Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Cinquième partie. « Gérer les indésirables » : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance

« Tant qu’il y aura du thym et des olives… » Résister dans un espace sous contrainte : les villages bédouins non reconnus du Néguev

Marion Lecoquierre

Texte intégral

1Il est désormais largement reconnu au sein des sciences sociales que « la géographie compte » (Massey, Allen, 1984) ; ce « tournant spatial » a notamment influencé les recherches sur les mouvements sociaux. En effet, si les mouvements de protestation sont façonnés par leur inscription dans l’espace, ils ont également un impact sur leur environnement à travers un large éventail de pratiques spatiales, de représentations et de discours.

2Cependant, cette hypothèse semble le résultat d’une théorisation éminemment ethnocentrique, fondée essentiellement sur des exemples démocratiques ou occidentaux. L’espace, moyen « de domination et de puissance » (Lefebvre, 1974, p. 5), peut représenter un véritable instrument de coercition. De quelle manière les mouvements de protestation peuvent-ils contourner ou dépasser ces contraintes, « occuper, déployer et créer des spatialités alternatives de celles définies à travers l’oppression et l’exploitation » (Pile, 1997, p. 3) ? De contrainte, l’espace peut-il devenir ressource ?

  • 1 La recherche a été effectuée en s’appuyant sur la méthode ethnographique, combinant notamment obser (...)

3À partir d’enquêtes de terrain effectuées au printemps 2012 et à l’automne 20131 dans les villages bédouins non reconnus du Néguev (Sud d’Israël), nous nous attacherons à analyser de quelle manière et dans quel but les Bédouins intègrent l’espace à leurs pratiques de résistance.

4Ce cas est intéressant à bien des égards. En effet, Israël, défini dans ses lois fondamentales comme un état juif et démocratique, fonctionne selon un régime particulier, qualifié par certains chercheurs de « démocratie ethnique » (Smooha, 1990) ou encore d’« ethnocratie » (Yiftachel, 1999). Les Bédouins sont ainsi citoyens israéliens, officiellement intégrés mais quotidiennement discriminés, notamment à travers un contrôle de l’espace accru.

5Nous verrons dans une première partie que ce contrôle de l’espace repose sur des bases historiques et des choix politiques précis, avant de nous pencher plus spécifiquement sur le cas du Néguev et des villages non reconnus, au travers de trois exemples. Nous aborderons ensuite les pratiques de résistance des activistes bédouins et des ONG qui les soutiennent, avec un intérêt particulier pour la manière dont l’espace est intégré et utilisé dans leurs actions et leurs discours.

Du contrôle de l’espace au contrôle des minorités, perspective historique

6Les stratégies de contrôle mises en place par l’État d’Israël sont en général considérées comme étant destinées à la population palestinienne de Cisjordanie et comme étant essentiellement militaires. Elles ne se limitent en réalité pas aux territoires occupés et concernent également la population arabe d’Israël, notamment les Bédouins. L’histoire commune des Bédouins et de l’État d’Israël est faite de nombreux conflits et de discriminations persistantes.

Du mouvement sioniste à l’État d’Israël : le Néguev sous contrôle

  • 2 Sur les mécanismes d’acquisition des terres, voir Kimmerling, 1983.

7Le désert du Néguev (Naqab en arabe) est habité par des tribus bédouines depuis l’époque pré-islamique (VIIe siècle). Au cours des XIXe et XXe siècles, les différentes administrations qui se succèdent dans la région (Empire ottoman, Mandat britannique puis État israélien) modifient en profondeur le cadre de vie des Bédouins : la division traditionnelle de l’espace et le système de réciprocité entre les clans sont ainsi détruits. Durant le mandat britannique, la compétition pour l’espace s’intensifie : le Fonds national juif (FNJ) est chargé d’acquérir les terres, qui étaient ensuite « gelées » et retirées du marché2.

8Après la déclaration d’indépendance et le conflit israélo-arabe de 1948, une grande partie des Bédouins présents dans le Néguev fuient vers les pays voisins, notamment en Jordanie et en Égypte. Entre 1951 et 1953, la population bédouine restante est évacuée « temporairement » et concentrée dans une zone au nord-est de la ville de Beer-Sheva (le ‘siyaj’, « confinement » en arabe), souvent désignée comme une réserve et placée sous l’autorité d’un gouvernement militaire israélien. En 1953, la Loi d’acquisition des terres transforme ces terres « évacuées » en propriété de l’État. Une fois la loi martiale levée, en 1966, de nombreux Bédouins cherchent à retourner dans leurs villages, devenus illégaux ; ils sont alors accusés d’envahir et d’occuper les terres de l’État.

  • 3 La première, Tel Sheva, a été fondée en 1969. Les autres sont Rahat, Ksaife, Arara, Hura, Segev Sha (...)

9L’arsenal juridique permettant l’appropriation des terres fut complété par une batterie d’autres mesures permettant de contrôler le territoire ainsi constitué, mais aussi de contrôler la population – ou le type de population – y vivant. Une des initiatives du gouvernement fut par exemple de concentrer la population bédouine dans sept villes leur étant exclusivement destinées3.

Les villages non reconnus, cœur et objet de la résistance

10Les villages bédouins non reconnus sont le fruit de cette législation : existant pour la plupart avant la création d’Israël, ils sont devenus « illégaux » lorsque les terres où ils se trouvent sont devenues propriété de l’État. Présentés comme étant le résultat d’une « invasion », ces villages ne peuvent prétendre aux services publics ou sociaux fournis par l’État. Certains s’organisent pour avoir accès à l’eau, les travaux d’installation et de branchement étant alors menés à leurs frais. L’électricité est en général obtenue grâce à des panneaux solaires. Tout type de rénovation, de développement ou de construction y est interdit. Les contrevenants reçoivent un ordre de démolition, qui peut être suivi d’effet après un temps plus ou moins long. La Cour suprême israélienne peut représenter un recours pour l’établissement d’écoles ou de cliniques, qui correspondent à des droits fondamentaux, santé et éducation ; l’application des jugements est cependant nettement plus aléatoire.

  • 4 Entretien du 17 avril 2012. La référence de chaque entretien est indiquée la première fois que l’en (...)

11La reconnaissance de ces villages bédouins est l’objet principal des mobilisations bédouines. « En général, les Bédouins veulent être reconnus dans leur village et que l’État leur fournisse les services de base », explique Labad Abu Afesh, cheikh du village non reconnu de Wadi al-Na’am4. En 2000, neuf villages avaient été reconnus et trente-six restaient « hors des cartes » (Human Rights Watch, 2008). Le nombre de villages non reconnus implique une grande diversité de situations : certains villages sont davantage exposés au contrôle et aux contraintes, et se trouvent au cœur de l’attention médiatique. D’autres au contraire survivent dans le statu quo. De même, une grande partie de la population bédouine n’est pas particulièrement active ou politisée. Nous nous intéresserons ici spécifiquement aux pratiques de résistance existantes, prenant l’exemple de trois villages aux caractéristiques très différentes, al-Sira, al-Araqib et Wadi al-Na’am. Sans prétendre à l’exhaustivité, l’objectif ici est avant tout de présenter une première réflexion sur le sujet.

12Les habitants d’al-Sira, village proche de la base militaire aérienne de Nevatim, n’ont jamais été déplacés, le village se trouvant à l’intérieur de l’enceinte du Siyaj. Néanmoins, la création de l’aéroport a entraîné la confiscation de terres environnantes. Chaque maison à reçu un ordre officiel de démolition et deux maisons ont déjà été détruites, en 2006 et 2012.

  • 5 Entretien du 9 avril 2012.
  • 6 Sa mission est essentiellement de « planter des arbres en Israël ». Voir [http://www.kkl.fr/] et [h (...)
  • 7 Voir [http://www.dukium.org/eng/].

13Le village d’al-Araqib, à quelques kilomètres au nord de Beer Sheva, est l’icône de la lutte pour la reconnaissance des villages bédouins. Une bataille de longue haleine oppose les habitants du village au gouvernement israélien, chaque partie revendiquant la propriété des terres. Le cheikh d’al-Araqib, Sayyah al-Turi, affirme que sa famille a acheté les terres d’al-Araqib en 19055. De son côté, l’État s’appuie sur les lois d’acquisition des terres pour soutenir que le terrain, évacué en 1953 et resté vacant pendant quelques temps, est devenu propriété de l’État. Le village et ses cultures ont été entièrement rasés le 27 juillet 2010 et les débris emportés, rendant la présence des Bédouins invisible et leurs revendications moins légitimes. La principale menace contre le village vient du Fonds national juif, chargé de faire « fleurir le désert6 », qui a entrepris de planter des arbres autour et jusque sur les terres du village. En juillet 2012, le forum du Néguev pour la coexistence et l’égalité (NCF), une ONG basée à Beer Sheva qui soutient les revendications des Bédouins, recensait la 37e intervention des bulldozers pour détruire les quelques structures régulièrement reconstruites7.

  • 8 Le nombre d’habitants est difficile à estimer, les chiffres évoqués allant du simple au double, soi (...)
  • 9 À proximité immédiate du village se trouvent une centrale électrique, une zone industrielle, une us (...)

14Wadi al-Na’am, situé au sud de Beer Sheva, est un important village bédouin8 à l’histoire tourmentée. Évacués de leur village en 1951, les membres de la tribu al-Azazme furent déplacés vers le siyaj, à l’endroit où se trouve encore le village aujourd’hui. En 1997, un tribunal décida que les habitants devaient être évacués de nouveau. Souffrant de conditions de vie très dures, notamment en raison des retombées du centre de traitement de déchets toxiques de Ramat Hovav9, les habitants de Wadi al-Na’am ont accepté d’être déplacés, mais refusent la seule option envisagée par le gouvernement, qui est de les transférer vers le township voisin de Segev Shalom.

15Si ces villages sont soumis à nombre de contraintes, notamment spatiales, s’arrêter à cette apparence de contrôle exclusif de l’espace de la part d’Israël serait une erreur. Il est en effet important de ne pas négliger le rôle que les groupes dominés eux-mêmes jouent dans le façonnement de leur environnement (Dixon, 1999). L’espace, instrumentalisé à des fins de domination, peut-il également être utilisé par les mouvements de protestation pour servir leurs revendications ? Dans quelle mesure ces dernières réussissent-elles à remettre en cause ou à transformer ces contraintes ?

Stratégies de résistance, de l’espace du village à l’espace public

16Analyser le rôle de l’espace en tant que ressource revient à s’intéresser au répertoire d’action, c’est-à-dire aux « moyens d’action à la disposition des groupes contestataires » (Fillieule et al., 2009, p. 454) en se concentrant sur la manière dont ces pratiques intègrent et utilisent les différentes dimensions de l’espace, voire mettent en place un « répertoire spatial » spécifique.

Assurer les fondamentaux : protester dans et par l’espace

  • 10 Entretien du 8 avril 2012.

17Le premier répertoire employé, le sumoud, est éminemment spatial. Désignant à la fois une pratique et un état d’esprit, le concept de sumoud est central pour la résistance palestinienne en général et est souvent présenté comme le plus important, voire le seul, des moyens de résistance à disposition. Très présent dans les discours des Bédouins et des ONG, le terme est en général traduit par « ténacité » ou « constance » et implique une « présence obstinée ». Haqma Abu-Madighem, une habitante d’al-Araqib, l’explique ainsi : « Cela veut dire que nous résistons et que nous resterons sur cette terre. Nous résisterons aussi longtemps que le thym et les olives10. »

18Le sumoud est donc fondé sur la présence matérielle, l’occupation physique d’un endroit. La présence a valeur de preuve, elle démontre le lien avec la terre et le rend visible. Elle légitime également les revendications de propriétés ou de reconnaissance en les appuyant par un fait incontestable et vérifiable (voir Kimmerling, 1983, p. 20) : c’est en effet l’absence des habitants qui a permis à Israël de prendre possession de nombreux terrains, et l’argument du nomadisme qui a souvent été invoqué par les autorités israéliennes pour réfuter tout attachement des Bédouins à la terre. Cette résistance par la seule présence, qui pourrait paraître passive, est pourtant conçue comme une vraie pratique de résistance : elle implique de continuer à vivre et signifie le refus de capituler devant les contraintes matérielles et administratives. Pour les habitants d’al-Araqib notamment, elle est clairement pensée comme un acte de désobéissance civile face aux ordres d’évacuation et aux démolitions répétées du village.

19Le marquage de l’espace, qui « manifeste l’appropriation d’un espace, ou pour le moins la revendication d’une telle appropriation » (Veschambre, 2004, p. 73), affiche cette présence de manière à la fois symbolique et matérielle. L’installation d’un panneau indiquant le nom du village près de la route la plus proche ou à l’entrée même du village est un des marquages de l’espace les plus communément utilisés. Le panneau qui se trouve à l’entrée du village d’al-Sira, par exemple, répond à un double objectif : en plus d’imposer le nom et donc l’existence de l’endroit, les habitants défient la politique du gouvernement en copiant le style des panneaux de signalisation routière officiels et en le détournant avec un signe « attention démolition ».

Figure 1 : Les panneaux installés à l’entrée du village d’al-Sira.

Figure 1 : Les panneaux installés à l’entrée du village d’al-Sira.

Source : Lecoquierre, 13 avril 2012.

  • 11 Tous les habitants d’al-Araqib font partie de la famille Abu-Madighem, elle-même composante du clan (...)
  • 12 Entretien du 9 avril 2012.
  • 13 Notes de terrain, 13 septembre 2013.

20D’autres stratégies de marquage sont également employées. Les habitants d’al-Araqib, désormais confinés dans les limites du cimetière musulman voisin du village détruit, reconstruisent régulièrement le shieg (la tente où se réunissent les hommes et où les invités sont accueillis) ainsi que deux ou trois abris de fortune sur les terres du village afin de donner à leur présence, et donc à leur résistance, une plus grande visibilité. Maryam Abu-Madighem11, une jeune fille habitant le village, explique : « Ces tentes sont des symboles, nous les regardons et nous nous souvenons que c’est notre terre12. » La présence de lampadaires dans le cimetière est expliquée de la même manière : visibles de l’autoroute, ils « signalent la présence d’al-Araqib, ils montrent que des gens vivent ici13 ».

Figure 2 : Manifestation contre la plantation d’arbres sur les terres d’al-Araqib devant le siège du Fonds national juif à Jérusalem.

Figure 2 : Manifestation contre la plantation d’arbres sur les terres d’al-Araqib devant le siège du Fonds national juif à Jérusalem.

Source : Lecoquierre, 1er février 2011.

21Enfin, l’organisation régulière de manifestations suppose une autre sorte de présence, dans l’espace public celle-ci. Les habitants d’al-Araqib, rejoints par des membres de leurs familles et quelques militants juifs israéliens, se rassemblent tous les dimanches après-midi au croisement de Lehavim, le long de l’autoroute qui relie Beer Sheva au centre et au nord du pays. Bien que Beer Sheva, la grande ville régionale, soit à quelques kilomètres seulement, le choix de manifester à cette intersection est stratégique : d’abord « pour que ce soit plus visible, pour que les gens qui viennent de différentes directions puissent nous voir » explique Haqma. Ce carrefour se trouve également à proximité du village, signalant ainsi son existence, ignorée par une grande partie de la population israélienne.

22Souvent locales, des manifestations sont également organisées dans les deux grands centres de pouvoirs que sont Tel Aviv et Jérusalem : elles sont alors organisées dans des lieux stratégiques, liés au gouvernement (résidence du Premier ministre, Parlement) ou à des instances gouvernementales (siège du FNJ).

23Toutes ces pratiques s’appuient sur l’espace afin de donner une visibilité et une légitimité accrue, ainsi qu’un poids symbolique, aux revendications et à la mobilisation des Bédouins. Ces stratégies s’inscrivent dans l’espace de la vie quotidienne, l’espace vécu décrit par Henri Lefebvre comme l’« espace des habitants », « l’espace dominé, donc subi » qui « recouvre l’espace physique en utilisant symboliquement ses objets » (Lefebvre, 1974, p. 49). Elles doivent donc composer avec les contraintes imposées par le pouvoir : les destructions de bâtiments, les barrières policières les jours de manifestation et plus généralement la position officielle qui rend toute présence dans ces villages – et donc toute activité, et toute construction – illégale.

Changer d’échelle, élargir l’audience

  • 14 Entretien du 17 avril 2012.
  • 15 Entretien du 23 mai 2012.

24Les initiatives aux niveaux local et national sont considérées de manière désabusée par la population. Si la Cour suprême est parfois vue comme un possible ultime recours, étant considérée comme plus modérée que le gouvernement, l’État est considéré comme partial et même franchement hostile aux Bédouins. Haqma affirme ainsi que « la loi ici est toujours en faveur des Juifs et contre nous, donc nous perdons forcément ». Haia Noach, du Forum pour la coexistence, dénonce un régime où « certains n’ont pas de droit et d’autres ont des droits supplémentaires14 ». Thabet Abu Ras, directeur du bureau régional d’Adalah, une ONG qui se bat pour les droits de la minorité arabe d’Israël, explique : « Nous ne nous engageons pas dans les dossiers traitant de la terre. Nous pensons qu’il n’y a aucune chance de gagner au tribunal sur les questions foncières. Cet État, Israël, en tant qu’État, est mené par des principes idéologiques15. »

25Le changement d’échelle est donc fondamental : pour nombre de mouvements sociaux, les stratégies scalaires « impliquent de dépasser les limites du local à travers les sauts d’échelle, transformant les mouvements locaux en mouvement régional, national et international afin d’étendre leur pouvoir » (Leitner et al., 2008, p. 160). Dans ce cas, c’est plutôt le niveau national qui est contourné, et le saut d’échelle vise particulièrement à rejoindre et inclure le niveau international, cherchant ainsi à renforcer les actions menées « par le bas » par une pression venue « du haut ».

  • 16 « Des peuples et nations qui présentent une continuité historique avec les sociétés précédant la co (...)

26Le Forum pour la coexistence, qui rassemble des activistes juifs et bédouins, se consacre tout particulièrement au lobbying international. Plusieurs ambassadeurs – suisse, le 8 février 2011 et anglais, le 16 mai 2012 par exemple – ont fait le déplacement dans le Néguev pour être informés de la situation des Bédouins et pour visiter les villages non reconnus. Les Nations unies occupent également une place centrale dans la stratégie mise en place : le NCF envoie des rapports aux services concernés par le sujet, comme le Haut commissariat aux droits de l’homme, ou envoie des représentants participer à des congrès (comme le Forum permanent des Nations unies sur les questions autochtones en mai 2012). Comme le fait remarquer Irène Bellier, les conférences et groupes de travail mis en place sous l’égide de l’ONU représentent autant de forums où s’effectue un changement de statut intéressant, les délégués autochtones passant « de “victimes” sur les scènes locales à “acteurs” sur la scène internationale » (Bellier, 2012, p. 63), participant directement à l’élaboration et à la mise en place de normes internationales. La définition des peuples autochtones16 et la reconnaissance des droits des peuples autochtones (déclaration du 2 octobre 2007) représentent des outils fondamentaux pour les activistes bédouins.

27Le langage et les arguments avancés par les activistes bédouins sont ainsi souvent adaptés à la scène internationale. Ils font référence aux droits humains et aux valeurs promues et défendues par les institutions internationales : condamnation du colonialisme et défense des minorités – dans ce cas des populations autochtones – notamment. La situation des Indiens d’Amérique est ainsi souvent prise comme point de comparaison. Cheikh Sayyah al-Turi nous a ainsi déclaré qu’en déplaçant les Bédouins dans des villes, le gouvernement israélien « leur a appris à voler ; il les a rendus dépendants de la cigarette, de l’alcool et du sucre ». Khalil al-Amour, habitant d’al-Sira, affirme également : « Notre problème, c’est le colonialisme […] qui prend les terres des gens et ignore leurs droits. L’oncle et le professeur d’Israël, les États-Unis, ont fait la même chose avec les Indiens d’Amérique, ils les ont tués au début. »

28Au-delà de l’échelle à laquelle les actions et revendications s’inscrivent, c’est le changement d’échelle de référence – et de gouvernance – qui est intéressant ici et qu’il faudra explorer plus avant. Le recours à la notion d’autochtonie est ici central pour plusieurs raisons : elle permet aux Bédouins de s’inscrire dans un cadre plus large que le seul cadre national, de s’insérer dans une communauté et de faire appel aux institutions internationales pour faire pression sur Israël. Par ailleurs, la définition de l’autochtonie insiste énormément sur le lien avec la terre, ce qui permet aux Bédouins d’insister sur la revendication d’une identité bédouine spécifique, menacée et liée à un territoire.

Le territoire autochtone face au territoire de la nation

29Au-delà des pratiques et discours de résistance ancrés dans l’espace local évoqués plus haut, se dessine une stratégie plus large, visant à la reconnaissance d’un statut autochtone et donc d’un lien avec la terre. La lutte pour la reconnaissance des titres de propriété, tout comme la reconnaissance des villages, sont autant de moyens de pérenniser la présence des Bédouins sur leurs terres, leur permettant d’entretenir un mode de vie fondé sur l’élevage et l’agriculture, de conserver l’organisation spatiale interne propre aux villages bédouins, etc. Les habitants de Wadi al-Na’am ont par exemple accepté depuis longtemps d’être déplacés : ce n’est pas tant l’espace où ils se trouvent qu’ils revendiquent, que le droit à avoir un espace approprié à leurs besoins, hors des grandes villes. Labad Abu Afash affirme : « Tout le monde veut vivre sur la terre qui lui appartient, sur son territoire », et Khalil al-Amour, de son côté, souligne : « Nous n’avons pas d’autres rêves que celui-ci : vivre en paix et de manière égale sur nos terres ancestrales. »

30Le recours à la notion d’autochtonie permet de renforcer l’idée que parquer les Bédouins dans des villes artificielles revient à les priver de ressources et les condamner à perdre leur identité. Khalil al-Amour explique ainsi que

« s’ils [le gouvernement israélien] concentrent tous les Bédouins dans des villes, ce ne seront plus des Bédouins… Si vous revenez cinq ou dix ans après, vous ne verrez plus aucun Bédouin, vous ne pourrez pas distinguer qui est Bédouin et qui ne l’est pas. Ils s’habilleront pareil que les autres, auront la même apparence et vivront de la même manière ».

  • 17 La réponse est sans appel : « L’État d’Israël n’accepte pas la classification de ses citoyens Bédou (...)

31Le rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones, dans un rapport de 2011, effectuait ainsi un rappel à l’ordre à l’intention d’Israël, rappelant au gouvernement son devoir de « protéger les droits des Bédouins à la terre et aux ressources dans le Néguev », soulignant l’importance culturelle et historique de leurs liens avec la terre où ils vivent (UN Human Rights Council, 2011, p. 2717).

Figure 3 : Une banderole à la manifestation hebdomadaire d’al-Araqib : « Le FNJ vole nos terres ancestrales. »

Figure 3 : Une banderole à la manifestation hebdomadaire d’al-Araqib : « Le FNJ vole nos terres ancestrales. »

Source : Lecoquierre, 8 avril 2012.

32Les Bédouins mobilisés défendent donc une territorialité particulière, proprement bédouine. La territorialité, selon Robert Sack, est : « La tentative par un individu ou un groupe d’affecter, d’influencer, ou de contrôler des gens, des phénomènes, et des relations, en délimitant et affirmant un contrôle sur un espace géographique. Cet espace sera appelé territoire » (Sack, 1986, p. 19).

33La mobilisation des Bédouins vise avant tout à voir leurs droits reconnus au sein de l’État d’Israël, ce qui leur permettrait d’acquérir un certain contrôle sur leur espace de vie, via la reconnaissance de leurs titres de propriété ou la reconnaissance de leur lien avec la terre. C’est donc une lutte pour le territoire, un territoire différent du territoire de l’État et de la nation dominante, mais qui y serait inclus. Le marquage et la présence font partie des moyens de rendre tangible ce territoire. Territoire d’une minorité, il correspond à une culture différente de la culture dominante, qui doit donc être protégée, la terre étant une condition de cette identité. Le territoire devient donc outil de revendication ; au-delà des pratiques de résistance qui le matérialisent, qui restent limitées compte tenu du contrôle étatique, ce sont donc les représentations et les discours qui sont privilégiés pour définir ce territoire alternatif à celui de l’État.

34Les activistes bédouins et les ONG qui les soutiennent défendent ainsi l’existence d’un territoire et d’une territorialité proprement bédouines, menacés car inclus dans le territoire national israélien et donc soumis aux politiques d’un État ethnocratique. En s’adressant à l’ONU, ils court-circuitent les représentations et discours de la société dominante et cherchent à définir une territorialité alternative, reconnue au niveau international.

Conclusion

35Les répertoires spatiaux mis en place par les Bédouins du Néguev s’appuient d’abord sur l’importance de la présence physique des habitants, inscrite dans l’espace de différentes manières : marquage, occupation de l’espace public, etc. Ces stratégies se déploient principalement au niveau local, mais se heurtent à la répression étatique : les panneaux indiquant les villages sont retirés, les bâtiments sont détruits, les forces de police empêchent l’accès aux lieux de manifestation…

36La stratégie principale pour contourner ces contraintes est de dépasser le niveau local et de court-circuiter l’échelon national pour s’adresser aux institutions internationales, aux activistes étrangers ou aux diplomates, autant d’acteurs qui peuvent exercer une pression extérieure sur Israël. En utilisant le cadre proposé par l’ONU notamment, les Bédouins procèdent ainsi à une redéfinition de leur espace de vie, opposant l’existence d’une territorialité autochtone à la territorialité définie par l’État comme celle de la « nation », ici le groupe ethnique dominant. Cette stratégie, qui vise à acquérir une reconnaissance et un soutien international, implique de donner une visibilité à l’identité bédouine, et donc d’insister sur leur présence et leur lien avec la terre à l’échelle locale.

37Ainsi, l’espace est à la fois enjeu, moyen et produit de la lutte menée dans le Néguev. Il se fait ressource pour la résistance des villages non reconnus, principalement à travers la production de représentations et de symboles liés à la territorialité bédouine. Cette utilisation de l’espace comme support de l’identité bédouine revient finalement à invoquer – et produire – un paysage culturel bédouin, support du territoire. Le paysage est en effet utilisé comme une preuve de la légitimité des revendications bédouines : il peut être lu et interprété. À al-Araqib par exemple, les tours organisés pour les groupes d’activistes étrangers visent à montrer les morceaux de tuyaux ou de carrelages témoignant de la présence de maisons, mais aussi les citernes et les arbres qui entourent le village, signes d’une présence ancienne. Le cheikh et son fils présentent en général les arbres plantés par le FNJ comme autant de soldats qui ont transformé le paysage familier en paysage menaçant et vidé de sa valeur culturelle. La référence au paysage culturel est donc essentielle pour la production et la revendication d’une territorialité bédouine ; elle apparaît même comme une des principales stratégies de cadrage (au sens de framing, voir Benford et al., 2012) pour les Bédouins du Néguev, en proposant un cadre interprétatif qui confirme leurs discours et contribue à légitimer leur présence et leur lien avec la terre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Benford R. D. et al., « Processus de cadrage et mouvements sociaux : présentation et bilan », Politix, no 99 (3), 2012, p. 217-255.

Bellier I., « Les peuples autochtones aux Nations unies : un nouvel acteur dans la fabrique des normes internationales », Critique internationale, no 54 (1), 2012, p. 61-80.

Bellier I., « Identité globalisée, territoires contestés : les enjeux des peuples autochtones dans la constellation onusienne », Autrepart, no 38, 2006, p. 99-118.

Dixon J., « Jerusalem today: the dialectics of power and resistance », Jerusalem Quarterly, no 3, 1999, p. 3-11.

Fillieule O., Lilian M., Péchu C. (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Human Rights Watch, Off the map, 2008, [http://www.hrw.org/reports/2008/03/30/map-0].

Lefebvre H., La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

Massey D., Allen J. (dir.), Geography matters, Cambridge University Press, 1984.

Pile S., « Introduction: opposition, political identities and spaces of resistance », M. Keith, S. Pile (dir.), Geographies of resistance, Londres, Routledge, 1997, p. 1-32.

Sack R., Human territoriality, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

Smooha S., « Ethnic Democracy: Israel as an Archetype », Israel Studies, no 2 (2), 1990, p. 198-241.

UN Human Rights Council, Report by the Special Rapporteur on the rights of indigenous peoples, James Anaya, A/HRC/18/35/Add. 1, 2011.

Veschambre V., « Appropriation et marquage symbolique de l’espace : quelques éléments de réflexion », ESO travaux et documents, no 21, 2004, p. 73-77.

Yiftachel O., « “Ethnocracy”: The Politics of Judaizing Israel/Palestine », Constellations, no 6 (3), 1999, p. 364-390.

Notes

1 La recherche a été effectuée en s’appuyant sur la méthode ethnographique, combinant notamment observation participante, entretiens semi-directifs et prise de notes. À ce stade, les entretiens ont été effectués principalement auprès des leaders et activistes des villages non reconnus, des différentes ONG qui les soutiennent et de plusieurs institutions impliquées dans la gestion des villages bédouins. Cet éventail a été complété par de nombreuses conversations informelles avec les habitants des villages non reconnus mais aussi des quelques villages reconnus et des townships.

2 Sur les mécanismes d’acquisition des terres, voir Kimmerling, 1983.

3 La première, Tel Sheva, a été fondée en 1969. Les autres sont Rahat, Ksaife, Arara, Hura, Segev Shalom et Laqiyya.

4 Entretien du 17 avril 2012. La référence de chaque entretien est indiquée la première fois que l’entretien apparaît dans le texte.

5 Entretien du 9 avril 2012.

6 Sa mission est essentiellement de « planter des arbres en Israël ». Voir [http://www.kkl.fr/] et [http://www.jnf.org/].

7 Voir [http://www.dukium.org/eng/].

8 Le nombre d’habitants est difficile à estimer, les chiffres évoqués allant du simple au double, soit entre 5 000 et 10 000 personnes.

9 À proximité immédiate du village se trouvent une centrale électrique, une zone industrielle, une usine de traitement de déchets toxiques et une zone militaire.

10 Entretien du 8 avril 2012.

11 Tous les habitants d’al-Araqib font partie de la famille Abu-Madighem, elle-même composante du clan des al-Turi.

12 Entretien du 9 avril 2012.

13 Notes de terrain, 13 septembre 2013.

14 Entretien du 17 avril 2012.

15 Entretien du 23 mai 2012.

16 « Des peuples et nations qui présentent une continuité historique avec les sociétés précédant la conquête et la colonisation de leurs territoires, qui se considèrent comme distincts des autres secteurs de la société dominant aujourd’hui ces territoires ou qui en sont partie. Ils constituent aujourd’hui, des secteurs non dominants de la société et sont déterminés à préserver, développer et transmettre aux générations futures leurs territoires ancestraux et leur identité ethnique, sur la base de leur existence continue en tant que peuple, en accord avec leurs propres systèmes culturels, leurs systèmes légaux et leurs institutions sociales » (J. Martinez Cobo E/CN. 4/sub 2/1986/7 et add 1-4, cité par Bellier, 2006, p. 102).

17 La réponse est sans appel : « L’État d’Israël n’accepte pas la classification de ses citoyens Bédouins comme peuple autochtone » (ibid., p. 28).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les panneaux installés à l’entrée du village d’al-Sira.
Légende Source : Lecoquierre, 13 avril 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 2 : Manifestation contre la plantation d’arbres sur les terres d’al-Araqib devant le siège du Fonds national juif à Jérusalem.
Légende Source : Lecoquierre, 1er février 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 3 : Une banderole à la manifestation hebdomadaire d’al-Araqib : « Le FNJ vole nos terres ancestrales. »
Légende Source : Lecoquierre, 8 avril 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

Auteur

Doctorante en géographie, Institut universitaire européen (Florence).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540