Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’insubordination ouvrière dans les années 68

 | 
Vigna Xavier

Troisième partie. Relais et résistances

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les années 68 sont ainsi marquées dans les usines par une configuration singulière. Les ouvriers en premier lieu n’ont jamais été aussi nombreux que lors du recensement de 1975. Dès lors, il a fallu massivement embaucher de nouveaux salariés, notamment dans les régions où l’industrie s’est décentralisée depuis les années 1950. Le spectre ouvrier s’est par conséquent élargi, et les visages bigarrés des OS, ceux de l’automobile, souvent masculins et immigrés, ou ceux du textile et de l’électronique, essentiellement féminins, surgissent sur la scène des usines.

À leurs côtés, les ouvriers trouvent des syndicats, la CGT d’abord, mais également la jeune CFDT déconfessionnalisée, et, plus rarement, Force ouvrière. Ils focalisent également l’intérêt de forces politiques et sociales considérables : le Parti communiste au premier chef qui prétend au titre de Parti de la classe ouvrière, mais aussi les multiples groupes révolutionnaires des mouvances trotskyste et maoïste qui éclosent et se dé...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540