Version classiqueVersion mobile

Réussir à l'école

 | 
Agnès Florin
, 
Pierre Vrignaud

Place de la personnalité dans les relations avec les pairs à l’adolescence

Cécile Kindelberger, José Van Zwieten et Susan Branje

Texte intégral

Introduction

1Les relations sociales avec les pairs au sein du système scolaire sont importantes pour les adolescents. Elles contribuent à l’ajustement socio-émotionnel et scolaire des élèves (Gifford-Smith & Brownell, 2003). Les pairs ont une influence sur le bien-être de l’adolescent. Avoir un ami protège contre la dépression et semble aider dans les transitions de vie comme le passage de l’école au collège. Ils importent également pour la scolarité de l’élève, dans le sens où les élèves rejetés et qui ne possèdent pas de soutien amical sont plus couramment en échec scolaire et à risque de devenir « décrocheurs » (Hatzichristou & Hopf, 1996).

2Étant donné l’importance des relations entre pairs pour l’ajustement scolaire, on peut s’interroger sur la place des facteurs conatifs qui interviennent dans la constitution de ces relations sociales. Comment l’adolescent par ses croyances, motivations et conduites va-t-il se créer un environnement social au sein du système scolaire, susceptible de contribuer à son ajustement ? Nous nous sommes intéressées plus particulièrement au rôle de la personnalité de l’élève dans les relations qu’il entretient avec ses pairs.

La personnalité comme facteur conatif

3La personnalité peut être définie comme une organisation relativement stable des dispositions motivationnelles de l’individu survenant de l’interaction entre les pulsions biologiques et l’environnement social et physique. Le terme personnalité réfère principalement aux traits affectifs et conatifs, aux sentiments, attitudes, complexes et mécanismes inconscients, intérêts et idéaux qui déterminent le comportement et la pensée de l’homme (Eysenck, 1976). Face à une telle complexité, il est rapidement apparu nécessaire de réduire la description de la personnalité en un nombre restreint de traits ou facteurs. À partir des nombreuses recherches sur la personnalité, un consensus s’est mis en place sur le fait que la personnalité pouvait être principalement décrite à l’aide de cinq dimensions, modèle généralement dit des « Big Five ». Ces cinq dimensions indépendantes donnent lieu à des différences interindividuelles stables au cours du temps (Costa & McCrae, 1990 ; Goldberg, 1992). Ce sont l’extraversion, l’agréabilité, la conscience, l’ouverture et le névrosisme. Toutes ces dimensions recouvrent deux pôles entre lesquels chaque individu peut être situé. Par exemple, pour l’extraversion, son contraire est l’introversion. Pour chaque dimension, nous définissons le pôle qui correspond aux notes élevées, en nous appuyant sur les définitions proposées par Rolland (2004).

4L’extraversion se définit comme une sensibilité et une réactivité aux stimuli agréables et se traduit par une forte tendance à percevoir, construire et ressentir la réalité et les événements comme stimulants et agréables. Les sujets extravertis sont actifs dans les relations sociales.

5L’agréabilité est une dimension relative à la tonalité plus ou moins positive des relations à autrui. Elle vise la régulation de l’équilibre dans les relations interpersonnelles par l’altruisme, la disposition à aider les autres et à leur faire confiance.

6La conscience, dimension plus « intellectuelle », décrit la motivation, l’organisation et la persévérance dans les conduites orientées vers un but. Les personnes consciencieuses sont ordonnées, ont le sens du devoir, de l’autodiscipline et visent une certaine réussite.

7L’ouverture se définit comme un ensemble de conduites relatives à la tolérance, l’exploration voire la recherche active de la nouveauté. Cette dimension touche aussi bien au domaine social qu’au « monde des idées ». Les personnes ouvertes sont curieuses, imaginatives, sensibles et refusent toute forme de dogmatisme.

8Enfin, le névrosisme décrit le système de contrôle de la production d’émotions et de cognitions négatives ou désagréables. Dénommé également instabilité émotionnelle, un niveau élevé sur ce trait voit la personne osciller à travers différents affects négatifs tels l’anxiété, la colère et la culpabilité.

9Ces cinq dimensions recouvrent l’ensemble des orientations et des motivations par rapport aux environnements physique et social. Cependant, dans les interactions, ce qui transparaît de manière la plus évidente sont les comportements. À nouveau, les comportements sociaux peuvent être regroupés à l’aide de trois facteurs principaux, qui définissent trois styles réactionnels face à autrui. Ce sont l’altruisme (aller vers l’autre), l’agression (aller contre l’autre) et l’isolement (ne pas aller vers l’autre). De même que pour les facteurs de personnalité, on peut repérer très tôt des différences interindividuelles quant à ces comportements et une certaine stabilité temporelle (Newcomb, Bukowski & Pattee, 1993).

10Ces différents aspects de la personnalité sont susceptibles de jouer un rôle dans les relations entre pairs à l’adolescence. Cependant, la notion de « relations entre pairs » recouvre différents types d’interactions qui offrent des expériences variées, contribuant de manière spécifique à l’ajustement scolaire. Deux types de relations avec les pairs peuvent être identifiées : la popularité et l’amitié dyadique. Bien différenciées, elles ont fait l’objet de nombreuses recherches. Nous allons redéfinir dans un premier temps ces deux types de relations et ce que nous savons des liens entre popularité, amitié et personnalité.

La popularité

11La popularité est communément définie comme « le degré auquel un enfant est aimé ou non par les autres dans un groupe donné » (Gifford-Smith & Brownell, 2003, p. 237). Autrement dit, elle repose sur la somme des acceptations et rejets par les pairs et se situe donc à un niveau assez général.

12Automatique, elle découle de la situation : ils se trouvent ensemble dans un même lieu pendant un temps assez long. Rapidement, les adolescents vont susciter chez leurs pairs une attitude plus ou moins positive, dont la somme constitue le statut de popularité. Dans cette recherche, le groupe étudié est la classe, mais la popularité peut être étudiée dans n’importe quel groupe, par exemple une équipe de sport, pour autant qu’il soit constitué d’une quinzaine d’individus. De ce fait, la popularité est une expérience sociale vécue par tous les adolescents.

13L’étude de la popularité s’enracine dans les travaux de Moreno (1934) qui décrivait trois processus sous-jacents à la dynamique d’un groupe : le processus d’attraction entre personnes, le processus de répulsion et celui d’indifférence. À partir de ceux-ci, on peut identifier plusieurs statuts sociométriques que peuvent connaître les membres du groupe.

14Tout d’abord, des individus populaires (très attractifs), des individus rejetés (très répulsifs), des individus controversés (attractifs et répulsifs à la fois, peu de consensus du groupe à leur encontre) puis des individus négligés (ni attractifs, ni répulsifs, ils suscitent l’indifférence). À quoi s’ajoutent les individus ayant un statut sociométrique moyen, dans la mesure où ils n’atteignent pas des positions extrêmes (Coie, Dodge & Coppotelli, 1982).

15Il est couramment admis que la popularité forme un indicateur révélateur du fonctionnement psychosocial, dans la mesure où elle correspond à la congruence entre la manière d’être d’un individu dans les relations et les attentes sociales du groupe quant à celle-ci. Les travaux sur la popularité indiquent que les enfants populaires possèdent plutôt une bonne estime de soi, réussissent bien à l’école, présentent plus souvent des comportements prosociaux. À l’inverse, les enfants rejetés manifestent plutôt des comportements d’agression, présentent des symptômes dépressifs et un niveau élevé d’anxiété (Coie, Dodge, & Kupersmidt, 1990 ; Ollendick, Weist, Borden & Greene, 1992). C’est par ce biais que la popularité favoriserait ou non l’ajustement aux attentes académiques.

16On peut noter que les études sur la popularité se centrent plutôt sur la période de l’enfance. Certes, l’adolescence est considérée comme la période de l’amitié et du développement de l’intimité. Pourtant, la popularité reste une relation expérimentée par les adolescents. S’il apparaît que les comportements jouent toujours une place dans le niveau de popularité d’un adolescent, les variables ayant retenu l’attention des chercheurs sont surtout la maturation pubertaire et l’attractivité physique, deux facteurs qui prennent une importance considérable pour les adolescents dans la manière dont ils sont perçus et perçoivent les autres (Perkins & Lerner, 1995 ; Zakin, Blyth & Simmons, 1984). Peu de travaux, et notamment en France, ont cherché à connaître l’importance de la personnalité de l’adolescent dans sa popularité.

L’amitié réciproque

17Un second type de relation entretenue avec les pairs est l’amitié, plus particulièrement, l’amitié dyadique avec le ou la meilleur(e) ami(e). On a donc affaire à un niveau plus spécifique, qui implique seulement deux adolescents. Cette amitié « consiste principalement à être attiré par quelqu’un qui l’est en retour, la parité gouvernant les échanges sociaux entre les amis. Elle est fondée sur un partage de temps conséquent et le soutien émotionnel, notamment la loyauté, la confiance, l’intimité et le plaisir à être ensemble » (Hartup & Stevens, 1997, p. 355).

18La fonction de l’amitié varie avec l’âge. Au début très centrée sur les aspects instrumentaux, l’amitié s’oriente avec l’entrée dans l’adolescence vers le partage d’une certaine intimité psychologique (Mallet, 1997). Elle offre différentes ressources émotionnelles et cognitives : partage d’activités, acquisition de compétences sociales, réconfort et connaissance de soi. Tant par ses aspects cognitifs que sociaux, l’amitié intervient pour soutenir l’ajustement de l’élève au système scolaire.

19Étant donné l’importance développementale de l’amitié, les chercheurs se sont interrogés sur les motifs qui amènent à développer une amitié avec un pair et pas avec un autre.

20Epstein (1989) suggère qu’il existe trois facteurs principaux à la formation d’une amitié. Ils peuvent être hiérarchisés du plus basique au plus psychologique. Le premier facteur est la proximité, c’est-à-dire le contexte dans lequel les enfants se rencontrent, à la maison, à l’école, au voisinage. Trivialement, pour devenir ami, il faut avoir l’occasion de se rencontrer… Le deuxième facteur est constitué des différents traits repérables aisément dans les interactions comme l’âge, le sexe et l’origine ethnique (Aboud & Mendelson, 1996). Enfin, le dernier facteur recouvre les aspects plus psychologiques comme les attitudes, les intérêts ou la personnalité.

21L’amitié se développe couramment entre deux personnes qui sont similaires pour une variété de caractéristiques, notamment celles sociodémographiques (âge, sexe…). À l’adolescence, les amis ont également des préférences pour les mêmes styles de musique, de vêtements (Santrock, 2001). Ils se ressemblent aussi dans des domaines moins « superficiels » : comme l’humour, les comportements antisociaux, la dépression, l’anxiété et le statut sociométrique (Gifford-Smith & Brownell, 2003).

22Quels sont les processus sous-jacents à une plus grande ressemblance entre amis ? On peut en recenser trois (Cohen, 1977) : premièrement, les adolescents tendent à choisir comme amis des pairs qui leur ressemblent, c’est le processus de sélection. Le deuxième processus est celui de la socialisation mutuelle. Il s’agit d’une influence réciproque entre les amis, c’est donc avec le temps que l’on peut observer une augmentation de la similarité. Pour finir, le troisième processus expliquant la plus grande ressemblance entre amis comparée à celles entre simples connaissances est la désélection. Autrement dit, les adolescents ont tendance à abandonner une amitié quand l’ami a changé d’attitudes dans le sens où la similarité baisse.

23Le premier processus, celui de sélection, se repère dans le choix d’un ami donc que l’amitié soit réciproque ou non (l’amitié non réciproque intervenant lorsqu’à la requête de nommer son meilleur ami, X choisit Y, qui lui-même choisit Z). Par contre, l’amitié réciproque, parce qu’il s’agit réellement d’une relation stable, devrait promouvoir une plus grande ressemblance. Les amis réciproques seraient encore plus similaires, leurs interactions fréquentes favorisant la socialisation mutuelle. On peut donc s’attendre à ce que les amis soient plus ressemblants pour l’ensemble des caractéristiques de personnalité, et ce d’autant plus que l’amitié est réciproque.

24La ressemblance favoriserait l’établissement de la relation amicale mais elle remplirait également comme fonction de promouvoir l’intimité entre amis. L’intimité est une des composantes de la qualité des relations amicales (Furman et Buhrmester, 1985). C’est une des ressources particulières offertes par l’amitié qui recouvre aussi bien le soutien instrumental (entraide), et l’interdépendance (l’engagement dans la relation) que l’intimité (soutien émotionnel).

25Les adolescents similaires parce qu’ils partagent des croyances, attitudes similaires, connaîtraient plus aisément un certain niveau d’intimité. Parker et Asher (1993) notaient que les amis les plus similaires décrivaient par ailleurs une meilleure satisfaction de leur relation. Le niveau de similarité est par ailleurs connu pour prédire la stabilité, autrement dit la continuité de l’amitié (Kandel, 1978). La réciprocité de la relation amicale, premier pas vers une plus grande intimité, serait facilitée par la similarité.

26Pour résumer, nous avons examiné l’importance que pouvaient prendre à l’adolescence, les dimensions de personnalité dans les relations avec les pairs, notamment au niveau de la popularité et de la relation amicale dyadique.

27Par ailleurs, dans la mesure où il est attendu que les amis soient semblables sur différents traits de personnalité, nous avons cherché à vérifier que la fonction de cette ressemblance est bien le développement de l’intimité.

Méthodologie

Participants

28L’échantillon de cette recherche était composé de 735 adolescents âgés de 10 à 17 ans (moyenne : 13,38 ; écart-type : 2,02). Ils sont issus de trois collèges et de trois lycées de la région Île de France (Paris et banlieue parisienne), dont la population est contrastée au niveau socioéconomique. 51,8 % de l’échantillon est féminin. 615 adolescents ont renseigné l’existence d’un(e) meilleur(e) ami(e). Sur les 456 adolescents qui ont répondu avoir leur ami au sein du collège, 216 voient leur amitié payée de retour. Les 240 restant sont classifiés comme ayant une amitié non réciproque. Par ailleurs, 108 adolescents déclarent avoir leur meilleur ami hors de l’école et 51, ne pas avoir de meilleur ami.

Mesure des variables

29Après cette première interrogation sur l’existence d’une amitié, au sein du système scolaire, ils devaient ensuite renseigner différentes échelles.

Popularité

30La technique traditionnelle a été utilisée. Les adolescents choisissaient dans leur classe, leurs trois pairs préférés et les trois les moins aimés. À partir de ces nominations, chaque adolescent se voit dans un premier temps attribuer un score d’acceptation et un score de rejet. Ensuite, les sujets ont été regroupés dans les différentes catégories sociométriques, sur la base des critères proposés par Coie et al. (1982). Dans cette recherche, 12,8 % des adolescents sont classés comme populaires, 10,5 % comme rejetés, 6,8 % comme controversés, 8,2 % comme négligés et 6,4 % comme moyens. 55,4 % des adolescents ne correspondent à aucune des catégories, ce qui, au vu des résultats des recherches antérieures sur la popularité, est considérable.

Qualité de la relation amicale

31Concernant leur meilleur ami, chaque sujet qui reportait en avoir un (qu’il soit réciproque ou non), indiquait par la suite la qualité de cette relation à l’aide du questionnaire de Furman et Buhrmester (1985). Ce questionnaire de 24 items comprend trois dimensions distinctes : l’intimité (12 items « Dans quelle mesure partages-tu tes secrets avec ton meilleur ami ? », consistance interne de l’échelle mesurée par l’alpha de Cronbach,. 86), le conflit (6 items « Dans quelle mesure toi et ton meilleur ami vous vous disputez ? »,.64) et le contrôle (6 items « Dans quelle mesure ton ami décide de vos activités ? »,.70). Les sujets utilisaient une échelle de type lickert en cinq points pour répondre (1 = jamais à 5 = très souvent). Ici, seule la dimension de soutien émotionnel (d’intimité) a été retenue.

Personnalité

32La personnalité a été mesurée à l’aide d’un questionnaire fondé sur la théorie des « Big Five » (Goldberg, 1992) qui recouvre donc les cinq caractéristiques fondamentales : l’extraversion, l’agréabilité, la conscience, le névrosisme et l’ouverture évaluées à l’aide d’une échelle en sept points (1 = ne me correspond pas du tout à 7 = me correspond tout à fait).

Comportements prosociaux

33Les comportements prosociaux ont été mesurés à l’aide d’un questionnaire de huit items, créé pour cette recherche. Les adolescents renseignaient dans quelle mesure ils étaient disposés à aider, partager, soutenir les autres (.77).

Comportements agressifs

34Les comportements agressifs ont été mesurés à l’aide du questionnaire crée par Bjorkqvist, Lagerspetz et Osterman (1992). Ce questionnaire propose 24 réactions consécutives à un conflit avec un pair, qui recouvre la fuite (« Je fuis la situation »), l’agression directe (« Je le couvre d’injures ») et indirecte (« Je dis du mal de lui auprès des autres »). Les deux dimensions d’agression étant fortement corrélées (r =.57), elles ont été rassemblées en une seule dimension, dont l’alpha est de. 82.

Procédure

35La passation du questionnaire s’est faite dans les établissements scolaires sur un temps de cours ou de permanence, selon le choix de la direction. La passation était dans tous les cas collective et environ quarante-cinq minutes étaient nécessaires pour remplir ce questionnaire (qui comprenait outre ces échelles également d’autres dimensions notamment l’évaluation du développement pubertaire). Si le nom était demandé afin de rassembler les questionnaires des meilleurs amis, une fois cette étape passée, l’ensemble des questionnaires a été ensuite anonymé à l’aide d’un numéro.

Résultats

36Il était attendu que le statut sociométrique des adolescents varierait selon leur personnalité et leurs comportements, de manière différente chez les filles et les garçons. Ceci constituera la première partie des résultats.

37La seconde partie est consacrée aux hypothèses relatives à l’amitié. Principalement, il était attendu que les amis se ressembleraient plus que les non-amis et que ceci serait d’autant plus fort que l’amitié serait réciproque. Cette ressemblance promouvrait l’intimité. Nous y reviendrons par la suite.

Popularité et amitié

38Dans un premier temps, nous avons mis en relation les deux types de relation aux pairs afin d’observer dans quelle mesure elles se recouvraient. Il était attendu que les adolescents populaires possèdent plus fréquemment un ami réciproque que les autres catégories, étant donné le nombre d’amis potentiels qu’ils possèdent de par leur attrait.

Tableau 1 : Pourcentages d’adolescents ayant un certain type d’amitié selon leur statut sociométrique

Tableau 1 : Pourcentages d’adolescents ayant un certain type d’amitié selon leur statut sociométrique

39Le test de Chi deux montre que cette hypothèse est bien vérifiée [ p <.0001] même si descriptivement l’effet n’est pas très fort avec un V de Kramer de. 20.

40On voit que les sujets populaires mais aussi les sujets controversés ont plus souvent une amitié mutuelle, tandis que les sujets rejetés ont plutôt des amitiés non mutuelles. On peut également noter que les adolescents ayant le statut de négligés se déclarent plutôt sans amitié ou possédant un ami hors école.

Déterminants de la popularité

41Après avoir vérifié que la popularité et l’existence d’une amitié dyadique réciproque sont liées, on a cherché à savoir quels traits de personnalité et quels comportements étaient déterminants dans la popularité des adolescents. À chaque fois, le sexe a été pris en compte puisque nous nous attendions à ce qu’ils viennent modérer les liens entre personnalité et popularité.

Tableau 2 : Moyennes (et écarts-types) des différents aspects de la personnalité selon le statut sociométrique

Tableau 2 : Moyennes (et écarts-types) des différents aspects de la personnalité selon le statut sociométrique

Note. F = Filles et G = Garçons

42D’une manière générale, peu de différences apparaissent. Certes, on retrouve des différences de sexe déjà bien connues quant à la personnalité : les filles ont un niveau plus élevé sur l’échelle d’agréabilité [F (1,318) = 6,40 p <.02], celle de conscience [F (1,318) = 18,01 p <.0001] et celle de névrosisme [F (1,318) = 25,59 p <.001].

43Aucun trait de personnalité ne donne lieu à un effet principal significatif. Seule la dimension d’ouverture présente un effet marginal [F (4,318) = 2,10 p <.08]. Les adolescents négligés se distinguent des catégories populaires, rejetés et controversés, dans le sens d’une moins grande ouverture.

44De même, deux effets d’interaction apparaissent avec un niveau marginal de significativité. Le premier concerne l’agréabilité [F (4,318) = 2,11 p <.08]. Il indique que les filles négligées et les filles « moyennes » sont moins agréables que les autres. Le second porte sur l’échelle de névrosisme [F (4,318) = 1,86 p <.09]. Les filles présentant un niveau de névrosisme plus élevé tendent à être rejetées.

45Les résultats concernant les comportements présentent un patron similaire. Si l’on trouve des différences de sexe pour les comportements d’agression [F (1,318) = 7,14 p <.01], il n’y a ni effet principal [F (4,318) = 0,74 ns] ni interaction [F (4,318) = 0,65 ns] pour ceux-ci. Les différences de sexe apparaissent également pour les comportements prosociaux, en faveur des filles [F (1,318) = 17,11 p <.001]. Cette fois, un effet principal du statut sociométrique apparaît, les adolescents populaires et controversés étant plus prosociaux que les négligés et les moyens [F (4,318) = 2,47 p <.05].

Similarité entre amis

46Les caractéristiques de personnalité jouent-elles un rôle dans les relations amicales ? Afin de vérifier qu’il existe une similarité entre les caractéristiques du sujet et celles de son meilleur ami, nous avons procédé de la manière suivante. Tout d’abord, chaque adolescent s’est vu attribuer un pair de même âge et de même sexe, dans la même classe (ou à défaut dans la même école), pour constituer le « non-ami ». Ensuite, nous avons calculé, pour chaque dimension, des écarts absolus entre le score du sujet et le score de son ami désigné puis nous avons réitéré ces calculs avec le non-ami.

47L’hypothèse opérationnelle testée est que les écarts avec l’ami seront plus faibles que les écarts avec le non-ami, ces écarts étant d’autant plus petits que l’amitié est réciproque. Une analyse de variance à mesure répétée a donc été effectuée, l’effet intra-sujets indiquant l’existence ou non d’une différence d’écart avec l’ami contre celui avec le non-ami. Quant à l’effet d’interaction, il permet de savoir si l’effet sur les écarts ami versus non-ami est plus important quant l’amitié est réciproque ou non.

Tableau 3 : Moyennes (et écarts-types) des écarts avec le meilleur ami et avec un « non-ami » selon que l’amitié est réciproque ou non

Tableau 3 : Moyennes (et écarts-types) des écarts avec le meilleur ami et avec un « non-ami » selon que l’amitié est réciproque ou non

48Il apparaît d’une manière générale que les hypothèses sont vérifiées : les écarts avec le meilleur ami sont plus petits qu’avec le non-ami, ceci étant d’autant plus fort que l’amitié est réciproque. Ainsi, les amis se ressemblent significativement plus pour l’extraversion [F (1,454) = 4,33 p <.05], la conscience [F (1,454) = 11,11 p <.001], l’ouverture [F (1,454) = 10,09 p <.001], l’agression [F (1,454) = 6,01 p <.05] et la prosocialité [F (1,454) = 5,01 p <.05]. Ce même effet apparaît de manière marginale pour l’agréabilité [F (1,454) = 3,05 p <.10] et ne semble aucunement jouer pour le névrosisme [F (1,454) = 2,50 ns].

49Par ailleurs, la ressemblance entre amis est d’autant plus grande que les amis sont réciproques. Les effets d’interaction sont significatifs pour une part des dimensions de personnalité repérées ci-dessus, l’extraversion [F (1,454) = 5,09 p <.05], la conscience [F (1,454) = 4,09 p <.05]. Les effets sont marginaux pour l’agréabilité [F (1,454) = 3,49 p <.09] et l’agression [F (1,454) = 3,07 p <.10].

50Par contre, il apparaît intéressant de noter qu’il n’y a pas d’interaction pour deux caractéristiques de personnalité pour lesquelles il existait un effet principal : l’ouverture [F (1,454) = 0,18 ns] et les comportements prosociaux [F (1,454) = 1,19 ns].

Intimité, réciprocité et similarité

51Après avoir vérifié que, pour certaines caractéristiques, la ressemblance entre amis est plus forte quand l’amitié est réciproque, nous avons vérifié que ce type d’amitié soit associé à une plus grande intimité émotionnelle.

Tableau 4 : Niveau d’intimité selon le type d’amitié des adolescents

Tableau 4 : Niveau d’intimité selon le type d’amitié des adolescents

52En effet, il apparaît que l’intimité ressentie est plus élevée quand l’amitié est réciproque que lorsqu’elle ne l’est pas, [F (2,614) = 6,59 p <.001]. On peut noter par ailleurs que le soutien est le plus élevé lorsque les adolescents déclarent avoir leur meilleur ami hors de l’école.

53Afin de déterminer si cette différence quant à l’intimité peut être « expliquée » par une plus grande similarité entre les amis, nous avons effectué une corrélation entre la qualité de la relation et la ressemblance. Pour cela, nous avons calculé une corrélation entre la somme des écarts sur l’ensemble des dimensions et le niveau d’intimité. Même si l’effet est faible, elle indique que plus le niveau d’intimité est fort, moins les écarts sont élevés [r = –.18, p <.001].

Discussion

54L’objectif de cette recherche était d’étudier la place qu’occupent les facteurs de personnalité dans les relations avec les pairs à l’adolescence, au niveau de la popularité dans un premier temps, et au niveau de l’amitié dyadique dans un second. D’une manière générale, ces facteurs de personnalité apparaissent peu incidents pour la popularité alors qu’ils le sont dans les relations amicales.

55Les dimensions de personnalité ainsi que les conduites qui y sont associées ne permettent pas de différencier clairement les différents statuts sociométriques. Quelques effets significatifs apparaissent, pour la dimension d’ouverture et les comportements prosociaux. On peut noter que les adolescents négligés et moyens sont moins ouverts et moins prosociaux que ceux appartenant à des catégories sociométriques plus extrêmes (populaires, rejetés et controversés).

56La faiblesse des relations associant la personnalité à la popularité suggère en effet que ce type de relation perdrait de son importance à l’adolescence. Cette remarque est soutenue par le pourcentage notoire d’adolescents qui ne se trouvent être classés dans aucune catégorie sociométrique (plus de 50 % de l’effectif). Ceci indique que les attractions et répulsions sont distribuées de façon relativement équitable dans le groupe et ne permettent pas de faire ressortir beaucoup d’adolescents dans les catégories sociométriques traditionnellement sujettes à étude. Ceci amène en conséquence à la difficulté d’identifier les déterminants de la popularité.

57Nos résultats montrent aussi que les adolescents les plus populaires ont plus de chances d’avoir des amis réciproques. La popularité amène à l’existence d’un panel potentiel d’amis relativement important. Autrement dit, les adolescents populaires étant souvent choisis, ils ont statistiquement plus de chances que leur choix soit payé de retour.

58Ensuite, nos résultats indiquent clairement que la personnalité joue un rôle important dans les relations amicales. D’une manière générale, les adolescents ressemblent plus à leur meilleur ami, ceci étant d’autant plus fort ou exclusivement vrai quant l’amitié est réciproque. Les résultats varient selon les dimensions considérées et interrogent quant à la place qu’occupent la sélection et la socialisation dans la ressemblance, selon les traits de personnalité.

59Les adolescents ressemblent plus à leur ami choisi qu’à un autre pair quant à l’extraversion, la conscience, l’ouverture, l’agression et la prosocialité. Ceci apparaît aussi, de manière marginale, pour l’agréabilité. Seule la dimension de névrosisme ne donne pas lieu à une différence significative.

60Par ailleurs, les adolescents ressemblent d’autant plus à leur ami que cette amitié est réciproque, au niveau de l’extraversion, de la conscience mais aussi au niveau l’agréabilité et de l’agression. Par contre, on ne retrouve pas cet effet pour deux caractéristiques de personnalité pour lesquelles il existait un effet principal : l’ouverture et les comportements prosociaux. Ceci suggère que l’effet de sélection « explique » la ressemblance tandis que n’intervient aucunement la socialisation mutuelle que pourraient se fournir les amis réciproques.

61Par ailleurs, on peut noter que certaines interactions « prennent le pas » sur les effets principaux, comme c’est le cas pour l’extraversion qui ne donne pas lieu à une différence significative entre l’ami non réciproque et le non-ami. Autrement dit, quand un adolescent choisit un ami, mais que l’amitié n’est pas réciproque, il ne sélectionne pas quelqu’un qui lui ressemble quant au niveau d’extraversion. Cette ressemblance se développe quand l’amitié est réciproque. Ce résultat est plutôt en faveur de l’hypothèse de socialisation mutuelle. Cependant, une explication alternative peut être qu’une ressemblance plus importante favorise le développement de l’amitié réciproque. Seule une recherche de type longitudinal permettrait de faire la part entre ces deux possibilités.

62Par ailleurs, ce résultat appelle un autre commentaire : la ressemblance est évaluée quel que soit le niveau de l’adolescent sur la dimension de personnalité considérée. Or, il est possible que le positionnement de l’adolescent sur l’échelle de personnalité modère l’importance de la ressemblance. Par exemple, les adolescents fortement introvertis sélectionneraient en effet des pairs semblables à eux, comme le suggèrent certains travaux (Haselager, Hartup, Van Lieshout & Riksen-Walraven, 1998) tandis que les adolescents extravertis seraient plus souples, ceux-ci se voyant aussi plus aisément choisis, étant donné leur approche positive dans les relations sociales. Nous suggérons que le niveau du trait de personnalité forme un facteur modérateur à la ressemblance entre amis.

63Enfin, nous avons vérifié que cette ressemblance a bien une fonction. Elle promeut l’intimité ressentie avec le meilleur ami, cette intimité étant d’autant plus importante lorsque l’amitié est réciproque. La ressemblance quant aux dimensions de personnalité apparaît donc être un facteur potentiellement positif puisqu’elle soutient le développement des relations amicales et favorise l’intimité dans les relations amicales.

64En conclusion, la personnalité d’un adolescent, facteur éminemment conatif, joue bien un rôle adaptatif au sein du système scolaire, par son implication dans les relations avec les pairs, ceci s’appliquant essentiellement aux relations amicales dyadiques. Nos présents résultats appellent à d’autres recherches pour affiner les effets et les processus en jeu.

Bibliographie

Bibliographie

Aboud F. E. & Mendelson M. J., « Determinants of friendship selection and quality: Developmental perspectives », Bukowski W. M., Newcomb A. F. et Hartup W. W. (dir.), The company they keep: Friendship in childhood and adolescence, New York, Cambridge University Press, 1996, p. 87-112.

Bjorkqvist K., Lagerspetz K. M. J. & Osterman K., The direct and indirect aggression scales, Vasa, Finland, Abo Akademi University, Department of Social Sciences, 1992.

Cohen J. M., « Sources of peer group homogeneity », Sociology of education, no 50, 1977, p. 227-241.

Coie J. D., Dodge K. A. & Coppotelli H., «Dimensions and types of social status: A cross-age perspective», Developmental psychology, no 18, 1982, p. 557-570.

Coie J. D., Dodge K. A. & Kupersmidt J. B., «Peer group behavior and social status», Asher S. R. & Coie J. D. (dir.), Peer rejection in childhood, New York, NY, Cambridge University Press, 1990, p. 17-59.

Costa P. T. & McCrae R. R., The NEO personality inventory manual revised, Odessa, FL, Psychological assessment resources, 1990.

Epstein J., «Selection of friends in differently organized schools and classrooms», Epstein J. & Karweit N. (dir.), Friends in school: Patterns of selection and influence in secondary school, San Diego, Academic press, 1989, p. 73-92.

Eysenck H. J., The measurement of personality, Baltimore, MD, University park press, 1976.

Furman W. & Buhrmester D., «Children’s perceptions of the personal relationship in their social networks», Developmental psychology, no 21, 1985, p. 1016-1024.

Gifford-Smith M. E. & Brownell C. A., «Childhood peer relationships: Social acceptance, friendships and peer networks», Journal of school psychology, no 41, 2003, p. 235-284.

Goldberg L. R., «The development of markers for the Big-Five structure», Psychological assessment, no 4, 1992, p. 26-42.

Hartup W. W. & Stevens N., «Friendships and adaptation in the life course», Psychological bulletin, no 121, 1997, p. 355-370.

Haselager G. J. T., Hartup W. W., Van Lieshout C. F. M. & Riksen-Walraven J. M. A., «Similarities between friends and nonfriends in middle childhood», Child development, no 69, 1998, p. 1198-1208.

Hatzichristou Ch. & Hopf D., «A multiperspective comparison of peer sociometric status groups in childhood and adolescence», Child development, no 67, 1996, p. 1085-1102.

Kandel D. B., «Homophily, selection and socialization in adolescent friendships», American journal of sociology, no 84, 1978, p. 427-436.

Mallet P., « Se découvrir entre amis, s’affirmer parmi ses pairs. Les relations entre pairs au cours de l’adolescence », Rodriguez-Tomé H., Jackson S. & Bariaud F. (dir.), Regards actuels sur l’adolescence, Paris, PUF, 1997, p. 109-145.

Moreno J. L., Who Shall Survive?, Washington, DC, Nervous and mental disease Pub (Traduction française : Fondements de la sociométrie, Paris, PUF, 1934).

Newcomb A. F., Bukowski W. M. & Pattee L., «Children’s peer relations: a meta-analytic review of popular, rejected, neglected, controversial and average sociometric status», Psychological bulletin, 113, 1993, p. 99-128.

Ollendick T. H., Weist M. D., Borden M. C. & Greene R. W., «Sociometric status and academic, behavioral, and psychological adjustment: A Five-Year longitudinal study», Journal of consulting and clinical psychology, no 60, 1992, p. 80-87.

Parker J. G. & Asher S. R., «Friendship and friendship quality in middle childhood: Links with peer group acceptance and feelings of loneliness and social dissatisfaction», Developmental psychology, no 29, 1993, p. 611-621.

Perkins D. F. & Lerner R. M., «Single and multiple indicators of physical attractiveness and psychosocial behaviors among young adolescents», Journal of early adolescence, no 15, 1995, p. 269-298.

Rolland J. P., L’évaluation de la personnalité : le modèle en cinq facteurs, Sprimont, Mardaga, 2004.

Santrock J. W., Adolescence, New York, McGraw-Hill Companies, 2001.

Zakin D. F., Blyth D. A. & Simmons R. G., «Physical attractiveness as a mediator of the impact of early pubertal changes for girls», Journal of youth and adolescence, no 13, 1984, p. 439-450.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Pourcentages d’adolescents ayant un certain type d’amitié selon leur statut sociométrique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2 : Moyennes (et écarts-types) des différents aspects de la personnalité selon le statut sociométrique
Légende Note. F = Filles et G = Garçons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 3 : Moyennes (et écarts-types) des écarts avec le meilleur ami et avec un « non-ami » selon que l’amitié est réciproque ou non
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 4 : Niveau d’intimité selon le type d’amitié des adolescents
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/60166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search