Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Cinquième partie. « Gérer les indésirables » : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance

Loger pour exclure. Le camp de travailleurs, dispositif central d’un système de domination des migrants à bas revenus dans le Golfe arabique (exemples au Qatar)

Tristan Bruslé

Texte intégral

  • 1 Localement appelé labour camp, le camp de travailleurs est un espace de logement provisoire pour t (...)

1Au Qatar, État rentier dont l’économie repose sur le travail des étrangers et sur l’exploitation des ressources naturelles, la violence et le déséquilibre des rapports sociaux sont un fait majeur. La domination des migrants peu qualifiés se matérialise à la fois dans le cadre légal du système du parrainage propre au marché du travail dans le Golfe et dans celui, spatial, des lieux de la vie quotidienne représentés par le camp de travailleurs1. Celui-ci, logement rudimentaire et purement fonctionnel, est l’espace de vie de millions d’étrangers. Il est une forme de « logement contraint » en ce qu’il « recouvre des espaces désignés institutionnellement pour être affectés de manière provisoire à des fonctions d’accueil et de résidence de populations définies comme indésirables » (Bernardot, 2007). Parce que les conditions de logements sont indignes, et régulièrement dénoncées comme telles par Amnesty International ou Human Rights Watch, la question du gouvernement de la vie, un problème central des politiques modernes (Collier, Lakoff, 2005), se pose en termes accrus au Qatar.

  • 2 En suivant l’interprétation d’Agamben (2007) sur Foucault, le dispositif est ici entendu ici comme (...)
  • 3 Fin 2012, la Confédération internationale des syndicats a lancé une campagne d’information sur le (...)

2Les questions « comment vivre ? » et surtout ici « comment faire vivre ? » sont d’ordres à la fois éthique, technologique et biopolitique et s’imposent au Qatar où elles ont une dimension intrinsèquement collective et politique (ibid.). L’espace comme expression des rapports de pouvoir entre État, entreprises et migrants doit être pris en compte tant sa construction révèle de dynamiques conflictuelles entre groupes sociaux (Lefebvre, 2000). Je me demanderai alors comment la domination des travailleurs migrants peu qualifiés s’exprime spatialement et en quoi le logement est un dispositif central des rapports sociaux au Qatar2. Aussi, j’aborderai l’étude des rapports spatiaux de domination en postulant que la « logique néolibérale de croissance économique [s’]articule avec des problèmes biopolitiques relatifs à la sécurité de la population » (Ong, 2008, p. 118), tant la croissance économique et l’explosion démographique, d’origine migratoire, sont liées au Qatar. Aux croisements entre dynamiques d’intégration mondiale, migrations de travail et urbanisme, le logement des travailleurs migrants est l’illustration de la biopolitique d’un État à l’économie ouverte sur le monde mais au régime non démocratique. Or, les questions biopolitiques et techniques relatives à la gouvernementalité des populations, donc liées à des pratiques ayant des qualités ou des valeurs, sont au cœur des problèmes éthiques contemporains (Collier, Lakoff, 2005). Donner une réponse à l’interrogation « comment fait-on vivre les autres ? » a des dimensions morales et engage le chercheur pour qui il existe des pratiques acceptables. Au Qatar, les pratiques du gouvernement des plus faibles font partie de configurations mondiales (global assemblages) (Collier, Ong, 2005) qui sont les manifestations localisées d’ensembles hétérogènes de forces (néolibéralisme, régime autoritaire, marché mondial des matières premières, mondialisation migratoire). Ainsi, des situations sont créées dans lesquelles les formes et les valeurs des existences individuelles et collectives sont en jeu (ibid.). En mettant l’accent sur l’entrelacement d’enjeux politiques, économiques et techniques, l’étude du régime d’existence (regime of living) (Collier, Lakoff, 2005) renvoie aux acteurs du contrôle, à leurs pratiques et à la dimension technique de la manière dont la vie est envisagée. La notion de régime d’existence implique « des configurations éthiques formées en relation avec des technologies et une biopolitique » (ibid.). Elle concerne les manières ou les méthodes de gouvernement, qu’elles soient du domaine étatique ou privé. L’étude du camp de travailleurs s’insère dans une réflexion sur la biopolitique et la manière dont les significations et les valeurs de la vie sont construites (Fassin, 2009). Les pays du Golfe, où les valeurs de la vie, le droit à la ville ou la dignité de l’existence sont hautement différentiels, sont donc un lieu d’étude exemplaire de politiques à l’éthique discutable. Au Qatar en particulier, l’engagement du côté des plus faibles semble aller de soi tant l’inégalité de la distribution des richesses est visible, tant les conditions de vie dépendent de l’origine nationale et du niveau de qualification. Mais la compassion envers les ouvriers ne suffit pas. Elle doit être le déclencheur d’une approche critique des rapports de domination et de leur expression. La signification de l’objet de recherche s’inscrit aussi dans un devoir de déconstruction des discours dominants sur le Qatar, dont la fascination pour le pouvoir financier et géopolitique masque un désintérêt pour ceux qui produisent en partie la richesse3. La position subordonnée du chercheur au Qatar, ou dans le Golfe, doit être dépassée pour montrer comment existe un véritable système organisé de mise à distance des travailleurs étrangers.

  • 4 Le programme de recherche TerrFerme « Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du c (...)
  • 5 Je connais le premier camp, où vivent environ 210 personnes, depuis 2006. J’y ai habité trois sema (...)

3Cette communication est issue de travaux sur l’enfermement dans le cadre du groupe de recherche TerrFerme4. Trois périodes de terrain au Qatar, dont trois semaines dans deux camps de travailleurs, m’ont permis d’appréhender les conditions de logement des travailleurs à bas revenus et l’idéologie de la relégation qui existe dans ce pays5.

  • 6 On entend par vie reléguée, une vie instrumentalisée à des fins productives uniquement, qui laisse (...)

4Après avoir introduit le contexte légal et symbolique de la présence des immigrés au Qatar, je montrerai comment l’espace est utilisé pour exclure. Je tenterai enfin d’aborder les problèmes biopolitiques de la vie reléguée6.

Néolibéralisme, parrainage et le migrant sud asiatique

5Le régime d’existence des migrants au Qatar s’inscrit dans un contexte de richesses, le Qatar ayant le PIB/habitant le plus élevé au monde (100 000 dollars par habitant, migrants inclus), grâce à l’exploitation du gaz naturel en particulier. L’économie qatarie est résolument tournée vers le libéralisme, à part sur le marché du travail où les libertés (de se syndiquer, de changer d’emploi) sont inexistantes ou très réduites pour les étrangers. Il n’existe pas de salaire minimum, celui-ci étant décidé par les ambassades pour leurs propres ressortissants.

  • 7 Le décompte par nationalité n’est pas rendu public.
  • 8 Les hommes sont la plupart des célibataires géographiques, dont la famille est restée dans le pays (...)

6En 2013, sur deux millions d’habitants, les Qataris seraient au maximum 250 0007. Par le système du parrainage (kafala), l’État délègue la responsabilité du migrant à une personne physique ou morale de nationalité qatarie qui devient garante du travailleur. Le parrain obtient un permis de travail et de résidence au travailleur étranger, en contrepartie d’un versement monétaire. Si le migrant souhaite changer de travail, il lui faut l’accord de son parrain, qu’il donne rarement. De la même manière, il ne peut rompre son contrat ni quitter le pays sans l’accord de son parrain. Quant à faire venir sa famille, cela est interdit en dessous de 850 euros de salaire mensuels. Le système de la kafala est donc le socle légal d’un système de contraintes dans lequel le migrant, a fortiori s’il dispose d’un faible capital social et culturel, est captif des intentions de son parrain. Il s’agit d’une « violence structurelle » (Gardner, 2010) et légale caractéristique de l’infériorisation dans laquelle sont maintenus les travailleurs qui tombent parfois dans des situations de travail forcé. Au Qatar, les étrangers, principalement d’origine sud-asiatique, occupent 94 % du marché du travail, et quasiment 100 % des emplois privés (Baldwin-Edwards, 2011). Travailleurs sur contrat temporaire, ils n’obtiendront jamais la citoyenneté qatarie. À défaut, certains peuvent obtenir des visas de plus longue durée, de toute façon attachés au permis de travail. Devant ce qui est ressenti comme une invasion étrangère, la société qatarie, qui a subi des bouleversements profonds depuis une trentaine d’années, perçoit le migrant sud-asiatique comme une menace pour l’identité nationale (Heeg, 2010). Le célibataire sud-asiatique est craint mais l’ouvrier est vu comme utile au développement du pays8. La dimension éthique de la construction du migrant comme sujet apparaît par le biais d’une stigmatisation sociale qui se traduit en relégation spatiale.

Production et domination de l’espace des travailleurs

  • 9 Les migrants sont entendus comme célibataires hommes, et plus marginalement femmes.

7La manière dont est utilisé l’espace urbain révèle un principe d’assujettissement et de séparation dans lequel la stigmatisation symbolique se matérialise par une mise à l’écart spatiale et une volonté d’invisibilisation des migrants9. L’ordre urbain correspond en grande partie à l’adéquation entre une catégorie de population et un espace, laissant de côté toute considération sur les qualités de la vie des migrants.

8La ségrégation spatiale est ancienne au Qatar où, jusque dans les années 1950, elle était fonction de l’appartenance à une tribu, au statut d’esclave et au genre. Avec l’enrichissement du pays à partir des années 1960-1970, et l’afflux de dizaines puis de centaines de milliers d’étrangers, la politique de zoning mise en place a induit un quadrillage de l’espace résidentiel fonction de l’appartenance à une nationalité (la dichotomie Qataris/non Qataris étant la plus forte) et à une classe sociale (Nagy, 2006). Les expatriés occidentaux, cadres de haut rang, vivent entre eux dans des ensembles résidentiels fermés tandis que les Qataris se regroupent plutôt dans des quartiers de maisons individuelles. La ségrégation est aussi fonction du statut marital : la majorité des habitants, c’est-à-dire les migrants célibataires, habite hors de la ville dans les zones industrielles ou dans les centres-villes délabrés délaissés par les Qataris. Alors que jusque dans les années 1980 il pouvait exister une certaine mixité sociale et nationale dans les immeubles du centre de Doha (Adham, 2008), celle-ci a disparu. Les projets urbanistiques sont aujourd’hui dirigés vers un urbanisme de spectacle dans lequel la ville-théâtre déploie ses lieux et son architecture comme autant de scènes exposées aux spectateurs locaux et mondiaux (Salama, 2012). La ville est pensée pour une élite qatarie et internationale, dans laquelle les hommes pauvres issus des périphéries mondiales n’ont pas leur place. À cause de la difficulté à comprendre les politiques publiques car elles ne sont pas rendues publiques, le chercheur observe donc les résultats de politiques de facto ségrégatives.

9Le Qatar compte trois principales zones industrielles. Celles-ci rassemblent toutes les activités considérées comme polluantes : des usines, des ateliers, des garages et des camps de travailleurs. Situées en dehors des principales villes du pays, elles forment des espaces à part caractérisés par une matérialité dégradée, le peu de considération dans lesquelles sont tenus les ouvriers se traduisant par une déshumanisation de leurs espaces de vie. La monotonie des plans quadrillés, l’absence d’arbres ou d’espaces verts, le manque d’entretiens des routes, le défaut d’éclairage nocturne, la poussière omniprésente, le ballet des camions et des bus, l’inexistence de trottoirs, l’architecture ultra-fonctionnelle : tout sépare ces espaces de relégation avec l’espace dominant du Qatar. Ils sont en outre mal reliés aux centres-villes, à cause d’un système de transport public défaillant qui renforce le sentiment de mise à l’écart, le terme de prison étant régulièrement employé par les migrants pour parler de leur expérience. Zones industrielles et camps forment ainsi un dispositif de cantonnement et de contrôle des hommes, qui réduit leur vie à une dimension productive.

  • 10 Il existe des camps de femmes, très fermés et interdits d’accès aux hommes, mais pas de camps mixt (...)
  • 11 Il va sans dire qu’aucun Qatari n’habite un camp de travailleur. Vue l’augmentation démographique (...)

10Le camp de travailleurs a été importé en Arabie Saoudite par l’entreprise pétrolière étatsunienne Aramco pour loger ses travailleurs (Vitalis, 2009). Il est issu de pratiques racistes dites « lois Jim Crow » qui institutionnalisent la ségrégation. Ce « mode de logement en dortoirs » (dormitory labor regime), tel qu’il est caractérisé en Chine du Sud par Ngai et Smith (2007), existe dans les mines d’Afrique du Sud, au Canada et aux États-Unis dans les régions agricoles et en Espagne. Au Qatar, les entreprises employant une main-d’œuvre nombreuse logent dans les camps leurs ouvriers qui n’ont pas d’autre choix que d’y habiter10. En avril 2010, selon les chiffres du recensement, 920 000 personnes (dont 1,5 % de femmes) vivaient dans des labour camps. Cela représentait 55 % de l’ensemble de la population habitant au Qatar et environ 62 % de l’ensemble des étrangers11. 41 % des hommes logeant en labour camp sont âgés de 25 à 34 ans tandis 93 % ont un niveau d’éducation inférieur au niveau secondaire. La zone industrielle de Doha, située à une vingtaine de kilomètres du centre-ville, accueillait par exemple 261 000 habitants, logés dans des camps où chaque dortoir abritait en moyenne neuf personnes, alors que la loi du travail impose un maximum de quatre personnes par dortoir. Ces quelques chiffres donnent la mesure d’un mode de logement qui concerne la majorité de la population habitant au Qatar. Comme dans l’ensemble du Golfe arabique, le gouvernement du logement repose ainsi sur des bases spatiales, ethnoraciales et sociales (notamment sexuées).

Figure 1 : Un camp de travailleurs fait de mobile-homes, caractéristique d’une vision temporaire de la migration.

Figure 1 : Un camp de travailleurs fait de mobile-homes, caractéristique d’une vision temporaire de la migration.

Source : Bruslé, septembre 2011.

  • 12 Pour une étude de la vie quotidienne dans un camp de travailleurs, voir Bruslé, 2012.

11La matérialité des camps et des zones industrielles où ils sont localisés dénote, sauf dans de rares cas, une totale absence d’empathie pour la condition de travailleurs (figure 1). Le mauvais état général des camps, les problèmes sanitaires, l’entassement et l’absence quasi-totale de distractions font du camp un espace de dénuement où rien ou presque n’est mis en œuvre pour l’épanouissement de l’individu. Le quotidien d’un camp de travailleurs est marqué par la répétition et la monotonie12. Dans les bâtiments impersonnels et les dortoirs où l’intimité est réduite à son strict minimum, la vie hors du travail est placée sous le signe de l’ennui : « Au village le temps s’envole, ici il ne passe pas » (figure 2). À l’intérieur du camp lui-même, la surveillance est lâche, les allers et venues sont peu contrôlés (quelques camps seulement sont fermés). Le camp symbolise néanmoins un espace de la contrainte, celle d’une migration de travail pas forcément choisie et celle d’une vie dédiée à l’entreprise. La domination des travailleurs s’exprime surtout par la situation de relégation spatiale des camps, la difficulté ou l’impossibilité de se déplacer et de fréquenter les espaces non spécifiquement destinés aux ouvriers.

Figure 2 : Dans le dortoir d’un camp, un homme fait passer le temps tandis que deux autres préparent du thé.

Figure 2 : Dans le dortoir d’un camp, un homme fait passer le temps tandis que deux autres préparent du thé.

Source : Bruslé, septembre 2011.

12D’autres phénomènes d’éviction construisent une identité masculine ethnicisée. D’une part, depuis le 1er novembre 2011, les célibataires ne sont plus autorisés à habiter dans les zones résidentielles, c’est-à-dire familiales, à la suite de plaintes des habitants à propos de nuisances prétendument créées par les migrants, vis-à-vis des femmes en particulier. D’autre part, le vendredi, unique jour de congés de la semaine, les principaux centres commerciaux, le zoo, la promenade en bord de mer de Doha, le faux vieux souk sont interdits aux célibataires en vertu de la règle du jour de la famille (Family Day). Ces politiques discriminatoires, de fait dirigées contre les travailleurs à bas revenus sud-asiatiques, participent d’une production à la fois genrée et ethnicisée des rapports sociaux, fondée sur des stéréotypes entretenus par les médias. Mises en œuvre à la fois par des acteurs publics et privés, elles sont à l’origine de la création d’espaces d’exclusion, tels qu’ils ont été remarqués à Dubaï (Elsheshtawy, 2008). Les espaces publics ne sont pas envisagés comme des biens communs mais comme des territoires exclusifs destinés à une certaine catégorie de la population. Une fois de plus, la question de l’accès égalitaire à l’espace, que l’on pourrait qualifier d’éthique, est réglée par des mesures autoritaires. Rares sont les voies qui s’opposent à de telles mesures. L’existence des uns (les familles qataries ou occidentales) prime sur la vie des autres.

  • 13 Les projets de camps « luxueux » (luxury labor camps) ou de « villes pour célibataires » (bachelor (...)
  • 14 C’est par exemple ce qu’affirme un businessman qatari dans le courrier des lecteurs de The Peninsu (...)

13La philosophie de l’éviction et du cantonnement des travailleurs migrants, imprègne tous les projets urbanistiques13 et répond aux attentes de la population qatarie14. Le régime d’existence imposé aux migrants prend donc ici une dimension morale (condamnable) à travers les valeurs attribuées aux migrants et une dimension technique (le camp), le tout dans un contexte d’incommensurables inégalités. Les espaces dominés et déclassés sont appelés à le rester, même si leurs formes pourront changer. Le cantonnement des migrants à des espaces méprisés est une politique clientéliste : l’invisibilisation d’une majorité gênante est au service de la légitimité d’un pouvoir politique. Comme à Dubaï, « de plus en plus, les pauvres sont éloignés [des centres] vers des labour camps ou des villes invisibles tandis que la ville elle-même est bâtie pour les riches et les puissants » (Elshestawy, 2008).

Espaces dominés et enjeux biopolitiques

  • 15 L’analyse semble être valable pour l’ensemble des camps de travailleurs des pays du Conseil de coo (...)
  • 16 Des entreprises sont soucieuses de mieux loger leurs employés mais elles sont minoritaires.
  • 17 La consommation d’alcool de contrebande (marché noir, distillation artisanale) ou de parfum est né (...)

14Le camp de travailleurs, tel qu’il existe au Qatar15 est un moyen de gestion des étrangers s’articulant entre les besoins de différents marchés (travail, hydrocarbure, construction). La forme de logement adoptée est donc le fruit d’une rencontre entre des éléments mondiaux et situés localement ; elle peut être considérée comme l’expression territorialisée de configurations mondiales (Collier, Ong, 2005). Ainsi, les besoins en main d’œuvre du Qatar, nécessités par sa volonté de développement économique, induisent non seulement des flux de migrants considérables, mais aussi des processus ségrégatifs fruits d’exigences locales. D’un point de vue éthique, la question du gouvernement de la vie devrait impliquer des préoccupations pour la qualité de la vie, le respect d’une forme morale du faire vivre. Cela devrait supposer un mode de gouvernement en accord avec des principes moraux censés avoir une cohérence. Or, les pratiques de logement illustrent au contraire l’instauration d’un régime d’existence dérogatoire où toute considération du bien-être des ouvriers apparaît comme absente16. En décidant de la vie des groupes, en normalisant la vie quotidienne, en contraignant les corps (interdiction théorique de l’alcool et des relations sexuelles), le modèle du camp de travail tente de rationaliser la conduite des migrants17. Il est bien un dispositif de production de corps dociles et à ce titre une « machine de gouvernement » (Agamben, 2007, p. 42). De la stéréotypisation des migrants comme dangereux et indésirables à leur confinement dans les camps, la volonté d’homogénéisation des vies des sujets considérés uniquement dans leur dimension productive implique un régime d’existence dans lequel l’éthique comme pratique de normes est inexistante. Les normes relatives au bien-être des hommes, qui pourraient servir de mesure du « bon traitement » n’ont plus cours. Le différentialisme culturel sert de justification à des pratiques indignes.

15Le camp de travailleurs et les zones industrielles sont des espaces de négation des besoins élémentaires des hommes (liberté de circulation, intimité, confort, espace vital), de leurs projets et de leurs aspirations individuelles. Ils forment bien un « assemblage contingent de valeurs et d’éléments politiques et techniques » (Collier, Lakoff, 2005, p. 24) emprunt d’une dimension biopolitique (Ong, 2008). Mais la politique de la vie n’est pas qu’une question de techniques, elle est aussi porteuse de significations et de valeurs (Fassin, 2009). L’espace des zones industrielles et des camps de travailleurs est un espace produit par les élites (« la représentation de l’espace » selon Lefebvre) dans lequel les habitants sont quasiment dépossédés de toute action sur l’espace, à part dans les espaces intérieurs. Au Qatar, « l’espace dominant, celui des centres de richesses et de pouvoir, s’efforce de façonner les espaces dominés, ceux des périphéries » (Lefebvre, 2000, p. 61). Ainsi, si les zones industrielles et leurs bâtiments, par leurs signaux architecturaux, reflètent la valeur de leurs occupants, que dire des habitants des camps ? L’espace dominé des migrants est un espace fonctionnel volontairement non inclusif, non intégrateur. Parce que le migrant peu qualifié est considéré comme de passage, son espace de vie temporaire ne nécessite pas d’investissements. Dans la perspective des gestionnaires de l’espace, le camp est un espace sans valeur pour des hommes sans valeur.

16Vivre dans un espace dominé ne signifie pourtant pas perdre toute volonté de revendication. Bien que les formes de négociation entre employés et entreprise soient quasi inexistantes, que le « silence des usagers de l’espace » (Lefebvre, 2000, p. 63) soit une réalité, l’espace du camp est aussi celui des revendications et des grèves (Buckley, 2013 à propos des camps à Dubaï). Dans certains cas donc, l’espace de la domination peut être celui, très risqué, de l’affirmation. Les quelques révoltes d’ouvriers dont j’ai pu avoir écho, contre les mauvaises conditions de logement, la mort d’hommes pendant leur sommeil ou le non-paiement de salaires se soldent généralement par l’expulsion des manifestants sine die hors du Qatar. Ainsi, des formes de résistance plus douces existent, tournées vers les espaces intimes, autour du lit en particulier.

Enjeux éthiques, réponse technique

17La biopolitique telle qu’elle est mise en place au Qatar correspond bien à une normalisation de la vie par l’imposition de décisions concernant quel type de vie les hommes doivent mener (Fassin, 2009). Les principes moraux qui gouvernent le traitement pratique des migrants, dont la vie quotidienne est régentée par la non-reconnaissance et les inégalités, font partie d’un régime de vie imposé aux plus faibles. L’existence sociale et biologique des hommes est donc envisagée dans son acception la plus réduite, les libertés élémentaires étant bafouées. Le camp est donc un dispositif central dans la subjectivation et la construction de l’ouvrier migrant.

18L’assemblage particulier de dynamiques mondiales de circulations de travailleurs et d’exigences locales vis-à-vis de ces mêmes travailleurs participe à la création d’espaces dominés dans lesquels la vie des ouvriers migrants n’est pas source de préoccupation. Le camp de travailleurs et les zones industrielles montrent comment le confinement spatial est un dispositif de relégation central de la gestion des migrations. L’espace est à la fois un moyen et un produit de techniques de gestion de la différence ehtnoraciale et sociale, comme le montre le va-et-vient constant entre stigmatisation territoriale et sociale, dans les discours des habitants et les pratiques des administrations et de l’État qataris. Les espaces urbains sont tracés selon des lignes de valeur de leurs habitants, les espaces destinés à l’élite qatarie ou internationale étant survalorisés et les espaces des ouvriers étant déshumanisés et sans qualités. La « punition par l’espace » (Milhaud, 2009) prend son expression dans le système de ségrégation dont la pierre angulaire est le logement. La volonté d’éloigner, de cacher et de soumettre les corps des migrants fait des politiques urbaines des politiques biopolitiques différentialistes dans lesquelles l’espace, sa gestion, est au service d’une idéologie de la domination.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adham K., « Rediscovering the island: Doha’s urbanity from pearls to spectacle », Y. Elsheshtawy (dir.), The Evolving Arab City. Tradition, modernity and urban development, Londres/New York, Routledge, 2008, p. 218-257.

Agamben G., Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Éditions Payot/Rivages, 2007.

Baldwin-Edwards M., Labour immigration and labour markets in the GCC countries: National Patterns and Trends, Kuwait Programme on development, governance and globalisation in the Gulf States, Londres, London School of Economics, 2011.

Bernardot M., « Loger et déplacer les indésirables. Sociologie du logement contraint », C. Levy-Vroelant (dir.), Logement précaire en Europe. Aux marges du palais, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 286-303.

Bruslé T., « Daily Life, privacy and the inmate metaphor in a Nepalese Workers’ Labour Camp (Qatar) », South Asian Multidisciplinary Academic Journal, no 6, 2012, [http://samaj.revues.org/3446].

Buckley M., « Locating neoliberalism in Dubai: migrant workers and class struggle in the autocratic city », Antipode, vol. 45, no 2, 2013, p. 256-274.

Collier S. J., Lakoff A., « On regimes of living », A. Ong, S. J. Collier (dir.), Global assemblages: technology, politics and ethics as anthropological problems, Malden, Blackwell, 2005, p. 22-39.

Collier S. J., Ong A., « Global assemblages, anthropological problems », A. Ong, S. J. Collier (dir.), Global assemblages: technology, politics and ethics as anthropological problems, Malden, Blackwell, 2005, p. 3-21.

Elsheshtawy Y., « Transitory sites: mapping Dubai’s “forgotten” urban spaces », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 32, no 4, 2008, p. 968-988.

Fassin D, « Another politics of life is possible », Theory, Culture & Society, vol. 26, no 5, 2009, p. 44-60.

Gardner A., « Engulfed: Indian guest workers, Bahraini citizens, and the structural violence of the kafala system », N. De Genova, N. Peutz (dir.), The Deportation regime. Sovereignty, space, and the freedom of movement, Durham/Londres, Duke University Press, 2010, p. 196-223.

Heeg J., Seeing security : societal securization in Qatar, thèse de doctorat en science politique, université de Georgetown, Washington, 2010.

Lefebvre H., La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974 [réédition 2000].

Milhaud O., Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, thèse de doctorat en géographie, université Bordeaux Montaigne-Bordeaux 3, 2009.

Nagy S., « Making room for migrants, making sense of difference: spatial and ideological expressions of social diversity in urban Qatar », Urban Studies, vol. 43, no 1, 2006, p. 119-137.

Ngai P., Smith C., « Putting transnational labour process in its place: the dormitory labour regime in post-socialist China », Work Employment Society, vol. 21, no 1, 2007, p. 27-45.

Ong A., « Scales of exception: experiments with knowledge and sheer life in tropical Southeast Asia », Singapore Journal of tropical Geography, vol. 29, 2008, p. 117-129.

Salama A. M., « Narrating Doha’s contemporary architecture: the then, the now – the drama, the theater, and the performance », Digital Architectural Papers, no 8, 2012, p. 4-8.

Vitalis R., America’s kingdom. Mythmaking on the Saudi oil frontier, Londres/New York, Verso, 2009.

Notes

1 Localement appelé labour camp, le camp de travailleurs est un espace de logement provisoire pour travailleurs migrants. Aucun travail n’y est effectué.

2 En suivant l’interprétation d’Agamben (2007) sur Foucault, le dispositif est ici entendu ici comme un ensemble hétérogène d’éléments discursifs et non discursifs, reliés entre eux de manière à former un réseau. Il a une fonction stratégique et s’inscrit dans une relation de pouvoir.

3 Fin 2012, la Confédération internationale des syndicats a lancé une campagne d’information sur le sort des ouvriers affectés à la construction des infrastructures de la coupe du monde de football qui aura lieu au Qatar en 2022. Le but est que le Qatar s’engage à respecter les droits essentiels des travailleurs.

4 Le programme de recherche TerrFerme « Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain », est financé par l’ANR (réf. : ANR-08-JCJC 2008-0121-01) et le conseil régional d’Aquitaine (réf. : 2010407003).

5 Je connais le premier camp, où vivent environ 210 personnes, depuis 2006. J’y ai habité trois semaines grâce aux contacts népalais que j’y ai créés. Le deuxième camp, qui accueille une quarantaine d’hommes, me fut ouvert directement par le manager de l’entreprise hébergeant les ouvriers. Mes demandes d’entretiens dans les administrations qataries ont toutes été refusées. J’ai pu rencontrer quelques dirigeants d’entreprises occidentales, au discours très policé.

6 On entend par vie reléguée, une vie instrumentalisée à des fins productives uniquement, qui laisse de côté le citoyen, le parent ou le consommateur. La relégation de la vie se traduit par une certaine déshumanisation des espaces de vie.

7 Le décompte par nationalité n’est pas rendu public.

8 Les hommes sont la plupart des célibataires géographiques, dont la famille est restée dans le pays d’origine.

9 Les migrants sont entendus comme célibataires hommes, et plus marginalement femmes.

10 Il existe des camps de femmes, très fermés et interdits d’accès aux hommes, mais pas de camps mixtes. Les familles n’habitent pas des camps mais des immeubles ou maisons particulières. Dans les camps, la nourriture est généralement fournie et entrent ainsi dans la rémunération des hommes, à hauteur de 40 euros par mois. Les hommes sont affectés à un dortoir et à un lit. Ils peuvent ensuite en changer, après accord du responsable du camp, si une place se libère. L’entretien des dortoirs est laissé à leurs occupants. Tous les dortoirs ont la même taille. Le responsable du camp vit seul dans sa chambre.

11 Il va sans dire qu’aucun Qatari n’habite un camp de travailleur. Vue l’augmentation démographique depuis 2010, la proportion d’étrangers habitant en camp doit aujourd’hui dépasser les 70 %.

12 Pour une étude de la vie quotidienne dans un camp de travailleurs, voir Bruslé, 2012.

13 Les projets de camps « luxueux » (luxury labor camps) ou de « villes pour célibataires » (bachelor cities) promettent une amélioration des conditions de vie des hommes et surtout un ensemble de services (supermarché, mosquée, terrains de sports, cinéma) disponibles sur place. Ils ne sont en fait que la poursuite d’une politique de relégation des ouvriers hors des espaces qataris.

14 C’est par exemple ce qu’affirme un businessman qatari dans le courrier des lecteurs de The Peninsula (28 juin 2012) : « En l’absence d’équipements dédiés aux célibataires et aux ouvriers non qualifiés, ils viennent dans les parcs publics, les hôpitaux, les centres commerciaux et les restaurants, empêchant ainsi les familles de fréquenter ces lieux. Le gouvernement doit leur fournir ces types d’équipements dans les zones où ils vivent. »

15 L’analyse semble être valable pour l’ensemble des camps de travailleurs des pays du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar).

16 Des entreprises sont soucieuses de mieux loger leurs employés mais elles sont minoritaires.

17 La consommation d’alcool de contrebande (marché noir, distillation artisanale) ou de parfum est néanmoins répandue. Mais tout comme les relations sexuelles (illicites pour les célibataires), elles peuvent donner lieu au renvoi du pays sans autre forme de procès.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Un camp de travailleurs fait de mobile-homes, caractéristique d’une vision temporaire de la migration.
Légende Source : Bruslé, septembre 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 2 : Dans le dortoir d’un camp, un homme fait passer le temps tandis que deux autres préparent du thé.
Légende Source : Bruslé, septembre 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

Auteur

Chercheur en géographie, CNRS (Centre d’études himalayennes).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540