Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Sixième partie. La domination à travers l’environnement

Les révolutions socialistes de l’eau en Bolivie et au Venezuela

Mathieu Uhel

Texte intégral

1Les services urbains de l’eau ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des géographes ces vingt dernières années. La recherche française, structurée autour du GDR « Rés-EAU-Ville », a conceptualisé l’« eau mondialisée » comme une « arène » où cohabiteraient en s’opposant les stratégies de différents acteurs (Schneier-Madanes, 2010). Dégagée des prescriptions normatives, la notion de gouvernance permettrait d’appréhender le processus de contractualisation entre toutes les parties prenantes s’élaborant au gré des confrontations, négociations, coopérations vers la définition d’un projet commun et partagé.

2Ce positionnement théorique invitant à se départir de présupposés politiques et idéologiques n’a fait que peu de place aux perspectives critiques s’intéressant aux conflits et aux alternatives à la privatisation des services. L’objectif de ce texte est de situer les enjeux de pouvoir au cœur de l’analyse dans le prolongement de la recherche anglophone (Swyngedouw, 2004), en mettant l’accent sur la dimension scalaire de la réorganisation des rapports de pouvoir de l’appareil hydraulique d’État, « hydrocratie » (Molle et al., 2010) dans les processus révolutionnaires d’orientation socialiste en Bolivie et au Venezuela.

3Le cadre théorico-conceptuel retenu s’inscrit dans une démarche initiée par des chercheurs qui mettent en tension et en résonnance les systèmes de pensée marxien et foucaldien (Ekers, Loftus, 2008). En articulant l’acception marxienne des « moyens de consommation collective » (Lojkine, 1977 ; Castells, 1981) et l’acception foucaldienne des « équipements du pouvoir » (Fourquet, Murard, 1976), il est possible d’avancer que l’accès à l’eau correspond à la fois à la satisfaction d’une revendication des dominés pour l’amélioration de leurs conditions d’existence et à une condition de la productivité de la force de travail pour les dominants. Institutionnalisation d’un compromis permettant la stabilisation des rapports sociaux de classe (« hydro-hégémonie »), la production et la distribution de l’eau sont dans cette perspective prises en charge par l’« hydrocratie », qui exerce une « biopolitique hydrique », dont la matérialisation dans des réseaux opère la fixation territoriale des rapports sociaux de domination.

4En Bolivie et au Venezuela, l’« hydrocratie » a effectué un raccordement socialement inégal aux réseaux au cours du XXe siècle, engendrant une « biopolitique hydrique » tronquée. Privilégiant les classes dominantes, les services de l’eau excluent de larges franges du prolétariat urbain. En plus de cette subordination aux rapports de classe, les services urbains de l’eau sont instrumentalisés par des pratiques clientélistes, qui permettent de limiter la contestation et de reproduire la domination politique. À la fin du XXe siècle, les réseaux de l’entreprise publique régionale Hidrolago raccordent près de 80 % de la population à Maracaibo, au Venezuela (sur un peu moins de deux millions d’habitants). À Cochabamba, en Bolivie, le service municipal d’Eau potable et d’Assainissement (SEMAPA) ne distribue l’eau qu’à un peu plus de 50 % de la population (sur plus de 600 000 habitants).

5En rupture avec la période néolibérale qui promouvait la privatisation des services de l’eau, ces deux pays sont entrés dans une séquence politique révolutionnaire d’orientation socialiste. La « révolution bolivarienne », initiée par Hugo Chávez à la fin des années 1990, a pris le virage du « socialisme du XXIe siècle » au milieu des années 2000. La « révolution démocratique et culturelle » du premier mandat du président Evo Morales a progressivement laissé la place à un « socialisme communautaire » lors de sa réélection en 2010.

6Cherchant à expérimenter des alternatives publiques à la privatisation des services afin d’universaliser l’accès à l’eau, les « révolutions de l’eau » tentent de redéfinir les rapports de pouvoir au sein de l’« hydrocratie ». Au Venezuela, la nouvelle loi sur les services de l’eau de 2001 transfère la responsabilité de la prestation à l’échelle municipale et crée des dispositifs participatifs, les Tables techniques de l’eau (TTE). En Bolivie, la prestation est à la charge des municipalités et la participation des usagers et le contrôle social du prestataire sont reconnus et promus par l’État central dans la nouvelle Constitution politique de l’État et dans la loi sur les autonomies et la décentralisation. En parallèle à ces processus, l’État central intervient dans la construction et le financement des infrastructures, dans la création de nouvelles instances chargées d’accompagner ou de contrôler les transformations institutionnelles, voire directement dans le prestataire public municipal.

7Le double processus de décentralisation et de participation préfigure-t-il une réorganisation des rapports de pouvoir politique vers la transformation de l’appareil (hydraulique) d’État dans le cadre d’une transition démocratique au socialisme (Poulantzas, 1981) ? Plus spécifiquement, la participation des usagers constitue-t-elle un processus d’autonomisation ou d’instrumentalisation politique des dominés ?

  • 1 Il s’agit de porte-paroles ou de membres de la Coordination de défense de l’eau et de la vie, de l (...)

8Afin de saisir la réorganisation des rapports de pouvoir de l’« hydrocratie » à l’échelle urbaine, les deux cas d’études seront analysés séparément, en raison de la spécificité des processus. À Maracaibo, l’analyse de la relation entre le prestataire et les usagers s’appuie principalement sur l’observation directe de l’activité des travailleurs sociaux du service de « gestion communautaire » de l’entreprise publique de l’eau (Hidrolago), effectuée lors d’une mission de recherche en juillet et août 2007. À Cochabamba, les tentatives de transformation de la structure de domination se sont déroulées dans le conseil d’administration de SEMAPA. Face à l’impossibilité d’observer directement les délibérations au sein du CA, des entretiens ont été réalisés avec les protagonistes de la reconfiguration des rapports de pouvoir, issus principalement des organisations du mouvement social1, durant deux missions de recherche en mars et avril 2006 et 2010.

La révolution « bolivarienne » de l’eau à Maracaibo

La « bolivarianisation » partielle du prestataire public

9La « révolution de l’eau » à Maracaibo ne commence réellement qu’à partir de 2005, lors de la désignation d’un nouveau directeur à la tête de l’entreprise publique régionale, après une période de forte instabilité (pas moins de sept présidents se sont succédé entre 1998 et 2005). Le nouveau président affirme que Hidrolago assume maintenant le défirévolutionnaire « dans le cadre des orientations du président Hugo Rafael Chávez Frías en ce qui concerne les entreprises socialistes d’État » (Hidrolago, 2007).

10Le changement du président et des directions de service et le corrélatif alignement politique de l’entreprise sur les objectifs de la révolution ont eu des implications sur l’organisation interne du prestataire, au premier rang desquelles figure la mise en place du service de « gestion communautaire » chargé de participer à l’organisation des usagers dans les Tables techniques de l’eau (TTE). Les travailleurs sociaux rencontrés lors de la mission de recherche sont des militants chavistes convaincus. Ils sont cependant critiques de leur situation précaire (contrats courts et flexibles, rémunération faible et souvent différée) et de l’ampleur de leur tâche avec aussi peu de moyens humains (26 employés pour l’ensemble de la région du Zulia comptant un peu plus de 3,5 millions d’habitants). Au sein de l’entreprise, ils se sentent marginalisés et pointent tout particulièrement l’arrogance des ingénieurs et des techniciens qui seraient opposés au processus révolutionnaire et freineraient la matérialisation de la « révolution de l’eau ».

11La « bolivarianisation » du prestataire ne s’est pas opérée sans contradictions dans un contexte politique national polarisé. Hidrolago apparaît divisée politiquement en deux camps : les pro-Chávez, au niveau de la présidence et des directions de service, ainsi que chez les travailleurs sociaux, et les anti-Chávez, concentrés chez les cadres (ingénieurs et techniciens) et employés. Ce clivage politique renvoie à la division du travail hiérarchisée dans l’entreprise, avec d’un côté la décision politique et l’exécution technique et de l’autre côté l’élaboration technique et l’encadrement administratif. Ces résistances internes au prestataire peuvent être interprétées comme la défense d’une position privilégiée dans la structure de domination, assise sur le monopole d’un savoir technique, monopole menacé par l’intervention de secteurs sociaux jugés incompétents et illégitimes. Bien que la participation des usagers soit imposée par l’État central, le processus de « bolivarianisation » de l’entreprise publique n’est que partiel étant donné que le pouvoir exécutif peut difficilement se passer de la techno-bureaucratie opposée à la « révolution bolivarienne ».

La politisation de la diffusion et de la formation des TTE dans l’espace urbain

12Dans la région du Zulia, dont Maracaibo est la capitale, les Tables techniques de l’eau connaissent un engouement limité les premières années suivant la promulgation de la loi sur les services de l’eau de 2001. La rupture s’effectue à partir de l’arrivée du nouveau directeur de l’entreprise. Selon le département de « gestion communautaire » d’Hidrolago, le nombre de ces dispositifs participatifs dans la région est passé de 700 en 2005 à 1 230 en 2007 (Hidrolago, 2007). Près de la moitié des TTE du Zulia sont localisées à Maracaibo, essentiellement dans les quartiers où se concentrent les taux de pauvreté les plus élevés et les soutiens au président Hugo Chávez (Uhel, 2010). Constituant un enjeu de pouvoir, la géographie de la participation exprime et renforce la géographie politique de la ville. Cette cartographie du phénomène recoupe, dans les grandes lignes et de manière inversée, celle de l’accès aux réseaux. Les habitants des quartiers exclus ont tendance à s’investir dans la création des TTE. En revanche, les quartiers centraux et/ou disposant d’un accès satisfaisant à l’eau montrent peu d’intérêt pour ce nouveau mécanisme. Cependant, les TTE sont dispersées et isolées dans l’espace urbain. Les conseils communautaires de l’Eau (CCE), instance devant rassembler les TTE, le prestataire et la municipalité, n’existent pas, ce qui interdit la coordination horizontale des TTE à l’échelle de la ville et renforce la relation asymétrique de pouvoir entre les dispositifs participatifs et le prestataire.

13L’immersion au sein d’Hidrolago a permis d’assister aux relations s’établissant entre le prestataire public et les porte-paroles des dispositifs participatifs. Lors de la constitution d’une Table technique de l’eau, les travailleurs sociaux rappellent à l’assemblée les étapes de formation de la TTE et ses objectifs, en inscrivant le processus dans le contexte politique national révolutionnaire. La rhétorique et les attributs de la révolution bolivarienne (drapeaux, affiches et habits aux couleurs du parti présidentiel, le Parti socialiste uni du Venezuela) sont à chaque fois mobilisés. L’assistance technico-politique est importante mais apparaît insuffisante compte tenu des besoins réels de formation des porte-paroles. Il n’est en effet prévu aucun stage spécifique de formation des porte-paroles, même si des réunions thématiques ou des rencontres régionales et nationales rassemblant plusieurs TTE sélectionnées par Hidrolago sont organisées ponctuellement.

Des projets communautaires politisés, ponctuels et localisés

14Les porte-paroles des TTE peuvent solliciter à Hidrolago la réalisation d’un projet communautaire pour l’amélioration de l’accès aux services dans leur quartier. Si la création des TTE est un moment d’apprentissage technico-politique, l’exécution des projets est utilisée pour la valorisation de l’image du prestataire et de la « révolution bolivarienne ». Lors du cycle de projets lancé en 2007, l’attribution des financements est l’occasion d’organiser une cérémonie publique qui se déroule dans un théâtre de Maracaibo et qui est retransmise par la chaîne publique régionale. La réunion commence avec l’hymne national chanté par l’assistance. Après les discours du président de l’entreprise et de la directrice du département de « gestion communautaire » faisant l’apologie de la « révolution de l’eau », les porte-paroles des TTE se sont vus remettre des « actes » attestant de l’attribution d’un financement. Chaque porte-parole intervient et remercie l’entreprise et le président de la République. La réunion se termine sur un exposé portant sur la réforme de la constitution proposée par Hugo Chávez. La location du théâtre, le transport (location des bus, acheminant les porte-paroles et les usagers, du théâtre à leur quartier) et le ravitaillement sont pris en charge par l’entreprise. L’aspect solennel et médiatisé de cette rencontre peut être interprété comme une stratégie de survie de la direction de l’appareil hydraulique d’État, qui vise à légitimer l’existence de l’entreprise publique dans un contexte où le gouvernement souhaite sa disparition au profit de la municipalisation du service.

15Les projets communautaires ont permis de résoudre la situation de nombreux quartiers de la ville. En l’espace de deux ans, 82 projets ont été menés à leur terme à Maracaibo pour un montant de plus de 6 milliards de bolivares et bénéficiant à plus de 150 000 usagers (Hidrolago, 2007). Les projets communautaires portent principalement sur l’accès à l’eau potable (comme la résorption de fuites dans les canalisations) et se répartissent dans l’espace urbain en proportion du nombre de TTE. On constate une concentration des projets dans la première et la deuxième couronne de la ville. Les habitants des quartiers précaires en périphérie éloignée n’ont cependant pas bénéficié du premier cycle de projets (Uhel, 2010). Ce décalage relatif entre les besoins et l’exécution des projets réside dans le fait que la connexion à un réseau d’eau ou le raccordement à une station de traitement des eaux usées nécessite une planification globale et de long terme à l’échelle urbano-régionale, ce que peuvent difficilement réaliser les TTE.

La reconfiguration des rapports de pouvoir dans le conseil d’administration du prestataire à Cochabamba

Une participation citoyenne dans le CA de SEMAPA imposée par le mouvement social

16La première phase de réorganisation du conseil d’administration (CA) de SEMAPA s’étend de 2000 à 2008, période durant laquelle s’institutionnalise la participation des usagers. Suite à la « guerre de l’eau », des négociations ont lieu au sein d’un CA provisoire afin de mettre en place le contrôle social du prestataire et la participation des usagers aux services. De l’ensemble des propositions de modification du statut du prestataire, dont celle de la Coordination de défense de l’eau et de la vie (CDEV) qui prévoyait notamment une représentation citoyenne majoritaire, c’est le projet de la mairie associée à la fédération des comités de voisins qui est adopté, grâce à l’appui du syndicat de l’entreprise (Crespo, Fernandez, 2004). Aux trois directeurs citoyens (DC), élus au suffrage universel sur la base des circonscriptions électorales pour un mandat de deux ans, s’ajoute la présence de deux représentants de la mairie (dont le maire comme président du CA), d’un représentant de la fédération des professionnels et d’un représentant du syndicat de l’entreprise.

  • 2 Entretien avec Marcelo Rojas, réalisé à Cochabamba en avril 2006.

17La très faible participation aux trois élections entame considérablement la légitimité des directeurs citoyens et contraste avec la très forte mobilisation de la population de Cochabamba pendant la « guerre de l’eau ». À ce constat, s’ajoutent des pratiques jugées illégales au sein du CA. Selon Carlos Crespo et Omar Fernandez, citant l’un des DC de la zone sud de la ville et dont les propos ont pu être confirmés par des entretiens ultérieurs lors des missions de recherche, la présence des DC n’a pas changé les pratiques internes à l’entreprise. Les élus ont eu tendance à s’intégrer à la structure de domination, allant jusqu’à favoriser l’emploi de parents ou amis dans l’entreprise. Dans un entretien, Marcelo Rojas, « guerrero del agua » pendant le mouvement social et employé du prestataire public en 2006, dénonce la corruption des DC et évoque leur enrichissement personnel lors de la dernière mandature2.

  • 3 Entretien avec Angel Hurtado, réalisé à Cochabamba en avril 2010.

18Seuls certains représentants de la zone sud ont en revanche essayé de dénoncer la corruption et le clientélisme, tout en faisant le lien avec leurs mandants. L’exercice démocratique du pouvoir politique ne s’est d’ailleurs pas réalisé sans réactions. Angel Hurtado, membre de ASiCASur et DC élu pour la zone sud, fait état des pressions subies et de son isolement3.

L’intervention du ministère de l’Eau dans le CA de SEMAPA et l’échec du plan de restructuration de l’entreprise

19La seconde phase commence avec l’élection d’Evo Morales à la présidence de la République. Si la représentation municipale et professionnelle ne change pas, en revanche la représentation citoyenne est augmentée d’un DC et la représentation syndicale supprimée. Un représentant de la préfecture départementale et un représentant du ministère de l’Eau font également leur entrée dans la direction de l’entreprise municipale. À partir de 2008, l’élection des DC est suspendue, suite à un recours constitutionnel contre le président du comité électoral, et ne sera jamais reconduite.

  • 4 Entretien avec Cecilia Chacon, secrétaire générale du ministère de l’Eau, réalisé à La Paz en avri (...)

20La loi organique du pouvoir exécutif de 2006 permet au ministère de l’Eau d’intervenir dans le CA de certaines entreprises publiques comme SEMAPA. Au terme d’une réflexion sur les modalités d’intervention de l’État central4, un plan de restructuration de l’entreprise municipale est lancé en avril 2009. Il est soutenu par le ministre de l’Environnement et de l’Eau, le maire de la ville et président du conseil d’administration, le directeur général de l’entreprise par intérim, ainsi que l’un des porte-paroles de la CDEV et le président de ASiCASur. Le plan de restructuration de SEMAPA se décompose en quatre volets sur la base des principes de justice sociale, de transparence, de participation et d’efficacité (CGIAB, 2009). Le dernier volet, qui vise notamment l’amélioration des indicateurs opérationnels, administratifs et financiers des services de l’eau, prévoit la réduction du nombre de travailleurs de l’entreprise, afin de rompre avec le népotisme dans le recrutement des employés.

  • 5 « Los laborales ponen en riesgo dotación de agua », Los Tiempos, 12 mai 2009.
  • 6 « SEMAPA : el gerente se va ; la huelga se leventa », Los Tiempos, 26 septembre 2009.
  • 7 Gisela Alcócer Caero, « Ministro : despedidos no volveran a SEMAPA », Los Tiempos, 16 décembre 200 (...)

21Le plan de restructuration commence par le licenciement de 150 employés. Selon le directeur général, il s’agit de travailleurs pouvant prétendre à la retraite et à des cas avérés de népotisme ou de double emploi5. Les travailleurs licenciés se mobilisent avec l’appui du syndicat de SEMAPA, de la Fédération de la construction et de la Centrale ouvrière départementale. Les revendications portent sur la réembauche des employés licenciés et la destitution du directeur général. Après plusieurs mois de conflit, un accord est trouvé en novembre entre les manifestants et le gouvernement. Ce dernier désavoue son ministre de l’Environnement et de l’Eau. Le directeur est démis de ses fonctions et une quarantaine d’employés devrait être réintégrée6. Sur les 150 employés licenciés, plus de la moitié a accepté les indemnisations de l’entreprise, renonçant ainsi à leur réincorporation. Seulement, la réintégration ne sera jamais appliquée en raison du refus du gouvernement d’augmenter le budget de SEMAPA7. Le plan de restructuration est donc abandonné. Le ministre de l’Eau démissionne quelques mois plus tard.

  • 8 Entretien avec Abraham Grandydier, président d’ASiCASur, réalisé à Cochabamba en avril 2010.
  • 9 Entretien avec Carlos Crespo, activiste de la « guerre de l’eau », professeur en sociologie à l’Un (...)

22Abrahama Grandydier8 et Carlos Crespo9 expliquent l’échec du plan de restructuration par le manque de volonté des gouvernements national et municipal, davantage motivés par des considérations politiciennes liées aux échéances électorales. Carlos Crespo insiste surtout sur les contradictions internes au gouvernement, s’exprimant dans des luttes de pouvoir au sein de l’appareil d’État, et sur la position du maire de la ville dans la structure de domination locale, qui redoute de voir étaler au grand jour les pratiques de corruption dans l’entreprise. Ayant démissionné de son mandat de représentant du ministère dans le CA, Carlos Crespo estime que le gouvernement et le maire de la ville doivent quitter l’instance décisionnelle de SEMAPA et que l’entreprise (incluant le syndicat des travailleurs) doit être restructurée sur des principes démocratiques.

La difficile autonomie locale des organisations du mouvement social dans le processus révolutionnaire national

  • 10 Entretien avec Gissel Gonzales, porte-parole de la CDEV, réalisé à Cochabamba en avril 2006.

23Les organisations du mouvement social (OMS), à l’exception du syndicat de l’entreprise ayant une posture pour le moins ambiguë (Spronk, 2009), se sont mobilisées à travers la Coordination de défense de l’eau et de la vie (CDEV) pour exercer un pouvoir collectif (mêlant actions collectives revendicatives et participatives) sur la structure de domination locale afin d’améliorer l’accès aux services de l’eau dans la ville. D’une position centrale à la suite de la « guerre de l’eau », la CDEV s’est trouvée court-circuitée par la représentation citoyenne dans le CA, élue sur une base territoriale. La difficulté à influer sur la prestation des services a été renforcée par ses dissensions internes (Crespo, Fernandez, 2004) et sa stratégie « mouvementiste10 ».

  • 11 Mouvement vers le socialisme, parti bolivien dirigé par Evo Morales.

24À partir de l’élection d’Evo Morales à la présidence de la République, les organisations (locales et nationales) du mouvement social pour l’eau se sont divisées pour l’hégémonie politique au sein du nouveau ministère de l’Eau. Des porte-paroles des organisations du mouvement social de la CDEV ont ainsi intégré l’appareil d’État, ce qui a permis au MAS11 de disposer de cadres politiques pour l’application de son programme. Cela dit, ce processus a également entraîné une limitation de leur autonomie vis-à-vis du gouvernement et une désarticulation de la CDEV. Les OMS restées en retrait ou adoptant une position critique à propos du processus de changement sont cataloguées comme faisant partie de l’opposition.

  • 12 Entretien avec Abraham Grandydier, président de ASiCASur, réalisé à Cochabamba en avril 2010.

25L’Asociación de Sistemas Comunitarios de Agua del Sur (ASiCASur), qui fédère les comités d’eau potable du Sud de Cochabamba sur des principes démocratiques et qui revendique une cogestion publique/communautaire des services de l’eau, est marginalisée dans le processus de changement. Très critiques vis-à-vis du gouvernement, les délégués réunis en assemblée ont publié une résolution qui fustige la discrimination dont ils font l’objet et met en cause l’action du ministère de l’Eau, devenu la propriété d’un groupuscule incompétent qui ignore le mandat de la base (ASiCASud, 2010). Cette position contestataire est difficile à tenir étant donné que les adhérents de l’association votent voire adhèrent au MAS12. L’association est également menacée par l’extension des réseaux à Cochabamba. Le projet intégral pour la zone sud de SEMAPA entraînerait en effet l’intégration des quartiers précaires aux réseaux et la corrélative disparition des comités d’eau affiliés à l’association.

Conclusion

26Ayant intégré les services de l’eau dans leur projet politique, les gouvernements bolivien et vénézuélien ont cherché à réorganiser les rapports de pouvoir de l’« hydrocratie » afin d’universaliser l’accès aux réseaux. La nouvelle architecture politico-institutionnelle inscrite dans le cadre juridique national promeut la décentralisation municipale du prestataire et la participation locale des usagers aux services, associées à une intervention directe de l’État central. Au-delà de ces caractéristiques communes, la conception de la participation dans les deux processus de réorganisation des rapports de pouvoir de l’« hydrocratie » est différente. Dans le premier cas, l’intervention des usagers se réalise dans l’élaboration et l’exécution techniques des services, tandis que dans le second cas, la participation des citoyens s’effectue dans l’instance décisionnelle du prestataire et prend alors un caractère davantage politique.

27La « révolution de l’eau » à Maracaibo a entraîné un rapprochement effectif entre le prestataire public et les usagers organisés dans les TTE et permis la résolution de problèmes ponctuels liés aux services grâce aux projets communautaires. Cependant, la réorganisation politico-institutionnelle a donné lieu à l’établissement d’un rapport asymétrique de pouvoir entre une entreprise publique partiellement « bolivarianisée » et des TTE isolées et atomisées dans l’espace urbain. L’instrumentalisation politique des services et les résistances de la technobureaucratie ont réduit les opportunités de transformation du prestataire par les dispositifs participatifs. À Cochabamba, le bilan des tentatives de réorganisation des rapports de pouvoir au sein du conseil d’administration montre la puissante inertie de la structure de domination locale. Les relations clientélistes et de corruption ont empêché la restructuration de l’entreprise en intégrant les directeurs citoyens aux pratiques illégales et en neutralisant l’intervention du ministère. Le CA de SEMAPA est par ailleurs devenu un enjeu de pouvoir politique partisan. Le parti gouvernemental domine aujourd’hui le CA puisque, en plus du représentant du ministère de l’Eau, le MAS a gagné les dernières élections municipale et départementale. La participation des usagers aux services a été supprimée et les systèmes communautaires autogérés sont confrontés au risque de disparaître comme entités politiques autonomes, face au projet d’intégration des quartiers précaires aux réseaux.

  • 13 Entretien avec le sous-directeur du service de « gestion communautaire », réalisé à Maracaibo en a (...)
  • 14 Site Internet de Hidrolago.

28Le transfert de l’exercice du pouvoir à l’échelle locale ne semble pas pour l’heure se traduire par un réel processus d’autonomisation des organisations du mouvement social et des communautés locales et par conséquent de transformation de l’appareil d’État. La politisation partisane des services de l’eau et les résistances de l’« hydrocratie » constituent de puissants obstacles à l’évolution des pratiques et des structures. Cela dit, la recherche de terrain étant circonscrite dans le temps, les processus sociopolitiques analysés sont en changement constant sous l’effet de l’évolution des rapports sociaux de pouvoir. Au Venezuela, les TTE disposent d’un pouvoir accru dans l’exécution des projets communautaires à partir de 200713 et entrent dans un processus de coordination à l’échelle urbaine avec la constitution du premier conseil communautaire de l’Eau en 201014. Même si la Bolivie n’a toujours pas adopté de loi sur les services de l’eau, la loi sur les autonomies et la décentralisation n’est entrée en vigueur qu’en 2010 et celle sur la participation et le contrôle social qu’en mars 2013.

29La poursuite des processus révolutionnaires et de la transformation de l’appareil d’État dépendra de la capacité des organisations du mouvement social ou des communautés organisées dans des dispositifs participatifs à ne pas se contenter d’appliquer les injonctions du parti gouvernemental et une conception de la participation figée dans la loi ainsi qu’à retrouver, maintenir ou conquérir une autonomie de décision et d’action vis-à-vis de l’État.

Bibliographie

Références bibliographiques

ASiCASudD-EPSAS, Voto resolutivo del ampliado ordinario de ASiCASudD-EPSAS, décembre 2011.

Castells M., La Question urbaine, Paris, Maspero, 1981.

CGIAB, Todo sobre el Agua, no 95, avril 2009.

Crespo C., Fernandez O., Informe final. Estado, movimientos sociales y recursos hídricos. Presión social y negociación luego de la guerra del agua de Cochabamba, CESU-UMSS, IDRC, 2004.

Ekers M., Loftus A., « The Power of water: developing dialogues between Foucault and Gramsci », Environment and Planning D: Society and space, vol. 26, 2008, p. 698-718.

Fourquet F., Murard L., Les Équipements du pouvoir, Paris, 10/18, coll. « Recherche », no 13, 1976.

Hidrolago, « Dos Años de logros compartidos », Hidronoticias, édition spéciale, 2007.

Lojkine J., Le Marxisme, l’État et la question urbaine, Paris, Presses universitaires de France, 1977.

Molle F., Mollinga P., Wester P., « Hydraulic bureaucracies and the hydraulic mission: flows of water, flows of power », Water Alternatives, vol. 2, no 3, 2009, p. 328-349.

Poulantzas N., L’État, le pouvoir, le socialisme, Paris, Presses universitaires de France, Quadrige, 1981.

Schneier-Madanes G. (dir.), L’Eau mondialisée. La gouvernance en question, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2010.

Spronk S., « Water privatization and the prospects for trade union revitalization in the public sector: case studies from Bolivia and Peru », Just Labor: a canadian journal of work and society, vol. 14, automne 2009, p. 164-176.

Swyngedouw E., Social power and the urbanization of water. Flows of power, Oxford, Oxford University Press, 2004.

Uhel M., « La Difusión, apropiación y materialización de la “democracia participativa y protagónica” en Venezuela. Los Consejos Comunales en Maracaibo », Revista venezolana de economia y ciencias sociales, vol. 16, no 3, septembre-décembre 2010, p. 73-99.

Notes

1 Il s’agit de porte-paroles ou de membres de la Coordination de défense de l’eau et de la vie, de l’Association des systèmes communautaires de l’eau de la zone sud et du syndicat de SEMAPA.

2 Entretien avec Marcelo Rojas, réalisé à Cochabamba en avril 2006.

3 Entretien avec Angel Hurtado, réalisé à Cochabamba en avril 2010.

4 Entretien avec Cecilia Chacon, secrétaire générale du ministère de l’Eau, réalisé à La Paz en avril 2006.

5 « Los laborales ponen en riesgo dotación de agua », Los Tiempos, 12 mai 2009.

6 « SEMAPA : el gerente se va ; la huelga se leventa », Los Tiempos, 26 septembre 2009.

7 Gisela Alcócer Caero, « Ministro : despedidos no volveran a SEMAPA », Los Tiempos, 16 décembre 2009.

8 Entretien avec Abraham Grandydier, président d’ASiCASur, réalisé à Cochabamba en avril 2010.

9 Entretien avec Carlos Crespo, activiste de la « guerre de l’eau », professeur en sociologie à l’Universidad Mayor de San Simon (UMSS) de Cochabamba et représentant du ministère de l’Eau dans le CA de SEMAPA lors du plan de restructuration, réalisé à Cochabamba en avril 2010.

10 Entretien avec Gissel Gonzales, porte-parole de la CDEV, réalisé à Cochabamba en avril 2006.

11 Mouvement vers le socialisme, parti bolivien dirigé par Evo Morales.

12 Entretien avec Abraham Grandydier, président de ASiCASur, réalisé à Cochabamba en avril 2010.

13 Entretien avec le sous-directeur du service de « gestion communautaire », réalisé à Maracaibo en août 2007.

14 Site Internet de Hidrolago.

Auteur

Enseignant-chercheur en géographie, université de Caen (ESO – Espaces et sociétés).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540