Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Quatrième partie. Genre, espace et imbrication : des rapports de domination

Crise de l’ananas et transformation de la division sexuée du travail en milieu rural en Côte d’Ivoire

Raphaël Kouadio Oura

Texte intégral

  • 1 Institut national de la statistique de Côte d’Ivoire.

1En milieu rural ivoirien, la domination de genre est caractérisée par l’absence d’autonomie des femmes vis-à-vis des hommes : elles sont confrontées à une difficulté d’accès à la terre et aux revenus agricoles. Les hommes s’appuient sur la force de travail de leurs épouses pour sécuriser les revenus paysans, dans un contexte où la main-d’œuvre rémunérée s’est raréfiée. Les besoins de main-d’œuvre restent alimentés par les épouses (Soro, 2012). Mais, pour leur profit, les hommes détiennent les exploitations de rente quand les femmes font du vivrier pour l’autoconsommation. Cette répartition permet aux hommes de prendre en charge les besoins fondamentaux du ménage c’est-à-dire la santé et la scolarité des membres. Toutefois, Soro fait remarquer que « la situation des femmes et des familles a évolué à partir de la fin des années 1970, marquées par le vieillissement des plantations, la baisse des rendements et celle des revenus tirés du café et du cacao » (ibid., p. 30). Dès lors, les hommes ont eux aussi investi dans le vivrier et la place des épouses dans le système de production s’est transformée. Les contraintes sont d’autant plus grandes que certains agriculteurs sont eux-mêmes soumis à une autre forme de domination, celle des propriétaires terriens. En effet, la question foncière en Côte d’Ivoire forestière est structurée par les rapports entre autochtones et migrants (Soro, Colin, 2008). Les rapports de genre ont commencé à prendre une dimension spatiale. Ils s’expriment sous la forme d’un renforcement de domination masculine là où les contraintes foncières sont plus grandes. L’exemple de la sous-préfecture de Bonoua, dans le sud-est ivoirien en est une illustration. Il existe des villages d’allogènes burkinabè, concentrés dans l’espace de production de l’ananas ; ils représentent plus de 40 % de la population rurale (INS, 19981), et les villages d’autochtones Abouré, propriétaires terriens, moins soumis aux contraintes foncières. Chez eux, la domination masculine est moins accentuée.

2Bonoua est la principale région de l’ananas ivoirien, avec 75 % de la production nationale (Oura, 2010). Mais cette filière dans laquelle les migrants burkinabè se sont fortement investis, est entrée en crise depuis 2002, année à partir de laquelle la baisse des prix et la mévente des produits ont provoqué des pertes importantes chez les producteurs. Dans mes travaux portant sur l’essoufflement de l’ananas à Bonoua, j’ai montré que les hommes se sont impliqués dans le manioc comme alternative à cette crise (Oura, 2013). Or, généralement, « les hommes s’adonnent aux cultures d’exportation, plus valorisées, délaissant aux femmes l’essentiel des travaux dans la culture vivrière » (Eyoman, 2005, p. 25). Mais dans le cas de Bonoua, leur intérêt pour le manioc tient surtout à la contrainte foncière à laquelle sont confrontés les non-autochtones. Ici, la loi coutumière n’autorise pas aux migrants l’accès à la terre pour les cultures pérennes. La grande rentabilité de l’ananas a sans doute masqué auparavant ce déséquilibre entre autochtones et burkinabè. Aujourd’hui, la dichotomie autochtones-allogènes s’est renforcée avec la vulnérabilité de ces derniers qui, dans leur tentative de trouver des réponses, développent des stratégies qui rendent complexe la situation des femmes.

3La présente analyse porte sur l’articulation entre deux formes de domination sur ce territoire. Comment de la domination autochtones/allogènes est-on arrivé au renforcement de la domination masculine ? Et comment la domination de genre renforce-t-elle aujourd’hui le pouvoir des autochtones ?

  • 2 En Côte d’Ivoire, la sous-préfecture désigne une entité administrative rassemblant plusieurs villa (...)

4Elle s’appuie sur un travail d’enquête mené en 2012 à Bonoua, sous-préfecture2 rurale située au sud-est du pays, dans la région administrative du Sud-Comoé. La ville de Bonoua, chef-lieu de la sous-préfecture, est située à 60 km de la métropole abidjanaise et à seulement 20 km d’une autre ancienne capitale, Grand-Bassam (et chef-lieu du département). La forte présence de migrants (Burkinabè essentiellement), attirés par les potentialités agricoles de Bonoua (forêt, richesse du sol, climat pluvieux, proximité d’Abidjan) et l’attachement des autochtones Abouré à leur coutume sont les caractéristiques majeures de cette localité. Cette sous-préfecture de 42 villages est aussi connue pour la diversité de son agriculture. L’enquête a été conduite sur trois villages de production du manioc. Elle fait suite à deux premières enquêtes, menées respectivement dans le cadre de la maîtrise (2002) et de la thèse (2010). Ces différentes enquêtes ont permis de saisir les transformations de ce territoire pendant plus de dix ans, tant sur le plan du paysage agricole que sur celui du cadre de vie des populations. Cette dernière enquête s’est faite par un questionnaire auprès des ménages sur la base d’un échantillon au 1/20. Ces questionnaires ont permis d’interroger aussi bien des hommes que leur(s) épouse(s) ainsi que des femmes chefs de ménage. 45 ménages du village d’autochtones Yaou, 17 de Tchètchimbé et 60 d’Ono-Salci, deux villages d’allogènes, ont ainsi été recueillis (tableau 1).

  • 3 Un questionnaire différent a été adressé à chaque catégorie de personne.
  • 4 Toutes les données des tableaux et des figures de ce chapitre sont tirées des enquêtes de l’auteur (...)

Tableau 1 : Catégorie d’individus3 interrogés par village4.

Tableau 1 : Catégorie d’individus3 interrogés par village4.

5Au total, ce sont donc 242 individus qui ont été interrogés. Cette population est composée de 95 autochtones concentrés essentiellement à Yaou et de 147 migrants dans les villages de Tchètchimbé et Ono-Salci. La polygamie est davantage pratiquée dans les villages d’allogènes. Elle n’est cependant pas perceptible dans cet échantillon du fait du retour de certaines femmes au Burkina Faso depuis que l’ananas est entré en crise.

6Le questionnaire a porté sur les rapports fonciers entre autochtones et migrants et sur la division sexuée du travail. Il s’agit des conditions d’accès des allogènes et des femmes aux parcelles de culture et du niveau d’implication des femmes dans les activités (agricoles ou commerciales). Il a aussi permis de recueillir la perception des enquêté-es sur les transformations de leurs conditions de vie, la crise de l’ananas, le niveau de disponibilité de la main-d’œuvre et les opportunités que le manioc leur offre ou pas.

Bonoua, un espace marqué par des rapports sociaux de domination

Les rapports fonciers autochtones/allogènes et hommes/femmes

7La terre est la principale source de production agricole. Pourtant, plusieurs agriculteurs et agricultrices y ont difficilement accès à Bonoua. La gestion foncière repose sur la coutume locale rigoureusement respectée de tous. Ici, la terre est le bien de la communauté Abouré et ne peut être aliénée. Le droit de propriété n’est donc réservé qu’aux autochtones (tableau 2).

Tableau 2 : Répartition des répondants selon le statut foncier.

Tableau 2 : Répartition des répondants selon le statut foncier.
  • 5 Environ 114 euros (sur la base de 1 euro = 656 francs CFA).

8Le tableau 2 fait ressortir les inégalités d’accès à la terre. Dans le village d’autochtones, Yaou, près de 90 % des chefs de ménage sont propriétaires terriens contre 6 % à Tchètchimbé et 3 % à Ono-Salci. Les propriétaires fonciers ne représentent que 18 % de l’effectif total enquêté. Aucune femme et aucun allogène enquêté n’était propriétaire, conformément au droit coutumier. Si certaines autochtones peuvent quelques fois faire la demande à des propriétaires terriens, la majorité se retrouve dans la même situation que les allogènes et leurs épouses. Dans la société Abouré, tout comme d’ailleurs dans la plupart des sociétés agricoles ivoiriennes, les femmes n’ont pas droit à la propriété foncière. Dans ce cas, la pratique des cultures pérennes leur est impossible. La seule possibilité qui s’offre à elles autant que les ménages d’allogènes, est la location de la terre à un coût moyen annuel de 75 000 francs CFA l’hectare5. Si la location foncière a permis au préalable aux femmes autochtones d’investir dans le manioc, les allogènes ne se sont quant à eux adonnés qu’à l’ananas, une culture qui se développe sur un cycle de 18 mois. Le contrat de location tient donc sur deux ans au maximum et le propriétaire peut décider de le rompre. Ainsi, face à la crise, les autochtones ayant à leur disposition la terre, sont mieux armés que les allogènes. Si au temps de l’ananas, cette inégalité est restée peu perceptible, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Avec le manioc, les migrants jugent maintenant excessif le prix du louage de la terre. Les propriétaires font pression en menaçant de rompre les contrats de location.

9L’inégalité a pris la forme d’une domination autochtone sur les migrants. En effet, même si la culture du manioc a permis à ces derniers de réduire les risques de pauvreté que la crise de l’ananas a pu provoquer, les allogènes continuent d’envier la situation des Abouré qui ont eu la possibilité de s’adonner à d’autres cultures d’exportation. Le caoutchouc et le palmier à huile, jugés plus rentables, gagnent ainsi du terrain.

10Malgré les atouts du manioc (Oura, 2013), les planteurs burkinabè ont toujours la nostalgie de la culture de l’ananas qu’ils trouvent avantageuse. « Aucune culture en Côte d’Ivoire n’est plus rentable que l’ananas. Ce n’est donc pas le manioc qui peut l’égaler. Il n’y a même pas de comparaison à faire ! Nous le faisons pour nous débrouiller, en attendant que l’ananas revienne un jour se repositionner. » Confrontés à la baisse des revenus, voici comment des paysans d’Ono-Salci expriment leur nostalgie pour l’ananas d’exportation. La crise a en effet provoqué un bouleversement des rapports sociaux.

Une domination financière des autochtones et le renforcement du clivage villages d’autochtones/villages d’allogènes

  • 6 Respectivement 4 181 euros et 4 878 euros.

11Pendant les années glorieuses de l’ananas, les producteurs disposaient des plus importants revenus agricoles dans la région. Les migrants figuraient donc parmi les planteurs les plus aisés. Les revenus actuels ne leur permettent plus de rivaliser les autochtones dont les revenus ont même augmenté dans certains cas, avec le palmier et surtout l’hévéa. Par exemple, le revenu annuel de quinze producteurs de manioc de Tchètchimbé est de 1 743 000 FCFA contre 3 200 000 FCFA6 pour l’un des planteurs d’hévéa de Yaou. Dans ces conditions, la situation des allogènes s’est détériorée par la crise comme le témoigne l’un des Burkinabè enquêtés : « La crise nous a rendu vulnérables ; les autres s’enrichissent avec l’hévéa pendant que nous nous appauvrissons avec le manioc. Nous sommes condamnés à faire cette culture qui nous rapporte très peu. » Cela va à l’encontre des travaux de Chaléard (1996) qui soulignait plutôt la grande rentabilité du vivrier marchand, comparativement aux cultures industrielles. Aujourd’hui, la culture du manioc ne se fait plus dans les mêmes conditions que dans les années 1990 : outre le coût de la location foncière, le manioc est cultivé sur un sol très appauvri, sur-exploité par la culture de l’ananas. Si le manioc est connu pour sa faible exigence agronomique, il ne peut se pratiquer aujourd’hui à Bonoua sans apport d’intrants. Pour lutter contre les mauvaises herbes et augmenter le rendement, les agriculteurs recourent ainsi aux fertilisants et herbicides. Alors que la faiblesse des coûts de production était soulignée par Chaléard (1996) comme l’un des principaux atouts des cultures vivrières, les coûts de production sont maintenant plus élevés à Bonoua alors que le prix de vente du féculent évolue moins rapidement.

12Dans ces conditions, les Burkinabè qui n’ont désormais que le manioc comme principale culture de rente, ne peuvent faire de grands bénéfices. En fin de compte, les contraintes financières ont renforcé le clivage entre villages d’autochtones et villages de migrants. On observe la présence d’un habitat moderne à Yaou contrairement aux deux autres villages, qui ont conservé l’habitat traditionnel. Cela ne s’explique pas seulement par l’effet de la crise car les allogènes investissent habituellement peu dans l’immobilier. Toutefois, l’impact de la crise est perceptible par l’existence de plusieurs maisons abandonnées dans les villages d’allogènes. Cela s’explique par le retour de certains au pays d’origine.

13Les Burkinabè qui sont restés développent des stratégies pour s’adapter aux nouvelles conditions de vie. Ils ont réduit leur train de vie et diffèrent les déplacements vers le pays d’origine (figure 1).

Figure 1 : Fréquence des déplacements vers le Burkina Faso.

Figure 1 : Fréquence des déplacements vers le Burkina Faso.

14« Les migrants maintiennent avec leur pays d’origine un contact régulier » (Mahamadou, 2013, p. 118). Le migrant doit satisfaire à certaines obligations familiales. En effet, « la réussite de sa migration est évaluée au regard de sa capacité à entretenir un réseau plus ou moins étendu de relations sociales », précise l’auteur. Avant la crise de l’ananas, les visites aux parents se faisaient assez régulièrement. Plus de 28 % des Burkinabè retournaient au moins une fois par an dans le pays d’origine et ceux qui s’y rendaient après deux ans, représentaient 35 %. Aujourd’hui, la plupart renonce maintenant aux voyages : 58 % attendent plus de trois ans avant d’effectuer le déplacement. Pour ne pas rompre l’aide aux parents, ils préfèrent transférer de l’argent (figure 2).

Figure 2 : Fréquence des transferts d’argent vers le Burkina Faso.

Figure 2 : Fréquence des transferts d’argent vers le Burkina Faso.

15Ces deux figures permettent de souligner les difficultés qu’éprouvent les migrants à maintenir le soutien à leurs parents restés au Burkina. Nombre d’entre eux doivent intervenir pour assurer la scolarité de leur progéniture ainsi que les besoins d’autres membres de la famille. Plus de 90 % d’entre eux ont reconnu avoir des difficultés à honorer cet engagement. Au moins 40 % d’entre eux n’y parviennent pas. Et ceux qui le font n’arrivent plus à le faire couramment, comparativement à l’époque de l’ananas. En outre, dans leur rapport avec les autochtones, les migrants sont souvent l’objet de moqueries, leur investissement dans le manioc étant jugé indigne : « Le travail du manioc n’est pas pour les hommes, c’est un travail de femme », disent les Abouré. Très engagés à surmonter ces difficultés, les Burkinabè tentent de réorganiser l’activité agricole à partir de la force familiale, mobilisant plus qu’avant celle de l’épouse.

Les transformations des rapports de genre

Face à la crise, les femmes s’impliquent dans les activités agricoles ou commerciales

16Des auteurs ont montré qu’en absence de main-d’œuvre, les hommes s’appuient sur la force de la famille notamment celle de leur(s) épouse(s) (Soro, Colin, 2008). « L’organisation aussi bien domestique que communautaire des migrants burkinabè a préservé la dimension familiale de l’emploi et une certaine solidarité à l’échelle de la communauté. Cela leur a permis de surmonter la raréfaction de la main-d’œuvre grâce aux réseaux familiaux et aux sociétés de culture » (Mahamadou, 2003, p. 116). À Bonoua, la crise de l’ananas a provoqué un délestage de la main-d’œuvre. Les hommes comptent alors sur le soutien de leur(s) femme (s) pour faire face aux besoins des familles. Ainsi se transforme la division sexuée du travail. Dans une étude menée sur les femmes au Cameroun, Eyoman (2005, p. 26) révèle « la pénibilité et la lourdeur [de leurs] tâches ». Contrairement à la situation des femmes dans la plupart des campagnes africaines, le village de Tchètchimbé présentait une particularité. Les femmes y intervenaient moins qu’ailleurs dans les activités champêtres, leurs tâches se limitant aux travaux ménagers. L’activité des femmes consistait notamment à faire la cuisine pour les travailleurs des grandes exploitations de l’ananas. « Quand les hommes allaient au champ, les femmes restaient au village pour préparer et leur apporter la nourriture », confirme Soro (2012, p. 29). Elles ne disposaient que de petits espaces de manioc pour l’autoconsommation dont les travaux étaient essentiellement effectués par les manœuvres. L’intervention des femmes de ce village pour le manioc marchand est donc récente. L’absence de manœuvres contraint désormais les épouses à intervenir dans les champs auprès des hommes. « Les épouses autrefois simples aides familiales s’inscrivent de plus en plus dans une logique de recherche de leur autonomie financière en s’impliquant fortement dans l’agriculture » (Soro, 2012, p. 32). Elles s’impliquent dans ces travaux agricoles, à un moment où celles d’Ono-Salci et de Yaou s’intéressent peu à peu au commerce, abandonnant l’activité vivrière aux mains des hommes. En somme, la résistance à la crise diverge d’un village à un autre ; elle dépend du peuplement et du statut foncier (tableau 3).

Tableau 3 : Profil des villages enquêtés.

Villages

Peuplement

Statut foncier dominant

Stratégie adoptée face à la crise

Activité des femmes

Yaou

Autochtones

Propriétaires terriens

Reconversion en diverses cultures

Forte implication dans le commerce associé à l’agriculture

Tchètchimbé

Allogènes

Non-propriétaires

Reconversion en manioc

Forte implication dans l’agriculture

Ono-Salci

Allogènes

Non-propriétaires

Reconversion en manioc

Implication dans l’agriculture et commerce

17À Yaou comme à Ono-Salci, certaines femmes servent d’intermédiaires entre les producteurs et les vendeuses venant d’Abidjan. Avant toute récolte du manioc, elles sont informées et appellent à leur tour les Abidjanaises. Le manioc subit par ailleurs une transformation. Plus de 33 % des enquêtées d’Ono-Salci en transforment une partie en attiéké et placali, vendus localement. Ce changement progressif vers l’implication des femmes dans l’activité commerciale s’explique par le souci de ces dernières de maintenir leur contribution aux charges du ménage après l’effondrement des revenus de leurs maris. Certains auteurs pensent que cette reconversion obéit plutôt à une quête d’autonomie. La question est de savoir si elles y parviennent vraiment.

Malgré toutes les tentatives, l’autonomie des femmes reste limitée

  • 7 Respectivement 3 et 2,3 euros.

18Aujourd’hui, les hommes ont augmenté les superficies du manioc mais leurs revenus restent faibles. À Tchètchimbé, le manioc est exposé en sacs et en de petits tas que les femmes de la ville viennent acheter le matin. Le ravitaillement en provenance de ce village est facile car il est situé à proximité de la ville. Mais les revenus tirés de cette vente sont insignifiants. Par conséquent, les femmes s’emploient à d’autres tâches pour diversifier les ressources. Ce sont le ramassage de graines chez les planteurs de palmiers ou le portage du manioc pour le chargement des camionnettes. Elles reçoivent ainsi un revenu journalier selon la tâche, respectivement de 2 000 et 1 500 FCFA7. Ce salariat agricole n’assure pas encore leur autonomie puisque le salaire reste bas. En outre, ces sommes sont présentées aux hommes le soir et consacrées aux charges quotidiennes du ménage. En fait, ce travail supplémentaire est apprécié par les hommes qui voient en cela un soutien notable. Ce sont eux qui donnent d’ailleurs l’autorisation aux femmes d’aller à la quête d’autres ressources. En somme, en plus de ces travaux annexes, l’attachement des femmes d’allogènes aux travaux de leurs maris est notable. La figure 3 traduit l’accentuation de la division sexuée du travail à Yaou, contrairement à Ono-Salci et Tchètchimbé.

19Dans ce village d’autochtones, l’accès des femmes à la terre est aussi difficile. Les femmes s’y investissent davantage dans la transformation du manioc, acheté dans les autres villages. C’est une transformation en une diversité de mets (attiéké, placali, attoupkou, etc.). Si les hommes restent dans l’agriculture, les femmes Abouré de Yaou s’intéressent davantage au commerce du manioc, s’éloignant peu à peu des espaces agricoles contrairement à celles de Tchètchimbé qui s’en approchent davantage. Par rapport aux femmes d’allogènes, les femmes de Yaou accèdent progressivement à l’autonomie financière puisque certaines disent assurer l’alimentation et les dépenses du ménage avec les revenus tirés du commerce. Même les dépenses ayant trait à la scolarité et à la santé leur sont parfois confiées. Quel que soit le bénéfice qu’elles peuvent tirer de l’activité commerciale, les femmes autochtones se plaignent encore de leur rapport avec les hommes ; elles n’apprécient pas que ces derniers continuent de leur dicter la manière de dépenser leurs revenus. Autant dire qu’elles n’ont pas encore le pouvoir de décision, surtout en ce qui concerne la gestion foncière. Et cela se passe dans un contexte où les cadeaux (pagnes, ustensiles de cuisine, etc.) que les hommes leur faisaient sont devenus rares, selon le témoignage des femmes.

Figure 3 : État de la division sexuée du travail selon les localités.

Figure 3 : État de la division sexuée du travail selon les localités.

Source BNETD/CCT, 1995

Conclusion

20Plusieurs études ont été faites sur les rapports autochtones/migrants et hommes/femmes. En s’intéressant ici à l’articulation des deux rapports, cette étude montre comment le premier a accentué le second à Bonoua. Le pouvoir des propriétaires terriens est une forme de domination qui a conduit à un clivage entre villages d’autochtones et d’allogènes. En outre, les femmes burkinabè ne sont pas parvenues à s’autonomiser de la domination des hommes ; la crise de l’ananas rend davantage difficiles leurs tâches. En difficulté (chute des revenus, manque de main-d’œuvre, etc.), les hommes, et en particulier les Burkinabè, tendent à s’adosser à leurs épouses. Ils tirent avantage de leur implication dans les activités agricoles et commerciales. En revanche, les femmes Abouré, devenues commerçantes, semblent progressivement s’affranchir de la domination financière de leur mari.

21Dans le contexte de la forte migration en milieu rural ivoirien, l’analyse du rapport autochtones/allogènes et son lien avec les rapports de genre nécessiterait plus d’attention dans le cadre des réflexions actuelles sur les enjeux fonciers et le développement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abé N., « La relation “genre” et ses implications sociologiques dans le contexte ivoirien », The African Anthrologist, vol. 7, no 1, 2000, p. 48-60.

Chaléard J.-L., Temps des villes, temps des vivres. L’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire, Paris, Éditions Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 1996.

Eyoman A., La Dynamique des groupes de travail dans le Sud-Cameroun : l’exemple du Saa, mémoire de maîtrise de socio-anthropologie, Yaoundé, UCAC, 2005, 120 p.

Mahamadou Z., « La diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire. Trajectoire historique, recomposition des dynamiques », Politique africaine, no 90, juin 2003, p. 113-126.

Oura R., « Crise de l’ananas et reconversion à la culture du manioc dans la sous-préfecture de Bonoua », Les Lignes de Bouaké-La-Neuve, no 4, 2013, p. 128-151.

Oura R., Agriculture et urbanisation : le cas de Bonoua, thèse de doctorat en géographie, université d’Abidjan-Cocody, 2010.

Soro D., Colin J.-Ph., « Marchandisation, individualisation et gestion intrafamiliale des droits sur la terre en basse Côte-d’Ivoire », Économie rurale, 303-304-305, janvier-juin 2008, mis en ligne le 1er juillet 2010.

Soro D., « “Lorsque ma femme cultive un champ, je suis honoré dehors” : contribution à l’économie familiale en milieu rural ivoirien », Territoires d’Afrique, no 4, 2012, p. 27-33.

Notes

1 Institut national de la statistique de Côte d’Ivoire.

2 En Côte d’Ivoire, la sous-préfecture désigne une entité administrative rassemblant plusieurs villages. Il s’agit donc d’un territoire, une sous-division des départements.

3 Un questionnaire différent a été adressé à chaque catégorie de personne.

4 Toutes les données des tableaux et des figures de ce chapitre sont tirées des enquêtes de l’auteur (2012).

5 Environ 114 euros (sur la base de 1 euro = 656 francs CFA).

6 Respectivement 4 181 euros et 4 878 euros.

7 Respectivement 3 et 2,3 euros.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Catégorie d’individus3 interrogés par village4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Tableau 2 : Répartition des répondants selon le statut foncier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 1 : Fréquence des déplacements vers le Burkina Faso.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2 : Fréquence des transferts d’argent vers le Burkina Faso.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59393/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 : État de la division sexuée du travail selon les localités.
Légende Source BNETD/CCT, 1995
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59393/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

Auteur

Chercheur en géographie, université Alassane Ouattara de Bouaké (Centre de recherche pour le développement).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540