Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’insubordination ouvrière dans les années 68

 | 
Vigna Xavier

Deuxième partie. Éléments d’une politique ouvrière pendant les années 68

Chapitre 4. Productions politiques ouvrières

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a une tristesse ouvrière dont on ne guérit que par la participation politique.
Georges Navel, Travaux.

La contestation ouvrière telle qu’elle se déploie pendant les années 68, dessine ce qu’on peut appeler une politique. Le terme ne doit pas prêter à ambiguïté. Nous ne prétendons pas que les ouvriers de France partagent tous les mêmes principes politiques, ni qu’ils nourrissent des convictions identiques. On entend cependant montrer que les luttes ouvrières permettent de saisir un certain nombre de thèses et d’analyses politiques qui méritent examen. C’est dire que les ouvriers ne se contentent pas de reprendre un propos formulé ailleurs et au-dessus d’eux, mais qu’ils bricolent et agencent une pratique politique à partir d’un certain nombre de convictions et de principes1. Il ne s’agit pas de rechercher un système cohérent et ordonné, mais de repérer des productions politiques, des opinions, des thèses ou des analyses. Celles-ci, quoique liées à l’ethos de classe, lui sont cepen...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540