Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soundspaces

 | 
Claire Guiu
, 
Guillaume Faburel
, 
Marie-Madeleine Mervant-Roux
, 
et al.

La mise en politique du bruit et de ses outils. Perspectives historiques et propositions pour l’action

Les impacts sanitaires du bruit environnemental : une reconnaissance scientifique ancienne, des malentendus territoriaux persistants ?

Yorghos Remvikos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelques rappels historiques

La littérature sur les impacts sanitaires de l’exposition au bruit environnemental remonte à bien avant les années 1960. Nous retrouvons le terme d’annoyance, traduit par « gêne » en français, de connotation minorante1, dans des publications et rapports dès 1929-19302. Il correspond à la reconnaissance de composantes d’abord psychologiques plus que physiques du bruit, étendues à des aspects sociaux dans la construction de la réaction face au bruit d’individus ou de communautés ne pouvant être étudiés que par des enquêtes de terrain.

Ainsi, il a été tôt postulé que la gêne est une réaction globale (résultat d’appréciations cognitives), dépendant de facteurs acoustiques (dont le niveau sonore), mais aussi, pour une grande partie, de facteurs « non acoustiques », c’est-à-dire indépendants du niveau sonore. Nous verrons par la suite que de nombreux facteurs ont été proposés comme potentiellement modificateurs3 de la gêne exprimée. En parallèle, il a fallu fair...

Auteur

Professeur à l’université de Versailles Saint Quentinen-Yvelines, laboratoire CEARC.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540