Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’insubordination ouvrière dans les années 68

 | 
Vigna Xavier

Deuxième partie. Éléments d’une politique ouvrière pendant les années 68

Chapitre 3. Questions d’usine et travail ouvrier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est plus facile de réclamer au sujet du chiffre marqué sur une feuille de paie que d’analyser les souffrances subies au cours d’une journée de travail.
C’est pourquoi la question des salaires fait souvent oublier d’autres revendications vitales.
Simone Weil, « Conférence sur la rationalisation »
(23 février 1937),
La Condition ouvrière.

À la fin de l’année 1973, les ouvrières de chez Bailleul à Haisnes dans le Pas-de-Calais, occupent l’usine alors que l’entreprise a déposé son bilan. Elles composent à l’occasion de cette occupation le chant suivant. :

  1. À la chaîne, toute la journée
    C’est pas la joie, c’est pas la joie
    Avec les cadences, accélérées
    C’est pas la joie, c’est pas la joie
    Tête baissée...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540