Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Cinquième partie. « Gérer les indésirables » : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance

Introduction

Florence Bouillon, Armelle Choplin, Camille Schmoll and Djemila Zeneidi

Full text

1Les textes présentés dans cette section abordent les relations entre espace et rapports de domination de manière dialectique, en montrant que l’espace est tout à la fois expression, révélateur et vecteur des rapports de pouvoir. Les auteur-es s’attachent tou-tes à décrire comment les différentes formes de domination s’inscrivent dans l’espace, utilisé pour exclure, soumettre et contrôler. L’espace est le produit de rapports de pouvoir, en même temps qu’il produit à son tour des inégalités, de la vulnérabilité, de l’oppression : le processus est circulaire.

2Bien que les chapitres se réfèrent à des vocabulaires et des univers conceptuels très différents pour penser la domination, ils ont pour point commun de partir de la situation concrète et quotidienne de populations marginalisées. Ils ont donc l’intérêt de rendre compte des effets de pouvoir sur les populations en question.

3Les rapports de domination présentés se matérialisent sous deux motifs spatiaux très souvent articulés : mise à l’écart et « encampement » (Agier, 2008). Les textes décrivent en effet des groupes sociaux relégués dans des espaces précis et ce selon une logique de containment, car leur mobilité est sous surveillance. Camille Guenebeaud montre qu’à Calais, il s’agit de « rendre les migrants invisibles aux yeux des passants, du voisinage, des touristes, tout en les maintenant au vu et sous le contrôle de la police ». Le labour camp décrit par Tristan Bruslé s’apparente à un dispositif de confinement des migrants népalais au Qatar, soumis à une obligation d’y résider et limités dans leur accès à l’espace public car considérés comme une menace potentielle pour les femmes qataries.

4Au-delà des spécificités propres à chaque contexte socio-culturel et politique, les textes présentés ici mettent en évidence des figures d’outsiders, qui se construisent à partir d’un rapport négatif à l’identité et à la citoyenneté. Les populations dominées font l’expérience d’une vulnérabilité liée en grande partie à un statut juridique spécifique limitant leurs droits. C’est le cas très explicitement au Qatar, mais aussi à Jakarta où, comme l’explique Judicaëlle Dietrich, la carte de résident conditionne l’accès aux droits politiques et sociaux, évidemment à Calais où les migrants sont « sans papiers », ou au Néguev, où Marion Lecoquierre démontre que les Bédouins bien que citoyens israéliens, subissent de constantes discriminations. À travers ces catégories d’altérisation se renforce un clivage entre un « eux » et un « nous ». La production de ces catégories entretient en retour la légitimité des pouvoirs en place, souvent celui de l’État. Ces frontières sociales, hiérarchies et exclusions se traduisent par ailleurs concrètement dans l’espace. Ce dernier est donc toujours intéressant à lire dans ses interactions avec les autres dimensions de la domination.

5Si les formes prises par la ségrégation ou la relégation spatiale connaissent des singularités en fonction de chaque contexte historique (comme le décrivent Marion Lecoquierre et Judicaëlle Dietrich), ces textes rendent compte des effets du capitalisme globalisé. La mise en concurrence des espaces urbains, et en particulier des métropoles, conduit à des pratiques d’invisibilisation des « indésirables » qui, littéralement, « font tache » dans les espaces publics de la ville. Plusieurs textes évoquent les dispositifs d’exclusion et de discrimination des pauvres, des migrants, des hommes célibataires, invitant à une approche intersectionnelle de la domination. Ces dispositifs vont de l’interdiction juridique faite aux travailleurs migrants de se trouver dans les espaces publics de la ville certains jours (Qatar) à l’installation de grilles permettant de contenir les migrants ruraux (Jakarta), ou au déplacement en périphérie de l’aire d’accueil des migrants (Calais). Par ailleurs, le changement d’échelle de la division sociale du travail entraîne de vastes mouvements de populations, produit les conditions légales de leur exploitation et renforce les enjeux économiques relatifs à l’espace.

6Les textes montrent bien que les pouvoirs publics adoptent des options différentes, voire ambigües, pour « gérer les pauvres », qui vont de la domination socio-spatiale pure et assumée comme telle (au Qatar) à l’ambivalence (à Jakarta, avec les politiques de lutte contre la pauvreté). Mais dans tous les cas, on relève la production de groupes de population définis comme indésirables, et la production parallèle d’un discours de stigmatisation (sur leur prétendue inadaptabilité, opportunisme, violence, etc.). Cela passe par la mobilisation à contresens de l’idée de « justice » pour défendre les intérêts des « locaux », des « citadins » ou des « riches », comme à Jakarta où les citadins pâtiraient de la présence des quartiers informels et de leurs habitants ou au Qatar, où les femmes seraient victimes des agressions (ou comportements déplacés) des travailleurs migrants asiatiques. Le mythe de « l’invasion » est également largement mobilisé, y compris lorsqu’il s’agit d’« étrangers de l’intérieur » (au Néguev). Les mises à l’écart s’accompagnent donc toujours de constructions symboliques et idéologiques de dénigrement de ceux que l’on exclut ou exploite.

7Dans tous les contextes décrits par ces textes, les indésirables subissent en outre une menace d’expulsion permanente. Ces citadins vulnérables vivent dans une situation d’instabilité chronique, ne sachant jamais s’ils vont pouvoir demeurer : les migrants calaisiens sont régulièrement expulsés de leurs lieux de vie et peuvent l’être du pays, les ouvriers du Qatar sont reconduits à la frontière dès lors qu’ils ne font pas montre d’une totale docilité vis-à-vis de leur employeur (et de l’État certainement), les migrants ruraux de Jakarta peuvent être « déguerpis » de leurs quartiers informels, les Bédouins chassés de leurs villages au Néguev. Si les processus de subjectivation qui font suite aux mécanismes de domination ne sont pas au cœur des articles, on devine la violence de ces vies qui sont toujours sujettes à rupture, déplacement forcé, expulsion spatiale et légale.

8Enfin, chacun des textes aborde la question de la résistance de ces personnes mises à l’écart. Allant de l’adaptation secondaire au mouvement social, de l’infrapolitique à l’action organisée, différents registres de résistance se dégagent. L’espace peut donc également être une ressource pour les personnes mises à l’écart, qui s’en saisissent pour se faire entendre ou se rendre visibles. Mais à la lecture de l’ensemble émerge la question des conditions de possibilité de cette résistance. Dans certains contextes, comme au Qatar, elle est presque impossible : les ouvriers qui se révoltent sont licenciés et expulsés du pays. L’auteur suggère alors que la résistance se pratique discrètement, dans l’aménagement d’un coin, d’un lit. À Jakarta, les pratiques informelles sont qualifiées d’« adaptations », mais sans que les plus relégués ne paraissent avoir les moyens de peser sur les décisions publiques. Il semble en être de même à Calais, où les migrants résistent en occupant de nouveaux lieux, en squattant des bâtiments. Marion Lecoquierre, qui prend cette entrée de la résistance comme axe central, décrit la manière dont le territoire fait ressource pour les Bédouins par la simple présence dans les villages, mais aussi par l’organisation de manifestations, ou d’autres actions collectives. Cette question de la résistance pose celle des échelles d’analyse et des lieux de revendication. Tout comme les politiques de domination par l’espace (politiques coloniales, politiques d’aménagement urbain), les revendications, résistances, coalitions s’expriment majoritairement au niveau local. Elles se déploient du plus « micro » (le lit des migrants) au plus « macro », comme dans le cas des Bédouins qui agissent à la fois localement et internationalement (auprès d’ONG de défense des droits humains), parvenant à contourner le niveau national, inopérant. La capacité à passer d’une échelle à l’autre, et plus encore, à atteindre l’échelon supérieur devient déterminante pour se faire entendre.

9Parce qu’ils évoquent à la fois des démocraties libérales et des États autoritaires, ces textes abordent les configurations multiples – territorialisées ou non – des régimes d’oppression (par le statut juridique minoré, l’exclusion sociale ou la domination économique et culturelle). Ils sont in fine révélateurs de la montée en puissance d’institutions et d’autres acteurs (bénévoles, associations, ONG), dont le rôle et les positions sociales et morales sont ambivalents dans cette « gestion des indésirables ». Les démocraties libérales sont tout particulièrement aux prises avec des logiques de domination hétérogènes et parfois antinomiques, notamment lorsque humanitaire et répression cohabitent dans la politique de prise en charge de certains groupes sociaux (Agier, 2008 ; Fassin, 2010). C’est dire le caractère « sensible » de ces terrains (Bouillon, Fresia, Tallio, 2006), comme des enjeux qu’ils soulèvent.

Bibliography

Références bibliographiques

Agier M., Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 2008.

Bouillon F., Frésia M., Tallio V. (dir.), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie. Paris, EHESS, 2006.

Fassin D., La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Le Seuil/Gallimard, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540