Version classiqueVersion mobile

Lire-écrire de l'enfance à l'âge adulte

 | 
Jean-Pierre Gaté
, 
Christine Gaux

Avant-propos

Jean-Pierre Gaté et Christine Gaux

Texte intégral

1La langue assure la transversalité de toutes les disciplines scolaires et constitue un vecteur incontournable de tout apprentissage. Son appropriation, tant sur le plan oral que sur le plan écrit, constitue un enjeu décisif de l’adaptation et de l’insertion scolaire de l’élève, qu’il soit enfant ou adolescent. Mais elle conditionne également, à plus long terme, l’insertion sociale et professionnelle du futur adulte qu’il est appelé à devenir.

2Dans son essence même, la langue est un outil de communication, dont l’émergence a répondu à des besoins d’ordre social et culturel, et qui s’est transmis de génération en génération, par diverses médiations éducatives. Cet outil, lorsqu’il est partagé au sein d’une même communauté linguistique, permet la communication entre chacun de ses membres et constitue un facteur de cohésion sociale.

3S’agissant plus particulièrement du rapport à l’écrit, et malgré le passage obligé par une scolarisation jusqu’à 16 ans, une maîtrise insuffisante de la lecture et de l’écriture est une cause d’exclusion sociale et culturelle. Faute de pouvoir user de ces codes langagiers, et en dépit des efforts d’adaptation qu’ils sont amenés à déployer, un nombre important d’adultes dits « en situations d’illettrisme » se trouve ainsi renvoyé aux marges des territoires institutionnels et professionnels où leur appropriation est requise pour y prendre place.

4De telles situations, diverses et singulières, interpellent de nombreuses institutions : l’École, la Formation professionnelle, l’Entreprise, le Milieu associatif… Comment peuvent-elles être prises en compte, repérées, évaluées, analysées ; et quelles réponses, préventives ou curatives, peut-on y apporter au regard de leurs différentes dimensions ?

La préoccupation de l’illettrisme aujourd’hui

  • 1 ANLCI, Lutter ensemble contre l’illettrisme. Cadre national de référence, 2003.

5D’après l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme), la France compte aujourd’hui plus de deux millions de personnes rencontrant des difficultés importantes pour lire et écrire1. Parmi les jeunes sortant du système scolaire et convoqués à la Journée d’appel et de préparation à la défense, environ 10 %, chaque année, sont ainsi repérés. Parmi eux, 4 à 5 % peuvent être considérés comme étant en situation grave d’illettrisme, c’est-à-dire devant l’impossibilité quasi-absolue d’accéder à l’information écrite, de communiquer activement et efficacement au moyen de l’écrit et même de l’oral. Or, on sait bien que la maîtrise des codes langagiers est une condition d’adaptation et d’autonomisation indispensable à la réussite de chacun et au progrès de tous. Comment dès lors ne pas s’inquiéter face à une telle situation ? Ne pouvait-on l’éviter ? Comment en est-on arrivé là ? Comment y remédier ? Comment prévenir ces difficultés ?

6C’est autour de cette problématique générale que le présent ouvrage se propose de rassembler les contributions de chercheurs et de professionnels de l’éducation ou de la formation, dans un souci de confrontation et d’articulation entre la recherche et la pratique.

Contexte et origine de l’ouvrage

7Cet ouvrage constitue le fruit d’un colloque intitulé « Lire-écrire de l’enfance à l’âge adulte. Genèse des compétences, pratiques éducatives, impacts sur l’insertion professionnelle », organisé à Angers les 25 et 26 octobre 2004 par l’une des unités productives du programme de recherche angevin des Humanités, des Sciences de l’Homme et de la Société (programme 2H2S), soutenu par le Contrat plan État Région. La thématique qui fédère ce programme de recherche a pour titre : « Recompositions territoriales au risque de l’exclusion. »

8L’une des ambitions de notre unité productive, au sein de ce programme de recherche angevin, « à la rencontre des situations d’illettrisme : constats, analyses, propositions… », étant d’interpeller l’École, la Formation professionnelle et l’Entreprise sur la question de l’illettrisme, il nous est apparu souhaitable que les différents axes de recherche sur lesquels nous travaillons depuis 4 ans puissent constituer l’ossature du programme de ce colloque. En ce sens, il fut pour nous l’occasion :

  • d’une part, d’affirmer l’identité de notre unité, autour de ses trois laboratoires de référence : à l’université d’Angers, le laboratoire de Psychologie, à l’université catholique de l’Ouest, le centre d’études et de recherches de l’institut de Psychologie et de Sociologie appliquées puis le laboratoire de recherche en Éducation et Formation ;
  • d’autre part, de valoriser et de mettre en débat les travaux qui ont été conduits dans chacun de ces axes, en donnant directement la parole à leurs acteurs principaux : sur les processus d’acquisition de la langue écrite et leurs dysfonctionnements, sur la prévention de l’illettrisme à l’école, sur l’insertion socioprofessionnelle des adultes en difficulté avec la langue écrite. L’ensemble des communications (en plénière et/ou en ateliers) était donc représentatif des préoccupations de recherche des membres de notre équipe, dans leur diversité et selon leur sensibilité épistémologique ou méthodologique respective. Au surplus, le colloque a également permis d’établir des passerelles avec d’autres unités, intégrées au programme 2H2S, dans un souci de cohérence thématique.

9Toutefois, il importait que ce souci de communication et de valorisation ne nous entraînât ni vers l’auto-satisfaction ou l’auto-congratulation, ni vers une forme illusoire de consensus en la matière, ce qui eût été contraire à l’esprit de recherche qui anime notre équipe et au respect de ses particularités. La dimension du débat critique et constructif, en dehors de toute polémique stérile, fut également au cœur de la philosophie de ce colloque, et ce d’autant plus, comme on le verra d’ailleurs tout au long de cet ouvrage, que les méthodologies de recherche sont différentes et les positions théoriques contrastées. C’est aussi la raison pour laquelle, nous avons sollicité, du côté de la recherche scientifique, les meilleurs spécialistes des questions que nous souhaitions aborder, afin qu’ils nous livrent leurs réactions et leurs appréciations eu égard à leurs propres préoccupations et intérêts de recherche. À ce propos, nous tenons à remercier : Christine Barré de Miniac, professeur de Sciences de l’Éducation à l’IUFM de Grenoble, Jean-Pierre Boutinet, professeur de Psycho-sociologie à l’université catholique de l’Ouest, Jean-Émile Gombert, professeur de Psychologie à l’université de Rennes II, Annie Magnan, professeur de Psychologie à l’université « Lumière » de Lyon II et Gérard Vergnaud, directeur de recherche émérite au CNRS, université de Paris VIII.

10De même et du côté de la pratique, nous avons également convié d’éminents représentants des milieux professionnels avec lesquels nous collaborons, pour qu’ils nous renvoient leurs propres échos et interrogations, en se plaçant selon leur point de vue spécifique, celui d’acteurs de terrain, en prise directe avec la réalité des publics auxquels nous nous intéressons. Nous adressons toute notre reconnaissance pour leur contribution à Rémi Brun, représentant l’Association des psychologues scolaires du Maine et Loire, Agnès Housseau, enseignant-chercheur à l’IUFM des Pays de Loire – site d’Angers, Michèle Jubeau, présidente de l’Association départementale de lutte contre l’illettrisme du Maine et Loire et Denis Moulé, président de l’Association des maîtres E. du Maine et Loire. Ces moments de débats, à l’occasion desquels chacun des participants a également eu la possibilité d’intervenir, sont ainsi venus ponctuer, en forme de table ronde, le déroulement de ces deux journées.

11La co-présence à ces tables rondes de ces deux experts, universitaire et professionnel, témoigne également d’une volonté explicite d’associer des chercheurs et des praticiens autour d’une problématique qui les concerne les uns et les autres, même s’ils l’abordent selon des postures différentes. L’ouverture à la société civile est ici manifeste et nous faisions le pari d’une alliance possible, sur ces questions, entre chercheurs et praticiens, soucieux d’avancer dans le sens d’une meilleure intelligibilité des problèmes d’apprentissage et de la mise en place d’actions innovantes.

12Enfin, et dans cet esprit, il paraissait inconcevable que l’interactivité avec le public fût absente de cette manifestation. Des communications en atelier, dont l’ouvrage rendra également compte, ont permis d’engager de façon plus active et sur une plus grande durée, des échanges et des discussions fructueuses. Plus précisément, l’objectif de ces ateliers était :

  • de prolonger certaines communications en plénière par une présentation d’outils utilisables par des praticiens ;
  • de tenter des articulations entre les différents axes de questionnement autour desquels ces communications ont été regroupées ;
  • de donner à des chercheurs de notre unité (chercheurs associés ou doctorants) l’occasion de présenter leurs travaux ;
  • de s’ouvrir aux problématiques d’autres unités productives et de tenter d’établir des passerelles au sein du réseau 2H2S ;
  • de proposer à des équipes de recherche extérieures que nous connaissons et avec lesquelles nous collaborons, des communications en lien avec l’une ou l’autre de nos thématiques, en particulier celles des universités québécoises de Rimouski et de Trois-Rivières.

Présentation du plan de l’ouvrage

13C’est dans ce même esprit et cette même perspective que le présent ouvrage a été conçu. Il se propose de rassembler les contributions qui ont jalonné cette manifestation scientifique, en les déclinant selon un plan thématique témoignant de leurs différentes entrées problématiques.

14La première partie est traversée par une question centrale qu’il importait de traiter de prime abord : Quelle intelligibilité peut-on avoir des processus d’acquisition de la langue écrite et de ses dysfonctionnements ? Des études récentes, conduites dans le champ de la psychologie cognitive y sont présentées et discutées, afin d’apporter des éléments de réponse à cette première question.

15La seconde partie s’interroge plus directement sur le rôle de l’école dans la prévention de l’illettrisme. Si des liens ou des articulations peuvent être établis avec les contributions scientifiques de la partie précédente, des concepts et des outils nouveaux (dont certains sont encore en cours d’expérimentation) sont ici proposés, afin de tenter de mieux mettre en œuvre le dépistage et la prévention des difficultés d’accès à l’écrit, en associant de manière plus concertée les différents acteurs de la communauté éducative : enseignants, élèves, parents, personnel spécialisé…

16La troisième partie traite également d’une question cruciale, compte tenu de la problématique générale que nous avons annoncée ci-dessus : Comment travailler avec des adultes en difficulté avec la langue écrite, en vue de leur insertion professionnelle ? Prendre appui sur les compétences dont ils disposent, les aider à les identifier et à les valoriser ; les accompagner, en partant de leurs besoins, sur la voie d’une meilleure maîtrise de l’écrit… telles sont les pistes qui sont explorées dans cette partie.

17La quatrième et la cinquième partie reprennent des communications plus « ciblées » qui ont été prononcées en atelier, selon la perspective précédemment rappelée. Nous les avons regroupées autour de deux lignes thématiques fortes :

  • le développement des compétences langagières chez l’enfant (quatrième partie) ;
  • la formation et l’insertion des adultes en difficulté (cinquième partie).

18L’ouvrage s’achève sur des perspectives d’ouverture qui tentent de dégager des niveaux d’articulation entre les différentes contributions et livrent de nouvelles pistes de réflexion et de recherche.

Notes

1 ANLCI, Lutter ensemble contre l’illettrisme. Cadre national de référence, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search