Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soundspaces

 | 
Claire Guiu
, 
Guillaume Faburel
, 
Marie-Madeleine Mervant-Roux
, 
et al.

La mise en politique du bruit et de ses outils. Perspectives historiques et propositions pour l’action

La politisation du son : beaucoup de bruit pour rien ?

Philippe Zittoun

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les nuisances sonores forment-elles un problème politique ? D’un côté, lorsque l’on observe les mobilisations collectives qui entourent parfois la question du bruit, qu’il s’agisse d’aéroport ou d’éolien, ou que l’on constate le déploiement de batterie d’indicateurs ou la multiplication des plans de lutte contre le bruit notamment dans les grandes villes, on est tenté de répondre par l’affirmative (Faburel, 20031). De l’autre, lorsque l’on interroge les experts du domaine, ceux-ci n’hésitent pas à affirmer qu’il s’agit là d’un phénomène physique connu et mesurable grâce à une série d’indicateurs clairement identifiés qui ne devrait pas avoir grand-chose à faire avec la politique2. Autrement dit, nous aurions d’un côté la production d’un savoir technique capable d’objectiver le problème et de le traiter et de l’autre des perceptions subjectives qui conduiraient parfois à des mobilisations collectives.

Lorsqu’en 1998, le préfet de police de Paris déclare devant le conseil municipal :

« ...

Auteur

Chercheur HDR en sciences politiques au laboratoire d’économie des transports, École nationale des travaux publics de l’État, et chercheur associé à PACTE – université de Grenoble.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540