Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La psychologie sociale : applicabilité et applications

 | 
Pascal Morchain
, 
Alain Somat

Conclusion. Une nouvelle approche de la création de valeur en sciences humaines et sociales1

Gérard Guingouain et Jean-Luc Hannequin

Texte intégral

  • 1 Ce texte doit beaucoup sinon essentiellement aux interactions des auteurs, depuis de nombreuses an (...)

1Dans son introduction, le professeur Ewa Drozda-Senkowska aborde le périmètre et les spécificités de la recherche appliquée. Parce qu’elle ne la pratique pas directement, son regard distancié met en évidence deux limites au développement des actions de valorisation :

  1. Une courbe d’expérience encore trop faible de la communauté des chercheurs en sciences sociales qui fait que les milieux professionnels nous mobilisent rarement pour les aider à saisir autrement les mutations auxquelles ils sont confrontés. Alors même que d’autres disciplines s’appuient sur nos concepts et modèles pour expliquer aux professionnels les ressorts de la transformation économique et sociale.
  2. Un système d’évaluation peu favorable à la conduite des travaux appliqués à grande échelle sans doute amplifié par une représentation du monde des entreprises par les chercheurs qui n’incite pas à établir des passerelles.

2Propager de la culture en psychologie sociale pour conférer à notre discipline le statut de science appliquée est sans doute une piste à promouvoir. Cet ouvrage qui offre la possibilité à des équipes de chercheurs d’exposer des résultats ayant un potentiel d’application en est l’illustration… mais est-ce suffisant pour stimuler les démarches de valorisation qui apparaissent encore trop souvent en marge des priorités académiques ? De même, s’il est utile que soient connues par les enseignants chercheurs les bonnes pratiques pour réaliser une recherche appliquée (l’identification du client, la compréhension de la demande, la formulation de la problématique, la production de solution qui corresponde à un réel changement…), cette connaissance du processus est-elle pour autant un amplificateur de relations avec la sphère professionnelle ? À ce stade, alors que nous partageons le diagnostic présenté par Drozda-Senkowska, il nous faut admettre qu’une communication externe plus agressive combinée à une amélioration de la maîtrise technique pour réaliser des prestations de conseil ou d’études ne nous semblent pas à la hauteur des nécessités qui s’imposent pour amplifier les actions de valorisation en sciences humaines et sociales.

Des nécessités qui s’imposent

3Depuis le début des années 1980, les politiques publiques s’attaquent au déficit chronique des actions de valorisation de la recherche. Dans un contexte de tension économique, il n’est pas nécessaire d’argumenter longtemps pour convaincre une entreprise de l’utilité de la valorisation, et encore moins de proposer les conditions les plus équitables à l’utilisabilité de l’expertise des équipes de recherche en sciences humaines. Mobiliser autrement la communauté des enseignants chercheurs dans les démarches de valorisation constitue une première nécessité. Les mesures engagées ont manifestement atteint une limite dans leur efficacité ! En formuler de nouvelles qui viendraient d’en haut risque de ne pas améliorer sensiblement le rendement ! La solution ne consisterait-elle pas alors à créer les conditions pour engager les chercheurs à explorer de nouvelles pratiques ? Comment faciliter l’acceptabilité individuelle et sociale de cette orientation qui suppose de dépasser le cadre actuel ? Une deuxième nécessité s’impose : appliquer nos modèles pour concevoir des pratiques individuelles et collectives résolument tournées vers l’avenir !

4Pour que cette invitation au changement débouche rapidement sur une réelle mise en mouvement, une troisième nécessité s’impose. Sans délaisser notre statut d’observateur, il nous faudra considérer que nous sommes parties prenantes des mutations sans précédent de l’environnement économique et social. Au même titre que les entreprises, nous sommes exposés à la compétition internationale. Ne pas décrocher dépend de notre capacité individuelle et collective à produire de nouvelles connaissances, à en démontrer leur potentiel d’application et d’enrichissement de disciplines qui empruntent parfois de manière métaphorique notre expertise. Cette dynamique n’est pas sans conséquence sur les contenus de nos enseignements et leur portée. Elle pousse également à la spécialisation des équipes et accentue les logiques de partage et de coopération avec d’autres champs disciplinaires.

5Reconnaissons que le progrès de la science et des technologies transforme la nature même des activités de recherche ce qui nous amène à formuler une quatrième nécessité, celle d’adopter une vision plus globale de la recherche et du métier de chercheur. Si la conception linéaire et descendante de la recherche (Recherche fondamentale ⇒ Recherche appliquée, ⇒ Recherche développement ⇒ valorisation, vulgarisation…), est obsolète, il n’en demeure pas moins nécessaire de clarifier le paysage, préciser les notions telles que application, vulgarisation, valorisation.

6La recherche en général et en Sciences Humaines et Sociales en particulier met en pratique depuis longtemps deux grandes formes de valorisation : la valorisation académique ou scientifique dans un cercle relativement restreint et la valorisation par diffusion de la culture scientifique auprès d’un public plus large (autrefois appelée « vulgarisation »). Une autre forme de valorisation est apparue, souvent schématisée dans deux expressions : « le transfert de technologie » qui concerne le processus au terme duquel un produit et/ou un résultat éprouvé de la recherche devient une source de valeur ajoutée pour l’environnement socio-économique ; « la détection et la maturation de projets innovants et/ou la mobilisation de savoir-faire et d’expertises » qui concernent le processus d’accompagnement d’une idée ou d’un projet émis dans le contexte universitaire vers la création et/ou le développement d’une activité nouvelle voire d’une entreprise via différents dispositifs, par exemple, un incubateur. Quelle qu’en soit la forme, cette valorisation du « troisième type » considérée comme essentielle, constitue la troisième grande mission des universités après l’enseignement et la recherche.

La psychologie sociale en logistique !
À l’occasion d’un échange informel entre des professionnels du transport, de la logistique et des enseignants chercheurs en psychologie sociale, les premiers ont découvert au contact des seconds des nouveaux repères les amenant à donner du sens à des difficultés de management. Moins d’une heure avait suffit pour convaincre les professionnels de l’apport de la psychologie sociale. Cette prise de conscience a débouché sur un programme d’action visant à appréhender la chaine logistique à partir de l’identification des compétences.
À l’issue d’un travail collaboratif de 7 mois qui a impliqué trois organismes, des experts du sujet, trois étudiants en master 2 encadrés par une équipe de recherche, un référentiel de compétences commun a été réalisé pour servir de base aux trois applications suivantes :
– aider l’entreprise à piloter sa fonction logistique à partir d’une consolidation et/ou une évolution de sa carte de compétences ;
– implémenter des techniques de transport intelligent en localisant les points d’impact
– de ces dernières au sein de la chaîne logistique ;
– mettre en place un système de gestion prévisionnel des emplois et des compétences communes aux différentes entreprises sur un territoire.
Le premier bénéfice exprimé par les parties prenantes du projet est le partage d’une vision globale de la chaine logistique qui dépasse les approches classiques séparant le monde du transport et de la logistique. Les professionnels se sont ouverts sur un champ disciplinaire qu’ils ignoraient. Les étudiants ont joué un rôle d’éveil et de pédagogie en expliquant le modèle de la compétence de Vergnaud (1990, 1998). Parallèlement à ce transfert de compétences en psychologie en général et en psychologie sociale en particulier, les étudiants ont développé une expertise en logistique. Ils ont ainsi compris les situations observées et ont pu réaliser le référentiel de compétences demandées. Les étudiants, par leur présence et leur sagacité ont stimulé les échanges entre les professionnels et les ont ainsi conduits vers une clarification du concept et du périmètre de la logistique.
Sur le plan académique, l’application de la théorie de la conceptualisation dans l’action a consisté à extraire des compétences à un niveau organisationnel. Ce résultat obtenu à l’aide du modèle de Vergnaud et Coulet, habituellement utilisé pour l’analyse des compétences professionnelles à un niveau individuel, sur des métiers ou postes de travail (voir Coulet, 1999 ; Coulet & Chauvigné, 2005 ; Kuster & Lameul, 2009 ; Pouté & Coulet, 2006), est sans doute inédit.

Voir autrement la recherche

7La valorisation ne se résume pas à appeler autrement ce qui se fait depuis longtemps dans de nombreuses disciplines y compris la nôtre : recherches contractuelles ou finalisées, études commanditées, prestations de service… En fait, la notion de valorisation socio-économique conduit à remettre en cause le traditionnel découpage entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Elle amène à considérer que des préoccupations « valorisatrices » sont susceptibles d’intervenir à toutes les étapes du processus général de la recherche : en amont lors de la conception d’un programme de recherche, en aval à partir des résultats obtenus mais aussi en cours de développement, lors des phases de construction technique, de mise en œuvre ou de production de données. En bref, une recherche ne serait par nature ni fondamentale, ni appliquée. Elle serait d’abord une recherche qui obéit à une démarche réglée scientifiquement mais qui constitue potentiellement aussi une source de valorisation à différents moments de son déroulement. Ainsi, dans les sciences humaines et en psychologie sociale, la valorisation n’implique pas nécessairement une orientation différente du processus de recherche. Elle suppose plutôt une manière particulière de lire ou d’interroger une activité de recherche, de l’infléchir légèrement en référence à des besoins d’un utilisateur potentiel ou à des critères d’utilité et d’usage.

Un exemple de recherche collaborative
Les ressources immatérielles composées pour l’essentiel d’actifs humains déterminent la performance d’une entreprise. Cette donnée modifie le processus de création de valeur au sein de l’entreprise et transforme sa chaîne de compétences. L’apport de nouveaux savoir-faire et modes de management est en effet déterminant pour créer des nouveaux produits… auxquels le client attribue une valeur susceptible de déclencher l’acte d’achat.
Pour la firme, augmenter la probabilité de transaction avec les clients pour accroître ses ressources financières est une priorité qui s’obtient notamment par le couplage de l’innovation et de l’intelligence économique. Comprendre et anticiper les mutations d’un environnement vacillant à partir d’un système de décryptage idoine, ajuster au plus vite ses capacités pour répondre à de nouvelles priorités de clients tout en déployant une stratégie tournée vers l’avenir sont quelques indicateurs qui dépeignent une organisation armée pour être compétitive à court terme et pérenne sur le moyen terme. Alors que les organismes professionnels chargés d’aider les entreprises placent ces qualités au cœur de leurs priorités, il s’avère que les méthodes d’intervention y répondent partiellement. En effet, si les pratiques les plus en pointe couvrent correctement les dimensions technico-financières de l’entreprise, elles traitent rarement des dynamiques de changement et n’abordent pas les deux dimensions suivantes :
– les processus qui lient « informations, connaissances, compétences » à la source de la création de valeurs ;
– la dynamique d’apprentissage individuel et collectif qui accélère la régénération de compétences « métiers » et qui incorporent des compétences organisationnelles.
Délivrer une expertise a une entreprise confrontée à des situations complexes, suppose que les organisations complètent leurs outillages par d’autres capacités provenant de champs disciplinaires à même d’éclairer les thèmes suivants :
– la compréhension des interrelations entre « information et connaissances » ;
– la saisie des mécanismes de passage de la connaissance en compétences ;
– la mesure d’efficacité d’un chaînage tel que décrit précédemment, leurs limites, etc. ;
– la conception de supports d’apprentissage…
Parce que ces questions sont apparues complexes, une coopération d’une durée de 3 ans a été conclue entre un organisme consulaire, un laboratoire de psychologie sociale, l’ANRT et un doctorant spécialisé en intelligence économique et bénéficiaire d’une allocation CIFRE (conventions industrielles de formation par la recherche).
À mi-parcours de la démarche, l’équipe a cerné et mis en évidence les processus cognitifs en jeu dans une démarche d’intelligence économique. Si un décalage de planning initialement imaginé sur le versant de la revue de littérature a été constaté, l’identification et la description des compétences en Intelligence Économique menées auprès de chefs d’entreprise a été plus rapide. Les interactions entre les partenaires débouchent sur une culture commune issue de plusieurs domaines provenant des sciences de gestion, des sciences de la communication et de la psychologie.
Plus globalement, les séquences opérationnelles s’enrichissent des approches académiques ; il est même parfois difficile d’arbitrer entre la nécessité de mobiliser des modèles théoriques pour comprendre une pratique par exemple, avec l’obtention de résultats immédiats issus d’approches empiriques allant jusqu’à interroger les modèles théoriques.

8Cette illustration met en évidence toutes les facettes d’un processus de recherche globale. À partir des objectifs individuels et organisationnels de chacun, le groupe cherche des solutions collectives qui s’appuient sur les ressources de l’ensemble avec pour effet un renforcement des actions individuelles.

9Pour le laboratoire, il s’agit de conduire une opération de valorisation d’amont avec l’intégration dans la phase de conception de la demande, des besoins, des contraintes du client placé dans un environnement socio-économique donné. Il s’agit de réussir aussi la contractualisation des relations, la négociation de la propriété intellectuelle, le calcul du coût complet, la détermination du régime fiscal, la définition des normes de qualité, des livrables… En parallèle, les résultats du terrain questionnent les modèles les plus utilisés par le laboratoire. Les premiers jalons d’une recherche finalisée pour faire évoluer les modèles, en explorer d’autres connectés ou non à d’autres champs disciplinaires sont posés.

10Côté du bénéficiaire des travaux de recherche, on parlera de valorisation en aval. Il s’agit d’un transfert d’une technologie ou d’une méthodologie éprouvée en fonction de son utilité, de son utilisabilité, de son acceptabilité dans un environnement socio-économique donné. Mais il peut s’agir aussi d’une détection des idées, projets, produits dérivés (issus d’avatars de la recherche ou mis à la poubelle parce que non normés) pouvant faire l’objet d’une maturation, d’une incubation et de la création d’une activité nouvelle.

Opérer une mutation

Sensibiliser la communauté universitaire aux enjeux de la valorisation

11Dans le registre des freins endogènes, en 1994 Gérard Guingouain et François le Poultier relevaient la faible prise en compte des recherches « appliquées » dans la promotion et l’avancement d’un enseignant-chercheur. Il ne semble pas y avoir eu de réels progrès en France sur ce plan. Certes, le problème ne concerne pas que la psychologie et la psychologie sociale, mais ce n’est là qu’une maigre consolation. Citons également ce que nous avons baptisé le « syndrome d’individualisme acquis » (SIA) qui frappe davantage les chercheurs de nos disciplines et conduit à une véritable « balkanisation » de la recherche sur des thématiques dotées pourtant d’un fort potentiel de valorisation. Évoquons aussi l’autisme et l’ethnocentrisme disciplinaire qui vont peut-être conduire certains lecteurs de ce texte à penser que nous sommes hors des vraies préoccupations de la discipline et que toutes ces considérations politico-socio-économiques ne les concernent pas. Enfin, ce propos n’engage que nous, il nous semble que la valorisation en psychologie est entravée par une tendance corporatiste dont le signe le plus remarquable est la fameuse défense du titre de psychologue. Au risque de choquer, nous considérons que certaines dispositions réglementaires protectionnistes, celles relatives au stage professionnel par exemple, constituent de véritables barrages à la valorisation des savoirs et des compétences psychologiques dans de multiples champs professionnels.

Convaincre l’environnement socio-économique

12La valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales en général et en psychologie sociale en particulier se heurte à quelques obstacles bien identifiés, obstacles exogènes pour certains, endogènes pour d’autres. Au chapitre des premiers, mentionnons la méconnaissance du contenu des disciplines, les confusions, la perception de l’inutilité fondamentale des sciences de l’homme et de la société, la condescendance des sciences dites exactes à leur égard… Il est difficile de valoriser les productions de disciplines dont l’image à l’extérieur est déjà fortement dévalorisée par des effets de stéréotypisation. Mais ces obstacles ne sont pas insurmontables.

Inscrire nos actions dans un cadre réglementaire plus ouvert

13La loi de 1999 sur l’innovation et la recherche vise à donner aux universités un rôle moteur dans cette chaîne en favorisant notamment les activités de valorisation. Plus récemment, dans l’idée d’écosystèmes de croissance (cf. rapport Blanc, 2004) et dans la structuration des pôles de compétitivité, les universités et les EPST (CNRS, Inserm…) sont placés comme des composantes essentielles de systèmes articulant sur une même thématique ou en direction d’un même objectif : la recherche, les entreprises et les décideurs ou acteurs des politiques publiques sur un territoire donné.

Construire de nouvelles marges de manœuvre

14L’autonomie des universités devrait ouvrir de nouvelles possibilités et ainsi permettre d’amplifier les partenariats entre le public et le privé. Les chercheurs devraient rapidement se trouver en situation de répondre à des problématiques issues de demandes de terrain. En retour ces problématiques seraient susceptibles d’enrichir les modèles sur lesquels ils travaillent.

Miser sur le rôle d’une Université citoyenne

15Avec une sensibilité plus en rapport avec celle qui sied à un chercheur issu des sciences humaines et sociales, nous parlerions volontiers d’universités citoyennes. Universités dont la responsabilité est aussi engagée dans le développement socio-économique d’un territoire. Elles se doivent d’être à la hauteur de ce que leur environnement est en droit d’attendre d’elles sur des questions essentielles : la santé et la qualité de vie, l’évolution du travail, l’usage des nouvelles technologies, le handicap, la formation tout au long de la vie, la réhabilitation d’espaces, pour citer quelques exemples en lien assez direct avec la psychologie sociale.

S’inscrire dans l’économie de la connaissance

  • 2 Le Conseil européen de Lisbonne (mars 2000) a eu pour objectif de faire de l’Union européenne « l’ (...)

16Enfin, il nous semble impossible en évoquant les perspectives de la psychologie sociale dite « appliquée » de faire l’impasse sur une autre séquence : Lisbonne 20002, la société de l’intelligence, l’économie de l’immatériel ou de la connaissance… Cette mutation socio-économique donne ou redonne une place centrale à l’activité humaine, individuelle ou collective. Elle offre une opportunité, à notre avis exceptionnelle, aux sciences humaines et sociales de faire reconnaître la pertinence et la légitimité de leur savoir notamment par rapport aux tendances parfois réductionnistes des autres approches. Les recherches sur l’utilisabilité, les usages, l’acceptabilité sociale des technologies menées dans le champ de la psychologie et de la psychologie sociale ont, par exemple, mis en évidence les limites –pour ne pas dire plus– de ceux qui réduisent la question de la connaissance à des affaires de machineries informatiques ou plus métaphoriquement de pensées magiques.

Réunir ou créer quelques conditions favorables

17En définitive, il nous semble que le passage d’une logique d’application à une logique de valorisation suppose un changement de perspective. Accumuler des exemples d’applications réussies à l’usage d’acteurs parfois singuliers, dans des contextes souvent locaux et à propos d’objets relativement pointus est une très bonne chose en soi. En rendre compte entre nous dans le cadre d’un colloque l’est aussi. Mais, cela ne répond que partiellement à l’idée que nous nous faisons aujourd’hui de la valorisation des recherches produites en psychologie sociale. Plus exactement cela ne constitue qu’une étape, celle de la validation ou de la preuve du concept ou de la méthode dans des conditions de terrain. Le contexte nous invite à aller plus loin, à nous rapprocher des acteurs et décideurs de l’environnement socio-économique, à mettre au service des territoires et de leurs grandes problématiques les produits de la recherche, à susciter des projets ou des produits innovants potentiellement générateurs d’activités nouvelles et peut-être d’emplois. L’utilité de la psychologie sociale n’est plus à démontrer. Les enjeux ne sont pas dans le développement de nouvelles applications ou la promotion de la discipline auprès des milieux professionnels. Ils sont dans le passage à une stratégie plus active : la valorisation. Pour se déployer, elle nécessite de réunir trois grandes conditions.

18La première condition est celle d’une recherche de haute qualité, dotée d’un étayage théorique et méthodologique solide en psychologie sociale. La distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée est, comme nous l’avons souligné plus haut, peu opérante pour la valorisation. Une recherche dite « fondamentale » n’est pas a priori moins valorisable qu’une recherche dite « appliquée ». Par contre, une recherche dont les fondements théoriques sont inexistants et le cadre méthodologique faible, ce qui caractérise parfois aussi des recherches dites « fondamentales », est difficilement valorisable. La solidité du cadre théorique et la robustesse de la méthode sont souvent les facteurs différenciateurs qui font se tourner vers les laboratoires universitaires des acteurs économiques manquant de points de repères face à une offre de services pléthorique et hétérogène. De surcroît et comme le soutient Drozda-Senkowska dans cet ouvrage, la plupart des recherches en psychologie sociale (y compris les plus fondamentales) ont toutes un fort potentiel d’application.

19La deuxième condition est celle du décloisonnement disciplinaire. La recherche en psychologie sociale ne peut pas avoir la prétention de répondre à elle seule à des problèmes multiformes et plurifactoriels. Elle fournit des briques de compétences et de connaissances dans des systèmes ou des processus complexes en complémentarité avec d’autres disciplines. L’intérêt va même au-delà de la pluridisciplinarité, la rencontre de chercheurs ou d’experts de culture scientifique différente est génératrice de nouvelles connaissances qui ne sont pas la simple addition des connaissances des uns et des autres. Les psychologues parlent eux-mêmes de conflits sociocognitifs, d’intelligence collective, de compétences collectives, les sociologues de collisions créatrices. Les spécialistes de la valorisation utilisent les termes de « fertilisation croisée », les sociocognitivistes d’« hybridation de connaissances ».

20La troisième condition est celle d’une activité d’interface entre les chercheurs des laboratoires et les acteurs de l’environnement socio-économique. Cette interface qui doit opérer les perméabilités à tous les étages est indispensable. Elle a de multiples fonctions :

  1. Détection dans les laboratoires de produits valorisables, savoir-faire, expertises parfois abandonnés dans les tiroirs ou plus radicalement « mis à la poubelle ».
  2. Traduction des concepts et notions spécifiquement universitaires souvent indéchiffrables pour le monde professionnel.
  3. Décodage des problématiques et enjeux des entreprises ainsi que leurs modes de fonctionnement à la communauté scientifique.
  4. Négociation des conditions de transfert d’une technologie et plus globalement de la réalisation d’une prestation (définition et protection de la propriété intellectuelle, calcul du coût réel).
  5. Professionnalisation des doctorants et des docteurs (promotion des CIFRE, obtention d’allocations) en mettant en lumière l’intérêt des compétences mobilisées pour la thèse dans une dynamique d’entreprise (pilotage de projet, ingénierie…).
  6. Accompagnement dans le processus de maturation d’un projet innovant (passage d’une idée à un avant-projet, puis d’un avant-projet à un projet de création d’activités nouvelles…).
  7. Appui d’une entreprise et plus globalement de toutes organisations en situation de mutation et cherchant à mobiliser des ressources pour rebondir, se développer autrement…

21La recherche est une activité qui implique des compétences spécifiques ; la valorisation de la recherche en est une autre. Certes, la valorisation s’appuie sur les compétences et les résultats de chercheur mais nécessite aussi d’autres compétences. Les services de valorisation des universités françaises qui ont justement pour vocation d’être des dispositifs d’interfaçage entre l’univers des laboratoires et le monde socio-économique s’interrogent sur le profil des « bons valorisateurs » :

  1. Des hommes d’entreprises du type « ingénieur d’affaires » (mais des expériences auraient été assez malheureuses en la matière), ou bien encore des consultants en propriété intellectuelle, des consultants spécialistes en management de projet et en transfert de technologie, des ingénieurs « process industriels » formés complémentairement aux modèles et méthodes des sciences humaines…
  2. Des correspondants de laboratoires ou de pôles scientifiques ouverts sur la valorisation, ou des chercheurs affirmés reconvertis partiellement à la valorisation.

22Cette approche de l’organisation de la valorisation construite à partir des profils des individus ne va pas vraiment dans le sens d’une chaîne de réponse qui prenne en compte les spécificités d’intérêt et de convergence entre les milieux de la recherche et de l’entreprise.

Pour conclure

23La psychologie sociale est une discipline scientifique applicable. Il est de notre responsabilité individuelle et collective de raccourcir le chemin, certes encore long, si l’on veut faire en sorte qu’elle soit une discipline appliquée à part entière. Nous ne croyons pas, et c’était le sens de notre propos, que la balle de l’application soit dans le seul camp du chercheur. Que ce dernier ait la préoccupation de l’applicabilité de sa discipline relève de son activité et de ses compétences, qu’il consacre une partie de son activité à valoriser sa recherche n’est probablement pas de son unique ressort. Pourtant cette activité de valorisation est indispensable pour des disciplines comme les sciences humaines, ce d’autant plus que ses apports sont centraux pour comprendre et accompagner des dynamiques d’innovation des entreprises et plus globalement des organisations. Il revient sans doute à l’Université de consacrer des moyens et une partie de son budget pour aider les sciences humaines et sociales à faire un pas ; à notre communauté de créer l’élan. Il en va non seulement de la pérennité de la recherche en sciences humaines, du renouvellement des connaissances et in fine des possibilités d’insertion de nos étudiants.

Bibliographie

Références

Coulet J.-C. (1999), « Développement cognitif », in M. Deleau (dir.), Grand Amphi, Psychologie du développement, Paris, Bréal.

Coulet J.-C & Chauvigne C. (2005), « Passer d’un référentiel de compétences à une ingénierie de formation », Éducation Permanente, no 165, p. 101-113.

Kuster Y. & Lameul G. (2009), « Un cadre d’analyse multidimensionnel des débats en ligne asynchrones », in C. Develotte, F. Mangenot, E. Nissen (dir.), Actes du colloque Epal 2009 « Échanger pour apprendre en ligne : conception, instrumentation, interactions, multi-modalité », université Stendhal, Grenoble 3, 5-7 juin 2009.

Pouté M. & Coulet J.-C. (2006), « Caractérisation de compétences professionnelles selon le niveau d’expérience : les apports d’une modélisation », Université de Bretagne, Compétences, emploi et enseignement supérieur. L’enseignement supérieur prépare-t-il à l’emploi ?, Rennes.

Projet de loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Rapport no 20 (2004-2005) de M. Paul Blanc, fait au nom de la commission des affaires sociales, déposé au Sénat le 13 octobre 2004. Retrouvé sur http://www.senat.fr/rap/l04-020/l04-020_mono.html.

Relever le défi : la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l’emploi. Rapport du groupe de haut niveau présidé par Monsieur Wim KOK (novembre 2004). Retrouvé sur//ec.europa.eu/growthandjobs/pdf/kok_report_fr.pdf.

Vergnaud G. (1990), « La théorie des champs conceptuels », Recherche en didactique des mathématiques, vol. 10, no 2-3, p. 133-170.

Vergnaud G. (1998), « Les conditions de mise en œuvre de la démarche compétences », Cahier no 3 des Journées internationales de la formation, Paris, CNPF.

Notes

1 Ce texte doit beaucoup sinon essentiellement aux interactions des auteurs, depuis de nombreuses années, avec François Le Poultier. Ce dernier depuis toujours s’est intéressé et a œuvré dans le sens de l’application de la psychologie. Preuve en est la création à Rennes, il y a vingt ans d’un DESS devenu Master d’ingénierie en psychologie. Concept qu’il a été difficile de faire admettre dans ses débuts et qui n’est plus maintenant contesté dans la communauté.

2 Le Conseil européen de Lisbonne (mars 2000) a eu pour objectif de faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale » (« Kok report », 2004). Des réformes globales et interdépendantes en constituent les moyens, les actions des États membres seraient menées en synergie, ce qui le rendrait d’autant plus efficaces (ibid.). L’innovation comme moteur du changement, l’« économie de la connaissance » et le renouveau social et environnemental forment les différents champs de réforme.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540