Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Cinquième partie. « Gérer les indésirables » : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance

Le traitement de la pauvreté au prisme des rapports sociaux de domination à Jakarta

Judicaëlle Dietrich

Texte intégral

1Dans un contexte d’émergence de l’Indonésie alliant croissance et enrichissement de la population, la pauvreté et sa persistance peuvent être interrogées. Le terme de « pauvreté » est très souvent utilisé pour désigner les dysfonctionnements du développement économique et humain, voire surinvesti à l’échelle mondiale : la réduction générale de ce phénomène serait l’objectif cadre du XXIe siècle de l’ONU. Si dans le monde académique le sens de cette notion reste flou, comme en témoignent ses nombreuses définitions et la difficulté de la mesurer, la perpétuation d’espaces et de populations considérés comme pauvres à Jakarta invite à interroger la fabrique de la relégation. Une interrogation d’autant plus nécessaire que la ville affiche une volonté de combattre cette pauvreté à travers des politiques publiques volontaristes. Ne pouvant s’appuyer sur une définition univoque, ces politiques se comprennent aussi selon les conceptions et représentations des acteurs en charge du traitement de la pauvreté en fonction de leurs objectifs. En tant que métropole concentrant des enjeux économiques majeurs, Jakarta se doit d’être une vitrine du développement et de favoriser son attractivité à une échelle internationale. L’espace de la ville est dès lors l’objet de politiques urbaines visant la réduction de la pauvreté et une ouverture néolibérale. David Harvey (1989) identifie ainsi la ville comme échelle pertinente pour permettre, par des restructurations politico-institutionnelles, l’accumulation du capital (Brenner, 2004).

2Dans quelle mesure les représentations liées à la notion de pauvreté produisent-elles des modalités de traitement de la pauvreté imbriquées dans les rapports sociaux de domination ? L’objet de cet article est de montrer que les discours et les pratiques sur la pauvreté dans l’espace urbain contribuent à des formes de gestion des personnes considérées comme pauvres participant à la mise en œuvre de systèmes oppressifs tels que le capitalisme. L’espace urbain, loin de n’être qu’un théâtre des formes de relégation, incarne des enjeux économiques considérés comme majeurs (Dupont, Ramanathan, 2007) et constitue un outil mobilisé par certains pour favoriser ou invisibiliser certains groupes ou certaines valeurs.

  • 1 La politique de différence promue par Marion Young consiste à lutter contre l’exploitation, la mar (...)

3La réflexion proposée porte donc sur les rapports sociaux de domination mis en œuvre par le traitement de la pauvreté dans la ville. Ce questionnement invite à un positionnement éthique permettant d’identifier l’intentionnalité et les conséquences des politiques urbaines (Brennetot, 2010). Je m’appuie ici principalement sur l’approche de Marion Young (1990), analysant la relégation politique, sociale et économique comme relevant de la logique d’un système social oppressif : les relations entre les groupes sociaux ne sont pas des relations égalitaires mais de domination et ne se réduisent pas à des problèmes de redistribution ou de reconnaissance. Ainsi, la justice, dont les politiques urbaines affirment relever, peut être évaluée en fonction de la participation de ces politiques à la lutte contre l’oppression des minorités et leur marginalisation1. Cette oppression est (re)productrice de différenciations conduisant à des injustices sociales. L’entrée par l’espace permet alors de repérer les processus d’euphémisation ou de relégation organisés et produits par la force publique ou par l’aménagement urbain.

  • 2 L’aire urbaine de la métropole rassemble 23 millions de personnes dont 9 à Jakarta. Bekasi, à l’es (...)

4Le propos s’appuie sur une enquête qualitative réalisée dans le cadre d’un travail doctoral au sein de quatre quartiers qualifiés de « pauvres » par les acteurs en charge du traitement du phénomène, à Jakarta et à Bekasi2. L’observation directe et participante s’est accompagnée d’entretiens ouverts auprès des populations de ces quartiers. Ma présence régulière m’a amenée à participer à l’enseignement dans une école informelle, à assister aux réunions de femmes et de quartier, aux élections, etc. La démarche comparative entre les quartiers (formels et informels dans chacune des deux villes) permet d’identifier les différences de traitement de la pauvreté selon les statuts attribués aux individus et aux espaces. Des entretiens ont également été menés avec les acteurs publics concernés (une cinquantaine, enregistrés dans les locaux des organismes et institutions, civiles, internationales et gouvernementales ou non gouvernementales). L’étude détaillée de rapports, lois et plans d’aménagements de la ville fait apparaître leurs implications dans la gestion de la pauvreté. Ce travail est complété par le suivi des actions mises en place, depuis leur programmation jusqu’à leur réalisation. La combinaison de ces matériaux permet d’identifier que la lutte contre la pauvreté disparaît derrière sa gestion, créant des rapports sociaux de domination variés et marginalisant les plus démunis.

5Cet article reviendra d’abord sur l’histoire de la construction spatiale de la relégation urbaine à Jakarta. Ainsi s’élabore la figure de citadins qui n’auraient pas leur place dans la ville, justifiant les stratégies d’invisibilisation de la pauvreté et des pauvres. Enfin, alors que le traitement de la pauvreté vise officiellement la réduction des inégalités, le propos s’attachera à critiquer les modalités d’application de la lutte contre la pauvreté dans la ville, en faisant apparaître qu’elles s’effectuent aux dépens des plus défavorisés.

La construction spatiale de la relégation

  • 3 La ville européenne s’est serrée sur les zones élevées entre les treize rivières qui traversent la (...)

6L’histoire urbaine de Jakarta, capitale coloniale, est profondément marquée par l’inscription dans l’espace des inégalités. La distribution spatiale de la population révèle la profonde division sociale des races. Au début du XXe siècle, les Néerlandais ont pris en charge l’aménagement de la ville afin de lui donner l’image et la forme d’une « véritable » capitale. L’espace urbain reflète alors l’organisation du pouvoir et institutionnalise les rapports sociaux inégalitaires : en 1905, l’espace résidentiel de la communauté européenne représentait la moitié de la surface de la ville pour seulement 9 % de la population urbaine, principalement dans les zones protégées des inondations3 ; la population dite native ou indigène (71 % de la population totale) était concentrée sur 20 % de l’espace de la ville. La partie restante était réservée aux groupes ethniques marchands (Chinois, Arabes et Indiens) (Abeyasekere, 1987). Le système colonial produit une différenciation entre les espaces urbains, rassemblant les lieux du pouvoir et les lieux de résidence de la population dominante dans quelques quartiers spécifiques. La morphologie et la planification sont au service de l’image de modernité à donner aux espaces du pouvoir et des dominants, en contre-modèle des espaces dits indigènes. L’espace devient ainsi un moyen d’ancrer les différenciations statutaires entre les individus dont les interactions sociales sont régies par des lois. C’est un des moyens d’institutionnaliser les rapports sociaux de domination de race, témoignant de l’inégalité constitutive du système colonial.

  • 4 « Camp » au sens littéral : ce terme concerne les groupements résidentiels des autochtones, assimi (...)

7Les populations indigènes sont concentrées dans des quartiers appelés « kampung4 ». La croissance démographique rapide entre 1900 et 1940 explique leur prolifération autour des nouveaux ensembles résidentiels. Cette proximité induit une intensification des distinctions entre les Européens, Chinois et autochtones, plus fortes que celles observables dans la vieille ville. L’extension spatiale urbaine liée à l’aménagement de nouveaux logements rattrape les villages traditionnels qui existaient d’abord hors de la ville. Dans les conceptions des autorités coloniales, le kampung représente l’ensemble urbain des classes inférieures, caractérisé selon les études hygiénistes par un manque d’aménités modernes (absence d’adduction en eau, d’assainissement ou d’électricité) source de danger sanitaire pour les Européens, et dont les relations foncières sont gouvernées par la loi traditionnelle (Silver, 2008). Ces quartiers restent identifiés comme des lieux de non modernité voire d’archaïsme du fait de leurs fonctions mixtes, à la fois lieux de vie et de travail.

  • 5 Le taux de croissance de Jakarta a été de 25 % par an entre 1948 et 1952 et d’une moyenne de 7 % e (...)

8Depuis l’Indépendance, ces différenciations spatiales se sont recomposées en s’appuyant sur les rapports sociaux de classe. Les ensembles peu denses des Européens ont été appropriés par l’élite indigène. L’entrée massive de travailleurs migrants a augmenté le nombre et la densité des autres quartiers5. Dans ce contexte, les kampung ont été les principaux réceptacles de la croissance urbaine. Déjà marginalisés dans les représentations comme rassemblant des populations infériorisées durant le système colonial, ces espaces ont connu une aggravation du manque d’infrastructures et de services primaires. Le fort solde migratoire et le sous-investissement prolongé des années 1960 (Bakker, 2007) n’ont pas permis un changement dans les perceptions de ces quartiers comme lieux de relégation. En revanche, de vastes parties de ces espaces ont été annexées à la municipalité de Jakarta et intégrées au système administratif.

9L’étalement important de quartiers aux modes de construction semi ou non permanents, aux conditions de vie sanitaires insuffisantes et au fort taux d’emploi informel, a beaucoup contribué à l’image de « grand village bas » de Jakarta, avec laquelle la municipalité veut rompre. Les différences morphologiques importantes ancrent les inégalités dans le paysage urbain. À ces kampung se sont ajoutés des quartiers spontanés dans des zones inconstructibles, édifiés le long des voies d’eau et de chemin de fer. Ils sont principalement localisés dans des espaces sous-utilisés voire vacants, près des zones d’emplois ou de zones résidentielles aisées où l’on peut trouver du travail avec peu de compétences. Ces zones informelles ont fait l’objet des principales attentions lors des périodes de déguerpissements (années 1960 et surtout fin des années 1980). La construction spatiale de la relégation est ainsi accentuée par le déplacement de ces quartiers vers la périphérie.

10Les changements institutionnels n’ont pas non plus favorisé une transformation radicale de la structure sociale et politique de la ville postcoloniale, malgré la rhétorique du changement accompagnant le nationalisme. Le transfert de pouvoir des élites européennes aux élites indigènes urbaines, composées de puissants et riches businessmen, de bureaucrates ou de militaires, soutient la structure hiérarchique préexistante. Tout en tenant un discours anticolonial, ce groupe dirigeant a soutenu les valeurs occidentales, reproduisant les rapports sociaux de domination. La concentration croissante du capital économique et du pouvoir politique au sein des élites urbaines a contribué à l’augmentation des inégalités dans la ville. L’émergence du concept d’informalité et le statut administratif spécifique qui en procède permettent alors de justifier le traitement inégal que peuvent subir certains citadins (Deboulet, 2009).

De la fabrique de « citadins indésirables » à l’invisibilisation de la pauvreté

  • 6 Cette carte donne le droit légal de vivre à tel ou tel endroit. La personne qui s’installe hors de (...)

11Cet héritage et la perpétuation des inégalités dans l’espace urbain alimentent les représentations négatives à l’endroit des pauvres. Le mythe de l’invasion par les migrations rurales participant à la production de la pauvreté dans la ville a été fortement accentué par la mise en place de la politique de la « ville close ». À partir de 1970, l’accès à la ville a en effet été réglementé. La carte d’identité fait depuis office de carte de résidence6. Bien que la capitale ne soit plus « fermée », la loi maintient une différence de statut entre le résident officiel et accepté administrativement par Jakarta et les autres, qualifiés d’« informels ». Cette migration perturbant la ville et ses résidents reste une perception prégnante, comme en témoignent les entretiens conduits tant auprès des fonctionnaires municipaux de Jakarta et de Bekasi que des agents des ONG internationales : les migrants issus du monde rural viendraient à Jakarta avec leurs familles du fait des nombreuses opportunités d’emploi mais sans compétences particulières ni atouts économiquement valorisables, ce qui les maintiendrait dans un cycle de pauvreté. En pratique, ces populations sont cantonnées à des métiers précaires et sans protection sociale (collecte de déchets, vente ambulante, etc.) permettant la reproduction de l’exploitation capitaliste.

  • 7 Les entretiens auprès de techniciens de la ville font apparaître l’idée que les populations consid (...)

12De plus, la citoyenneté officielle et reconnue (via la carte de résidence) permet, au-delà d’une légitimité, d’obtenir des droits. La production de la différenciation entre les urbains par leur statut organise ainsi la relégation d’une partie de la population tant de la vie politique (vote et élections des chefs de voisinage et de quartier) que des systèmes institutionnels d’aides sociales (aide alimentaire, école et soins médicaux gratuits). D’après les discours des pouvoirs politiques locaux, les migrants ruraux choisiraient de rester pauvres afin de bénéficier de la compassion des plus aisés et par refus d’investir pour leur place dans la ville7. La valorisation de leur position de dominé ou d’infériorisé leur permettrait de profiter de la générosité des urbains (grâce au modèle de redistribution musulman). On observe ainsi une construction sociale et culturelle de la différence entre Jakartanais et migrants par l’administration, reprise par un grand nombre d’organismes d’aide. La pauvreté qu’il faut gérer dans la ville ne serait pas une pauvreté produite par celle-ci mais importée du monde rural ; ces personnes ne seraient pas adaptables à la vie urbaine. Ces relations inégalitaires participent à la reproduction de la pauvreté dans la ville en maintenant les dominés dans une position de relégation et en leur refusant la qualification de citadins.

  • 8 Pour Jakarta, le seuil est relevé de 0,15 dollar soit plus de 360 000 personnes. Données issues du (...)

13La province de Jakarta détient le taux de pauvreté le plus bas d’Indonésie. Les statistiques officielles, seules références utilisées par tous les organismes gouvernementaux, non gouvernementaux et bailleurs, sont calculées à partir de 14 indicateurs reprenant les conditions d’habitat, l’accès aux services urbains fondamentaux, la consommation et la situation du chef du ménage (afin d’intégrer la multidimensionnalité de la pauvreté) dans toutes les provinces d’Indonésie. Or l’exigence de transposer l’évaluation de la pauvreté en une donnée économiquement mesurable est en elle-même un instrument de la domination capitaliste et de l’imposition de ce mode de pensée mainstream de la pauvreté au reste du monde, aux acteurs en charge des politiques de réduction de la pauvreté et aux « pauvres », dès lors considérés comme tels en fonction uniquement de leurs revenus. Alors que la Banque mondiale fixe cette ligne à 2 dollars par jour, la moyenne nationale est établie à moins de 0,82 dollar par jour8. Ce choix de seuil particulièrement bas permet de minorer dans les statistiques l’importance de la pauvreté dans la ville. Les personnes vivant dans les espaces interstitiels, le long des voies de chemin de fer et de certaines rivières, sont exclues de ce recensement. Elles ne rentrent donc pas dans les objectifs chiffrés du Millénaire ou du développement humain et ne sont plus un enjeu dans la lutte contre la pauvreté. Au-delà d’un simple affichage de chiffres, la question de l’informalité reste absente des politiques de traitement de la pauvreté. La population informelle n’est pas reconnue comme appartenant à la communauté des résidents de Jakarta et les autorités n’ont pas l’intention de le faire, de peur d’alimenter la migration vers la ville.

14En pratique, l’attention est surtout portée sur la pauvreté visible dans le paysage urbain, qui nuit à l’« opération promotionnelle » mise en œuvre. Ainsi, sont valorisés les signes de modernité tels que les constructions verticales pour les logements sociaux. Au cœur de la ville, la rénovation des espaces publics de quelques kampung ou la construction de hauts buildings, évocateurs de richesse, masquent les espaces perçus comme pauvres. Ces différentes stratégies d’aménagement de l’espace urbain invisibilisent les espaces de la pauvreté et par extension les populations qui y vivent. L’euphémisation du problème voire sa disparition de l’espace public permet que ces populations ne soient plus des enjeux politiques et sociaux à relever pour les politiques urbaines.

Les politiques publiques au prisme de la justice spatiale

  • 9 Dans mes cas d’étude, il s’agit de fosses septiques écologiques et individuelles financées par la (...)
  • 10 L’épouse est souvent responsable des associations de femmes du quartier ou du centre local de plan (...)
  • 11 Extrait d’entretien auprès d’un agent d’une ONG, juillet 2011.

15Au phénomène de relégation de la pauvreté et des pauvres dans des espaces délimités et contraints s’ajoute une exclusion des populations les plus défavorisées des actions majeures de gestion de la pauvreté. La domination économique et sociale s’impose comme mode de régulation des politiques de traitement de la pauvreté à l’intérieur des quartiers ciblés. Ainsi, les critères de sélection évincent de fait certaines populations du quartier et le mode d’attribution des aides accentue localement les inégalités. Les rapports inégalitaires existants, loin d’être remis en cause, sont exploités par des structures issues de groupes dominants de la société urbaine (ONG, fonctionnaires) qui, par leur action dans un quartier, contribuent à les accentuer. Pour montrer l’exemple à suivre, le « bon » modèle de vie, des ONG financées par des bailleurs internationaux attribuent gratuitement leur aide à quelques « cadres » du quartier, afin de profiter de leur capital social et symbolique9. Mes enquêtes réalisées dans trois quartiers ayant fait l’objet d’opérations d’amélioration des services urbains montrent la sélectivité des aides, distribuées en priorité à ces individus en position déjà dominante dans le quartier. L’importance donnée à la religion et à ses hiérarchies dans la société indonésienne est alors confortée puisque la majorité des bénéficiaires sont, au-delà des chefs de voisinage et de quartiers, les personnes hadj ou les responsables de la mosquée. Ils sont instruits et disposent d’un capital économique certain, en plus de leur prestige social, ce qui permet à l’ONG d’appuyer la légitimité de son action. Dépassant les fonctions administratives et officielles de certains, les tokoh – hommes de confiance non officiels mais reconnus comme tels par la communauté locale – peuvent aussi bénéficier de ces « privilèges10 ». Ce choix se justifie par l’exigence de succès des réalisations des ONG. Les autres devront être capables de financer tout ou une partie de l’aide, parfois via des prêts, car « la capacité à payer est une des clés de l’appropriation du projet par les communautés11 ». Il est exclu que les habitants participent aux travaux pour « ne pas remettre en question les équilibres dans la communauté ». L’accentuation des inégalités existantes dans le quartier en fonction du capital social des individus est alors inévitable. De plus, il faut souligner que les populations ne disposant pas d’un accès sécurisé au foncier (locataires, logements considérés comme informels), donc d’un capital spatial, sont d’office exclues de ces opérations.

  • 12 En plus des barrières d’entrée dans les quartiers résidentiels et des règlements spécifiques (tenu (...)

16La relégation sociale et économique se fabrique aussi par l’augmentation des contraintes d’accès aux espaces publics. On observe ainsi une multiplication des grilles enserrant trottoirs et petits espaces verts12. Le rôle des politiques publiques urbaines est ici central.

Figure 1 : Restrictions d’accès aux espaces publics touchant squares et petits espaces verts (trottoirs, rond-point) par des grilles d’un mètre de haut.

Figure 1 : Restrictions d’accès aux espaces publics touchant squares et petits espaces verts (trottoirs, rond-point) par des grilles d’un mètre de haut.

Source : Dietrich, juillet 2012.

17L’enjeu est d’empêcher l’installation (même temporaire) des citadins et de leurs activités (notamment informelles), repoussées aux limites de ces espaces grillagés, sur la route, hostile aux piétons. Ce modèle de la grille est d’ailleurs maintenant préféré au mur. En effet, afin de protéger la zone du chemin de fer occupée par des habitats spontanés, la compagnie responsable des réseaux ferrés a décidé, en accord avec les habitants légaux alentours, de faire poser des grilles le long des voies. C’est un choix particulièrement réfléchi. Un habitant, ancien chef administratif du quartier, déclarait en juillet 2012 :

« C’est affreux ce mur [de béton de 2,5 mètres de haut, juste devant sa maison] qui nous coupe le vent, du coup, il fait chaud dans la maison et en plus on ne voit rien derrière. La grille là-bas, c’est bien mieux, car le mur, ça leur donne l’impression qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent et vivre comme ça là, alors qu’avec la grille, je pourrai leur dire ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire. »

18Cette personne vivant à proximité de la zone d’habitat informel est un Jakartanais d’origine, de la classe moyenne. Par son statut socio-économique, il impose un rapport de domination de classe sur la population pauvre informelle en ordonnant qui peut s’installer où, ce qu’ils ont le droit de faire ou non, etc. À cela s’ajoute un rapport de pouvoir car il est celui qui redistribue l’électricité dans les logements voisins et possède des latrines payantes. Il exploite aussi son capital symbolique en tant que « bon croyant » et membre actif de la mosquée, donc comme modèle de vie à suivre. La grille lui permet d’instaurer un nouveau contrôle social. L’aménagement de l’espace urbain permet alors la relégation de citadins des espaces publics et peut appuyer les rapports de domination économiques et sociaux. L’espace est ainsi un outil de production des inégalités, dont les politiques publiques sont parties prenantes.

  • 13 Ce terme est utilisé en indonésien par les fonctionnaires municipaux du département de la populati (...)
  • 14 Sans KTP (Kartu Tanda Penduduk) en règle, on ne peut accéder à un travail formel, aux aides social (...)

19Pourtant, les politiques urbaines de gestion de la ville et de ses habitants se réclament de la justice. Cette idée est clairement affirmée tant dans le projet de planification pour Jakarta en 2030 (« planning for all ») que pour certaines actions qui en portent le nom. L’« opération Justice » (Operasi Yustisi) menée par la municipalité est fondée sur la loi locale de 2004 sur l’enregistrement de la population. L’objectif est de lutter contre l’augmentation massive des migrants dans la capitale, car cet essor pourrait avoir un « impact indésirable sur Jakarta, provoquant des problèmes sociaux majeurs comme le chômage et la pauvreté ». En pratique, cela consiste à mettre en œuvre des « razzias13 » (dans les espaces publics et en effectuant du porte à porte dans des lieux ciblés comme les quartiers pauvres à forte concentration de migrants, à proximité des zones industrielles par exemple) visant les populations n’étant pas enregistrées dans la capitale, afin de les renvoyer dans leur ville d’origine. La justification présentée est la volonté de réduire les problèmes de la ville dus à l’urbanisation en décourageant les nouveaux arrivants. Au cours des entretiens, un certain nombre de critères normatifs apparaissent pour rendre la migration « acceptable » : être éduqué, avoir des compétences, et dans l’ensemble faire partie de la classe moyenne (avoir un capital). Dès lors, un certain nombre de pratiques discriminatoires ont lieu, fondées sur le niveau économique de la personne, notamment en jouant sur l’obtention de la carte d’identité/résidence. Ceux qui ne possèdent pas ce document indiquant la ville et le sous-district comme lieu de résidence sont les plus vulnérables14. Dans les faits, ces opérations visent ceux qui apparaissent comme des migrants dans les espaces publics prestigieux ou directement les quartiers de migrants. Les « informels » encourent une peine d’amende de 5 millions de roupies (400 euros) ou trois mois de prison. S’ensuivent de lourdes démarches administratives auprès de l’ancien sous-district pour pouvoir récupérer cette pièce d’identité auprès du tribunal local.

20Par le statut de l’individu, les politiques urbaines organisent la relégation sociale et spatiale d’une partie de la population, qui n’est pas considérée comme « membre de la communauté », participant à leur fragilisation. La menace d’expulsion pesant sur les migrants peut ainsi être identifiée comme une forme d’oppression, renforçant les rapports sociaux de domination. Les critères normatifs utilisés permettent à la puissance publique de qualifier ces opérations de « justes ». L’emploi du terme de justice par les fonctionnaires municipaux est lié aux représentations dominantes : les habitants légaux de Jakarta pâtiraient des pratiques des migrants illégaux, qui profiteraient d’un espace auquel ils n’ont pas droit. Ces pratiques produisent la marginalisation d’une population considérée comme différente, non tolérée, à qui on impose une hiérarchie. Les rapports de domination qui en découlent sont, d’après l’approche de Marion Young, oppressifs et donc injustes.

Conclusion

21Dans cette étude, le rôle des modalités du traitement de la pauvreté dans la reproduction des formes de domination a été identifié. Les différentes politiques et actions en direction des pauvres témoignent ici de la construction de notions partagées par les dominants. L’organisation de l’espace urbain produit des processus de relégation participant à la marginalisation sociale et spatiale de populations déjà dominées économiquement. L’image de la ville apparaît alors comme le véritable objectif de la gestion des pauvres. De nouvelles structurations de l’espace mettent en œuvre des formes de cloisonnement, de mobilités contraintes et de distanciations sociales qui montrent la diversité des formes de domination qui s’expriment dans la ville. Les actions des ONG révèlent aussi la difficulté de s’extraire de ces rapports sociaux de domination, reproduisant alors les inégalités. En revanche, les populations urbaines y répondent grâce à leurs capacités d’adaptation. La présence de l’informalité témoigne des possibilités de négociations avec la légalité à l’échelle individuelle ou collective selon les différents positionnements.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abeyasekere S., Jakarta: a history, Singapour, Oxford University Press, 1987.

Bakker K., « Trickle down? Private sector participation and the pro-poor water supply debate in Jakarta, Indonesia », Geoforum, vol. 38, no 5, 2007, p. 855-868.

Brenner N., New State spaces. Urban governance and the rescaling of statehood, Oxford, Oxford University Press, 2004.

Brennetot A., « Pour une géoéthique. Éléments d’analyse des conceptions de la justice spatiale », L’Espace géographique, vol. 39, no 1, 2010, p. 75-88.

Deboulet A., « The Dictatorship of the straight line and the myth of social disorder. Revisiting informality in Cairo », D. Singerman (dir.), Cairo contested: governance, urban space, and global modernity, Le Caire, The American University in Cairo Press, 2009.

Dupont V., Ramanathan U., « Du traitement des slums à Dehli », V. Dupont, D. G. Heuzé (dir.), La Ville en Asie du Sud : analyse et mise en perspective, Purushartha no 26, Paris, EHESS, 2007, p. 91-131.

Harvey D., « From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler, vol. 71b, no 1, 1989, p. 3-17.

Silver C., Planning the megacity, Jakarta in the twentieth century, New York, Routledge, 2008.

Young I. M., Justice and the politics of difference, Princeton, Princeton University Press, 1990.

Notes

1 La politique de différence promue par Marion Young consiste à lutter contre l’exploitation, la marginalisation, l’impuissance, l’absence de pouvoir, l’impérialisme culturel et la violence. L’oppression est ainsi le moyen de mettre en œuvre les rapports de domination par la réduction du potentiel d’autres individus à se réaliser.

2 L’aire urbaine de la métropole rassemble 23 millions de personnes dont 9 à Jakarta. Bekasi, à l’est de Jakarta, connaît le plus fort taux de croissance de l’agglomération.

3 La ville européenne s’est serrée sur les zones élevées entre les treize rivières qui traversent la ville, alors que les quartiers des Indonésiens restaient très exposés aux aléas environnementaux (inondations).

4 « Camp » au sens littéral : ce terme concerne les groupements résidentiels des autochtones, assimilés à des « villages urbains ».

5 Le taux de croissance de Jakarta a été de 25 % par an entre 1948 et 1952 et d’une moyenne de 7 % entre 1952 et 1965 alors que le gouvernement n’avait anticipé une croissance que de 4 % par an (Silver, 2008).

6 Cette carte donne le droit légal de vivre à tel ou tel endroit. La personne qui s’installe hors de son sous-district doit demander l’autorisation aux autorités locales et procéder à la demande officielle d’une carte temporaire ou d’une nouvelle carte selon son projet. À l’époque de Sadikin (gouverneur de Jakarta entre 1966 et 1976), il fallait pouvoir donner la preuve d’un emploi.

7 Les entretiens auprès de techniciens de la ville font apparaître l’idée que les populations considérées comme pauvres ne chercheraient pas à améliorer leur habitat ou à chercher un emploi fixe : leur faible intérêt pour l’environnement urbain les inviterait à le polluer en ne gérant pas leurs déchets ou leur assainissement. Ils sont ainsi désignés comme parmi les principaux responsables des pollutions urbaines. Ces faits témoigneraient de leur volonté de ne pas s’insérer dans la société ou l’espace urbain.

8 Pour Jakarta, le seuil est relevé de 0,15 dollar soit plus de 360 000 personnes. Données issues du recensement de la population et de la pauvreté (2010).

9 Dans mes cas d’étude, il s’agit de fosses septiques écologiques et individuelles financées par la fondation Suez dans un kampung au nord-ouest de Jakarta, de latrines publiques payantes (chez des particuliers) à Bekasi et de l’extension du réseau d’eau et des connexions soutenue par la Banque mondiale.

10 L’épouse est souvent responsable des associations de femmes du quartier ou du centre local de planning familial, montrant encore leur implication au profit du quartier. Pour les habitants, leur relation personnelle avec ces responsables est essentielle car en dépendent leurs avantages et aides.

11 Extrait d’entretien auprès d’un agent d’une ONG, juillet 2011.

12 En plus des barrières d’entrée dans les quartiers résidentiels et des règlements spécifiques (tenues vestimentaires ou types activités) dans les espaces semi-publics (centres commerciaux).

13 Ce terme est utilisé en indonésien par les fonctionnaires municipaux du département de la population. Cette pratique consiste à attraper des personnes dans la rue qui ne seraient pas en conformité avec la loi (ou plutôt la norme) du fait de leur statut d’« informelles ».

14 Sans KTP (Kartu Tanda Penduduk) en règle, on ne peut accéder à un travail formel, aux aides sociales ou au vote local. Officiellement gratuite, la complexité de la bureaucratie et ses irrégularités rendent le suivi de la procédure difficile pour des personnes déjà défavorisées. Les documents pour obtenir la carte d’identité sont une lettre du chef de voisinage et du chef de quartier d’accueil, l’ancien KTP, la lettre de déménagement issue des services administratifs de l’ancien lieu de résidence (14 jours de délais), une photo, l’acte de naissance et de mariage pour obtenir la carte de famille en même temps. Documents quasi impossibles à obtenir si les personnes sont parties depuis longtemps de leur village, pour lesquels il faut parfois « récompenser le service ». Si les papiers sont périmés ou perdus, il faut payer les démarches.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Restrictions d’accès aux espaces publics touchant squares et petits espaces verts (trottoirs, rond-point) par des grilles d’un mètre de haut.
Légende Source : Dietrich, juillet 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

Auteur

Doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne (ENeC – Espaces, nature, culture).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540