Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Adolescences d'aujourd'hui

 | 
Denis Jacquet
, 
Marc Zabalia
, 
Henri Lehalle

Avant-propos

Denis Jacquet et Marc Zabalia

Texte intégral

1La manière d’aborder les phénomènes de l’adolescence en psychologie a beaucoup progressé ces dernières années en raison d’une part, de la quantité de travaux empiriques disponibles, et d’autre part, de la diversité des approches dont ces derniers témoignent. À l’occasion du XXIXe symposium de l’Association de Psychologie Scientifique de Langue Française (APSLF) qui s’est tenu les 23 et 24 septembre 2004 à l’Université de Caen, plusieurs aspects de l’évolution adolescente ont ainsi été considérés : conduites à risque, transformations pubertaires, socialisation dans les groupes de pairs, socialisation familiale, évolution idéologique et cognitive, difficultés d’ajustement personnel et social.

2Au travers des différentes contributions rassemblées dans cet ouvrage, il s’agit bien de rendre compte non seulement de la diversité des approches des phénomènes de l’adolescence en psychologie, mais aussi de la diversité même de ces phénomènes.

3Il y a tout d’abord la nécessité de mieux décrire les phénomènes de l’adolescence tels qu’ils se présentent actuellement. Cela oblige à souligner, dans les domaines considérés, l’importance des différences inter et intra-individuelles qui traduisent la variabilité des situations et des évolutions personnelles. La question est alors de concilier l’existence de processus généraux avec la réalité des situations individuelles, au-delà d’une vision stéréotypée et schématique de l’adolescence.

4On s’interrogera par conséquent sur la pertinence des modèles auxquels on se réfère habituellement pour l’analyse du fonctionnement et du développement psychologique au moment de l’adolescence. En effet, il y a lieu d’envisager des modélisations moins linéaires, plus dynamiques (car l’évolution n’est pas toujours majorante) et plus complexes a priori, compte tenu de la multiplicité des variables en interaction.

5Mais, d’un autre côté, il est peut-être temps de chercher à unifier les formulations théoriques existantes. Dans les ouvrages de synthèse actuels, il est significatif de constater que les théorisations restent extrêmement locales, c’est-à-dire que chaque domaine fonctionnel suscite des théorisations spécifiques. Pourtant, il est clair que les divers fonctionnements psychologiques ne peuvent être considérés comme entièrement autonomes. Les distinctions épistémologiques entre “processus d’évolution”, “mécanismes”, “déterminants”, “facteurs de différenciation” pourraient clarifier les relations entre domaines et conduire à des théories intégratives plus générales. De ce point de vue, les contributions rassemblées dans cet ouvrage permettent de saisir la diversité des approches de la problématique adolescente en psychologie. Cet ouvrage constitue un premier pas, porteur de ses propres limites certes, mais nécessaire à la mise en place d’un dialogue entre ces différentes approches afin de créer les conditions de tentatives réellement intégratives. La compréhension de cette période singulière du développement psychologique des individus impose une prise en compte de la complexité qui la caractérise, tout en évitant les écueils de la simple juxtaposition des approches.

6Enfin, les données disponibles et leur théorisation devraient orienter la réflexion sur les modalités d’intervention auprès des adolescents en difficulté, que ces interventions soient pensées au niveau individuel ou au niveau des conditions sociales et des environnements sociaux qui orientent ou entravent les évolutions.

7À ce titre, la contribution de Sofia Buelga et de Gonzalo Musitu apporte un éclairage original. En effet, la problématique de l’ajustement psychosocial des adolescents est envisagée à travers les ressources familiales et psychosociales du microsystème de la famille. Le modèle présenté et testé empiriquement permet de repérer les facteurs de risque au sein de l’environnement familial et social de l’adolescent, tout en prenant en compte certaines variables individuelles comme par exemple l’estime de soi. Ainsi, l’apparition de conduites à risque, consommation de drogues et conduites antisociales, est potentiellement repérable grâce à une opérationnalisation du modèle présenté sous la forme d’instruments (échelles, questionnaires, relevé d’indices de vie). Cette possibilité de repérage des situations potentiellement à risque ouvre bien évidemment des perspectives dans le domaine de la prévention.

8Monique Bolognini expose des éléments complémentaires relatifs à l’apparition des conduites à risque en matière de consommation de substances chez les adolescents. Les données repérées notamment dans les études épidémiologiques laissent entrevoir la pluralité des facteurs de risque : familiaux, individuels, biologiques, sociaux, etc. Cette diversité justifie pleinement une approche multidimensionnelle dont l’un des apports principaux est de souligner le rôle fondamental des groupes de pairs dans l’actualisation des conduites à risques. Ceci conduit à envisager la mise en place de programmes de prévention principalement orientés en direction des familles et des groupes de pairs, ces derniers apparaissant comme ayant un impact prépondérant au niveau de l’initiation des sujets à la consommation de substances.

9La question de la conformité entre pairs au cours de l’adolescence traitée par Pascal Mallet et Florence Brami prolonge et éclaire la réflexion amorcée par Monique Bolognini relativement au rôle joué précisément par les groupes de pairs dans les conduites à risque. Ainsi, les auteurs relativisent la conception selon laquelle l’adolescence serait une période qui verrait la conformité entre pairs culminer. La réalité est plus subtile, l’alchimie entre les facteurs de conformité et d’adhésion à une identité collective et ceux liés à l’expression de la personnalité propre des sujets adolescents apparaît moins caricaturale que dans de nombreux travaux antérieurs. Ainsi, les phénomènes de conformisme sont analysés dans toute leur complexité et apparaissent beaucoup moins généralisés et donc moins généralisables. Non seulement tous les adolescents ne présentent pas massivement ce type de comportement, mais encore ces comportements sont identifiables à d’autres périodes du développement. Les références normatives des adolescents changent et ne s’inscrivent pas exclusivement dans une problématique d’appartenance à un groupe donné.

10C’est bien à une représentation stéréotypée de l’adolescence que Michel Claes se propose de fournir une alternative en mettant à distance la notion de crise et en lui préférant celle de transition articulée avec les transactions indispensables à l’intégration des changements par le sujet. Ce faisant, il s’agit bien de cerner la nature et l’ampleur exactes des difficultés rencontrées par les adolescents et de préciser les conditions dans lesquelles ces difficultés ne peuvent être surmontées par certains sujets et conduire ces derniers à adopter des comportements et des conduites troublés. Une fois de plus sont soulignées la complexité et l’hétérogénéité des situations qui rendent indispensable une analyse en profondeur des phénomènes qui ne peut se satisfaire de généralisations toujours réductrices. Ainsi, il devient possible de focaliser l’attention sur les groupes les plus vulnérables (20 % environ de la population adolescente occidentale) et d’étudier leurs spécificités.

11Parmi ces dernières, Michel Claes, Louis Picard et Amélie Benoit placent la notion de détresse psychologique. Celle-ci renvoie à une agglomération de symptômes intériorisés tels que l’anxiété, la dépression, l’irritabilité et la présence de problèmes cognitifs. Cette détresse est mise en relation avec la nature des relations parentales à l’adolescence. À travers un suivi longitudinal d’une population d’adolescents, différentes trajectoires développementales sont identifiées et mises en correspondance avec les facteurs relationnels parentaux. Cette investigation permet dans une certaine mesure de faire des « prédictions » concernant la survenue d’épisodes de détresse psychologique chez les adolescents en fonction des caractéristiques des relations que ces adolescents entretiennent avec leurs parents. La confirmation des résultats de cette étude préliminaire serait de nature à ouvrir des perspectives tout à fait prometteuses en matière de dépistage et de prévention des risques à l’adolescence.

12La contribution d’Henri Lehalle tranche en apparence avec les précédentes. En effet, il s’agit d’examiner en profondeur le fonctionnement cognitif à l’adolescence et son inscription dans le développement cognitif du sujet. Mais cette rupture n’est qu’apparente car il est souligné que sur le plan cognitif la situation des adolescents est peut-être, là encore, moins simple qu’il n’y paraît. L’adolescence est classiquement décrite comme une période d’achèvement et/ou d’aboutissement s’agissant du développement cognitif. Cependant, sont posées de façon forte les questions relatives aux variabilités inter et surtout intra-individuelles, à l’opposition continuité/discontinuité du fonctionnement cognitif, aux différences nécessaires à opérer entre connaissances, organisations de connaissances et instruments de connaissance. Sur le plan cognitif, l’enjeu de la période adolescente se situerait dans la mise en place d’une logique naturelle implicite qui constituerait une condition nécessaire à l’accès à la pensée adulte. La prise en compte du fonctionnement cognitif des adolescents est une donnée indispensable à une meilleure compréhension des enjeux psychologiques de cette période de la vie des individus.

13Dans la dernière contribution, Didier Drieu passe en revue les aspects psycho-dynamiques de l’adolescence. La question de la construction de la subjectivité est au centre de la perspective développée par l’auteur qui insiste sur l’articulation entre processus de mentalisation et passages à l’acte, par exemple, à travers les conduites à risque. Les problématiques de la filiation et de la transmission sont au cœur de la dynamique adolescente et il convient de les aborder du point de vue de chacun des partenaires impliqués : adolescents et parents. Les relations psycho-dynamiques entre les adolescents à risque et leurs parents font ainsi l’objet d’une attention particulière en matière de prévention et de prise en charge, un cadre thérapeutique pouvant permettre de contenir et accompagner les remaniements psychiques nécessaires de part et d’autre.

14À travers l’ensemble des contributions rassemblées dans cet ouvrage, nous espérons que le lecteur trouvera matière à alimenter sa réflexion et/ou sa pratique auprès des adolescents. Nous souhaitons que cet ouvrage participe à la construction d’une approche non seulement plurielle de l’adolescence, mais aussi intégrative de cette période singulière du développement psychologique des individus.

Auteurs

Maîtres de Conférences en psychologie du développement. Pôle Modescos – Modélisation en Sciences Cognitives et Sociales. Maison de la recherche en Sciences Humaines. Université de Caen Basse-Normandie
Maîtres de Conférences en psychologie du développement. Pôle Modescos – Modélisation en Sciences Cognitives et Sociales. Maison de la recherche en Sciences Humaines. Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540