Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Soundspaces

 | 
Claire Guiu
, 
Guillaume Faburel
, 
Marie-Madeleine Mervant-Roux
, 
et al.

L’écoute adressée : quelles étendues ?

La Maison de la radio : un espace de la voix

Pascale Caemerbeke

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

« Filmer des regards, des voix, des intonations, des timbres, des grains, des accents, des mimiques, montrer une écoute, une attention, une concentration1. »

« Parce que là, il y a du volume ! Le volume, on l’entend le volume ! » Le générique de l’émission de Jean Daive, Peinture fraîche, diffusée sur France Culture de 1997 à 2007, faisait entendre la voix de Marcel Duchamp. Les modulations de cette voix en résonance avec l’espace projetaient l’auditeur dans le volume de l’atelier de l’artiste et faisaient naître des images du lieu, activant la polysémie du mot « volume » qui raconte si bien la spatialité du son et la relation complexe entre l’écoute et la vue.

Cette relation est au cœur du film La Maison de la radio2, dont nous allons parler ici. Le réalisateur Nicolas Philibert se demande comment filmer, c’est-à-dire comment produire des images réelles de la radio sans tuer les images mentales qu’elle fait naître.

« Par définition, un film sur la radio est une idée contre nature, pui...

Autor

Docteure en anthropologie, assistante à la recherche (BnF arts du spectacle et THALIM – équipe ARIAS, programme ANR ECHO).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540