Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soundspaces

 | 
Claire Guiu
, 
Guillaume Faburel
, 
Marie-Madeleine Mervant-Roux
, 
et al.

Co-habiter dans la ville par les sons : entre rythmes urbains et infrapolitique habitant

Caractériser les cohabitations nocturnes dans les hypercentres au prisme des perceptions des ambiances sonores

Études de cas à Caen, Rennes et Paris

Étienne Walker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Depuis une dizaine d’années au moins, on assiste à une massification des pratiques de la ville nocturne en France : en 1973, 37 % des Français déclaraient ne jamais sortir le soir, ils ne sont plus que 20 % aujourd’hui (Gwiadzinski, 2005). Pour plus de 15 % des salariés1, les sorties nocturnes sont synonymes de travail, et renvoient à un usage productif de la nuit urbaine, signe que l’usage biologique traditionnellement associé à cette temporalité (le sommeil) tend à perdre de sa suprématie. Un troisième usage semble confirmer pour la nuit urbaine un regain d’activité : celui, récréatif, de la détente, des loisirs, de la fête.

Les résultats du 4e rapport de l’Observatoire de la nuit parus en 2006 permettent d’appréhender les représentations affiliées à la délimitation hémicircadienne de la nuit. Deux tiers des Français estiment que cette période implique « moins de tabous, moins de règles », et plus de trois quarts l’associent également à l’idée de « rencontre » et de « s...

Auteur

Doctorant en géographie, université de Caen, laboratoire ESO, UMR 6590.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540