Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Postface1

Salvatore Engel-Di Mauro
Traduction de Serge Weber

Texte intégral

  • 1 Traduction de l’anglais par Serge Weber.

1Les interconnexions entre les lieux peuvent vous exploser à la figure comme du pop-corn. Cela vous laisse plus ou moins indemne, selon l’endroit où ça tape, mais cela peut vous faire méditer sur ce qui a entraîné une explosion soudaine si près de vous. Se pourrait-il qu’il s’agisse d’une négligence spatiale ou, si quelqu’un d’autre a mis en marche la machine à pop-corn, ne s’agirait-il que d’une inconscience de l’endroit où se trouvait la machine ? Ou bien, si on osait être aussi paranoïaque, s’agirait-il d’un mauvais tour savamment orchestré ? Le pop-corn m’a explosé à la figure bien des fois. Lors de ma première visite à Bogotá, en Colombie, mes collègues m’ont fait découvrir que la géographie colombienne avait été très influencée, depuis les années 1960, par la géographie physique française, en particulier à travers le géomorphologue appliqué Jean Tricart (1978). Je connaissais bien ce nom. Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, alors que je m’intéressais de plus en plus à la géomorphologie et à l’étude des sols, les noms de Tricart et de ses proches, mais aussi de Cailleux, m’étaient devenus familiers, en particulier du fait de leurs études novatrices en géomorphologie périglaciaire, un de mes centres d’intérêt depuis bien longtemps. Mais le cadre de l’écogéographie (Tricart, Kiewietdejonge, 1992) me fascinait tout particulièrement. Malheureusement, il était trop tôt, à cette époque, pour que je puisse saisir les implications d’une telle approche. Il a fallu attendre ce voyage en Colombie, vingt ans plus tard, pour que je puisse apprécier l’importance du point de vue critique que ces auteurs ont développé, selon lequel la géomorphologie, en fin de compte, pouvait apporter une réponse à des questions sociales. C’est ce que mes collègues colombiens m’ont montré à propos du travail de Tricart. Le pop-corn, car c’en était, a fini par me sauter au visage, parce que j’avais échoué à reconnaître l’emplacement de la machine à pop-corn.

2Ceci étant posé, malgré la louable volonté d’intégrer les humains dans les écosystèmes, ce travail restait malheureusement insuffisant pour la théorie sociale (dans la mesure où il traite l’espace comme quelque chose devant faire l’objet d’une gestion) et peu disert sur les rapports de pouvoir. Là aussi, Tricart et Kiewietdejonge avaient été assez avisés pour laisser à d’autres l’analyse socioéconomique (ibid., p. 4), mais pas assez pour éviter la tentation de faire des observations sur la société et sur la manière dont elle est organisée. Toujours est-il que beaucoup de choses restent dignes d’intérêt dans leur travail, comme la critique de la croissance illimitée (« l’invention d’économistes irresponsables »), la dénonciation des « inégalités choquantes » à travers le monde et l’appel à augmenter la production pour permettre l’amélioration des conditions de vie de tous (ibid., p. 3). C’est ce type de remarques qui, aux États-Unis (et probablement en Europe maintenant), suffisent à vous faire accuser de communisme. Sans entrer dans les détails des points faibles (essentiellement sociaux) et des points forts (essentiellement techniques) de cette sorte de géomorphologie appliquée, ce que je trouve frappant est la perspective critique qui peut être, et est de fait développée, même parmi ceux qui se focalisent sur les phénomènes non-humains ou environnementaux.

3Ce qui se cache derrière ce que beaucoup appellent des approches critiques pourrait très bien être une sensibilité à ce qui nous entoure (voir le texte de Don Mitchell dans ce volume) allant jusqu’à entraîner parfois la consternation des géomorphologues (sur ce point, beaucoup d’artistes ont bien des choses à nous apprendre aussi, mais ils étaient quasiment absents du colloque). Si seulement cela pouvait arriver plus souvent aux géographes et plus généralement aux universitaires ! Peut-être que ce sera bientôt le cas, mais pour l’instant, la situation est telle que des rencontres spécialisées restent nécessaires pour échanger des idées et des résultats, réfléchir à l’état de la géographie et aux alternatives existantes et potentielles ou développer des affinités et des relations mutuelles d’entraide. Ces rassemblements sont aussi l’occasion d’identifier des défis intellectuels constructifs et de renouveler nos forces, parmi d’autres processus intégrateurs qui permettent d’affiner et de diffuser des approches égalitaires. Le colloque a ménagé cet espace nécessaire, un espace de débat qui semble arriver bien tardivement en France, ironiquement en dépit d’une si extraordinaire richesse dans les traditions et les mouvements intellectuels anticapitalistes de gauche.

4Les thèmes abordés et les débats qui ont eu lieu pendant le colloque étaient riches dans la variété des contenus et dans la diversité des points de vue exprimés. Il est difficile de rendre justice à tous ceux qui ont participé, notamment du fait de l’imparfaite mémoire d’une seule personne, et du fait que tous les travaux présentés n’ont pas pu figurer dans ce volume, mais l’ampleur de ce qui a été abordé, tant sur le plan géographique que thématique, est impressionnante. Le thème général des rapports de domination a interpelé des centaines de personnes issues de plusieurs champs des sciences sociales, pas seulement de la géographie. Cela a bénéficié au développement d’approches géographiques tant critiques que radicales (termes dont la signification doit de toute façon être comprise dans leurs contextes). L’intervention de Christine Delphy, dont les travaux ont en partie inspiré ma réflexion sur les sols et les rapports de genre, et celle de Jean-Pierre Garnier, dont la perspective salutaire sur une critique incisive de la petite bourgeoisie intellectuelle rejoint certaines de mes propres idées sur le travail académique, ont apporté beaucoup d’éclairages, suscité bien des réflexions et ont montré de manière concrète la contiguïté des approches radicales élaborées dans les différentes disciplines des sciences sociales. Le colloque visait à renouveler et à développer les approches radicales existantes en géographie, principalement dans les mondes francophones européens. En cela, les coordinateurs du volume, qui étaient aussi les principaux organisateurs du colloque, ont réussi. Leurs efforts doivent être salués : grâce à eux, un grand pas a été fait pour prolonger et pour mettre en dialogue différents courants, à l’intérieur mais aussi, dans une certaine mesure, au-delà des configurations universitaires. Rassembler des chercheurs engagés qui travaillent dans le même esprit et discuter des problèmes épistémologiques, méthodologiques et théoriques qui font politiquement sens pour des préoccupations de gauche, ce n’est pas chose aisée dans des circonstances institutionnelles plutôt défavorables. Ce qui émerge de ce colloque est prometteur non seulement pour un nouveau tournant dans la géographie française, mais aussi pour un plus grand soutien, tant institutionnel que sur le terrain, d’une recherche radicale sans doute au-delà des universités françaises.

  • 2 Le Jobbik (parti nationaliste hongrois, NdT) est une incarnation plus récente de courants ouverteme (...)

5Mon point de vue sur ces questions est celui de quelqu’un qui a vécu et étudié en Hongrie, mené des recherches sur les sols, édité une revue écosocialiste internationaliste, qui s’est investi à la fois aux États-Unis et au niveau international dans le développement et la promotion de géographies labellisées tantôt critiques, tantôt radicales. Ce parcours et ces activités variées ont imprimé en moi la nécessité de me méfier des étiquettes que je vois davantage comme trompeuses que comme constructives. J’aimerais revenir brièvement sur cette question en me référant à mes expériences en Hongrie au cours des années 1990. Là-bas, le féminisme était traité avec une grande défiance, même par nombre de femmes activistes, en partie parce que l’émancipation des femmes avait été promue par les institutions d’État et largement réduite à un objectif de prolétarisation des femmes, en partie parce que la variante libérale du féminisme avait déjà largement gagné du terrain, portée principalement par des institutions étrangères qui avaient nié le travail féministe préexistant (qui n’était pas labellisé féministe) et qui s’étaient rendues complices du démantèlement des aides d’État, comme le congé parental ou les fonds publics de prise en charge de l’enfance (Corrin, 1994 ; Acsády, Hochberg, 1992). Le féminisme peut ainsi prendre une signification aussi bien radicalement libérale, que réellement égalitaire, là où le communisme prend la forme d’une dictature et le socialisme celle du néolibéralisme (un peu comme la France de Mitterrand et l’Italie de Craxi), alors que le conservatisme est vu, au moins théoriquement, comme une forme de l’État-providence2. Il ne s’agit pas d’un simple problème d’étiquettes utilisées à mauvais escient. Par exemple, former des coopératives agricoles sous le régime socialiste d’État en Hongrie aurait été conformiste, alors que ce serait maintenant un défi direct à la version hongroise du néolibéralisme et probablement même aux politiques de l’Union européenne favorables à l’agrobusiness. Faire la même chose aux États-Unis, par contraste, ce serait renforcer un modèle entrepreneurial qui existe depuis plus d’un siècle. Ce qui semble radical (ou critique) ou l’est vraiment à un endroit et à un moment peut s’avérer conservateur dans un autre, si ce n’est réactionnaire, c’est pourquoi la substance d’une approche devrait toujours être située dans un contexte et examinée à travers les pratiques qui lui sont associées.

  • 3 Il peut être important de noter que Neil Smith, Don Mitchell et moi-même nous sommes rencontrés alo (...)

6La différence de contexte a fait surface de manière plus évidente dans les discussions auxquelles ont participé le contingent des Étatsuniens du colloque (ou plutôt, le contingent des « Rutgers3 »), dont je faisais partie. Mais le sujet n’a pas été abordé de front, ce qui fait que certains problèmes majeurs restent encore en suspens. L’un d’eux est la série de leçons qu’il conviendrait de tirer des réalisations des géographes radicaux ou critiques aux États-Unis, dont on considère qu’ils ont exercé avec succès au sein des institutions, ce qui leur a permis d’y déployer une influence conséquente. Transformer le contenu et la portée de la géographie humaine dominante a été leur fait d’armes majeur, qui a ouvert les portes à beaucoup qui les auraient trouvé fermées sans cela, mais ce qui reste tu, c’est l’extrême attention portée par les géographes radicaux et critiques à leur productivité individuelle et à leur carrière – dont on pourrait soutenir que c’est une illustration de la thèse de la petite bourgeoisie intellectuelle débattue dans le colloque – qui a érodé les chances de coordination, d’une répartition des tâches qui aurait été mutuellement bénéfique et d’une organisation effective des travailleurs universitaires. Le creusement des écarts de salaire et les perspectives nettement inégalitaires d’embauche parmi les travailleurs universitaires, dont la plupart sont désormais précaires, ont des conséquences en général sur qui peut s’engager dans quel type de recherche, qui ne peut pas faire de recherche du tout, qui peut présenter quel travail dans quel colloque et qui peut enseigner quoi et où, entre autres problèmes qui touchent à la portée et au contenu de la géographie radicale ou critique. Certains de ces problèmes existent depuis des décennies et n’ont apparemment pas été relevés par les plus établis et les plus influents d’entre nous. Cela peut peut-être expliquer la déception cruelle de la métamorphose terminologique, de radical en critique, une déception qui ne peut venir que d’un échec à comprendre le besoin que la plupart des universitaires, surtout ceux qui ne sont pas titulaires, ont d’avoir recours à de nouveaux labels pour sécuriser leur embauche ou pour se protéger du tournant réactionnaire des années 1990 – qui l’a été encore plus que celui des années 1980.

  • 4 L’auteur fait ici référence à un passage du texte de Don Mitchell (voir partie 1 de ce volume) (NdT (...)

7Je regrette d’avoir à insérer ici un correctif qui concerne l’histoire du développement de la géographie radicale aux États-Unis. En tant que participant à la réunion où a été prise la décision de changer le nom du groupe consacré à la géographie socialiste (Socialist Geography Specialty Group) de l’Association des géographes américains (Association of American Geographers) et pour avoir servi par la suite en tant que vice-président puis président, je suis obligé d’intervenir et d’apporter des éléments qui ne figurent pas dans le récit à ce sujet4. D’abord, le nouveau nom adopté n’était pas « géographie critique » (Critical Geography Specialty Group), mais « géographie socialiste et critique » (Socialist and Critical Geography Specialty Group). Le changement visait à adopter une approche plus large sur les relations de pouvoir en général et d’attirer ainsi plus de membres, dans la mesure où le groupe était pour ainsi dire moribond, et le label socialiste, que quelques collègues et moi-même avons défendu, a finalement été conservé. Les mêmes géographes radicaux qui ont fait une objection au changement de nom quand ils l’ont appris étaient justement absents avant et après la fatidique réunion du 22 mars 2002 ; ils avaient curieusement accepté le terme critique quand il a fait son apparition en 1997 lors de la fondation du Groupe international de géographie critique (International Critical Geography Group), dont non moins que Neil Smith était un membre fondateur pivot (Smith, Desbiens, 1999). Ce n’est pas la première fois que les radicaux se chicanent à propos des labels (Peake, Sheppard, 2014, p. 311), et espérons que quelque leçon puisse être tirée de tels modes de discussion peu flatteurs. Il est important de mentionner aussi que le groupe consacré à la géographie socialiste et critique est la réincarnation de ce qui avait été autrefois l’Union des géographes socialistes (USG) qui, pendant qu’elle prenait forme au sein de l’AAG institutionnelle, en est devenue rapidement indépendante, dotée de ses propres publications (dont certaines ont directement influencé mon parcours intellectuel dans les années 1980), de sections internationales et de rencontres. L’USG a été dissoute en 1981 et s’est reconstituée en tant que groupe consacré à la géographie socialiste à l’intérieur de l’AAG (Engel-Di Mauro, 2009 ; Peake, Sheppard, 2014 ; Salomon, Herod, 2003). C’est grâce à cela que le groupe a survécu jusqu’à ce jour ; et de nouveaux membres ont été attirés, grâce aux efforts de quelques organisateurs dévoués. Un prix annuel a même été créé, en hommage à Jim Blaut, un éminent géographe radical qui avait exprimé son fort mécontentement au moment de la subordination de l’USG à l’AAG. Malgré tout, beaucoup a été fait pour continuer à diffuser des idées de gauche anticapitalistes au sein de la géographie.

8Il y a d’autres aspects spécifiques aux États-Unis qui doivent être pris en considération et qui n’ont pas pu être discutés pendant le colloque, mais qui pourront nous aider à comprendre le rôle du contexte et nous montrer ce que les expériences étatsuniennes peuvent nous apprendre. La plupart des géographes étatsuniens travaillent dans de petites universités qui ne vont pas plus loin que les quatre premières années d’études, avec des charges d’enseignement lourdes. Ils sont en conséquence tenus à l’écart de ce mode de production intellectuelle privilégié aussi bien par les radicaux que par les réactionnaires, à savoir la publication dans des revues scientifiques classées aux premiers rangs et l’obtention de financements de recherche venant de l’extérieur de l’université. À concentrer exagérément ses efforts sur la publication et la recherche, on laisse quasiment intacte la question des conditions mêmes qui rendent possibles ces activités et qui font qu’un nombre croissant de géographes radicaux se retrouvent sans emploi ou endettés. L’activité syndicale sur le lieu de travail académique ne recueille qu’une maigre attention parmi la plupart des intellectuels radicaux dans l’académie et on ne lui accorde guère de crédit ou de valorisation intellectuelle. Très ironiquement, il existe un champ de la géographie appelé géographie du travail, mais il reste presque silencieux sur les rapports de production qui sont à l’œuvre pour produire la géographie, auxquels la géographie du travail n’échappe pas plus que les autres. Comme certains l’ont rappelé durant le colloque, les uns sous forme de regret, d’autres avec consternation, le travail académique, du moins celui qui est académiquement influent, tend à être tout à fait distant des mouvements sociaux. Cela ne devrait pas nous surprendre, dans la mesure où la recherche, l’écriture, la relecture, l’édition, la publication, les communications à des colloques et la recherche de fonds, entre autres activités intellectuelles, nécessitent de très nombreuses heures de travail. La dégradation des conditions de travail et la précarité croissante des travailleurs académiques démontrent les limites des stratégies carriéristes ou dépendantes des institutions dans la poursuite des approches critiques ou radicales. Il semble que les expériences italiennes, décrites par P. Mudu, peuvent éclairer le développement de telles stratégies aux États-Unis. Mais en France, si ma lecture de la situation n’est pas complètement erronée, il semblerait possible de combiner des pratiques institutionnelles avec d’autres qui seraient extra-ou anti-institutionnelles. Une telle discussion n’a commencé à émerger que lors de l’assemblée finale du colloque et elle mérite d’être poursuivie, par exemple sous la forme de rencontres dédiées à l’étude comparative et à la formulation de stratégies.

  • 5 Neil Smith revient sur la dichotomie entre nature et société qui domine dans la société bourgeoise. (...)

9Le lieu, comme les géographes le savent bien, compte énormément, et il en va de même pour le contexte en général. Cependant, les lieux, l’espace, le contexte ne sont pas seulement faits de personnes. C’est un autre aspect qui manquait complètement dans les discussions du colloque. Un seul des huit ateliers a évoqué le reste de la nature, sous le titre « Les rapports de domination pour repenser l’environnement ». Les cadres d’analyse utilisés et les sujets abordés n’analysaient pas les processus biophysiques en soi. Ceux-ci étaient traités comme donnés, ou assimilés aux résultats des technocrates, ce qui peut et doit être critiqué. Les problèmes avec de telles approches sont les mêmes que ceux qui continuent à prédominer dans ce qui est connu comme l’écologie politique. Il existe bien un espace qui précède les arrangements sociaux et qui en est indépendant, comme par exemple les processus orogéniques et la genèse des paysages de la déglaciation. Il existe également un espace qui est créé par des processus imbriqués avec les arrangements sociaux ou qui coexistent avec eux, mais qui n’y sont pas réductibles, comme les régions de montagne lourdement dégradées par l’exploitation minière, la déforestation, le terrassement ou le reboisement. En fait, l’espace est toujours plus qu’humain, pour autant il n’y a pas d’espace indépendant de l’humain (Whatmore, 2006). Même si la géographie humaine finit par reconnaître l’évidence, elle continue largement à utiliser la théorie sociale pour étudier des phénomènes non humains. Il est bien sûr important de remettre en question la prétention à l’objectivité répandue dans les sciences biophysiques (comprise comme un détachement, une neutralité relative aux sujets observés ou étudiés), qui est le délire issu des idéologies bourgeoises et masculinistes de la nature (Haraway, 1991 ; Smith, 19845). Mais nous avons besoin d’une nouvelle manière de comprendre l’espace – en tant qu’espace éco-social – pour expliquer comment les relations sociales et les relations biophysiques se croisent et interagissent. L’espace qui émerge de processus impliquant une myriade de forces non humaines combinées avec des pratiques sociales continue à être étudié soit principalement pour ses caractéristiques non humaines, soit principalement pour ses caractéristiques sociales, mais rarement les deux à la fois.

10En cela, le colloque a reproduit la séparation du biophysique et du social, courante dans la pratique universitaire (c’est probablement lié au fait que la plupart des participants étaient issus des sciences sociales). Pourtant, même si un colloque peut difficilement entreprendre quelque chose de si énorme, il est évident que l’idée de venir à bout de cette division (ce qui impliquerait une complète refonte des systèmes éducatifs, des pratiques quotidiennes de recherche et de la formulation de théories) reste loin des priorités des géographes critiques/radicaux. Cela joue au détriment d’une contribution à la construction d’alternatives viables au mode de production capitaliste. À titre d’exemple, la théorie sociale et les analyses critiques de la société ne peuvent nous aider à interpréter le changement climatique, ni à élaborer puis rendre opérationnels des systèmes énergétiques renouvelables (voir Engel-Di Mauro, 2014). Ou bien, comme Tricart (1978, p. 23) le formulait non sans provocation, « conduire la recherche de manière interdisciplinaire est toujours plus difficile que suivre la voie analytique protégée par les œillères de chaque spécialité. D’ailleurs la Nature ignore totalement notre découpage en branches de savoir »…

11Quoiqu’il en soit, en insistant sur la manière dont l’espace est produit principalement par des relations sociales, le colloque a mis en évidence des arguments contre les confusions entre espace socialement produit et phénomènes physiques (l’espace empirique). Dans la pensée dominante, l’espace n’est pas seulement considéré comme neutre, objectif, comme s’il pouvait exister sans les gens, mais aussi fragmenté, isolé, comme si ce qui se passait à un endroit n’avait rien à voir avec ce qui se passait ailleurs. Cette fausse idée de l’espace est précisément le point sur lequel les géographes critiques ou radicaux devraient au moins intervenir, dans la perspective de venir à bout des divisions bourgeoises du savoir. Comme de nombreux participants l’ont montré d’une manière ou d’une autre, ce sont les rapports sociaux de domination qui créent ou renforcent des espaces d’oppression ou d’éradication de la vie humaine ou d’autres formes de vie, ou, au contraire, des espaces de libération et d’accomplissement humains, parfois bénéfiques aux autres organismes. Des personnes sont opprimées ou horriblement traitées – c’est-à-dire assujetties à diverses formes de guerre, assassinées, violées, mutilées, affamées, privées de soins médicaux élémentaires, rassemblées de force dans des camps, spoliées, expulsées de leur logement – de différentes manières dans différents espaces et plus dans certains qu’ailleurs. Qui plus est, la localisation des résultats de la domination – répression, oppression, suppression – est rarement isolée, surtout de nos jours. Elle est liée à des rapports sociaux à l’œuvre dans d’autres lieux. Quelques exemples peuvent nous aider à illustrer comment, depuis que le colloque s’est tenu, beaucoup de choses se sont passées qui renforcent l’importance de ce que le colloque a apporté.

12Depuis des décennies, il existe des pressions soutenues exercées par les intérêts des grands groupes privés afin d’augmenter les taux de profit au sein de ce qui est aujourd’hui l’Union européenne (UE), essentiellement pour le secteur financier, et dans un contexte de compétition capitaliste internationale accrue (Engel-Di Mauro, 2006 ; Hart-Landsberg, 2013). Ces pressions se traduisent par une tendance à la dégradation des conditions de vie de la plupart des gens en sabrant la sécurité de l’emploi, les salaires, les retraites et les services publics, entre autres moyens de survie dans les sociétés capitalistes industrialisées. Ces coupes ont été contrées par des grèves, des émeutes et d’autres formes de résistance plus silencieuses, mais elles continuent à être menées à travers différentes formes de vol et cautionnées par des notions amplifiées par les médias et légitimées dans l’académie, telles que la responsabilité fiscale, les « mesures d’austérité », la « crise financière » et autres constructions idéologiques bourgeoises qui ont été hélas intériorisées par la gauche elle-même. Ces mesures économiques imposées ont plus d’impact sur certains lieux que sur d’autres, par exemple en Grèce où beaucoup ont perdu leur santé sinon leur vie (en comptant les suicides), à cause d’un accès réduit aux moyens de subsistance et aux soins de santé (voir par exemple Kentikelenis et al., 2011). Les effets d’un tel vol qualifié perpétré par les capitalistes financiers, par l’intermédiaire de leurs alliés exécutants au sein des gouvernements qui font appliquer ces mesures (pour la plupart quelle que soit leur allégeance à un parti), ont aussi eu des répercussions sur la politique en tant que telle, puisque des partis et des idéologues ouvertement fascistes ou nazis gagnent en popularité et même en sièges au parlement, dans de nombreux États de l’Union européenne. Le gouvernement français, par exemple, semble être promis à un avenir encore plus réactionnaire que celui du gouvernement de N. Sarkozy, ou même, au moment où nous écrivons, celui de F. Hollande.

13Des protestations de masse ont eu lieu en France, comme dans d’autres pays européens, contre les politiques de l’UE et plus généralement contre les attaques continues portées aux services publics et aux droits constitutionnels fondamentaux. Pourtant, ces protestations venant d’en bas peuvent aussi recouvrir des courants réactionnaires. Cela s’est révélé avec force à travers les tendances de vote en faveur de l’extrême droite et les manifestations contre la loi sur le mariage pour tous, sans oublier la violence accrue exercée contre les personnes identifiées ou qui s’identifient comme migrants, non-Blancs, lesbiennes, gays, bisexuelles, trans ou queer. Cela souligne le caractère diffus d’idéologies oppressives comme la xénophobie et l’injonction à l’hétéronormativité. Et ce en dépit d’une plus large ouverture, voire d’une acceptation de la multiplicité des héritages culturels et des sexualités, qui a existé pendant les dernières décennies. D’une façon similaire, des idéologies xéno- et homophobes existent aussi dans d’autres pays, d’une violence parfois mortelle, alors même que les attaques contre les migrants et contre les non-Blancs sont rares ou que le mariage entre partenaires de même sexe n’a pas occasionné de protestation de masse. En même temps, les pays où une législation a été mise en place pour institutionnaliser la reconnaissance de pratiques sociales existant effectivement ont en commun la tendance bourgeoise à décontextualiser l’ethnicité et la sexualité, en les séparant des rapports concomitants de domination tels que le patriarcat, ce qui influence par exemple quelle orientation sexuelle ou ethnicité peut être exprimée, par qui, de quelle manière et où elle peut l’être.

14On pourrait illustrer l’importance de l’intervention critique/radicale à d’autres échelles des pratiques quotidiennes. Comme d’autres puissances impériales de l’OTAN et en collaboration avec elles, le gouvernement français – en général dans la continuité du dispositif colonial appelé Françafrique (voir par exemple Granvaud, 2009) – a étendu l’interventionnisme militaire meurtrier (dont on peut supposer au moins en partie qu’il a pour but de protéger les intérêts de l’État et des grands groupes), en Côte d’Ivoire, au Mali, en Libye, en République Centrafricaine, et il coordonne son action avec les gouvernements des États-Unis et du Royaume-Uni dans des actes d’agression et de soutien à des groupes armés et à des régimes despotiques, en particulier en Asie du Sud-Ouest. Il apparaît que l’arrivée au pouvoir du Parti socialiste a dans les faits accentué un tel engagement dans la violence internationale. Pendant ce temps, le racisme, entendu comme un dispositif de rapports de pouvoir mettant en jeu un système de privilèges matériels fondé sur une différenciation racialisée (Bonilla-Silva, 2006), persiste en France comme ailleurs, tant dans sa forme institutionnelle que de manière plus largement partagée. L’expulsion de milliers de migrants et les agressions violentes (comme le lynchage d’un adolescent rrom en banlieue parisienne en juin 2014) font partie des conséquences les plus criantes. Les vies des personnes de couleur appartenant aux classes particulièrement pauvres continuent à être traitées, implicitement ou explicitement, comme des expédients ou comme des nuisances, tant à l’intérieur d’un pays qu’entre différents pays.

15Les exemples de pratiques oppressives et répressives décrits ci-dessus et les atrocités qui en découlent ont un caractère systématique, mais ils se concrétisent de manière différenciée selon le lieu et l’échelle. La mise en œuvre des politiques néolibérales diverge en contenu et en effets selon le contexte géographique, se traduisant par des taux de profits et des écarts de richesse plus importants dans des pays comme l’Allemagne, et par un déclin économique et des dépossessions de masse dans d’autres pays comme la Grèce. Les idéologies et les pratiques répressives et violentes soutenant l’abolition de la diversité sexuelle et le maintien du racisme varient géographiquement selon leur niveau de diffusion dans la société et le degré et la forme de leur réception par les institutions officielles. Le racisme, par exemple, se manifeste différemment selon le lieu, mais a des répercussions à plusieurs échelles, mêmes si ses expressions sont variées (par exemple un lynchage collectif à l’échelle locale et des bombardements et des invasions militaires de communautés non-blanches à l’échelle internationale). Il y a en conséquence une dimension spatiale cruciale des processus de domination, comme les auteurs de ce volume et de nombreux géographes l’ont montré depuis les années 1960 (voir aussi Bauder, Engel-Di Mauro, 2008). Cette compréhension spatiale des rapports de domination est ce vers quoi les géographes peuvent tendre, en expliquant ces rapports sociaux de façon à contribuer à élaborer des pratiques et des stratégies politiques pour un monde égalitaire, en luttant à la fois contre les points de vue académiques bien-pensants qui prennent les conditions sociales actuelles du mode de production capitaliste comme des évidences (si ce n’est comme acceptables dans l’ensemble), et contre les fausses conceptions partagées par l’ensemble de la société qui font de l’espace une chose neutre. Le renouvellement de la critique sociale efficacement discuté dans l’introduction de cet ouvrage ne saurait donc être plus prometteur. Dans cette perspective, les géographes peuvent offrir des angles de vue qui échappent souvent à ceux qui ne sont pas accoutumés aux approches spatiales des rapports de domination.

Bibliographie

Réferences bibliographiques

Acsády J., Hochberg Á., « Feminism misinterpreted in Hungary », Peace Review: A Journal of Social Justice, no 4, 1992, p. 49-52.

Bauder H., Engel-Di Mauro S. (dir.), Critical geographies: a collection of readings, Kelowna, Praxis ePress, 2008, [http://www.praxis-epress.org/CGR/contents.html].

Bonilla-Silva E., Racism without racists. Color-Blind racism and the persistence of racial inequality in the United States, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2006 [2e édition].

Corrin C., Magyar women. Hungarian women’s lives, 1960s-1990s, New York, St. Martin’s Press, 1994.

Engel-Di Mauro S. (dir.), The European’s burden: global imperialism in EU expansion, New York, Peter Lang Publishing, 2006.

Engel-Di Mauro S., « Socialism », R. Kitchin, N. Thrift (dir.), International Encyclopedia of human geography, volume 10, Oxford, Elsevier, 2009, p. 212-216.

Engel-Di Mauro S., Ecology, soils, and the left: an eco-social approach, New York, PalgraveMacMillan, 2014.

Granvaud R., Que fait l’armée française en Afrique ?, Marseille, Agone, 2009.

Haraway D., Simians, cyborgs, and women: the reinvention of nature, New York, Routledge, 1991.

Hart-Landsberg M., Capitalist globalization: consequences, resistance, and alternatives, New York, Monthly Review Press, 2013.

Kentikelenis A., Kjaranikolos M., Papanicolas I., Basu S., McKee M., Stuckler D., « Health effects of financial crisis: omens of a Greek tragedy », Lancet, no 378, 2011, p. 1457-1458.

Peake L., Sheppard E., « The emergence of radical/critical Geography within North America », ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, no 13, 2014, p. 305-327.

Salmon S., Herod A., « Socialist geography », G. L. Gaile, C. J. Willmott (dir.), Geography in America at the dawn of the 21st century, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 209-220.

Smith N., Uneven development: nature, capital, and the production of space, New York, Basil Blackwell, 1984.

Smith N., Desbiens C., « The International Critical Geography Group: forbidden optimism? », Environment and Planning D: Society and Space, no 18, 1999, p. 379-382.

Tricart J., Géomorphologie applicable, Paris, Masson, 1978.

Tricart J., Kiewietdejonge C., Ecogeography and rural management: a contribution to the International Geosphere-Biosphere programme, Harlow, Longman, 1992.

Whatmore S., « Materialist returns: practising cultural geography in and for a more-than-human world », Cultural Geographies, no 13, 2006, p. 600-609.

Notes

1 Traduction de l’anglais par Serge Weber.

2 Le Jobbik (parti nationaliste hongrois, NdT) est une incarnation plus récente de courants ouvertement racistes qui n’ont jamais été véritablement combattus par le socialisme d’État.

3 Il peut être important de noter que Neil Smith, Don Mitchell et moi-même nous sommes rencontrés alors que nous étions tous les trois à l’université Rutgers (État du New Jersey, NdT), dans les années 1990. Cela étant, la raison principale de la convergence ultérieure de nos trajectoires respectives dans les grands rendez-vous de géographie critique ou radicale, tel que ce colloque, est à rechercher dans nos engagements politiques qui se recoupent largement.

4 L’auteur fait ici référence à un passage du texte de Don Mitchell (voir partie 1 de ce volume) (NdT).

5 Neil Smith revient sur la dichotomie entre nature et société qui domine dans la société bourgeoise. Cette dichotomie repose sur une conception contradictoire de la nature à la fois étrangère à l’humain (l’environnement naturel, les ressources) et universelle (comme l’atteste la recherche du profit, qui serait un comportement humain naturel, ou encore le concept de race). La question de l’objectivité devient même encore plus absurde quand on l’applique aux investigations sociales. Dans ce cas, il faudrait expliquer comment un chercheur peut être humain et au-delà de l’humain en même temps.

Auteur

Enseignant-chercheur en géographie, université de l’État de New York à New Paltz, États-Unis, rédacteur en chef de Capitalism Nature Socialism.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540