Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Sixième partie. La domination à travers l’environnement

Introduction

Sophie Moreau et Julien Rebotier

Texte intégral

1La question environnementale s’impose aujourd’hui comme un défi social et politique majeur. Qu’il s’agisse des risques, du changement environnemental global, de la problématique de la durabilité ou de l’hypothèque qui pèse sur l’avenir de l’humanité, les questions environnementales motivent nombre de réflexions et d’actions aux fondamentaux, aux attendus et aux implications néanmoins très différents.

2L’approche naturaliste du milieu physique est essentielle à la compréhension des phénomènes environnementaux, mais son usage exclusif est désormais largement dépassé. Pour autant, les approches critiques et radicales soulignent la permanence de présupposés modernistes opposant la nature et la société, au risque d’autonomiser ces deux sphères, et d’adopter une perspective apolitique éludant les divergences entre acteurs, les conflits et, en amont, les relations de pouvoir qui président aux situations problématiques. Il est bien moins périlleux, pour les pouvoirs en place de blâmer la nature, ou de vouloir toujours « mieux la connaître », que d’interroger les mécanismes sociaux qui sous-tendent la production et la définition des problèmes environnementaux. Comme le rappelle le texte de Pascale Metzger et Jérémy Robert dans la première partie de cet ouvrage, la naturalisation des questions environnementales domine encore le cadre scientifique dans lequel est abordé l’environnement, notamment la question des risques, et peut-être plus encore en ces temps de changements environnementaux mêlés d’incertitudes et d’anxiété.

3Cette situation épistémique n’a pas pour seul effet de marginaliser les approches sociales. Elle joue aussi sur la façon dont les problèmes environnementaux sont traités en pratique, et donc sur des conséquences spatiales, politiques et sociales. Les lectures plutôt naturalistes et apolitiques (mais non sans implications sociales) de la question environnementale ont suscité plusieurs initiatives critiques : à partir des années 1970, des géographes radicaux ont forgé la notion de vulnérabilité pour ancrer les causalités du risque au sein de la société et cesser de réduire les risques aux (dys)fonctionnements d’un système biophysique perturbateur (O’Keefe et al., 1976 ; Watts, Bohle, 1993). La political ecology a quant à elle démontré comment les discours sur l’environnement sont imbriqués dans des rapports de force sociaux et politiques, et sont de ce fait aussi des instruments de pouvoir, sur la nature comme sur les être humains (Bryant, 1998 ; Forsyth, 2012). Enfin, une partie des chercheurs et des chercheuses engagé-es dans la réduction de la vulnérabilité pose les changements environnementaux comme l’occasion de transformer les rapports sociaux qui président à la production différenciée des risques (Mercer, 2010 ; Pelling, 2011).

4Les quatre textes rassemblés dans cette partie interprètent l’environnement à partir des sociétés et de leur fonctionnement, c’est-à-dire comme un enjeu défini par une situation sociale et politique, un moment historique et un contexte spatial. Plus particulièrement, ces textes ont en commun d’analyser le poids des rapports sociaux de domination dans les questions environnementales traitées. Comment les problèmes environnementaux peuvent-ils être posés et traités de façon à créer, renforcer ou diminuer la domination de certains sur d’autres ? De la reproduction à la subversion, comment les rapports de domination, matérielle ou symbolique, ou au contraire les luttes sociales et politiques, façonnent-ils les questions environnementales ? L’environnement apparaît alors comme un ensemble de questions dont les contours et les contenus sont dessinés et incarnés dans le cadre de relations inégales de pouvoir. Réciproquement, les processus de domination ou de lutte se définissent ou sont remis en jeu à travers des questions environnementales, aujourd’hui invasives et au fort pouvoir légitimant (Smith, O’Keefe, 1980).

5Pour aborder ces problèmes, les auteurs des quatre textes adoptent deux perspectives à la fois différentes et convergentes. Les deux premiers partent d’un objet environnemental (le risque et l’eau) défini comme un enjeu (à identifier et à gérer). Les deux autres partent d’acteurs spécifiques, les syndicats, et de leurs stratégies, qui s’avèrent consubstantielles de l’enjeu environnemental, alors défini comme cible ou ressort de leurs stratégies.

6À Lima, dans un contexte pétri d’urgence et d’images de risque (inondation, tsunami), Alexis Sierra montre comment la catégorie du risque fait irruption et devient incontournable dans la gestion de l’espace urbain. Son caractère invasif se reflète dans l’intense couverture médiatique, ou encore à travers la conjonction d’acteurs nationaux et internationaux qui la relaient avec force. À l’échelle intra-urbaine, cette même catégorie devient hégémonique et est instrumentalisée de manière à renforcer la stigmatisation de populations déjà marginalisées, à travers leur condition de vulnérables. Ainsi, le risque, décomposé en une équation simplifiée – altitude, pente, répartition spatiale des vulnérables et de ceux qui les prennent en charge – offre non seulement un cadre conceptuel et technique, mais renforce aussi la légitimité des acteurs dominant la scène urbaine dans la manière dont ils disposent des secteurs les plus populaires, informels ou couverts d’habitat précaire. Le risque est un catalyseur des rapports sociaux inégaux à Lima, loin des ressorts biophysiques qui président au tsunami, au séisme ou au glissement de terrain. Dans le texte de Mathieu Uhel sur la Bolivie et le Venezuela, l’eau est l’objet environnemental posé comme enjeu, à travers la notion d’eau mondialisée. La gestion de l’eau est abordée dans les contextes sociaux complexes des révolutions bolivienne et vénézuélienne, dans le cadre de la reconfiguration d’hydrocraties, c’est-à-dire de rapports de pouvoir mobilisés à différentes échelles autour d’elle. Mathieu Uhel met en lumière la diversité des conflits et tensions qui se nouent autour de l’eau, aussi bien pour son accès, sa distribution que sa gestion. On est loin du grand récit libéral et lénifiant autour de la « gouvernance » nécessaire et apaisée d’une ressource qui constitue un marché considérable par ailleurs.

7Si les deux premiers textes partent de thématiques environnementales pour en souligner la portée éminemment sociale, les deux derniers partent à l’inverse de logiques sociales pour y articuler l’émergence et la configuration de différents enjeux environnementaux.

8Renaud Bécot s’intéresse au dilemme syndical face à la pollution industrielle de 1945 à 1975. L’auteur prend des distances avec l’opposition trop rigide du productivisme rouge et de l’écologisme vert, à la lumière de l’histoire syndicale d’après-guerre, analysée dans le cadre de la petite industrie de la ville de Fougères. Il attire notre attention sur les frontières de la question environnementale pour les syndicats, matérialisées par les murs de l’usine. Dans quel contexte les préoccupations environnementales et sociales ont-elles été construites comme exclusives l’une de l’autre ? Par quels choix politiques les responsables syndicaux peuvent-ils inscrire la lutte sociale dans et hors les murs de l’usine ? Il explicite également la dimension instrumentale de la législation qui accompagne – et, dans un sens, institutionnalise – la séparation entre enjeux sociaux et problématique environnementale, en restituant le contexte qui donne du sens à la définition des périmètres juridiques, des actions concrètes et de leurs effets. Romain Felli et Raphaël Ramuz ancrent quant à eux leurs travaux dans la perspective matérialiste de la labor geography, en empruntant à l’analyse stratégique relationnelle pour comprendre la capacité d’agir des acteurs sociaux. Ils appliquent leur cadre épistémologique et méthodologique aux stratégies développées par les organisations syndicales durant les négociations internationales qui ont trait au changement climatique. Leur typologie identifie différentes raisons d’agir de ces organisations, en fonction de leurs représentations de l’environnement, plus précisément de leur façon d’intégrer l’environnement à une lecture matérialiste plus large des rapports sociaux. C’est la manière de consolider ou de lutter contre des rapports sociaux de domination qui différencie les postures vis-à-vis des changements sociaux présentés comme inéluctables dans le contexte du changement climatique.

9À travers l’environnement entendu comme un produit social, c’est bien de l’organisation et du fonctionnement des sociétés, ainsi que de leurs rapports différenciés à l’espace dont il est question. L’objet environnement n’a de sens et de conséquences – très concrètes – qu’à travers les logiques sociales qui le traversent ou qui s’en emparent, faisant des sociétés et de leurs territoires le point de départ et l’aboutissement de l’analyse des enjeux qu’il recouvre.

10C’est à la fois un horizon méthodologique et un message de responsabilité que délivre cette partie. Il s’agit d’affirmer l’idée de seconde nature (Smith, O’Keefe, 1980), non seulement d’une nature anthropisée, en termes matériels, mais aussi d’une nature réinventée, signifiée en termes d’enjeux sociaux, et donc porteuse de l’hétérogénéité et des tensions du champ social. Chercher à comprendre les défis environnementaux sans interroger les régimes de séparation entre nature et sociétés concourt à une forme de reproduction des rapports au milieu et à travers ces derniers, de l’ordre social. Enfin, le message de responsabilité concerne la réflexion critique qui doit accompagner une pratique de la recherche. Ne pas considérer la question environnementale comme un enjeu social amène nécessairement à négliger (dissimuler ?) des ressorts déterminants, sociaux et politiques, de l’explication.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bryant R. L., « Power, knowledge and political ecology in the third world: a review », Progress in Physical Geography, vol. 22, no 1, 1998, p. 79-94.

Forsyth T., « Politicizing environmental science does not mean denying climate science nor endorsing it without question », Global Environmental Politics, vol. 12, no 2, 2012, p. 18-23.

Mercer J., « Disaster risk reduction or climate change adaptation: are we reinventing the wheel? », Journal of international development, vol. 22, 2010, p. 247-264.

Pelling M., Adaptation to climate change. From resilience to transformation, Londres, Routledge, 2011.

Smith N., O’Keefe P, « Geography, Marx and the concept of nature », Antipode, vol. 12, no 2, 1980, p. 30-39.

Watts M. J., Bohle H, « The space of vulnerability: the causal structure of hunger and famine », Progress in Human Geography, vol. 17, no 1, 1993, p. 43-68.

O’Keefe P., Westgate K., Wisner B., « Taking the naturalness out of natural disasters », Nature, vol. 260, no 5552, 1976, p. 566-567.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540