Version classiqueVersion mobile

Les voix d'Apollon

 | 
Philippe Monbrun

Première partie. Les instruments de l’archer : le dieu archer est le dieu musicien

Chapitre III. Les fondements de cette parenté : des instruments palintropes aux mains de spécialistes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec leurs bras écartés et leurs cordes tendues, arcs et lyres sont des parents proches, sonores et musicaux, qui ont pu être liés, par leur facture, au palmier-dattier des Jumeaux de Délos. Mais ce ne sont pas les seules affinités que les Grecs ont ressenties, de façon plus ou moins consciente selon les époques, entre les instruments d’Apollon. L’arc et la lyre sont des instruments « palintropes », dont la délicate harmonie résulte de la lutte et de l’union des contraires. Aussi sont-ils des instruments très techniques, qui requièrent les compétences de spécialistes pour leur fabrication et leur utilisation.

L’arc et la lyre : des instruments « palintropes »

Les deux grands types d’arcs, tout comme la lyre et la cithare, font montre, dans leur morphologie, leur maniement et leur conduite, d’une même harmonie « palintrope », toute héraclitéenne. Leur efficacité résulte de l’accord entre des forces contraires qui s’équilibrent et se complètent.

Le fragment 51 d’Héraclite : la palintropo...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search