Version classiqueVersion mobile

Lire-écrire de l'enfance à l'âge adulte

 | 
Jean-Pierre Gaté
, 
Christine Gaux

Cinquième partie. La formation et l'insertion des adultes en difficulté

Codes langagiers et insertion territoriale. La relation entre l’homme, le groupe et l’espace

Paola Lo Bartolo

Texte intégral

  • 1 « Codes langagiers et insertion territoriale », journée d’étude organisée à Angers le 14 mars 2004 (...)

1Notre contribution porte spécifiquement sur l’étude de la relation entre les codes langagiers et l’insertion territoriale. Elle prend appui sur une précédente manifestation scientifique dont elle restitue les principaux apports selon une perspective nouvelle susceptible d’éclairer, dans cette cinquième partie, la question de la formation et de l’insertion des adultes en difficultés1.

2S’insérer dans un espace territorial et social, en maîtriser les codes de communication constituent deux exigences existentielles devenues aujourd’hui de plus en plus problématiques. Nous assistons en effet, à de fréquents replis identitaires sur des territoires à géométrie spatiale plus aléatoire mais sans qu’ils n’assument les régulations propres à favoriser une véritable appropriation de l’espace.

3Dans ce panorama d’incertitude accrue par les évolutions technologiques, la vitesse avec laquelle l’information est produite et circule provoque une modification de ses codes traditionnels de transmission. L’écriture et la lecture entrent ainsi en concurrence avec d’autres codes communicationnels comme ceux des images, des médias ou encore ceux des tribus dans leurs replis territoriaux.

4De ce fait, de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences conditionnent l’insertion territoriale, d’autres niveaux de maîtrise de ces codes sont requis et de nouveaux obstacles s’opposent à l’insertion de ceux qui ne savent pas les utiliser.

  • Quels sont ces nouveaux codes langagiers ?

  • Quelles nouvelles compétences communicationnelles sont nécessaires pour s’insérer ?

  • Quels sont les obstacles à l’insertion, faute d’une insuffisante maîtrise de ces codes, pour les bas niveaux de compétences ?

5Ce chapitre se propose d’apporter quelques réponses à ces questions cruciales. Avant de les aborder directement et afin de mieux cerner cette relation complexe entre codes langagiers et insertion territoriale, il convient de préciser la notion d’identité personnelle et sociale tout en clarifiant la notion de territoire, au-delà des définitions purement géographiques qui lui sont habituellement attribuées.

Le territoire : métaphore de l’identité

Prémisse

6L’appréhension subjective de l’identité personnelle, ce que l’on définit communément par « conscience de soi » (Lipiansky, 1998), est constituée principalement par les représentations, les sentiments, les projets d’avenir se rapportant à un individu. L’identité subjective s’ancre dans les expériences passées, ainsi que dans un certain contexte culturel ; elle est affectée par chaque relation et interaction et ainsi constamment reproduite.

7En revanche, l’appréhension objective de l’identité peut être définie comme « la conviction d’un individu d’appartenir à un groupe social reposant sur le sentiment d’une communauté géographique, linguistique, culturelle et entraînant certains comportements spécifiques » (ibid.). Elle constitue un ensemble de caractéristiques d’un individu qui permettent de l’identifier de l’extérieur.

8Selon une optique psychosociale (Fischer, 1992), le territoire est tout d’abord l’ensemble des lieux extérieurs à l’individu, à son corps, dans lesquels se déploient ses activités et ses façons d’être. C’est l’espace physique parcouru par l’individu, l’espace de l’action et de l’expression de soi aux autres. Il est ensuite l’espace représenté, l’espace imaginaire : il ne définit plus une réalité matérielle extérieure mais une réalité intérieure. L’espace n’existe en tant que tel que lorsqu’il est vécu, c’est-à-dire en liaison avec une expérience émotionnelle qui le remplit, l’habite de son action, de ses fantasmes. Ainsi, chaque être vivant aménage son propre espace avec ses zones de sécurité et d’insécurité, de dépendance et d’indépendance ; il constitue un espace social médiatisé qui s’organise lui-même autour d’axes dominant/dominé, autorisé/interdit. Dans ce sens, un territoire devient un espace social, une portion de la surface terrestre qu’une collectivité humaine se réserve et aménage en fonction de ses besoins et de ses équilibres sociaux, définissant, de fait, des principes, des idées, des valeurs qui lui appartiennent et qui lui sont propres. La notion d’identité repose ainsi sur un territoire qui est à la fois physique mais surtout psychique, le territoire des relations humaines et des expériences émotionnelles participant à la constitution d’une mémoire individuelle.

9Enfin, le territoire n’est pas seulement une expression géographique, mais un espace qui nous appartient et auquel l’on appartient. De ce fait, il correspond à la manière dont chacun (avec sa part d’imaginaire, avec les déformations qui viennent de sa culture ou du groupe social auquel il appartient) se représente son espace de vie ; il exprime le rapport existentiel que l’individu socialisé (donc informé et influencé par la sphère sociale) établit avec la terre.

L’insertion territoriale

10L’homme a donc besoin de s’insérer, « d’être d’un endroit », de posséder un espace sur lequel étendre une maîtrise physique et psychologique par des activités (professionnelles, personnelles et de loisirs) qui indiquent son emprise personnelle (Fischer, 1992).

11D’après Simone Weil (1949),

« L’Enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine. C’est un des plus dociles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l’existence d’une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d’avenir. Participation naturelle, c’est-à-dire amenée automatiquement par le lieu, la naissance, la profession, l’entourage. Chaque être humain a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle par l’intermédiaire des milieux dont il fait naturellement partie. »

12L’insertion territoriale s’affirme ainsi comme un processus dynamique dans lequel les individus transforment les lieux en attaches et en ancrages territoriaux. Alors, si le processus d’appropriation de l’espace physique à toutes les échelles (le quartier, la ville, la région, le Pays, etc.) se réalise au travers de la mobilité, comment se produit celui de l’espace social ? En d’autres termes, comment construit-on les principes, les idées, les valeurs qui nous sont propres, ou encore les relations humaines et les expériences émotionnelles qui participent à la constitution de notre identité ?

  • 2 Expression empruntée à Jürgen Habermas.

13La réponse à cette question clarifie le sens de la relation entre les codes langagiers et l’insertion territoriale. C’est en communicant avec ceux qui sont appelés à partager cet espace, ce territoire… que l’individu se l’approprie. L’instrument de cette « négociation sociale2 » est le langage qui se présente aujourd’hui dans toute la multiplicité de ses codes langagiers.

Parler, lire, écrire : émergence de nouvelles compétences

L’impact des NTIC sur la lecture et l’écriture

14La révolution technologique de la société de l’information, les transformations de l’organisation du travail, l’accroissement des exigences de l’entreprise confrontée à une situation concurrentielle exacerbée, ont modifié les conditions de l’insertion.

15L’insertion professionnelle exige des compétences plurielles : il faut faire preuve de flexibilité, de volonté, disposer d’un savoir-faire opérationnel en constante adaptation aux exigences du marché. Vous pardonnerez la caricature, peut-être simpliste, mais il me semble qu’aujourd’hui, le fait de « trouver un emploi » mobilise des compétences (savoir se vendre, rédiger un CV, réussir un entretien de recrutement…) encore plus complexes que celles requises pour exercer une quelconque activité professionnelle…

16Parler lire et écrire ne sont plus les seuls moyens capables de faire transiter l’information d’un sujet à un autre. Les moyens de communication ont métamorphosé ces activités langagières et les ont rendues plus sophistiquées et plus complexes. Savoir parler, lire et écrire n’est plus une condition suffisante pour garantir à l’individu une insertion territoriale et sociétale satisfaisante, d’autres capacités transversales et complémentaires apparaissent actuellement nécessaires. Les technologies de la communication (la télévision, le téléphone portable, le fax, l’ordinateur, Internet…) semblent multiplier les possibilités d’expression de la parole. Ces outils modifient le rapport entre l’individu et ses contraintes spatiotemporelles, abolissent les distances et permettent de rejoindre l’interlocuteur dans l’immédiateté de l’échange, même à l’autre bout de la terre.

17De plus, l’usage de ces moyens favorise une sorte de démocratisation de la connaissance par une large accessibilité de l’information. Dans les pays occidentaux, la presque totalité des foyers dispose d’un téléphone, d’une télévision. Avoir accès à un micro-ordinateur ou à Internet devient de plus en plus facile… À condition d’être capable de s’en servir, l’utilisation d’Internet permet de réaliser des recherches d’information précises, rapides, efficaces, économiques. Je n’ai nullement besoin de me rendre dans plusieurs bibliothèques, d’acheter des livres parfois dispendieux, d’éplucher des dizaines de documents pour obtenir une information : il me suffit de naviguer sur un site spécialisé, d’envoyer un mail à une personne ressource, de poser une question sur un « chat » ou un « forum ».

18L’enjeu de savoir utiliser de tels outils sur un plan technique est de taille. Or, si une maîtrise technique de ces outils paraît indispensable, que requièrent aujourd’hui les activités langagières traditionnelles (« parler, lire, écrire ») au regard des évolutions des systèmes symboliques et de la complexité de leur usage ? Quelles sont les compétences transversales nécessaires à une utilisation correcte et efficace de ces technologies ?

L’impact des NTIC sur la lecture

19La lecture est un acte complexe. Les approches dites « holistiques » ou systémiques nous apprennent qu’elle résulte de trois variables : le lecteur, le texte et le contexte de lecture (Giasson, 1990). Les technologies de l’information agissent profondément sur la deuxième de ces variables : le texte.

20Par ailleurs, ce dernier peut être considéré sous trois aspects : son contenu, sa structure et les intentions de l’auteur. Celles-ci peuvent être de différentes natures : informative, narrative, incitative, argumentative. Pour chacune d’entre elles, le lecteur doit savoir utiliser une stratégie d’interprétation adéquate. Or, les buts poursuivis par l’auteur sont parfois difficilement décelables lorsqu’il utilise certains supports (par exemple, sur Internet, il n’y a pas d’autorité de censure). Il en est ainsi pour certains sites qui se veulent informatifs et qui cachent souvent des intentions publicitaires, ou pour certains spots télévisés proposés par des organismes politiques dont on a du mal à cerner les véritables intentions.

21On ne saurait trop insister en pédagogie sur la nécessité de familiariser l’apprenti lecteur (surtout lorsqu’il s’agit d’un jeune lecteur) aux différentes caractéristiques du texte qu’il aborde, de l’inviter à se poser des questions, de l’initier à des stratégies de lecture plus appropriées. Développer cette polyvalence de la lecture est d’autant plus important qu’aujourd’hui d’autres symboles se prêtent à être lus : images, sons, images animées.

22Notre époque est marquée par l’omniprésence de l’image : images à la télévision, sur les écrans d’ordinateur, images sur les affiches ou sur les livres, journaux et magazines. Une panoplie d’innombrables médias qui porte son message textuel : informatif, narratif, incitatif, etc. Et ce message est beaucoup plus insaisissable et susceptible de manipulations qu’on ne le pense.

23En conséquence, ne nous privons pas des multiples supports qui nous permettent de nous approprier l’information, mais apprenons à les décoder en développant une activité interprétative et critique qui nous induise à vérifier l’information, à protéger l’indépendance de notre pensée et à éclairer la nature de notre jugement.

L’impact des NTIC sur l’écriture

24C’est sans doute au niveau de la production d’écrits que les métamorphoses de l’écriture et les évolutions de son usage sont les plus frappantes. Différents constats l’attestent.

25Si l’écriture conserve encore sa fonction d’authentification et de traçabilité, ne serait-ce que dans le domaine administratif et socio institutionnel, force est de constater que le recours à la lettre est en perte de vitesse en comparaison des moyens offerts par les télécommunications. Dans la sphère de la littérature et de la science, par exemple, la consommation de textes courts est de plus en plus répandue. Des romans qui ne dépassent pas une centaine de pages, des synthèses scientifiques particulièrement concises qui, en quelques pages, dispensent de la lecture parfois longue et fastidieuse d’ouvrages nettement plus volumineux (comme aux PUF, la fameuse collection « Que sais-je ? » de 125 pages). Sur un plan qualitatif, la morphologie des textes se transforme et de nouveaux codes d’écriture apparaissent. La rédaction de courriels ou de textos avec leur syntaxe plus ou moins farfelue en constitue une démonstration assez éclairante.

26Les lecteurs étant submergés par une pléthore d’informations et sollicités par une large panoplie d’écrits, l’écriture doit se soumettre à de nouveaux impératifs : la clarté (car le lecteur n’aura sûrement ni le temps ni l’envie de réfléchir sur ce qu’il vient de lire), la synthèse (car probablement le texte ne sera jamais lu dans sa totalité), la cohérence avec les supports de présentation ou de diffusion (papier, mail, Internet, diaporama, etc.), l’attractivité d’un point de vue esthétique (avec l’introduction d’images, de sons, des commentaires, etc.). Bref, une multiplicité de nouveaux codes s’impose à celui qui écrit.

27Les formes d’écriture connaissent aujourd’hui une diversification croissante. Nous assistons au développement d’une écriture de consommation, quasiment « jetable », soumise aux impératifs de la rapidité et de l’efficacité. Ces textes sont souvent confiés à des supports électroniques comme l’ordinateur ou la télévision (diaporama, message électronique, portable, site Internet) et visent principalement la transmission d’informations, qu’elles soient de nature scientifique, commerciale, administrative, etc. Il ne s’agit pas de textes très élaborés, mais ils présentent l’avantage de pouvoir être rapidement effacés et remplacés par d’autres plus récents, plus complets et plus fidèles au vrai. Pour que ces textes soient véritablement efficaces, il faut que l’activité de décodage du message qu’ils transitent soit le plus possible simplifiée, d’où l’utilisation d’images, de sons, etc. Parce qu’ils sont éphémères, ils peuvent revendiquer une nécessité de transgression à l’orthodoxie du langage et de ses règles syntaxiques et grammaticales : proches de l’oralité, ces écrits s’inscrivent dans une logique d’interactivité.

28En revanche, une seconde forme d’écriture est conçue pour affronter le temps, pour s’inscrire dans la durée et dans la mémoire et pour cela, elle est souvent confiée à un support plus lourd (le papier, le cd-rom) et elle est destinée à être conservée, archivée. C’est l’écriture comme exercice intellectuel, comme exploit littéraire. C’est l’écriture pensée pour être relue afin d’en savourer toutes les subtilités et les finesses. Elle veut conduire le lecteur bien au-delà du simple contenu, vers d’autres chemins, sur les routes de son imagination, aux séductions de laquelle, avec une confiance aveugle et rassurante, il s’abandonne.

La nouvelle organisation du travail : compétences communicationnelles à s’insérer

29De déterminée, stable, définitive, l’activité professionnelle est devenue incertaine, précaire, éphémère. L’effondrement d’activités économiques traditionnellement perçues comme « stables » (l’industrie lourde par exemple) a remis en cause l’idée de « carrière ». Du coup, non seulement il faut envisager de changer d’employeur, éventuellement de déménager dans une autre ville, dans une autre région, pour exercer une même activité professionnelle dans une autre entreprise, mais il faut également envisager de changer de domaine d’activité professionnelle… de se reconvertir.

30Par ailleurs, même à l’intérieur d’une même entreprise, dans certains des secteurs économiques confrontés aux mutations industrielles, les salariés doivent faire face à des changements d’organisation (l’usine intégrée, par exemple dans le groupe FIAT) qui leur imposent la modification de certains comportements professionnels pratiqués avec succès jusque-là.

31Aujourd’hui, pour faire face à la pression compétitive, il faut aider les salariés à s’adapter aux exigences du marché, en développant leur autonomie et en leur donnant la possibilité d’intervenir directement dans l’organisation du travail. Cette innovation organisationnelle implique une rupture avec la conception classique de l’organisation du travail basée traditionnellement sur des formes de bureaucratie mécaniste fortement hiérarchisées (Mintzberg, 1982) où, dans un système figé de répartition des tâches, les capacités d’intervention du salarié étaient limitées parce que sources de potentielles perturbations et d’erreurs. Dans les nouvelles organisations, il faut développer l’esprit d’initiative du salarié, libérant l’expression de la créativité et travaillant de façon autonome dans le cadre d’une équipe-projet où la performance de l’individu se transforme en performance de groupe. Ce fonctionnement impose au salarié de pratiquer une communication efficace : « qualité oblige… », les informations doivent transiter rapidement et efficacement de la production à la commercialisation du produit. Il faut cerner les exigences du client en l’aidant à exprimer des besoins que souvent lui-même ignore. C’est pourquoi la communication connaît ces dernières années une attention de plus en plus importante de la part des dirigeants d’entreprise.

Le « Parler juste »

32Or, malgré les bonnes intentions, les échanges lors des réunions d’équipes s’installent difficilement. Lorsque les membres d’une équipe sont sollicités pour évoquer les difficultés éventuelles qu’ils rencontrent dans leur fonctionnement, ils affirment que tout va pour le mieux. Par ailleurs, lorsque les dysfonctionnements sont objectifs, ils sont analysés en termes de problèmes de relations interpersonnelles (« on ne s’entend pas bien ensemble… ») plutôt qu’en termes de nouvelle organisation du travail ou de nouvelles compétences à mettre en œuvre. Ceci n’est naturellement pas sans effet sur les relations sociales et crée parfois des tensions fortes.

33Pour y remédier, le premier axe des stratégies visant à améliorer la communication consiste à développer la diffusion des informations par le biais de l’affichage physique ou virtuel (Internet, Intranet, courrier électronique). Le problème est qu’en réalité informer n’est pas communiquer et que l’information doit être bien sûr accessible mais aussi reçue, intégrée et réélaborée pour être véritablement possédée par son destinataire. Pour que cette extraordinaire alchimie se produise il faut « communiquer juste », c’est-à-dire entrer en relation avec l’autre, confronter des positions personnelles, discuter de solutions différentes.

34Or, on fonctionne encore beaucoup, de fait, avec de tels raccourcis. Il semble même que, plus on estime communiquer (en l’occurrence plus on affiche des choses, plus on envoie des mails…) moins on éprouve le besoin de se parler, moins on favorise le contact, moins on discute en face-à-face.

35Alors, s’emparer des nouveaux moyens communicationnels et maîtriser leurs technologies innovantes, est-ce suffisant pour établir une communication efficace rendue aujourd’hui indispensable à une insertion territoriale réussie ? Il est certain que des compétences communicationnelles à s’insérer apparaissent complémentaires.

36Il faut ainsi développer la capacité à dialoguer. La notion de dialogue implique le concept d’échange et de compromis (le suffixe dia signifiant « à travers »). Savoir analyser, décortiquer, réfléchir sur un problème, être en mesure d’émettre et de formaliser des idées, des propositions, des remarques, être capable de dire à l’autre que l’on est pas d’accord avec lui, en critiquant l’idée et non la personne, en faisant valoir un point de vue différent mais qui laisse ouverte la recherche d’une solution commune. Toutes ces compétences doivent figurer dans le bagage personnel de chacun au même titre que d’autres savoir-faire plus tangibles et, à tort, estimés plus nécessaires comme l’utilisation d’un ordinateur ou d’une technologie spécifique à une situation professionnelle donnée.

37Il faut enfin réhabiliter le conflit. L’équipe se construit par le débat. Or, les représentations dominantes conduisent à penser que pour avoir le consensus, il vaut mieux éviter toute occasion de dissonance éventuelle. On évite d’affirmer son point de vue s’il y a risque de désaccord par crainte de la confrontation et de l’échec social (« si mon point de vue n’était pas apprécié par mes supérieurs ? Si mon idée suscitait la colère de mes collègues ou encore pire, le mépris ou la dérision ? ») On a du mal à comprendre que ce sont les conflits (maîtrisés, analysés, exploités) qui permettent la constitution d’une véritable équipe ! Or, une telle évolution nécessite tout d’abord de réhabiliter la parole de l’opérateur, de l’aider à oser parler, à considérer que ses idées sont intéressantes et susceptibles de mise en application. Il faut comprendre que cette organisation du travail exige de nouvelles solidarités professionnelles et que la négociation devient de plus en plus fréquente et se situe même à l’intérieur d’un groupe apparemment hiérarchisé.

38D’un autre point de vue, cela suppose pour l’opérateur la capacité et par conséquent l’effort de posséder le langage et ses différents codes.

Déficits langagiers et insertion territoriale

Une approche existentielle des déficits langagiers pour une insertion territoriale réussie

39On définit communément un code comme un ensemble d’associations nécessaires ou conventionnelles entre expressions et contenus : le catalogue des blaisons, les numéros de téléphone sont des codes.

40Or, on a longtemps considéré que l’on pouvait rendre compte de la communication langagière sur le modèle du code. Dans cette optique, directement héritée de la théorie de la communication, le locuteur (la personne qui parle) élabore un message qui est encodé linguistiquement dans une phrase, livrant un signal acoustique, transmis par voie aérienne et reçu par l’interlocuteur (la personne à qui le locuteur parle). Ce signal est ensuite décodé linguistiquement pour livrer le message. Le langage apparaît ainsi comme un code transparent, clair et sans ambiguïté. La production et l’interprétation des phrases sont ramenées à de simples processus d’encodage et de décodage. Toute interférence éventuelle est d’origine environnementale et, bien entendu, externe au circuit locuteur-message-interlocuteur.

41Or, chacun de nous sait bien que la communication langagière peut sans crainte être apparentée au modèle du code, mais que, malheureusement, elle ne se résout pas à une formule mathématique. Nous l’avons vu… tout l’enjeu de la communication repose sur les situations où le message, bien qu’exprimé et correctement codifié, ne passe pas, où il est mal perçu, où il est mal interprété… bref, sur une situation que nous qualifierons de déficit langagier…

42En fait, notre conversation fait usage d’un code qui n’est pas uniquement linguistique, mais qui résulte également d’autres éléments issus d’une part, du contexte culturel où l’individu se meut (le territoire où il habite, les usages et les coutumes de la communauté culturelle dont il est originaire…) et, d’autre part, de son histoire personnelle, familiale et sociale. La phrase « donnez-moi une bière » n’a aucune chance d’aboutir au résultat attendu lorsqu’on se trouve aux Philippines où l’usage est de faire précéder toute demande d’un discours sur autre chose, sous peine de commette une telle grossièreté que personne ne saurait vous servir…

43Enfin, le langage n’est pas seulement un code prédéterminé mais une activité pragmatique ouverte qui peut être à la fois universalisante (si l’on y voit un ensemble de règles qui s’appliquent n’importe où et à tout moment) ou aristotélicienne (lorsqu’on considère que l’action juste est celle faite au bon moment et dans les bonnes circonstances).

44Mais cette sorte d’azimutage défectueux n’est malheureusement pas le seul cas de déficit langagier : il existe d’autres situations où le message ne passe pas, même si l’émetteur et le destinataire se trouvent « sur la même longueur d’onde ». C’est le cas des déficits d’expression. En l’occurrence, le sujet reste passif, il ne s’autorise pas à s’exprimer et le message tombe dans le vide. Les déficits d’expression peuvent avoir diverses causes : d’une part, liées à l’histoire personnelle de l’individu (une petite enfance déficitaire en communication, une éducation familiale difficile, une scolarité problématique), d’autre part, issues de pathologies cognitives qui débouchent sur le manque de confiance en soi. Ces déficits langagiers sont des obstacles à l’insertion car ils empêchent le sujet de s’exprimer en s’acceptant tel qu’il est, avec ses atouts et ses lacunes. Ainsi, ils constituent autant d’obstacles à la communication et sont dès lors préjudiciables à la construction d’une harmonie entre le sujet et le territoire dans lequel il se meut. En d’autres termes, face à un déficit d’expression, il se révèle inutile de travailler sur les compétences d’un individu, qu’elles soient liées à des savoir-faire techniques ou relationnels, si une œuvre existentielle de reconstruction personnelle est encore inachevée. Ses progressives acquisitions ne lui permettront probablement pas de s’insérer. Nous considérons, pour notre part, qu’aucune approche (préventive ou curative) de l’illettrisme ne pourra aboutir si elle ne tient pas compte de cette dimension globale et même existentielle du déficit langagier.

Bibliographie

Références bibliographiques

Fischer G. N., Psychologie sociale de l’environnement, Toulouse, Éditions Privat, coll. « Pratiques sociales », 1992.

Giasson J., La compréhension en lecture, Québec, Gaëtan Morin éditeur, 1990.

Lipianski E. M., « L’identité personnelle », Ruano-Borbalan J.-C. (dir.), L’identité, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 1998.

Mintzberg, Dynamiques des organisations, les Éditions d’organisation, 1982.

Weil S. (1949), L’Enracinement, « Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain », Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1968.

Notes

1 « Codes langagiers et insertion territoriale », journée d’étude organisée à Angers le 14 mars 2004 par les unités de recherche A3 et A4 du programme en Sciences Humaines et Sociales (2H2S) soutenu par le Contrat plan État Région.

2 Expression empruntée à Jürgen Habermas.

Auteur

Formatrice à l’université catholique de l’Ouest (IFRADE). Juriste.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search