Version classiqueVersion mobile

Musique, langage, émotion

 | 
Régine Kolinsky
, 
José Morais
, 
Isabelle Peretz

La neuropsychologie des émotions musicales

Séverine Samson et Delphine Dellacherie

Résumé

Le pouvoir émotionnel de la musique est remarquable bien que la spécificité fonctionnelle et anatomique de ces émotions ne soit pas encore dévoilée. L’objectif de cette revue est de préciser le rôle du lobe temporal médian dans la reconnaissance des émotions musicales à partir de l’étude de patients qui ont été traités chirurgicalement d’une épilepsie résistante aux médicaments. Ainsi, nous avons montré que la peur, l’excitation et le désagrément provoqués par l’écoute de certains extraits musicaux sont autant de réponses émotionnelles qui sont perturbées par la présence d’une lésion du lobe temporal médian. Nous avons également mis en évidence que ces mêmes patients ont des difficultés à détecter l’absence de saillance ou proéminence affective des extraits neutres. Ces différentes données soulignent la pertinence d’évaluer les émotions musicales et d’inclure des stimuli neutres pour explorer les désordres émotionnels et sociaux en neuropsychologie.

Texte intégral

1Le pouvoir émotionnel de la musique est surprenant et produit des expériences variées telles que la joie, la tristesse, la peur ou encore le plaisir intense (Sloboda, 1991 ; Sloboda & Juslin, 2001). Cette émotion extrême peut même s’accompagner d’une manifestation physiologique, le « frisson musical » (Panksepp, 1995), dont les bases cérébrales ont été récemment identifiées par Blood et Zatorre (2001). L’augmentation croissante des publications scientifiques dans ce domaine témoigne de l’intérêt grandissant porté à ces émotions étonnantes que sont les émotions musicales. En effet, les émotions sont habituellement considérées comme le produit de l’évolution darwinienne : l’origine des émotions serait dans des comportements primitifs facilitant la survie des espèces et des individus. Les émotions humaines se caractériseraient alors comme des états motivationnels préparant à l’action selon une organisation à deux facteurs, appétitif et aversif (Lang, Bradley & Cuthbert, 1998). La musique semble atypique par rapport aux autres moyens d’expression habituellement étudiés (visages, odeurs, mots, images ou bruits de l’environnement) car elle n’a pas de fonction adaptative évidente. Peut-on alors réellement parler d’« émotions musicales » ? De prime abord, deux arguments nous poussent à répondre positivement à cette question : d’une part, les individus humains rapportent toujours un ressenti émotionnel lorsqu’ils écoutent de la musique ; d’autre part, la mesure d’indices neurovégétatifs pendant l’écoute musicale permet de rendre compte objectivement de ce qui est rapporté subjectivement puisque des stimuli musicaux peuvent induire des réactions physiologiques automatiques liées au système émotionnel (Sloboda, 1991 ; Gabrielsson & Lindstrom, 2001). Afin d’approfondir le point de vue neurobiologique sur les émotions musicales, les chercheurs se sont de ce fait demandés si la musique impliquait les mêmes réseaux cérébraux que d’autres types d’émotions ou si la musique recrutait un réseau spécifique pour les réactions émotionnelles qu’elle suscitait. Dans le cadre de nos travaux, nous avons examiné le rôle du lobe temporal, et plus particulièrement de sa face médiane, dans le traitement des émotions musicales en adoptant une démarche neuropsychologique.

2Au cours de la dernière décennie, les bases cérébrales des émotions exprimées musicalement ont été mises en évidence à partir des méthodes de neuroimagerie (Blood & Zatorre, 2001 ; Blood, Zatorre, Bermudez & Evans, 1999 ; Brown, Martinez & Parsons, 2004 ; Khalfa, Schön, Anton & Liegeois-Chauvel, 2005 ; Koelsch, Fritz, von Cramon, Müller & Friederici, 2006 ; Menon & Levitin, 2005 ; Mitterschiffthaler, Fu, Dalton, Andrew & Williams, 2007), d’électrophysiologie (Altenmüller, Schürmann, Lim & Parlitz, 2002 ; Baumgartner, Esslen & Jancke, 2006 ; Khalfa, Peretz, Blondin & Manon, 2002 ; Krumshansl, 1997 ; Sammler, Grigutsch, Fritz & Koelsch, 2007 ; Schmidt & Trainor, 2001 ; Steinbeis, Koelsch & Sloboda, 2006 ; Wieser & Mazzola, 1986) et de neuropsychologie (Dellacherie, Ehrlé & Samson, 2008 ; Gosselin, Peretz, Noulhiane, Hasboun, Beckett, Baulac & Samson, 2005 ; Gosselin, Samson, Adolphs, Noulhiane, Roy, Hasboun et al., 2006 ; Gosselin, Peretz, Johnsen & Adolphs, 2007 ; Griffiths, Warren, Dean & Howard, 2004 ; Peretz, Gagnon & Bouchard, 1998 ; Peretz & Gagnon, 1999 ; Peretz, Blood, Penhune & Zatorre, 2001). Les études existantes suggèrent que les structures impliquées dans l’analyse auditive de la musique localisées dans le cortex temporal supérieur (aires auditives) et dans le lobe frontal inférieur interagissent avec un ensemble de structures cérébrales reliées aux émotions (amygdale, cortex parahippocampique, insula, cortex frontal, cortex somatosensoriel et striatum ventral) lors du traitement émotionnel suscité par la musique.

3Les études cognitives sur les émotions musicales ont mis en évidence l’association systématique d’indices perceptifs spécifiques avec une réponse émotionnelle donnée. C’est ainsi que dans la musique occidentale, le mode (majeur-mineur) et le tempo (rapide-lent) de la musique expriment généralement la joie et la tristesse (Dalla Bella, Peretz, Rousseau & Gosselin, 2001 ; Gagnon & Peretz, 2003 ; Gabrielson & Lindstrom, 2001 ; Gerardi & Gerken, 1995 ; Hevner, 1935 ; Kastner & Crowder, 1990). En effet, un air joué avec un tempo rapide et un mode majeur évoquent la gaieté tandis qu’un tempo lent et un mode mineur évoquent la tristesse. La manipulation de la dissonance est également un outil pour susciter les émotions musicales. Bien qu’en contexte la dissonance puisse être très agréable, elle induit une émotion désagréable ou déplaisante en l’absence de contexte (accords musicaux isolés). Une partie de la réponse émotionnelle à la musique résulterait donc du traitement de la structure musicale intrinsèque dont certains indices sont connus pour être expressifs dans le contexte d’une culture donnée (Sloboda, 1991).

  • 1 Bien que les scores de reconnaissance musicale n’aient pas été rapportés dans ces articles, il a d (...)

4L’investigation de l’émotion musicale ressentie par les patients cérébro-lésés a débuté avec l’étude du cas IR qui a développé une agnosie musicale à la suite d’une lésion bitemporale (Peretz & Gagnon, 1999 ; Peretz et al., 1998). Bien que cette patiente ait perdu la capacité à reconnaître des airs familiers et connus, elle réussissait à distinguer les extraits gais des extraits tristes, indiquant un traitement relativement préservé des émotions musicales. En revanche, des cas de dissociation inverse se manifestant par une perte des réponses affectives sans trouble de la reconnaissance musicale ont été décrits chez d’autres patients qui présentaient une lésion unilatérale du lobe temporal médian (Gosselin et al., 2005, 2006)1, une lésion bilatérale de l’amygdale (cas SM, Gosselin et al., 2007) ou une lésion plus diffuse de l’hémisphère gauche incluant l’insula, le lobe frontal et l’amygdale (Griffiths et al., 2004). Ce dernier cas souffrait d’une perte sélective de l’émotion musicale ressentie pendant l’écoute de préludes de Rachmaninov qu’il écoutait et appréciait beaucoup avant son accident cérébral. Cette musique lui procurait une émotion intense dont il pouvait se souvenir mais qu’il était incapable de revivre. Comme illustré par ces différentes études neuropsychologiques, la reconnaissance musicale peut donc être dissociée de son jugement émotionnel. Ces résultats suggèrent donc que la reconnaissance musicale et les jugements émotionnels pourraient recruter des voies corticales différentes, comme cela a été décrit dans le domaine des visages (Bruce & Young, 1986) et des voix humaines (Belin, Fecteau & Bédard, 2004).

5Dans la littérature, les émotions sont généralement définies selon deux conceptions distinctes et complémentaires. Selon l’approche catégorielle, les émotions sont décrites comme appartenant à des classes discrètes, la musique pouvant exprimer des émotions de bases non ambiguës telles que la joie, la tristesse, la peur ou l’apaisement comme l’ont montré plusieurs études empiriques chez l’enfant et l’adulte (Cunningham & Sterling, 1988 ; Kastner & Crowder, 1990 ; Tergwogt & Van Grinsven, 1991 ; Vieillard, Peretz, Gosselin, Khalfa, Gagnon & Bouchard, 2007). Pour évaluer le traitement émotionnel de ces stimuli, un paradigme d’appariement entre des extraits musicaux et des labels linguistiques est classiquement utilisé. Cependant, ce paradigme évalue la reconnaissance d’une émotion spécifique. Il ne rend pas compte nécessairement de l’expérience ressentie durant l’écoute d’une œuvre musicale qui peut induire des expériences beaucoup plus diversifiées. En effet, les émotions musicales sont le plus souvent ambiguës et mélangées et de ce point de vue, la musique est singulière. Elle semble bouleverser les frontières entre les catégories d’émotion. D’où l’intérêt d’adopter d’autres types d’approches. C’est pourquoi certains chercheurs préfèrent utiliser une approche dimensionnelle plus appropriée à la richesse et à la complexité du ressenti émotionnel induit par la musique. Selon cette approche, les émotions perçues durant l’écoute de la musique évolueraient de façon continue selon des dimensions ou des échelles différentes (Bigand, Vieillard, Madurell, Marozeau & Dacquet, 2005 ; Hevner, 1935 ; Juslin, 2001 ; Madsen, 1997 ; Russell, 1980 ; Schubert, 1996 ; Vieillard et al., 2007 ; Wedin, 1972). Généralement, les dimensions émotionnelles examinées sont la dynamique ou l’intensité (appelée arousal en anglais) qui permet de juger du caractère relaxant (apaisant) ou excitant (stimulant) de l’extrait et la valence qui correspond au sentiment plaisant (positif) ou déplaisant (négatif) induit par l’écoute musicale.

6En neuropsychologie, les approches catégorielles et dimensionnelles de l’émotion musicale ont été considérées soit séparément soit en combinaison. Ainsi, les réponses catégorielles avec une reconnaissance en choix forcé (Dellacherie et al., 2008 ; Peretz & Gagnon, 1999 ; Peretz et al., 1998), les réponses dimensionnelles en fonction des échelles de valence et de dynamique (Gosselin et al., 2006 ; Peretz et al., 2001), ou une combinaison de ces deux types de réponses (Gosselin et al., 2005 ; 2007) ont été utilisées. Il faut noter que selon la méthodologie employée, on ne teste pas tout à fait les mêmes capacités et que le niveau de difficulté peut varier. Il faut donc être très circonspect lorsqu’on cherche à comparer les résultats des différentes études. Dans le cadre de cette revue, nous allons nous focaliser sur le rôle du lobe temporal médian dans le traitement affectif de la musique en abordant tour à tour la reconnaissance de la peur induite par la musique, le sentiment de déplaisir lié à la dissonance et la détection de la neutralité émotionnelle.

La peur induite par l’écoute musicale

7De nombreuses données suggèrent que l’amygdale, située dans la partie rostromediale du lobe temporal (en avant de l’hippocampe, voir figure 1), joue un rôle particulièrement important dans le traitement des stimuli de peur, notamment des visages de peur (Adolphs, Tranel, Damasio & Damasio, 1994 ; 1995, Calder, Young, Rowland, Perrett, Hodges & Etcoff, 1996). Étant donné que la musique est très efficace pour induire la peur (musique de film), nous avons étudié la contribution du lobe temporal médian et en particulier de l’amygdale dans la reconnaissance de la peur exprimée par la musique (Gosselin et al., 2005). Pour cela, des patients ayant bénéficié d’une résection anteromédiane du lobe temporal droit ou gauche (comprenant l’amygdale dans sa totalité) pour traiter chirurgicalement une épilepsie pharmaco-résistante ainsi que des participants contrôles neurologiquement sains ont été évalués. La tâche consistait à reconnaître la joie, la tristesse, l’apaisement ou la peur exprimés dans la musique et à quantifier l’intensité de chaque catégorie d’émotion sur une échelle de 0 (« Pas du tout ») à 9 (« Beaucoup »). Puis le sujet devait évaluer la valence (0 = « Désagréable » à 9 = « Agréable ») et la dynamique émotionnelle (0 = « Très calme » à 9 = « Très excitant ») de chaque extrait. Comme prévu, les résultats ont montré que la reconnaissance des émotions musicales de peur était déficitaire chez les patients tandis que la reconnaissance de la joie et de la tristesse était épargnée. La reconnaissance de l’apaisement était légèrement altérée. Bien que la structure responsable de ce déficit soit vraisemblablement l’amygdale, les résultats de cette étude ne permettent pas d’exclure l’implication éventuelle d’autres structures tels que l’hippocampe et les cortex qui lui sont adjacents dans la reconnaissance des émotions musicale de peur étant donné que ces régions cérébrales étaient également réséquées durant la chirurgie. L’étude du cas SM soumis au même paradigme expérimental a toutefois apporté des arguments convaincants pour appuyer cette hypothèse (Gosselin et al., 2007). En effet, cette patiente qui présente la particularité d’avoir une lésion sélective et bilatérale de l’amygdale, a permis de confirmer le rôle spécifique de l’amygdale dans le traitement de la peur en musique élargissant au domaine musical les résultats précédemment observés avec les visages (Adolphs et al., 1994 ; 1995, Calder et al., 1996).

8Les résultats de ces études ont également montré qu’une lésion unilatérale (Gosselin et al., 2005) ou bilatérale (Gosselin et al., 2007) de l’amygdale provoquait un trouble de l’évaluation de la dynamique émotionnelle sans altérer les jugements de valence. Ces données confirment le rôle de l’amygdale dans les jugements de dynamique (arousal) déjà noté dans le domaine olfactif (Anderson, Christoff, Stappen, Panitz, Ghahremani, Glover et al., 2003) et gustatif (Small, Gregory, Mak, Gitelman, Mesulam & Parrish, 2003) tout en appuyant l’idée selon laquelle les jugements de dynamique et de valence dépendraient de réseaux cérébraux distincts.

Fig. 1. – Illustrations du lobe temporal médian (reproduites avec l’autorisation de D. Hasboun http://www.chups.jussieu.fr/​ext/​neuranat/​).
A: Surface médiane de l’hémisphère cérébral droit visualisant le plan coronal au niveau de l’amygdale (B), de la tête (C) et du corps (D) de l’hippocampe.
F : IRM cérébral (T1) dans le plan sagittal
G : Plan coronal au niveau du corps de l’hippocampe avec détail des aires temporales et médianes (E) et coupe histopathologique (H)
Abréviations
Am : Amygdala ; H : Hippocampe ; CPH : Cortex Parahippocampique ; NC : Noyau Caudé ; VL : Ventricule latéral ; Sub : subiculum ; SC : Sillon collatéral ; T4 : 4e gyrus temporal ; GD : Gyrus denté ; CGL : Corps genouillés latéraux ; Al : Alveus ; F : Fimbra ; U : Uncus.

La dissonance musicale

9La dissonance en musique, utilisée par les compositeurs pour créer un moment de tension, peut être très belle. Toutefois, la dissonance sensorielle induite par le non-respect des règles de l’harmonie musicale est généralement perçue comme désagréable et c’est de cette sensation que nous allons discuter. Selon les données d’imagerie cérébrale, des régions distinctes seraient impliquées dans les jugements agréables et désagréables liés à la consonance et la dissonance, respectivement. Pour le démontrer, Blood et al. (1999) ont réalisé une étude en tomographie par émission de positons chez des volontaires sains. Des extraits musicaux consonants ont été manipulés afin d’augmenter progressivement la dissonance des stimuli. Les résultats ont montré que l’activité cérébrale du gyrus parahippocampique et du précunéus droits était modulée par l’augmentation de la dissonance alors que celle du cortex orbitofrontal bilatéralement, de la région cingulaire et du lobe frontal droit variait avec la consonance. Des résultats convergents rapportés par Koelsch et al. (2006) dans une étude d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ont confirmé l’idée que les régions cérébrales impliquées dans le jugement de plaisir et de déplaisir suscité par l’écoute musicale d’extraits consonants et dissonants seraient différentes. Afin de vérifier l’implication des régions paralimbiques (figure 1) dans le traitement émotionnel de la dissonance, nous avons évalué les jugements émotionnels des patients ayant bénéficié résection temporale unilatérale en distinguant les patients chez qui le cortex parahippocampique était réséqué des patients chez qui il était épargné (Gosselin, 2006). Les résultats ont été également comparés à ceux du cas SM (lésion bilatérale de l’amygdale épargnant totalement le cortex parahippocampique) et à ceux de participants contrôles appariés aux patients. Des extraits sans lyrisme tirés du répertoire classique ont été manipulés pour induire des valences émotionnelles différentes (voir figure 2). Les stimuli étaient composés d’un nombre équivalent d’extraits consonants et dissonants afin d’évaluer la dimension agréable-désagréable. De plus, la moitié des extraits était jouée en mode majeur et à un tempo rapide et l’autre moitié était en mode mineur et à un tempo lent pour évaluer la dimension gai-triste.

AGRÉABLE

DÉSAGRÉABLE

GAI

Consonant
Majeur
Rapide

Dissonant
Majeur
Rapide

TRISTE

Consonant
Mineur
Lent

Dissonant
Mineur
Lent

Fig. 2.– Caractéristiques des extraits musicaux utilisés dans l’étude de Gosselin et al. (2006) pour évaluer les jugements de valence (agréable-désagréable et gai-triste) à partir de la manipulation de la consonance, du mode (majeur vs mineur) et du tempo (rapide vs lent).

10Les résultats ont mis en évidence que les patients pour qui la lésion épargnait le cortex parahippocampique, y compris SM, de même que les participants contrôles considéraient, comme prévu, les mélodies dissonantes comme désagréables et les mélodies consonantes comme agréables. En revanche, les patients ayant subi une résection du cortex parahippocampique présentaient un biais subjectif dans le jugement des mélodies dissonantes mais pas dans le jugement des mélodies consonantes. Par comparaison aux autres participants, ces patients jugeaient les musiques dissonantes plus agréables et plus plaisantes. Par ailleurs, l’ensemble des sujets testés dans cette étude réussissait à évaluer ces mêmes extraits selon la dimension gai-triste. Ces résultats suggèrent l’importance du cortex parahippocampique dans le jugement de valence émotionnelle de la dissonance complétant alors les données d’imagerie cérébrale (Blood et al., 1999 ; Koelsch et al., 2006). Ils indiquent également que les valences émotionnelles évaluées à partir des échelles de plaisir et de déplaisir ou à partir des échelles de gaieté et de tristesse ne dépendent pas nécessairement du même substrat cérébral.

La détection de la neutralité

11Les différentes études précédemment rapportées ont montré que la capacité à porter un jugement émotionnel sur la musique, qu’il soit catégoriel ou dimensionnel, peut être modifiée en présence d’une lésion du lobe temporal médian. Cependant, ces travaux tout comme les autres études neuropsychologiques sur les émotions musicales ont focalisé leur intérêt sur le traitement de la musique susceptible d’induire une émotion particulière. Aucune n’a examiné la capacité à détecter la neutralité en utilisant des extraits musicaux qui ne véhiculent pas suffisamment d’indices pour exprimer une émotion spécifique, à l’exception d’une étude que nous avons récemment publiée (Dellacherie et al., 2008).

12Dans le domaine des visages, il a été montré que les visages neutres sont reconnus aussi aisément que les expressions faciales émotionnelles. En effet, il existerait une frontière à partir de laquelle l’expression devient trop faible pour avoir une valeur émotionnelle spécifique étant alors perçue comme neutre (Ekman, 1994 ; Etcoff & Magee, 1992 ; Young, Rowland, Calder, Etcoff, Seth & Perrett, 1997). Cependant, les bases cérébrales qui sous-tendent le traitement des stimuli émotionnellement neutres restent encore mal connues. Bien que la reconnaissance des émotions soit essentielle à l’être humain, une réaction excessive à un stimulus neutre est inappropriée. C’est pourquoi il paraît tout aussi important d’être capable de détecter l’absence de salience affective que de reconnaître l’expression d’une émotion ou la présence d’un stimulus émotionnel. L’interprétation subjective d’un stimulus comme émotionnellement pertinent ou non semble donc être essentielle aux interactions sociales. De nombreuses études en psychiatrie suggèrent que cette aptitude est altérée par la dépression (Gur, Erwin, Gur, Zwil, Heimberg & Kraemer, 1992 ; Leppänen, Milders, Bell, Terriere & Hietanen, 2004), l’anxiété (Winton, Clark & Edelmann, 1995), les phobies sociales (Birbaumer et al., 1998), ou encore la schizophrénie (Heimberg, Gur, Erwin, Shtasel & Gur, 1992). En imagerie cérébrale, les stimuli neutres sont généralement utilisés dans les conditions de base et peu d’études ont examiné l’aptitude à reconnaître des expressions neutres comme appartenant à une catégorie spécifique. Bien que ce manque d’intérêt pour les stimuli neutres peut représenter un biais expérimental dans la littérature, certaines recherches d’IRMf ont cependant démontré une activation cérébrale de l’amygdale durant le traitement des visages neutres chez des volontaires sains ainsi que chez des patients psychiatriques (Breiter et al., 1996 ; Cooney, Atlas, Joormann, Eugene & Gotlib, 2006 ; Kesler-West et al., 2001 ; Pessoa, Mckenna, Gutierrez & Ungerleider, 2002 ; Somerville, Kim, Johnstone, Alexander & Whalen, 2004 ; Thomas et al., 2001). L’ensemble de ces données suggère que, mis à part son rôle bien connu dans le traitement des stimuli émotionnels, l’amygdale participerait également à la catégorisation des stimuli neutres sur le plan affectif.

13Il peut néanmoins sembler contre intuitif d’étudier le traitement émotionnel de stimuli qui sont censés être non émotionnels. Il apparaît encore plus paradoxal d’utiliser des stimuli musicaux pour examiner les jugements neutres, étant donné que la musique est considérée comme le langage des émotions. En effet, la musique comme les expressions faciales n’est jamais non émotionnelle. Cependant, elle peut être jugée « neutre » quand un nombre insuffisant d’indices est disponible pour promouvoir une émotion spécifique. Ainsi, « neutre » ne veut pas dire « rien » mais « un peu ». « Neutre » semble donc appartenir à une frontière ambiguë à la jonction des émotions, mais il ne peut pas être réduit à l’absence absolue d’émotion.

14La musique, avec sa composante émotionnelle intrinsèque, semble de ce fait être un candidat adéquat pour étudier l’aptitude à former un jugement « neutre ». Nous avons donc utilisé des stimuli neutres comme une catégorie émotionnelle à part entière afin de comparer la classification explicite de musiques neutres à celle de musiques exprimant la joie, la tristesse et l’angoisse en utilisant un paradigme à choix forcé. Dans l’idée de préciser le rôle du lobe temporal médian et plus particulièrement de l’amygdale dans ce type de jugement, nous avons étudié des patients présentant un dysfonctionnement du lobe temporal, incluant ou non sa partie médiane ainsi que des volontaires sains (Dellacherie et al., 2008). Les résultats de cette étude ont démontré pour la première fois que les patients présentant un dysfonctionnement du lobe temporal médian ont des difficultés à détecter la neutralité ou l’ambiguïté émotionnelle en musique. Ces difficultés ne se retrouvent pas chez les patients qui n’ont pas de lésion du lobe temporal médian, leur performance étant comparable à celle des contrôles. Ce résultat ne semble pas s’expliquer par la difficulté de la tâche, ni par une dégradation générale de la performance. En accord avec les données d’imagerie cérébrale précédemment exposées (Breiter et al., 1996 ; Cooney et al., 2006 ; Kesler-West et al., 2001 ; Pessoa et al., 2002 ; Somerville et al., 2004 ; Thomas et al., 2001), l’aptitude à détecter la neutralité semble dépendre, du moins en partie, de l’intégrité de l’amygdale qui est endommagée chez tous les patients qui présentent un déficit dans cette tâche. Bien que ces premiers résultats méritent d’être complétés par des analyses plus précises des lésions de l’amygdale, ils témoignent de l’intérêt d’évaluer chez des patients cérébrolésés le jugement affectif d’extraits musicaux composés avec l’intention d’être neutre.

15Ce même paradigme a été également administré à un autre patient TG (Dellacherie et al., 2008), venu consulter pour un trouble émotionnel résultant d’un dommage cérébral sévère qui a touché la région periamygdalienne, le pôle temporal antérieur, la partie postérieure de l’insula, ainsi que le cortex orbitofrontal. Ses déficits sur le plan affectif notés dans le domaine visuel et olfactif ont été bien décrits (voir Soussignan, Ehrle, Henry, Schaal & Bakchine, 2005, pour une présentation détaillée de son profil neuropsychologique, neuroanatomique et neurophysiologique). Cependant, ce patient présentait également des difficultés importantes dans le traitement émotionnel de la musique. Il était incapable de catégoriser les stimuli neutres (0 % de classification correct), mais de façon surprenante, la classification des autres stimuli émotionnels était parfaite. Bien qu’il disait ne ressentir aucune émotion durant toute l’écoute musicale, il pouvait expliquer qu’il était capable de classer les extraits en fonction d’associations acquises assignant la joie, l’angoisse et la tristesse à des extraits évoquant des dessins animés, des films à suspense ou des feuilletons romantiques. Il semble que la musique ait acquis un pouvoir de représentation grâce à des associations qui semblent être épargnées chez ce patient. La relative préservation de ces représentations contraste avec la perturbation de son ressenti émotionnel décrite par le patient lui-même. Ce cas illustre à nouveau l’intérêt d’utiliser des stimuli émotionnellement ambigus ou neutres en complément de stimuli véhiculant une émotion spécifique pour étudier les troubles affectifs des patients neurologiques. Ainsi, cette étude démontre comment la musique permet d’évaluer l’aptitude à détecter de la neutralité ou l’ambiguïté, soit une part réduite d’affect. Cependant, il reste à préciser les indices qui véhiculent la neutralité afin d’établir le seuil à partir duquel un stimulus émotionnel peut être considéré comme neutre.

16Pour conclure, on peut dire que la musique est un médium universel et attractif qui se prête facilement aux manipulations expérimentales. Elle permet d’améliorer nos connaissances sur le traitement et l’organisation cérébrale des émotions non verbales. Les données rapportées jusqu’à présent dans la littérature semblent indiquer que la reconnaissance des émotions musicales recrute un réseau cérébral « amodal », également décrit dans d’autres domaines non musicaux. Bien que le pouvoir émotionnel de la musique sur l’être humain soit étonnant, la spécificité du circuit neural impliqué dans ces réactions émotionnelles n’a pas encore été démontrée. Il se peut que nous n’ayons pas trouvé le paradigme neuropsychologique permettant d’évaluer le ressenti émotionnel et décrire les expériences phénoménologiques liées aux émotions musicales. Cependant, la richesse et la diversité des émotions musicales auxquels s’ajoutent les modifications d’humeur et les bénéfices thérapeutiques suscités par la musique nous incitent à penser que les émotions musicales sont particulières.

Bibliographie

Références

Adolphs R., Tranel D., Damasio H. & Damasio A. R. (1994), «Impaired recognition of emotion in facial expressions following bilateral damage to the human amygdala», Nature, 372, p. 669-672.

Adolphs R., Tranel D., Damasio H. & Damasio A. R. (1995), «Fear and the human amygdala», Journal of Neuroscience, 15, p. 5879-5892.

Altenmüller E., Schürmann K., Lim V. K. & Parlitz D. (2002), «Hits to the left, flops to the right: Different emotions during listening to music are reflected in cortical lateralisation patterns», Neuropsychologia, 40, p. 2242-2256.

Anderson A. K., Christoff K., Stappen I., Panitz D., Ghahremani D. G., Glover G. et al. (2003), «Dissociated neural representations of intensity and valence in human olfaction», Nature Neuroscience, 6, p. 196-202.

Baumgartner T., Esslen M. & Jancke L. (2006), «From emotion perception to emotion experience: Emotions evoked by pictures and classical music», International Journal of Psychophysiology, 60, p. 34-43.

Belin P., Fecteau S. & Bédard C. (2004), «Thinking the voice: Neural correlates of voice perception», Trends in Cognitive Sciences, 8, p. 129-135.

Bigand E., Vieillard S., Madurell F., Marozeau J. & Dacquet A. (2005). Multidimentional scaling of emotional responses to music: The effect of musical expertise and excerpts’ duration», Cognition and Emotion, 8, p. 1113-1139.

Birbaumer N., Grodd W., Diedrich O., Klose U., Erb M., Lotze M. et al. (1998), «fMRI reveals amygdala activation to human faces in social phobics», NeuroReport, 9, p. 1223-1226.

Blood A. J. & Zatorre R. J. (2001), «Intensely pleasurable responses to music correlate with activity in brain regions implicated in reward and emotion», Proceedings of the National Academy of Sciences USA, 98, p. 11818-11823.

Blood A. J., Zatorre R. J., Bermudez P. & Evans A. C. (1999), «Emotional responses to pleasant and unpleasant music correlate with activity in paralimbic brain regions», Nature Neuroscience, 2, p. 382-387.

Breiter H. C., Etcoff N. L., Whalen P. J., Kennedy W. A., Rauch S. L., Buckner R. L. et al. (1996), «Response and habituation of the human amygdala during visual processing of facial expression», Neuron, 17, p. 875-887.

Brown S., Martinez M. J. & Parsons L. M. (2004), «Passive music listening spontaneously engages limbic and paralimbic systems», NeuroReport, 15, p. 2033-2037.

Bruce V. & Young A. (1986), «Understanding face recognition», British Journal of Psychology, 77, p. 305-327.

Calder A. J., Young A. W., Rowland D., Perrett D. I., Hodges J. R. & Etcoff N. L. (1996), «Facial emotion recognition after bilateral amygdala damage; differentially severe impairment of fear», Neuropsychology, 13, p. 699-745.

Cooney R. E., Atlas L. Y., Joormann J., Eugene F. & Gotlib I. H. (2006), «Amygdala activation in the processing of neutral faces in social anxiety disorder: Is neutral really neutral?», Psychiatry Research, 148, p. 55-59.

Cunningham J. G. & Sterling R. S. (1988), «Developemental change in the understanding of affective meaning in music», Motivation and Emotion, 12, p. 399-413.

DallaBella S., Peretz I., Rousseau L. & Gosselin N. (2001), «A developmental study of the affective value of tempo and mode in music», Cognition, 80, B1-B10.

Dellacherie D., Ehrlé N. & Samson S. (2008), «Is the neutral condition relevant to study musical emotion in patients?», Music Perception, 25, p. 297-306.

Ekman P. (1994), «All emotions are basic», in Ekman P. & Davidson R. J. (eds.), The nature of emotions. Fundamental questions, New York, Oxford University Press, p. 15-19.

Etcoff N. L. & Magee J. J. (1992), «Categorical perception of facial expressions», Cognition, 44, p. 227-240.

Gabrielson A. & Lindstrom E. (2001), «The influence of musical structure on emotional expression», in Sloboda J. A. & Juslin P. N. (eds.), Music and emotion: Theory and research, New York, Oxford University Press, p. 223-249.

Gagnon L. & Peretz I. (2003), «Mode and tempo relative contributions to “happy – sad” judgments in equitone melodies», Cognition and Emotion, 17, p. 25-40.

Gerardi G. M. & Gerken L., 1995, «The development of affective response to modality and melodic contour», Music Perception, 12, p. 279-290.

Gosselin N., Peretz I., Johnsen E. & Adolphs R. (2007), «Amygdala damage impairs emotion recognition from music», Neuropsychologia, 45, p. 236-244.

Gosselin N., Peretz I., Noulhiane M., Hasboun D., Beckett C., Baulac M. & Samson S. (2005), «Impaired recognition of scary music following unilateral temporal lobe excision», Brain, 128, p. 628-640.

Gosselin N., Samson S., Adolphs R., Noulhiane M., Roy M., Hasboun D. et al. (2006), «Emotional responses to unpleasant music correlates with damage to the parahippocampal cortex», Brain, 129, p. 2585-2592.

Griffiths T. D., Warren J. D., Dean J. L. & Howard D. (2004), «“When the feeling’s gone”: A selective loss of musical emotion», Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 75, p. 344-345.

Gur R. C., Erwin R. J., Gur R. E., Zwil A. S., Heimberg C. & Kraemer H. C. (1992), «Facial emotion discrimination: ii. Behavioral findings in depression», Psychiatry Research, 42, p. 241-251.

Heimberg C., Gur R. E., Erwin R. J., Shtasel D. L. & Gur R. C. (1992), «Facial emotion discrimination: iii. Behavioral findings in schizophrenia», Psychiatry Research, 42, p. 253-265.

Hevner K. (1935), «The affective character of the major and minor modes in music», American Journal of Psychology, 47, p. 103-118.

Juslin P. N. (2001), «Communicating emotion in music performance: a review and a theoretical framework», in Sloboda J. A. & Juslin P. N. (eds.), Music and emotion: Theory and research, New York, Oxford University Press, p. 309-337.

Kastner M. P. & Crowder R. G. (1990), «Perception of the major/minor distinction: Emotional communication in young children», Music Perception, 8, p. 1989-2002.

Kesler-West M. L., Andersen A. H., Smith C. D., Avison M. J., Davis C. E., Kryscio R. J. & Blonder L. X. (2001), «Neural substrates of facial emotion processing using fMRI», Cognitive Brain Research, 11, p. 213-226.

Khalfa S., Peretz I., Blondin J.-P. & Manon R. (2002), «Event-related skin conductance responses to musical emotions in humans», Neuroscience Letters, 328, p. 145-149.

Khalfa S., Schön D., Anton J. L. & Liegeois-Chauvel C. (2005), «Brain regions involved in the recognition of happiness and sadness in music», NeuroReport, 16, p. 1981-1984.

Koelsch S., Fritz T., Von Cramon D. Y., Müller K. & Friederici A. D. (2006), «Investigating emotion with music: An fMRI study», Human Brain Mapping, 27, p. 239-250.

Krumhansl C. L. (1997), «An exploratory study of musical emotions and psychophysiology», Canadian Journal Experimental Psychology, 51, p. 336-353.

Lang P. J., Bradley M. M. & Cuthbert B. N. (1998), «Emotion, motivation, and anxiety: Brain mechanisms and psychophysiology», Biological Psychiatry, 44, p. 1248-1263.

Leppänen J. M., Milders M., Bell J. S., Terriere E. & Hietanen J. K. (2004), «Depression biases the recognition of emotionally neutral faces», Psychiatry Research, 128, p. 123-133.

Madsen C. K. (1997), «Emotional response to music as measured by the two-dimensional», Journal of Music Therapy, 34, p. 187-199.

Menon V. & Levitin D. J. (2005), «The rewards of music listening: response and physiological connectivity of the mesolimbic system», NeuroImage, 28, p. 175-184.

Mitterschiffthaler M. T., Fu C. H. Y., Dalton J. A., Andrew C. M. & Williams S. C. R. (2007), «A functional MRI study of happy and sad affective states induced by classical music», Human Brain Mapping, 28, p. 1150-1162.

Panksepp J. (1995), «The emotional source of “chills” induced by music», Music Perception, 13, p. 171-207.

Peretz I., Blood A. J., Penhune V. & Zatorre R. J (2001), «Cortical deafness to dissonance», Brain, 124, p. 928-940.

Peretz I. & Gagnon L. (1999), «Dissociation between recognition and emotional judgment for melodies», Neurocase, 5, p. 21-30.

Peretz I., Gagnon L. & Bouchard B. (1998), «Music and emotion: Perceptual determinants, immediacy and isolation after brain damage», Cognition, 68, p. 111-141.

Pessoa L., Mckenna M., Gutierrez E. & Ungerleider L. G. (2002), «Neural processing of emotional faces requires attention», Proceedings of the National Academy of Science USA, 99, p. 11458-11463.

Russell J. A. (1980), «A circumplex model of affect», Journal of Personality and Social Psychology Monograph, 39, p. 1161-1178.

Sammler D., Grigutsch M., Fritz T. & Koelsch S. (2007), «Music and emotion: electrophysiological correlates of the processing of pleasant and unpleasant music», Psychophysiology, 44, p. 293-304.

Samson S. & Zatorre R. J. (1992), «Learning and retention of musical and verbal information after unilateral temporal lobectomy», Neuropsychologia, 30, p. 815-826.

Schmidt L. A. & Trainor L. J. (2001), «Frontal brain electrical activity (EEG) distinguishes valence and intensity of musical emotions», Cognition and Emotion, 15, p. 487-500.

Schubert E. (1996), «Enjoyment of negative emotions in music: An associative network explanation», Psychology of Music, 24, p. 18-28.

Sloboda J. A. (1991), «Music structure and emotional response: Some empirical findings», Psychology of Music, 19, p. 110-120.

Sloboda J. A. & Juslin P. N. (2001), Music and emotion: Theory and research, New York, Oxford University Press.

Small D. M., Gregory M. D., Mak Y. E., Gitelman D., Mesulam M. M. & Parrish T. (2003), «Dissociation of neural representation of intensity anD affective valuation in human gustation», Neuron 2003; 39, p. 701-711.

Somerville L. H., Kim H., Johnstone T., Alexander A. L. & Whalen P. J. (2004), «Human amygdala responses during presentation of happy and neutral faces: correlations with state anxiety», Biological Psychiatry, 55, p. 897-903.

Soussignan R., Ehrle N., Henry A., Schaal B. & Bakchine S. (2005), «Dissociation of emotional processes in response to visual and olfactory stimuli following frontotemporal damage», Neurocase, 11, p. 114-128.

Steinbeis N., Koelsch S. & Sloboda J. A. (2006), «The role of harmonic expectancy violations in musical emotions: Evidence from subjective, physiological, and neural responses», Journal of Cognitive Neuroscience, 18, p. 1380-1393.

Tergwogt M. M. & VanGrinsven F. (1991), «Musical expression of mood states», Psychology of Music, 19, p. 99-109.

Thomas K. M, Drevets W. C, Dahl R. E., Ryan N. D., Birmaher B., Eccard C. H. et al. (2001), «Amygdala response to fearful faces in anxious and depressed Children», Archives of General Psychiatry, 58, p. 1057-1063.

Vieillard S., Peretz I., Gosselin N., Khalfa S., Gagnon L. & Bouchard B. (2007), «Happy, sad, scary, and peaceful in music excerpts for research on emotions», Cognition & Emotion, 22, p. 720-752.

Wedin L. (1972), «A multidimensional study of perceptual-emotional qualities in music», Scandinavian Journal of Psychology, 13, p. 241-257.

Wieser H. G. & Mazzola G. (1986), «Musical consonances and dissonances: Are they distinguished independently by the right and left hippocampi?», Neuropsychologia, 24, p. 805-812.

Winton E. C., Clark D. M. & Edelmann R. J. (1995), «Social anxiety, fear of negative evaluation and the detection of negative emotion in others», Behavioral Research and Therapy, 33, p. 193-196.

Young A. W., Rowland D., Calder A. J., Etcoff N. L., Seth A. & Perrett D. I. (1997), «Facial expression megamix: Tests of dimensional and category accounts of emotion recognition», Cognition, 63, p. 271-313.

Notes

1 Bien que les scores de reconnaissance musicale n’aient pas été rapportés dans ces articles, il a déjà été démontré que la présence d’une lésion du lobe temporal médian n’affecte pas la reconnaissance des airs familiers (Samson, données non publiées). Seul, l’apprentissage de mélodies inédites est perturbé (Samson & Zatorre, 1992).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Illustrations du lobe temporal médian (reproduites avec l’autorisation de D. Hasboun http://www.chups.jussieu.fr/​ext/​neuranat/​).A: Surface médiane de l’hémisphère cérébral droit visualisant le plan coronal au niveau de l’amygdale (B), de la tête (C) et du corps (D) de l’hippocampe.F : IRM cérébral (T1) dans le plan sagittalG : Plan coronal au niveau du corps de l’hippocampe avec détail des aires temporales et médianes (E) et coupe histopathologique (H)AbréviationsAm : Amygdala ; H : Hippocampe ; CPH : Cortex Parahippocampique ; NC : Noyau Caudé ; VL : Ventricule latéral ; Sub : subiculum ; SC : Sillon collatéral ; T4 : 4e gyrus temporal ; GD : Gyrus denté ; CGL : Corps genouillés latéraux ; Al : Alveus ; F : Fimbra ; U : Uncus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteurs

Laboratoire de neurosciences fonctionnelles et pathologies, CNRS-UMR8160, Institut universitaire de France, université de Lille – Nord de France ; Unité d’épilepsie, hôpital de La Salpêtrière, Paris, France
Laboratoire de neurosciences fonctionnelles et pathologies, CNRS-UMR8160, université de Lille – Nord de France

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search