Version classiqueVersion mobile

Musique, langage, émotion

 | 
Régine Kolinsky
, 
José Morais
, 
Isabelle Peretz

Résumés

Texte intégral

1Barbara Tillmann, Lisianne Hoch et Frédéric Marmel

2Influence du contexte sur le traitement en musique et en langage

3Le traitement d’un événement (une note, un mot) peut être influencé par le contexte dans lequel il apparaît. Analyser les effets de contexte permet d’étudier les connaissances de l’auditeur ainsi que les attentes perceptives qui sont développées sur les événements futurs et qui influencent la vitesse de traitement d’un événement. Le paradigme d’amorçage est une méthode d’investigation indirecte de ces effets de contexte et a amplement été utilisé pour la perception du langage et plus récemment pour la perception de la musique. Des données comportementales et neurophysiologiques montrent que le traitement d’un événement est facilité et nécessite moins de ressources neuronales lorsqu’il est relié (et est supposé être attendu) que lorsqu’il est non relié au contexte qui le précède. Les études sur la perception des structures musicales se sont d’abord inspirées des études sur la perception du langage, puis elles ont évoqué de nouvelles questions sur l’amorçage linguistique ainsi que sur les interactions possibles entre le traitement de ces deux types de structures.

4Emmanuel Bigand et Charles Delbé

5L’apprentissage implicite de la musique occidentale

6L’apprentissage implicite désigne une forme d’apprentissage durant laquelle nous intériorisons tacitement la structure des stimulations qui nous parviennent de l’environnement. La musique constitue une structure écologique de cet environnement qui présente de nombreux intérêts pour l’étude des apprentissages implicites. Réciproquement, les travaux actuels sur l’apprentissage implicite sont importants pour les sciences de la musique car ils conduisent à repenser le statut des compétences cognitives requises pour les activités musicales. Dans ce chapitre, nous montrerons qu’il est très probable que les connaissances implicites acquises par l’auditeur sans formation musicale constituent un aspect essentiel de l’expérience musicale. Par ailleurs, nous décrirons un modèle connexionniste qui aide à mieux comprendre quel type d’architecture cognitive se prête le mieux à la représentation des connaissances musicales implicites.

7Oliver Grewe, Reinhard Kopiez et Eckart Altenmüller

8L’évaluation des sentiments musicaux : une comparaison entre le modèle circomplexe et les inventaires d’émotions à choix forcé

9Les modèles bidimensionnels valence/dynamique (ou intensité, appelée « arousal » en anglais) et les inventaires d’émotions à choix forcé sont les deux approches le plus fréquemment utilisées pour évaluer les sentiments éprouvés en réponse à la musique. Dans cette étude, nous comparons ces deux évaluations en ce qui concerne leur validité, leur fidélité et leur congruence. En outre, nous avons vérifié la relation entre les émotions exprimées par la musique et les réactions ressenties subjectivement par les auditeurs. Les participants (N = 75) ont évalué aussi bien les émotions exprimées par la musique que leurs sentiments subjectifs à l’égard de la musique par rapport aux dimensions de valence et de dynamique. En outre, les participants ont utilisé un inventaire d’émotions à choix forcé pour exprimer leurs sentiments. Comme stimuli nous avons utilisé le requiem de Puccini, le Motet « Unser Leben ist ein Schatten » de Bach, et cinq mouvements extraits du Requiem de Mozart KV 626. Les deux systèmes d’évaluation ont montré des résultats similaires dans le sens prédit. Les deux approches se sont révélées fidèles et ont montré une distribution d’évaluations individuelles semblable. Les émotions exprimées et les réponses à propos des sentiments étaient hautement corrélées. Les réactions étaient positives, même en réponse à des stimuli « tristes ». Les modèles dimensionnels et les inventaires à choix forcé ont prouvé être des instruments également valides et fidèles pour l’évaluation des sentiments.

10Séverine Samson et Delphine Dellacherie

11La neuropsychologie des émotions musicales

12Le pouvoir émotionnel de la musique est remarquable bien que la spécificité fonctionnelle et anatomique de ces émotions ne soit pas encore dévoilée. L’objectif de cette revue est de préciser le rôle du lobe temporal médian dans la reconnaissance des émotions musicales à partir de l’étude de patients qui ont été traités chirurgicalement d’une épilepsie résistante aux médicaments. Ainsi, nous avons montré que la peur, l’excitation et le désagrément provoqués par l’écoute de certains extraits musicaux sont autant de réponses émotionnelles qui sont perturbées par la présence d’une lésion du lobe temporal médian. Nous avons également mis en évidence que ces mêmes patients ont des difficultés à détecter l’absence de saillance ou proéminence affective des extraits neutres. Ces différentes données soulignent la pertinence d’évaluer les émotions musicales et d’inclure des stimuli neutres pour explorer les désordres émotionnels et sociaux en neuropsychologie.

13Régine Kolinsky, Julie Bertels et José Morais

14Biais attentionnels liés à la valence émotionnelle des mots parlés et des mélodies

15Bien que de nombreuses études aient porté ces dernières années sur les émotions, peu ont envisagé les conséquences cognitives des réactions émotionnelles qui peuvent être engendrées par la musique ou par des mots parlés. Dans le présent chapitre, nous examinons si les caractéristiques émotionnelles des stimuli musicaux et parlés peuvent susciter des biais attentionnels du type de ceux qui ont été observés auparavant avec des stimuli visuels (mots écrits ou images). Nous mentionnons les méthodes les plus connues menant à l’observation de ces biais attentionnels et synthétisons les principaux résultats des travaux qui ont examiné leur occurrence.

16Isabelle Peretz, Elvira Brattico, Mari Tervaniemi et Patricia Moreau

17Activité électrophysiologique anormale en réponse à des différences de hauteurs chez les amusiques congénitaux

18L’amusie congénitale est un trouble neuro-génétique qui empêche les individus qui en sont affligés de jouir des plaisirs associés à la musique. Les manifestations de ce trouble se limitent à la musique et ne peuvent être expliquées par d’autres causes telles qu’une lésion cérébrale, une perte d’audition, ou un quelconque dérangement cognitif ou socio-affectif. De récents résultats comportementaux suggèrent que le processus de discrimination fine des hauteurs est à l’origine du déficit observé chez les amusiques. Dans cette étude-ci, nous présentons une nouvelle preuve que ce trouble développemental est associé à un complexe anormal d’ondes électrophysiologiques N2-P3 latéralisé du côté droit, en réponse à des changements de hauteur. Cette activité corticale anormale débute dès les 200 premières millisecondes après l’apparition du stimulus auditif et pourrait servir de marqueur dans la détection d’une anomalie au niveau de l’apprentissage musical.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search