Version classiqueVersion mobile

L'estuaire et le port

 | 
Anne Vauthier-Vézier

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de cette étude, il nous semble que la constitution du lien entre une société et son environnement est un objet d’histoire, que nous pouvons saisir en analysant ensemble les faits qui conduisent à transformer cet environnement. Cette transformation est rendue possible par une configuration où des éléments de nature diverse contribuent à faire comprendre le processus dans lequel s’inscrit le rapport d’une société à son environnement, lui donnant la possibilité d’intervenir sur cet espace qu’elle tend à s’approprier. L’acte d’aménagement est une forme d’appropriation de l’étendue géographique, au sens ancien d’adaptation à la fonction, et au sens plus récent de possession. La critique ou la contradiction portée au projet ne sont pas neutres et engendrent une réaction qui intègre la configuration. C’est le cas des réticences des ingénieurs comme de l’opposition des riverains. Le territoire n’est pas à chercher du côté de l’unanimité, car il peut émerger de la confrontation des idées, des pratiques et des rapports de force. Le territoire local est un lieu d’expressions de différentes possibilités et donc divergentes, avant qu’il ne soit englobé dans un processus de fabrication du territoire, fonctionnant à une autre échelle au xxe siècle.

2L’espace géographique, social par définition, ne se réduit pas à une étendue physique que l’on peut aborder dans une histoire économique ou technique. Il intègre une dimension non matérielle, avec une part de rêve et d’illusion. Mais l’histoire culturelle, lorsqu’elle analyse autant les pratiques que les représentations produites, est indissociable d’une histoire sociale. La fabrique du territoire, à cet échelon local, se produit dans un jeu, dont la disposition temporaire doit être examinée, car elle conditionne la forme de la demande d’aménagement, et se trouve remise en cause par le changement d’échelle. L’ensemble de cette étude repose sur la conviction que l’approche du rapport de la société à son environnement peut être abordée par les historiens avec leurs propres outils, tout en n’ignorant pas les recherches des sciences voisines qui partagent ce type d’interrogation. La compréhension de la configuration historique particulière qui fonde ce rapport s’appuie sur la façon dont les acteurs donnent du sens, différemment, en changeant d’échelle.

3L’histoire du canal, dans ses divers projets jusqu’à l’abandon de son usage maritime, nous a fourni un cadre cohérent pour suivre la mise en place de cette combinaison de facteurs. Le canal maritime sert, ainsi, à structurer une tentative de territorialisation, entreprise par un groupe d’intérêt nantais qui s’associe à des ingénieurs, soucieux d’occuper une place dans la société locale. Les années 1860-1890 sont une période charnière, marquées par le canal, dont le caractère transitoire et médiateur est révélateur. L’esprit de localité exprimé dans les enjeux de la fabrication du territoire ne peut exister que parce que le local est pensé comme spécifique. Les différents débats traduisent moins cependant une conception raisonnée de l’aménagement qu’un processus de construction du territoire, qui redéfinit le rapport de Nantes avec la mer.

4L’aménagement résulte d’un processus historique, associant une réalité géo-technique à une configuration mentale et sociale particulière au xixe siècle. L’étude a permis d’identifier ceux pour lesquels l’ensemble autour de la Loire maritime prenait le sens d’un paysage. Dans cet espace particulier, les différents discours, savant, technique, politique et économique, concourent, conjointement plutôt que concurremment, à installer la légitimité d’un groupe, parmi les élites, à façonner le paysage. C’est ainsi qu’à travers une phase d’éclatement entre des conceptions diverses, émergent les éléments de combinaison qui permettent de composer la Basse-Loire. Si ce sont les acteurs qui donnent finalement du sens à un ensemble caractérisé par des contradictions, l’analyse de l’ensemble culturel et mental, dans lequel ils agissent, permet de comprendre comment s’articule le « dire » et le « faire ». Il n’est d’objet d’études que construit selon des procédures explicitées en fonction de l’hypothèse et validées par l’expérimentation. Aussi, cette recherche est-elle accompagnée d’une réflexion sur la façon d’appréhender une telle histoire, née de mouvements contradictoires, ce qui suppose en même temps de choisir le « jeu des échelles » utile en histoire.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search