Version classiqueVersion mobile

La psychologie sociale : applicabilité et applications

 | 
Pascal Morchain
, 
Alain Somat

Le comportement agressif1

Laurent Bègue

Texte intégral

  • 1 Certaines sections de ce chapitre reprennent des segments de Bègue (2002, 2003 a, b, c ; 2004 ; 20 (...)
  • 2 Dont injures : 17 % ; menaces verbales : 18,2 % ; menaces pour soutirer de l’argent : 10 % ; agres (...)

1Avez-vous, dans les deux années écoulées, frappé violemment quelqu’un de votre famille à tel point que des soins médicaux ont été nécessaires ? En 2006, 2 019 personnes de 18-65 ans résidant en Île-de-France et dans le Nord ont été interrogées de la sorte concernant leurs expériences d’agression et de délinquance comme victimes et auteurs (voir encadré 1). Tandis que 23 % des femmes et des hommes interrogés avaient été victimes d’agression et d’actes de violence2, de nombreux répondants avaient été personnellement auteurs d’agression. Ainsi, 6,6 % avaient participé à une bagarre dans un lieu public, 3,5 % avaient frappé violemment ou blessé quelqu’un ne faisant pas partie de leur famille, et ce à tel point que des soins médicaux avaient été requis (le pourcentage était de 1,8 % pour des personnes appartenant à leur famille), ou encore 1,1 % avaient arraché à quelqu’un son sac à main, son porte-monnaie ou autre chose en vue de lui prendre son argent. L’agression est également un mode fréquent d’interaction entre groupes depuis des millénaires. Dans les 5 600 dernières années, il y aurait eu environ 15 000 conflits guerriers dans le monde, soit une moyenne de 2,7 par an.

2Selon une acception désormais consensuelle en psychologie sociale (Baron & Richardson, 1994 ; Berkowitz, 1993), une agression est définie comme un comportement destiné à blesser intentionnellement un autre individu, ce dernier étant motivé à en éviter les effets supposés aversifs. L’objectif de ce chapitre est de présenter les principaux déterminants du comportement agressif en nous appuyant notamment sur un modèle intégrateur, le modèle général de l’agression (Anderson et Bushman, 2002). Bien qu’il existe une multitude d’entrées théoriques susceptibles d’éclairer le phénomène de l’agression, le modèle général de l’agression est actuellement considéré comme le plus complet et le plus heuristique et mérite donc d’être largement développé dans le cadre de ce texte introductif.

Le modèle général de l’agression et ses bases sociales-cognitives

3Le modèle général de l’agression est un modèle intégrateur dont l’ambition est d’articuler les variables situationnelles, individuelles et biologiques impliquées dans le comportement agressif. Il est essentiellement héritier des théories sociales-cognitives et de l’apprentissage social (Bandura, 1977 ; 1986 ; Berkowitz, 1993 ; Huesman, 1998 ; Mischel & Shoda, 1995). Selon ces perspectives, toute conduite sociale résulte a) de la manière dont l’individu interprète les événements auxquels il est exposé, b) de ses croyances concernant les modalités typiques de réponse à ces événements, c) des compétences qu’il s’attribue pour y répondre selon telle ou telle modalité, et d) des conséquences qu’il attend de chacune d’entre elles. La manière dont l’individu appréhende les événements selon les aspects précités constitue une « signature sociale-cognitive » garantissant une certaine stabilité comportementale individuelle à travers les situations tout en permettant des variations significatives selon la spécificité ou le caractère contraignant de la situation.

4Un aspect nodal du MGA réside dans l’importance qu’il accorde au développement et à l’utilisation des structures de connaissance. Celles-ci sont des entités cognitives liées aux états affectifs, aux programmes comportementaux et aux croyances de l’individu, et se forment par l’expérience. Elles exercent leur influence sur tous les types de perception (des formes visuelles aux comportements complexes). La mobilisation répétée de ces structures de connaissance permet leur éventuelle automatisation. Celles-ci guident les interprétations et les réponses comportementales dans l’environnement physique et social. Les structures de connaissance comportent d’importants aspects affectifs. Lorsqu’une structure de connaissance est mobilisée et qu’elle renvoie à un élément donné (par exemple, la colère), elle déclenche une expérience affective de même type. Les structures de connaissance comportent également des méta-informations sur la manière dont les émotions doivent être expérimentées, ou encore comment les émotions teintent le jugement et le comportement. Enfin, une structure de connaissance peut contenir des affects ayant un effet d’incitation à l’action. La force des liens établis entre deux concepts A et B (qui résultent d’une fréquente co-activation de concepts, par exemple colère et arme à feu) détermine la probabilité d’activation automatique du concept B lorsque le concept A est activé par un concept Y. Lorsqu’une configuration sémantique donnée est activée, elle exerce une influence sur les situations auxquelles l’individu est exposé sans que celui-ci n’ait nécessairement conscience de cette influence.

Encadré 1.
L’enquête VAMM
L’enquête Violence Alcool Multi-Méthodes, Volet 1 (VAMM 1, Bègue, Arvers, Bricout, Pérez-Diaz, Roché, Subra, Swendsen & Zorman, 2006) a été réalisée en juin, juillet et août 2006 auprès d’un échantillon de 2019 personnes représentatives de la population des 18-65 ans habitant dans les régions Île-de-France et Nord (méthode des quotas) pour le compte de la Direction Générale de la Santé. Afin de garantir la fiabilité des réponses et de permettre un prélèvement d’information très étendu sur des thèmes sensibles, les questionnaires ont été remplis en auto-passation sur un ordinateur portable doté d’un stylet optique et disposé à l’intérieur d’un fourgon (en ce qui concerne la supériorité du recueil informatisé pour les questions sensibles par rapport aux méthodes classiques comme le questionnaire en auto-passation ou l’entretien oral, voir par exemple Des Jarlais et al., 1999 ; Kissinger et al., 1999 ; Turner et al., 1998). Dans chacun des trois fourgons se trouvaient quatre ordinateurs séparés par des écrans (voir photographies 1 et 2 ci-dessous).

Photographies 1 et 2. – L’espace individuel de passation de l’enquête.

Les participants étaient invités à prendre part à une Grande Enquête Nationale. Modes de vie et comportements sociaux des 18-65 ans d’une durée de 1 h 30 et pour laquelle ils étaient rémunérés. Les trois véhicules ont stationné de 1 à 4 jours dans des communes de tailles diverses dans les départements concernés.

Photographie 3. – Un véhicule utilisé pour l’enquête.

La situation d’agression : processus

5Le modèle général de l’agression offre un cadre d’intelligibilité susceptible de comprendre le déroulement d’un épisode agressif. Pour cela, le modèle distingue analytiquement A. Les composantes d’entrée (individu et situation) ; B. L’état psychologique interne du moment, qui recouvre des phénomènes empruntant une voie cognitive, affective et d’activation physiologique à travers lesquels les variables d’entrée ont un impact ; C. Les résultats du processus d’évaluation et de décision. La figure 1 présente ces différentes étapes.

Figure 1. – Le modèle général de l’agression.
Source : Anderson et Bushman (2002), reproduit avec l’autorisation des auteurs.

Les composantes d’entrée (A)

  • 3 En ce qui concerne les déterminants biologiques de l’agression, voir Perusse & Gendreau, 2005 ; Pi (...)

6Les différences inter-individuelles et la situation sont identifiées comme les deux classes principales auxquelles appartiennent les variables d’entrée pertinentes. La personnalité inclut les attitudes, les croyances, et les tendances comportementales. Les facteurs biologiques (par exemple : mécanismes hormonaux, héritabilité génétique3), sont quant à eux potentialisés par des conditions environnementales et la personnalité. Les variables de personnalité les plus fortement liées à l’agression sont l’impulsivité, la recherche de sensations, l’irritabilité, un haut niveau d’activité, des troubles de concentration, une faible capacité à apprendre après avoir été puni, l’insensibilité à autrui, les croyances favorables à la criminalité et de faibles compétences sociales et dans la résolution de problème (voir la synthèse d’Agnew, 2005a ; Farrington & Welsh, 2007). Enfin, les variables situationnelles vont également influencer le comportement agressif par la présence, par exemple, de stimulations aversives (par ex. bruit, chaleur, odeur), activatrices d’idées agressives ou affectant les mécanismes inhibant directement ou indirectement l’agression. Le comportement agressif sera également susceptible d’être rendu plus probable par l’expérience de frustration ou de provocation (voir infra).

L’état psychologique du moment (B)

7Les variables d’entrée, dont l’effet peut être additif ou multiplicatif, ont un effet sur l’agression en affectant directement l’état interne de l’individu par les affects, les cognitions et l’activation physiologique, qui sont également susceptibles de s’influencer mutuellement. Les travaux de Berkowitz (1989) rendent compte de ce phénomène. Selon Berkowitz, un événement déplaisant (provocation, frustration, stimulus sonore ou thermique désagréable, etc.) cause un affect négatif, lequel induit une accessibilité temporaire de diverses pensées, souvenirs, réactions motrices et réponses physiologiques, rendant l’individu davantage susceptible d’agir de manière agressive par la suite (voir figure 2).

Figure 2. – Le modèle néo-associationiste de Berkowitz.

8Par exemple, les travaux sur les effets de la température sur l’agression montrent qu’une température élevée augmente directement les affects hostiles et l’activation physiologique (liée à l’agression), et indirectement les cognitions hostiles (Anderson, Anderson & Deuser, 1996). Dans cet ordre d’idées, des sujets soumis à une situation douloureuse (comme garder les mains dans de l’eau glaciale) seront plus enclins par la suite à administrer des chocs électriques à une personne qui n’a pourtant rien à voir avec la situation qu’ils viennent d’endurer (Berkowitz, Cochran & Embree, 1981). L’activation physiologique, même issue d’une source non agressive – par exemple suite à un exercice physique (voir Zillman, 1988) peut quant à elle stimuler l’agression en renforçant la tendance à effectuer l’action dominante ; elle peut également être étiquetée comme de la colère ou, lorsqu’elle est excessivement faible ou élevée, constituer un affect aversif.

Encadré 2
Comportements agressifs et processus automatiques (Baptiste Subra)
En 1967, Berkowitz et LePage démontraient que la simple présence d’un pistolet dans la pièce expérimentale augmentait l’apparition de conduites agressives. Bien que cette étude ait donné lieu à de nombreuses interrogations quant à la validité des résultats, la réplication de l’« effet d’arme » dans de nombreux contextes et avec différents types d’armes, a amplement alimenté ce phénomène (voir Marcus-Newhall & Miller, 1990). Comment expliquer cet effet ? Une tentative de réponse a été apportée par des chercheurs s’intéressant à l’implication des processus automatiques dans les attitudes et comportements. Partant du constat que nous sommes relativement peu en mesure d’expliquer les déterminants de nos propres actions et cognitions, ils ont essayé d’entrevoir les mécanismes rendant compte de cette influence non consciente, basée sur des processus rapides, efficaces, et requérant peu de ressources attentionnelles (Bargh, 1996). Une fois enclenché, un processus automatique s’exécute de lui-même sans besoin d’une supervision consciente. C’est sur ce dernier point que s’attardent le plus les études : on considère que le processus est automatique à partir du moment où l’individu n’est pas conscient de l’influence des signaux perçus sur son comportement. Afin d’étudier ces processus, les recherches en psychologie sociale ont fréquemment utilisé une procédure d’amorçage sémantique consistant à présenter brièvement une amorce (image, mots…) au participant et mesurer ensuite l’influence de cette amorce sur les perceptions et/ou les conduites. Le postulat des chercheurs utilisant l’amorçage est que 1) l’identification d’un stimulus active en mémoire les représentations liées à ce stimulus ; 2) cette activation a pour conséquence d’influer sur les attitudes et comportements qui sont consécutifs à l’identification du stimulus. La première étape implique que la simple perception d’éléments agressifs dans l’environnement va activer en mémoire le concept d’agressivité. En effet, le concept armes et le concept agressivité sont fortement liés en mémoire du fait de leur fréquente association au quotidien ; la mobilisation d’un des concepts va donc, par une diffusion d’activation en mémoire, activer les concepts sémantiquement associés (Collins & Loftus, 1975). Par exemple, une étude réalisée dans le cadre du programme VAMM 1 (voir encadré 1) indique que les individus détectent plus rapidement des mots agressifs lorsque ceux-ci ont été précédés d’une image d’arme ou une image d’alcool par rapport à une image neutre (Subra et al., en préparation ; voir aussi Anderson, Benjamin & Bartholow, 1998 ; Bartholow & Heinz, 2006).
Comment cette activation en mémoire influence-t-elle le comportement ? Pour Srull (Srull & Wiers, 1979), des participants amorcés avec des concepts agressifs ont tendance à juger le comportement ambigu d’un individu comme plus hostile que les participants n’ayant pas été amorcés avec des mots agressifs.
De même, des sujets amorcés de façon subliminale (sans perception consciente de l’amorce) jugent une cible ayant un comportement ambigu comme plus hostile (Bargh & Pietromonaco, 1982) : le concept d’agressivité ayant été activé en mémoire par des stimuli sémantiquement reliés, il va être de façon plus probable utilisé lorsqu’il s’agit d’émettre un jugement sur le comportement des personnes qui nous entoure (« Cet individu m’a bousculé dans la file d’attente, l’a-t-il fait intentionnellement ? »). L’activation automatique en mémoire du concept d’agressivité va donc induire un biais d’attribution hostile (Dodge, 1980). Une perspective plus récente inspirée des travaux de Bargh (e. g., Bargh, Chen & Burrows, 1996) postule un lien direct et automatique entre perception et comportement : la perception d’éléments reliés à l’hostilité va non seulement rendre saillant en mémoire le concept d’agressivité, mais cela va également activer les types de comportements susceptibles d’être utilisé dans ces situations. Il y aurait donc l’activation en mémoire d’un script comprenant les attitudes, émotions et tendances comportementales associées au concept activé (Abelson, 1981 ; Huesman, 1986).

Le résultat du processus (C)

9La dernière étape implique un processus d’évaluation et de décision basée sur des mécanismes cognitifs qui peuvent être automatiques (i. e. réalisés sans effort, de manière spontanée, et sans que l’individu en soit nécessairement conscient ; voir encadré 2) ou au contraire cognitivement contrôlés. Le comportement qui suivra sera alors impulsif ou au contraire raisonné et calculé (ce qui ne signifie pas qu’il sera nécessairement non-agressif). Ce comportement sera actualisé au terme d’une éventuelle réévaluation de la réponse. Un tel processus de réévaluation ne sera enclenché que si les ressources temporelles ou cognitives sont suffisantes et si l’enjeu du processus d’évaluation est considéré comme important mais que le résultat obtenu est néanmoins jugé insuffisant (voir Anderson & Bushman, 2002, pour une présentation plus détaillée). Le comportement émis précédera ensuite une autre séquence de ce type à l’issue de la confrontation sociale qui en résultera. L’individu va interpréter la situation, évaluer les stratégies possibles de traitement de la situation, considérer les conséquences d’une réponse agressive… etc.

Encadré 3
Des méthodes multiples pour connaître l’agression et la délinquance
Les moyens de connaître les formes, mécanismes et évolutions de l’agression et de la délinquance sont multiples. Il est possible de distinguer au moins six méthodes distinctes. Certaines d’entre elles fournissent des indications sur les volumes et les corrélats de l’agression et de la délinquance. D’autres apportent des éclairages sur leurs contextes sociaux ou leurs mécanismes causaux.
Les statistiques officielles. Les statistiques du ministère de l’Intérieur existent sous une forme qui permet la comparaison dans le temps depuis 1950, sont publiées depuis 1972 sur une base annuelle et rendent compte des actes de délinquance et des personnes mises en cause. Elles se fondent sur les statistiques de la police et de la gendarmerie et offrent une estimation par types d’infractions des volumes de la délinquance détectée. Des statistiques annuelles sur jugements et condamnations ainsi que les personnes incarcérées sont également produites par le ministère de la Justice. Plusieurs limites caractérisent les mesures officielles.
Tout d’abord, elles varient en fonction de la décision des victimes de déposer plainte. Par exemple, dans l’enquête VAMM 1 (voir encadré 1), seules 37 % des victimes d’agression ont déposé plainte. Les statistiques officielles dépendent également du fonctionnement des services qui les enregistrent, elles ne concernent par définition que les infractions qui sont venues à la connaissance de ces services et qui ont été enregistrées comme telles. Une autre limite concerne la possibilité de « biais » susceptibles d’être en œuvre à la fois dans la sélection policière et dans le processus pénal. Lorsque l’on constate par exemple la surreprésentation d’une catégorie donnée de personnes dans les données officielles, le doute subsiste sur son origine : s’agit-il d’une suractivité délinquante de la catégorie concernée ou d’une sursélection et d’une surpénalisation de cette catégorie par les services de la police et de la justice ? Par exemple, Smith et Visher (1982) ont montré que des personnes noires étaient plus fréquemment arrêtées par la police, indépendamment de la gravité du délit (voir aussi Huizinga & Elliott, 1987 ; Gibbens & Krohn, 1986).
Les enquêtes de délinquance auto-déclarée. Dans les enquêtes de délinquance auto-déclarée, les participants sont invités à indiquer dans l’anonymat les infractions dont ils ont pu être les auteurs, généralement à partir d’une liste de conduite portant sur une grande diversité d’actes de gravité très variable. Grâce à cette méthode initiée par Short et Nye (1957), il devient possible de comparer l’incidence (le nombre de délits commis) et la prévalence (le nombre de délinquants) et de connaître la délinquance de divers milieux et groupes sociaux en limitant le risque de ne mesurer que la réaction sociale différentielle aux infractions légale. De nombreux doutes ont été exprimés concernant cette méthode avant que des améliorations significatives ne permettent véritablement de l’accréditer. Tout d’abord, la mesure de la délinquance autodéclarée a été massivement pratiquée dans des milieux scolaires, là où précisément les probabilités de rencontrer des participants fortement engagés dans la délinquance après 16 ans sont les plus faibles. Pour trouver un nombre important d’auteurs de délits atteignant une certaine gravité, des échantillons de très grande taille sont nécessaires. Par exemple, l’échantillon de l’enquête VAMM 1 ne comporte que 19 pyromanes déclarés sur 2019 sujets. Plus fondamentalement, le principe d’une mesure autorapportée de la délinquance implique d’accorder un certain degré de confiance à la mémoire et à la sincérité des participants, même lorsque toutes les précautions sont prises par ailleurs. La validation des questionnaires de délinquance autorapportée s’est basée sur des méthodologies multiples. On a cherché par exemple à évaluer l’indice de corrélation entre un premier questionnaire et un second présenté aux mêmes sujets à plusieurs semaines ou mois d’intervalle (voir par exemple Dentler & Monroe, 1961). Ces études ont généralement mis en évidence de forts degrés de cohérence. On a également cherché à comparer les réponses des sujets à diverses sources externes, comme les statistiques officielles (Erickson & Empey, 1963) ou des informateurs extérieurs comme les amis, les parents ou les enseignants (voir par example Gold, 1970). Les comparaisons contrôlées réalisées entre des sujets judiciarisés et des sujets non-judiciarisés confirment que les premiers ne sont pas arrêtés par hasard : ils commettent beaucoup plus de délits (voir, par exemple, Bègue, 2000 ; Palmer & Hollin, 1998). L’une des études de validité les plus fameuses est celle de Clark & Tift (1966). Ces auteurs ont demandé à des étudiants volontaires de compléter un questionnaire de délinquance composée de 35 items. En soumettant par la suite ces mêmes sujets à un polygraphe, les auteurs ont observé une stabilité des réponses de 81,5 %. Les mesures autorapportées sont considérées aujourd’hui comme une option de recherche valable (voir Hindelang, Hirschi & Weis, 1981) et constituent actuellement une méthode dominante dans la recherche criminologique sur la délinquance au niveau international. Bien que cette méthode soit le plus souvent utilisée auprès d’adolescents scolarisés (Bègue, 2000a & b, Roché, 2001), elle a également été employée auprès d’adultes (Elliott et al., 1983 ; Bègue et al., 2007), d’étudiants d’université (Cochran et al., 1998), et même des criminologues professionnels ! (Robinson et Zaitezow, 1999). Un type d’étude récent qu’il est possible de rapprocher des enquêtes de délinquance auto-rapportées correspond à la prévalence des idées criminelles chez les individus. Dans une étude interculturelle, David Buss (2005) a interrogé plus de 5 000 personnes en leur demandant si elles avaient déjà considéré l’idée de tuer une personne qu’elles n’aimaient pas, comme un rival amoureux ou quelqu’un les ayant publiquement humiliés. Lorsque la réponse était positive (pour 91 % des hommes et 84 % des femmes), une batterie de questions permettant d’identifier les variables interpersonnelles et situationnelles associées à l’idée d’homicide.
Les enquêtes de victimation. Les enquêtes de victimation s’intéressent aux infractions et aux circonstances de leur réalisation à partir du témoignage des victimes. Bien qu’elles permettent de connaître le profil sociodémographique et le style de vie des victimes ainsi que les contextes matériels et relationnels des actes délinquants, elles n’apportent pas d’informations sur les délinquants eux-mêmes (sauf dans les rares cas où la victime aperçoit ou connaît l’auteur), et leur utilisation est caduque dans certains cas (homicide, délits sans victime, délit envers des entités impersonnelles). Par rapport à la méthode de délinquance auto-rapportée, cette méthode présente certaines limites similaires. Ainsi, s’il semble que les victimes se souviennent mieux d’une infraction que l’auteur de celle-ci (ce qui n’est pas surprenant puisqu’en en général, la perte qu’elles subissent est beaucoup plus importante que le gain qu’en retire l’auteur), elles ne sont pas nécessairement plus objectives que celui-ci lorsque la victimation résulte d’un conflit avec l’auteur de l’acte : dans cette situation, les victimes ont matériellement ou psychologiquement intérêt à exagérer l’intentionnalité de l’acte infligé par l’auteur (voir Baumeister & Bratlavsky, 2000) ou peuvent être réticentes à rapporter un acte dont l’auteur est un proche. Par ailleurs, les enquêtes de victimation ont tendance à sous-échantillonner certains groupes de personnes comme les sans domicile fixe). Initiée aux États-Unis dans les années soixante et introduite en France au milieu des années quatre-vingt (voir Zauberman & Robert, 1995) l’enquête de victimation est aujourd’hui un instrument de mesure routinisé dans de nombreux pays industrialisés. Plusieurs études ont été réalisées en France sur des échantillons représentatifs (voir notamment Bègue et al., 2006 ; Peretti-Watel, 2000 ; Pottier, Robert & Zauberman, 2001).
Les observations participantes. Dans certains cas, pour étudier la délinquance, les chercheurs approchent des groupes afin d’étudier leurs pratiques à leur contact et dans leur milieu de vie habituel. Cette méthode a été développée à travers les études pionnières de l’école de Chicago dans les années vingt. Des exemples célèbres comme les études de Becker (1985), Whyte (1943) ou Trasher (1927) illustrent bien la richesse et la plus grande flexibilité de cette méthode par rapport à d’autres, mais aussi les difficultés inhérentes à la méthodologie ethnographique qui la sous-tendent, comme l’accès au groupe, l’objectivité de l’analyse, la construction de l’objet et l’interférence avec celui-ci durant le déroulement de l’étude.
Les analyses secondaires. Les analyses secondaires se basent sur des documents d’archives, des données historiques, des autobiographies de délinquants ou diverses statistiques. Dans son étude sur la délinquance en cols blancs, Sutherland (1949) a exploité divers documents comme par exemple des archives judiciaires afin d’étudier les violations légales de certaines des plus grandes entreprises américaines (publicités mensongères, fraudes, violations des conventions commerciales, etc.), tandis que Cohen et Felson (1979) ont mis en relation des données commerciales sur le poids (décroissant) des postes de télévision entre 1960 et 1970 et l’augmentation parallèle des vols durant la même période.
L’expérimentation. Contrairement aux autres méthodes, l’expérimentation nécessite l’intervention active d’un expérimentateur, qui doit créer différentes conditions dans lesquelles seront affectés aléatoirement les participants, et dont on comparera les effets sur la variable choisie. Pour des motifs pratiques et éthiques, les expérimentations dans le domaine de la délinquance et de l’agression sont moins nombreuses que les enquêtes. Elles requièrent par ailleurs de nombreuses précautions méthodologiques afin d’éviter certains biais susceptibles de ruiner leur portée scientifique (voir Tedeschi & Quigley, 1996 ; 2000 ; Giancola & Chermack, 1998). L’approche expérimentale est pratiquée en laboratoire mais également sur le terrain. Par exemple, Jessness (1971, cité par Farrington, 1979) a assigné aléatoirement des garçons délinquants à leur entrée dans une institution juvénile dans une petite unité bien encadrée, ou une institution plus grande et pauvrement encadrée, en montrant que peu de temps après la sortie, ceux qui avaient bénéficié d’une plus petite unité avaient un taux de récidive significativement inférieur. Comme le souligne Farrington (1979), la recherche criminologique gagnerait à s’appuyer davantage sur l’expérimentation. En effet, des progrès significatifs dans l’élucidation de questions comme celle de l’effet de l’alcool, de l’échec scolaire, ou de la température sur l’agression ont été le plus souvent rendus possibles par la pratique de l’expérimentation.

Développement social de l’agression

Agression et contextes sociaux du développement

  • 4 Une méta-analyse de 82 études consacrée à l’agression physique dans les relations hétérosexuelles (...)

10Dans tous les contextes géographiques étudiés, les auteurs et victimes typiques d’agressions graves sont des jeunes hommes (Steffensmeier & Allan, 1996). Dans une méta-analyse de 20 études consacrée aux homicides, Wilson et Daly (1990) ont ainsi montré que 97 % des homicides étudiés impliquaient des hommes comme victimes et auteurs. Ce qui ne veut pas dire que les femmes ou les enfants soient en reste. En réalité, bien que les hommes soient plus agressifs physiquement et verbalement que les femmes envers d’autres hommes (Eagly & Steffen, 1986 ; Hyde, 1984), lorsqu’il s’agit d’agression hétérosexuelle, cette différence tend à s’inverser4. En ce qui concerne les enfants, après les premiers signes de colère en réponse à la frustration, perceptibles après 6 mois, les premières formes d’agression physique avec les pairs et les adultes apparaissent durant la deuxième année. Selon les observations de mères, l’agression physique des enfants semble culminer à deux ans puis diminuer avec l’âge, tandis que l’agression verbale augmente. Le niveau global des agressions physiques reste toutefois important. Tremblay (2000) a observé des enfants dans des crèches et a constaté un taux d’agression spectaculaire : pas moins de 25 % des interactions entre enfants impliquaient des composantes d’agression physique. En ce qui concerne les différences liées au genre, celles-ci sont déjà significatives, et ce dans toutes les cultures (Whiting & Whiting, 1975) et milieux économiques (Baumrind, 1971). Les réactions colériques ou agressives sont également différenciées très tôt. Par exemple, une étude auprès d’enfants de 3 et 6 mois indiquait que les réactions de colère des enfants suscitaient de la part de l’entourage un comportement empathique pour les garçons et désapprobateur pour les filles (Malatesta & Haviland, 1982).

11La contribution de la personnalité dans les conduites agressives est sensible dès la petite enfance. Selon la perspective sociale-cognitive, la personnalité regroupe des structures de connaissance d’un individu (Mischel & Shoda, 1995) cumulativement élaborées sous l’influence de facteurs biologiques et situationnels à partir d’innombrables expériences à travers la vie. Elle va inclure les croyances et attitudes agressives, les schèmes perceptuels agressifs, les schémas d’attentes agressives, les scripts comportementaux agressifs et la désensibilisation agressive. Ces composantes rendent compte de la stabilité individuelle de l’agression dans le temps (voir Laub & Lauritsen, 1995). Par exemple, une méta-analyse impliquant 16 études consacrées aux conduites agressives chez les garçons montre que la corrélation est de. 69 sur une période de 5 ans et de. 60 sur une période de 10 ans (Olweus, 1979). Plus récemment, Huesmann, Eron, Lefkowitz & Walder (1984) ont enregistré un coefficient de. 50 pour les garçons et de. 30 pour les filles entre 8 et 30 ans auprès d’un échantillon de 600 sujets.

12Ces structures de connaissance sont construites dans les divers contextes d’interaction des individus et en fonction de variables de personnalité mentionnées plus haut, que l’on peut regrouper sous deux super-facteurs : le faible auto-contrôle et l’irritabilité (Agnew, 2005a). On peut identifier quatre classes de contextes d’interaction pertinents, qui correspondent aux contextes sociaux les plus influents pour l’individu en développement : la famille, l’école, les amis, et plus tard le milieu professionnel. Les variables familiales pertinentes liées à l’agression sont le faible attachement entre enfants et parents, les conflits dans la famille, la maltraitance, la faible supervision, la criminalité des parents et des frères et sœurs, le faible soutien social dans la famille, le statut marital des parents, leur attachement réciproque et la criminalité du partenaire (à l’âge adulte). Le domaine des variables scolaires comprend les performances scolaires, le faible attachement à l’école, le faible temps consacré aux devoirs, le traitement négatif par les enseignants et de faibles objectifs scolaires ou professionnels et un faible niveau de qualification (à l’âge adulte). Les variables amicales recoupent l’attachement à des pairs délinquants, l’appartenance à un gang, le temps consacré à des activités non structurées et non surveillées avec des pairs, ainsi que la victimation. Enfin, les variables relevant du domaine professionnel sont les faibles performances professionnelles, le chômage de longue durée, et l’activité professionnelle précaire. Bien que chacune de ces variables soit importante et apporte une contribution distincte à la compréhension du comportement agressif, il serait erroné de les considérer séparément et de manière statique, car non seulement l’effet de ces variables et fréquemment multiplicatif et rétroactif, mais de plus des recherches longitudinales indiquent que le poids relatif de chacune des variables qui le composent évolue avec le temps (voir figure 3).

Figure 3. – L’évolution de l’influence d’une sélection de prédicteurs de l’agression et de la délinquance (d’après Agnew, 2005a, p. 58, les flèches en gras indiquent un effet plus important).

Un processus majeur : l’apprentissage de l’agression

13L’apprentissage par observation et participation sociale est une source déterminante d’acquisition des comportements agressifs (Bandura, 1977). Ainsi, le meilleur prédicteur statistique de la délinquance d’un individu est la délinquance de ses amis adolescents ou adultes. Ce constat n’est pas réductible à la classique tendance homophilique qui veut que l’on s’associe préférentiellement aux personnes qui nous ressemblent (Byrne, 1971). En réalité, la délinquance est véritablement apprise et stimulée au contact des pairs délinquants : c’est ce que démontrent diverses recherches longitudinales (Eliott, Huizinga & Ageton, 1985 ; Gatti et al., 2005 ; Thornberry et al., 2003 ; Warr, 2000). Par exemple, Gordon et ses collègues (2004) ont observé qu’après leur entrée dans un gang, les garçons intensifiaient leur vente et usage de drogue, ainsi que leur violence et les atteintes à la propriété. Un retour au niveau initial était observé lorsque l’adolescent quittait le gang (Battin-Pearson et al., 1998). Le modèle interactionnel de Thornberry et ses collègues (1987, 1991) indique que l’association aux pairs délinquants a une influence directe et indirecte sur la délinquance des adolescents de 15-16 ans (figure 4).

Figure 4. – Le modèle interactionnel de Thornberry (1987) appliqué aux 15-16 ans. Note : les traits en pointillés indiquent des relations négatives entre variables.

14Le groupe délinquant initie et renforce la délinquance de ses membres à plusieurs niveaux. Tout d’abord, il est dispensateur de normes délinquantes et de modes de conduite délinquants. Il fournit en outre des gratifications matérielles ou symboliques aux auteurs d’actes agressifs. Il offre enfin un échantillon de modèles, de modes de conduite et de techniques spécifiques qui seront susceptibles d’être imités. Comme n’importe quel apprentissage, l’acquisition de comportements agressifs est stimulée par les encouragements dispensés par l’environnement. Par exemple, les adolescents joueurs de hockey dont les pères applaudissent lorsque le jeu est plus agressif se montrent plus violents sur la glace que les autres (Ennis & Zanna, 1991, cité par Bédard, Beziel & Lamarche, 1999). Faire personnellement l’expérience d’encouragements ou de désapprobation n’est pas nécessaire à l’acquisition de connaissances et de modes de conduite : l’observation d’autrui est également très efficace (Bandura, 1977). De nombreux travaux montrent que des enfants qui observent incidemment des modèles agressifs, par rapport à des enfants exposés à des modèles neutres, expriment davantage de conduites agressives par la suite, et ce d’autant plus que les modèles observés tirent profit de leurs actes, sont attractifs ou encore ressemblent aux observateurs.

Les effets de l’agression sur l’agression

15Lorsque l’on interroge des enfants sur leurs relations avec les autres enfants de leur classe, ils expriment couramment leur antipathie pour les enfants agressifs (Kupersmidt, Burchinal & Patterson, 1995). Cette mise à distance des enfants agressifs est à la fois la résultante des conduites de ces derniers et la cause de futurs problèmes de comportements (Bierman & Wargo, 1995 ; Coie, Terry, Lenox, Lochman & Hyman, 1995 ; Kupersmidt et al., 1995). Dès six ans, les enfants agressifs sont davantage rejetés que les autres par leurs pairs. Ce rejet a des effets similaires à celui de l’ostracisme chez les adultes : il provoque ou alimente leurs propensions agressives (voir Twenge et al., 2001 ; Williams, 2001). À travers une étude sur les fusillades ayant eu lieu dans les écoles entre 1995 et 2001, Leary et ses collègues (2003) ont montré que la quasi-totalité de leurs auteurs faisaient l’expérience de rejet répété par les autres élèves de leur école. De nombreux travaux criminologiques suggèrent que le sentiment d’exclusion interpersonnelle et sociale chronique représente l’un des facteurs de risques les plus couramment associés à la violence extrême, et ce davantage que l’appartenance à un gang, la précarité économique ou l’usage de drogue (Twenge, 2007).

16L’un des effets négatifs du rejet est l’affiliation subséquente à des pairs déviants, ce qui renforce les problèmes de conduite (Patterson, Capaldi & Bank, 1991), érode l’adhésion aux normes non-déviantes et rend plus difficile les relations avec les agents de socialisation favorables au respect des lois. Par exemple, Patterson et ses collègues (1992) ont montré à travers une étude longitudinale les effets de la délinquance d’enfants sur les pratiques éducatives de leurs parents. Ces derniers en venaient à être moins attachés à leur progéniture, à moins superviser leurs enfants et à les traiter durement, ce qui avait un effet de renforcement des problèmes de conduite des enfants (voir aussi figure 4).

17D’autres processus rendent compte des conséquences d’agressions initiales sur les agressions futures. Ainsi, la réalisation d’actes déviants est susceptible de donner lieu à un étiquetage déviant, dont les effets amplificateurs ont fait l’objet de nombreux travaux classiques (Becker, 1985 ; Lemert, 1967). À l’école, l’assignation d’une identité déviante à un élève qui ne respecte pas les règles qu’il est censé respecter ouvre en effet à ce dernier une résolution identitaire consistant tout simplement à systématiser publiquement son rejet de l’autorité scolaire, ce qui lui permet d’engranger les dividendes d’une réputation sociale déviante (Anderson, 1999 ; Emler & Reicher, 1995). La dégradation des relations entre l’individu, ses proches et les institutions sociales comme l’école ou le monde du travail, tout comme les bénéfices matériels de la déviance (Akers, 1998 ; Brezina, 2000), vont amenuiser l’investissement de temps et d’énergie dans une ligne d’action respectueuse des règles institutionnelles ou légales. Les effets négatifs de la criminalité sur les autres domaines de la vie comme l’école, le mariage ou le monde du travail sont amplement connus (Benson, 2002 ; Moffitt, Caspi, Rutter & Silva, 2001). Enfin, il existe une dernière raison pour laquelle l’agression peut contribuer à renforcer l’agression peut être mentionnée : la réalisation d’actes agressifs peut conduire l’individu à réaliser que le risque d’être soumis à des sanctions externes est extrèmement faible (Pigarsky & Piquero, 2003 ; Stafford & Warr, 1993) ; sa crainte de sanctions externes va donc diminuer. Ces divers processus rendent compte du fait qu’une agression à un temps t1 augmente la probabilité d’occurrence d’une agression par la suite (Akers, 1998 ; Bushway, Brame & Paternoster, 1999 ; Hawkins et al., 2000), et ceci indépendamment des facteurs ayant été à l’origine de l’agression initiale.

18L’effet de l’agression sur l’agression est également observable à un niveau macrosocial. Archer et Gardner (1984) ont montré au moyen de données statistiques issues de 110 pays entre 1900 et 1970 que les pays qui venaient de traverser une période de guerre voyaient leur criminalité augmenter. L’explication de ce phénomène la plus conforme aux données étudiées par ces auteurs était la légitimation de la violence consécutive à la guerre.

Agression et situations

19L’étude des contextes du comportement agressif indique que toute agression est fortement contrainte par les situations. Les agressions se produisent le plus souvent dans des contextes humains et physiques spécifiques (Clarke, 1997 ; Felson, 2006 ; Goldstein, 1994). À titre d’illustration du rôle du contexte humain, Daly et Wilson (1988) ont observé qu’un beau-parent co-résidant avait une probabilité environ soixante-dix fois supérieure de tuer un enfant de moins de deux ans qu’un parent génétique co-résident. Cette probabilité était encore quinze fois supérieure pour les victimes adolescentes. Concernant les contextes physiques, la possession d’armes à feu explique à elle seule la moitié des écarts dans les taux d’homicides entre les États-Unis et le Royaume-Uni (Zimring & Hawkins, 1997). D’autres contributeurs contextuels comme le stress social (Agnew, 1985, 1992, 1994, 1999 ; 2005b ; Agnew & White, 1992), la température (Anderson, Anderson, Dorr, de Neve & Flanagan, 2000), le bruit (Geen & Mc Cown, 1984 ; Gaur, 1988), la pollution atmospherique (Rotton et al., 1979) ou les normes culturelles concernant la violence (Nisbett et Cohen, 1996) représentent des facteurs de risques connus. Par exemple, sur la base de travaux concernant les effets de la température sur l’agression, certains chercheurs vont jusqu’à suggérer qu’un réchauffement de 0,5 degrés centigrades dans les 50 années à venir induirait une augmentation annuelle de 25 000 agressions et homicides (Baumeister & Bushman, 2007).

20On se limitera ici à quelques exemples importants comme les contrôles physiques et sociaux, les émotions négatives, l’alcool et l’exposition à des scènes de violence télévisuelle. L’idée principale qui sous-tend une approche situationnelle de l’agression est que celle-ci est plus probable lorsque les contrôles physiques et sociaux qui empêchent l’agression sont absents et lorsque les motivations de l’individu à agresser sont fortes. Par exemple, les motivations à agresser seront plus fortes si l’individu est porteur de croyances favorables à l’agression –ce qui réduit le coût psychologique de l’agression en terme de culpabilité–, en cas de provocation ou de tension, lorsque l’agression est payante. En outre, les contraintes externes éloignant l’individu seront plus faibles si par exemple l’agresseur perçoit de fortes probabilités de ne pas être puni ou blessé durant l’agression, ou encore s’il juge qu’une agression puisse mettre en danger certaines ressources ou attaches sociales prisées.

Les contrôles physiques et sociaux

21La surveillance, les contraintes physiques et les sanctions ont un rôle significatif dans les comportements agressifs et les actes de dégradation. La quantité de dégradations et de violences observées dans les lieux publics urbains est ainsi liée à l’importance du contrôle formel ou informel qui y est effectivement exercé, qu’il s’agisse des dégradations dans les bus (vingt fois plus importantes dans l’étage supérieur que l’étage inférieur, où se trouve le chauffeur) ou les espaces scolaires (dont la superficie, indépendamment du nombre d’élèves, est corrélée aux violences et dégradations). Cette idée de contrôle s’applique également à d’autres contextes, comme la famille, où l’on constate que la surveillance parentale est inversement proportionnelle à la délinquance des adolescents (ce résultat résiste au contrôle statistique d’autres facteurs comme le niveau économique du ménage par exemple) ; elle permet de comprendre en partie pourquoi les aînés, les personnes de sexe féminin, ou encore celles issues de fratrie peu nombreuses, sont moins enclins à la délinquance que les autres (Bègue & Roché, 2005). On pourrait citer maints exemples historiques de pillages et violences diverses facilités ici par telle catastrophe naturelle, là par telles grèves des services du maintien de l’ordre, pour alimenter cette idée simple : le relâchement du contrôle direct crée des opportunités déviantes que certains s’empressent de saisir. Bien qu’un contrôle direct excessif puisse avoir des effets contre-productifs en augmentant la frustration et la défiance des agents de l’autorité, l’absence de contrôle direct est fréquemment liée à des comportements socialement indésirables incluant l’agression. Cette idée est très compatible avec les travaux réalisés sur le phénomène de désindividuation induite par la participation collective. Le groupe apporte un anonymat et une désindividuation propices à une baisse du contrôle et à une plus grande réceptivité aux normes violentes du contexte immédiat. L’intensité de la désindividuation étant théoriquement fonction de la taille du groupe lui-même, on doit s’attendre à une plus grande propension à la violence lorsque les groupes sont plus denses. De même, on peut supposer que plus la désindividuation est importante, plus la violence exprimée est intense. Cette dernière hypothèse a été traitée par Watson (1973), qui a étudié des documents archéologiques provenant de 24 cultures et a montré que dans les sociétés où les guerriers cachaient leur identité avant d’aller à la guerre (par exemple en se peignant le visage ou le corps), ceux-ci étaient significativement plus enclins à tuer, torturer ou mutiler des prisonniers captifs que des combattants qui ne cachaient pas leur identité. Concernant le lien entre la taille du groupe et les actes agressifs, une étude basée sur des archives de lynchages sur 50 ans a montré que plus une foule était nombreuse, plus étaient fréquentes des atrocités comme brûler, lacérer et démembrer la victime (Mullen, 1986).

22Pour tester de manière expérimentale l’hypothèse voulant que la désindividuation soit génératrice d’agression, Zimbardo (1969) a fait écouter à des participants l’enregistrement d’une personne passant pour une victime et apparaissant comme altruiste et agréable ou au contraire égocentrique et désagréable. Certains participants étaient individués (portant un large badge marqué de leur prénom), d’autres étaient désindividués (portant des vestes de laboratoire et des masques). Les participants apprenaient ensuite que l’étude concernait le conditionnement, et qu’ils auraient à administrer des chocs électriques douloureux à quelqu’un. Les résultats ont montré que les personnes désindividuées administraient des chocs presque deux fois plus longs que les autres (voir aussi Zimbardo, 2007). Une autre étude réalisée en Allemagne est particulièrement intéressante car il s’agit d’une expérimentation de terrain. L’étude a consisté à regrouper aléatoirement par cinq des élèves pour une compétition de handball. Certaines équipes portaient un tee-shirt orange, d’autres n’étaient pas désindividuées de la sorte (chaque membre avait ses vêtements ordinaires). Les résultats du codage des comportements observés durant la compétition ont montré que les équipes en orange jouaient plus agressivement que les autres (Rehm, Steinleitner & Lilli, 1987).

23Pourquoi la désindividuation rend-elle plus violent ? Tout d’abord, elle contribue à abaisser le sentiment de responsabilité individuelle. Ensuite, elle altère la conscience de soi en diminuant notamment la capacité de l’individu à vérifier l’adéquation entre des normes personnelles relativement stables et ses comportements en situation, rendant l’individu plus sensible aux normes de la situation immédiate (voir Postmes & Spears, 1998).

La frustration et les émotions négatives

24L’agression apparaît également à la suite de frustrations et plus largement d’émotions négatives. Par exemple, des analyses économiques indiquent une corrélation solide entre la réalisation de lynchages de minorités noires dans le Sud des États-Unis et la diminution du prix du coton (Hepworth & West, 1988). Bien que l’expérience de frustrations ou d’émotions négatives ne soit ni nécessaire ni suffisante pour déclencher un comportement agressif (voir infra), elle y est fréquemment associée. Dans une ancienne expérience, Barker et ses collègues (1941) ont étudié le jeu spontané d’enfants auxquels des jouets étaient mis à disposition. Certains enfants devaient longuement attendre avant de jouer : ils voyaient les jouets mais ne pouvaient physiquement les atteindre. D’autres enfants pouvaient quant à eux manipuler immédiatement les jouets. L’observation des enfants a montré que ceux qui avaient préalablement été frustrés avaient des comportements plus destructeurs, jetant plus fréquemment les jouets au sol ou sur les murs de la pièce.

25De nombreux travaux montrent que l’expérience chronique de frustration est liée à l’agression. Faire l’expérience d’anxiété et de sentiments dépressifs est un bon prédicteur du comportement agressif (Aseltine et al., 2001 ; Krueger et al., 2001). Plusieurs enquêtes attestent d’un lien entre la commission d’actes de délinquance et l’expérience de diverses formes de tension comme se sentir rejeté par les autres, être en conflit avec des pairs, être victime de délinquance, faire l’expérience de conflits ou de rupture familiale, changer de domicile ou être au chômage (voir Agnew & White, 1992 ; Aseltine et al., 2000). Une étude réalisée sur un échantillon de lycéens français indique que les élèves insatisfaits de leur orientation scolaire étaient plus enclins à se battre, insulter un adulte de l’établissement ou être auteurs de dégradations (Ballion, 2000 ; voir aussi Choquet & Ledoux, 1994). Une autre étude en milieu scolaire dans 50 États américains montrait ainsi que le taux de punition corporelle à l’école et le taux de fusillades, fatales ou non, étaient corrélés, et ce compte tenu d’autres facteurs pertinents comme la situation économique et sociale (Arcus, 2002).

26Les études consacrées à la frustration permettent de distinguer les frustrations occasionnées par l’impossibilité d’atteindre un but (par exemple démarrer la réalisation d’une tâche donnée et être empêché de la poursuivre) donnent souvent lieu à des réactions moins agressives que celles qui résultent d’une menace pour la valeur de soi, comme c’est le cas lorsqu’un individu est provoqué (Bettencourt, 2006). Ces deux types de frustration peuvent être liés, comme on l’observe dans ce que l’on appelle l’incohérence de statut. Les travaux consacrés aux violences conjugales montrent ainsi que lorsqu’un homme subit un écart entre sa qualification professionnelle et le métier qu’il occupe effectivement (il est par exemple titulaire d’un diplôme élevé mais n’a trouvé qu’un emploi plus faiblement qualifié ou rémunéré qu’il pouvait l’espérer), il est six fois plus enclin que la moyenne à agresser sa femme. Lorsque la valeur que l’on s’attribue à soi-même est menacée par autrui, l’agression verbale ou physique n’est généralement pas très loin. Une très grande proportion d’homicides résultent d’un écart entre la haute opinion que les gens se font d’eux-mêmes et la manière irrespectueuse dont ils s’estiment traités par quelqu’un. Dans une étude expérimentale, des sujets étaient insultés par un assistant de recherche passant lui-même pour un participant, et avaient la possibilité de l’agresser en retour. Il est apparu que par rapport aux sujets qui n’avaient pas été insultés, ceux qui l’avaient été et avaient une haute image d’eux-mêmes (ceci était évalué au préalable au moyen d’un questionnaire psychométrique) avaient une réaction significativement plus agressive (Baumeister, Smart & Boden, 1996 ; Bushman & Baumeister, 1998, 2002). Ce résultat est conforme aux observations de terrain de Martin Jankowski (1991), sociologue ayant observé la vie de 37 gangs de Boston, New York et Los Angeles pendant plus de 10 ans : individuellement et collectivement, les membres du gang avaient une haute opinion d’eux-mêmes. La fierté est exacerbée lorsque le manque de respect supposé est public ; or, dans plus de la moitié des homicides examinés dans une étude de référence (Luckenbill, 1977), une audience est présente, encourageant éventuellement les protagonistes à se battre.

27La frustration, on l’a dit, ne mène toutefois pas inéluctablement à l’agression. L’interprétation de la situation apparaît ainsi comme un phénomène important dans l’explication du lien entre la frustration et l’agression. Ainsi, lorsqu’une source de frustration apporte des justifications plausibles à son comportement ou présente des excuses, la réaction agressive est altérée (Ferguson & Rule, 1983 ; Pastore, 1952). À l’inverse, de nombreux auteurs d’agression ont tendance à imputer une intention négative à la source de la frustration même en l’absence d’indice d’hostilité, comme c’est le cas dans le biais d’attribution d’hostilité (Dodge, 1980). Une méta-analyse de 41 études impliquant plus de 6 000 participants a montré une relation élevée entre l’attribution d’intentions hostiles et le comportement agressif (Obrio de Castro, Veerman, Koops, Bosch & Monshouver, 2002) ; cette relation est observée chez les adultes comme chez les enfants (Epps & Kendall, 1995). Par ailleurs, le biais d’attribution d’hostilité est modulé par diverses variables comme la croyance en un monde juste (Bègue & Muller, 2006 ; Hafer & Bègue, 2005). Il existe en outre des agressions qui ne résultent pas de frustrations.

28Trois stratégies cognitives majeures permettent de diminuer considérablement la frustration : la dévaluation du but visé (minimiser la valeur du but), la minimisation du besoin éprouvé à l’atteindre (se convaincre qu’il n’est pas important d’y parvenir), ou l’autodépréciation (penser qu’on ne mérite pas d’atteindre le but visé). La frustration éprouvée peut également être diminuée par le recours à des stratégies non agressives (se relaxer, s’adonner à un loisir). Divers modulateurs sont à mentionner, concernant tant l’individu faisant l’expérience d’une frustration que le type de frustration elle-même. Les personnes les plus susceptibles de réagir à la frustration par la violence ne disposent généralement pas de ressources et de qualifications leur permettant de la gérer de manière légitime (compétences verbales limitées, ressources intellectuelles et relationnelles faisant défaut). Les ressources financières disponibles constituent également un élément important. Par exemple, De Fronzo a étudié 39 aires métropolitaines américaines et a observé que le niveau moyen d’assistance publique des pauvres était négativement lié aux homicides et ce en contrôlant divers facteurs sociaux et économiques pertinents. Plusieurs autres recherches vont dans ce sens (DeFronzo, 1997) ; Messner & Rosenfeld, 1997 ; Savage & Vila, 1997). La gestion des frustrations par la violence est plus fréquente chez les personnes impulsives ou irritables. Enfin, les types de frustration les plus fortement associés à la violence sont ceux qui sont perçus comme intentionnels, injustes, sont de forte intensité et associés à des incitations à la violence de la part des témoins.

29Les réactions à la frustration sont souvent modulées par les imputations d’intention. Toutefois, les émotions négatives suscitées par les frustrations peuvent occasionner une agression envers une personne qui n’est pas elle-même la source de l’agression, comme le suggère le phénomène du déplacement d’agression (Marcus-Newhall et al., 2000 ; Pedersen et al., 2000).

Sentiment d’injustice et agression

30Lorsqu’une personne n’obtient pas ce qu’elle estime mériter en vertu de ce qu’elle a fait ou de ce qu’elle est, elle se considère victime d’injustice. Bien que les formes de la justice varient, les conséquences du sentiment d’injustice subie ne sont pas aléatoires. Réactions neurophysiologiques typiques du stress (Mernard, 2006), insomnies (Greenberg, 2006) et troubles de l’humeur sont souvent constatés. Comme le montre une étude réalisée dans 25 pays, une émotion est constamment associée au sentiment d’injustice : la colère (Mikula et al., 1998). Le sentiment d’iniquité accompagne fréquemment des comportements tels que les sabotages et vols dans l’entreprise (Ambrose, Seabright & Schminke, 2002 ; Cropanzano, Goldman & Folfer, 2003 ; Folger & Baron, 1996 ; Greenberg, 1990 ; Tucker, 1993) ainsi que diverses formes d’agression (Bies & Tripp, 2001 ; Miller, 2001 ; Spector, Fox & Domagalski, 2006). Dans cet ordre d’idée, une étude que nous avons réalisée auprès de 1 200 adolescents de 11 à 18 ans indiquait un lien systématique entre la délinquance auto-déclarée et le sentiment de vivre dans un monde injuste : moins les adolescents pensaient que le monde était juste avec eux, plus ils déclaraient avoir commis de conduites déviantes bénignes ou graves (Bègue, 2000, 2001 ; voir aussi Sicot, 2000 ; Dubet, 1987 ; Dubet & Lapeyronnie, 1992 ; Jazouli, 1992 ; Lagrange, 2001 ; Wievorka, 2000). Selon Donald Black (1993), de nombreuses agressions ont une base morale et représentent une forme particulière de justice rétributive (voir aussi Tedeschi & Felson, 1994). L’homicide, le viol ou la destruction des biens sont en de nombreuses sociétés traditionnelles considérés comme des recours appropriés à la restauration de la justice. Black montre que la majorité des homicides intentionnels modernes constituent une réponse à un tort subi. Une recherche de Pettiway (1987) indiquait que près de 60 % de tous les incendies d’une période donnée à Houston étaient des vengeances consécutives à une dispute. De nombreux parricides sont également commis selon leurs auteurs pour punir et protéger leur mère des violences qu’elles subissent de leur conjoint (voir Buss, 2005, p. 184-194). D’autres comportements comme les destructions matérielles sont potentiellement des actes motivés par le sentiment d’injustice. Dans la vie courante, bon nombre de conduites considérées comme injustifiables par l’opinion seraient donc paradoxalement déclenchées par le besoin de ne pas laisser impunie une injustice et auraient une base morale. Une différence de perspective rend certainement encore plus tranchée la différence d’interprétation d’un même acte par son auteur (qui connaît ou croit en connaître les raisons et l’équation situationnelle) et les personnes qui, évaluant en spectateurs la violence et en jaugeant l’immoralité, concentrent généralement leur attention sur l’agent et les déficits de sa personnalité susceptibles d’expliquer ce qui paraît souvent être une conduite irrationnelle. Ces phénomènes relèvent typiquement de ce que l’on désigne par l’effet d’« acteur/observateur » (Jones & Nisbett, 1971), qui consiste en une divergence d’interprétation systématique entre un « acteur » (qui attribue ses conduites aux caractéristiques d’une situation donnée) et un « observateur » (direct ou indirect), qui tendra à associer ces mêmes conduites à des dispositions stables de leur auteur.

31Ironiquement, il n’est donc pas rare que les auteurs d’injustices invoquent eux-mêmes la justice pour rationaliser leur comportement. Cette « distorsion cognitive » est bien connue des criminologues (Yochelson & Samenow, 1976). Par exemple, John Gacy, qui a violé, torturé et étranglé 33 jeunes hommes dans le sous-sol de sa maison, se présentait davantage comme une victime que comme un tueur en série. Moins spectaculaires sont les justifications délinquantes ordinaires, qui apparaissent comme autant d’opérations rhétoriques permettant de nier, de rejeter la responsabilité sur d’autres ou de légitimer l’agression (Agnew, 1994 ; Bandura, 1999 ; Gabor, 1994 ; Sykes & Matza, 1957). Le sentiment d’injustice subie est parfois également à l’origine d’agressions « altruistes » ne bénéficiant pas matériellement à leur auteur. Dans une ingénieuse expérience, Lerner (1991) a montré que des individus témoins d’une attaque verbale sévère et injustifiée envers quelqu’un d’autre allaient jusqu’à accepter des pertes monétaires pour venger la personne (pourtant inconnue) ayant essuyé cette attaque. Des travaux plus récents en économie expérimentale vont dans le même sens, montrant qu’une proportion significative de personnes sanctionne ceux qui violent les règles de justice même si cela implique de perdre des ressources personnelles (Fehr & Gachter, 2002). Punir les auteurs d’injustice semble constituer une motivation sociale intense. Lorsqu’un individu est témoin d’une punition administrée à un « tricheur », la région du cerveau qui est activée est celle qui correspond à des expériences personnellement gratifiantes et sources de plaisir (de Quervian et al., 2004 ; voir aussi la synthèse de Gironde, 2008).

L’alcool

  • 5 Les relations entre diverses substances psychotropes et les violences ne seront pas présentées. Se (...)

32L’association entre la consommation d’alcool et l’agression est reconnue depuis des siècles (Hanson, 1995)5. Aujourd’hui, l’alcool est considéré comme la substance psychotrope la plus fréquemment liée au comportement agressif (Bachman, 1994 ; Boles & Miotto, 2003 ; Gmel & Rehm, 2003 ; Parker & Rebhun, 1995 ; Pernanen, 1991 ; Fagan, 1990 ; Zhang, Wieczorek & Welte, 1997). Durant les 25 dernières années, des recherches plus systématiques ont été réalisées pour comprendre la corrélation et le processus causal liant la consommation d’alcool et le comportement agressif. Par exemple, dans une étude agrégeant plus de 9 300 cas criminels issus de 11 pays différents, Murdoch, Pihl et Ross (1990) ont montré que 62 % des délinquants violents avaient bu au moment de la commission des actes agressifs ou peu de temps avant. Dans l’étude VAMM 1 (voir encadré 1), parmi ceux qui avaient participé a une bagarre dans un lieu public (6,5 %), 40 % avaient bu de l’alcool dans les deux heures qui avaient précédé (Bègue et al., 2007). En outre, la consommation d’alcool augmentait significativement le risque d’être victime de coups et blessures pour les femmes (Bègue, Perez-Diaz, Subra, Ceaux, Arvers, Bricout, Roché, Swendsen & Zorman, 2010). Actuellement, les liens entre l’alcool et la violence sont amplement étudiés au moyen de méthodologies diverses comme les études historiques (Graham, 2007), les analyses d’archives (Perez, 2000), les séries temporelles (e. g., Elin, 2007), l’analyse géospatiale (e. g., Gorman, Zhu & Hiorell, 2005 ; Lipton & Gruenwald, 2002), les études dans les services d’urgences hospitalières (e. g., Cherpitel, 1997 ; McDonald, Cherpital & De Souza, 2006), ainsi que les approches transversales et longitudinales par questionnaire (e. g., Fals-Stewart, 2003 ; Fothergill & Ensminger, 2006 ; White, 1997). Toutefois, le fait que l’alcool soit fréquemment impliqué dans les épisodes agressifs ne démontre pas qu’il soit causalement ou directement responsable des actes agressifs. Il se peut également que la tendance à boire de l’alcool et la tendance à l’agression soient conjointement causées par diverses variables individuelles ou situationnelles. Par exemple, les variables relevant des attachements sociaux (Hirschi, 1969) sont reliées chez les adolescents à la commission d’actes de violences (Bègue, 2001) et à l’utilisation excessive d’alcool (Bègue & Roché, 2009). Parmi les variables individuelles, on pourra mentionner le faible contrôle des impulsions (Lara, Pinto & Akiskal, 2006), certains traits génétiques ou du tempérament (Krumm-Merabet & Meyer, 2005), le modelage sur les parents de consommation excessive et de violence (Nicolas & Rassmussen, 2006), de mauvaises relations avec les parents (White, Brick & Hansell, 1993), ou plus largement un profil antisocial (Loeber, Farrington, Stouthamer-Loeber & Van Kammen, 1998). Il y a également de nombreuses variables situationnelles potentiellement génératrices du lien alcool-agression. Tout d’abord, la consommation d’alcool se déroule souvent dans des contextes où plusieurs facteurs liés à la violence apparaissent conjointement : les lieux sont bondés (Homel & Clark, 1994), bruyants (Graham et al., 1980 ; Homel & Clark, 1994 ; Goldstein, 1994) et les normes de conduite conventionnelle peu contraignantes (Graham et al., 1980). Parmi certains groupes, la consommation excessive est elle-même souvent initiée comme un aspect d’un style de vie déviant (Akers, 1992). En plus de ces corrélats situationnels, la violence dans les bars est fréquemment le résultat d’une tentative manquée d’obtenir de l’alcool (Felson, Baccaglini & Gmelch, 1986). En outre, les bouteilles et les verres qui contiennent l’alcool sont parfois utilisés comme des armes : une étude de Budd (2003) montrait qu’une utilisation agressive des bouteilles ou des verres était observée dans 19 % des incidents violents dans les bars. Enfin, les forces de l’ordre détectent plus fréquemment les auteurs de violence qui sont ivres que les autres (Ensor & Godfrey, 1993).

33Les études expérimentales sur les relations entre la consommation d’alcool et l’agression confirment le lien mis en évidence par les autres types d’études et attestent de sa nature causale. Plusieurs méta-analyses démontrent que la consommation d’alcool rend les hommes et les femmes plus agressifs (Bushman & Cooper, 1990 ; Bushman, 1993 ; 1997 ; Chermack & Giancola, 1997 ; Chermack & Taylor, 1995 ; Exum, 2006 ; Hull & Bond, 1986 ; Ito, Miller & Pollock, 1996 ; Lipsey, Wilson, Cohen & Derzon, 1997 ; Pedersen, Aviles & Ito, 2002 ; Roizen, 1997 ; Steele & Southwick, 1985). Toutefois, il est également reconnu que l’effet de l’alcool sur les conduites agressives dépend fortement de facteurs individuels et situationnels et est loin d’être aussi direct que l’effet de l’alcool sur l’activité motrice et cognitive (Lipsey et al., 1997, p. 278). Actuellement, trois perspectives majeures rendent compte des effets de l’alcool sur l’agression (voir Bègue & Subra, 2007, pour une revue de question). Selon la perspective de la perturbation cognitive, les propriétés pharmacologiques de l’alcool affectent les processus cognitifs contrôlés en touchant les fonctions cognitives exécutives (Curtin & Fairchild, 2003 ; Hoaken, Assaad & Pihl, 1998 ; Lau, Pihl & Peterson, 1995), dont on connaît par ailleurs l’implication dans les conduites agressives (Paschall & Fishbein, 2002 ; Giancola, 2000, 2004 ; Raine et al., 2000 ; Moffitt, 1993 ; Stevens, Kaplan & Hesselbrock, 2003). Selon le modèle attributionnel, les croyances socialement construites au sujet de l’effet de l’alcool conduiraient d’une part l’individu à consommer de l’alcool pour se donner du courage afin de permettre une agression et de justifier a posteriori la réalisation d’actes agressifs ou d’atténuer sa responsabilité (Critchlow, 1983 ; 1986 ; Marlatt & Rohsenow, 1980 ; Mc Andrew & Edgerton, 1968 ; Lang, 1993. En outre, si l’individu pense que l’alcool rend agressif, les effets de la consommation sur le comportement violent peuvent être augmentés (Subra & Bègue, 2009). Enfin, selon le modèle automatique (Bargh, 1994 ; 1996), les significations liées à l’alcool et stockées dans la mémoire à long-terme déclencheraient automatiquement des pensées et des conduites agressives en situation de consommation sans que l’individu en ait nécessairement conscience. Ce dernier modèle, tout comme le modèle attributionnel, permet de comprendre pourquoi le simple fait de croire consommer de l’alcool alors que l’on consomme un placebo suffit à déclencher l’agression (Bègue, Subra, Arvers, Muller, Bricout & Zorman, 2009). Dans une recherche récente, nous avons observé que l’exposition subliminale à des stimuli renvoyant à l’alcool augmentait le comportement agressif (Subra, Muller, Bègue, Bushman & Delmas).

Agressions et télévision : la screaminalité

  • 6 En ce qui concerne les effets des jeux vidéos, voir Anderson & Dill, 2000.

34À la suite de crimes de sang très médiatisés autour du film Scream (Wes Craven), on a pu parler de Screaminalité en faisant référence aux homicides et délits apparemment inspirés par des films violents6. Après plus de cinquante ans de recherches basées sur des méthodologies corrélationnelles et expérimentales (voir synthèse dans Bègue, 2003), il est possible d’affirmer que la télévision a un impact immédiat et à long terme sur l’agression (Anderson & Bushman, 2002). Les effets des jeux vidéo ont également été bien étudiés (synthèse dans Bègue, 2008). Bien que la taille des effets varie selon les méthodologies employées, ils sont en général d’amplitude modeste (moins de 10 % des violences commises ont pour cause la télévision). Plusieurs mécanismes causaux non exclusifs ont été identifiés.

Éveil physiologique

35Lorsqu’une personne est exposée à la violence télévisuelle, les effets physiologiques immédiats sont de même nature que si cette personne était exposée à une situation de violence réelle, à savoir une augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine. Cette simple activation suffit à déclencher de la violence pour peu que des indices situationnels (présence d’une arme, effet d’une provocation) lui confèrent une signification agressive. Par exemple, Zillman et ses collègues (1972) ont montré que le résidu d’activation découlant d’un exercice physique était lié à l’agression : après avoir pédalé pendant 2 minutes 30, des sujets provoqués par quelqu’un dans une situation sociale différente réagissaient de manière plus agressive que ceux qui n’avaient pas effectué cet exercice.

Amorçage de pensées et de sentiments agressifs

36La présence et la tendance à accéder facilement à des pensées et de sentiments agressifs sont renforcées par l’exposition à des scènes de violence. Ainsi, une recherche de Bushman et Geen (1990) indiquait que lorsque l’on demande à des individus de faire librement état de leurs pensées suite à une exposition à un film violent, ceux-ci exprimaient des pensées plus agressives que des sujets exposés à un film neutre. Ce genre d’effet peut également se traduire par un plus haut niveau général d’hostilité envers les autres. L’augmentation de la prégnance de pensées et de sentiments agressifs peut intervenir dans l’interprétation de situations rencontrées par la suite, par exemple en attribuant des intentions agressives aux autres même si leur comportement objectif est dénué d’agressivité.

Acquisition de nouveaux registres de croyances et comportements

37Cet effet correspond assez bien à la représentation intuitive que l’on se fait de l’effet des scènes violentes sur les conduites. Au niveau cognitif et à court terme, le spectateur acquiert de manière incidente des connaissances relatives à la violence, qu’il s’agisse de formes verbales, de savoir-faire corporels ou de manipulations techniques. Par exemple, à l’occasion d’une enquête réalisée auprès de 208 détenus nord-américains, 9 sur 10 admettaient avoir appris des « trucs du métier » en regardant des séries policières (Cassel & Bernstein, 2001). Les films pornographiques violents ont également des effets, notamment sur des croyances erronées concernant le viol. Une scène de violence sexuelle typique montre un homme pénétrant une femme de force qui, après avoir résisté, finit par en redemander. Des recherches expérimentales (par exemple Linz, 1989) indiquent que l’exposition même courte à un film présentant une scène similaire suffit effectivement à augmenter l’adhésion à ce que les Anglo-Saxons appellent les « rape myths », qui n’ont rien d’anodin : dans un texte classique, Diane Scully et Joseph Marolla (1984) avaient montré que la rhétorique selon laquelle « les femmes veulent dire oui quand elles disent non » était très prégnante dans le discours des auteurs d’agressions sexuelles.

38Divers travaux réalisés dans le sillage de la théorie de l’apprentissage social suggèrent que la probabilité de reproduction comportementale d’une scène de violence est d’autant plus élevée que le protagoniste agressif est dépeint de manière attractive ; qu’il ressemble au spectateur ; qu’il tire une récompense de son acte et non une punition ; que l’acte combine violence verbale et physique ; que la scène est présentée de manière réaliste ; que ses conséquences (notamment la souffrance de la victime) ne sont pas montrées ou sont minimisées (par exemple par l’humour) ; et que le comportement violent est présenté comme justifié ou ayant un sens moral (par exemple une vengeance).

Désinhibition

39Le spectacle répété de la violence contribue à une désinhibition à l’égard des comportements violents. Dans la mesure où bon nombre d’actes violents sont présentés comme des solutions efficaces à la résolution des conflits, ou encore que la souffrance des victimes est rarement soulignée, les actes violents peuvent se présenter comme des options acceptables. En 1998, une étude réalisée au Royaume-Uni indiquait que dans les fictions, plus de la moitié des épisodes agressifs ne montraient pas les conséquences pour la victime. Dans une recherche classique qui illustre bien l’idée de désinhibition, on a montré à des enfants de 5-6 ans et de 8-9 ans des extraits d’émissions d’une durée de 3 minutes environ présentant soit un programme violent (un extrait de feuilleton populaire à l’époque comprenant entre autres, deux bagarres, un coup de couteau et deux coups de feu), soit un programme sportif excitant (athlétisme). Après avoir vu les films, les enfants étaient conduits dans une autre pièce et placés devant un tableau de bord comprenant deux boutons, l’un étiqueté « blesser » et l’autre « aider », ainsi qu’un signal lumineux étiqueté « prêt ». On leur disait alors que dans une autre pièce se trouvait un autre enfant, en train de tenter de jouer à un jeu afin de gagner un prix, et que chaque fois que le signal « prêt » serait allumé, ils pourraient, en appuyant sur le bouton de leur choix, soit apporter de l’aide à l’enfant dans sa tâche soit le blesser. On les informait en effet que s’ils pressaient le bouton « blesser », cela avait pour conséquence de rendre brûlante une poignée manipulée par l’enfant dans son jeu et donc de lui faire mal. Les sujets étaient ensuite laissés seuls dans la pièce, et le voyant « prêt » s’allumait ensuite à vingt reprises. Les résultats ont montré que les sujets qui avaient vu le film violent, garçons ou filles et quel que soit leur âge, administraient significativement plus de brûlures à la victime (Liebert & Baron, 1973).

Désensibilisation à la souffrance des victimes de violence

40L’exposition à la violence contribue à sa banalisation, et à une moindre sensibilité à l’égard des victimes. Plus l’exposition à la violence télévisuelle est fréquente, plus l’activation physiologique qui lui est associée diminue. Certains travaux on montré que les sujets habitués expérimentalement à la violence étaient ensuite moins physiologiquement réactifs à des scènes de violence réelles. D’autres recherches indiquaient que des hommes ayant visionné plusieurs jours de suite des scènes de violence à l’encontre des femmes exprimaient moins de compassion envers une personne victime de viol. Linz et ses collègues (1984) ont montré que des hommes quotidiennement exposés à des films comportant des scènes de violence sexuelle pendant une durée de cinq jours manifestaient moins d’anxiété en voyant des scènes qui généralement font augmenter l’anxiété du spectateur et considéraient au bout du compte que les films étaient moins violents et moins dégradants pour les femmes. En même temps, l’intérêt pour les films avait augmenté durant cette période.

41La désensibilisation n’est pas limitée à l’adulte. On a ainsi présenté à des enfants de 8-10 ans un film violent ou un film sportif, les deux films suscitant un même degré d’activation physiologique (mesurée par un physiographe pendant l’émission). Puis l’expérimentateur disait aux participants qu’il devait s’absenter un moment et leur demandait de surveiller de jeunes enfants qui se trouvaient dans une autre pièce en train de jouer, en les observant au moyen d’un écran de télévision. On faisait comprendre aux sujets qu’ils devaient aller dans le bureau de l’expérimentateur si quoi que ce soit de problématique se passait. En réalité, ce que les sujets voyaient à l’écran était un film dans lequel les deux enfants se mettaient à se battre. Le film se terminait alors par un bruit intense de fracas, juste après que la caméra ait été renversée et que la diffusion ne s’arrête. Les résultats ont montré que les enfants qui avaient été exposés à un film violent, d’une part, après avoir observé ce qu’ils croyaient être une vraie bagarre étaient beaucoup moins activés physiologiquement que les autres, et d’autre part mettaient plus de temps à intervenir pour y mettre fin que ceux qui n’avaient pas été exposés à un film violent (Thomas, 1977).

Développement d’une vision noire du monde et d’une perception erronée de la prévalence et des formes de la délinquance

42La présence massive de scènes agressives peut contribuer au développement d’une représentation du monde comme un endroit dangereux. Gerbner et ses collègues ont montré que certaines personnes acculturées à la violence télévisuelle en venaient à sur-estimer leur risque d’être victime d’agression et la prévalence de la violence dans la société, ce qui augmentait leur anxiété et leur sentiment d’insécurité et faisait diminuer la confiance qu’elles accordaient aux gens en général. Certaines études montrent que cette attitude s’accompagnerait également du soutien à des politiques répressives contre la délinquance. Ceci concerne les fictions, mais aussi les informations télévisées. Plusieurs travaux montrent que le poids donné aux événements violents dans le traitement de l’information n’est pas proportionné aux données officielles de la délinquance. À travers l’analyse de diverses sources journalistiques de divers pays, Marsh et ses collègues ont enregistré une sur-représentation globale des délits violents et interpersonnels, ainsi qu’une sous-estimation des délits contre la propriété. En France, le journal Le Monde (28 mai 2002) s’est intéressé à la couverture médiatique de la violence sur une période de quatre mois (du 1er janvier au 5 mai 2002 ; cette période correspondait à la campagne présidentielle) et observé que 6 % du temps global d’antenne de toutes les chaînes était consacré aux thèmes de la violence et l’insécurité (plus de 18 000 sujets). Une croissance de 126 % a été enregistrée entre février et mars, alors que les estimations du ministère de l’Intérieur n’indiquaient aucune augmentation significative pour la même période. Dans les fictions, certains chercheurs ont comptabilisé le nombre d’actes de violence (meurtres, agressions, vols à main armée…) rapporté au nombre de personnages, et ceci en fonction de la période (l’étude portait sur 620 émissions en prime-time échantillonnées au hasard entre 1955 et 1986 aux États-Unis) et en comparant ce taux aux informations issues du FBI ou d’enquêtes de victimation. Ces auteurs ont montré un fort et systématique décalage entre ces deux taux. Par exemple, de 1955 à 1964, les délits violents (exceptés les homicides) se situaient à un niveau de 2 pour 1 000 dans les statistiques officielles, tandis qu’ils se produisaient à hauteur de 40 pour 1 000 dans les émissions échantillonnées. On pourrait relativiser ces résultats en soulignant que les mesures officielles sous-estiment systématiquement le volume de la violence, d’où l’importance de cet écart. Néanmoins, les travaux qui se basent sur des mesures non-officielles et permettent de limiter quelque peu ce biais (par exemple : l’enquête de victimation) confirment que les fictions forcent le trait.

Instigation de sentiments de frustration

43Un dernier effet de l’exposition à la télévision mérite d’être mentionné, même s’il ne relève pas, à proprement parler, des scènes de violence. Il s’agit de la mise en avant de produits et de mode de vie particuliers, susceptibles de créer ou d’intensifier chez certains un sentiment chronique de décalage et de frustration entre des aspirations matérielles et de réussite soutenues par les contenus diffusés (qu’ils partagent) et des possibilités limitées de les concrétiser par des voies légales (voir Merton, 1938 ; Agnew & White, 1992).

Conclusion

44Le modèle général de l’agression permet d’intégrer les travaux majeurs développés dans plusieurs champs théoriques de manière cohérente. Du point de vue des perspectives d’application, l’une des implications la plus évidente du modèle est la nécessité d’envisager la prévention de l’agression à plusieurs niveaux et l’exigence d’exclure les mesures unidimensionnelles dont la portée est trop restreinte. Plusieurs dizaines de méta-analyses sont aujourd’hui disponibles concernant la prévention de la délinquance et de l’agression (voir, pour une synthèse, Farrington & Welsh, 2007 ; McGuire, 2005) et soulignent l’importance des mesures préventives multimodales. Celles-ci permettent de distinguer les mesures individuelles, communautaires ou situationnelles qui ont un effet significatif dans la prévention initiale de la délinquance ou la récidive de celles qui ont un effet nul voire délétère. La quantité et la diversité de ces méthodes ne rendent pas envisageable leur présentation dans le cadre du présent chapitre. En guise de brève ouverture applicative, les travaux consacrés à la violence scolaire et aux effets établissement apporteront toutefois certains éléments d’illustration (voir encadré 4).

Encadré 4
Violences scolaires et « effets établissement »
Il n’est guère surprenant que lorsque l’on compare des établissements scolaires entre eux des variations apparaissent dans le taux de conduites agressives (voir par exemple l’étude classique de Rutter et al., 1979). La plupart du temps, ces différences reflètent la composition de l’établissement, c’est-à-dire les caractéristiques des élèves. Le principal prédicteur des problèmes de violence scolaire est extérieur à l’établissement lui-même : il s’agit du profil social des élèves qui le fréquentent et de la communauté qui l’entoure. Les établissements qui sont localisés et ou recrutent dans des zones urbaines où la pauvreté, le chômage ou la criminalité sont plus élevés enregistrent plus de violence. Carra et Sicot (1997) observent par exemple que les victimes sont moins nombreuses en contexte rural. Ce que l’on observe n’est alors pas un « effet-établissement » mais une situation qui découle du recrutement des élèves. Avant de conclure à un « effet établissement », il est nécessaire de maintenir strictement constantes les diverses caractéristiques des élèves qui le fréquentent. Dans le domaine de la violence scolaire, on ne dispose pas pour le moment en France de travaux qui satisfont à ce critère méthodologique de base.
Comme le précise Gottfrédon (2001, p. 65), et en cohérence avec d’anciens travaux sur la désorganisation sociale, des écoles situées dans un endroit où la criminalité est élevée sont moins efficaces pour quatre raisons : (1) les normes de comportement qui sont dispensées dans les communautés désorganisées sont ambigües, incohérentes ou opposées à l’ordre conventionnel ; (2) peu de ressources matérielles et humaines sont disponibles dans la communauté pour coopérer à l’action éducative de l’école ; (3) les besoins sociaux et émotionnels des élèves sont plus importants, ce qui requiert un effort plus grand de l’encadrement ; (4) les écoles peinent à attirer et à conserver les enseignants les plus talentueux. On peut toutefois concevoir que l’organisation et les modes de fonctionnement internes de l’établissement favorise ou prévienne également les violences. Si l’on se base sur diverses sources comme Agnew, (2005b), Cusson (2002) et Gottfrédon (2001), on peut affirmer que les écoles où la violence scolaire est plus faible sont :
– les écoles de petite taille bénéficiant de bonnes ressources ;
– les écoles où la proportion d’élèves ayant de bonnes capacités intellectuelles et d’élèves ayant des capacités plus faibles est équilibrée (le bénéfice va vers ces derniers) ;
– les écoles où les règles de discipline claires sont appliquées de manière équitable et ne font pas usage de sanctions extrêmes (par ex : pas de punitions corporelles) ;
– les écoles qui fournissent des opportunités de réussite aux élèves (même ceux qui pensent ne pas poursuivre d’études longues) et qui soutiennent véritablement leur réussite (encouragements, appréciations, récompenses) ;
– les écoles qui ont des attentes élevées à l’égard des élèves et qui formulent des exigences rigoureuses tout en restant réalistes ;
– les écoles où les enseignants ont des attitudes positives envers les élèves, les considèrent et favorisent un espace physique plaisant pour travailler ;
– les écoles où les relations entre l’administration et les enseignants sont bonnes, dans lesquelles ces derniers sont informés par l’administration des problèmes disciplinaires et sont soutenus lorsqu’ils en rencontrent ;
– les écoles où l’équipe pédagogique est soucieuse du lien avec les parents et les intègre au projet pédagogique ;
– les écoles qui offrent aux élèves l’opportunité d’assumer des responsabilités dans la classe.
Ces observations suggèrent que l’environnement de l’école n’est pas la seule cause sur laquelle il est nécessaire d’intervenir si l’on souhaite diminuer la violence à l’école (même si le poids de ce facteur reste le plus important). Certaines composantes liées aux établissements eux-mêmes sont également impliquées dans la diminution ou l’augmentation de la violence. Les établissements où l’expérience de tension est faible, où est mis en œuvre un contrôle raisonné des élèves, et qui facilitent le développement d’un respect bien compris des règles collectives diminuent les probabilités d’occurrence de comportements indésirables.
Intervenir sur le fonctionnement de l’école est certainement plus avisé que de se focaliser sur la psychologie des élèves. Comme le souligne Cusson (2002), certaines recherches évaluatives nous apportent des informations sur ce qui ne marche pas : le suivi individuel des élèves sans objectif clair, les thérapies de groupe réunissant les adolescents à risque, les programmes de développement de l’estime de soi, les conférences sur le respect de la loi, la rigidification de la discipline ou encore les activités récréatives. De manière générale, la mise en place en France de programmes anti-violence dans les écoles ne saurait être disjointe de la perspective plus vaste des effets positifs de l’école.

Bibliographie

Références

Abelson R. P. (1981), « Psychological status of the script concept », American Psychologist, 36 (7), p. 715-729.

Agnew R. (1985), « Social control theory and delinquency: A longitudinal test », Criminology, 23, p. 47-62.

Agnew R. (1992), « Foundation for a general strain theory of crime and delinquency », Criminology, 30, p. 47-87.

Agnew R. (1994), « The techniques of neutralization and violence », Criminology, 32, p. 555-580.

Agnew R. (1999), « A general strain theory of community differences in crime rates, Journal of Research in Crime and Delinquency, 36, 2, p. 123-155.

Agnew R. (2001), « Building on the foundation of general social strain theory: Specifying the types of strain most likely to lead to crime and delinquency », Journal of Research in Crime and Delinquency, 38, p. 319-361.

Agnew R. (2005a), Why do criminals offend? A general theory of crime and delinquency, Los Angeles, Roxbury Press.

Agnew R. (2005b), Juvenile delinquency. Causes and Control, Los Angeles, Roxbury.

Agnew R., Brezina T., Wright J. P. & Cullen F. T. (2002), « Strain, personality traits, and delinquency: Extending general strain theory », Criminology, 40, 1, p. 43-71.

Agnew R. & White H. R. (1992), « An empirical test of general strain theory », Criminology, 30, p. 475-499.

Akers R. L. (1992), Drugs, alcohol, and society. Social structure, process, and policy. Belmont, Wadsworth.

Akers R. (1998), Social learning and social structure: A general theory of crime and deviance, Boston, Northeastern University Press.

Ambrose M. L., Seabright M. A. & Schminke M. (2002), « Sabotage in the workplace: The role of organizational injustice », Organizational Behavior and Human Decision Processes, 89 (1), p. 947-965.

Anderson C. A., Anderson K. B. & Deuser W. E. (1996), « Examining an affective aggression framework: weapon and temperature effects on aggressive thoughts, affects, and attitudes », Personality and Social Psychology Bulletin, 22, p. 366-376.

Anderson C. A. & Bushman B. J. (2002), « Human aggression », Annual Review of Psychology, 53, p. 27-51.

Anderson C. A. & Bushman B. J. (2002), « Media violence and societal violence », Science, 295, p. 2377-2378.

Anderson C. A., Anderson K. B., Dorr N., Deneve K. M. & Flanagan M. (2000), « Temperature and aggression », in M. Zanna (dir.), Advances in Experimental Social Psychology, 32, New York, Academic Press, p. 63-133.

Anderson C. A., Benjamin A. J. & Bartholow B. D. (1998), « Does the gun pull the trigger? Automatic priming effects of weapon pictures and weapon names », Psychological science, 9 (4), p. 308-314.

Anderson E. (1999), Codes of the street, New York, Norton.

Archer D. & Gardner R. (1984), Violence and crime in a cross-national perspective, New Haven, Yale University Press.

Arcus D. (2002), « School shooting fatalities and school corporal punishment: A look at the state », Aggressive Behavior, 28, p. 173-183.

Aseltine R. H., Gore S. & Gordon J. (2000), « Life stress, anger and anxiety, and delinquency: An empirical test of general strain theory », Journal of Health and Social Behavior, 41, p. 256-275.

Ballion R. (2000), Les conduites déviantes des lycéens, Paris, Hachette.

Bandura A. (1977), Social learning theory, New York, Prentice Hall.

Bandura A. (1986), Social foundations of thought and action: A social cognitive theory, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Bandura A. (1999), « Moral disengagement in the perpetration of inhumanities », Personality and Social Psychology Review, 3, 3, p. 193-209.

Bargh J. A. (1994), « The four horsemen of Automaticity: Awareness, intention, efficiency, and control in social cognition », in R. S. Wyers & T. K. SRULL (dir.), Handbook of social cognition (2e éd.), Hillsdale, NJ, Erlbaum, p. 1-40.

Bargh J. A. (1996), « Automaticity in social psychology », in E. T. HIGGINS & A. W. Kruglanski (dir.), Social psychology: Handbook of basic principles, New York, Guilford Press, p. 169-183.

Bargh J. A. & Pietromonaco P. (1982), « Automatic information processing and social perception: The influence of trait information presented outside of conscious awareness on impression formation », Journal of Personality and Social Psychology, 43, p. 437-449.

Bargh J. A., Chen M. & Burrows L. (1996), « Automaticity of social behaviour: Direct effects of trait construct and stereotype activation on action », Journal of Personality and Social Psychology, 71, (2), p. 230-244.

Barker R., Dembo T. & Lewin K. (1941), Frustration and regression: an experiment with young children, University of Iowa Studies in Child Welfare, p. 18.

Baron R. A. & Richardson D. R. (1994), Human aggression, New York, Plenum.

Bartholow B. D. & Heinz A. (2006), « Alcohol and aggression without consumption: Alcohol cues, aggressive thoughts, and hostile perception bias », Psychological Science, 17, p. 30-37.

Battin-Pearson S. R. et al. (1998), Gang membership, delinquent peers, and delinquent behavior, Washington, Us Department of Justice.

Baumeister R. & Bratlavsky E. (2000), « Victim thinking », in J. H. Harvey & E. D. Miller (dir.), Loss and trauma. General and close relationship perspectives, Philadelphia, Brunner-Routledge, p. 86-101.

Baumeister R. & Bushman B. (2007), Social Psychology and human nature, Belmont, Thomson Wadsworth.

Baumeister R., Smart L. & Boden J. M. (1996), « Relation of threatened egotism to violence and aggression: the dark side of self-esteem », Psychological Review, 103, p. 5-33.

Baumrind D. (1971), « Current patterns of parental authority », Developmental Psychology, 4, p. 1-103.

Becker H. (1985), Outsiders, Paris, Metaillé.

Bègue L. (2000a), Attachements sociaux, croyances conventionnelles et délinquance, rapport de recherche pour l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI), ministère de l’Intérieur, p. 181.

Bègue L. (2000b), « Conventionnels et déviants : l’autorité du lien social », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 42, 4e trimestre 2000, p. 9-36.

Bègue L. (2002), « Le sentiment d’injustice subie et la délinquance », Futuribles, 274, p. 61-68.

Bègue L. (2003a), « Connaître les délinquances », in S. Roché (dir.), Sécurité et délinquance : des facteurs aux réponses, Paris, Armand Colin, p. 35-40.

Bègue L. (2003b), « Expliquer la délinquance. Les théories majeures », in S. Roché (dir.), En quête de sécurité. Causes de la délinquance et nouvelles réponses, Paris, Armand Colin, p. 81-99.

Bègue L. (2003c), « Comportement violent et télévision », in S. Roché (dir.), Sécurité et délinquance : des facteurs aux réponses, Paris, Armand Colin, p. 133-147.

Bègue L. (2004), « La violence scolaire », in M.-C. Toczec & D. Martinot (dir.), Le défiéducatif. Des situations pour réussir, Paris, Armand Colin, p. 307-332.

Bègue L. & Muller D. (2006), « Belief in a just world as moderator of hostile attributional bias », British Journal of Social Psychology, 45, p. 117-126.

Bègue L. & Roché S. (2005), « Birth Order and Youth Delinquent Behavior: Testing the Differential Parental Control Hypothesis », Psychology, Crime and Law, 11, p. 73-85.

Bègue L. & Roché S. (2009), « Multidimensional Social Control Variables as Predictors of Drunkenness among French Adolescents », Journal of Adolescence, 32, p. 171-191.

Bègue L. & Subra B. (2008), « Alcohol and Aggression: Perspectives on Controlled and Uncontrolled Social Information Processing », Social and Personality Psychology Compass, 2, p. 511-538.

Bègue L., Subra B., Arvers P., Muller D., Bricout V. & Zorman M. (2009), « The Message, not the Bottle: Extrapharmacological Effects of Alcohol on Aggression », Journal of Experimental Social Psychology, 45, p. 137-142.

Bègue L., Arvers P., Bricout V., Pérez-Diaz C., Roché S., Subra B., Swendsen J. & Zorman M. (2007), Étude évaluative sur les relations entre violence et alcool. Direction Générale de la Santé (Convention MA 05 208, VAMM 1), Premier volet relatif à la délinquance, victimation et aux consommations auto-rapportées, description des données, laboratoire interuniversitaire de psychologie, (personnalité, cognition, changement social), université de Grenoble 2.

Bègue L., Bushman B., Giancola P., Subra B., Rosset E. (2010), « There is no such thing as an accident, especially when people are drunk », article soumis à publication. Bègue L. (2008), « Jeux vidéo : l’école de la violence ? » Cerveau & Psycho, 28, p. 72-77.

Bédard L., Deziel J. & Lamarche J. (1999), Introduction à la Psychologie sociale. Vivre, penser et agir avec les autres, St Laurent, ERPI.

Benson M. L. (2002), Crime and the life course, Los Angeles, Roxbury.

Berkowitz L. (1993), Aggression. Its causes, consequences, and control, New York, Mc Graw Hill.

Berkowitz L. & Lepage A. (1967), « Weapons as aggression-eliciting stimuli », Journal of personality and social psychology, 7 (2), p. 202-207.

Berkowitz L., Cochran S. & Embree M. (1981), « Physical pain and the goal aversively stimulated aggression », Journal of Personality and Social Psychology, 40, p. 687-700.

Berkowitz L. (1989), « Frustration-aggression hypothesis: examination and reformulation », Psychological Bulletin, 106, p. 59-73.

Bettencourt B. A. & Miller N. (1996), « Gender difference in aggression as a function of provocation: A meta-analysis », Psychological Bulletin, 119, p. 422-447.

Bies R. J. & Tripp T. M. (2001), « A passion for justice: the rationality and morality of revenge », in R. Cropanzano (dir.), Justice in the workplace. From theory to practice, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, p. 197-208.

Bjorkqvist K., Osterman K. & Lagerspetz K. (1994), « Sex differences in covert aggression among adults », Aggressive Behavior, 20, p. 27-33.

Black D. (1993), The social structure of right and wrong, New York, Academic Press.

Boles S. M. & Miotto K. (2003), « Substance and violence », Aggression and Violent Behavior, 8 (2), p. 155-174.

Brezina T. (2000), « Delinquent problem-solving: An interpretative framework for criminological theory and research », Journal of Research in Crime and Delinquency, 37, p. 3-30.

Budd T. (2003), Alcohol-Related Assault: Findings From the British Crime Survey, Home Office Online Report 35/03, Londres, Home Office Research, Development, and Statistics Directorate.

Bushman B. J. (1993), « Human aggression while under the influence of alcohol and other drugs: An integrative research review », Current Directions in Psychological Science, 2 (5), p. 148-152.

Bushman B. (1997), « Effect of alcohol on human aggression: Validity of proposed explanations », in M. Galanter (dir.), Recent Developments in Alcoholism, vol. XIII: Alcoholism and Violence, New York, Plenum Press, p. 227-243.

Bushman B. J. & Baumeister R. F. (1998), « Threatened egotism, narcissism, self-esteem, and direct and displaced aggression: Does self-love of self-hate lead to violence? », Journal of Personality and Social Psychology, 75, p. 219-229.

Bushman B. J. & Baumeister R. F. (2002), « Does self-love or self-hate lead to violence », Journal of Research in Personality, 36, p. 543-545.

Bushman B. & Cooper H. M. (1990), « Effects of alcohol on human aggression: An integrative research review », Psychological Bulletin, 107, p. 341-354.

Bushman B. & Geen R. G. (1990), « Role of cognitive-emotional mediators and individual differences in the effects of media violence on aggression », Journal of Personality and Social Psychology, 58, p. 156-163.

Bushway S., Brame R. & Paternoster R. (1999), « Assessing stability and change in criminal offending: A comparison of random effects, semiparametric, and fixed effects modelling strategies », Journal of Quantitative Criminology, 15, p. 23-61.

Buss D. (2005), The murderer next door. Why the mind is designed to kill, New York, Penguin Press.

Byrne D. (1971), The attraction paradigm, New York, Academic Press.

Carra C. & Sicot F. (1997), « Une autre perspective sur les violences scolaires : l’expérience de victimation », in B. Charlot & J. C. Emin (dir.), La violence à l’école : État des savoirs, Paris, Armand Colin, p. 61-82.

Cassel E. & Bernstein D. A. (2001), Criminal Behavior, Boston, Allyn & Bacon.

Chermack S. T. & Giancola P. (1997), « The relationship between alcohol and aggression: An integrated biopsychosocial approach », Clinical Psychology Review, 6, p. 621-649.

Chermack S. & Taylor S. (1995), « Alcohol and human physical aggression: Pharmacological versus expectancy effects », Journal of Studies on Alcohol, 56, p. 449-456.

Choquet M. & Ledoux S. (1994), Adolescents, enquête nationale, Paris, Les Éditions de l’Inserm.

Clark J. P. & Tift L. L. (1966), « Polygraph and interview validation of self-reported deviant behavior », American Sociological Review, 31, p. 516-523.

Clarke R. (1997), Situational crime prevention. Successful case studies, Guilderland, Harrow & Heston.

Cochran J. K., Wood P. B., Sellers C. S., Wilkerson W. & Chamlin M. B. (1998), « Academic dishonesty and low self-control: An empirical test of a general theory of crime », Deviant Behavior, 19, 3, p. 227-255.

Cohen L. & Felson M. (1979), « Social change and crime rate trends: A routine activity approach », American Sociological Review, 44, p. 588-608.

Collins A. M. & Loftus E. F. (1975), « Spreading activation theory of semantic processing », Psychological Review, 82, p. 407-428.

Critchlow B. (1983), « Blaming the booze: The attribution of responsibility for drunken behavior », Personality and Social Psychology Bulletin, 9, p. 451-473.

Critchlow B. (1986), « The powers of John Barleycorn: Beliefs about the effects of alcohol on social behavior », American Psychologist, 41, p. 751-764.

Cropanzano R., Goldman B. & Folger R. (2003), « Deontic justice: The role of moral principles in workplace fairness », Journal of Organizational Behavior, 24 (8), p. 1019-1024.

Cusson M. (2002), Prévenir la délinquance : les méthodes efficaces, Paris, Presses universitaires de France.

Daly M. & Wilson M. (1988), « Evolutionary social psychology and family homicide », Science, 242, p. 519-524.

Desronzo J. (1997), « Welfare and homicide », Journal of Research in Crime and Delinquency, 34, p. 395-406.

Dentler R. A. & Monroe L. J. (1961), « Social correlates of early adolescent theft », American Sociological Review, 26, p. 733-743.

Des Jarlais D. C., Paone D., Milliken J., Turner C. F., Miller H., Gribble J., Shi Q., Hagan H. & Friedman S. R. (1999), « Audio-computer interviewing to measure risk behavior for HIV among injecting drug users: a quasi randomized trial », Lancet, 15, 353 (9165), p. 1657-1661.

Dodge K. A. (1980), « Social cognition and children’s aggressive behavior », Child Development, 51, p. 162-170.

Dubet F. (1987), La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard.

Dubet F. & Lapeyronnie D. (1992), Les quartiers d’exil, Paris, Seuil.

Eagly A. H. & Steffen F. J. (1986), « Gender and aggresive behavior: A meta-analytic review of the social psychological literature », Psychological Bulletin, 100, p. 309-330.

Elin B. K. (2007), « Alcohol and violence: Use of possible confounders in a time-series analysis », Addiction, 102, p. 369-376.

Elliott D. Huizinga D. & Ageton S. (1985), Explaining delinquency and drug use, Beverly Hills, Sage.

Elliott D. S., Agetpn S. S., Huizinga D., Knowles B. A. & Canter R. J. (1983), The prevalence and incidence of delinquent behavior, 1976-1980, Boulder, Behavioral Research Institute.

Elliott D. S. & Menard S. (1996), « Delinquent friends and delinquent behavior: temporal and developmental patterns », in J. D. Hawkins (dir.), Delinquency and crime, Cambridge, Cambridge University Press, p. 68-148.

Elliott D. S. (1994), « Serious violent offenders: Onset, developmental course, and termination », Criminology, 32, p. 1-22.

Emler N. & Reicher S. (1995), Adolescence and delinquency, Oxford, Blackwell.

Ennis R. & Zanna M. P. (1991), « Hockey assault : constitutive vs normative violations », communication présentée au congrès annuel de l’Association canadienne de psychologie.

Ensor T. & Godfrey C. (1993), « Modelling the interactions between alcohol, crime and the criminal justice system », Addiction, Buss, A. H. & Oxford, John Wiley, 88, p. 477-487.

Epps J. & Kendall P. C. (1995), « Hostile attribution bias in adults », Cognitive Therapy and research, 19, p. 59-178.

Erickson M. L. & Empey L. T. (1965), « Class position, peers and delinquency », Sociology and Social Research, 49, p. 268-282.

Exum M. L. (2006), « Alcohol and aggression: An integration of findings from experimental studies », Journal of Criminal Justice, 34 (2), p. 131-145.

Fagan J. (1990), « Intoxication and aggression », Crime and Justice: A Review of Research, 13, p. 241-320.

Fals-Stewart W. (2003), « The occurrence of partner physical aggression on days of alcohol consumption: A longitudinal diary study », Journal of Consulting and Clinical Psychology, 71, p. 41-52.

Farrington D. P. & Welsh B. C. (2007), Saving children from a life of crime, Oxford, Oxford University Press.

Farrington D. P. (1979), « Experiments on deviance with special reference to dishonesty », Advances in Experimental Social Psychology, 12, p. 207-252.

Fehr E. & Gachter S. (2002), « Altruistic punishment in humans », Nature, 415, p. 137-140.

Felson M. (2006), Crime and nature, Thousand oaks, Sage.

Felson R. B., Baccaglini W. & Gmelch G. (1986), « Bar-room Brawls: Aggression and Violence in Irish and American Bars », in A. Campbell & J. J. Gibbs (dir.), Violent Transactions: The Limits of Personality, Oxford, UK, Blackwell.

Ferguson T. J. & Rule B. G. (1983), « An attributional perspective on anger and aggression », in R. G. Geen & E. I. Donnerstein (dir.), Aggression: Theoretical and empirical reviews, New York, Academic Press, vol. I, p. 41-74.

Folger R. & Baron R. A (1996), « Violence and hostility at work: A model of reactions to perceived injustice », in G. R. Vandenbos & E. Q. Bulatao (dir.), Violence on the job: Identifying risks and developing solutions, American Psychological Association, Washington DC, US, p. 51-85.

Fothergill K. E. & Ensminger M. E. (2006), « Childhood and adolescent antecedents of drug and alcohol problems: A longitudinal study », Drug and Alcohol Dependence, 82, p. 61-76.

Gabor T. (1994), Everybody does it! Crime by the public, Toronto, University of Toronto press.

Gatti U., Tremblay R. E., Vitaro F. & Mc Duff P. (2005), « Youth gangs, delinquency and drug use: A test of the selection, facilitation and enhancement hypothesis », Journal of Child Psychology and Psychiatry, 46, p. 1178-1190.

Geen R. G. & Mccown E. J. (1984), « Effects of noise and attack on aggression and physiological arousal », Motivation and Emotion, 8, p. 231-241.

Giancola P. (2000), « Executive functioning: A conceptual framework for alcohol-related aggression », Experimental and Clinical Psychopharmacology, 8, p. 576-597.

Giancola P. & Chermack S. (1998), « Construct validity of laboratory aggression paradigms: A response to Tedeschi and Quigley (1996) », Aggression and Violent Behavior, 3, p. 237-253.

Giancola P. R. (2004), « Executive functioning and alcohol-related aggression », Journal of Abnormal Psychology, 113, p. 541-555.

Gibbens D. C. & Krohn M. D. (1986), Delinquent behavior, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Gironde S. (2008), La neuroéconomie, Paris, Plon.

Gmel G. & Rehm J. (2003), « Harmful Alcohol Use », Alcohol Research & Health, 27, p. 52-62.

Gold M. (1966), « Undetected delinquent behavior », Journal of Research in Crime and Delinquency, 3, p. 27-46.

Goldstein A. P. (1994), The ecology of aggression, New York, Plenum Press.

Gorman D. M., Zhu L. & Horel S. (2005), « Drug “hot-spots”, alcohol availability and violence », Drug and Alcohol Review, 24, p. 507-513.

Gottfrédon D. (2001), Schools and delinquency, Cambridge, Cambridge University Press.

Graham K. (1980), « Theories of intoxicated aggression », Canadian Journal of Behavioural Science Revue canadienne des Sciences du comportement, 12, p. 141-158.

Graham K. (2007), « Using historical context to identify confounders, mechanisms and modifiers in aggregate level studies of the relationship between alcohol consumption and violent crime », Addiction, 102, p. 348-349.

Greenberg J. (1990), « Employee theft as a reaction to underpayment inequity: The hidden cost of pay cuts », Journal of Applied Psychology, 75, p. 561-568.

Greenberg J. (1997), « A social influence model of employee theft: Beyond the fraud triangle », in R. J. Lewicki, R. J. Bies & B. H. Sheppard (dir.), Research on negotiation in organizations, Greewich, JAI, vol. VI, p. 29-51.

Greenberg J. (2006), « Losing Sleep Over Organizational Injustice: Attenuating Insomniac Reactions to Underpayment Inequity With Supervisory Training in Interactional Justice », Journal of Applied Psychology, 91 (1), XX

Hafer C. L. & Bègue L. (2005), « Experimental research on just-world theory: problems, developments, and future challenges », Psychological Bulletin, 131, p. 128-167.

Hagan F. E. (2000), Research methods in criminal justice and criminology, Boston, Allyn & Bacon.

Hanson D. J. (1995), Preventing Alcohol Abuse: Alcohol, Culture and Control, Wesport, CT, Praeger.

Hawkins J. D. et al. (2000), Predictors of youth violence, Washington, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention.

Hepworth J. T. & West S. G. (1988), « Lynching and the Economy: a time-series reanalysis of Hovland and Sears » (1940), Journal of Personality and Social Psychology, 55, p. 239-247.

Hindelang M., Hirschi T. & Weis J. (1981), Measuring delinquency, Beverly Hills, Sage.

Hirschi T. (1969), Causes of delinquency, Berkeley, University of California Press.

Hoaken P. N, Assaad J. & Pihl R. O. (1998), « Cognitive functioning and the inhibition of alcohol-induced aggression », Journal of Studies on Alcohol, 59, p. 599-607.

Homel R. & Clark J. (1994), « The prediction and prevention of violence in pubs and clubs », Crime Prevention Studies, 3, p. 1-46.

Huesmann L. R. (1986), « Psychological processes promoting the relation between exposure to media violence and aggressive behavior by the viewer », Journal of Social Issues, 42 (3), p. 125-139.

Huesmann L. R. (1998), « The role of information processing and cognitive schema in the acquisition and maintenance of habitual aggressive behavior », in R. G. Geen & E. Donnerstein (dir.), Human aggression: Theories, research and implications for social policy, San Diego, Academic Press, p. 73-109.

Huesmann L. R., Eron L. D., Lefkowitz M. M. & Walder L. O. (1984), » Stability of aggression over time and generations », Developmental Psychology, 20, p. 1120-1134.

Hull J. G. & Bond C. F. (1986), « Social and behavioural consequences of alcohol consumption and expectancy: A meta-analysis », Psychological Bulletin, 99 (3), p. 347-360.

Hyde J. S. (1984), « How large are gender differences in aggression? A developmental meta-analysis », Developmental Psychology, 20, p. 722-736.

Ito T., Miller N. & Pollock V. (1994), « Alcohol and aggression: A meta-analysis of the moderating effects of inhibitory cues, triggering cues, and self-focused attention », Psychological Bulletin, 120, p. 60-82.

Jankowski M. S. (1991), Islands in the street: Gangs in American Urban society. Berkeley, CA, University of California Press.

Jazouli A. (1992), Les années banlieues, Paris, Seuil.

Jesness C. F. (1971), « Comparative effectiveness of two institutional treatment programs for delinquents », Child Care Quarterly, 1, p. 119-130.

Jessor R. & Jessor S. L. (1998), New perspectives on adolescent risk behavior, Cambridge, Cambridge University Press.

Jones E. E. & Nisbett R. E. (1971), The actor and the observer: Divergent perceptions of the causes of behavior, Morristown, General Learning Press.

Kissinger P., Rice J., Farley T., Trim S., Jewitt K., Margavio V. & Martin D. H. (1999), « Application of computer-assisted interviews to sexual behavior research », American Journal of Epidemiology, 15, 149 (10), p. 950-954.

Krueger R. F., Hicks B. M. & Mc Gue M. (2001), « Altruism and anti-social behabehaviours: Independent tendencies, unique personality correlates, distincts aetiologies », Psychological Science, 12, p. 397-402.

Krumm-Merabet C. & Meyer T. D. (2005), « Leisure activities, alcohol, and nicotine consumption in people with a hypomanic/hyperthymic temperament », Personality and Individual Differences, 38, p. 701-712.

Lagrange H. (2000), « Sociabilités et délinquances des jeunes », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 42.

Lagrange H. (2001), De l’affrontement à l’esquive. Violences, délinquances et usages de drogues, Paris, Syros.

Lang A. R. (1993), « Alcohol-related violence: psychological perspectives », in S. Martin (dir.) Alcohol and Interpersonal Violence: fostering multidisciplinary perspective, Rockville, MD, National Institutes of Health, p. 121-148.

Lara D. R., Pinto O. & Akiskal K. (2006), « Toward an integrative model of the spectrum of mood, behavioral and personality disorders based on fear and anger traits: Clinical implications », Journal of Affective Disorders, 94, p. 67-87.

Laub J. H. & Lauritsen J. L. (1995), « Violent criminal behavior over the life-course: A review of the longitudinal and comparative research », in B. R. Ruback & N. A. Weiner (dir.), Interpersonal violent behaviours, New York, Springer, p. 43-61.

Leary M. R., Kowalski R. M., Smith L. & Phillips S. (2003), « Teasing, rejection, and vioviolence: Case studies of the school shootings », Aggressive Behavior, 29, p. 202-214.

Lemert E. (1967), Human deviance, social problems and social control, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Liebert R. M. & Baron R. A. (1973), « Some immediate effects of televised violence on children’s behavior », Developmental Psychology, 6, p. 469-475.

Linz D. (1989), « Exposure to sexually explicit materials and attitudes toward rape: A comparison of study results », Journal of Sex Research, 26, p. 50-84.

Linz D., Donnerstein E. & Penrod S. (1984), « The effects of multiple exposures to filmed violence against women », Journal of Communication, 34, p. 130-147.

Lipsey M. W., Wilson D. B., Cohen A. & Derzon J. H. (1997), « Is there a causal relationship between alcohol use and violence? », in M. Galanter (dir.), Recent Developments in Alcoholism, vol. XIII: Alcoholism and Violence, New York, Plenum Press, p. 245-281.

Lipton R. & Gruenewald P. (2002), « The spatial dynamics of violence and alcohol outlets », Journal of Studies on Alcohol, 63, p. 187-195.

Loeber R., Farrington D. P. & Stouthamer-loeber M. (1998), Antisocial behavior and mental health problems: Explanatory factors in childhood and adolescence, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates.

Luckenbill D. (1977), « Criminal homicide as a situated transaction », Social Problems, 25, p. 176-186.

MacAndrew C. & Edgerton R. (1969), Drunken comportment: A social explanation. Chicago, Aldine.

MacDonald S., Cherpitel C. J. & Desouza A. (2006), « Variations of alcohol impairment in different types, causes and contexts of injuries: Results of emergency room studies from 16 countries », Accident Analysis & Prevention, 38, p. 1107-1112.

Marcus-Newhall A., Pedersen W. C., Carlson M. & Miller N. (2000), « Displaced aggression is alive ans well: A meta-analytic review », Journal of Personality and Social Psychology, 78, p. 670-689.

Marlatt G. A. & Rohsenow D. J. (1980), « Cognitive processes in alcohol use: Expectancy and the balanced placebo design », in N. Mello (dir.), Advances in substance abuse, Greenwich, CT, Jai Press, vol. I, p. 159-199.

Mc Guire J. (2005), Understanding psychology and crime, Berkshire, Open University Press.

Mernar T. (2006), « Occupation, Stress, and Biomarkers: Measuring the Impact of Occupational Injustice », Journal of Occupational Science, 13 (3), p. 209-213.

Merton R. K. (1938), « Social structure and anomie », American Sociological Review, 3, p. 672-682.

Messner S. F. & Rosenfeld R. (1997), « Political restraint of the market and levels of criminal homicide: A cross-national application of institutional-anomie theory », Social Forces, 75, p. 1393-1416.

Mikula G, Scherer K. R. & Athenstaedt U. (1998), « The role of injustice in the elicitation of differential emotional reactions », Personality and Social Psychology Bulletin, 24 (7), p. 769-783.

Miller D. (2001), « Disrespect and the experience of injustice », Annual Review of Psychology, 52, p. 527-553.

Mischel W. & Shoda Y. (1995), « A cognitive-affective system theory of personality: reconceptualizing situations, dispositions, dynamics, and invariance in personality structure », Psychological Review, 102, p. 245-268.

Moffitt T. (1993), « The neuropsychology of conduct disorder », Developmental Psychopathology, 5, p. 135-151.

Moffitt T., Caspi A., Rutter M. & Silva P. A. (2001), Sex differences in antisocial behaviour, Cambridge, Cambridge University Press.

Mullen B. (1986), « Atrocity As a Function of Lynch Mob Composition. A Self Attention Perspective », Personality and Social Psychology Bulletin, 12, p. 187-197.

Murdoch D., Pihl R. & Ross D. (1990), « Alcohol and crimes of violence: present issue », International Journal of the Addictions, 25, p. 1065-1081.

Nicolas K. B. & Rasmussen E. (2006), « Childhood Abusive and Supportive Experiences, Inter-Parental Violence, and Parental Alcohol Use: Prediction of Young Adult Depressive Symptoms and Aggression », Journal of Family Violence, 21, p. 43-61.

Nisbett R. E. & Cohen D. (1996), Culture of honor: The psychology of violence in the South, Boulder, CO, Westview.

Olweus D. (1979), « Stability of aggressive reaction patterns in males: A review », Psychological Bulletin, 86, p. 852-875.

Orobriode Castro B., Veerman J. W., Koops W., Bosch J. D. & Monshouwer H. (2002), « Hostile attribution of intent and aggressive behavior: A meta-analysis », Child Development, 73, p. 916-934.

Palmer E. J. & Hollin C. R. (1997), « The influence of perceptions of own parenting on sociomoral reasoning, attributions for criminal behaviour, and self-reported delinquency », Personality and Individual Difference, 23, 2, p. 193-197.

Parker R. N. & Rebhun L. A. (1995), Alcohol and homicide: A deadly combinaison of two American traditions, Albany, State University NY Press.

Paschall M. & Fishbein D. (2002), « Executive cognitive functioning and aggression: A public health perspective », Aggression and Violent Behavior, 7, p. 215-235.

Pastore N. (1952), « The role of arbitrariness in the frustration-aggression hypothesis », Journal of Abnormal and Social Psychology, 47, p. 565-569.

Patterson G. R., Capaldi D. & Bank L. (1991), « The development and treatment of childhood aggression », in D. Pepler & R. K. Rubin (dir.), The development and treatment of childhood aggression, Hillsdale, Erlbaum, p. 139-168.

Pedersen W. C., Aviles F. E. & Ito T. A. (2002), « Psychological experimentation on alcohol-induced human aggression », Aggression and Violent Behavior, 7, p. 293-312.

Pedersen W. C., Gonzales C. & Miller N. (2000), « The moderating effect of trivial triggering provocation on displaced aggression », Journal of Personality and Social Psychology, 78, p. 913-927.

Peretti-Watel P. (2000), L’enquête de victimation INSEE-IHESI. Première exploitation de l’enquête 1999, Paris, IHESI.

Pérez R. L. (2000), « Fiesta as tradition, fiesta as change: Ritual, alcohol and violence in a Mexican community », Addiction, 95, p. 365-373.

Pernanen K. (1991), Alcohol in human violence, New York, Guilford Press.

Perusse D. & Gendreau P. L. (2005), « Genetics and the development of aggression », in R. T. Tremblay, W. W. Hartup & J. Archer (dir.), Developmental origins of aggression, Londres, Guilford, p. 223-241.

Pettiway L. (1987), « Arson for revenge: The role of environmental situation, age, sex, and race », Journal of Quantitative Criminology, 3, p. 169-184.

Pihl R. & Benkelfat C. (2005), « Neuromodulators in the development and expression of inhibition and aggression », in R. T. Tremblay, W. W. Hartup & J. Archer (dir.), Developmental origins of aggression, Londres, Guilford, p. 261-280.

Pogarsky G. & Piquero A. (2003), « Can punishment encourage offending? Investigating the resetting effect », Journal of Research in Crime and Delinquency, 40, p. 95-120.

Postmes T. & Spears R. (1998), « Deindividuation and anti-normative behavior: A meta-analysis », Psychological Bulletin, 123, p. 238-259.

Pottier M.-L., Robert P. & Zauberman R. (2001), Les victimes et le sentiment d’insécurité en Ile de France. Première enquête (2001) pour un observatoire de la sécurité. Cesdip/Iaurif, Paris.

Pozo Y. & Rebughini P. (1999), « Quelques réflexions sur le lien entre la violence juvénile et la justice dans la cité », Morale et criminalité. Essais de philosophie pénale et de criminologie, vol. I, 3e trimestre, p. 59-70.

Raine A., Lencz T. & Bihrle S. (2000), « Reduced prefrontal gray matter volume and reduced autonomic activity in antisocial personality disorder », Archives of General Psychiatry, 57, p. 119-127.

Rehm J., Steinleitner M. & Lilli W. (1987), « Wearing uniforms and aggression: A field experiment », European Journal of Social Psychology, 17, p. 357-360.

Robert P., Aubusson DE Cavarlay B., Pottier M. L. & Tournier P. (1994), Les comptes du crime. Les délinquances en France et leur mesure, Paris, L’Harmattan.

Robinson M. & Zaitzow B. H. (1999), « Criminologists : are we what we study ? A national Self-report study of crime experts », The Criminologist, 24, 2, p. 1-4.

Roché S. (2001), La délinquance des jeunes, Paris, Seuil.

Roizen J. (1997), « Epidemiological issues in alcohol-related violence », in M. Galanter (dir.), Recent Developments in Alcoholism, vol. XIII: Alcoholism and Violence, New York, Plenum Press, p. 7-39.

Rotton J., Frey J., Barry T., Milligan M. & Fitzpatrick M. (1979), « The air pollution experience and physical aggression », Journal of Applied Social Psychology, 9, p. 397-412.

Rutter M., Giller H. & Hagell A. (1998), Antisocial behavior by young people, Cambridge, Cambridge University Press.

Rutter M., Maughan B., Mortimore P. & Ouston J. (1979), Fifteen thousand hours: Secondary schools and their effects on children, Londres, Open Books.

Saïas T. & Gallarda T. (2008), « Réactions d’agressivité sous benzodiazepines : une revue de la littérature », L’encéphale, 34, p. 330-336.

Savage J. &Vila B. (1997), « Lagged effects of nurturance on crime: A cross-national comparison », Studies on Crime and Crime Prevention, 6, p. 101-120.

Scully D. & Marolla J. (1984), « Convicted rapists’ vocabulary of motive: excuses and justifications », Social Problems, 31, 5, p. 530-544.

Séguin J. R. & Zelazo P. D. (2005), « Executive function in early physical aggression », in R. T. Tremblay, W. W. Hartup & J. Archer (dir.), Developmental origins of aggression, Londres, Guilford, p. 307-329.

Short J. F. & Nye F. I. (1957), « Reported behavior as a criterion of deviant behavior », Social problems, 5, p. 207-213.

Sicot F. (2000), « Enfants d’immigrés maghrébins, rapport au quartier et engagement dans la délinquance », Les Cahiers de la sécurité intérieure, 42, p. 92-105.

Smith D. A. & Visher C. A. (1982), « Street level justice: situational determinants of police arrest decisions », Social Problems, 29, p. 167-177.

Spector P. E., Fox S. & Domagalski T. (2006), « Emotions, Violence, and Counterproductive Work Behavior », in Kelloway E. K., Barling J. & Hurrell J. (dir), Handbook of workplace violence, Thousand Oaks, Sage, p. 29-46.

Srull T. K. & Wyer R. S. J. R. (1979), « The role of category accessibility in the interpretation of information about persons: some determinants and implications », Journal of Personality and Social Psychology, 37, p. 1660-1672.

Stafford M. C. & Warr M. (1993), « A reconceptualization of general and specific deterrence », Journal of Research in Crime and Delinquency, 30, p. 123-135.

Staub E. (1999), « The roots of evil: Social conditions, culture, personality, and basic human need », Personality and Social Psychology Review, vol. III (3), p. 179-192.

Steele C. M. & Southwick L. (1985), « Alcohol and social behavior: I. The psychology of drunken excess », Journal of Personality and Social Psychology, 48 (1), p. 18-34.

Steffensmeier D. & Allan E. (1996), « Gender and crime: Towards a gendered theory of female offending », Annual Review of Sociology, 22, p. 459-487.

Stevens M., Kaplan R. & Hesselbrock V. (2003), « Executive-cognitive functioning in the development of antisocial personality disorder », Addictive Behaviors, 28, p. 285-300.

Subra B. & Bègue L. (2009), « Alcool et conduites agressives : Le rôle modulateur des attentes d’agressivité ébrieuse », Alcoologie et Addictologie, 31, 1, p. 5-11.

Subra B., Muller D., Bègue L., Delmas F. & Bushman B. (2010), « Automatic effects of alcohol and aggressive cues on aggressive thoughts and behaviors », Personnality and Social Psychology Bulletin, sous presse.

Sutherland E. H. (1937), The professional thief, Chicago, University of Chicago Press.

Sykes G. & Matza D. (1957), « Techniques of neutralization, a theory of delinquency », American Sociological Review, 22, p. 664-670.

Tedeschi J. T. & Quigley B. M. (2000), « A further comment on the construct validity of laboratory aggression paradigms: A response to Giancola and Chermack », Aggression and Violent Behavior, 5 (2), p. 127-136.

Tedeschi J. T. & Felson R. B. (1994), « Social identities and coercive actions », in J. T. Tedeschi & R. B. Felson (dir.), Violence, aggression, and coercive actions, Washington, DC, US, American Psychological Association, p. 249-281.

Tedeschi J. & Quigley B. (1996), « Limitations of laboratory paradigms for studying aggression », Aggression and Violent Behavior, 1, p. 163-177.

Thomas M. H. et al. (1977), « Desensitization to portayals of real-life aggression as a function of exposure to television violence », Journal of Personality and Social Psychology, 35, p. 450-458.

Thornberry T. (1987), « Toward an interactional theory of delinquency », Criminology, 25, p. 863-891.

Thornberry T., Krohn M., Lizotte A., Smith C. A. & Tobin K. (2003), Gangs and delinquency in developmental perspective, New York, Cambridge University Press.

Thornberry T. P., Lizotte A. J., Krohn M. D., Farnworth M. & Jang S. J. (1991), « Testing interactional theory: An examination of reciprocal causal relationships among family, school, and delinquency », Journal of Criminal Law and Criminology, 82, p. 3-35.

Trasher F. M. (1927), The gang: the study of 1313 gangs in Chicago, Chicago, University of Chicago Press.

Tremblay R. (2000), « The development of aggressive behavior during childhood: What have we learned in the pas century », International Journal of Behavioral Development, 24, p. 129-141.

Tucker J. (1993), « Everyday forms of employee resistance », Sociological Forum, 8 (1), p. 25-45.

Turner C. F., Ku L., Rogers S. M., Lindberg L. D., Pleck, Sonenstein F. L. (1998), « Adolescent sexual behavior, drug use, and violence: increasing reporting with computer survey technology », Science, 8, 280, p. 867-873.

Twenge J. M., Baumeister R. F., Tice D. M. & Stucke T. S. (2001), « If you can’t join them, beat them: Effects of social exclusion on aggressive behavior », Journal of Personality and Social Psychology, 81, 6, p. 1058-1069.

Van Goozen S. (2005), « Hormones and the developmental origins of aggression », in R. T. Tremblay, W. W. Hartup & J. Archer (dir.), Developmental origins of aggression, Londres, Guilford, p. 281-306.

Warr M. (2002), Companions in crime. The social aspects of criminal conduct, Cambridge, Cambridge University Press.

Watson R. I. (1973), « Investigation into Deindividuation Using a Cross-cultural Survey Technique », Journal of Personality and Social Psychology, 25, p. 342-345.

White H., Brick J. & Hansell S. (1993), « A longitudinal investigation of alcohol use and aggression in adolescence », Journal of Studies on Alcohol, 11, p. 62-77.

White H. R. (1997), « Longitudinal perspective on alcohol use and aggression during adolescence », in M. Galanter (dir.), Recent developments in alcoholism, vol. XIII: Alcohol and violence: Epidemiology, neurobiology, psychology, family issues, New York, NY, US, Plenum Press, p. 81-103.

Whiting B. B. & Whiting J. W. (1975), Children of six cultures: A psychocultural analysis, Cambridge, Cambridge University Press.

Whyte W. F. (2002), Street corner society, 1re éd. 1943, Paris, La Découverte.

Wievorka M. (2000), « Le processus de fragmentation spatiale et de mise à l’écart des inutiles comme creuset de la violence des jeunes », Sauvegarde de l’enfance, 55, p. 220-230.

Williams K. (2001), Ostracism: the power of silence, New York, Guilford.

Yochelson S. & Samenow S. E. (1976), The criminal personality, vol. I : A profile for change, New York, Free Press.

Zauberman R. & Robert P. (1995), Du côté des victimes. Un autre regard sur la délinquance, Paris, L’Harmattan.

Zhang L., Wieczorek W. F. & Welte J. W. (1997), « The nexus between alcohol and violent crime », Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 21 (7), p. 1264-1271.

Zillman D. (1988), « Cognitive-excitation interdependencies in aggressive behaviour », Aggressive Behavior, 14, p. 51-64.

Zillmann D., Katcher A. H. & Milavsky B. (1972), « Excitation transfer from physical exercice to subsequent aggressive behavior », Journal of Experimental Social Psychology, 8, p. 247-259.

Zimbardo P. (1969), « The human choice. Individuation, reason and order versus deindividuation, impulse, and chaos », in W. Arnold & D. Levine (dir.), Nebraska symposium on motivation, Hillsdale, Erlbaum, p. 45-71.

Zimbardo P. (2007), The Lucifer Effect: Understanding How Good People Turn Evil, New York, Random House.

Notes

1 Certaines sections de ce chapitre reprennent des segments de Bègue (2002, 2003 a, b, c ; 2004 ; 2006) ; Bègue & Subra (2007).

2 Dont injures : 17 % ; menaces verbales : 18,2 % ; menaces pour soutirer de l’argent : 10 % ; agression physique : 43,2 % ; bagarre entre plusieurs personnes : 6,9 %, violence sexuelle : 3,9 %.

3 En ce qui concerne les déterminants biologiques de l’agression, voir Perusse & Gendreau, 2005 ; Pihl & Benkelfat, 2005 ; Van Goozen, 2005 ; Seguin & Zelazzo, 2005.

4 Une méta-analyse de 82 études consacrée à l’agression physique dans les relations hétérosexuelles indiquait que les femmes étaient légèrement plus enclines à avoir recours à l’agression physique que les hommes. Toutefois, les agressions commises par des hommes avaient des conséquences physiques plus graves. Par ailleurs, en ce qui concerne les formes de comportement agressif, on attend généralement des femmes une expression plus indirecte d’agression que des hommes (Bjorkvist, 1994). Enfin, lorsque les pressions situationnelles augmentent (par exemple en présence de provocation), les écarts d’agression entre hommes et femmes sont fortement atténués (Bettencourt & Miller, 1996).

5 Les relations entre diverses substances psychotropes et les violences ne seront pas présentées. Se reporter par exemple à Fagan, 1990 ; Saïas & Gallarda, 2008.

6 En ce qui concerne les effets des jeux vidéos, voir Anderson & Dill, 2000.

Table des illustrations

Légende Photographies 1 et 2. – L’espace individuel de passation de l’enquête.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Photographie 3. – Un véhicule utilisé pour l’enquête.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 1. – Le modèle général de l’agression.Source : Anderson et Bushman (2002), reproduit avec l’autorisation des auteurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 2. – Le modèle néo-associationiste de Berkowitz.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Figure 3. – L’évolution de l’influence d’une sélection de prédicteurs de l’agression et de la délinquance (d’après Agnew, 2005a, p. 58, les flèches en gras indiquent un effet plus important).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 4. – Le modèle interactionnel de Thornberry (1987) appliqué aux 15-16 ans. Note : les traits en pointillés indiquent des relations négatives entre variables.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Professeur de psychologie sociale, membre de l’Institut universitaire de France, directeur du laboratoire interuniversitaire de Psychologie, personnalité, cognition, changement social (EA 4145), université Pierre Mendès-France, Grenoble.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search