Version classiqueVersion mobile

Musique, langage, émotion

 | 
Régine Kolinsky
, 
José Morais
, 
Isabelle Peretz

Biais attentionnels liés à la valence émotionnelle des mots parlés et des mélodies

Régine Kolinsky, Julie Bertels et José Morais

Résumé

Bien que de nombreuses études aient porté ces dernières années sur les émotions, peu ont envisagé les conséquences cognitives des réactions émotionnelles qui peuvent être engendrées par la musique ou par des mots parlés. Dans le présent chapitre, nous examinons si les caractéristiques émotionnelles des stimuli musicaux et parlés peuvent susciter des biais attentionnels du type de ceux qui ont été observés auparavant avec des stimuli visuels (mots écrits ou images). Nous mentionnons les méthodes les plus connues menant à l’observation de ces biais attentionnels et synthétisons les principaux résultats des travaux qui ont examiné leur occurrence.

Texte intégral

Remerciements
Les deux premiers auteurs sont maître de recherche et aspirant du Fonds de la recherche scientifique-FNRS, respectivement. Le présent travail a été soutenu par des conventions du Fonds de la recherche scientifique-FNRS (FRFC 2.4579.02 et 2.4633.06, et FNRS 1.5705.06).

1La principale fonction adaptative du traitement attentionnel est de faciliter la perception rapide et précise de l’environnement et de maintenir les ressources de traitement sur les stimuli entrants. La sélection d’un stimulus par le système attentionnel est déterminée par les propriétés de la scène et les connaissances (expectatives, croyances et buts) de l’observateur. Il pourrait donc être hautement adaptatif pour l’espèce humaine de traiter de manière prioritaire un événement potentiellement menaçant, comme l’apparition d’un serpent, d’un visage manifestant des signes de colère, ou encore l’occurrence d’un bruit signalant un danger imminent. Une autre possibilité pourrait être que, au contraire, nous détournions notre attention de stimuli déplaisants en direction de situations dépourvues de caractéristiques émotionnelles similaires. Cette conduite correspondrait à un évitement de l’agent inducteur de stress (e. g. Luminet, 2002).

2Bien que de nombreux travaux aient porté ces dernières vingt années sur de tels biais attentionnels provoqués par les stimuli émotionnels, la grande majorité des études n’a utilisé que des stimuli visuels. Dans le présent chapitre, nous mentionnerons les méthodes les plus connues et synthétiserons les principaux résultats de ces travaux (section 1). Ensuite, nous nous pencherons sur la question de savoir si des effets équivalents peuvent être observés avec des stimuli auditifs (section 2), que ce soient des mots parlés (section 2.1) ou des mélodies (section 2.2). Une discussion de l’ensemble de ces travaux (section 3) clôturera nos réflexions.

Biais attentionnels provoqués par les émotions véhiculées par des stimuli visuels

3De nombreuses études cliniques ont relevé que les patients souffrant de troubles émotionnels présentent une forte tendance à porter une attention démesurée à l’information émotionnelle, du moins lorsque celle-ci a un lien avec leur trouble. Ceux qui souffrent d’arachnophobie, par exemple, connaissent bien cette impossibilité de ne pas regarder l’araignée qui leur fait si peur (e. g. Öhman, Flykt & Esteves, 2001). De manière plus générale, les sujets anxieux s’engageraient sélectivement et disproportionnellement dans le traitement d’informations menaçantes (e. g. Eysenck, 1992 ; Mathews, 1990) et le traitement de ces informations pourrait, selon la situation expérimentale, soit favoriser soit nuire à la performance.

4Ainsi, l’adaptation du test de Stroop (1935) à l’étude des stimuli émotionnels, appelée Stroop émotionnel, consiste à utiliser des mots à contenu émotionnel (neutre, positif, ou négatif) au lieu de mots indiquant une couleur, la tâche restant identique : dénommer la couleur dans laquelle sont présentés les mots. L’allongement du temps de dénomination de la couleur qui est observé pour des mots à valence négative par rapport à ceux à valence positive ou neutre (e. g. Pratto & John, 1991) indiquerait que les sujets ont tendance à diriger leur attention vers le contenu émotionnel de ces mots, une dimension du stimulus qui n’est pas pertinente pour la tâche, puisque celle-ci porte au contraire sur un caractéristique physique du stimulus.

5Par exemple, Watts, McKenna, Sharrock et Trezise (1986) ont examiné dans la situation de Stroop émotionnel des sujets souffrant d’arachnophobie, leur présentant soit des mots négatifs « tout-venant » (« mort », « peur », « chagrin », etc.), soit des mots négatifs spécifiques à leur phobie (« toile », « poilu », « tisser », etc.). En comparaison avec des sujets de contrôle (ne souffrant pas de phobie), les arachnophobes ne montraient pas plus d’interférence des mots négatifs « tout-venant », mais un énorme ralentissement des réponses de nomination de la couleur (+ 190 ms) pour les mots négatifs liés spécifiquement à leur phobie.

6La structure de personnalité n’est pas le seul déterminant possible des effets d’interférence en situation de Stroop émotionnel ; ceux-ci peuvent aussi être liés à des états émotionnels plus transitoires. Par exemple, des étudiants examinés après avoir subi un échec induit expérimentalement (par une tâche de résolution d’anagrammes très difficiles, parfois même insolubles) ont présenté un effet plus fort des mots négatifs liés à la réussite (« ignorant », « raté », etc) que des sujets de contrôle, et ce indépendamment de leur structure de personnalité (Mogg, Mathews, Bird & MacGregor-Morris, 1990).

7L’interprétation dominante de l’effet d’interférence observé dans la situation de Stroop émotionnel est que les organismes biologiques, afin de pouvoir survivre, ont besoin de mécanismes leur permettant de réagir face à la menace. Ces mécanismes, pour être efficaces, doivent être rapides et capables d’interrompre le traitement en cours. Ainsi, les mots chargés émotionnellement affecteraient la performance parce qu’ils attireraient l’attention et interféreraient dès lors avec la tâche en cours (dans ce cas-ci, la nomination de la couleur).

8Néanmoins, les résultats obtenus peuvent être ambigus (e. g. Fox, 1993). Comme les deux informations sont intégrées dans le même stimulus, il n’y a aucun moyen de distinguer les processus intervenant dans le traitement de l’information émotionnelle de ceux responsables de la dénomination de la couleur. Il est donc impossible de préciser à quel niveau intervient un biais attentionnel observé dans cette situation. Une augmentation des temps de réponse pour les mots négatifs ou menaçants pourrait effectivement refléter une allocation des ressources attentionnelles prioritairement dirigée vers l’information émotionnelle contenue dans ces mots, c’est-à-dire de la vigilance. Mais ce retard de réponse pourrait tout aussi bien refléter l’augmentation des ressources de traitement requises pour tenter d’éviter cette information émotionnelle désagréable (de Ruiter & Brosschot, 1994). De plus, dans la situation de Stroop on ne peut pas déterminer si les effets sont le reflet de mécanismes intervenant à des stades précoces du traitement de l’information ou s’ils correspondent à un stade de réponse plus tardif (MacLeod, 1991).

9Par ailleurs, peu d’études ont réussi à répliquer l’effet de Stroop émotionnel sur des sujets tout-venant, qui ne présentent donc aucune anxiété particulière (e. g. Gotlib & McCann, 1984, Mathews & MacLeod, 1985 ; mais voir aussi e. g. Pratto & John, 1991 et McKenna & Sharma, 1995). Des effets robustes sont toutefois observés même chez ces sujets lorsque le matériel consiste en des mots « tabous », c’est-à-dire des expressions vulgaires, choquantes, obscènes, ou des insultes (MacKay & Ahmetzanov, 2005 ; MacKay, Shafto, Taylor, Marian, Abrams & Dyer, 2004 ; Siegrist, 1995 ; Taylor, Kornblum, Lauber, Minoshima & Koeppe, 1997).

10Enfin, plus récemment, plusieurs chercheurs ont relevé le fait que dans la situation de Stroop émotionnel les biais attentionnels ne sont souvent observés chez les sujets tout-venant que lorsque les stimuli dénotant une valence émotionnelle spécifique (en particulier à connotation négative) sont présentés par bloc. Ces biais ne s’observent pas lorsque ces stimuli sont mixés, c’est-à-dire mélangés au sein d’un même bloc d’essais à des stimuli d’autres valences émotionnelles (voir les métaanalyses de Bar-Haim, Lamy, Pergamin, Bakermans-Kranenburg & van Ijzendoorn, 2007, et de Phaf & Kan, 2007, mais voir aussi McKenna & Sharma, 1995).

11L’absence fréquente chez les sujets tout-venant de biais attentionnel lorsque les stimuli sont mixés est probablement due au fait que la situation de Stroop émotionnel n’implique pas seulement un mécanisme rapide d’interférence qui intervient durant la présentation du stimulus, mais aussi une composante attentionnelle lente qui aurait des effets à plus long terme (McKenna & Sharma, 2004). Cette composante lente retarderait les réponses non seulement à l’essai (émotionnel) en cours, mais aussi – ou peut-être même exclusivement – à l’essai subséquent (e. g. neutre), masquant dès lors l’interférence rapide intra-essai. Lorsque les essais présentant une même valence émotionnelle sont regroupés en un seul bloc, l’interférence intra-essai n’est pas masquée par les effets lents qui ont lieu entre les essais, et donc dans ce cas les biais attentionnels observés refléteraient l’influence combinée des deux types d’effets (voir aussi Waters, Sayette, Franken & Schwartz, 2005 ; Waters, Sayette & Wertz, 2003).

12L’ensemble de ces problèmes a incité de nombreux chercheurs à utiliser d’autres situations, comme l’indiçage émotionnel (e. g. Stormark, Nordby & Hugdahl, 1995) ou la situation de déploiement attentionnel, qui permettent, elles, de mesurer plus directement la manière dont l’attention visuelle est distribuée (MacLeod, Mathews & Tata, 1986).

13En modalité visuelle, la situation de déploiement de l’attention porte aussi le nom, plus explicite, de tâche de détection de point. La tâche est en effet de détecter le plus rapidement possible un point qui apparaît à la suite de la présentation d’une paire de stimuli visuels. Par exemple, deux mots sont présentés simultanément, l’un au-dessus de l’autre, sur l’écran d’un ordinateur. L’un de ces mots peut être à contenu émotionnel. Dans la moitié des cas, le mot à contenu émotionnel apparaît en haut de l’écran et dans l’autre il apparaît en bas. Les sujets sont invités à lire à voix haute le mot supérieur. La distribution de l’attention qui s’ensuit est mesurée par la vitesse de détection du point qui apparaît ensuite, occasionnellement et de manière aléatoire, à la localisation spatiale qui avait été occupée auparavant par un des deux mots. Des réactions plus rapides aux points qui occupent la position spatiale où avait été présenté un mot à contenu émotionnel qu’aux points qui occupent la localisation spatiale opposée (correspondant à celle du mot neutre) indiquent un biais attentionnel vers le mot émotionnellement chargé.

14Contrairement au Stroop émotionnel, comme cette tâche requiert une réponse neutre (appuyer sur un bouton de réponse) à un stimulus neutre (le point cible), on élimine la possibilité d’une interprétation en termes de biais de réponse, c’est-à-dire d’occurrence d’effets au niveau de la sélection de la réponse (Mackintosh & Mathews, 2003). De plus, puisque l’information émotionnelle et la cible à détecter sont séparées spatialement et temporellement, les ressources de traitement nécessaires à la tâche de détection de point n’entrent pas en compétition avec les réponses d’orientation attentionnelle aux mots émotionnels (Mogg & Bradley, 1998).

15Un autre avantage de la situation de déploiement attentionnel est qu’elle permet en principe de déterminer, de manière plus précise que la situation de Stroop émotionnel, la manière dont l’attention visuelle est distribuée et, donc, le mécanisme attentionnel à l’origine des effets observés (MacLeod, Mathews & Tata, 1986). On parle de biais attentionnel négatif lorsque l’observateur est plus rapide pour détecter le point quand celui-ci occupe la position spatiale opposée à celle qui avait été occupée juste avant par le stimulus à contenu émotionnel (c’est-à-dire, la position qui correspond à celle du stimulus neutre) que quand il occupe la même position spatiale que celle du stimulus émotionnel. Le biais attentionnel négatif suggère que l’observateur réagit en évitant le stimulus émotionnel inducteur de stress. C’est le cas, par exemple, des sujets tout-venant qui, dans certaines études, tendent à dévier leur attention des mots à contenu menaçant (Beaver, Mogg & Bradley, 2005). D’autres personnes, notamment des patients souffrant d’un désordre anxieux généralisé, présentent elles un biais attentionnel positif, reflété par des réponses plus rapides lorsque le point apparaît au même endroit que le mot à contenu menaçant, ce qui correspondrait à une attention particulière portée à ces mots (e. g. MacLeod et al., 1986).

16En d’autres termes, les biais attentionnels positifs sont souvent interprétés comme reflétant une vigilance particulière à l’égard des stimuli émotionnels. Toutefois, deux mécanismes distincts peuvent rendre compte de l’occurrence d’un biais attentionnel positif. Soit l’information émotionnelle attire l’attention, et cette allocation de l’attention vers le stimulus émotionnel induit une perturbation dans le traitement d’autres informations. Soit une fois détectée, l’information émotionnelle maintient l’attention, l’effet reflétant dans ce cas une difficulté à désengager l’attention de l’information émotionnelle.

17Des analyses spécifiques proposées par Koster, Crombez, Verschuere et De Houwer (2004) permettent en théorie de vérifier lequel de ces deux mécanismes est responsable d’un biais attentionnel positif. En effet, si ce biais reflète de la vigilance, les essais congruents (i. e. lorsque le point est présenté à la position qu’occupait avant le stimulus émotionnel) devraient mener à des réponses plus rapides que les essais dits neutres, qui n’incluent aucun stimulus émotionnel, seulement des stimuli neutres. Au contraire, si ce biais reflète une difficulté de désengagement, les essais incongruents (i. e. lorsque le point est présenté à la position qu’occupait avant le stimulus neutre) devraient mener à des réponses plus lentes que les essais neutres. L’idée d’utiliser les essais neutres comme ligne de base a cependant été critiquée, car le contenu émotionnel des stimuli a souvent aussi un effet général (non spatial) sur les temps de réponse. Dans ce cas, la comparaison entre essais neutres et essais (in) congruents ne constitue plus un index pur des processus d’orientation attentionnelle (Mogg, Holmes, Garner & Bradley, 2008).

18Par ailleurs, tout comme pour le paradigme du Stroop émotionnel, si les résultats des patients et des personnes anxieuses (e. g. MacLeod et al., 1986) ou en situation anxiogène (e. g. MacLeod & Mathews, 1988 ; Mogg et al., 1990) sont robustes, ceux des sujets tout-venant sont beaucoup moins consistants. Soit les effets varient qualitativement d’une étude à l’autre, soit aucun effet robuste n’est observé. Ceci a mené certains chercheurs (e. g. Bar-Haim et al., 2007) à conclure qu’il n’y a pas de biais attentionnel chez les sujets sains.

19Il semble cependant que les expressions faciales, notamment, provoquent des effets attentionnels plus importants (e. g. Mogg & Bradley, 1999) que les mots écrits, vraisemblablement parce que ces derniers sont des symboles acquis tardivement tant au niveau ontogénétique que phylogénétique, et parce qu’ils ne nous confrontent donc pas aussi directement aux émotions que des images.

20Ce constat d’hétérogénéité des résultats, ainsi que la difficulté que nous avons relevée à établir l’origine exacte des biais attentionnels positifs, a mené des chercheurs à utiliser plutôt la situation d’indiçage émotionnel, laquelle, par rapport aux autres situations discutées jusqu’ici, permet d’estimer directement le type de composante attentionnelle impliqué dans les biais attentionnels observés.

21Cette situation constitue une variante de la situation d’indiçage spatial élaborée par Posner (1980) dans laquelle les indices peuvent être chargés émotionnellement (Stormark, Nordby & Hugdahl, 1995). L’idée est d’examiner si les effets de validité d’indice (indiqués par des temps de réponse à la cible plus rapides lorsque celle-ci est présentée à la même localisation que l’indice que lorsque celle-ci est présentée à la localisation opposée) pourraient être modulés par la valence émotionnelle de l’indice, ce qui refléterait un biais attentionnel. La facilitation de la performance aux essais dits valides, à savoir lorsque l’indice et la cible sont présentés à la même localisation spatiale, refléterait les processus d’engagement attentionnel ; en revanche, l’interférence aux essais dits non valides, c’est-à-dire lorsque l’indice et la cible sont présentés à des positions spatiales opposées, est considérée comme reflétant les processus de désengagement attentionnel, puisque dans ce cas le traitement de la cible exige de désengager l’attention de la localisation opposée qui, elle, a été indicée (Posner, 1980).

22Bien que les résultats des études utilisant du matériel visuel présentent dans cette situation aussi une grande hétérogénéité, celle-ci semble pouvoir s’expliquer par la grande variété de procédures expérimentales utilisées, et en particulier par la variabilité du type de processus attentionnels impliqués : selon les études, ces processus sont endogènes, exogènes, ou des deux types. En effet, la plupart des études diffèrent quant au degré de prédictibilité de la position de la cible que permet d’inférer l’indice, ce degré étant lui-même directement dépendant de la proportion d’essais valides par rapport aux essais non valides. Les indices périphériques (e. g. un flash lumineux) élicitent en principe une réaction d’orientation attentionnelle exogène, l’attention étant, dans ce cas, attirée automatiquement par la localisation de l’indice (Jonides, 1981 ; Posner, 1980). Toutefois, ceci n’est vrai que si les indices ne sont pas prédictifs, c’est-à-dire s’ils ne peuvent pas être utilisés pour prédire la localisation de la cible présentée subséquemment. Les indices prédictifs peuvent, quant à eux, susciter aussi une orientation endogène de l’attention, un mode d’orientation volontaire liée à une décision centrale. Plus précisément, lorsque des indices périphériques prédictifs sont utilisés, la réaction attentionnelle exogène initiale est suivie d’une orientation endogène (Müller & Findlay, 1988), motivée par des considérations stratégiques d’amélioration de la performance. La possibilité d’utiliser ce type d’attention plus contrôlée dépend de l’intervalle temporel séparant l’apparition de l’indice de celle de la cible : plus cet intervalle est long, plus les participants ont la possibilité de recourir à une orientation volontaire, stratégique de l’attention (Müller & Findlay, 1988). Or, les intervalles utilisés dans les diverses études varient entre 150 et 2 000 ms (e. g. Fox, Russo, Bowles & Dutton, 2001 ; Stormark et al., 1995 ; De Pascalis & Speranza, 2000).

23Lorsque seule l’attention exogène est impliquée, un effet intéressant lié à l’utilisation d’un long intervalle indice-cible est la modulation du phénomène d’inhibition du retour (IOR, Posner & Cohen, 1984) par la charge émotionnelle de l’indice. L’inhibition du retour consiste en une inversion de l’effet de validité d’indice pour de longs intervalles indicecible, les réponses étant alors plus lentes aux essais valides qu’aux essais non valides. Ce phénomène refléterait un mécanisme biaisant l’inspection attentionnelle du champ visuel vers des items nouveaux plutôt que vers ceux qui ont déjà été inspectés : environ 200 à 300 ms après l’apparition de l’indice, l’attention dirigée vers celui-ci, présenté en périphérie, serait recentrée et empêchée de retourner à la localisation initiale. L’inhibition du retour semble cependant ne pas avoir lieu lorsque l’indice a une valence négative, par exemple un visage présentant une expression fâchée (Fox, Russo & Dutton, 2002) ou une autre image aversive (Waters, Nitz, Craske & Johnson, 2007). Bien que cette modulation de l’inhibition du retour par la valence émotionnelle de l’indice ne soit pas toujours observée chez les sujets tout-venant (e. g. Waters et al. ne l’ont observée que chez les personnes anxieuses ; voir aussi Lange, Heuer, Reinecke, Becker & Rinck, 2008 ; Stoyanova, Pratt & Anderson, 2007), elle suggère que l’attention ne serait pas empêchée de retourner à une localisation déjà explorée si celle-ci contient une information négative et donc potentiellement menaçante.

Biais attentionnels provoqués par les émotions véhiculées par des stimuli auditifs

24Nous avons déjà discuté du fait que les mots écrits ne mènent souvent à aucun effet robuste chez les sujets tout-venant, ce qui pourrait conduire à nous interroger sur la validité écologique de tels stimuli. En effet, d’un point de vue évolutif, tout organisme aurait avantage à présenter des réactions adéquates face à la menace. Partant de ces réflexions, nous avons émis l’hypothèse selon laquelle les biais attentionnels liés à la valence émotionnelle des stimuli pourraient être plus faciles à observer avec du matériel auditif.

25En effet, le système auditif est considéré comme le système d’alerte par excellence : avant même de pouvoir voir un prédateur ou la source d’un autre danger, il est fréquent qu’on l’entende. De manière cohérente, les études d’indiçage attentionnel (non émotionnel) ont montré que la localisation spatiale d’un événement sonore peut affecter la vitesse de localisation non seulement d’un autre événement sonore mais aussi d’un stimulus visuel, alors que l’inverse n’est pas vrai (Spence & Driver, 1997). Cette prégnance plus forte des stimuli auditifs pourrait se manifester même pour du matériel symbolique comme les mots parlés, qui sont plus anciens dans l’espèce humaine et qui sont acquis beaucoup plus précocement au cours de la vie que le système écrit (Wurm, Vakoch, Strasser, Calin, Jageman & Ross, 2001).

26Nous avons confirmé cette hypothèse au travers de l’adaptation auditive des trois situations expérimentales discutées à la section 1. Dans les deux sous-sections qui suivent, nous présentons les situations expérimentales utilisées et résumons les principaux résultats obtenus.

Biais attentionnels provoqués par les émotions véhiculées par des mots parlés

27Dans notre adaptation auditive de la tâche de déploiement de l’attention, les participants devaient détecter ou localiser un son non verbal (un « bip ») présenté juste après une paire de mots délivrés simultanément. Nous avons pu mettre en évidence des biais attentionnels provoqués par les mots chargés émotionnellement, et ce chez des sujets tout-venant non anxieux (Bertels, Kolinsky & Morais, sous presse). En effet, les sujets traitaient plus rapidement le bip aux essais congruents, dans lesquels le bip était présenté du même côté de l’espace que celui auquel avait été présenté auparavant le mot émotionnel, qu’aux essais incongruents, dans lesquels le bip était présenté de l’autre côté, qui correspondait à celui auquel avait été présenté auparavant un mot neutre. Ce biais attentionnel était observé pour les mots à connotation négative ainsi que pour des mots tabous. Des analyses complémentaires ont permis de montrer qu’il reflétait, dans les deux cas, une vigilance particulière à l’égard de ces mots.

28D’autres expériences ont par ailleurs permis de vérifier que le biais attentionnel lié aux mots émotionnels n’est pas dû à un effet transitoire de surprise qui interromprait le traitement en cours, comme certains auteurs l’ont prétendu en tout cas en ce qui concerne les mots tabous (e. g. Harris & Pashler, 2004). En effet, si cela avait été le cas, nous n’aurions pas observé d’effet pour ces mots lorsque, contrairement à Bertels et al. (sous presse), nous présentions tous les stimuli d’une même catégorie émotionnelle au sein du même bloc d’essais, annihilant de cette manière tout effet éventuel de surprise (Bertels, Kolinsky & Morais, en préparation).

29Le fait que les mots tabous mènent à des biais attentionnels dans la situation de déploiement de l’attention même avec une présentation par bloc n’implique pas, cependant, que cette situation soit totalement immune au contexte de présentation des mots. Bien que les effets de séquence liés aux effets lents qui ont lieu entre essais du type de ceux décrits dans la situation de Stroop émotionnel (voir point 1) soient sans doute moins critiques dans la situation de déploiement de l’attention, puisque celle-ci examine déjà l’effet de la présentation d’un mot sur le traitement subséquent d’un autre stimulus (le bip présenté subséquemment), d’autres effets de contexte peuvent avoir lieu. En particulier, la présentation par bloc de stimuli d’une valence émotionnelle spécifique pourrait induire une humeur congruente. Par exemple, les stimuli à valence négative pourraient provoquer des effets « de rumination » prolongés (e. g. Holle, Neely & Heimberg, 1997 ; Richards, French, Johnson, Naparstek & Williams, 1992), retardant ainsi les réponses aux blocs dans lesquels seuls ces stimuli sont présentés par rapport aux blocs dans lesquels seuls des stimuli émotionnellement neutres sont présentés. Dans l’étude de Bertels et al. (en préparation) qui utilisait une tâche de localisation, nous n’avons toutefois observé une différence entre présentation mixée et par blocs que pour les mots positifs (qui ne menaient à un biais qu’avec des présentations mixées), pas pour les mots tabous (qui menaient toujours à des biais) ni pour les mots négatifs (qui ne menaient jamais à aucun biais).

30Cependant, cette différence pourrait être liée à un autre type d’effet de contexte, qui concerne cette fois la proportion d’essais émotionnels présentés dans l’ensemble de l’expérience. En effet, dans l’étude antérieure de Bertels et al. (sous presse), nous avions adapté la version originelle de la tâche de déploiement de l’attention (MacLeod et al., 1986), dans laquelle le bip est présenté plus souvent après une paire de mots émotionnels qu’après une paire de mots neutres. Ce dessin expérimental a été critiqué, car les participants peuvent utiliser la présentation d’un mot émotionnel de manière prédictive, du moins lorsque la tâche est de détecter la cible (Mogg & Bradley, 1998). Pour répondre à cette critique, Bertels et al. (en préparation) ont égalisé le nombre d’essais neutres et d’essais de chaque catégorie émotionnelle. De plus, toutes les paires étaient suivies d’un bip, la tâche étant de localiser celui-ci. Dans cette situation, contrairement à ce qui avait été observé avec la même tâche par Bertels et al. (sous presse), lorsque les essais étaient mixés non seulement aucun effet n’émergeait pour les mots négatifs, mais un effet de vigilance apparaissait pour les mots à connotation positive (notons que ce dernier effet avait déjà été observé dans une étude présentant des mots écrits dans des conditions similaires, Gotlib, McLachlan & Katz, 1988). Ce patron de résultats reflète vraisemblablement un mécanisme d’homéostasie émotionnelle (Cannon, 1935) des sujets confrontés à un contexte qu’ils ressentent comme menaçant. En effet, si l’on considère que les mots tabous sont eux aussi à connotation négative (Bertels, Kolinsky & Morais, 2009), la modification de la proportion d’essais émotionnels (ici, trois quarts du total des essais, contre un quart dans l’étude antérieure) a comme conséquence qu’ici la moitié des essais peut être considérée comme ayant une valence émotionnelle négative (contre seulement 17 % dans l’étude antérieure). Dans ces conditions, les sujets pourraient s’habituer à la nature menaçante des mots négatifs (du moins lorsque ceux-ci ne sont pas tabous) et prêter une attention particulière aux mots positifs afin de stabiliser leur état émotionnel. Ils chercheraient ainsi à diminuer leur état d’anxiété que les sentiments négatifs de menace suscités par le matériel tendent à augmenter.

31Cette possibilité correspond à l’idée de Damasio (1994, 1999, 2003) selon laquelle les émotions participent d’un système de régulation homéostatique. Une de leurs fonctions est de réguler l’état interne de l’organisme afin de le préparer à réagir efficacement lorsqu’il est confronté à une situation donnée. Des événements spécifiques suscitent des émotions spécifiques, auxquelles elles ont été associées par des processus d’apprentissage, et ces émotions fournissent de l’information sur les expériences antérieures de l’organisme. Les émotions nous seraient donc utiles pour déterminer si nous devons allouer notre attention à un objet ou si, au contraire, nous devons rediriger notre attention vers d’autres sources d’information.

32L’idée que le contenu émotionnel des mots parlés affecte la distribution de l’attention est aussi renforcée par l’étude des effets de séquence liés aux effets lents qui ont lieu entre essais (Bertels, Kolinsky, Pietrons & Morais, soumis). Cette étude a été réalisée au travers d’une adaptation auditive de la situation de Stroop émotionnel dans laquelle nous avons contrasté directement les présentations mixées et par bloc, utilisant à nouveau des mots parlés négatifs, positifs, tabous et neutres. L’équivalent auditif de la couleur physique des mots (à laquelle doivent répondre les participants lorsqu’ils sont confrontés à des mots écrits) était l’identité du locuteur : à chaque essai, les participants devaient identifier un parmi quatre locuteurs possibles. Tant les mots négatifs que les mots tabous suscitaient des effets de séquence en présentation mixée, et une interférence pour les présentations par bloc, ce qui suggère que les deux types de mots mènent à des effets attentionnels lents. De plus, ces deux types de mots étaient eux-mêmes relativement résistants à l’influence du mot émotionnel précédent, alors que tant les mots neutres que les mots positifs étaient fortement affectés par la valence émotionnelle du mot précédent. Il semble donc que l’occurrence des effets de séquence dépende elle-même de l’importance potentielle du stimulus en cours de traitement : un stimulus potentiellement menaçant serait traité comme tel, même si juste avant un autre type de stimulus a été présenté.

33Le fait qu’il soit important d’accorder de l’attention aux stimuli potentiellement menaçants ressort aussi très clairement des études d’indiçage émotionnel que nous avons menées (Bertels, Kolinsky, Bernaerts & Morais, soumis). Dans quatre expériences de détection ou de localisation de cible, un mot parlé était présenté dans la majorité des essais, suivi par un son non verbal (un bip) qui servait de cible, celle-ci étant toujours présentée de manière latéralisée, à gauche ou à droite. L’implication plus ou moins forte des composantes d’orientation attentionnelle endogène et exogène a été manipulée en faisant varier à la fois la prédictibilité (50 vs 80 % d’essais valides) et la localisation (centrale vs périphérique) des indices. Aucun effet n’a été observé lorsque seule l’attention endogène était impliquée. Dès que l’attention exogène intervenait, que ce soit exclusivement ou en combinaison avec l’attention endogène, les mots négatifs servant d’indices menaient à des réponses plus rapides, indépendamment de la validité d’indice. Au-delà de cet effet non spatial, lorsque seule l’attention exogène était impliquée, un phénomène d’inhibition du retour a été observé, sauf lorsque l’indice avait une valence négative. Ainsi, lorsqu’un mot à contenu potentiellement menaçant est présenté à une localisation, l’attention ne serait pas empêchée de retourner à cette localisation déjà explorée, ce qui souligne bien l’importance pour l’organisme de cette menace potentielle.

Biais attentionnels provoqués par les émotions véhiculées par des mélodies

34Le pouvoir émotionnel de la musique est indéniable (e. g. Bharucha, Curtis & Paroo, 2006 ; Juslin, 2001). La musique induit en effet des réponses autonomiques qui diffèrent en fonction du type d’émotion véhiculé par la musique, lui-même souvent lié à la dynamique (appelée « arousal » en anglais) des extraits musicaux, c’est-à-dire à leur caractère apaisant ou au contraire stimulant (Khalfa, Peretz, Blondin & Robert, 2002). La musique induit aussi des réponses corticales et sous-corticales liées aux expériences hédoniques des « frissons musicaux » (e. g. Blood & Zatorre, 2001), ou, au contraire, au caractère évocateur de menace des extraits musicaux (e. g. Gosselin et al., 2005). Ainsi, les stimuli musicaux engendrent des réactions émotionnelles similaires à celles provoquées par d’autres classes importantes de stimuli biologiques, comme les émotions faciales (voir discussions e. g. dans Peretz, 2001, ainsi que dans Peretz & Lidji, 2006).

35Les émotions musicales ont aussi été étudiées en demandant aux auditeurs d’identifier le type d’émotion exprimé dans un extrait musical, ou de juger de sa force et/ou de sa valence (Peretz, Gagnon & Bouchard, 1998 ; voir aussi Peretz & Gagnon, 1999 ; Vieillard, Peretz, Gosselin, Khalfa, Gagnon & Bouchard, 2008). Ces études ont permis de montrer que la musique mène à des appréciations émotionnelles qui non seulement sont constantes au travers des individus, mais qui sont aussi extrêmement rapides. En effet, les sujets sont capables d’émettre ces jugements dès les premières 500 millisecondes des extraits, alors qu’ils ont besoin, en moyenne, de deux secondes à partir du début d’un morceau familier pour l’identifier. La reconnaissance des émotions semble donc plus immédiate que l’identification des morceaux de musique. Ceci peut s’expliquer par le fait que la reconnaissance émotionnelle dépend en partie de déterminants perceptifs qui ne jouent qu’un faible rôle dans la reconnaissance identitaire. Ainsi, la distinction gai-triste semble être véhiculée par le mode dans lequel est écrite la musique et le tempo avec laquelle elle est jouée : le mode majeur et un tempo rapide évoquent une tonalité joyeuse, alors que le mode mineur et un tempo lent évoquent une tonalité plus triste, ou sont associés à la méditation (Gagnon & Peretz, 2003 ; Hevner, 1935, 1937 ; Peretz et al., 1998 ; Scherer & Oshinsky, 1977). Ces facteurs sont moins pertinents pour la reconnaissance identitaire : un morceau de musique peut être facilement reconnaissable en dépit de changements de mode et de tempo (Halpern, Bartlett & Dowling, 1998). Un cas clinique, I. R., montre par ailleurs que les réponses émotionnelles à la musique peuvent être préservées en dépit de déficits sévères du traitement musical (Peretz et al., 1998 ; voir aussi Peretz & Gagnon, 1999).

36L’ensemble de ces travaux suggère donc que la musique est capable de provoquer des réactions émotionnelles fortes et immédiates, transmises par sa structure même et se manifestant par des changements involontaires dans les réponses physiologiques et cérébrales. Il semble dès lors naturel de s’interroger sur les conséquences cognitives de ces fortes réactions émotionnelles. En particulier, la musique pourrait être propice à susciter des biais attentionnels du type de ceux que nous avons observés avec des mots parlés (sous-section 2.1) et qui avaient été observés auparavant avec des stimuli visuels (section 1).

37Puisque, étonnamment, aucune étude ne s’était encore penchée sur cette question, nous l’avons abordée en utilisant une adaptation musicale de la situation de déploiement de l’attention (Kolinsky, Bertels, Delepière & Morais, en préparation). Dans notre expérience, de courts extraits musicaux joués au piano étaient présentés par paires, via des haut-parleurs situés à gauche et à droite du sujet. Les paires émotionnelles étaient constituées d’un extrait neutre, ici une mélodie suscitant un sentiment de quiétude et d’apaisement, et d’un extrait émotionnel exprimant la gaieté, la peur, ou la tristesse. Les paires neutres présentaient quant à elles deux extraits suscitant un sentiment de quiétude et d’apaisement. La tâche était de détecter le bip lorsqu’il était présenté après ces paires de mélodies.

38Les extraits que nous avons utilisés ont été excisés des mélodies créées par Vieillard et al. (2008). Ces auteurs avaient déjà fait évaluer les mélodies d’origine sur diverses dimensions, mais nous les avons fait re-évaluer, car nos extraits étaient beaucoup plus courts : ils ne duraient qu’environ deux secondes (contre 12 en moyenne dans l’étude de Vieillard et al.) et ne correspondaient pas nécessairement au début des mélodies originelles, car nous avions choisi les passages qui nous semblaient les plus illustratifs des émotions dont nous voulions examiner les effets. Après sélection, nous avons ainsi pu élaborer un matériel dans lequel les stimuli des différentes catégories émotionnelles ne se recouvraient pas en termes de valence et différaient aussi en termes de dynamique, à l’exception des extraits qui exprimaient la tristesse, qui ne différaient pas significativement de ceux exprimant l’apaisement.

39Cette première exploration dans le domaine musical de la modulation de l’allocation de l’attention par les émotions s’est révélée fructueuse. Nous avons en effet observé des biais attentionnels tant pour les extraits musicaux dénotant la tristesse que pour ceux exprimant la peur, alors qu’aucun biais significatif n’était observé pour les extraits gais. Toutefois, ces biais variaient qualitativement en fonction de la nature des mélodies à valence négative. En effet, pour les paires incluant une mélodie qui exprimait la peur, nous avons observé un biais attentionnel positif : le bip était détecté plus rapidement s’il avait été précédé, du même côté, d’une mélodie exprimant la peur que s’il avait été précédé, de ce côté, d’une mélodie neutre. Par contre, pour les paires qui incluaient une mélodie exprimant la tristesse, nous avons observé un biais attentionnel négatif, c’est-à-dire un ralentissement des réponses lorsque le bip était présenté du même côté que celui auquel avait été présenté la mélodie triste. Des analyses complémentaires ont montré que ces biais reflètent, respectivement, une tendance à ce que l’attention des participants soit attirée par les mélodies exprimant la peur et un retrait attentionnel lié à une réaction d’évitement lorsqu’ils sont confrontés à des mélodies tristes.

40D’un point de vue évolutif, nous pouvons comprendre que des mélodies tristes et des mélodies exprimant la peur ne mènent pas à des biais attentionnels similaires. En effet, si les deux types de mélodies représentent bien des affects négatifs, seules les dernières évoquent une menace potentielle et induiraient donc un déploiement prioritaire de l’attention dans leur direction.

Conclusion

41Les études qui ont examiné dans quelle mesure les émotions guident le déploiement de l’attention avaient jusqu’ici couvert principalement le domaine de la perception visuelle, et n’avaient pas encore trouvé une grande place dans le champ d’investigation des émotions véhiculées par des stimuli auditifs comme les mots parlés ou les mélodies. Or, il est largement admis que tant la musique et son appréciation que le langage parlé constituent des caractéristiques humaines essentielles. De plus, il est clair qu’une des principales raisons qui pousse les individus à écouter de la musique relève de l’expérience émotionnelle que celle-ci génère. L’apport tant de la musique que de la parole dans l’investigation de l’induction auditive des émotions présente donc un intérêt certain.

42Afin d’examiner les modulations de l’allocation de l’attention par les émotions dans le domaine auditif, nous avons adapté trois situations qui avaient déjà été utilisées dans le domaine visuel, à savoir le Stroop émotionnel, l’indiçage émotionnel et la situation de déploiement de l’attention.

43Dans tous les cas, nous avons observé des biais attentionnels, que ce soit avec des mots parlés (sous-section 2.1) ou avec des mélodies (sous-section 2.2). Il faut souligner que ces biais semblent varier en fonction de la valence émotionnelle des stimuli, et non de leur caractère plus ou moins stimulant. Ainsi, Bertels et al. (sous presse) n’ont observé aucune corrélation entre les biais attentionnels présentés par les sujets et la dynamique des mots utilisés. Par ailleurs, dans notre étude portant sur les stimuli musicaux (Kolinsky et al., soumis), l’observation d’un biais attentionnel pour les extraits dénotant la tristesse permet d’exclure l’idée que les biais attentionnels soient nécessairement liés à la dynamique des mélodies. En effet, l’évaluation des extraits musicaux qui avait été réalisée lors des pré-tests avait montré que les mélodies qui expriment la tristesse n’étaient pas considérées comme étant plus stimulantes que celles traduisant l’apaisement, que nous avions considérées comme neutres. Nous pouvons de plus réfuter l’idée que le biais attentionnel positif observé pour les mélodies dénotant la peur puisse être dû uniquement à leur dynamique plus élevée que celui des mélodies neutres. En effet, si toute mélodie stimulante attirait automatiquement l’attention, nous aurions dû aussi observer un biais attentionnel positif pour les mélodies gaies, car celles-ci avaient été jugées comme beaucoup plus stimulantes que les mélodies exprimant l’apaisement. Or, ce n’était pas le cas. Les biais attentionnels semblent donc liés à la valence émotionnelle des stimuli auditifs, et pas seulement à leur caractère plus ou moins stimulant.

44Ces résultats semblent donc au moins en partie différents de ceux observés par la technique d’enregistrement des réponses électrodermales. En effet, ces réponses différaient elles aussi en fonction du type d’émotion véhiculé par les mélodies, mais d’une manière qui suggérait qu’elles étaient modulées principalement par la dynamique des extraits musicaux : la peur et la joie étaient associées à des magnitudes de conductance de la peau plus importantes que la tristesse et l’apaisement, mais également à un caractère plus stimulant (Khalfa et al., 2002).

45Donc, davantage encore qu’avec les stimuli visuels (voir discussion à la section 1), le type d’affect transmis par les stimuli auditifs semble guider le déploiement de l’attention. Les études ultérieures devront cependant examiner ces effets plus en détail, car les résultats actuels suggèrent déjà que, au sein des stimuli auditifs, les mots parlés et les mélodies ne mènent pas tout à fait aux mêmes patrons de réponses. Par ailleurs, alors qu’une faible proportion d’essais à valence négative (ceux qui incluaient une mélodie exprimant la tristesse ou la peur, 17 % des essais) avait été utilisée par Kolinsky et al. (soumis), les mélodies tristes induisaient une réaction de retrait attentionnel, alors que les mélodies exprimant la peur induisaient un biais attentionnel positif. Or, aucun de ces deux effets n’avait été observé pour la détection de mots parlés présentés dans un contexte émotionnel identique (Bertels et al., sous presse). Ces incohérences pourraient refléter les grandes différences entre les types d’émotions négatives véhiculées par les mélodies et les mots : aucun équivalent des mots tabous n’a été utilisé dans notre matériel musical (et il reste à savoir s’il est possible de créer de tels stimuli), et le matériel linguistique ne séparait pas les mots évoquant la tristesse de ceux qui pourraient susciter la peur.

46La comparaison entre mélodies et mots parlés pourra aussi bénéficier, dans le futur, de l’adaptation d’autres situations expérimentales à l’examen des émotions véhiculées par la musique, que ce soit celles que nous avons discutées au cours de ce chapitre ou d’autres situations qui ont déjà été utilisées avec des mots écrits ou des images, comme l’amorçage affectif. Cet effet, initialement rapporté par Fazio, Sanbonmatsu, Powell et Kardes (1986) dans une tâche d’évaluation affective, a ensuite été observé aussi dans des tâches de décision lexicale et de prononciation, et ce même lorsqu’il n’y avait aucune relation associative entre les amorces et les cibles mais seulement une congruence affective entre celles-ci, comme c’est le cas dans les paires « paix-rire » ou « amour-soleil » (Hermans, Smeesters, De Houwer & Eelen, 2002 ; Spruyt, Hermans, De Houwer & Eelen, 2004 ; pour une revue, voir Ferrand, Ric & Augustinova, 2006).

47Enfin, les études ultérieures devraient essayer de tendre à une validité écologique encore plus grande, qui pourrait être atteinte par l’utilisation d’un matériel auditif non verbal, comme des rugissements et des pleurs ou des sons de l’environnement potentiellement menaçants, tels des coups de feu ou des explosions. Pour l’instant, contentons-nous de ces rapprochements entre les effets que les paroles et la musique exercent, via leur dimension affective, sur notre écoute attentive :

  • 1 « It is my soul that calls upon my name.
    How silver-sweet sound lovers’ tongues by night,
    Like softe (...)

« C’est mon âme qui invoque mon nom.
De quel mélodieux son d’argent résonne la nuit la langue des amants,
Comme la musique la plus douce à des oreilles attentives1 ! »
(Shakespeare, Roméo et Juliette, acte II, scène 1, Paris,
Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 281.)

Bibliographie

Références

Beaver J. D., Mogg K. & Bradley B. P. (2005), « Emotional conditioning to masked stimuli and modulation of visuospatial attention », Emotion, 5, p. 67-79.

Bertels J., Kolinsky R. & Morais J. (en préparation), « Attentional biases to taboo spoken words: not a surprise effect at all ».

Bertels J., Kolinsky R. & Morais J. (sous presse), « Emotional valence of spoken words influences the spatial orienting of attention », Acta Psychologica.

Bertels J., Kolinsky R. & Morais J. (2009), « Norms of emotional valence, arousal, threatening valence and shocking valence for 80 spoken French words – Comparison between neutral and emotional tones of voice », Psychologica Belgica, 49, p. 19-40.

Bertels J., Kolinsky R., Bernaerts A. & Morais J. (soumis), « Exogenous attentional effects of emotional spoken words ».

Bertels J., Kolinsky R., Pietrons E. & Morais J. (soumis), « Long-lasting attentional influence of negative and taboo words in an auditory variant of the emotional Stroop task ».

Bharucha J. J., Curtis M. & Paroo K. (2006), « Varieties of musical experience », Cognition, 100, p. 131-172.

Blood A. J. & Zatorre R. J. (2001), « Intensely pleasurable responses to music correlates with activity in brain regions implicated in reward and emotion », Proceedings of the National Academy of Sciences, 98, p. 11818-11823.

Bradley M. M. & Lang P. J. (2000), « Affective reactions to acoustic stimuli », Psychophysiology, 37, p. 204-215.

Cannon W. B. (1935), « Stresses and strains of homeostasis », American Journal of Medical Science, 89, p. 1-14.

Damasio, A. R. (1994), Descartes’ error: Emotion, reason, and the human brain, New York, Avon Books.

Damasio A. R. (1999), The feeling of what happens. Body and emotion in the making of consciousness, New York, Harcourt Brace & Company.

Damasio A. R. (2003), Looking for Spinoza: Joy, sorrow, and the feeling brain, New York, Harcourt, Inc.

De Pascalis V. & Speranza O. (2000), « Personality effects on attentional shifts to emotional charged cues: ERP, behavioural and HR data », Personality and Individual Differences, 29, p. 217-238.

De Ruiter C. & Brosschot J. F. (1994), « The emotional Stroop interference effect in anxiety: Attentional bias or cognitive avoidance? », Behaviour Research and Therapy, 32, p. 315-319.

Eysenck M. W. (1992), Anxiety: the cognitive perspective, Hove, Lawrence Erlbaum.

Fazio R. H. & Sanbonmatsu D. M., Powell M. C. & Kardes F. R. (1986), « On the automatic activation of attitudes », Journal of Personality and Social Psychology, 50, p. 229-238.

Ferrand L., Ric F. & Augustinova M. (2006), « Quand “amour” amorce “soleil” (ou pourquoi l’amorçage affectif n’est pas un (simple) cas d’amorçage sémantique ?) », L’Année Psychologique, 106, p. 79-104.

Fox E. (1993), « Allocation of visual attention and anxiety », Cognition and Emotion, 7, p. 207-215.

Fox E., Russo R. & Dutton K. (2002), « Attentional bias for threat: Evidence for delayed disengagement from emotional faces », Cognition and Emotion, 16, p. 355-379.

Fox E., Russo R., Bowles R. & Dutton K. (2001), « Do threatening stimuli draw or hold visual attention in subclinical anxiety? », Journal of Experimental Psychology: General, 130, p. 681-700.

Gagnon K. & Peretz I. (2003), « Mode and tempo relative contributions to “happysad” judgments in equitone melodies », Cognition and Emotion, 17, p. 25-40.

Gosselin N., Peretz I., Noulhiane M., Hasboun D., Beckett C., Baulac M. & Samson S. (2005), « Impaired recognition of scary music following unilateral temporal lobe excision », Brain, 128, p. 628-640.

Gotlib I. H. & McCann C. D. (1984), « Construct accessibility and depression: An examination of cognitive and affective factors », Journal of Personality and Social Psychology, 47, p. 427-439.

Gotlib I. H., Mclachlan A. L. & Katz A. N. (1988), « Biases in visual attention in depressed and nondepressed individuals », Cognition and Emotion, 2, p. 185-200.

Halpern A. R., Bartlett D. & Dowling W. (1998), « Perception of mode, rhythm, and contour in unfamiliar melodies: effects of age and experience », Music Perception, 15, p. 335-356.

Harris Ch. R. & Pashler H. (2004), « Attention and the processing of emotional words and names. Not so special after all », Psychological Science, 15, p. 171-178.

Hermans D., Smeesters D., De Houwer J. & Eelen P. (2002), « Affective priming for associatively unrelated primes and targets », Psychologica Belgica, 42, p. 191-212.

Hevner K. (1935), « The affectice character of the major and minor modes in music », American Journal of Psychology, 47, 103-118.

Hevner K. (1937), « The value of pitch and tempo in music », American Journal of Psychology, 49, p. 621-630.

Holle C., Neely J. H. & Heimberg R. G. (1997), « The effects of blocked versus random presentation and semantic relatedness of stimulus words on response to a modified Stroop task among social phobics », Cognitive Therapy and Research, 21, p. 681-697.

Jonides J. (1981), « Voluntary versus automatic control over the mind’s eye’s movement », in Long J. B. & Baddeley A. D. (eds.), Attention and Performance IX », Hillsdale, NJ, Erlbaum, p. 187-203.

Juslin P. N. (2001), « Communicating emotion in music performance: a review and theoretical framework », in Juslin P. N. & Sloboda J. A. (eds.), Music and Emotion-Theory and Research, Oxford, University Press, p. 309-337.

Khalfa S., Peretz I., Blondin J.-P. & Robert M. (2002), « Event-related skin conductance responses to musical emotions in humans », Neuroscience Letters, 328, p. 145-149.

Kolinsky R., Bertels J., Delepière M. & Morais J. (en préparation), Like softest music to attending ears: Emotional valence of music excerpts influences the spatial orienting of attention.

Koster E. H. W., Crombez G., Verschuere B. & DeHouwer J. (2004), « Selective attention to threat in the dot probe paradigm: Differentiating vigilance and difficulty to disengage », Behaviour Research and Therapy, 42, p. 1183-1192.

Lange W.-G., Heuer K., Reinecke A., Becker E. S. & Rinck M. (2008), « Inhibition of return is unimpressed by emotional cues », Cognition and Emotion, 22, p. 1433-1456.

Luminet O. (2002), Psychologie des émotions : Confrontation et évitement, Bruxelles, De Boeck Université.

Mackintosh B. & Mathews A. (2003), « Don’t look now: Attentional avoidance of emotionality valenced cues », Cognition and Emotion, 17, p. 623-646.

MacKay D. G. & Ahmetzanov M. V. (2005), « Emotion, memory, and attention in the taboo Stroop paradigm. An experimental analogue of flashbulb memories », Psychological Science, 16, p. 25-32.

MacKay D. G., Shafto M., Taylor J. K., Marian D. E., Abrams L. & Dyer J. R. (2004), « Relations between emotion, memory, and attention: Evidence from taboo Stroop, lexical decision, and immediate memory tasks », Memory and Cognition, 32, p. 474-488.

MacLeod C. & Mathews A. (1988), « Anxiety and the allocation of attention to threat », The Quarterly Journal of Experimental Psychology, 40A, p. 653-670.

MacLeod C., Mathews A. & Tata P. (1986), « Attentional bias in emotional disorders », Journal of Abnormal Psychology, 95, p. 15-20.

MacLeod C. M. (1991), « Half a century of research on the Stroop effect: An integrative review », Psychological Bulletin, 109, p. 163-203.

McKenna F. P. & Sharma D. (1995), « Intrusive cognitions: An investigation of the emotional Stroop task », Journal of Experimental Psychology, 21, p. 1595-1607.

Martin M. A. & Metha A. (1997), « Recall of early childhood memories through musical mood induction », Arts in Psychotherapy, 24, p. 447-445.

Mathews A. (1990), « Why worry? The cognitive function of anxiety », Behaviour Research and Therapy, 28, p. 455-468.

Mathews A. M. & MacLeod C. (1985), « Selective processing of threat cues in anxiety states », Behaviour Research and Therapy, 23, p. 563-569.

McKenna F. P. & Sharma D. (1995), « Intrusive cognitions: An investigation of the emotional Stroop task », Journal of Experimental Psychology, 21, p. 1595-1607.

McKenna F. P. & Sharma D. (2004), « Reversing the emotional Strop effect reveals that it is not what it seems: The role of fast and slow components », Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, 30, p. 382-392.

Mogg K & Bradley B. P. (1998), « A cognitive-motivational analysis of anxiety », Behaviour Research and Therapy, 36, p. 809-848.

Mogg K. & Bradley B. P. (1999), « Orienting of attention to threatening facial expressions presented under conditions of restricted awareness », Cognition and Emotion, 13, p. 713-740.

Mogg K., Bradley B. P. & Hallowell N. (1994), « Attentional bias to threat: Roles of trait anxiety, stressful events, and awareness », The Quarterly Journal of Experimental Psychology, 47A, p. 841-864.

Mogg K., Bradley B. P. & Williams R. (1995), « Attentional bias in anxiety and depression: The role of awareness », British Journal of Clinical Psychology, 34, p. 17-36.

Mogg K., Holmes A., Garner M. & Bradley B. P. (2008), « Effects of threat cues on attentional shifting, disengagement and response slowing in anxious individuals », Behaviour Research and Therapy, 46, p. 656-667.

Mogg K., Mathews A., Bird C. & MacGregor-Morris R. (1990), « Effects of stress and anxiety on the processing of threat stimuli », Journal of Personality and Social Psychology, 59, p. 1230-1237.

Müller H. J. & Findlay J. M. (1988), « The effect of visual attention on peripheral discrimination thresholds in single and multiple element displays », Acta Psychologica, 69, p. 129-155.

Öhman A., Flykt A. & Esteves F. (2001), « Emotion drives attention: Detecting the snake in the grass », Journal of Experimental Psychology: General, 130, p. 466-478.

Phaf R. H. & Kan K.-J. (2007), « The automaticity of emotional Stroop: A metaanalysis », Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 38, p. 184-199.

Peretz I. & Gagnon L. (1999), « Dissociation between recognition and emotional judgement for melodies », Neurocase, 5, p. 21-30.

Peretz I. (2001), « Listen to the brain: The biological perspective on musical emotions », in Juslin P. & Sloboda J. (eds.), Music and Emotion: Theory and Research, Oxford University Press, p. 105-134.

Peretz I. & Lidji P. (2006), « Une perspective biologique sur la nature de la musique », Revue de Neuropsychologie, 7, p. 335-386.

Peretz I., Gagnon L. & Bouchard B. (1998), « Music and Emotion: Perceptual determinants, immediacy, and isolation after brain damage », Cognition, 68, p. 111-141.

Posner M. I. (1980), « Orienting of attention », Quarterly Journal of Experimental Psychology, 32, p. 3-25.

Posner M. I. & Cohen Y. A. (1984), « Components of Visual Orienting », in Bouma H. & Bouwhuis D. G. (eds.), Attention and Performance X, Hillsdale, NJ, Erlbaum, p. 531-554.

Pratto F. & John O. P. (1991), « Automatic vigilance: The attention-grabbing power of negative social information », Journal of Personality and Social Psychology, 61, p. 380-391.

Richards A., French C. C., Johnson W., Naparstek J. & Williams J. (1992), « Effects of mood manipulation and anxiety on performance of an emotional Stroop task », British Journal of Psychology, 83, p. 479-491.

Scherer K. R. & Oshinsky J. S. (1977), « Cue utilization in emotion attribution from auditory stimuli », Motivation and Emotion, 1, p. 331-346.

Siegrist M. (1995), « Effects of taboo words on colour-naming performance on a Stroop test », Perceptual and Motor Skills, 81, p. 1119-1122.

Spence C. & Driver J. (1997), « Audiovisual links in exogenous covert spatial orienting », Perception & Psychophysics, 59, p. 1-22.

Spruyt A., Hermans D., De Houwer J. & Eelen P. (2004), « Automatic non-associative semantic priming: Episodic affective priming of naming responses », Acta Psychologica, 116, p. 39-54.

Stormark K. M., Nordby H. & Hugdahl K. (1995), « Attentional shifts to emotionally charged cues: Behavioural and ERP data », Cognition and Emotion, 9, p. 507-523.

Stoyanova R. S., Pratt J. & Anderson A. K. (2007), « Inhibition of return to social signals of fear », Emotion, 7, p. 49-56.

Stroop J. R. (1935), « Studies of interference in serial verbal reactions », Journal of Experimental Psychology, 18, p. 643-662.

Taylor S. F., Kornblum S., Lauber E. J., Minoshima S. & Koeppe R. A. (1997), « Isolation of specific interference processing in the Stroop task: PET activation studies », NeuroImage, 6, p. 81-92.

Vieillard S., Peretz I., Gosselin N., Khalfa S., Gagnon L. & Bouchard B. (2008), « Happy, sad, scary and peaceful musical excerpts for research on emotions », Cognition and Emotion, 22, p. 720-752.

Waters A. M., Nitz A. B., Craske M. G. & Johnson C. (2007), « The effects of anxiety upon attention allocation to affective stimuli », Behaviour Research and Therapy, 45, p. 763-774.

Waters A. J., Sayette M. A. & Wertz J. M. (2003), « Carry-over effects can modulate emotional Stroop effects », Cognition and Emotion, 17, p. 501-509.

Waters A. J., Sayette M. A., Franken I. H. A. & Schwartz J. E. (2005), « Generalizability of carry-over effects in the emotional Stroop task », Behaviour Research and Therapy, 43, p. 715-732.

Watts F. N., McKenna F. P., Sharrock R. & Trezise L. (1986), « Coulour naming of phobia-related words », British Journal of Psychology, 77, p. 97-108.

Wurm L., Vakoch D., Strasser M., Calin-Jageman R. J. & Ross S. (2001), « Speech perception and vocal expression of emotion », Cognition and Emotion, 15, p. 831-852.

Notes

1 « It is my soul that calls upon my name.
How silver-sweet sound lovers’ tongues by night,
Like softest music to attending ears. »

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search