Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Cinquième partie. « Gérer les indésirables » : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance

À chacun sa place. Une étude des rapports de domination dans l’aire de distribution des repas aux migrants sans-papiers de Calais

Camille Guenebeaud

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1980 et la mise en place de l’espace Schengen, le Royaume-Uni refuse l’entrée sur son sol aux migrants sans-papiers venus principalement du Kosovo, de l’Afghanistan, de l’Irak, de l’Iran, du Soudan ou encore de l’Érythrée. Ceux-ci se retrouvent de fait bloqués dans la ville de Calais, à seulement 35 kilomètres des rives anglaises, en attente de traverser illégalement.

  • 1 Arrangement administratif du 6 juillet 2009 relatif à l’action conjointe des gouvernements de la F (...)

2Leur présence dans la ville devient progressivement un enjeu important pour les autorités françaises qui s’engagent en juillet 2009 auprès du gouvernement britannique à faire disparaître « les concentrations d’étrangers en situation irrégulière à la frontière commune et à ses alentours1 ». Les actions mises en place visent alors à réduire au maximum les espaces de vie et de circulation des migrants et à les éloigner de Calais. Ainsi, la police détruit régulièrement les abris, évacue les squats, procède à des arrestations massives et chasse les migrants loin du centre-ville et des espaces de visibilité sociale. Ces actions s’inscrivent dans l’histoire des politiques de contrôle de l’immigration, mais aussi dans celle des politiques de chasse, d’enfermement et d’expulsion hors de l’espace public, des personnes considérées comme « indésirables » (Boubeker, Hajjat, 2008 ; Chamayou, 2010).

3Face à ce contrôle des places et des mouvements qui ne laisse aux migrants que peu d’espace de vie ou d’autonomie, le maintient près du port, et depuis des années, d’un lieu de distribution des repas, par les associations Salam et la Belle Étoile, est une marque claire de résistance. C’est une façon pour ces associations de reconquérir des espaces dans le centre-ville et d’ouvrir des lieux d’accueil.

4Celles-ci distribuent des repas aux migrants depuis la fermeture du centre de Sangatte en 2002. Ainsi, La Belle Étoile et le Secours catholique s’occupaient jusqu’en 2009 du repas du midi sur le quai de Moselle et Salam de celui du soir à côté du hangar Paul Devot. En 2009 et sur demande des associations, une aire de distribution commune a été construite par la mairie et la région. C’est à cet espace que nous intéresserons ici.

5Cette construction fait suite aux élections municipales de 2008 qui marquent pour Calais la fin d’une longue période communiste et l’arrivée au pouvoir d’une maire UMP. Une nouvelle mairie qui affiche l’objectif de séparer au maximum les espaces d’entraide pour migrants afin ne pas créer un « Sangatte bis ». En 2009, elle négocie l’abandon du permis de construire d’un centre d’accueil du Secours catholique qui se voulait lieu d’accueil, d’informations et espace sanitaire pour les migrants. En échange, des douches sont installées loin du centre-ville et un lieu de distribution des repas ouvre sur la zone portuaire. Le conseil régional Nord-Pas-de-Calais, de tendance PS-EELV, qui est le propriétaire du port, donne son accord pour la construction du lieu.

6L’« aire de distribution de repas aux populations en migration vers la Grande-Bretagne » fonctionne depuis le 29 octobre 2009, rue de Moscou. Fruit d’un compromis entre les associations et la mairie, l’aménagement de l’espace présente des avancées en termes de confort mais il permet également à la mairie de maintenir un certain contrôle sur les migrants. Un contrôle qui, malgré la volonté d’entraide, n’est pas non plus absent des relations entre les bénévoles associatifs et les migrants.

7C’est ici à la dimension spatiale des rapports de domination que nous nous intéresserons : comment au-delà de l’aide ponctuelle, cet espace permet-il aux autorités politiques d’invisibiliser et de contrôler les migrants ? Et comment la circulation et la distribution des corps dans ce lieu révèlent des rapports de domination entre les migrants et les bénévoles associatifs ?

8Cette communication s’appuie sur une enquête de terrain menée à Calais en 2010 auprès de migrants – qui se poursuit aujourd’hui avec les acteurs politiques, policiers et économiques – et qui s’intéresse à la dimension spatiale des rapports de domination exercés à l’encontre des migrants. De janvier à avril 2010, j’ai réalisé un travail de recherche avec certains sans-papiers vivant dans les squats du centre-ville de Calais : l’« Africa house », le « Palestinian squat » et l’« Egyptian squat ». Rester et vivre au quotidien avec eux m’a permis d’observer leurs interactions avec les riverains, les policiers et les bénévoles associatifs. J’ai par ailleurs tissé des relations avec certaines personnes et pu expliquer mon projet de recherche. J’ai ainsi réalisé avec des Palestiniens et des Kurdes une série d’entretiens enregistrés au fil des semaines que j’ai passées avec eux. La majorité des autres entretiens a été réalisée de façon plus informelle avec une prise de notes.

9Cette enquête de terrain montre l’enjeu que représente l’espace, sa production et son usage dans le contexte calaisien. Aménagée par la mairie, pensée et organisée par les bénévoles associatifs et réappropriée par les migrants, l’aire de distribution des repas à Calais agit comme un révélateur des rapports de domination en jeu. L’étude d’un micro-espace permet ici d’appréhender les différents acteurs qui gèrent la question migratoire et les rapports qu’ils entretiennent.

Marquage de l’espace par les autorités politiques

10À Calais, l’objectif de la municipalité est double : rendre les migrants moins visibles aux yeux des passants, du voisinage, des touristes, tout en les maintenant au vu et sous le contrôle de la police. L’aménagement de l’aire de distribution a permis de répondre à ce double objectif.

11Il s’agit tout d’abord de rendre la distribution des repas moins visible qu’elle ne l’était avant 2009 en la retirant de l’espace public. Dans l’ancien lieu de distribution, quai de Moselle, les migrants prenaient leurs repas au vu des automobilistes qui s’arrêtaient au feu. Dans le nouvel espace, rue Lamy et rue de Moscou des clôtures végétales de trois mètres de haut cachent la distribution des repas aux yeux des passants et des touristes.

12Pour autant, les associations qui ont signé la convention avec la mairie ne sont pas dupes de l’invisibilité que cela produit comme le montre cet extrait du journal associatif Quai Salam :

  • 2 Quai SALAM, no 13, avril 2010, p. 1.

« Mais ces bungalows ne restent-ils pas le symbole par excellence d’une politique aux deux visages ? Celle qui se veut “humanitaire” d’une part et qui d’autre part se félicite des répercussions des destructions de squats. […] Alors ce lieu de distribution ? Un moyen d’offrir du confort aux migrants ou bien de les cacher davantage ? Un pur acte de philanthropie ou bien un moyen “d’enjoliver” le paysage calaisien en écartant les parias ? Nous restons sceptiques2. »

  • 3 Demande de permis de construire, aménagement provisoire d’une aire de distribution des repas aux p (...)

13Cette volonté de cacher la présence des migrants peut aussi s’analyser en observant le choix du voisinage. L’aire de distribution ne se voit que depuis quelques maisons éclusières, situées sur la rue Lamy et séparées de l’espace de distribution par une « marge d’isolement3 » de cinq mètres de large. Ces maisons sont la propriété du conseil régional – le maître d’ouvrage de l’aire de distribution – et sont utilisées comme logements de fonction. Les habitants sont donc des agents régionaux qui se voient contraints d’accepter l’aménagement de l’aire ou de se retourner contre leur propre employeur, ce qui réduit largement leur marge de manœuvre. L’espace construit a ainsi été pensé pour masquer la présence des migrants tout en évitant les protestations des riverains.

Figure 1 : Aménagement de l’espace de distribution des repas.

Figure 1 : Aménagement de l’espace de distribution des repas.

Source : Guenebeaud, 2012.

  • 4 DDPAF 62 (direction départementale de la Police aux frontières du Pas-de-Calais), Évaluation de la (...)

14Dans un même temps, l’aménagement a également été réfléchi pour que les migrants – invisibles de l’extérieur – restent visibles et sous le contrôle de la police. C’est pourquoi il n’y a pas de clôture végétale du côté du quai mais un simple grillage. Seules les voitures de police ont accès à ce quai et elles viennent régulièrement se poster derrière le grillage et observer toute la distribution des repas. Outre l’intimidation, cette présence policière sert aussi à compter le nombre de migrants présents, comme le souligne un rapport de la DDPAF 624.

15Par ailleurs, le contrôle policier se fait aussi sentir aux abords de l’aire de distribution. Pourtant, depuis plusieurs années, les associations ont un accord avec la préfecture pour que l’espace soit « sanctuarisé », c’est-à-dire pour qu’il n’y ait pas d’arrestations sur le chemin des repas, ni pendant la distribution. Cet accord est très régulièrement bafoué et certaines compagnies de CRS sont réputées pour faire des arrestations musclées. Cette situation transforme ce lieu de distribution en souricière et certains migrants n’osent plus s’y rendre.

  • 5 La police ne peut pas expulser légalement la plupart des migrants car ils viennent de pays en guer (...)
  • 6 Réseau transnational de collectifs et d’individus qui luttent contre les politiques de contrôle de (...)

16Pour la police, empêcher les migrants de manger, de dormir, ou simplement de se reposer a pour but de les épuiser et de les décourager afin qu’ils décident de quitter Calais d’eux-mêmes5. Cette stratégie se ressent particulièrement en période de ramadan où les arrestations s’intensifient avant que les migrants ne mangent leur repas du soir. C’est ce que montre le rapport de No Border6 sur les violences policières :

  • 7 Calais : cette frontière tue. Rapport d’observation des violences policières à Calais depuis juin (...)

« Août 2010 : les repas du soir du Ramadan sont perturbés par les raids de la police. La police attaque la Jungle Soudanaise chaque soir avant le repas du Ramadan. Durant le Ramadan, les musulmans ne mangent pas tant qu’il fait jour et ils gardent leur repas après la distribution pour manger ensemble après le coucher du soleil7. »

17Ce contrôle de l’aire de distribution se traduit donc de façon concrète par une présence policière quotidienne à l’intérieur du lieu et des arrestations régulières à l’extérieur. Mais il se ressent aussi de façon plus symbolique dans l’aménagement de l’espace. En effet, les clôtures végétales qui bordent l’aire sont surmontées de bavolets reliés par des fils barbelés. Ces barbelés n’ont aucune utilité pratique, si ce n’est d’envoyer un message symbolique violent. Le barbelé « est plus qu’un trait hérissé, agressif, dont les pointes représentent les couteaux du pouvoir. Traits, pointes, barreaux et couteaux expriment directement la vocation violente et oppressive du barbelé » (Razac, 2000, p. 77).

  • 8 En anglais (traduction personnelle).

18À deux reprises, en janvier 2011 et 2012, les barbelés ont été retirés des clôtures et un message tagué a été laissé sur les bungalows : « Détruisez les grilles, détruisez les murs, détruisez les frontières, détruisez le barbelé8. » Ils ont été remplacés rapidement dans les semaines qui ont suivi.

19Cette rapide réinstallation des barbelés envoie un signal d’inhospitalité, d’indésirabilité. L’aménagement du lieu a d’ailleurs été conçu dans cet esprit : il n’y a pas de tables ni de chaises pour les repas, les préaux sont restreints et ouverts aux vents et à la pluie. L’espace n’est pas accueillant et les migrants ne peuvent pas vraiment s’approprier pas le lieu. C’est d’ailleurs les associations qui détiennent les clefs du portail et, selon l’accord avec la mairie, l’aire est fermée en dehors des horaires des repas. Il est impossible d’y dormir ou d’y mener d’autres activités.

20Cette stratégie rencontre pourtant ses propres limites. Ainsi, pendant l’été 2012, un certain nombre de migrants créent une ouverture dans une grille de l’aire de distribution des repas et dorment à l’intérieur. Leur venue dans ce lieu est notamment liée à la destruction de deux grands squats pendant le printemps et l’impression de ne plus pouvoir aller nulle part ailleurs du fait de la répression policière.

21Cependant et malgré ces tentatives de réappropriation, l’aménagement de l’aire de distribution fonctionne en grande partie selon la volonté des autorités : elle met les migrants sous contrôle policier et les soustrait au regard extérieur, tout en affichant à leur encontre un message d’inhospitalité.

22De leur côté, les associations humanitaires s’opposent à cette mise à l’écart des migrants et tentent d’utiliser l’aire de distribution dans une optique d’entraide. Pourtant, au sein de cet espace, les relations entre les bénévoles associatifs et les migrants n’échappent pas à la question des rapports de domination.

Rester à sa place : l’organisation interne du lieu de distribution des repas

23À l’intérieur de l’aire de distribution, ce sont les bénévoles qui gèrent seuls l’organisation de l’espace. Pour accéder aux repas, les migrants doivent respecter un certain ordre et se plier aux règlements établis par les associations. L’analyse de cette organisation met en lumière des rapports de domination entre les bénévoles et les migrants.

24En premier lieu, ces rapports s’inscrivent dans le principe même d’assistance, propre aux espaces humanitaires. Pendant et après la distribution, les bénévoles répondent aux demandes de couvertures et de vêtements, discutent avec les nouveaux arrivés et traduisent les papiers délivrés par la police lors des arrestations. Ces bénévoles consacrent une grande partie de leur temps et de leur énergie à venir quotidiennement à la distribution. Ils sont des interlocuteurs importants pour les migrants qu’ils écoutent, réconfortent et conseillent.

25Mais dans le cadre de cette assistance, les bénévoles réalisent une certaine « mise en ordre spatiale » et organisent de façon hiérarchisée les déplacements. Il existe deux équipes de bénévoles : une équipe qui distribue la nourriture et une autre qui contrôle la file d’attente. La préparation des repas est réalisée dans des locaux délocalisés prévus à cet effet et la nourriture est acheminée par camion jusqu’au lieu de distribution. Une équipe distribue le repas (plat chaud, dessert, pain, eau) derrière des tables, pendant que d’autres bénévoles se postent le long de la file d’attente. Ceux-ci encadrent la file et renvoient toute personne qui double au point de départ.

26Ce contrôle de la file d’attente se fait depuis des années, notamment dans le but d’éviter les conflits lorsqu’il n’y a pas assez de repas. Il est déjà arrivé que des distributions soient suspendues lorsqu’une bagarre se produit. La volonté des associations est d’arriver à maintenir le calme et à éviter les protestations. Ce faisant, elles mettent en œuvre une certaine police des places et des mouvements, une bonne façon de se mouvoir dans l’espace comme condition d’accès à l’aide humanitaire.

27Ce contrôle se ressent de façon différenciée selon les associations : jusqu’à 2009, pour les repas du midi de la Belle Étoile, les migrants formaient deux files devant la cabine, mais il arrivait souvent que ces lignes se défassent et que tout le monde entoure la cabine. Pour le repas du soir, la discipline mise en place était plus poussée avec l’association Salam : avant de monter sur le quai Paul Devot, un sas était organisé par les bénévoles qui faisaient monter les migrants deux à deux sur le quai et surveillaient ensuite toute la file (Thomas, 2011).

28Dans la nouvelle aire de distribution des repas, on retrouve ce système de contrôle. Les bénévoles se mettent dans la posture de vérifier que personne ne double ou encore pour que tout le monde sorte de l’aire à la fin du repas, comme convenu avec la mairie. Ce faisant, les associations jouent malgré elles un rôle qui convient aux autorités : maintenir un climat calme parmi les migrants, apaiser les tensions et éviter ainsi des révoltes. On retrouve ici la question soulevée par Michel Agier des liens entre l’aide humanitaire et les politiques répressives des gouvernements : « La main droite répressive et gestionnaire des flux de populations indésirables mobilise elle-même la main gauche soignante et humanitaire, piégeant ainsi par avance les élans de compassion, trop aveuglants pour laisser voir dans quel contexte ils se déploient » (Agier, 2009, p. 31). Cette remarque s’inscrit dans le cadre des rapports Nord/Sud où, selon Michel Agier, l’humanitaire sert de plus en plus à maintenir les « indésirables » au Sud, à les empêcher d’émigrer.

29Dans le contexte calaisien, les associations humanitaires s’opposent aux politiques qui arrêtent, poursuivent, enferment et expulsent les migrants pour les renvoyer hors de l’Europe. Mais dans un même temps, elles participent à rappeler les migrants à un certain ordre social et à les maintenir une certaine place à la fois physique, sociale, genrée et racisée.

30Nous parlerons ici particulièrement de racialisation comme d’un processus lié à des rapports de domination complexes où, selon Elsa Dorlin :

« La “race”, la “couleur”, la “nation”, la “religion”, la “laïcité”, “la langue”, la “région”, la “culture”, les “migrations”, les rapports “Nord/Sud”, “l’Occident/l’Orient”… se côtoient, se traduisent et se répondent, se touchent, se génèrent, se recouvrent, se déplacent, s’affrontent et se sédimentent et offrent des définitions toujours mouvantes des frontières entre “Nous” et “Eux” » (Dorlin, 2009, p. 15).

31Ce processus de racialisation met à jour la position des « Blancs » : une position sociale plus qu’un constat chromatique « objectif ».

« Le “blanc” désigne plutôt le fait de jouir de ce que l’on pourrait appeler une certaine « transparence sociale ». Cette transparence sociale suppose que l’on n’a pas à endosser de marque infâmante, quelle qu’elle soit (couleur, voile, accent, patronyme…), et qui donne en effet le privilège d’être socialement interpellé comme une personne, plutôt que comme un individu métonymique constamment ramené à un prétendu groupe, une entité, altérisé, minorisé » (Dorlin, 2009, p. 13).

  • 9 Le terme « racisé » vient du concept de racisation et permet de mettre en évidence « les processus (...)

32À Calais, les bénévoles associatifs – en majorité français, avec papiers et blancs – ont pensé et organisé un espace spécifique d’aide à destination de personnes sans-papiers pour la plupart racisées9. Or, chaque place dans l’espace correspond à une certaine place sociale et les Blancs détiennent majoritairement les places d’accompagnement, de contrôle, de décision et d’observation. Les personnes racisées se voient renvoyer à une autre place : celle de l’attente.

33Ainsi, dans la gestion de la file d’attente, les postes d’encadrement sont tenus par des bénévoles, majoritairement des hommes français blancs et ayant pour l’essentiel plus de 40 ans. Ils encadrent des hommes pour la plupart sans-papiers racisés et ayant en moyenne entre 15 et 30 ans. Au sein de l’association, la répartition des postes est également genrée, ce sont notamment les hommes qui encadrent et les femmes qui servent les repas : « Pierre et Marcel lancent des “take the line” pour que l’ordre de passage soit respecté, pendant que Sylvie Fabienne, Joëlle ou Corinne distribuent la nourriture » (Domenjoud, 2008, p. 21).

  • 10 Propos de bénévoles de la Belle Étoile (Eurin, 2010, p. 85).

34Les places d’encadrement sont donc tenues majoritairement par des hommes qui s’appuient sur la différence d’âge pour contrôler de la file d’attente. À ces rapports d’âge vient aussi s’ajouter la stigmatisation raciale. Des bénévoles rapportent la critique faite par des africains sur le caractère raciste de cette file d’attente : « Ils mangent à l’écart. Ils se sentent humiliés de faire la queue à la Belle Étoile. Ils disent que nous sommes racistes10. »

35À côté de la file d’attente, un autre groupe se forme, composé de personnes venues observer la distribution des repas. Ce groupe est mouvant, composé de journalistes, de bénévoles venus d’autres villes, parfois de personnes de l’Organisation internationale des migrations qui viennent convaincre les migrants d’accepter l’aide au retour. Ces personnes sont majoritairement blanches et disposent de papiers. Ce sont les Blancs qui sont donc aux places d’encadrement, de décision mais aussi d’observation.

36De nombreuses personnes m’ont ainsi exprimé leur mécontentement vis à vis des journalistes qui les observent et les filment en train de manger, « comme des animaux », sans jamais venir discuter avec eux. La comparaison avec le traitement des animaux revient très régulièrement pour critiquer l’attitude des dominants et, selon la sociologue Colette Guillaumin, cela ne touche pas seulement au symbolique :

« Dans les relations de classes de sexe, de classes, de peuples, de “race”, la si fréquente réduction des dominés à l’animalité est une forme sociale. Et pour les sciences humaines, il y a quelque intérêt à reconnaître l’animalisme comme fait social » (Guillaumin, 1992, p. 161).

37Pour ma part, j’ai essayé au maximum de ne pas me retrouver au milieu de ce groupe d’observateurs avant que le repas ne commence. Je me suis essentiellement rendue à la distribution des repas lorsque j’étais invitée à accompagner des personnes, comme ce fut le cas pendant les quelques semaines que j’ai passées au « squat égyptien ». Cependant, il est évident que ce que j’ai pu observer dans cette aire, je ne l’ai fait que de ma position sociale – c’est-à-dire du fait d’être une femme blanche avec des papiers –, ce qui m’a autorisé à me placer et à circuler librement dans cet espace.

38À l’inverse, le fonctionnement de l’aire de distribution des repas ne laisse pas d’espace d’autonomie aux migrants et leur confère une place d’attente. Adil, un palestinien resté quatre mois à Calais, critique ce système :

  • 11 Entretien réalisé le 27 avril 2010 en anglais (traduction personnelle).

« Tu veux que je te donne mon opinion sur les associations ? Si tu veux ça, si tu veux ça (il montre une canette de coca), tu peux le prendre, ok. Mais si tu ne sens pas… Personne ne te demande si c’est bon pour toi. Ou mauvais. Tu comprends ? La plupart de gens ici veulent que tu… Personne ne te demande ton opinion ou communique avec toi. Quelle est ton opinion à propos de ce qu’ils te donnent, ce n’est pas important ici. Parce que les gens ici (les bénévoles), ils pensent que les gens (migrants) n’ont pas appris, ne savent rien, qu’ils veulent juste survivre. Qu’ils n’ont pas le temps de penser, qu’ils n’ont rien, qu’ils ne peuvent pas refuser, qu’ils n’ont pas le choix de refuser11. »

  • 12 « Être illégalisé, c’est ne pas avoir de papiers, dans un contexte où l’identité de papier est dev (...)

39Adil est informaticien et comme beaucoup de personnes qui ont pu se payer le voyage jusqu’à Calais, il appartient plutôt aux classes moyennes et supérieures de son pays. En arrivant en Europe, les migrants vivent un véritable déclassement social lié au racisme et à l’illégalisation12 qu’ils subissent. Le fait que les associations humanitaires ne laissent pas de marge d’autonomie pour les repas participe de ce déclassement.

40D’ailleurs, pour éviter d’être confrontés à cela, certains migrants ne se rendent pas à la distribution des repas et mettent en place d’autres systèmes. Avant que la « jungle » principale des Pachtounes ne soit détruite en 2009, il existait

« un “magasin”, grande cabane bleue, vendant des boissons, des conserves, des biscuits, un peu plus cher que le supermarché d’à côté, “mais c’est normal, puisque c’est dangereux de faire les courses, à cause de la police”, dit Zulgaïjan. Il y a une “mosquée” entourée de primevères et un “restaurant”. On y sert des pains frits fourrés aux légumes, les bolâni – 50 centimes – et des assiettes de riz et de sauce – 1,50 euros » (Saybéran, 2012, p. 22).

41Ce système a été détruit en même temps que la jungle pachtoune en octobre 2009. Mais d’autres formes de fonctionnement perdurent dans les squats ou dans les abris. Avec de la nourriture achetée dans les supermarchés locaux, les migrants organisent la cuisine autour du feu et préparent souvent des repas. Cette organisation résiste aux intrusions de la police qui détruit ou gaze régulièrement les denrées alimentaires et les ustensiles de cuisine. Elle permet pour ceux qui habitent dans les squats d’avoir le choix de se rendre ou pas à la distribution.

42Mais ces systèmes autonomes de gestion des repas restent relativement instables et vulnérables et la plupart des migrants continuent de venir prendre régulièrement leurs repas à l’aire de distribution. À l’intérieur de cet espace, ils sont à l’abri des arrestations, mais leur mobilité, leurs places, leurs actions sont encadrées par les associations. L’analyse de la distribution et de la circulation des corps dans ce lieu montre que cette place met en jeu des rapports de domination liés à l’âge, au sexe et à la racialisation.

À chacun sa place

  • 13 Propos du ministre de l’Intérieur dans La loi des jungles : la situation des exilés sur le littora (...)

43En novembre 2002, le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, annonce la fermeture du centre d’hébergement d’urgence de la Croix-Rouge à Sangatte afin « d’envoyer un signal au monde entier, pour dire que ce n’est plus la peine de venir dans ce hangar du bout du monde13 ». Ce message d’inhospitalité et d’indésirabilité est resté le même dans les années qui ont suivies avec les destructions médiatisées de campements et de squats. Il s’est traduit dans l’espace par un refus de la présence physique des migrants dans la ville.

44Les associations de soutien se sont heurtées à ce refus et les négociations pour ouvrir des lieux de repas, de douches ou d’accompagnement juridique ont souvent pris la forme de luttes pour l’espace. Si pour l’aire de distribution des repas les enjeux ont surtout été ciblés sur l’aménagement du lieu, pour les douches il a été question de mise à distance. En effet, au moment où est ouvert l’espace de distribution, un bras de fer oppose la mairie et le Secours catholique à propos de la localisation des douches que les autorités veulent éloigner du centre-ville. Après plusieurs mois de blocage, le Secours catholique accepte de séparer ses activités dans trois locaux à la périphérie de la ville et déménage du 436 au 1 136 route de Saint-Omer.

45Les différents espaces associatifs ont été conçus dans ces négociations avec les autorités où l’espace, les distances, les places sont des enjeux de lutte. Et ces enjeux se prolongent au sein même de ces lieux autour de la place donnée aux migrants. L’aire de distribution des repas tout comme les douches ou le vestiaire sont des lieux auxquels les migrants ne peuvent avoir accès qu’à condition de se plier à une « mise en ordre spatiale » réalisée par les associations et d’accepter de rester à une certaine place.

46Les multiples aspects que revêt ce contrôle des places et des mouvements imposé aux migrants sous-tendent une hiérarchie sociale et spatiale inscrite notamment dans les rapports de domination de race et dans les rapports de domination Nord/Sud qui traversent les politiques d’immigration actuelles. Mais ils mettent également en jeu des résistances et des luttes dans et pour l’espace.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agier M., « Le camp comme limite et comme espace politique », C. Kobelinsky, C. Makaremi (dir.), Enfermés dehors, enquête sur le confinement des étrangers, Paris, Éditions du Croquant, 2009, p. 27-40.

Bernardot M, Camps d’étrangers, Paris, Éditions du Croquant, 2008.

Boubeker A., Hajjat A. (dir.), Histoire politique des immigrations (postcoloniales), Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

Chamayou G., Les Chasses à l’homme, Paris, La Fabrique, 2010.

Clochard O., Le Jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié : une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration, thèse de doctorat en géographie, université de Poitiers, 2007.

Domenjoud C., Tomorrow England ! La situation des migrants 5 ans après Sangatte, Paris, Les point sur les i, 2008.

Dorlin E. (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Eurin P., La Jungle de Calais. Misère et solidarité, Paris, L’Harmattan, 2010.

Falquet J., Lada E., Rabaud A., « Introduction », Cahiers du Cedref, vol. 14, 2006, p. 7-29.

Guillaumin C., Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Côté-femmes, 1992.

Lecour Grandmaison O., Lhuilier G., Valluy J., Le Retour des camps ? Sangatte, Lampedusa, Guantanamo, Paris, Autrement, 2007.

Lussault M., De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009.

Razac O., Histoire politique du barbelé, Paris, La Fabrique, 2000.

Ripoll F., Veschambre V., « L’appropriation de l’espace comme problématique », Norois, vol. 195, no 2, 2005, p. 7-15.

Sabéran H., Ceux qui passent, Paris, Carnets Nord, 2012.

Thomas O., Des émigrants dans le passage. Une approche géographique de la condition de clandestin à Cherbourg et sur les côtes de la Manche, thèse de doctorat en géographie, université de Caen Basse-Normandie, 2011.

Veschambre V., « Appropriation et marquage symbolique de l’espace : quelques éléments de réflexion », ESO Travaux et documents, no 21, mars 2004, p. 73-77.

Notes

1 Arrangement administratif du 6 juillet 2009 relatif à l’action conjointe des gouvernements de la France et du Royaume-Uni visant à sécuriser la frontière commune et à lutter contre l’immigration irrégulière.

2 Quai SALAM, no 13, avril 2010, p. 1.

3 Demande de permis de construire, aménagement provisoire d’une aire de distribution des repas aux personnes en migration vers la Grande-Bretagne pour les associations humanitaires au port de Calais, plan de masse, 25 juin 2009, plan no PCO2.

4 DDPAF 62 (direction départementale de la Police aux frontières du Pas-de-Calais), Évaluation de la pression migratoire sur le Calaisis, rapport de janvier 2010.

5 La police ne peut pas expulser légalement la plupart des migrants car ils viennent de pays en guerre. La stratégie adoptée est alors de les pousser à partir d’eux-mêmes.

6 Réseau transnational de collectifs et d’individus qui luttent contre les politiques de contrôle de l’immigration et en faveur d’une libre circulation des personnes. Ce réseau est présent à Calais depuis 2009, composé à la fois de calaisiens et de personnes venues d’autres pays européens.

7 Calais : cette frontière tue. Rapport d’observation des violences policières à Calais depuis juin 2009, rapport de juin 2011 par les militants No Border de Calais Migrant Solidarity, p. 29.

8 En anglais (traduction personnelle).

9 Le terme « racisé » vient du concept de racisation et permet de mettre en évidence « les processus historiques et sociaux qui ont engendré la partition de l’espèce humaine en groupes soi-disant socio-biologiques […]. En ce sens, une personne racisée est l’objet d’un processus de catégorisation et de différenciation en fonction de caractéristiques somato-psychologiques héréditaires socialement instituées comme naturelles. Les groupes racisés sont pris dans un rapport social asymétrique, placés en position subordonnée » (Falquet et al., 2006).

10 Propos de bénévoles de la Belle Étoile (Eurin, 2010, p. 85).

11 Entretien réalisé le 27 avril 2010 en anglais (traduction personnelle).

12 « Être illégalisé, c’est ne pas avoir de papiers, dans un contexte où l’identité de papier est devenu l’un des modes essentiels de l’existence du sujet juridique, on seulement dans son rapport à l’État mais aussi pour l’ensemble des transactions qui forment la trame de sa vie quotidienne » (Chamayou, 2010, p. 196).

13 Propos du ministre de l’Intérieur dans La loi des jungles : la situation des exilés sur le littoral de la Manche et de la Mer du Nord. Rapport de mission d’observation mai-juillet 2008, Paris, Coordination française pour le droit d’asile (CFDA), 2008, p. 16 [http://www.gisti.org/IMG/pdf/hc_cfda_rapport2008-exiles-manche-nord.pdf].

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Aménagement de l’espace de distribution des repas.
Légende Source : Guenebeaud, 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

Doctorante en géographie, université de Lille 1 (TVES – Territoires, villes, environnement et société).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540