Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’insubordination ouvrière dans les années 68

 | 
Vigna Xavier

Troisième partie. Relais et résistances

Chapitre 5. Les syndicats : recomposition et crise

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les pratiques politiques ouvrières s’adossent à des stratégies stabilisées, parmi lesquelles les dispositifs élaborés par les syndicats jouent un rôle déterminant. Cette prégnance des organisations syndicales a une double origine. D’une part, les syndicats constituent le type même de l’organisation ouvrière de sorte que les ouvriers les plus actifs adhèrent et militent souvent dans l’une de ces organisations. De fait, les syndicats rassemblent la grande majorité des ouvriers combatifs, malgré le développement d’organisations ouvrières non-syndicales, en particulier au début de la séquence. D’autre part, l’évolution de la législation, et notamment la reconnaissance de la Section syndicale d’entreprise par la loi du 27 décembre 1968, accroît une présence syndicale déjà conséquente dans les grandes usines, notamment par la gestion des Comités d’entreprise.

C’est dire combien l’analyse des politiques conduites par les syndicats s’avère indispensable. L’étude présente cependant plusieurs ...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540