Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’insubordination ouvrière dans les années 68

 | 
Vigna Xavier

Troisième partie. Relais et résistances

Chapitre 6. La mouvance révolutionnaire

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais comment un homme si chimérique en politique,
s’y prend-il pour avoir des idées si justes en histoire sociale ?
Stendhal, « Une position sociale »,
Le Rose et le Vert, Mina de Vanghel et autres nouvelles.

Les années 68 constituent très probablement l’apogée de l’influence de l’extrême-gauche dans l’histoire politique et sociale du pays. Minoritaire, éclatée, groupusculaire souvent, elle parvient cependant à la faveur du mouvement de mai-juin 1968 à sortir de la marginalité pour occuper une place singulière dans l’histoire politique des usines. Dans cette extrême-gauche en effet, la centralité ouvrière fonctionne à plein pour faire des usines le lieu, et des ouvriers la classe destinés à achever ce que le mouvement de grèves de 1968 a laissé entrapercevoir : un mouvement révolutionnaire. Un tel investissement des usines par cette mouvance révolutionnaire est antérieur à 1968, mais la vague de grèves en mai-juin puis dans les années suivantes le renforce puissamment. Dans le même temp...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540