Version classiqueVersion mobile

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Quatrième partie. Genre, espace et imbrication : des rapports de domination

Troubles des frontières spatiales. Assignation à l’espace domestique et appropriation de l’espace public par les femmes immigrées à Naples

Adelina Miranda

Texte intégral

1De nombreuses femmes des pays de l’Europe centrale et orientale travaillent dans la région de Naples comme « collaboratrici domestiche » (femmes de ménage) ou « badanti » (assistantes de vie des personnes âgées). Leur vie quotidienne alterne entre des espaces domestiques de travail – où elles expérimentent une relation fortement asymétrique avec les non migrantes – et des espaces publics – qu’elles transforment en espaces de rencontre féminins. Assignées à l’espace domestique par leur travail, lorsque les immigrées s’approprient les lieux publics, elles assument une visibilité jugée négativement par les Napolitains. Leurs conduites entraînent des « instabilités spatiales » (Harvey, 2008) qui montrent comment localement l’appartenance de genre détermine un accès différencié aux espaces publics. À Naples, les sujets – en tant que sujets sexués – sont différemment assignés à des lieux – en tant que lieux sexués – et ils franchissent les frontières existant entre le « dedans » et le « dehors » suivant leur appartenance de genre.

2Les pratiques de ces femmes migrantes révèlent l’intérêt de considérer le rôle joué par l’espace dans l’imbrication des rapports de domination. Cette analyse est d’autant plus importante que les études sur les processus de mondialisation soulignent l’exacerbation des dimensions spatiales dans la division sexuelle du travail (Falquet, Hirata, Kergoat, Labari, Le Feuvre, Sow, 2010). Dans ce cadre d’analyse, l’adoption d’une perspective consubstantielle (Kergoat, 2010) s’offre tant comme une assise épistémologique permettant de penser l’imbrication des différents rapports de domination que comme un moyen pour observer le lien existant entre sédentarité et mobilité. L’étude des relations qui se nouent entre migrantes et non migrantes permet une meilleure compréhension de la société et de ses changements (Collignon, Staszak, 2003). Les différences et les similarités dans le rapport à l’espace des unes et des autres montrent que les formes d’exploitation et de subordination sont liées à un processus d’altérisation décliné au féminin (Miranda, 2003) qui contribue à la naturalisation des rapports de domination (Dorlin, 2009).

  • 1 Une partie du travail présenté a été réalisée dans le cadre du projet de recherche « Dimensioni, mi (...)

3Cet article s’appuie sur une recherche commencée en 1998 sur la question des migrations féminines dans la région de Naples. Une trentaine d’entretiens non directifs ont été réalisés, dont une vingtaine avec les immigrées. Si leurs récits constituent le corpus principal de cet article, celui-ci intègre également les données recueillies lors de l’observation systématisée des lieux fréquentés par les immigrées le dimanche matin, notamment autour de la gare principale de Naples, et surtout l’observation flottante tant des lieux privés que publics. Ce regard, qui se fonde sur mon implication de chercheuse dans la vie quotidienne, m’a permis de saisir sur la longue durée comment migrant-es et non migrantes gèrent leurs formes de coprésence tant dans les lieux publics que dans les lieux privés1.

La segmentation sexuée du marché du travail migratoire

4Jusqu’à la fin des années 1980, on avait estimé que la région de Naples, comme toute l’Italie, ne représentait qu’un lieu de passage pour les migrant-es. Le taux élevé de chômage et la longue tradition d’émigration semblaient être incompatibles avec l’immigration. Les migrations vers les pays de l’Europe du Sud ont été alors considérées comme étant la conséquence de la fermeture des frontières des pays d’immigration traditionnelle qui aurait déterminé un détour transitoire des migrant-es de leurs destinations habituelles. En réalité, avec le temps, la situation migratoire de Naples et de sa région est devenue de plus en plus multiforme, soulevant une série de questions, relatives notamment à la présence des femmes en situation migratoire.

5Au cours des années 1970, des Érythréennes étaient déjà arrivées dans la région napolitaine pour s’employer dans le secteur domestique. Pendant les années 1980 des migrant-es en provenance des Philippines, du Cap-Vert, du Sri Lanka et du Maghreb se sont installés d’une manière plus ou moins définitive dans la région, rendant le phénomène plus visible aux yeux des autochtones. Au cours des années 1990 sont arrivés des Polonaises, suivies par des Ukrainiennes, des Albanais et des Chinois, et, enfin, par des Biélorusses et des Roumains. Avec le temps, les flux migratoires féminins se sont entremêlés et superposés aux courants en provenance des pays du Nord de l’Afrique (fortement masculinisés) et d’Asie (caractérisés par un certain équilibre entre les sexes).

  • 2 Au niveau national, nous pouvons constater que près de 6 immigrées sur 10 sont nées dans un pays eu (...)

6En 2011, Naples comptait 83 500 étrangers dont une majorité de femmes (soit 54 % du total) ; les groupes polonais et ukrainien étaient composés à presque 80 % de femmes (Miranda 2012). Ces migrantes, comme les autres femmes en provenance des pays de l’Europe centrale et orientale, sont massivement employées au domicile des particuliers2. Cette situation économique reflète l’association entre les groupes nationaux et les différents secteurs du marché de travail selon une logique sexuée. Comme le souligne Eleonore Kofman (2012), la pénétration croissante des femmes migrantes sur le marché du travail reproductif sert à satisfaire une demande entraînée par une pénurie de la prise en charge informelle du care. Cette tendance mondialisée prend différentes formes selon les pays car les systèmes du care sont aux croisements des enjeux et des objectifs de différents acteurs : les marchés, les États, les familles, les organisations et les associations bénévoles.

7À Naples, comme dans le reste de l’Italie, à partir des années 1990, la demande dans le secteur des services s’est élargie et les immigrées assurent désormais de plus en plus l’assistance des personnes âgées. Leur migration a été facilitée par les politiques migratoires. Le gouvernement italien régule (ou tout au moins essaye de réguler) les flux à travers un système de quotas établi annuellement ; cette solution favorise l’arrivée de travailleurs, ou plutôt de travailleuses, employé-es dans le secteur du care. Par exemple, en 2010, sur les 98 000 entrées prévues, 82 000 places ont été réservées aux migrant-es travaillant dans les secteurs domestique et du care ; par ailleurs, les régularisations de 2002, 2009 et 2012 ont poursuivi le même objectif visant à combler les besoins en matière de soins aux personnes âgées. Le « modèle de service au domicile » italien s’appuie donc sur la force de travail des immigrées qui revêt un rôle important dans les transformations intergénérationnelles.

8La place occupée par les femmes migrantes met en relief l’importance de la sphère reproductive dans les processus migratoires tout en interrogeant la construction de nouvelles hiérarchies entre les femmes migrantes et non migrantes. Les migrations – sur lesquelles s’articule la globalisation actuelle du marché du travail domestique et du care – donnent à voir les rapports de domination dans une nouvelle perspective. La demande de main d’œuvre féminine immigrée a en effet créé une stratification du travail reproductif qui repose sur une forme inédite d’interdépendance entre femmes. L’arrivée et l’installation des immigrées ne découlent pas directement de la condition d’émancipation économique des femmes italiennes ; l’immigration paraît plutôt décliner un modèle particulier de substitution des femmes à l’intérieur de l’espace domestique. Dans une société où les femmes gardent entièrement leur rôle domestique, les autochtones essayent de décharger une partie de ce travail sur les étrangères, ce qui permet de garder un certain équilibre social, notamment entre les sexes (Andall, 2000).

Travailler dans l’espace domestique

9Dans le contexte napolitain, les femmes en provenance des pays de l’Europe centrale et orientale jouent un rôle socioéconomique déterminant. Représentatives des flux migratoires féminins contemporains, ces migrantes sont généralement scolarisées à un niveau supérieur ; cependant, devenir collaboratrici domestiche ou badanti est la seule possibilité dont elles disposent pour s’insérer dans une réalité économique marquée par un des taux de chômage les plus élevés d’Europe. Les migrantes qui travaillent auprès des familles napolitaines vivent une forte déqualification professionnelle et les conditions de travail sont souvent associées au manque de liberté et de droits, notamment lorsque les migrantes sont en situation irrégulière. C’est ce dont témoigne Maria, âgée de trente-neuf ans, assistante de vie d’une femme âgée de quatre-vingts ans :

« Maintenant, en Italie, je suis une servante. À la limite, je voudrais faire ce travail, même pendant huit-dix heures, mais avoir un peu plus de temps libre, être autonome, avoir une maison à moi et avoir ma retraire. En Ukraine, j’avais mes droits. Mais ce n’était pas suffisant pour réaliser mes projets. Je suis venue en Italie, mais ici je n’ai aucun droit à part quelques jours [de congé] quand je sors. Ce n’est pas un travail, mais une prison ou de l’esclavage. »

10Le manque de liberté est accompagné par un processus d’adéquation aux modèles reproductif de la société locale. Pour s’employer, les immigrées doivent modifier leur « habitus domestique », c’est-à-dire qu’elles doivent redéfinir leurs connaissances et leurs techniques ménagères incorporées dans leur société d’origine. Qu’elles travaillent comme domestiques ou assistantes de vie, toutes doivent réapprendre la manière d’entretenir l’ordre et la propreté, de préparer les repas ainsi que de gérer la santé et la maladie selon les codes de la société d’arrivée. Le rôle des immigrées se modèle sur celui des femmes autochtones qui initient les étrangères, dans le quotidien, à la connaissance du monde domestique napolitain (Miranda, 2003).

11L’assignation à la sphère domestique des femmes étrangères découle du fait qu’elles sont au service des femmes autochtones. Leur fonction détermine des formes d’hégémonie et de subordination qui reposent sur le même mécanisme que Nakano Glenn (2009) a repéré lors de ses études sur les femmes « racialisées-ethnicisées » travaillant pour les femmes blanches étatsuniennes. Les Napolitaines considèrent les immigrées comme des « femmes qui doivent être civilisées » et dont la place individuelle est attachée au destin d’un groupe social qui est « là pour servir ». Ainsi, d’un côté, les femmes autochtones occupent une place hégémonique dans la division du travail domestique ; elles continuent à garder leur rôle en laissant aux étrangères une place limitée à certains interstices domestiques réputés symboliquement moins importants, plus sales, moins gratifiants. D’un autre côté, les femmes étrangères se retrouvent dans une situation marquée par l’exercice d’un pouvoir féminin méconnu : les tâches domestiques qu’elles accomplissent sont constamment contrôlées et, même lorsqu’elles vivent seules avec la personne âgée dont elles ont la charge, leur travail est régulièrement surveillé par les autres membres de la famille, notamment les filles et les belles-filles.

12L’espace domestique donne à voir ces tensions notamment quand les immigrées travaillent comme assistantes de vie nuit et jour. Dans ce cas, elles ne disposent que rarement d’une chambre personnelle et, lorsque la personne âgée est malade, elles dorment généralement dans la même chambre qu’elle. Voici ce qu’Alina, Polonaise de quarante-quatre ans, témoigne de son travail comme badante :

« Je dormais avec la grand-mère, sur un fauteuil. Elle dans le lit et moi dans un petit fauteuil. Je dois dire la vérité : je souffrais parce que j’étais nuit et jours avec la grand-mère, mais ils me traitaient bien. Ils me traitaient très bien, j’étais de la famille. »

13Les antagonismes qui se construisent autour de la stratification du travail reproductif sont réabsorbés par la transformation de l’étrangère en « quelqu’un de la famille » (Ehrenreich, Hochschild, 2002). Toutefois, ces liens familiers ne dissolvent pas la structure hiérarchique sur laquelle reposent les relations entre femmes d’autant plus que cet échange inégal et subordonné est incorporé dans la structure socioéconomique italienne. En Italie, les conditions du marché du travail, les systèmes économique et de sécurité sociale bloquent l’évolution professionnelle des femmes immigrées (Campani, 2012). Ce « blocage » économique et politique produit un modèle d’« intégration subordonnée », c’est-à-dire que les immigré-es sont accepté-es sur le marché du travail et dans la société à la condition qu’ils et elles restent aux niveaux les plus bas de l’échelle professionnelle et sociale, disposés à accomplir les tâches les plus pénibles (Ambrosini, 2008).

14Pour les immigrées, la seule stratégie possible pour accéder à une plus grande indépendance est celle de quitter le travail d’assistante de vie. Comme le raconte Liuba, ukrainienne d’une cinquantaine d’années, le mariage représente une possibilité. Arrivée pour assister une personne âgée malade et après avoir changé plusieurs emplois, elle s’est mariée avec un homme handicapé de soixante-huit ans.

« Je suis arrivée, le travail était vraiment lourd et en plus j’étais mal payée. La première fois, je ne connaissais pas la langue et je ne comprenais pas le travail.… Et après avoir cherché d’autres places, j’ai rencontré un homme “à vous”, un Napolitain, et je me suis mariée. »

  • 3 Dans la région de Naples, le parc immobilier vieux et dégradé, ou excédant la demande locale, est s (...)

15Mais, en général, le projet de retrouver un espace de liberté se concrétise à travers le retour au lieu d’origine ou bien en devenant femme de ménage travaillant à l’heure. Ce passage dans le secteur des services s’opère lorsque les immigrées effectuent le regroupement familial ou lorsque la connaissance du monde intime local se combine avec un réseau local solide, comment l’explique Manlia, Polonaise : « Ca fait très longtemps que je suis ici. Depuis sept ans. Donc, je sais suffisamment ce qu’elles [les employeuses] veulent. » Ce changement dans le travail s’accompagne d’une transformation des modes d’habiter. Les couples qui se retrouvent à Naples – avec ou sans enfants – ou plusieurs immigrées louent un appartement sur un marché locatif parallèle à celui qui est destiné aux autochtones3.

16Les hiérarchisations entre femmes migrantes et non migrantes qui se créent dans la sphère reproductive interrogent les frontières élaborées entre espace public et espace domestique sur la base d’une division sexuelle idéale du travail. La rétribution du travail domestique déplace cette opposition, elle met en crise la valeur de la gratuité affective associée à la sphère reproductive et engendre de nouvelles distinctions entre le « dedans » et le « dehors ». Ces connexions inédites entre espaces privé et public déterminent un brouillage des frontières spatiales locales. En conséquence, l’analyse des lieux privés n’épuise pas l’enjeu des migrations : il faut également regarder la manière dont les immigrées se situent/sont situées dans l’espace public local.

La présence des femmes étrangères dans l’espace public

17Les immigrées d’Europe centrale et orientale occupent une place particulière dans la mosaïque migratoire napolitaine. Cette position découle du travail qu’elles accomplissent mais également de leurs pratiques socio-spatiales qui sont en dissonance avec celles des femmes autochtones. Les immigrées, le dimanche – jour où la plupart d’entre elles sont « libres » – se réunissent à l’extérieur ; elles sortent « seules » en empruntant les moyens de transport publics (tandis que les Napolitaines se déplacent en voiture) et elles se rencontrent dans des lieux publics (dont les Napolitaines sont souvent absentes), notamment dans les bars et les cafés aux alentours des gares et des places principales de Naples et de sa région. La création d’un « marché ukrainien » – qui a lieu le dimanche dans une rue proche de la gare centrale de la ville de Naples – montre l’importance de la présence des femmes et de la création de lieux de rencontres spécifiques. Voici comment Luda, Ukrainienne, raconte son dimanche :

« Le dimanche je sors, toujours. J’ai rendez-vous avec mes amies, on va à “notre” marché, à côté de” nos cars” [qui partent pour le pays d’origine]. Nous allons à la messe, mais pas toujours. Puis, nous mangeons ensemble. Je viens toujours à Piazza Garibaldi [place qui donne sur la gare principale de la ville de Naples] pour boire quelque chose avec mes amies. J’ai toujours eu beaucoup d’amies et avec le travail que je fais [femme de ménage] je rencontre toujours de nouvelles amies. »

18Ces rencontres dominicales offrent l’occasion pour maintenir les relations avec les lieux d’origine et entre femmes qui appartiennent au même réseau et qui exercent le même métier. Lors de ces rendez-vous, les migrantes s’échangent informations et opportunités de travail, parlent de leur famille et de leurs projets. Mais leurs pratiques urbaines – qui, comme je l’ai souligné, découlent du type de travail effectué et du manque d’espace individuel dans le domicile où elles travaillent – s’inscrivent dans une nouvelle spatialité napolitaine qui est en train de se construire à travers l’immigration et qui s’appuie sur la manière des différents groupes d’immigré-es de se positionner dans l’espace public. Or, la présence de ces femmes « seules » (en groupe homosocial) les différencie tant des Napolitaines que des autres femmes étrangères : leur visibilité est d’autant plus manifeste qu’elle contraste avec l’invisibilité relative des autres femmes migrantes. En même temps, les femmes immigrées se retrouvent dans les lieux publics sans se confondre avec les autres groupes d’immigrés, notamment celui des Marocains, majoritairement des hommes. À la distinction entre immigrées et non immigrées s’ajoute la distinction de genre au sein de différents groupes d’immigré-es : dans les moyens de transport publics, ils et elles gardent la juste distance et malgré leur coprésence, la mise en place des tactiques d’évitement sont très visibles dans la manière de s’asseoir ou d’esquiver tout contact, même verbal.

19La logique qui sous-tend cette interaction se combine avec la stigmatisation vécue par les femmes immigrées lorsqu’elles s’approprient des lieux publics. Dans le contexte napolitain, l’élaboration de l’image de la « femme immigrée seule » renvoie à celle de la femme disponible sexuellement. Cette vision conditionne la vie quotidienne des femmes immigrées, comme l’explique Alina :

  • 4 Dans la région de Naples, le terme « Polonaise » renvoie à la figure de la femme de ménage et d’ass (...)

« Un jour j’étais dans un bureau de tabac et une fille italienne, qui est une amie, a dit à un monsieur : “Regarde, est-ce qu’elle te plait cette femme ?” Et lui a répondu : “Je n’aime pas les Polonaises4.” Je ne me suis pas fâchée, je ne suis pas polonaise, je suis ukrainienne. Je lui ai répondu : “Monsieur, je ne me fâche pas parce que je ne suis pas polonaise.” Mais qu’est-ce que cela veut dire ? C’est du racisme. En effet, il y a tellement des gens qui nous appellent les putes. »

20Ou encore, comme le rappelle Maria, une Polonaise d’une cinquantaine d’années :

« Nous ne pouvons pas nous promener parce que, quand nous sortons dans la rue, nous ne sommes pas tranquilles. Beaucoup d’hommes pensent que nous allons nous promener parce que nous cherchons de la compagnie. Tu t’assois, tout de suite il y a quelqu’un qui te dérange. Tu n’es jamais tranquille ! Je ne peux pas aller à la place, parce que je ne suis pas tranquille ; tout de suite il y a quelqu’un qui arrive. »

  • 5 Cf. à ce propos les travaux de Delphy, Tabet et Falquet.

21Le parallèle fait localement entre badante, femme immigrée « seule » et prostituée exprime la continuité que la société a élaborée entre le travail domestique et le travail sexuel5, mais elle interroge également les modalités d’inclusion et d’exclusion des étrangères à partir de l’échelle de l’altérité, comme le souligne Lidia, Ukrainienne :

« Je fais toujours ce discours : mais est-ce que moi je suis une femme “sale” parce que je vais avec “vos” hommes ? Je vais avec un homme italien. Et alors ? Cela signifie que nous sommes comme vous et vous êtes comme nous. »

22Ces changements de registre dans les relations avec les autochtones sont possibles parce que les immigrées se situent dans des champs migratoires multi-situés qui dépassent l’échelle locale.

Déjouer l’assignation et la stigmatisation

23Avec le temps, les immigrées apprennent à utiliser les codes socio-spatiaux des Napolitain-es et, dans l’objectif de se soustraire à la stigmatisation dont elles font l’objet, elles fréquentent de moins en moins les lieux publics. Voici ce que dit Magda, Polonaise de trente-huit ans : « Autrefois, nous [les Polonaises] sortions, mais maintenant, non. Parce que, tu sais, les étrangers tu en trouves de toutes les couleurs. »

24Pour saisir le sens de l’affirmation de Magda, il faut tenir compte du fait que « se retirer de l’espace public » est une tactique incluse dans une imbrication plus large des échelles migratoires. En effet, les migrantes qui vivent à Naples appartiennent à des configurations migratoires multilocales, qui ne sont ni stables ni définitives. Le séjour dans la région napolitaine peut donc se configurer comme une étape dans l’expérience migratoire. L’analyse décennale de ce monde migratoire permet de constater que, désormais, certaines migrantes se sont installées à Naples tandis que d’autres sont rentrées dans leur pays d’origine et d’autres sont reparties ou envisagent de partir ailleurs, comme le souligne Magda, Polonaise de trente ans.

« Je suis ici depuis cinq ans. Je suis aussi allée en Allemagne, j’ai travaillé dans une crèmerie tenue par un Italien. Mais je ne parlais pas italien là-bas. Ensuite, j’ai été serveuse ici. C’est très dur. Maintenant, je voudrais partir, je voudrais aller un peu plus loin. En Amérique. Même avec d’autres amies. Alors, nous sommes en train de voir. »

25Par ailleurs, la mobilité de ces migrantes entraîne des interconnexions et des discontinuités entre sphères reproductives éloignées. Leurs gains sont souvent intégrés dans un système d’échange transnational qui suscite de nouvelles obligations et de nouveaux devoirs entre les générations. Avec leur départ, la plupart des migrantes – en tant que grands-mères, mères, sœurs ou filles – endossent de nouvelles responsabilités économiques par rapport à ceux qui restent, notamment vis-à-vis des enfants. C’est le cas d’Helena, Ukrainienne, divorcée en 1985 d’un homme qu’elle décrit comme un ivrogne. En 2000, elle confie ses deux enfants à sa mère et elle s’emploie comme assistante de vie dans la région de Naples. Dans le même temps, elle a soutenu les études et le départ de sa fille – désormais mariée – vers le Canada.

26L’histoire d’Helena montre que les femmes migrantes renégocient leurs positions (Massey, 1992 ; Pessar, Mahler, 2001) à partir de différents engagements, ruptures ou dettes qu’elles ont contractées avec les proches restés dans leur pays d’origine, et ceux et celles qui font partie de leur monde migratoire. Comme le soulignent Ulrich Beck et Elisabeth Beck-Gernsheim (2012), la position des femmes migrantes ne peut être saisie que si l’on tient compte de l’agencement de leur position dans les hiérarchies socioéconomiques tant du pays d’origine que du pays d’arrivée. Ils ajoutent aussi que du fait que ces deux cadres nationaux ont fusionné dans leur vie quotidienne, différentes formes de pouvoir et de subalternité peuvent coexister entraînant une sorte de « dissonance transnationale ». L’incorporation des migrantes dans des sphères reproductives éloignées influence donc la manière dont leur place est évaluée. Leur statut individuel peut en effet être différemment apprécié selon qu’on l’appréhende depuis le pays d’origine ou depuis le pays d’arrivée. Ce qui confère un caractère réversible et transitoire aux formes d’assignation et de stigmatisation que les migrantes éprouvent au quotidien à Naples.

Conclusion

27À Naples, division sexuée du travail et division sexuée de l’espace se rencontrent et se renforcent dans les pratiques quotidiennes des migrantes et des non migrantes. Les unes et les autres participent, avec leurs spécificités, au même processus sexué d’inclusion et d’exclusion spatiale. De nombreuses femmes que j’ai rencontrées au cours de ces années de recherche ont témoigné de leur difficulté à investir les lieux publics. Les migrantes évoquent comment aux harcèlements qu’elles peuvent subir dans le domicile où elles travaillent s’ajoutent les harcèlements dans la rue. Les non migrantes affichent une « vision égalitaire de l’espace » (Denèfle, 2008), mais, notamment dans les communes de la périphérie de Naples, elles marchent de moins en moins dans les rues : elles traversent l’espace public, elles l’utilisent pour accomplir une tâche précise, mais s’y installent difficilement comme les hommes. La généralisation de l’usage de l’automobile pour faire les courses, sortir durant le temps libre ou accompagner les enfants à l’école, contribue à cette éclipse des femmes de l’espace public. L’écart entre un idéal égalitaire de la ville et les pratiques spatiales locales fortement sexuées s’est en définitive creusé. Les migrantes s’inscrivent dans cette réalité spatiale imposée et elles s’accommodent des hiérarchisations sexuées locales ; en même temps, grâce à leurs pratiques migratoires multi-locales, elles déjouent leur assignation économique et dépassent les stéréotypes qui leur sont localement attribués. En tout cas, les migrantes – installées d’une manière plus ou moins durable à Naples – ne remettent pas en cause les frontières élaborées entre espace domestique et espace public. En s’appropriant des lieux publics elles « troublent » les frontières spatiales locales, sans pour autant dépasser leur signification structurante. Le regard stigmatisant posé sur elles réaffirme constamment leur assignation à l’espace domestique. Et la manière dont ce regard local « remet à leur place » les immigrées permet de réaffirmer la place à laquelle les autochtones sont également assignées.

Bibliographie

Références bibliographiques

Andall J., Gender, migration and domestic service. The politics of black women in Italy, Chippeham, Ashgate, 2000.

Ambrosini M., Sociologia delle migrazioni, Bologne, Il Mulino, 2008.

Beck U., Beck-Gernsheim E., L’Amore a distanza. Il caos globale degli affetti, Laterza, 2012.

Campani G., « Les femmes immigrées dans une société bloquée : parcours individuels et organisation collectives en Italie », Cahiers du genre, no 5, 2011, p. 49-68.

Collignon B., Staszak J.-F., Espaces domestiques. Construire, habiter représenter, Paris, Bréal, 2003.

Denefle S. (dir.), Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Dorlin E., « Introduction. Vers une épistémologie des résistances », E. Dorlin (dir.), Sexe race classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 5-18.

Ehrenreich B., Hochschild A. R. (dir.), Global woman: nannies, maids, and sex workers in the new economy, Metropolitan Books, 2002.

Falquet J., « Hommes en armes et femmes “de service” : tendances néolibérales dans l’évolution de la division sexuelle et internationale du travail », Cahiers du genre, travail et mondialisation. Confrontations Nord/Sud, no 40, 2006, p. 15-38.

Falquet J., Hirata H., Kergoat D., Labari B., Le Feuvre N., Sow F. (dir.), Le Sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

Kergoat D., « Le rapport social de sexe. De la reproduction des rapports sociaux à leur subversion », A. Bidet-Mordel (dir.), Les Rapports sociaux de sexe, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 60-75.

Kofman E., « Le care au cœur des migrations genrées à l’ère de la mondialisation », C. Cossée, A. Miranda, N. Ouali, D. Séhili (dir.), Le Genre au cœur des migrations, Paris, Petra, 2012, p. 59-87.

Harvey D., Géographie de la domination, Paris, Les Prairies ordinaires, 2008.

Massey D., « Politics and space/time », New Left Review, no 196, 1992, p. 65-84.

Miranda A., « Une frontière dans l’intimité. La confrontation culturelle entre femmes étrangères et femmes autochtones dans l’espace domestique », CEDREF, Genre, travail et migrations en Europe, 2003, p. 115-132.

Miranda A., « Per un approccio di genere allo studio delle migrazioni », Fondazione Caritas Migrantes, XXII Rapporto sull’immigrazione, Rome, Idos, 2012, p. 105-111.

Nakano Glenn E., « De la servitude au travail de service », E. Dorlin (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 21-70.

Pessar P., Mahler S., « Transnational migration: bringing gender in », International Migration Review, vol. 37, no 3, 2003, p. 812-846.

Notes

1 Une partie du travail présenté a été réalisée dans le cadre du projet de recherche « Dimensioni, misure e determinanti dell’integrazione degli immigrati nelle società di destinazione » (programme FARO 2010-2011, CUP : E61J12000180005).

2 Au niveau national, nous pouvons constater que près de 6 immigrées sur 10 sont nées dans un pays européen et principalement dans les pays qui ont récemment rejoint l’UE. Par ailleurs, les flux migratoires féminins continuent à être notamment alimentés par des pays qui ont été créés après la fin de l’Union soviétique : l’Estonie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l’Ukraine, la Biélorussie et l’Ouzbékistan, et ces flux se composent tous de plus de 80 % des femmes. Cette présence féminine est importante : les femmes qui travaillent le plus sont aussi celles qui appartiennent aux groupes les plus féminisés (Miranda, 2012).

3 Dans la région de Naples, le parc immobilier vieux et dégradé, ou excédant la demande locale, est souvent loué aux étrangers à des prix plus élevés qu’aux Napolitains.

4 Dans la région de Naples, le terme « Polonaise » renvoie à la figure de la femme de ménage et d’assistante aux personnes âgées. « As-tu une Polonaise » équivaut à dire désormais : « As-tu une femme de ménage ? »

5 Cf. à ce propos les travaux de Delphy, Tabet et Falquet.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search