Version classiqueVersion mobile

La psychologie sociale : applicabilité et applications

 | 
Pascal Morchain
, 
Alain Somat

Entre l’incompétence et l’imprudence1

Ewa Drozda-Senkowska

Texte intégral

  • 1 Ce texte se base en partie sur le discours inaugural de l’auteur lors du 7e Colloque de psychologie (...)

1C’est mon incompétence dans le domaine de la recherche appliquée en psychologie sociale qui m’a valu l’invitation à ouvrir le 7e colloque de la psychologie sociale appliquée organisé par l’ADRIPS à l’université de Rennes 2 le 20 octobre 2005. C’est mon imprudence qui m’a conduit à l’accepter et, à me plonger avec un grand enthousiasme dans de nombreuses lectures, discussions et réflexions. La conscience de ces deux défauts m’a dicté cet intitulé en forme d’avertissement.

  • 2 D’ailleurs, ils ont fait l’objet de communications lors de ce colloque et sont présentés dans ce vo (...)

2Comme beaucoup de mes collègues qui n’ont pas beaucoup investi dans les recherches appliquées, j’étais à la fois fascinée et déçue par ce que je pouvais lire à ce sujet et je me suis souvent demandée si la psychologie sociale, telle que nous la pratiquons en France, a donné lieu à de réelles applications. Si oui, quels sont les outils (méthodes, concepts, etc.) qui ont véritablement pénétré les pratiques sociales ? Des exemples plus récents que ceux des années quarante venant des États-Unis et concernant le changement des habitudes alimentaires (Lewin, 1947) ou l’efficacité des démentis officiels (Allport & Postman, 1945) ne me venaient pas massivement à l’esprit, mis à part quelques-uns2. Pourtant, j’ai lu de nombreux chapitres, articles relatant des recherches qui se voulaient appliquées. En soi intéressantes et stimulantes, elles illustraient bien l’utilité sociale de notre discipline mais sans réunir les conditions d’une réelle application. Ces conditions me paraissaient par ailleurs de plus en plus rarement explicitées au profit de l’affirmation selon laquelle ayant été maintes fois abordées, il n’était plus utile de les mentionner.

3Comme cela arrive souvent aux incompétents culpabilisés, il m’arrivait donc de prétendre haut et fort que « si c’est cela la recherche appliquée, j’en fais aussi ». Je pense que puisque nous avons perdu de vue la définition de ce qu’est la recherche appliquée, nous entretenons de nombreuses confusions qui empêchent notre discipline d’avancer et de retrouver l’impact qu’elle a su avoir à ses débuts sur la vie sociale. Qu’on comprenne bien mon propos. Je ne dis pas que nous n’avons pas une définition de la recherche appliquée (les sceptiques la trouveront, entre autres, dans le Dictionnaire fondamental de la psychologie de 1997), je dis seulement que nous y revenons trop rarement. Certes, reprendre les définitions apparemment maintes fois débattues est un exercice assez ennuyeux. Il ne devient intéressant que s’il permet de repérer quelques questions/confusions auxquelles il devient important d’apporter un peu de précision. Trois interrogations me tiennent particulièrement à cœur. La première concerne la différence entre la recherche (science) appliquée et la recherche (science) dite « pure » ou fondamentale, la seconde la confusion entre la recherche de terrain et la recherche appliquée, et la troisième la confusion entre la recherche appliquée et l’applicabilité de la recherche.

Recherche fondamentale et recherche appliquée

  • 3 Elle revient aussi aux sophistes qui en proclamant la fonction pratique de la connaissance, l’intér (...)

4Pour comprendre la différence, et à vrai dire comprendre de ce fait une certaine déconsidération de la recherche (science) appliquée par rapport à la recherche (science) « pure » ou fondamentale, il faut se rappeler notre héritage « culturel » que je vais résumer très rapidement, donc forcément d’une façon imparfaite. L’histoire montre qu’il a fallu des siècles et des siècles aux sciences appliquées pour obtenir ses lettres de noblesse. « La faute » revient en partie à Aristote3. Dans Éthique à Nicomaque et dans Métaphysique, Aristote distingue « être artificiel » et « être naturel » en opposant « le savoir pratique » à « la sagesse théorique ». En prétendant que chaque activité tend vers un bien qui est sa fin, Aristote distingue la poièsis de la praxis. La poièsis englobe des activités, comme la fabrication, la production ou la création, qui s’achèvent dans ce qu’elles produisent. La praxis est une activité qui constitue elle-même sa propre fin et qui possède une valeur intrinsèque. Autrement dit, si la poièsis s’arrête lorsque le but est atteint, la praxis, en constituant un but en soi, est constante. Supérieure, plus « parfaite », la praxis, assimilée à la contemplation (théôria) devient vite opposée à l’action. Si le christianisme renforce cette opposition, il la complique aussi. En prenant en compte l’importance de la liberté et de la volonté dans l’action, la doctrine chrétienne amène à considérer comme une « pratique » ou une « action » toutes les activités qui mettent le sujet en rapport avec l’extériorité, y compris la connaissance et la réflexion. Toutefois, si l’action (la pratique) reste une nécessité de la vie, elle n’est pas comme la recherche de Dieu (la contemplation) : une fin en soi. Il faudra des siècles donc pour combattre l’idée selon laquelle le savoir pratique est moins divin que la sagesse ou le savoir théorique. Cet héritage va lourdement peser sur l’organisation de la science et sur la considération des sciences dites « pratiques » ou « appliquées ».

5Roger Bacon (1220-1292) est parmi les premiers à tenter de donner des lettres de noblesse au savoir pratique et, par la même occasion, aux sciences empiriques. En renouant avec les sophistes, il considère que la fonction pratique est la première fonction de la connaissance. L’expérimentation constitue une méthode qui permet de l’assurer car, au lieu d’« observer passivement » les différents phénomènes (de la nature), elle permet de sélectionner ceux qui ont une importance pour la vie et la survie. Il faut attendre les XVIIe et XVIIIe siècles pour que la fonction pratique de la connaissance, et donc de la science, soit sérieusement débattue. Si René Descartes (1596-1650) reconnait la valeur du savoir pratique (contrôle sur la nature), il le place néanmoins derrière le savoir théorique. Les encyclopédistes et d’autres philosophes, tel John Locke (1632-1704) pour qui « seul ce qui est utile à l’homme peut être abordé par son esprit », soutiennent l’inverse. Selon eux, la science n’est qu’un outil qui doit permettre aux gens de vivre mieux.

6De ces débats qui opposent la « raison pratique » à la « raison théorique », résultent, au XVIIIe siècle le premier partage entre les sciences théoriques et les sciences pratiques. Emmanuel Kant (1724-1804) s’en sert pour démontrer le primat de la « raison pratique » sur la « raison théorique ». En dressant les limites à l’intérieur desquelles la raison peut connaître, il montre que la raison pratique guide l’activité de l’homme en tant qu’être libre et sélectionne les idées métaphysiques. La majorité des philosophes des XIXe et XXe siècles vont plus loin. Ils rejettent l’idée de la connaissance en tant qu’activité à part, distincte des autres activités humaines et prônent l’unité entre connaître et agir (cf. Peirce, James). Par exemple, pour Auguste Comte (1798-1857), la science doit fournir des fondements pour prédire ; pour Karl Marx (1818-1883), la pratique est le seul critère de la vérité ; pour Henri Bergson (1859-1941), le savoir humain est un savoir pratique. S’il a fallu des siècles pour anoblir le savoir pratique, il faudra probablement encore attendre pour donner à la recherche appliquée toute la considération qu’elle mérite. Qu’en disent ses grands, ses plus éminents, défenseurs ?

7Je propose de présenter ici, à titre d’illustration et par conséquent très succinctement, les idées concernant ce qu’est la recherche ou la science appliquée de deux de ces défenseurs, Russel Ackoff, grand méthodologue, et Herbert Simon, prix Nobel d’économie en 1978 qui, avec Ackoff, constitue une référence dans le champ de la planification et de la méthodologie de projet. Sur un ton très sérieux, mais non dépourvu d’humour, Ackoff (1962) reconnaît toute la difficulté que la distinction précise entre la recherche/science « pure » et la recherche/science appliquée peut poser. Toutefois, il ajoute que la dispute n’a rien de grave étant donné que cette distinction n’a plus autant d’importance que par le passé. Si jadis, elle servait à donner aux chercheurs un statut, à légitimer leur existence et à valoriser leurs compétences pas toujours lisibles de l’extérieur, à présent, lorsqu’il est évident que la difficulté de la recherche ne dépend pas de ses éventuelles applications, cette distinction relève du snobisme. En s’appuyant sur les réflexions de Campbell (1952), il suggère que la recherche « pure » aurait pour objectif principal de satisfaire les besoins de l’esprit, la curiosité intellectuelle gratuite déclenchée par la volonté de trouver la (les) réponse(s) à une question souvent auto-générée. Les résultats d’une telle recherche intéresseraient donc en premier ceux parmi lesquels ils seraient diffusés, c’est-à-dire des chercheurs. Autrement dit, cette recherche prendrait son utilité au sein d’un domaine scientifique et au sein d’une communauté de chercheurs, même si, à un moment donné, d’autres pourraient aussi s’y intéresser. La recherche appliquée aurait quant à elle pour objectif premier la résolution d’un (des) problème(s) réel(s), la satisfaction des besoins plus « corporels », la curiosité pas toujours gratuite. Cette recherche aurait donc pour finalité d’apporter des informations ou des directives sur la façon d’atteindre un objectif ou sur la façon de l’optimiser. Ses résultats intéresseraient donc un public précis (les clients) et seraient, au moins dans un premier temps, diffusés auprès de lui. Rien n’empêche qu’à un moment donné, ils puissent servir à d’autres publics, voire constituer une base à des questionnements plus fondamentaux. Ackoff précise que si la différence entre la recherche pure (fondamentale) et appliquée peut se situer sur le plan des intentions/attitudes des chercheurs et/ou des finalités visées, elle ne se situe aucunement sur le plan de la méthode. Celle-ci reste la même dans ses principes et ses exigences.

8Selon Simon (1969), la science « pure » se centrerait sur l’« être naturel » (cf. distinction d’Aristote), c’est-à-dire sur l’étude de la nature et des phénomènes naturels. Par l’opposition, la science appliquée s’intéresserait à l’« être artificiel », c’est-à-dire à l’étude des produits de l’homme et des processus de production. Ainsi, la science appliquée aurait pour objet un changement, elle serait la science de sa conception. Puisque concevoir un changement consiste à le préparer, à construire son projet, la science appliquée serait une science du projet ou de la planification en tant que principale condition de l’efficacité de l’action. L’évaluation de cette efficacité serait le meilleur test de la qualité de planification.

  • 4 Par exemple, selon Edmund Husserl (1859-1938), le père de la phénoménologie, on aurait d’une part l (...)

9Toutes ces idées ne sont pas étrangères aux différentes typologies des sciences. Plus ou moins générales et plus ou moins connues, elles font toutes une distinction entre d’une part les sciences théoriques ou analytiques et d’autre part les sciences empiriques parmi lesquelles figurent les sciences appliquées4. Par exemple, selon Mattessich (1978), la science comporte les sciences analytiques, dont la méthodologie et les mathématiques, et les sciences empiriques. Parmi ces dernières, il distingue d’une part les sciences « pures » comme la physique, la chimie, la biologie et la cosmologie, et d’autre part les sciences appliquées comme les sciences techniques, les sciences agricoles, les sciences médicales, les sciences de gestion. On retrouve ici la distinction d’Aristote reprise par Simon entre le « naturel » et l’« artificiel ». Les sciences « pures » sont consacrées à la nature et aux phénomènes naturels, les sciences « appliquées » aux produits de l’homme et/ou aux processus de production. Pour Mattessich, il est évident que les premières servent d’appui aux secondes et les secondes d’inspiration aux premières. Tout comme l’est le caractère quelque peu ambigu des sciences sociales qu’il situe entre les sciences pures et les sciences appliquées. Cette place particulière, « entre les deux » qui est accordée, notamment à la psychologie, en est aussi symptomatique. Elle signifie que la psychologie serait une science « pure » lorsqu’elle étudie « le naturel » et une science appliquée lorsqu’elle étudie « l’artificiel ». Que dire alors de la psychologie sociale ? Serait-elle plus « pure » lorsqu’elle se situe du côté « du naturel » ou plus « appliquée » lorsqu’elle se penche vers l’« artificiel » ? Peu importe la réponse qu’on peut ou qu’on souhaite avancer, être « entre les deux », présente peut-être un avantage, mais aussi l’inconvénient de n’être nulle part.

Recherche appliquée et recherche de terrain

10Une deuxième confusion, souvent présente dans les débats sur la recherche appliquée, concerne son lieu d’étude. Menée sur le terrain, elle serait appliquée, menée dans un laboratoire, elle ne le serait pas ou ne le serait plus. Je ne reviens pas sur le fait que ce point particulier n’est mentionné ni par Ackoff ni par Simon ni, à ma connaissance, par aucun méthodologue qui a tenté de préciser la différence entre la science –la recherche « pure »/fondamentale et la science– la recherche appliquée. J’ai un argument plus simple et plus convaincant : des recherches menées sur le terrain qui n’ont jamais été considérées, ni par leurs auteurs ni par d’autres, comme des recherches appliquées. C’est le cas des recherches de Lemaine (1966) sur les réactions à l’infériorité et des recherches de Deconchy (1980) sur l’orthodoxie religieuse. Le premier menait ses recherches dans le cadre d’une colonie de vacances pour « s’assurer que les deux groupes pourraient bien fonctionner », le second, pour qui « l’idéologie ne peut s’étudier qu’intacte », les réalisait auprès de séminaristes. On peut en citer d’autres. Tout comme il est possible de citer des exemples de recherches appliquées réalisées dans des lieux, des laboratoires, parfois spécialement conçus à cette fin. Toute recherche de terrain n’est donc pas nécessairement une recherche appliquée. Le choix du terrain est souvent dicté par la volonté de valider des modèles théoriques généraux dans des contextes spécifiques, mais aussi, comme l’illustrent les deux exemples que je viens de citer, par la nécessité de respecter la complexité de l’objet étudié. Il n’empêche que toute recherche, qu’elle soit de terrain, de laboratoire, appliquée ou non, doit satisfaire un certain nombre d’exigences dont celle des comparaisons planifiées (Matalon, 1988). Dans ce sens, comme le rappelle Ackoff, la distinction entre la recherche « pure » et la recherche appliquée ne réside pas dans la démarche ou dans sa difficulté, mais dans sa finalité et dans l’attitude/la volonté du chercheur.

Recherche appliquée et applicabilité de la recherche

  • 5 J’emprunte ce terme à Gabriel Moser qui était parmi les premiers à m’entraîner dans de longs débats (...)

11La troisième confusion que j’ai souvent rencontrée et que parfois j’ai entretenue, concerne la différence entre la recherche appliquée et l’« applicabilité5 » de la recherche. Cette confusion est fort probablement due au fait que toute la recherche, et a fortiori la recherche fondamentale/ «  pure », comme toute théorie, est potentiellement applicable. Autrement dit, à un moment donné, elle peut s’avérer utile pour résoudre un problème donné. C’est en particulier le cas de la psychologie sociale qui possède un grand nombre de concepts et/ou de modèles explicatifs très pertinents pour analyser et/ou comprendre différents faits majeurs et mineurs de la vie. Toutefois, ce potentiel ne suffit pas pour qu’on puisse considérer d’emblée que la psychologie sociale ou une de ses recherches ait un caractère appliqué. Au mieux, il montre son utilité sociale. Quitte à me répéter, je voudrais encore une fois rappeler que, d’après Ackoff et Simon, la recherche appliquée a pour finalité la résolution d’un problème. Autrement dit, elle doit apporter une solution qui n’existe pas encore (cf. Ackoff), ce qui revient à proposer un changement (cf. Simon). Le terme « appliquée » signifie ici plutôt « utilisée, employée à » que « placée, posé sur ». Plus précisément, la recherche appliquée est une recherche « utilisée pour » résoudre un problème précis comme un traitement qui est « appliqué à » une maladie. Ceci n’empêche en rien que, sur ce même problème, on puisse « poser » un regard inspiré d’un modèle, d’une théorie ou des résultats de recherches par exemple de psychologie sociale. Et ceci n’empêche en rien qu’on puisse avoir envie ou trouver pertinent de le faire à propos de n’importe quel fait social et en dehors de toute demande sociale. D’ailleurs, nous le faisons souvent pour nous convaincre ou pour convaincre les autres de l’utilité sociale, de l’applicabilité, de notre discipline. Ces deux démarches sont très différentes. La recherche appliquée implique que le problème qu’elle est censée résoudre soit posé par quelqu’un d’autre que le chercheur lui-même. N’oublions pas qu’elle a un public, « un client » auquel elle doit rendre compte. En bref, l’énorme potentiel de l’applicabilité de la recherche en psychologie sociale ne suffit pas en lui-même pour que notre discipline développe des recherches appliquées et soit reconnue en tant que « science appliquée ».

12Que faut-il en plus ? Les réponses à cette question sont nombreuses. J’en ai choisi deux. La première consiste à redire ce que bien d’autres ont dit avant moi, il faut diffuser, partager nos découvertes. Nous ne le faisons pas assez malgré nos convictions ou notre militantisme en faveur de la propagation de la culture psycho-sociale. Je pense que sans un changement du système d’évaluation de productivité scientifique, les tentatives allant dans ce sens resteront isolées et insuffisantes. La professionnalisation des parcours universitaires, la valorisation des contrats de recherche, les nouvelles lois du financement de la recherche, etc., constituent des éléments qui l’annoncent, mais qui ne l’imposent pas vraiment. La seconde réponse est plus délicate, plus discutable et plus problématique. Elle se base sur des exemples des sciences « pures » qui ont donné naissance à des domaines d’applications reconnus. Ces sciences disposent d’une instance (voire même d’une institution) intermédiaire entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, des ingénieurs (et des écoles d’ingénieurs). Toutefois, elles disposent aussi de « clients », de clients fidèles et de clients potentiels faciles à repérer. « Qui sont nos clients ? » est certainement une des questions que nous devons traiter plus sérieusement que nous ne le faisons à présent car pour mettre en place notre instance intermédiaire, il nous faut plus que la conviction d’avoir un immense potentiel…

Pour finir

13Pour finir mon propos, je voudrais très rapidement rendre compte de la discussion qui avait suivi cette conférence. Tout d’abord, certains de mes collègues m’ont fait remarquer que la recherche appliquée en psychologie sociale se porte mieux que je ne le suggère. D’autres m’ont fait remarquer que pour s’affirmer en tant que science appliquée, une discipline scientifique a besoin de grandes théories. D’autres encore trouvaient que j’étais injuste en parlant de l’ambiguïté qui règne à propos de la définition de la recherche/science appliquée en citant les références aux ouvrages/dictionnaires que je ne mentionnais pas ou que je ne connaissais pas. Enfin, quelques-uns venant du « monde civil » m’indiquaient « nos clients » potentiels ou évoquaient différents moyens pour les attirer. Leurs interventions illustrent aussi bien mon incompétence que mon imprudence dont j’ai du mal à me défaire. Je reste cependant convaincue que la recherche appliquée en psychologie sociale, cet horizon qui me paraissait très lointain au moment du colloque et qui constituait l’illustration de fond de mes transparents, se rapproche… mais à petits pas (trop petits pour moi !).

Bibliographie

Références

Ackoff R. (1962), Scientific method: optimizing applied research decisions, New York, John Wiley & Sons.

Bloch R.-H., Dépret E., Gallo A., Garnier P., Gineste M., Leconte P., Le Ny J.-F., Postel J., Reuchlin M. & Casalis D. (dir.) (1997), Dictionnaire fondamental de la psychologie, Paris, Larousse, (voir l’entrée « La psychologie sociale appliquée » de J. PY).

Campbell N. R. (1952), What is science?, New York, Dover Publ.

Deconchy J.-P. (1980), Orthodoxie religieuse et sciences humaines, Paris, Mouton.

Lemaine G. (1966), « Inégalité, comparaison et incomparabilité : esquisse d’une théorie de l’originalité sociale », Bulletin de psychologie, 20, p. 1-9.

Mattessich E. (1978), Instrumental reasoning and systems methodology. An epistemology of the applied and social sciences, Boston, Dozdrecht.

Matalon B. (1988), Décrire, expliquer et prévoir, Paris, A. Colin.

Simon H. A. (1969), The sciences of the artificial, Cambridge, Mass.

Notes

1 Ce texte se base en partie sur le discours inaugural de l’auteur lors du 7e Colloque de psychologie appliquée organisé par l’ADRIPS à Rennes (2005).

2 D’ailleurs, ils ont fait l’objet de communications lors de ce colloque et sont présentés dans ce volume.

3 Elle revient aussi aux sophistes qui en proclamant la fonction pratique de la connaissance, l’intérêt du savoir empirique, en refusant l’idée de la vérité absolue, etc., se faisaient rémunérer pour leurs services et leurs enseignements. Cette pratique contraire à l’éthique de l’époque leur a valu un certain mépris et une grande impopularité.

4 Par exemple, selon Edmund Husserl (1859-1938), le père de la phénoménologie, on aurait d’une part les sciences théoriques et d’autre part les sciences normatives et technologiques.

5 J’emprunte ce terme à Gabriel Moser qui était parmi les premiers à m’entraîner dans de longs débats sur la recherche appliquée en psychologie sociale.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search