-Nazaire147. Ils sont douze socialistes, d’ailleurs, à se présenter sur la liste cartelliste de Bellamy lequel, accusé de mener une liste à majorité « rouge », est désavoué par son électorat. Sa stratégie d’alliance avec les socialistes lui coûte finalement son siège de député en 1928148. Dans les mois suivants, il démissionne de ses fonctions de maire et de conseiller général.

  • 149 ADLA, 1M157.
  • 150 Soil Ferdinand, Le livre doré de l’Hôtel de ville, op. cit., p. 63.
  • 151 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 78-79.
  • 152 Ses parents, Louise et Pierre, sont agriculteurs.

53Aux élections de mai 1929, le radical Léopold Cassegrain est élu face à Me Alexandre Vincent, candidat URD qui pointe le « danger SFIO149 ». L’écart de voix entre les deux hommes est mince et montre la forte emprise que garde la droite sur la gestion municipale au début des années trente150. Ces nouvelles élections marquent en outre le retour de la droite conservatrice du barreau au conseil, puisque sept avocats sont élus sous les étiquettes « conservateur » ou « URD », dont Mes Crimail, Abel Durand et Yves Guinaudeau. En février 1931, la mort d’Emile Morice, conseiller municipal radical, lézarde le cartel des gauches. Alors que les radicaux-socialistes s’attendent, dans leur bastion du quatrième canton, à une opposition socialiste amicale et pour tout dire de principe, leur candidat à l’élection partielle, organisée en mai 1931 pour suppléer au décès d’Émile Morice, est vigoureusement combattu par un ténor du parti socialiste, Alexandre Fourny, secrétaire de la section nantaise de la SFIO151. Ce jeune homme de 33 ans, aux origines modestes152 et pourtant docteur en droit, est également un avocat réputé du barreau de Nantes. Sa victoire, face au candidat radical Charles-Albert Machin, brise l’équilibre de la majorité municipale puisque, pour la première fois, la SFIO domine le conseil (11 sièges contre 9 pour les modérés et les radicaux). La « crise » de 1931 est une étape fondamentale. La rupture de l’alliance que formaient la droite modérée, les radicaux, les radicaux-socialistes et les socialistes, est consommée lorsque les six adjoints SFIO démissionnent. De nouveaux adjoints sont élus parmi lesquels ne figure aucun socialiste. La SFIO et les radicaux-socialistes entrent dans l’opposition alors que les radicaux et les républicains de gauche s’allient à la droite pour former une nouvelle majorité.

  • 153 ADLA, 50J5, registre de délibération du comité de la droite.
  • 154 Mayeur Jean-Marie, La vie politique, op. cit., p. 345-382.
  • 155 Plas Pascal, « Élites et édiles : le poids des réseaux », in Gilles Le Béguec, Denis Peschanski (d (...)

54Aux élections de mai 1935, le maire SFIO Auguste Pageot est élu de quelques voix face au candidat de la droite, l’avocat Abel Durand (URD). Aux socialistes qui obtiennent 17 sièges (Alexandre Fourny est 5e adjoint), se joignent les 3 élus radicaux afin de s’opposer à la droite qui conserve 16 sièges dont 5 sont occupés par des avocats nantais comme Mes Vincent, Durand ou Polo (affilié au Comité de la droite153). Cette municipalité « front populaire » reste en place jusqu’à la démission du maire Pageot en décembre 1940154. Les avocats nantais élus en tant que conseillers municipaux, même s’ils sont peu nombreux dans les années immédiatement consécutives à la Première Guerre mondiale, signent un retour au moment où l’entreprise cartelliste de Bellamy se fissure et permet à la droite conservatrice de renforcer ses positions155. Finalement, Alexandre Fourny est le seul avocat à se placer clairement à gauche.

  • 156 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 11.
  • 157 Bensoussan David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, op. cit., p. 191.
  • 158 ADLA, 138W21, comptes-rendus d’élections de l’ACCF. Préfecture, 1re division, 1er bureau.
  • 159 ADLA, 3M26-32, élections sénatoriales, 1900-1936.
  • 160 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit. p. 108-109.
  • 161 ADLA, 10W18, Comité départemental de Libération, lettre du Préfet de la Loire-Inférieure au chef d (...)
  • 162 Bensoussan David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, op. cit., p. 107, p. 180.
  • 163 ADLA, 138W21, comptes-rendus d’élections de l’ACCF. Préfecture, 1re division, 1er bureau.

55Durant l’entre-deux-guerres, le conseil général reste conservateur dans sa majorité156 et compte toujours plusieurs avocats. Pour l’ensemble des départements bretons, David Bensoussan estime qu’en 1919, les avocats représentent 8,5 % de l’ensemble des conseillers généraux des droites catholiques157. Pour la Loire-Inférieure, le nombre des avocats conseillers généraux, même s’il est très nettement inférieur à celui de la fin du xixe siècle augmente légèrement sur la période : 3 avocats conseillers généraux en 1925, 4 en 1931 et 5 en 1937. Parmi eux, seul Alexandre Fourny est socialiste. Les autres avocats appartiennent à la droite conservatrice (Dortel, Roumain de la Touche, Chevalier de la Barthe), à l’URD (Linyer, Vincent)158ou aux républicains de gauche (Ricordeau). Si l’on remarque en outre que Louis Linyer est sénateur depuis 1927159, il nous faut préciser qu’il doit son investiture au Comité de la droite qui n’hésite pas à accroître son emprise en instrumentalisant des notables URD160. En 1939, son poste de vice-président au conseil général, largement acquis grâce aux conservateurs du Comité de la droite, l’atteste161. Les mairies des communes du département, à la tête desquelles certains avocats nantais sont toujours présents, demeurent elles-mêmes majoritairement conservatrices162 : 5 avocats en 1925, 4 en 1931 et toujours 4 en 1938. Ce sont Mes Ricordeau (républicain modéré), Linyer (URD), Sporck, Lefeuvre et Rado de Saint-Guédas (conservateurs)163.

  • 164 Ouest-France, édition du 27 janvier 1934.
  • 165 ADLA, 83J95, questions relatives à l’exercice de la profession, extrait du règlement intérieur du (...)

56En conséquence, on remarque que si le nombre d’avocats nantais qui occupent des mandats diminue au cours des années vingt, s’inscrivant ainsi dans le mouvement imprimé depuis la première décennie du xxe siècle, il connaît néanmoins une recrudescence à partir du début des années trente. En 1933, lorsque le barreau de Paris délibère sur l’incompatibilité entre le mandat politique et l’exercice de la profession d’avocat, la presse locale s’interroge sur l’attitude que va observer le barreau de Nantes, estimant qu’une décision d’incompatibilité entraînerait « une énorme perturbation164 ». De l’avis de Me Pichelin, bâtonnier en exercice, la décision du barreau de Paris est due à l’inscription de nombreux parlementaires au tableau parisien ; en ce sens, elle ne concerne pas la situation nantaise. Le conseil de l’ordre maintient donc le statu quo et se contente de rectifier les articles du règlement intérieur de mars 1934, précisant ainsi que le mandat politique ne peut pas permettre à l’avocat une quelconque recherche de clientèle, ni lui servir à s’octroyer une plus grande légitimité vis-à-vis de ses confrères qui ne sont pas élus165. Toutefois, ces avocats élus se situent pour la plupart dans la minorité que constitue désormais la droite conservatrice sur le plan de la politique municipale. Qu’en est-il alors de leur investissement dans les sociétés, œuvres, écoles et associations ?

  • 166 ADLA, 144J8, fonds Martineau-Baranger, correspondance relative à l’école de droit.

57Sur le terrain associatif, la comparaison avec la période d’avant-guerre est plus difficile à effectuer que sur le plan politique. En effet, de nombreuses associations ne sont plus mentionnées dans les annuaires généraux qui ont été dépouillés. D’autres sont encore recensées mais ne bénéficient pas d’une présentation détaillée comme cela était le cas auparavant, ce qui ne nous permet plus de connaître avec autant d’exactitude la composition des bureaux et des comités. Toutefois, le domaine des œuvres de charité reste bien renseigné et celui de l’enseignement, même s’il est incomplet, permet de glaner de nombreuses informations. Au niveau des œuvres, aucun désengagement des avocats n’est à noter en apparence. Me Ricordeau, toujours vice-président des Hospices civils en 1925 et 1931, est remplacé par Me Cholet. Mes Sporck et Abel Durand siègent pour leur part au conseil d’administration. Alexis Ricordeau préside le conseil de l’Hôpital marin de Pen Bron en bonne intelligence avec Me Cholet, son successeur. En 1931 et 1938, Mes Alexandre Vincent, Abel Durand et Maurice Ricordeau comptent également parmi ses membres. En 1918, le même Ricordeau fonde à Varades le préventorium qui porte son nom. Par ailleurs, Louis Lefeuvre occupe la vice-présidence de la caisse d’épargne et de prévoyance, épaulé par Me Dortel en 1925 et par Me Soullard en 1938. Enfin, dans les années trente, les avocats et leurs épouses sont toujours autant investis dans les actions de l’Union des Femmes de France puisque Mme Gautté occupe la vice-présidence, Lucien Caillard le secrétariat et Mes Lerat, Maublanc, Martineau, Soullard et Vincent en sont membres. Notons que la grande majorité de ces avocats occupent ou ont occupé un mandat électoral sous l’étiquette conservatrice ou URD. Au niveau de l’enseignement, même si le détail du personnel enseignant n’est plus fourni pour de nombreuses écoles, force est de constater que les avocats restent présents dans les bureaux d’administration du Lycée de Nantes et du Lycée national de jeunes filles, et qu’ils occupent encore des charges d’enseignement à l’École supérieure de commerce et d’industrie. Surtout, ils assurent presque la totalité des cours dispensés dans le cadre de l’École libre de droit et de l’École de notariat166.

  • 167 ADLA, 1M202-220, bulletins mensuels de l’ACCF, 1926-1939. Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un (...)

58Par ailleurs, nous nous sommes demandés si, en marge de leurs mandats électoraux ou de leurs engagements dans les œuvres, les écoles et les sociétés savantes, les avocats nantais investissent des groupements ou des ligues qui, n’étant pas forcément des partis politiques à proprement parler, peuvent néanmoins correspondre à un positionnement politique et/ou confessionnel. Devant le peu d’études menées sur ce sujet pour le département de la Loire-Inférieure, et ne pouvant, dans le cadre de ce travail, entreprendre une recherche exhaustive, nous avons circonscrit notre enquête. Le barreau nantais étant majoritairement composé d’avocats élus conservateurs ou de la droite catholique, nous avons prioritairement suivi cette piste en nous intéressant à une ligue qui voit le jour en 1924 : l’Association catholique des chefs de famille (ACCF167).

  • 168 Durant l’entre-deux-guerres, plusieurs avocats nantais entretiennent des liens étroits avec la sec (...)
  • 169 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 111.
  • 170 Ibid., p. 105.

59Le 1er mars 1925, la manifestation organisée à Nantes par l’ACCF pour défendre leurs droits menacés par l’anticléricalisme du Cartel des gauches, rassemble 80 000 personnes. La ligue, créée un an auparavant, si elle est qualifiée d’extrême droite par la préfecture, rassemble à la fois des monarchistes convaincus ayant tissé des liens solides avec l’Action française168 et des catholiques non monarchistes. La religion transcende les clivages politiques parce que la politique est comprise d’une part, comme un ferment de division, et qu’elle est soumise de l’autre, au religieux. Le souci premier des membres de l’ACCF est de capter le progrès, de le contrôler, puis de le restituer afin qu’il ne porte pas atteinte à l’ordre social établi, calqué sur le modèle de la famille. Dès lors, le rapport au passé est omniprésent, le culte des ancêtres, de la terre et des valeurs communes fonde l’identité collective des ruraux169. Forte d’une rhétorique manichéenne qui diabolise les rouges et autres modérés pour les opposer à la valeureuse droite, dévote et libérale, l’ACCF est particulièrement puissante dans le département. Rouage de la Fédération nationale catholique (FNC), un comité central présidé par Louis de Clerville dirige les 126 sections paroissiales qui rassemblent 20 000 membres pour la seule Loire-Inférieure. L’association est soutenue par l’évêché et trouve dans les fortunes de ses membres les plus riches, comme Hubert de Montaigu, les moyens de son action qui passe avant tout par les articles diffusés dans la presse locale170 ou dans le bulletin mensuel de l’ACCF, ainsi que par l’organisation de conférences. Au cours de la seule année 1925, pas moins de 199 conférences se tiennent dans le département, qui mettent en garde contre les innovations, brocardent les communistes et les francs-maçons, et trouvent dans le passé et la tradition les modèles à suivre.

  • 171 ADLA, 50J18, Fonds du comité de la droite de Loire-Inférieure.

60En 1925, le vice-président de la section de l’ACCF à Chéméré est l’avocat Louis Lefeuvre, maire conservateur de la commune. À Saint-Étienne-de-Montluc, le président est le maire et avocat Henri Rado de Saint-Guédas. À la conférence organisée en mai 1925, 26 conférenciers se succèdent à la tribune. Parmi eux, 4 avocats : Mes Eon-Duval (président des Jeunesses catholiques diocésaines), Baranger, Chéguillaume (membre de la ligue d’Action française) et Gautier. Sur la liste des invités, une place particulière est réservée à Me Abel Durand, un des chefs de file de la liste d’opposition URD à la mairie. En 1926, lors des élections organisées pour remplacer le 1/3 sortant du comité central, deux avocats sont élus (sur 17 nouveaux membres) : Mes Crimail et Pichelin. Le comité central comprend trois sections : « famille, école et moralité ». Le président de la section « école » est l’avocat Du Bouays de Couesbouc, admis au comité départemental de l’ACCF depuis le 14 mars 1925171. Dans les années trente, c’est un autre avocat, Me Kieffer, qui prend la tête du comité départemental de l’ACCF, tandis que de nombreux membres du barreau – une dizaine au moins – continuent de compter parmi les responsables. Au sein de l’ACCF, particulièrement puissante dans le département de la Loire-Inférieure, véhiculant un respect des traditions teinté de catholicisme, de conservatisme et de monarchisme, on retrouve environ 1/5 des avocats nantais au milieu des années vingt, au moment où seulement 10 % d’entre eux occupent un mandat politique.

  • 172 Librec Henri, La Franc-Maçonnerie dans la Loire-Inférieure (1744-1948). Les loges de Nantes, Le cr (...)
  • 173 Ibid., p. 148.
  • 174 Kerjan Daniel, Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France, 1748-1998 : 250 ans dans la v (...)
  • 175 Mes Feidel, Brée de la Touche, de Lempérière du Dézert, Nègre, Saillon de la Moquelière, Clavel, B (...)
  • 176 Naquet Emmanuel, « La Ligue des Droits de l’Homme : une politique du droit et de la justice dans l (...)
  • 177 Entretien avec Maurice Mougin, n° 1, 3 juillet 2001.
  • 178 Alors qu’en 1932, près de 90 % de ses comités sont implantés à Nantes et Saint-Nazaire, en 1939, 3 (...)
  • 179 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 90-94.
  • 180 ADLA, 1260W129, rapports des renseignements généraux, 1973-1984.

61Bien que peu d’avocats se situent au centre gauche ou à gauche, nous avons effectué quelques sondages pour tenter de mesurer l’appartenance éventuelle des membres du barreau à la franc-maçonnerie qui, à l’époque, rassemble majoritairement des radicaux et des socialistes. Avant tout, précisons que l’accès aux sources reste difficile. Non pas que les loges refusent d’ouvrir leurs archives – elles le font de plus en plus souvent –, mais la consultation des dossiers ne peut se faire qu’après avoir fourni les noms recherchés, ce qui, pour les avocats, est quasiment impossible puisque leur appartenance à la franc-maçonnerie est particulièrement secrète et que les rares documents que nous possédons sont faits de sous-entendus. Toutefois, nous n’avons pas retrouvé les dossiers des avocats pour lesquels nous nourrissions quelques interrogations. Nous avons par ailleurs lu avec attention une recherche d’Henri Librec datant de la fin des années quarante, qui porte sur les loges nantaises de 1744 à 1948 et est censée fournir, au moyen de listes, les noms des francs-maçons172. Pour le xxe siècle, l’auteur ne mentionne qu’un seul nom d’avocat nantais (Me Paul Tabart) et ne fait en outre aucune référence au barreau en général. D’ailleurs, les statistiques qu’il établit, même si elles restent peu détaillées, montrent la faible présence des professions libérales en général au sein des loges maçonniques nantaises. 14 % de francs-maçons sont issus des professions libérales en 1900, 21 % en 1930 et 16 % en 1948173. Supposant que les relevés de noms fournis par l’auteur pouvaient être lacunaires pour le xxe siècle, nous avons recherché la présence d’avocats nantais dans les listes établies pour le siècle précédent et dans des ouvrages qui concernent des villes voisines174. Pour le xixe siècle, sur le millier de noms environ livrés par Henri Librec, nous n’avons relevé que quatorze noms d’avocats175, éparpillés au milieu des négociants, des capitaines de navires et des militaires. Ces remarques demeurent des hypothèses, laissant le soin à des recherches ultérieures d’apporter des précisions. Il faudrait en effet effectuer une enquête plus détaillée sur la franc-maçonnerie nantaise afin de reconstituer les loges et leurs alliances. Également, une prospection en direction des archives de la Ligue des droits de l’homme pourrait être menée afin de reconstituer le parcours de certains avocats qui, sans être élus, peuvent graviter dans des milieux centristes, socialistes voire communistes et mener un engagement particulier176. Ces avocats paraissent d’autant plus difficiles à localiser que le barreau de l’entre-deux-guerres est clairement positionné à droite. Maurice Mougin, admis au stage au début des années trente, rappelle que « le barreau a toujours été très à droite. […] Les gens de gauche étaient une minorité agissante mais qui n’avait pas, à mon époque, au moins durant mes dix premières années de barreau, droit à la parole177 ». Notons par exemple que dans l’entourage d’André Morice, chef d’un radicalisme nantais de l’entre-deuxguerres qu’il veut rajeuni et conquérant, gravitent certains avocats. Dès les années trente, Morice prend conscience de l’enjeu que représentent les campagnes et met à profit son passé militant pour convertir au radicalisme nombre de comités républicains. Fin 1936, les radicaux prétendent que leurs effectifs ont triplé en moins d’un an : la Fédération radicale-socialiste s’accroît en se ruralisant178. Une propagande s’organise en campagne où les comités locaux reçoivent des conférenciers. Parmi eux, deux avocats du barreau nantais qui ne remplissent pourtant aucun mandat électoral, Fernand Ridel et Yves Divanac’h179. Se joint fréquemment à eux l’épouse de ce dernier, Yvonne, elle-même avocate au barreau nantais depuis 1920. Quant à Fernand Ridel, il occupe depuis 1922 la présidence de l’UCT (Union des camarades de tranchées) et celle de la Fédération départementale des anciens combattants républicains (tendance à gauche). Il officie également comme président de l’Œuvre anti-tuberculeuse, comme membre du Comité départemental des mutilés de la Loire-Inférieure et comme président de l’Humanité (Société de secours mutuels)180.

  • 181 Le Beguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 141-162.
  • 182 Becker Jean-Jacques, « 1918 : la blessure de la grande guerre », op. cit, p. 25-27.

62Si l’appétence politique des avocats semble se maintenir au cours de l’entredeux-guerres, nous avons montré que l’engagement se fait toujours majoritairement dans le camp d’une droite conservatrice et catholique, alors que sur l’échiquier national et local les positions occupées par la gauche (radicale-socialiste et socialiste) se renforcent181. En parallèle, la nécessité du renouvellement des effectifs et de l’adaptation du barreau aux évolutions économiques et sociales consécutives de la Première Guerre mondiale182, ne conduit-elle pas les avocats, en particulier les jeunes générations, à reconsidérer leurs priorités ?

La priorité du recrutement

  • 183 Me Ricordeau à Saffré, Me Linyer au Loroux-Bottereau, Me Sporck à Château-Thébaud et Me Lefeuvre à (...)

63En analysant plus en profondeur la réalité de l’investissement public des avocats, nous trouvons les limites de son apparent maintien. En effet, les avocats qui occupent des mandats politiques ou associatifs sont, pour la très grande majorité, ceux qui assumaient déjà ces fonctions avant la guerre. Ils renouvellent pour nombre d’entre eux des mandats ou des engagements déjà assumés au début du siècle. En 1925, sur les cinq avocats maires de communes de Loire-Inférieure, quatre l’étaient déjà en 1914183. Seul Me Henri Rado de Saint-Guédas est nouvellement élu à la mairie de Saint-Étienne-de-Montluc. Notons tout de même qu’il est presque âgé de 70 ans. Ces quatre avocats occuperont toujours leurs fonctions en 1931 et 1938. Aucun autre avocat ne prendra la tête d’une municipalité durant l’entre-deux-guerres. Pour ce qui est des conseillers généraux, en 1925, sur les quatre conseillers généraux, deux assumaient déjà ce mandat en 1914 : Mes Dortel et Linyer. Me Henri Roumain de la Touche quant à lui, est âgé de 50 ans et sera radié du barreau pour motif disciplinaire en 1937. Certes nous avons noté un retour des avocats au conseil général et à la mairie de Nantes en 1931 et 1938. Toutefois, précisons que Mes Fourny et Vincent sont à la fois conseillers généraux et municipaux. Me Linyer est vice-président du conseil général et maire du Loroux-Bottereau. Sur le terrain des œuvres de charité, la constatation est identique. Me Alexis Ricordeau, toujours très présent dans la gestion des hospices civils et des sanatoriums, occupe ces postes depuis la fin du xixe siècle. Me Lefeuvre ou Me Caillard renouvellent également un engagement déjà établi de longue date. Même si l’on remarque l’engagement de Me Vincent, il faut noter comme nous venons de le préciser qu’il occupe déjà un poste à la mairie et au conseil général.

  • 184 Le Beguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 160.

64Par conséquent, il est nécessaire de relativiser l’apparent maintien des positions politiques et associatives occupées par les avocats durant l’entre-deux-guerres car la réalité de ces engagements montre que le renouvellement n’est assuré que par un nombre restreint d’avocats. Ainsi, peu de jeunes avocats assument des mandats électoraux ou s’investissent dans les diverses œuvres, associations ou ligues. Il semble que l’effondrement des effectifs du barreau à la sortie de la guerre de 14 et que la professionnalisation en germe engendrent une reconsidération des priorités. De plus, notons que le développement des partis politiques, principalement ceux de gauche, sous-tend celui d’un militantisme plus affirmé et voit la montée des ouvriers et des employés, la poussée des enseignants, la percée des petits et moyens exploitants agricoles184. Il n’est plus question d’un investissement dans les quelques semaines précédant les élections mais d’une action de plus longue haleine. Ainsi, on a vu comment André Morice a multiplié les déplacements et les conférences dans les campagnes nantaises. On se demande alors si les avocats qui démarrent leur profession au cours de l’entre-deux-guerres peuvent dégager ce temps en marge de leur activité professionnelle ?

  • 185 Catinat Anne-Laure,« La féminisation du barreau de Paris de 1900 à 1939 », in Christine Bard, Fréd (...)
  • 186 La première avocate est inscrite à Turin en 1883. W. Tousjin, Le libere professioni in Italia, Éd. (...)
  • 187 Les solicitors qui ont refusé des candidates à la fin du xixe siècle admettent la première femme e (...)
  • 188 À Paris, il n’y a que deux femmes inscrites en 1910. Ozanam Yves, « L’Ordre des avocats à la Cour (...)
  • 189 ADLA, 83J104, registre de la Conférence du stage, conférence n° 30.
  • 190 Ibid., discours de Me Dortel, « Je n’oublie pas en effet, et nos annales n’oublieront pas que c’es (...)

65Les délibérations du conseil de l’ordre pour les années d’entre-deux-guerres témoignent de l’intérêt porté par les avocats, non pas à la question de la visibilité du barreau, mais à celle bien plus cruciale de son renouvellement. La profession, qui voit ses effectifs durement touchés par la guerre, souhaite en effet palier les pertes subies et favoriser le recrutement de jeunes générations en pratiquant une politique d’ouverture aux stagiaires, mais aussi aux femmes. En 1918, le barreau de Nantes reçoit une première femme. Cette intégration, qui intervient certes dix-huit ans après que la demande de Jeanne Chauvin ait soulevé une forte opposition au sein du conseil de l’Ordre parisien185 et plus de trente ans après que l’Italie ait accepté les premières femmes avocates186, ne semble pourtant pas tardive au regard de la situation anglaise187 et de ce que pratiquent certains autres barreaux français188. Toujours est-il que Me Philomène Barel est accueillie avec enthousiasme189. Le barreau tout entier, et le bâtonnier Dortel en particulier, tirent de cette nouvelle inscription une fierté non dissimulée190, synonyme de leur faculté d’ouverture et d’adaptation. Le nombre de femmes inscrites à Nantes connaît d’ailleurs entre les années vingt et trente une hausse sensible et continue. En 1938, quinze femmes sont inscrites au barreau sur un nombre total de 87 avocats soit près de 1/5 de l’effectif.

  • 191 On compte 10 inscrits au stage en 1922 et 20 en 1925.

66De la situation dramatique de leurs effectifs en 1922, les avocats nantais se relèvent progressivement. Au cours des seize années suivantes – jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale donc –, les rangs du stage et du tableau se renflouent. Malgré la chute des effectifs et le vieillissement des avocats provoqués par la guerre, le barreau se veut ouvert et favorable au renouvellement de ses membres. Les registres des délibérations du conseil de l’ordre mentionnent bien plus fréquemment des demandes d’admission au barreau. Les rapporteurs présentent parfois leurs comptes-rendus au cours des séances et amènent à des échanges de vues notamment au sujet de l’intégration de candidats qui avaient commencé un stage dans un autre barreau. Il faut dire que la relance du recrutement est avant tout locale et qu’elle se manifeste dès 1922. À partir de cette date, le nombre des stagiaires connaît une hausse remarquable puisqu’il va doubler en trois ans191. Précisons alors que les stagiaires qui s’inscrivent au cours de ces années ne démissionnent pas systématiquement à l’issue de leur stage mais grossissent peu à peu les rangs du tableau dont les effectifs connaissent également une hausse progressive puisqu’en 1938 le niveau de 1914 sera tout juste retrouvé : 87 avocats sont inscrits en 1938 pour 90 en 1914. La relance du recrutement permet également un rajeunissement du barreau. En 1938, la moyenne d’âge des avocats revient au niveau atteint avant la Première Guerre mondiale : autour de 38 ans. Si un avocat sur six a moins de 30 ans en 1922, près de la moitié du barreau appartient à cette catégorie en 1938.

  • 192 Allano Marie-Françoise, Démographie et emploi dans l’agglomération nantaise 1946-1975, maîtrise hi (...)
  • 193 « Lorsque je suis arrivée à Nantes, c’était un barreau très bourgeois nantais. Il y avait des dyna (...)

67Bien que durant l’entre-deux-guerres la population nantaise a elle-même augmenté (183700 habitants au recensement de 1921, 195200 à celui de 1936192), l’important renouvellement des effectifs permet une réduction du rapport nombre d’avocats/nombre d’habitants. Alors qu’il était de 1 pour 3062 au début des années vingt, il est de 1 pour 2350 en 1936. Les avocats nantais trouvent les ressources nécessaires – et nous montrerons dans des développements ultérieurs leur investissement dans les syndicats professionnels – pour remettre en cause certaines de leurs pratiques ou du moins les questionner, permettant ainsi à la profession de se montrer à nouveau attractive. Les années trente voient l’arrivée d’un « sang neuf193 ». On se demande alors dans quelle mesure le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, l’installation du régime de Vichy et l’occupation de la ville de Nantes par les Allemands sont suivis d’un indéniable déclin du barreau.

Notes

1 Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 176.

2 Karpik Lucien, « Le politique comme mode de construction de la profession d’avocat (1814-1870) », communication au XVIe colloque de l’IAHCCJ, Paris, décembre 1987.

3 Le Marec Yanick, Le temps des capacités. Les diplômés nantais à la conquête du pouvoir dans la ville, Paris, Belin, 2000, p. 42-45. Pour le xviiie siècle, Hervé Leuwers fournit quelques indications sur l’évolution des effectifs : 30 avocats vers 1738, 52 en 1756, 45 en 1770, 30 en 1785. Leuwers Hervé, L’invention du barreau français : la construction nationale d’un groupe professionnel, 1660-1830, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2006, p. 45.

4 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 164-173.

5 Leroux Émilienne, Histoire d’une ville et de ses habitants, t. I, op. cit., p. 168.

6 Le Marec Yanick, « L’entrée en politique d’Adolphe Billault, 1805-1863 », Politix, 1996, n° 35, p. 7-22.

7 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 170.

8 Il est sous-secrétaire d’État dans le cabinet Thiers (1840) et après la démission de ce dernier, ne cesse de prendre position contre la politique de Guizot. Député à l’Assemblé constituante, après la révolution de 1848, puis membre du Corps législatif après le coup d’État du 2 décembre 1851, il abandonne le Corps législatif pour le ministère de l’Intérieur après le renvoi de Persigny.

9 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 260 ; Launay Marcel et alii, La noblesse nantaise au xixe siècle, Nantes, Ouest Éditions, 2001, p. 87.

10 ADLA, 19U590, fonds du parquet.

11 Sur Evariste Colombel, se référer à Yanick Le Marec, Le temps des capacités, op. cit., p. 261.

12 Joana Jean, « Entre la barre et la tribune. Les secrétaires de la Conférence du stage du Barreau de Paris face à l’activité parlementaire au xixe siècle », Revue française de science politique, 1998, vol. 48, n° 3-4, p. 480-506.

13 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 168-169 ; Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., voir « La plaidoirie politique », p. 180-188, et « Un forum politique : le tribunal », p. 188-194 ; Le Béguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 51 et suiv. ; Plas Pascal, Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges, op. cit., p. 1126 et suiv.

14 « De nombreux avocats qui se sont investis dans l’action politique sont devenus bâtonniers du barreau nantais après leur consécration politique (Gédouin, Baron, Laënnec aîné, de la Giraudais, Clolombel). » Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 171.

15 Même si une ordonnance du 27 août 1830 autorise les avocats à élire directement leurs représentants (conseil de l’ordre et bâtonnier), cette prérogative retrouvée reste fragile et menacée, notamment par certains projets du Second Empire. Il faut attendre le 10 mars 1870, sous le ministère d’Émile Ollivier, pour que les restrictions disparaissent. Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 178-179.

16 Mayeur Jean-Marie, Les débuts de la IIIe République (1871-1898), Paris, Seuil, 1973, voir « La fin des notables, 1871-1879 », p. 9-54.

17 Le régime installé en 1875-1876 fait « fructifier un héritage ». Le Béguec Gilles, La République des avocats, op. cit. ; De 1877 à 1899, 36 % des ministres sont des avocats. Charle Christophe, Les élites de la République, Paris, Fayard, 1987, p. 408.

18 Conseillers généraux, conseillers municipaux de la ville de Nantes, maires de communes du département.

19 ADLA, Étrennes nantaises, pour les années 1860 (Per. 53 8), 1870 (Per. 53 10), 1880 (Per. 53 11) et 1890 (Per. 53 13).

20 Le Béguec Gilles,« Les élites économiques et la naissance des formations politiques organisées :l’exemple des républicains modérés (1888-1903) », in Sylvie Guillaume (dir.), Les élites locales fins de siècles, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions de la MSH, 1992, p. 141-156.

21 Eduel Paul, Figures nantaises, Rennes, Imprimerie de l’Ouest Éclair, 1909, p. 175-169.

22 Mayeur Jean-Marie, La vie politique sous la Troisième République (1870-1940), Paris, Seuil, 1984, p. 154, 178 et 180.

23 Leroux Émilienne, Histoire d’une ville et de ses habitants, t. I, op. cit., p. 227.

24 Bois Paul, Histoire de Nantes, op. cit., p. 311-312.

25 ADLA, 83J106, sorties du tableau.

26 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 2, 7 et 41.

27 Pascal Plas remarque une stabilisation identique dans son étude des effectifs des barreaux du Limousin. Plas Pascal, Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges, op. cit., p. 413.

28 Bois Paul (dir.), Histoire de Nantes, op. cit., p. 412 et suiv.

29 Gazzaniga Jean-Louis, « Les avocats qui ont refusé la République, 1814-1873 », in Jacques Lorgnier, Renée Martinage, Jean-Pierre Royer, Justices et République(s), Lille, Ester Éditions, 1993, p. 29-42.

30 AMN, I1, Police locale, carton 46, dossier n° 44.

31 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 62.

32 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 70.

33 Le Béguec Gilles, « Les avocats et la naissance des partis politiques organisés (1888-1903) », op. cit., p. 171-188.

34 ADLA, 50J, Fonds du comité de la droite de la Loire-Inférieure.

35 Ils acceptent néanmoins de représenter la maison d’Orléans en l’absence d’héritier Vallois. Voir Rémond (René), Les droites en France, Aubier, 1995, p. 73-98, p. 441-444.

36 Ibid., p. 169-180, p. 453-455.

37 ADLA, 1M471, police générale, mouvements et partis politiques : camelots du Roi, Action française. Rapport du commissaire central de Nantes au préfet de Loire-Inférieure, 3 mars 1909.

38 Ibid.

39 Yanick Le Marec le remarque déjà pour la première moitié du xixe siècle. Voir Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 172.

40 ADLA, 83J3, registre de délibérations du conseil de l’ordre (1927-1936).

41 ADLA, 1M7072, procès verbaux et renseignements, 1924-1940.

42 ADLA, 1M136, élections cantonales, 1898 ; 1M143, élections cantonales, 1912.

43 Guiffan Jean,« Hélitas :un préfet républicain dans un département monarchiste (1898-1904) »,in Bulletin de la société Archéologique et Historique de Nantes, t. CXXXV, 2000, p. 118-141.

44 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 5.

45 Bois Paul (dir.), Histoire de Nantes, op. cit., p. 313. Sur le caractère « localiste » du parlement, voir Birnbaum Pierre, Les sommets de l’État, Paris, Seuil, 1977, p. 40.

46 Observations similaires pour d’autres régions (le Limousin, le Lyonnais). Plas Pascal, Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges, op. cit., p. 1170 ; Fillon Catherine, « Les avocats lyonnais et la République (1870-1914) : la tentation du pouvoir et du contre-pouvoir », in Bruno Dumons, Gilles Pollet (dir.), Élites et pouvoirs locaux. La France du Sud-Est sous la IIIe République, Lyon, Presses univ. de Lyon, 1999, p. 47.

47 Duhart Jean-Michel, La France dans la tourmente des inventaires. La séparation des Églises et de l’État, Éd. Alan Sutton, Joué-les-Tours, 2001.

48 Cresson Ernest-Guillaume, Usages et règles de la profession d’avocat, jurisprudence, ordonnances, décrets et loi, Paris, L. Larose et Forcel, 1888, t. I, p. 211.

49 Launay Marcel, « Le protestantisme nantais », Enquêtes et documents, n° 10, 1985, p. 35-68.

50 Bonet Magali, La question des congrégations religieuses à la fin du discordat. L’épiscopat de monseigneur Rouard, évêque de Nantes, DEA droit, Rennes I, 2002, dactyl.

51 Bernard Yveline, L’Épiscopat de monseigneur Rouard, évêque de Nantes de 1896 à 1914, maîtrise histoire, Nantes, 1989, p. 89.

52 Bodineau Jacques, La Loire-Inférieure et l’affaire Dreyfus, DES Histoire, Nantes, 1962, p. 64.

53 Plas Pascal, Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges, op. cit., p. 1168-1172 ; Charle Christophe, « Le déclin de la République des avocats », in Birnbaum Pierre (dir.), La France de l’affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, 1994, p. 56-86.

54 Médiathèque de Nantes, 80119.

55 Sibille, bien qu’il se présente sous l’étiquette républicain de gauche, n’en est pas moins proche de la droite. Il apparaît comme un « fervent partisan de la politique opportuniste ». Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Armand Colin, 1913, p. 87.

56 Bensoussan David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, op. cit., p. 53 ; Sorrel Charles, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1904), Paris, Cerf, 2003, 265 p.

57 Voir Bernaudeau Vincent, La Justice en question. Histoire de la magistrature angevine au xixe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 222 et suiv.

58 Successivement, les Franciscains, les Capucins et les Prémontrés doivent quitter leurs résidences.

59 Launay Marcel, « Les Nantais et Dieu, de l’affaire Dreyfus aux inventaires », in Alain Croix (dir.), Nantes dans l’histoire de la France, Nantes, Ouest Éditions, p. 168-169 ; « 1905. Séparation des Églises et de l’État. Le pays de Retz en conflit », Bulletin de la société des historiens du pays de Retz, 2005, n° 24.

60 Pellerin Lyonel, La séparation de l’Église et de l’État et l’opinion publique en Loire-Inférieure : août 1904-mai 1906, maîtrise histoire, Nantes, 1973, 2 vol., 86 f., 29 f.

61 ADLA, 1M113-1M115, élections législatives, candidatures, instructions, circulaires, correspondance.

62 Fonds Puget, ADLA, 1Mi139.

63 Le Petit Breton, Journal du peuple, édition du 6 novembre 1880, p. 1.

64 Bulletin de la jeunesse royaliste de Nantes et de la Loire-Inférieure intitulé « Notre Procès », mars 1900, p. 18-19.

65 Pour l’Anjou, Bernaudeau Vincent, La Justice en question. Histoire de la magistrature…, op. cit., p. 222-225.

66 Fonds Puget, ADLA, 1Mi139.

67 « Entre 1875 et 1920 un député sur quatre est avocat et la proportion est encore plus élevée pour les présidents du Conseil, ministres et sous-secrétaires d’État », Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 199.

68 Le Béguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 1.

69 Me Marie-Maurice Sibille est simultanément conseiller général et député.

70 ADLA, 1M113 (1914), 1M115 (1908-1924), élections législatives ; ADLA, 3M26-32 ; élections sénatoriales (1900-1936).

71 ADLA, 1M136-143, élections cantonales, 1898-1912.

72 Il faut de plus noter que la récession ne date pas de 1914 mais qu’elle est patente dès 1905 (4 avocats).

73 Il a 37 ans en 1897. Il vient d’un milieu aisé. Son père est négociant et ses grands-parents propriétaires.

74 ADLA, 83J26, obsèques (1868-1976), dossier n° 3.

75 Le Phare de la Loire, nécrologie, éd. du 27 mars 1917.

76 ADLA, 83J106, sortie du tableau : lettres de démission, radiations.

77 Son père Stanislas Gahier était lui-même avocat à Nantes.

78 AMN, I1, Police locale, carton n° 46 dossier n° 44.

79 Il démissionne s’opposant à une décision de l’administration municipale concernant les cantines scolaires.

80 Soil Ferdinand, Le livre doré de l’Hôtel de ville, op. cit., p. 21-23.

81 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest, op. cit., p. 85.

82 Le Marec Yanick, Le temps des capacités, op. cit., p. 124.

83 Le Béguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 74 et suiv.

84 ADLA, Annuaire général de la Loire-Inférieure, années 1897 (Per. 60 3), 1905, (Per. 60 6) et 1914 (Per. 60 13).

85 ADLA, Étrennes nantaises, années 1897 (Per. 53 14), 1905 (Per. 53 15) et 1914 (Per. 53 15).

86 Bourdelais Patrice, « Les logiques du développement de l’hygiène publique », in Patrice Bourdelais (dir.), Les Hygiénistes, enjeux, modèles et pratiques, Paris, Belin, 2001, p. 13-14 ; Mucchielli Laurent, « Criminologie, hygiénisme et eugénisme en France (1870-1914) : débats médicaux sur l’élimination des criminels réputés « incorrigibles » », Revue d’histoire des sciences humaines, 2000, n° 3, p. 57-89.

87 AMN, hygiène publique, I5, carton n° 1, dossier n° 3, insalubrité de la ville.

88 AMN, hygiène publique, I5, carton n° 9, dossier n° 2, établissements insalubres ; Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 45.

89 AMN, hygiène publique, I5, carton n° 1, dossier n° 7, assainissement de la ville (1880-1919).

90 Renneville Marc, « Politiques de l’hygiène à l’AFAS (1872-1914) », in Patrice Bourdelais (dir.), Les Hygiénistes, enjeux, modèles et pratiques, op. cit., p. 77-96.

91 Courmont Jules, « L’enseignement de l’hygiène », AFAS, 27e session, congrès de Nantes, 1898.

92 Il est proche des leaders radicaux comme Guist’hau, se lie d’amitié avec Aristide Briand et collabore avec Camille Blaisot, ministre de la Santé publique. ADLA, 83J3, registre de délibérations du conseil de l’ordre, p. 127.

93 ADLA, 83J3, registre de délibérations du conseil de l’ordre (1926-1936), séance du 31 juillet 1931, p. 127 ; Hôpital Marin de Pen-Bron, notices, renseignements, Nantes, Imp. Guisth’au, 1902, 50 p. – plans et photos – (ADLA Br. in 8° 1725).

94 Le Gouareguer Bernard, Les hospices civils de Nantes du ixe au xixe siècle, thèse médecine, Nantes, 1974, dactyl.

95 ADLA, 83J3, registre de délibérations, p. 127.

96 ADLA, 1M1370, santé et hygiène publique.

97 ADLA, 83J3, op. cit., p. 127.

98 Sur l’Ecole de droit, se référer au développement qui lui est consacré en partie 3.

99 ADLA, 1Mi249, fonds Gautier, brochure sur Louis Linyer (1845-1917)

100 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1995, p. 222.

101 Bois Paul (dir.), Histoire de Nantes, op. cit., p. 314 et suiv.

102 Kahn Claude, Landais Jean, Les « Années folles » à Nantes (1920-1930), Nantes, Ouest-Éditions, 1995, p. 249.

103 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition, op. cit., p. 258.

104 Ibid., p. 224.

105 Becker Jean-Jacques, « 1918 : la blessure de la grande guerre », in Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, La France d’un siècle à l’autre 1914-2000, t. I, Paris, Hachette, p. 19-31.

106 Becker Jean-Jacques, La France de 1914 à 1940, Paris, PUF, 2005, p. 7.

107 Charrier Dominique, La vie quotidienne des Nantais pendant la Première Guerre mondiale. Août 1914 novembre 1918, maîtrise histoire, Nantes, 1978, p. 14.

108 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, années 1911-1926, conférence n° 30, 27 décembre 1917.

109 Karpik Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 206.

110 Fillon Catherine, Histoire du barreau de Lyon, op. cit., p. 103-115.

111 Ozanam Yves, « L’ordre des avocats à la Cour de Paris de 1910 à 1930 », in Gilles Le Béguec, Avocats et barreaux en France, 1910-1930, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1994, p. 35-58.

112 ADLA, 83J2, registre de délibérations du conseil de l’ordre (1911-1926), extraits.

113 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage (1911-1926).

114 ADLA, 83J26, Obsèques (1868-1976).

115 Maison de l’avocat, pièces de correspondance (années 1912-1919).

116 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, conférence n° 30, 27 décembre 1917.

117 Ibid., conférence n° 28, 7 janvier 1915.

118 Le chiffre précis ne peut être obtenu car les sources sont trop lacunaires sur ce point. À Grenoble, par exemple, quasiment la moitié du barreau est mobilisé (27 avocats sur 55). Dreyfus Paul (dir.), Grenoble et ses avocats d’hier à aujourd’hui, op. cit., p. 126. À Clermont-Ferrand ce sont 21 avocats sur 42 inscrits qui sont mobilisés. Gaineton Jean-Luc, Les barreaux du Puy-de-Dôme du xixe siècle à nos jours, thèse de droit, Bordeaux, 2005, vol. 1, p. 339.

119 Lettre d’Alcide Dortel à un destinataire non identifié, mars 1916. « Si le conseil de l’ordre et moi-même pensions que la guerre serait courte et victorieuse, je dois vous dire que plus les mois passent et plus nous désespérons. Surtout que plusieurs de nos jeunes confrères ont péri et qu’ils sont nombreux à être encore mobilisés. » Maison de l’avocat, pièces de correspondance (années 1912-1919).

120 « Les agriculteurs qui formaient 40 % de la population active ont subi 49,5 % des pertes, suivis par les commerçants, 9,7 % et 13,5 %, et les professions libérales, 2,3 % et 5,5 %. » Becker Jean-Jacques, La France de 1914 à 1940, op. cit., p. 38.

121 À Angers, le barreau compte presque autant de victimes qu’à Nantes avec un effectif de départ moins important : 5 sur les 49 avocats inscrits au barreau (36 au tableau et 13 au stage). À Poitiers, le barreau recense 11 décès sur une centaine d’avocats. À Rennes, le barreau subit de lourdes pertes puisque 14 avocats périssent au cours du conflit sur les 94 inscrits à la veille de la guerre. ADIV, 11BI200, Hommage aux avocats de Rennes morts pour la France (1914-1918), Rennes, 1920, 23 p. À Grenoble, sur les 55 avocats au barreau en 1914 (42 au tableau et 13 au stage), 8 meurent au combat. Dreyfus Paul (dir.), Grenoble et ses avocats, op. cit., p. 126-127.

122 ADLA, 1Mi249, fonds Gautier, éloges prononcés par le bâtonnier Dortel.

123 Ambroise Robet depuis février 1912 et Émile de Laujardière depuis juin 1910.

124 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, conférence n° 30, 27 décembre 1917.

125 ADLA, 1Mi249, complément au fonds de l’ordre des avocats, op. cit., pièce n° 2, p. 7.

126 ADLA, 83J26, obsèques (1826-1976).

127 ADLA, 83J104, registre de la conférence du stage, conférence n° 30, 27 décembre 1917.

128 De nombreux stagiaires, comme le gros du contingent, partent au printemps 1915.

129 ADLA, 1 MI 249, complément au fonds de l’ordre des avocats, op. cit., Pièce n° 2, p. 8.

130 À l’instar de Mes Poirier, Linyer, Marie d’Avigneau, Pohier, de Grandcourt ou Méaulle. Pour certains cités à l’ordre du jour et décorés.

131 Me Linyer a perdu son petit-fils, Me Puget son gendre. Mes Reneaume et Maublanc ont enduré l’absence de leurs fils respectifs, blessés et prisonniers en Allemagne.

132 Sont morts au combat : le magistrat Pierre Clous, le commis-greffier Albert Biry, l’huissier de Bouaye Plateau, le fils de l’avoué Bonamy, le fils et le gendre du procureur, le fils du notaire Boulay.

133 ADLA, 1Mi249, complément au fonds de l’ordre des avocats, op. cit., pièce n° 2, p. 24-25.

134 En comparaison, à Angers, la chute des effectifs est du même ordre. Ils sont 49 en 1914 et 33 en 1922, soit un peu plus de 1/3 de perte. À Lyon, on compte 228 avocats inscrits en 1914 et 189 en 1922. Fillon Catherine, Histoire du barreau de Lyon, op. cit., p. 105 et p. 299.

135 ADLA, Br. in 4°108, recensements et chiffres INSEE, ville de Nantes.

136 À Angers le rapport était de 1 avocat pour 1 728 habitants en 1912, il est de 1 pour 5 687 en 1924. À Rennes, on compte 1 avocat pour 866 habitants en 1912 et 1 pour 2052 en 1924. ADLA, Br. in 4°108, recensements et chiffres INSEE, villes de Rennes et Angers.

137 Ils sont 25 en 1919 et seulement 10 en 1922. Notons qu’ils étaient 32 en 1914.

138 Léon Gaillard explique clairement ne plus pouvoir vivre de la profession. Antoine Catta quant à lui devient le premier clerc de l’étude de Me Taupier. Maurice Daron pour sa part se lance dans l’industrie et devient directeur des tanneries Laurent Desbois. Louis Aignan acquiert une charge d’agent de change et Jean Cassard un office d’avoué.

139 Ozanam Yves, « L’Ordre des avocats à la Cour de Paris de 1910 à 1930 », op. cit., p. 47.

140 Fillon Catherine, Histoire du barreau de Lyon, op. cit., p. 117.

141 Karipk Lucien, Les avocats entre l’État, le public et le marché, op. cit., p. 206.

142 Hamelin Jacques, Damien André, Les règles de la profession d’avocat, Dalloz, Paris, 1989, p. 39 ; Buteau Max, L’avocat-roi, Éd. La renaissance du livre, Paris, 1922, 178 p.

143 ADLA, 1M115 (1908-1924), 1M116 (1919), 1M117-119 (1924), 1M120 (1928), 1M121-122 (1932), 1M638 (1936), 1M639 (1937), élections, candidatures, instructions, circulaires, recensement des votes, 1908-1937 ; ADLA, 1M111, affiches électorales (1910-1937).

144 Kahn Claude, Landais Jean, Les « Années folles », op. cit., p. 20-28.

145 Soil Ferdinand, Le livre doré de l’Hôtel de ville, op. cit., p. 33.

146 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 8.

147 ADLA, 1M152, élections cantonales.

148 ADLA, 1M606, rapport du commissaire de police de Nantes sur la situation politique (1924-1927).

149 ADLA, 1M157.

150 Soil Ferdinand, Le livre doré de l’Hôtel de ville, op. cit., p. 63.

151 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 78-79.

152 Ses parents, Louise et Pierre, sont agriculteurs.

153 ADLA, 50J5, registre de délibération du comité de la droite.

154 Mayeur Jean-Marie, La vie politique, op. cit., p. 345-382.

155 Plas Pascal, « Élites et édiles : le poids des réseaux », in Gilles Le Béguec, Denis Peschanski (dir.), Les élites locales dans la tourmente. Du front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 47-62.

156 Fouquier Florence, La gestion municipale à Nantes sous la IIIe République, op. cit., p. 11.

157 Bensoussan David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, op. cit., p. 191.

158 ADLA, 138W21, comptes-rendus d’élections de l’ACCF. Préfecture, 1re division, 1er bureau.

159 ADLA, 3M26-32, élections sénatoriales, 1900-1936.

160 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit. p. 108-109.

161 ADLA, 10W18, Comité départemental de Libération, lettre du Préfet de la Loire-Inférieure au chef du gouvernement, le 5 décembre 1942.

162 Bensoussan David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, op. cit., p. 107, p. 180.

163 ADLA, 138W21, comptes-rendus d’élections de l’ACCF. Préfecture, 1re division, 1er bureau.

164 Ouest-France, édition du 27 janvier 1934.

165 ADLA, 83J95, questions relatives à l’exercice de la profession, extrait du règlement intérieur du barreau de Nantes, mars 1934, art. 23.

166 ADLA, 144J8, fonds Martineau-Baranger, correspondance relative à l’école de droit.

167 ADLA, 1M202-220, bulletins mensuels de l’ACCF, 1926-1939. Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 110-113 ; Bensoussan David,« Le réveil des catholiques bretons(1924-1926) », xxe siècle, n° 57, janvier-mars 1998, p. 57-75.

168 Durant l’entre-deux-guerres, plusieurs avocats nantais entretiennent des liens étroits avec la section nantaise. Par exemple, Mes Robet et Martineau, qui gravitent dans les réunions de l’ACCF, sont invités d’honneur d’un dîner de l’Action française en février 1930. ADLA, 1M471.

169 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 111.

170 Ibid., p. 105.

171 ADLA, 50J18, Fonds du comité de la droite de Loire-Inférieure.

172 Librec Henri, La Franc-Maçonnerie dans la Loire-Inférieure (1744-1948). Les loges de Nantes, Le croisic, Machecoul, Ancenis, Paimboeuf et Saint-Nazaire, Nantes, imprimerie du commerce, 1948, 152 p.

173 Ibid., p. 148.

174 Kerjan Daniel, Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France, 1748-1998 : 250 ans dans la ville, Rennes, PUR, 2005, 358 p.

175 Mes Feidel, Brée de la Touche, de Lempérière du Dézert, Nègre, Saillon de la Moquelière, Clavel, Blanchet, Petit-Mangon, Gainche, Lucas, Méresse, Colombel, Ferer et Pellerin.

176 Naquet Emmanuel, « La Ligue des Droits de l’Homme : une politique du droit et de la justice dans le premier vingtième siècle », cahiers Jean Jaurès, n° 141, 1996.

177 Entretien avec Maurice Mougin, n° 1, 3 juillet 2001.

178 Alors qu’en 1932, près de 90 % de ses comités sont implantés à Nantes et Saint-Nazaire, en 1939, 34 % d’entre eux proviennent de gros bourgs du département.

179 Liaigre Franck, L’étrange ascension d’un maire de Nantes, op. cit., p. 90-94.

180 ADLA, 1260W129, rapports des renseignements généraux, 1973-1984.

181 Le Beguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 141-162.

182 Becker Jean-Jacques, « 1918 : la blessure de la grande guerre », op. cit, p. 25-27.

183 Me Ricordeau à Saffré, Me Linyer au Loroux-Bottereau, Me Sporck à Château-Thébaud et Me Lefeuvre à Chéméré.

184 Le Beguec Gilles, La République des avocats, op. cit., p. 160.

185 Catinat Anne-Laure,« La féminisation du barreau de Paris de 1900 à 1939 », in Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michèle Perrot, Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale aux xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002, p. 353-361 ; « Les premières avocates du barreau de Paris, 1900 », Revue d’histoire intellectuelle, 1998, n° 16, p. 43-56.

186 La première avocate est inscrite à Turin en 1883. W. Tousjin, Le libere professioni in Italia, Éd. Il Mulino, 1987, p. 91.

187 Les solicitors qui ont refusé des candidates à la fin du xixe siècle admettent la première femme en 1922. Birks Mat, Gentlemen of the law, London, 1960, p. 276-277.

188 À Paris, il n’y a que deux femmes inscrites en 1910. Ozanam Yves, « L’Ordre des avocats à la Cour de Paris de 1910 à 1930 », op. cit., p. 41 ; Pour la cour d’appel de Douai, après le serment d’Olympe Demarez en 1914, il n’y a eu aucune candidate à la profession d’avocat avant 1920. Véroone (Marcel), Histoire du Barreau de Lille, Lille, édité par l’Ordre des avocats au barreau de Lille, 1998, p. 164 ; Au barreau de Clermont-Ferrand, la première femme avocate intègre le stage en juillet 1916. Gaineton Jean-Luc, Les barreaux du Puy-de-Dôme, op. cit., vol. 1, p. 337 ; Le barreau de Lyon, quant à lui, admet sa première jeune licenciée en droit en 1922. Fillon Catherine, Histoire du barreau de Lyon, op. cit., p. 120.

189 ADLA, 83J104, registre de la Conférence du stage, conférence n° 30.

190 Ibid., discours de Me Dortel, « Je n’oublie pas en effet, et nos annales n’oublieront pas que c’est sous mon bâtonnat que la première [femme] avocat s’est fait inscrire. »

191 On compte 10 inscrits au stage en 1922 et 20 en 1925.

192 Allano Marie-Françoise, Démographie et emploi dans l’agglomération nantaise 1946-1975, maîtrise histoire, Nantes, 1979, p. 12.

193 « Lorsque je suis arrivée à Nantes, c’était un barreau très bourgeois nantais. Il y avait des dynasties d’avoués, d’avocats. [À la fin des années trente], au moment de l’arrivée des Mougin [1935] ou Le Mappian [1937], il y a eu un apport de sang neuf important. » Entretien avec Monique Thébaud, 15 janvier 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search