Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Sixième partie. La domination à travers l’environnement

Transformer l’incertitude en risque : un instrument de domination ?

Alexis Sierra

Texte intégral

  • 1 Analyse menée dans le cadre des programmes INVERSES [www.inverses.org] et PACIVUR (IRD).

1À Lima, où se concentre un tiers de la population et près de la moitié de la richesse nationale, se joue une partie de l’avenir du pays. Or, les Liméniens semblent mal saisir cet avenir car sa représentation est faite d’indéterminations, d’incertitudes, de périodes d’attente, de méconnaissance sur le fonctionnement et le développement de la ville. Les transformations urbaines, notamment sa forte expansion, la diversification de sa population et sa forte fragmentation ont rendu insaisissable cette agglomération pour le plus grand nombre, ont suscité des angoisses chez les nostalgiques d’une Lima créole ordonnée et ont renforcé un processus d’éclatement et d’individualisation du destin collectif1.

2Face aux dangers de dilution de l’urbanisme moderne et à la montée du sentiment de désordre, transformer l’incertitude en risque est le moyen de concevoir des politiques mobilisatrices et volontaires conformes aux tenants de la ville moderne tel que Robert Castel (2009) l’a montré pour le monde du travail : dans un salariat soumis à la disparition de règles et à l’affaiblissement des systèmes de protection, il semble important d’identifier précisément des menaces, des fragilités et ce qui est susceptible d’être perdu. Dans le cas exposé ici, les menaces, ce sont ce que les géosciences désignent par le terme d’aléa, et les fragilités ce qu’elles désignent par le terme de vulnérabilité.

3Le propos de cet article est de montrer comment le risque d’origine sismique entre dans deux logiques de domination à Lima, capitale du Pérou. L’une, portée par des acteurs internationaux et nationaux, vise à diffuser une représentation d’une catastrophe potentielle, représentation qui permet au pouvoir politique d’affirmer son autorité et de mobiliser la population sur des enjeux de développement. La deuxième désigne comme responsable du risque encouru une population vulnérable et stigmatisée par le risque, qu’il faut intégrer à une norme urbaine pour éviter la catastrophe.

Projeter Lima dans la mondialisation du risque sismique : un rapport de domination Nord-Sud ?

  • 2 Rapport annuel Lima como vamos.

4Lima est une ville historiquement affectée par les séismes. Plusieurs centaines de tremblements de terre ont été rapportés depuis le XVIe siècle, dont plus de 650 pour les seuls XVIIIe et XIXe siècles (Seiner Lizárraga, 2011). Le séisme de 1746 et le raz-de-marée qui suivit détruisirent quasi totalement Callao ne laissant que peu de survivants. Lima ne conserva que 25 maisons sur 3 000. Plus récemment, en 1940, 5 000 maisons furent détruites au Callao et en 1970, ce fut une partie de La Molina. L’aléa sismique et les catastrophes en relation avec les séismes appartiennent donc à l’histoire de la ville et du pays. Pourtant, le risque sismique, au sens de représentation sociale de la destruction de la ville, n’apparaît lui que plus récemment. Les populations n’ignorent pas les aléas naturels mais elles n’en font pas nécessairement la source première de risque. Comme l’indiquent les différentes enquêtes d’opinion, les préoccupations majeures des Liméniens concernent les questions d’insécurité en tout premier lieu, les difficultés de transport, le manque d’hygiène2. Les différentes enquêtes, interviews et observations de réunions publiques que nous avons menées depuis 2007 dans les territoires relégués montrent que les risques d’origine naturelle ne sont que rarement évoqués comme problème majeur car la population doit affronter d’autres urgences. Pourtant, aujourd’hui, ces mêmes espaces urbains commencent à être traités en fonction du risque et la représentation d’une catastrophe d’origine sismique devient une forme de penser le devenir de la ville. Ce ne sont donc pas les populations jugées les plus vulnérables qui portent cette représentation mais d’autres acteurs urbains parmi lesquels nous distinguons les media, les experts internationaux et les autorités politiques.

La médiatisation du risque sismique et l’insertion de Lima dans un risque mondial

  • 3 Le corpus comprend les articles publiés par le quotidien national El Comercio dans les 6 premiers (...)

5L’étude de la presse3 montre que, malgré la catastrophe de Pisco en 2007, le risque de catastrophe sur Lima se développe après les grands séismes du Chili en 2010 et du Japon en 2011, dans une forme de projection de Lima dans les catastrophes mondiales.

6À la suite du séisme de Concepción au Chili, les trois quarts des articles faisant un lien avec Lima projettent cette dernière dans ce type de risque. Cette projection est rendue possible par la similitude de la situation géographique : le site de Lima sur le littoral et la présence de la ligne de subduction de la plaque océanique sous la plaque continentale. Cependant, Lima y apparaît plus vulnérable que la ville chilienne en ce qui concerne son occupation et son organisation. Les articles pointent l’absence de prévention, de « culture du risque », de système d’alerte d’urgence, le mauvais état des constructions et les intérêts politiques. Une ville chilienne ravagée provoque d’autant plus la surprise que les Liméniens considèrent les villes chiliennes comme porteuses d’ordre (Protzel, 2011). Politiquement, l’événement est largement exploité dans une perspective nationaliste. La visite du président Alan García auprès de la présidente sortante du Chili, Michelle Bachelet, est une occasion de montrer que le Pérou est assez fort pour apporter le soutien à son ennemi héréditaire, soulignant que ce dernier, plus développé, est pourtant très vulnérable. L’événement est donc fortement médiatisé, point de départ d’une action sur Lima comme nous le verrons plus loin.

  • 4 Le nom officiel de la centrale est Oscar Miró Quesada de La Guerra mais le nom d’usage est El Huar (...)

7Un an plus tard, l’impact médiatique du séisme-tsunami du Japon s’avère du même ordre. Alors que cette catastrophe n’a pas lieu dans un pays voisin, ni même sur le continent américain, les trois quarts des articles signalent que le même drame peut se produire à Lima. Lima est à ce point assimilé à Fukushima, que la presse commente l’existence d’un réacteur nucléaire que peu de monde connaissait. Et pour cause, El Huarangal4 n’est pas une centrale de production d’énergie comme au Japon mais un petit réacteur de recherche servant à irradier des objets à des fins scientifiques. Il n’empêche, le parallélisme fait les gros titres et incite la Protection civile à lancer des études d’impact autour de ce site dans les semaines qui suivent. Tout comme à la suite du séisme de Concepción, les articles soulignent pour plus de la moitié d’entre eux une vulnérabilité plus forte de Lima en relation avec l’état des constructions et le faible niveau de préparation. Le séisme-tsunami du Japon est l’occasion de dénoncer l’informalité de l’habitat, le mauvais état des constructions, la non-conformité aux normes et l’absence de contrôle de l’expansion urbaine. Les media, qui relaient l’opinion des experts et des autorités, diffusent donc une double représentation : Lima est sous la menace d’un séisme mais les conséquences seront plus graves qu’ailleurs car Lima est peu préparée et mal construite.

8À partir de ces deux événements, les articles portant sur la menace d’une catastrophe à Lima se multiplient tant dans la presse classique que dans la presse à sensation. Cette dernière exploite largement le potentiel dramatique du risque de catastrophe avec parfois des amalgames révélateurs entre risque sismique et insécurité civile ou informalité. Au total, entre août 2010 et août 2012, le nombre d’articles de presse consacrés aux séismes a progressivement crû (figures 1 et 2).

Figure 1 : Traitement médiatique de la menace sismique.

Figure 1 : Traitement médiatique de la menace sismique.

Figure 2 : Annonce de la catastrophe probable dans la presse populaire.

Figure 2 : Annonce de la catastrophe probable dans la presse populaire.

Source : Ojo, 20 mars 2012.

Le rôle de la communauté épistémique nationale et internationale

  • 5 Notion développée par Michel Foucault et reprise par Cynthia Gorrha-Gobin dans son dictionnaire de (...)

9Le développement d’une communauté épistémique mondiale5 joue un rôle déterminant dans la montée en puissance du risque sismique à Lima. Elle est composée d’experts péruviens ou latino-américains, notamment colombiens, travaillant pour le PNUD et la Banque mondiale ainsi que par les institutions scientifiques péruviennes qui ont acquis une compétence dans le domaine, en particulier l’Institut géophysique du Pérou (IGP) et le Centre d’étude sismique (CISMID).

  • 6 L’Observatoire géophysique de Huancayo créé en 1922 est une émanation de l’institut Carnegie de Wa (...)

10Du fait de leur histoire6, ces institutions ont la reconnaissance des autorités et s’imposent rapidement dans les media et les débats sur le risque. L’IGP publie régulièrement des rapports faisant état du nombre de séismes. L’utilisation de Facebook et Twitter a notamment contribué à ce que l’information tombe systématiquement dans les rédactions : le moindre bulletin de l’IGP est immédiatement répercuté comme le montre le bilan de six mois d’activité sismique publié le 7 août 2012 par l’IGP et repris par l’ensemble des journaux le lendemain. Hernando Tavera, le responsable du département de sismologie de l’IGP, a un rôle clé par sa constante présence médiatique et auprès des autorités, tirant sans cesse la sonnette d’alarme, soulignant dans toutes les enceintes l’extrême impréparation de la ville. Chaque catastrophe survenue sur la planète est une occasion de souligner que Lima est une ville à risque et de montrer la nécessité de financer des études de microzonage.

11L’IGP joue ainsi un véritable rôle de lanceur d’alerte. Il pourrait apparaître comme « sombre précurseur » de la catastrophe (Chateaureynaud, Torny, 1999), sorte de Pythie qui entretient les peurs. Il n’en est rien. Globalement, les signaux lancés ne sont pas minimisés ni par les autorités ni par les media. Le scénario d’une catastrophe est largement accepté.

12En effet, cette communauté épistémique se nourrit des expertises financées et promues par des institutions internationales (PNUD, Banque mondiale), des agences de coopération bilatérale (COSUDE [suisse], JAICA [japonaise], IDRC [canadienne]), des ONG étrangères (Oxfam, COOPI) en collaboration avec des organisations locales (ONG et fondations locales telles CENCA, DESCO, PREDES) ou des institutions publiques (IGP, CISMID, municipalités). Ces différents acteurs alimentent l’émergence d’un risque sismique et accompagnent les décisions gouvernementales pour la mise en place d’outils de préparation et de prévention. Les agents du PNUD en particulier sont très présents dans le développement de projets et dans la participation à l’organisation de simulations ou simulacres. L’évolution du nombre d’études menées sur Lima montre ainsi une inflation spectaculaire dans les dernières années (figure 3).

Figure 3 : La flambée du nombre d’expertises sur le risque.

Figure 3 : La flambée du nombre d’expertises sur le risque.

13Si les catastrophes récentes, notamment au Chili, permettent de les justifier, ces études financées par les organisations internationales sont révélatrices des représentations portées dans les instances internationales et relayées par les ONG. L’étude de l’ONG péruvienne PREDES (2009) en partenariat avec la coopération suisse, montre ainsi la diffusion d’une préoccupation mondiale en faisant explicitement référence au cadre d’action des Nations unies « de Hyogo » initié en 2005 pour « instaurer la résilience des nations et des collectivités face aux catastrophes ». L’ensemble de ces expertises renforce l’idée d’un risque avéré c’est-à-dire d’une forte probabilité que le grand séisme ait lieu.

Le risque sismique : un moyen d’affirmation de l’autorité publique et de mobilisation contre une forme de citadinité

14Les moments de crise sont propices à l’affirmation d’un pouvoir, c’est-à-dire à la démonstration des apparences du pouvoir, par des mesures qui vont parfois au-delà du nécessaire mais qui montrent qu’une autorité est présente dans une situation incertaine (Gilbert, 1992). Or, cette démonstration de pouvoir, ces actes d’autorité, peuvent intervenir en situations de risque, c’est-à-dire avant que la catastrophe n’ait effectivement lieu, quand celle-ci est rendue probable, au point que l’état de crise commence avant le phénomène (Sierra, 2003).

Un plan d’action pour éviter une catastrophe potentielle

15À la suite du séisme de Concepción, le président de la République lance une mobilisation générale pour se préparer à affronter un séisme de grande magnitude. La gestion du risque est une aubaine pour affirmer et légitimer sa position de chef d’État. Cette attitude est également conforme au mode de gouverner du président Alan García. En 2007, lors du séisme de Pisco, le président de la République décide de s’installer dans la ville sinistrée et d’y diriger les opérations. Cet épisode désastreux a davantage relevé d’une opération de communication tant la coordination avec les autorités régionales et locales a été mauvaise, la distribution de l’aide inégale voire détournée et la reconstruction encore inachevée des années après (Zapata-Velasco, 2010). Si cette irruption de l’autorité à l’occasion du séisme s’est réalisée juste un an après sa prise de fonction, le séisme de Concepción a quant à lui lieu un an et demi avant la fin du mandat présidentiel.

16Alan García tient là une occasion de faire oublier la gestion calamiteuse des suites du séisme de Pisco et de laisser une bonne image de sa présidence, nécessité d’autant plus grande qu’il n’écarte pas une nouvelle candidature pour les élections de 2016. Le président de la République va ainsi se mettre en scène pour montrer son volontarisme dans la préparation d’une désormais très possible catastrophe. Or, c’est Lima qu’il faut préparer et traiter car il s’y concentre les enjeux et les électeurs qui décident in fine de l’élection du président (Mesclier, Sierra, 2011).

17Parmi les différentes actions qu’il initie, Alan García lance le « plan Sismo 2010 » (plan de prévention des séismes 2010) qui a pour but la réalisation d’une vaste inspection technique des constructions. Le décret qui institue ce plan d’action indique que ce plan doit « rechercher une meilleure gestion des désastres qui vise à réduire les niveaux d’exposition et les vulnérabilités ». Il est notamment composé d’un « programme d’inspection des logements portant un risque de sinistralité [sinistralidad] et connaissant des vulnérabilités élevées face à la survenue d’un séisme ». Ce programme doit permettre « d’identifier des zones de sécurité et donner des instructions aux familles pour agir en cas de crise ». La notion de « sinistralité » qui reste à définir devient donc le support d’une territorialité à risque. Cette territorialité est à établir, d’une part en fonction de la mise en exposition aux menaces naturelles, d’autre part, en fonction de la vulnérabilité de l’habitat.

18Ce décret, pourtant de portée nationale, possède une première territorialité très réduite puisqu’il doit donner « la priorité pour des raisons stratégiques et de plus grande vulnérabilité à une intervention sur les districts de Lima, du Callao, du Rimac et de Chorrillos ». Les trois premiers regroupent le bâti le plus ancien, avec de nombreux taudis, à la population généralement modeste. Le dernier est en position littorale et juxtapose quartiers aisés et quartiers auto-construits pauvres.

  • 7 Interview réalisée le 7 juin 2012, à son bureau, Pontificie Universidad Católica del Perú.

19Un nouveau front politique s’ouvre localement avec l’élection d’une nouvelle majorité municipale. Le risque sismique sert alors à affirmer un pouvoir métropolitain qui a du mal à exister entre le pouvoir national et celui des 42 districts composant la province de Lima Metropolitana. Susana Villarán, la nouvelle édile, se saisit rapidement de la question de la préparation à une catastrophe potentielle. Les experts du PNUD ne s’y trompent pas qui, après avoir été les conseillers du pouvoir central, deviennent ceux du pouvoir métropolitain pour mettre en place protocole de gestion de crise et une protection civile qui assume le transfert de compétences de l’État central vers l’échelon municipal. Un ancien consultant de la BID et de la Banque mondiale devient conseiller de la maire sur les questions de prévention et de préparation. Une stratégie de communication se met en place, centrée sur le risque. Henry Peace, nommé responsable de la nouvelle planification, souhaite ainsi « faire peur pour éveiller les consciences et retrouver une culture du risque7 ». La gestion du risque sert alors à mettre en cohérence trois domaines d’action : la planification urbaine, la protection civile et l’urbanisme. Sur ce dernier point, le risque entre ainsi dans un processus de traitement de marges urbaines.

La construction d’un risque défini par l’aléa et la vulnérabilité conduit à traiter des espaces dominés

20S’il est nécessaire de faire croire que le risque est indifférencié, « ascriptif » comme l’écrit Ulrich Beck (1986), afin de mobiliser l’ensemble de la société urbaine, la gestion du risque est bien territorialisée. Dans les documents préparatoires aux actions lancées par le gouvernement d’Alan García tout comme dans ceux de la municipalité, deux types de territoires entrent dans les priorités de lutte contre le risque sismique : les asentamientos humanos (AAHH) et les centres historiques (districts centraux de Callao, de Lima et du Rimac). L’aléa permet alors de naturaliser le risque en stigmatisant des conditions de l’habiter, notamment l’autoconstruction informelle sur les versants ou l’occupation sans titre du vieux bâti central.

21Les AAHH sont des quartiers d’autoconstruction issus de l’occupation illégale de terrains publics ou privés. Ils sont une des faces les plus visibles de la morphologie urbaine et un espace en constant statut intermédiaire, en perpétuelle transition vers l’urbanité, sans jamais y accéder pleinement. La création des AAHH a donné lieu à une riche histoire anthropologique en devenant le symbole de la crise de l’État et de Lima (Matos-Mar, 2010), c’est-à-dire de la sortie des limites urbaines traditionnelles à la fois physiquement, culturellement, politiquement. Ils symbolisent le chaos, l’anarchie, l’absence de planification, la remise en cause de la propriété, du droit et plus profondément, la fin d’une capitale qui aurait été exclusivement « créole » et qui serait aujourd’hui en partie indigène, métissée, provinciale voire paysanne pour les autres urbains (Protzel, 2011). Cette idée que les AAHH représentent le chaos de la ville est d’autant plus accusée que les données les plus récentes manquent. Ainsi, le zonage sismique réalisé par le CISMID sur l’ensemble de l’agglomération exclut ces mêmes quartiers récemment constitués, empêchant d’avoir une connaissance objective des dynamiques physiques qui pourraient les affecter. Ce sont ainsi les territoires marqués par l’incertitude qui, avec les taudis centraux, servent souvent d’illustration à la vulnérabilité de la ville dans la presse et les rapports d’expert.

22Le plan d’action du gouvernement sur le risque sismique en fait la cible privilégiée de l’action :

  • 8 Plan de Prevención por sismo 2010, Informe de gestión del Instituto Nacional de Defensa Civil (IND (...)

« Une grande partie de la croissance de la ville est issue d’un processus invasif résultant de la venue de migrants ruraux qui se sont installés sur les étendues de sables de la périphérie, dans les quebradas des contreforts andins ou les anciennes bâtisses du centre historique, ce qui a accru de manière exponentielle les problèmes d’urbanisme de Lima et avec eux sa vulnérabilité sismique8. »

23Puisque l’exposition globale au séisme ne peut être supprimée, l’action doit porter sur une dynamique de développement dont les auteurs sous-entendent qu’elle est à la fois un contexte de vulnérabilité et une source d’incertitude car elle n’est pas bien connue ni maîtrisée. L’expansion urbaine du fait d’une population présentée comme allogène à la capitale apparaît comme responsable du risque : réduire le risque, ce sera donc traiter les problèmes d’urbanisme liés à l’occupation par des populations pauvres, présentées comme non urbaines et non liméniennes (« migrants ruraux ») des terrains périphériques ou du vieux bâti central. Le propos est ouvertement stigmatisant car l’essentiel de l’expansion urbaine est dû à une redistribution de la population liménienne et non plus à l’exode rural. Ce plan d’action est ainsi un très bel exemple d’insertion du risque dans une logique plus profonde de traitement des marges urbaines et de réinstauration d’un ordre urbain sublimé (Sierra, 2000 ; 2009).

24Dans cette logique, l’objectif spécifique de « fortifier la culture de la prévention face à un séisme auprès des populations à risque » montre qu’il faut inculquer de nouvelles représentations et de nouvelles pratiques. C’est bien en cela que le risque sismique est une représentation traduisant un rapport de domination partant de la préoccupation d’un groupe d’acteurs, politiques et experts, et diffusée de façon volontaire à l’ensemble de la population. Avec parfois des effets inattendus : la multiplication d’annonces et d’informations sur le risque de tsunami conduit à une instauration aberrante du risque. Suite aux enquêtes que nous avons menées en 2011 et 2012, dans les AAHH de Pachacutec au nord de Lima tout comme dans ceux de San Genaro au sud, la population qui voit la mer s’est mise à craindre les raz-de-marée alors même qu’elle vit sur des promontoires hors d’atteinte. Progressivement s’instaure ainsi un risque majeur pour l’ensemble de l’agglomération et les populations des AAHH, même non concernées, commencent à se sentir menacées par des aléas naturels.

  • 9 Éditorial de El Comercio, 5 mars 2010.

25La qualification à risque des AAHH conduit notamment le gouvernement métropolitain et certains districts à fixer une limite altitudinale de constructibilité sur les versants, procédé qui n’existait que très ponctuellement dans l’agglomération de Lima avant 2010 (Sierra et al., 2009). Suite au séisme de Concepción au Chili, la presse relaie ce discours et affirme la nécessité de déplacer les habitants des versants9.

  • 10 Entretien avec Bertrand Guillier, sismoloque IRD à l’IGP.

26Le manque de connaissance rend difficile d’affirmer que la topographie de versant est dangereuse en général. Concernant l’aléa sismique, les experts n’ont pas réalisé de microzonage sur la majeure partie des versants estimant que la roche est stable. Certains sismologues pensent que cela dépend de la pente10. L’incertitude reste pour l’instant totale dans la mesure où le microzonage sismique n’est pas réalisé sur une très grande partie des zones récemment urbanisées, en périphérie.

27Notre propos n’est pas de minimiser la vulnérabilité de ces populations mais de montrer que l’incertitude sur l’aléa est telle que le risque présenté dans ce discours renvoie à un stigmate plus profond.

28En effet, les constructions sur des versants soumis à des aléas sont plus facilement tolérées voire autorisées par les municipalités de district quand elles sont le fait de promoteurs immobiliers s’adressant à une clientèle aisée et selon les canons esthétiques d’une ville moderne. Sur les falaises de la baie de Miraflores, des immeubles de plusieurs étages ont été construits sur des terrains soumis à une sismicité élevée et en détournant le zonage urbain (figure 4).

29La municipalité de La Molina a poussé la logique jusqu’à l’absurde en montrant que le zonage urbain dépend moins de l’information existante sur les dynamiques naturelles que des enjeux de développement de ce district rupin. Ainsi les versants dont on sait qu’ils connaissent une sismicité moindre ont-ils été déclarés totalement inconstructibles en 2013 pour des raisons de risque alors que les vallons aux sols mous restent classés en zone résidentielle. Autrement dit, le zonage de l’interdit est inverse du zonage sismique ! En fait, le nouveau zonage, doublé de la réalisation d’un parc ceinturé et grillagé, vise à se protéger de l’urbanisation par auto-construction provenant des districts voisins.

Figure 4 : Sismicité et constructions modernes sur les falaises de Miraflores.

Figure 4 : Sismicité et constructions modernes sur les falaises de Miraflores.

IGP – Alexis Sierra, 2012.
Élaboration : Daniel Ortiz S.

Conclusion

30Pour une société qui vit dans l’incertitude au quotidien de manière individualisée, pour une société urbaine fragmentée dont le développement est pensé en fonction de l’intérêt de chacune de ses parties, le séisme joue comme l’ennemi extérieur contre lequel il faut se mobiliser collectivement. Les préoccupations d’experts du Nord rejoignent alors celles des élites politiques du Sud pour construire et diffuser une peur. En imposant une représentation de la catastrophe, le président de la République comme la maire métropolitaine, avec des méthodes différentes, s’imposent comme des leaders. La construction de cette représentation dominante a des conséquences territoriales locales.

31Le risque étant une représentation du chaos, la projection dans la catastrophe, avec notamment les scenarii de simulations de crise, il pousse ce qui fait désordre dans la société à son paroxysme : on passe d’un « désordre organisé » à un « désordre désorganisé » (Gilbert, 1992). En l’appliquant à Lima, la vision de la catastrophe par les gestionnaires, celle qui sert à la préparation de la gestion de crise, s’appuie sur l’idée que l’ordre existant est un désordre urbanistique. La crainte du chaos se mêle à la vision du développement de la ville qui est vue comme « anarchique », « désordonnée ». Ce qui est considéré comme une anomalie de l’urbanisme, de l’urbanité et des pratiques citadines est perçu comme le ferment de la catastrophe, qu’elle soit ou non liée au danger sismique. La construction sur les versants et l’informalité de l’occupation sont ainsi présentées comme des sources de vulnérabilité. Cependant, à travers ces critères, c’est la ville populaire auto-construite qui est visée, celle qu’il faut normer, celle dont il faut empêcher l’expansion.

32Ainsi, si le risque s’explique par la vulnérabilité (Maskrey, 1993), les populations dites vulnérables sont tenues responsables de ce risque. Il faut les éduquer car elles n’ont pas de conscience du risque, il faut leur inculquer une culture du risque alors que ce n’est pas leur préoccupation principale. Alors que les terrains propices à l’aggravation des ondes sismiques sont aussi bien occupés par les AAHH que par les immeubles de luxe, les personnes devant être déplacées sont celles dites vulnérables, c’est-à-dire les pauvres.

33En conséquence, la lutte contre le risque engagée par les autorités passe par une forme de reterritorialisation d’espaces incertains, car jugés hors-normes, en menant des actions d’inclusion à un idéal territorial, en redéfinissant ce qui est urbain et ce qui ne l’est pas. L’assimilation des marges urbaines au risque est d’autant plus possible que la stigmatisation des populations des AAHH (et des centres anciens) est ancrée dans les discours dominants et qu’aucune connaissance objective des aléas ne vient la contredire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beck U., La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 1986.

Castel R., La Montée des incertitudes, travail, protection, statut de l’individu, Paris, Le Seuil, 2009.

Chateauraynaud F., Torny D., Les Sombres Précurseurs, une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, EHESS, 1999.

Gilbert C., Le Pouvoir en situation extrême. Catastrophe et politique, Paris, L’Harmattan, 1992.

Ghorra-Gobin C., Dictionnaire des mondialisations, Paris, Armand Colin, 2006.

Maskrey A., Los Desastres no son naturales, Bogota, La RED, 1993.

Matos-Mar J., Desborde popular y crisis del Estado ; veinte años despues, Lima, Fondo Editorial del Congreso del Perú, 2010 [1re édition].

Mesclier E., Sierra A., « Élections présidentielles 2011 au Pérou : le retour inattendu du débat politique », ÉchoGéo, 2012 [http://echogeo.revues.org/13025].

PREDES, Diseño de escenario sobre el impacto de un sismo de gran magnitud en Lima Metropolitana y Callao, Lima, INDECI, COSUDE, 2009.

Protzel J., Lima imaginada. Proyecto : Culturas urbanas en America Latina y España desde sus imaginarios sociales, Lima, Fondo Editorial, Universidad de Lima, 2011.

Seiner Lizárraga L., Historia de los sismos en el Perú ; catálogo : siglos XVIII-XIX, Investigaciones, Lima, Fondo Editorial-Universidad de Lima, 2011 [1re édition].

Sierra A., Gestion et enjeux des espaces urbains à risque d’origine naturelle : les versants et les quebradas de Quito, Équateur, thèse de doctorat en géographie, université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, 2000.

Sierra A., « Risque climatique et enjeux politiques. Le cas de la crise équatorienne liée au phénomène du Niño en 1997 », G. David (dir.), Espaces tropicaux et risques. Du local au global, Orléans, Presses universitaires d’Orléans, Institut de recherche pour le développement, 2003, p. 84-94.

Sierra A., « Espaces à risque et marges : méthodes d’approche des vulnérabilités urbaines à Lima et Quito », Cybergeo : European Journal of Geography, 2009 [http://cybergeo.revues.org/22232].

Sierra A., Robert J., Durand M., Abad C., « Experiencias de gestión de los riesgos en Lima : actores y territorios urbanos », Vulnerabilidades urbanas en los países andinos (Bolivia, Ecuador, Perú), Bulletin de l’institut français d’études andines, no 3, 2009, p. 777-797 [http://www.ifeanet.org/publicaciones/detvol.php?codigo=456].

Zapata-Velasco A., « La Onda sísmica del 2007 en el Estado peruano », M. Tanaka (dir.), El Estado, viejo desconocido ; visiones del Estado en el Perú, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, Perú Problema, 2010 [1re édition].

Notes

1 Analyse menée dans le cadre des programmes INVERSES [www.inverses.org] et PACIVUR (IRD).

2 Rapport annuel Lima como vamos.

3 Le corpus comprend les articles publiés par le quotidien national El Comercio dans les 6 premiers mois suivant chacune des catastrophes de Pisco, Concepción et du Japon.

4 Le nom officiel de la centrale est Oscar Miró Quesada de La Guerra mais le nom d’usage est El Huarangal.

5 Notion développée par Michel Foucault et reprise par Cynthia Gorrha-Gobin dans son dictionnaire des mondialisations (2006).

6 L’Observatoire géophysique de Huancayo créé en 1922 est une émanation de l’institut Carnegie de Washington. Devenu IGP en 1962, il intègre un réseau international d’observation spatiale et terrestre avec la station radar de Jicamarca créée par le Standards National Bureau des États-Unis.

7 Interview réalisée le 7 juin 2012, à son bureau, Pontificie Universidad Católica del Perú.

8 Plan de Prevención por sismo 2010, Informe de gestión del Instituto Nacional de Defensa Civil (INDECI) para la Presidencia de Consejo de Ministros, décembre 2010.

9 Éditorial de El Comercio, 5 mars 2010.

10 Entretien avec Bertrand Guillier, sismoloque IRD à l’IGP.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Traitement médiatique de la menace sismique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 2 : Annonce de la catastrophe probable dans la presse populaire.
Légende Source : Ojo, 20 mars 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Figure 3 : La flambée du nombre d’expertises sur le risque.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4 : Sismicité et constructions modernes sur les falaises de Miraflores.
Légende IGP – Alexis Sierra, 2012.Élaboration : Daniel Ortiz S.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Auteur

Enseignant-chercheur en géographie, université de Cergy-Pontoise (PRODIG – Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540