Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Deuxième partie. Des formes et des échelles : un statut épistémologique de l’espace toujours en débat

Modes de production et rapports sociaux de domination : une relecture de cinquante ans de recherches dans l’Espagne du Sud-Est

Robert Hérin

Texte intégral

1Dans une intervention qui date maintenant d’un peu plus de 25 ans (Hérin, 1986), je suggérais de définir la géographie sociale, voire la géographie humaine dans son ensemble, comme étant la discipline des sciences sociales qui étudie les sociétés sous l’angle des dimensions spatiales des rapports sociaux. Une dizaine d’années plus tard, en 1997, j’ajoutais :

« La géographie sociale à laquelle je me réfère se veut empirique par le rapport à la réalité des faits sociaux qu’elle implique, inductive par le déroulement du procès de recherche (ce qui suppose avancées d’hypothèses et références à un échafaudage théorique), critique et responsable autant que faire se peut dans le déroulement des travaux de recherche parce que comptable de ses conclusions auprès de ceux qu’elles concernent, citoyenne enfin (ou militante, ou engagée) parce qu’animée par la conviction que la justice sociale n’est pas une ambition vaine et que la connaissance scientifique par la solidité des argumentations qu’elle légitime, peut (doit) contribuer à réduire les injustices sociales » (Hérin, 1999).

2Ces positionnements explicitent, pour ce qui me concerne, les fondements de la géographie sociale qui s’est (re)constituée en France à partir du début des années 1980 et dont les références ont été par la suite précisées et les horizons élargis. Les recherches de nombre des géographes spécialisés dans la géographie sociale portent sur les dimensions spatiales des faits sociaux, avec l’objectif de contribuer à la connaissance des sociétés en privilégiant l’analyse des dimensions spatiales des inégalités sociales et des facteurs de leur production et reproduction. Concomitamment, la géographie dans laquelle je me situe se réfère par sa démarche et par les concepts qu’elle utilise à des positions qui renvoient au marxisme.

3C’est dans cette perspective que je me place aujourd’hui. La relecture que je propose revisite près de cinquante années de recherches pendant lesquelles j’ai été témoin des mutations de l’espace de référence, la région de Murcie, dans l’Espagne du Sud-Est (du Sureste) et au cours desquelles je me suis efforcé de construire une grille d’interprétation à ambitions théoriques, qui se voudrait transposable et généralisable.

4Au cours de ces cinquante années, l’Espagne a été confrontée à des mutations considérables. Jusqu’en 1975, année de la mort de Franco, les Espagnols ont vécu sous un régime de dictature politique et d’autarcie économique obligée. Mais, à partir de la fin des années 1950, les embargos économique et politique dont le pays était l’objet se desserrent. Un libéralisme économique s’instaure qui ne connaît guère de limites. À partir de 1976, l’Espagne entre dans une période de croissance économique spectaculaire. À la dictature succède une démocratie parlementaire. Le développement de l’économie se poursuit. L’entrée dans le Marché commun en 1985 précipite les transformations économiques. La société espagnole évolue à un rythme accéléré. Cette période s’achève en 2007-2008 : la crise mondiale ébranle brutalement l’économie et provoque une crise sociale d’une extrême gravité.

  • 1 Le mode de production, tel qu’il est défini dans la tradition marxiste, est constitué, en vue de l (...)

5Devenue communauté autonome encadrée au nord par le Pays valencien, au sud par l’Andalousie et au nord-ouest par la Nouvelle Castille-La Mancha, la région de Murcie appartient, comme les provinces limitrophes d’Alicante et d’Almeria, à l’Espagne semi-aride, voire aride. Elle peut être considérée comme exemplaire des bouleversements contemporains des économies et sociétés méditerranéennes. On peut soutenir, en dégageant les traits majeurs des mutations économiques, sociales et spatiales, que depuis les années 1950, trois modes de production1 se sont succédé, chacun étant caractérisé par des rapports sociaux de domination spécifiques. Murcie proposerait ainsi un schéma d’analyse et d’interprétation transposable dans d’autres régions méditerranéennes, voire dans d’autres régions du monde, même si les successions des modes de production y ont souvent été plus étalées dans le temps et plus complexes.

Jusque dans les années 1950, un mode de production précapitaliste agro-seigneurial

6Jusqu’au milieu du siècle dernier, la région de Murcie est restée agricole. Les activités agricoles et celles qui en dépendent y tiennent encore le premier rang, tant dans l’économie que dans les rapports sociaux et les représentations collectives de la région.

7À toutes les échelles, du hameau isolé dans les lointaines sierras jusqu’à Murcie, la capitale provinciale, l’économie et les sociétés sont sous les contraintes déterminantes du climat méditerranéen. De temps immémoriaux se pratique dans les secanos un système agricole extensif rigoureusement dépendant de pluies rares et aléatoires, qui associe céréales, oliviers et caroubiers, élevages itinérants de moutons et de chèvres, cueillette du sparte. Si limitées qu’elles soient, les ressources en eau – celles du Rio Segura principalement et celles plus modestes des sources et aquifères superficiels – soutiennent l’agriculture irriguée des regadios, initiée semble-t-il par les Romains, perfectionnée par les Arabes, puis continuée au cours des siècles qui ont suivi la Reconquête chrétienne ; ces terres irriguées sont devenues au cours des siècles l’illustration idéalisée des récoltes assurées. C’est dans ce contexte que s’est constitué, à partir de l’héritage arabe, un mode de production agraire qui, de phases d’expansion en périodes de repli, s’est maintenu, pour l’essentiel, jusqu’au milieu du siècle dernier. Ce mode de production agro-seigneurial est fondé sur l’agriculture et sur les rapports entre la grande propriété foncière et les forces de travail qui en dépendent selon des statuts variés. Les crises sont d’origine agraire, consécutives aux sécheresses répétées, aux inondations catastrophiques ou encore provoquées par les épidémies, les famines ou les guerres.

8Mis en place après la Reconquête, le régime foncier de la grande propriété aristocratique s’est perpétué jusqu’au début du XXe siècle. Tant en secano qu’en regadio s’est renouvelée au cours des siècles une aristocratie foncière, de vieille noblesse ou d’enrichissement récent, de standing national, voire international, ou seulement d’assise régionale, voire locale, non résidente, gérant ses biens par l’intermédiaire d’intendants ou tenant le haut du pavé à Murcie ou Lorca. Centrée sur les vastes constructions des cortijos, les grandes propriétés des secanos se mesurent souvent en milliers de fanegas (une soixantaine d’ares) ; dans les regadios d’irrigation continue, les huertas, en centaines, voire en milliers de tahullas (une dizaine d’ares dans la huerta de Murcie). Elles sont généralement en faire-valoir indirect, associant dans les rapports sociaux de production capital foncier et travail agricole. Dans les huertas, les terres sont le plus souvent exploitées en fermage par des colonos qui cultivent céréales, légumes et arbres fruitiers sur quelques hectares, à la fois pour la consommation familiale, le marché urbain, l’approvisionnement des propriétaires et de leurs fondés de pouvoir. Les femmes et les filles s’affairent quant à elles à l’élevage du ver à soie, qui a fait un moment la réputation de Murcie.

9Les colonos s’acquittent de fermages en argent et de dons en nature ; ils peuvent se succéder de pères en fils. Il n’y a pas de commune mesure entre leurs modestes barracas dispersées dans les hameaux de la huerta et les demeures aristocratiques, casas grandes dont les tours dominent les terres de culture et, en ville, les palacios qui affichent le rang social des grandes lignées de propriétaires. Le métayage (aparceria) est surtout fréquent dans les secanos, avec des clauses de partage des récoltes qui varient selon les productions, les terroirs, les propriétaires, etc. Une foule d’ouvriers agricoles, sans terre et sans emploi assuré, complète la force de travail, tant dans les regadios que dans les secanos.

10Murcie reste jusqu’aux années 1950 une capitale provinciale de rang modeste. Par ses rentiers de la terre, ses commerces, ses ateliers et ses quelques usines, elle vit en symbiose étroite avec sa huerta. Les palacios et leurs façades blasonnées y rappellent la domination de l’aristocratie foncière. Les caciques et le clergé catholique veillent aux bonnes mœurs et au salut des âmes. Ils patronnent les fêtes religieuses et les prières des processions qui implorent la pluie. Leur autorité, qui n’est guère contestée, du moins collectivement, cimente l’ordre social qu’ils dominent.

11Dès le XVIIIe siècle, des médecins et pharmaciens, des commerçants, des colonos plus aisés, réussissent néanmoins à devenir propriétaires. Le mouvement s’accélère à partir de la fin du XIXe siècle. Nombre de grands propriétaires, tant en secano qu’en regadio, vendent leurs terres. Certaines familles à bout de ressources y sont contraintes. D’autres, redoutant les révoltes agraires comme en Andalousie voisine et les perspectives de réformes agraires qui les exproprieraient – nous sommes dans les années 1920-1935 – s’empressent de vendre leurs propriétés. D’autres encore saisissent l’opportunité de réaliser leur capital foncier pour le réinvestir, éventuellement, dans de nouvelles activités.

12Les colonos, qui sont tenus en cas de vente pour bénéficiaires de la moitié du prix de la transaction et dont alors les productions se vendent bien, peuvent enfin, en devenant propriétaires, réaliser l’aspiration à exploiter pour leur compte les quelques dizaines d’ares qu’ils travaillaient souvent depuis plusieurs générations. En trois ou quatre décennies, des dernières années du XIXe siècle jusqu’à celles qui précèdent la Guerre civile, nombre de grandes propriétés des huertas éclatent en centaines de micropropriétés, que les successions égalitaires vont encore diviser. Les structures de propriété sont bouleversées, mais sans que les paysages agricoles en soient sensiblement transformés. C’est aussi un changement radical dans les rapports capital foncier/force de travail, mais sans que pour autant les hiérarchies sociales en soient effectivement bousculées. Que les huertas puissent désormais être présentées comme l’illustration d’une démocratie foncière égalitaire devient un lieu commun des discours dominants et un facteur de maintien de l’ordre social auquel adhèrent nombre des micro-agriculteurs de la huerta.

Figure 1 : Le mode de production agro-seigneurial.

Figure 1 : Le mode de production agro-seigneurial.

13À la charnière des années 1960, le mode de production traditionnel entre en déclin. Les inégalités sociales et les rapports sociaux de domination qui, des siècles durant, avaient été fondés sur la grande propriété foncière et ses faire-valoir agricoles caractérisés par l’exploitation d’une nombreuse main d’œuvre de journaliers, métayers et fermiers, vont maintenant s’inscrire, plus ou moins rapidement, dans d’autres contextes économiques, sociaux et politiques.

L’émergence du mode de production capitaliste : la phase agro-industrielle

14Esquissé dans les premières décennies du XXe siècle par la construction des premiers barrages de retenue dans le bassin supérieur du Segura, un mode de production capitaliste agro-industriel s’impose à partir de la fin des années 1950, qui change radicalement la région, ses paysages, son économie, ainsi que les rapports sociaux. À la grande propriété foncière rentière succèdent des entreprises agricoles organisées sur le modèle de l’entreprise capitaliste. Avec l’appui des banques, ces entreprises réalisent des investissements de plus en plus importants et diversifiés (systèmes d’irrigation, matériels et installations…) qui multiplient la valeur du capital foncier initial ; et pour les travaux, un salariat souvent nombreux composé de travailleurs permanents plus ou moins spécialisés et de nombreux ouvriers temporaires.

15La constitution et l’imposition de ce mode de production capitaliste ont mobilisé des facteurs conjoints, en interactions. En premier lieu, l’ouverture aux marchés internationaux, en particulier pour l’exportation des primeurs et des agrumes, fait de Murcie la « Huerta de Europa », selon les termes utilisés par les acteurs économiques et politiques. En second lieu, la grande hydraulique moderne permet une extension considérable des surfaces irriguées, à la fois sur les plateaux et dans les plaines littorales, qui s’accompagne d’une intensification hautement technicisée. Au même moment, les vastes surfaces des secanos délaissées par l’émigration massive des ouvriers agricoles ou des métayers et vendues par des propriétaires ruinés, deviennent des terres disponibles à bas prix pour être transformées en regadios. Enfin, le besoin accru de main d’œuvre agricole est satisfait, à partir des années 1970, par l’arrivée de travailleurs pauvres, d’abord des journaliers des sierras voisines, puis des gitans andalous dans les années 1980, puis à partir des années 1990 par les nombreux immigrés d’origines variées (Marocains, Équatoriens, Européens de l’Est), bien souvent en situation irrégulière.

16Ainsi se met en place en une trentaine d’années une agriculture capitaliste qui a progressivement transformé les paysages ruraux. Là où s’étendaient les céréales, les jachères et les pacages des secanos règnent maintenant des paysages rationnels d’efficacité productive ponctués par les installations de type industriel, animés par les allées et venues des travailleurs, des matériels de culture et des camions, innervés par les routes puis les autoroutes à grande circulation. Cette extension spectaculaire des périmètres irrigués a largement contourné les réglementations qui régissaient, souvent de temps immémoriaux, la gestion des ressources en eau. Les initiateurs de ces nouveaux regadios forment en effet des groupes de pression efficaces pour que soient décidés les aménagements répondant à une demande en eau sans cesse croissante.

17Les moteurs du mode de production qui s’organise autour de l’agriculture irriguée, modernisée dans ses technologies et tournée vers les marchés étrangers, appartiennent à un capitalisme d’un nouveau type : un agribusiness qui intègre l’ensemble des phases du processus de production, du captage de l’eau pour l’irrigation jusqu’au conditionnement industriel et à l’exportation des produits. Rentabilité, spéculation et profit en sont les objectifs.

18Les acteurs principaux de la nouvelle économie murcienne appartiennent aux milieux d’affaires régionaux, voire nationaux et internationaux, disposant de capitaux provenant du commerce, des industries, confortés par les appuis des banques régionales et nationales et des pouvoirs publics. Mais les acteurs de second plan ne sont pas en reste. Se constituent des groupements qui réunissent moyens et petits propriétaires. Il n’est pas rare que des ouvriers agricoles, des émigrants de retour y soient associés, accédant ainsi à la propriété de quelques dizaines d’ares plantés en citronniers ou en pêchers. Les uns et les autres ont en commun de disposer ensemble de la ressource en eau, d’être propriétaires, de partager des savoir-faire, d’affronter les risques climatiques ou commerciaux, ce qui estompe en apparence les inégalités des positions sociales.

19Dans le même temps, le déclin du mode de production traditionnel se précipite. Métayers et ouvriers agricoles émigrent en grand nombre. Comme dans d’autres régions méditerranéennes, les mutations de l’économie engendrent des rapports sociaux de production inédits. Les qualifications anciennes sont désormais obsolètes et les métiers se spécialisent : tractoristes, techniciens, ingénieurs, managers. Mais au-delà des nouvelles hiérarchies professionnelles, le système repose, comme celui qui l’a précédé, sur la force de travail nombreuse d’ouvriers et d’ouvrières embauchés dans les regadios nouveaux ou, selon la saison et la conjoncture, dans les usines agro-alimentaires voire sur les chantiers de construction.

20Les villes de la région sont entrées dans une période de forte croissance. À Murcie, de grandes infrastructures de circulation sont aménagées pour raccorder la ville à la circulation autoroutière nationale et internationale. Des grands magasins et des banques investissent les points stratégiques de l’espace urbain, symboles des nouvelles normes de la consommation et de la monétarisation des modes de vie. La vieille ville est restructurée à coups de bulldozers. Des palacios cèdent la place à des immeubles fonctionnels. Ainsi s’inscrit dans la ville la domination d’un capitalisme agro-industriel soutenu par les banques et les pouvoirs publics.

21Non sans crises conjoncturelles, consécutives aux surproductions, aux concurrences internationales ou aux restrictions douanières imposées par les pays importateurs, le « miracle espagnol », dont la région de Murcie est l’une des illustrations les plus spectaculaires, se poursuit jusque dans les années 2000. Les uns et les autres estiment y trouver leur compte, conformément à leurs positions sociales. Pour les ouvriers et les employés, du travail, des salaires qui augmentent, voire l’accès au crédit bancaire et la possibilité d’acheter un appartement… Une nouvelle classe dominante affiche ses réussites : grands propriétaires de regadios nouveaux, industriels, exportateurs, entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics, promoteurs immobiliers, banquiers, etc. La domination de cette nouvelle bourgeoisie des affaires ne suscite pas, sauf exceptions, de vifs ressentiments d’inégalités, encore moins de mouvements de protestations. D’ailleurs, le plus souvent dirigées jusque dans les années 1990 par des municipalités à majorité socialiste, Murcie et la plupart des autres communes de la région passent ensuite à droite. Les actualités régionales sont même ponctuées par des manifestations de quasi-unanimité sociale, par exemple pour que soient décidées par Madrid les constructions des transferts d’eau d’irrigation depuis les versants atlantiques vers les plaines méditerranéennes.

Figure 2 : Le mode de production capitaliste urbano-industriel.

Figure 2 : Le mode de production capitaliste urbano-industriel.

Le mode de production capitaliste : la phase urbano-touristique

22À partir des années 1990 s’affirme un mode de production (ou une phase du mode de production capitaliste) que l’on peut qualifier d’urbano-touristique. Ce mode de production prolonge le précédent par nombre de ses composantes : la sphère de l’agro-alimentaire conserve un rôle important dans l’économie de la région et dans les représentations de beaucoup de ses habitants. La croissance urbaine se poursuit. Le secteur de la construction emploie maintenant plus de main d’œuvre que l’agriculture. Mais la rupture avec les décennies précédentes, c’est la promotion du tourisme comme axe de développement privilégié par les milieux dirigeants de la région et la forte implication du secteur bancaire comme de la promotion immobilière. Murcie illustre à l’échelle d’une région les convergences, voire les connivences, entre pouvoir politique et capitalisme financier, ainsi que les pratiques et les formes de domination qui en résultent.

23Si l’intensification des techniques d’irrigation et de culture se poursuit dans les secteurs bio-climatiquement les plus favorables, principalement les campos littoraux, les surfaces irriguées sont maintenant stabilisées, voire en recul. Avec 40 000 à 50 000 permis de construire délivrés chaque année de 2004 à 2006, Murcie se place au premier rang des provinces espagnoles, avec Malaga, Alicante et Tarragona. Des quartiers nouveaux surgissent, juxtaposant immeubles résidentiels pour accédants à la propriété, complexes commerciaux et espaces sportifs. Les pôles d’activités qui fleurissent par dizaines à proximité des échangeurs d’autoroutes illustrent quant à eux la priorité donnée aux activités tertiaires liées à la consommation, plutôt qu’aux activités productives.

24Le complexe touristique, le resort, est maintenant la figure marquante des projets d’aménagement et de développement des territoires de Murcie. On peut soutenir que chacun des modes de production qui se sont succédé dans l’Espagne du Sud-Est a inscrit dans les paysages le tourisme correspondant à la société de l’époque. Aguilas fut très tôt la plage d’été de la bonne société de Lorca ; les huertanos de Murcia allaient eux en charrettes à la plage populaire de San Pedro del Pinatar. Dans les années 1970, les tours construites sur le cordon littoral qui sépare la Mar menor de la Méditerranée ont confirmé la réussite de la nouvelle bourgeoisie murcienne. Se sont multipliées les urbanizaciones littorales, tours et chalets destinés aux Murciens, aux Madrilènes, aux étrangers, Anglais, Allemands, Français, Néerlandais… Puis est venu le temps des resorts au cours des années 1990. Ces complexes touristiques réunissant hôtels, restaurants, appartements et villas individuelles, commerces et services divers, piscines, golfs et autres installations sportives, peuvent accueillir plusieurs milliers de familles, voire, dans les projets les plus faramineux, plusieurs dizaines de milliers.

25Depuis 1998, les autorités régionales en charge de la politique urbaine ont compétence pour modifier l’usage des sols. Des terrains protégés comme espaces naturels sont déclarés urbanisables, en invoquant l’intérêt général. Des élus locaux, des hauts responsables administratifs sont impliqués dans des détournements des réglementations existantes. Des sociétés profitent de cette volonté de promouvoir Murcie comme région touristique de rang international. Dans un contexte spéculatif débridé convergent les ambitions de lucre des investisseurs nationaux et internationaux. Sont impliqués des agences immobilières, plus ou moins mafieuses, des élus politiques en mal de notoriété, certains sensibles aux retours financiers dont ils peuvent bénéficier. Des projets pharaoniques fleurissent sur des terrains non urbanisables. Des complexes touristiques surgissent en pleine campagne dépeuplée.

26Ces orientations sont mises en œuvre par des promoteurs sensibles aux arguments qu’offrent les zones littorales murciennes et les campos qui les prolongent : le soleil, la Méditerranée, les hivers tempérés, de vastes espaces facilement disponibles, des infrastructures de transport modernisées ou en projet, des élus convaincus (ou que l’on peut convaincre) que l’avenir de leur commune ou de leur région repose sur la multiplication des complexes touristiques. On cible des clientèles étrangères, anglaise en particulier. On peut compter sur une main d’œuvre nombreuse : pour l’encadrement, des jeunes sortis des formations que propose la région ; pour les tâches d’exécution, des étrangers, dont les jeunes femmes des ex-pays de l’Est. Les temps sont à la spéculation. Les banques s’impliquent en soutenant sans grandes réserves les promoteurs et en accordant aux acheteurs des crédits hypothécaires d’autant plus attractifs que l’envolée des cours de l’immobilier fait espérer des plus-values substantielles. Le capital financier s’est ainsi imposé comme moteur des changements économiques et de l’établissement de rapports sociaux inédits dans la région.

27Des oppositions commencent cependant à se manifester. Les projets de transfert d’eau depuis l’Èbre sont ajournés par les Socialistes lors de leur arrivée à la direction du pays en 2004. Le Trasvase Tajo-Segura est remis en cause par la région Castilla la Nueva-La Mancha. Pour beaucoup de Murciens, la menace de pénurie d’eau met en question le modèle de développement de la région. Les consommations urbaines et du tourisme concurrencent les dotations destinées aux regadios. Des associations d’écologistes protestent contre les détournements des terrains protégés et les menaces sur les faunes marines que les marinas en projet vont provoquer. On conteste les cessions de terrains aux promoteurs étrangers. Les scandales politico-financiers, dont les médias se font les échos, choquent l’opinion. Mais ces contestations n’infléchissent par la politique régionale. Le Parti populaire conserve de larges majorités aux élections successives. Les antagonismes potentiels de classes sociales continuent d’être masqués par des préoccupations qui concernent de larges pans de la population : la question de l’eau et le sentiment de victimisation que cultivent les responsables régionaux à l’encontre de Madrid et du Parti socialiste qui a gouverné l’Espagne de 2004 à 2011, le chômage, dont le taux – un des plus élevés d’Espagne – ne cesse d’augmenter et, ces dernières années, les exaspérations que suscite la présence des étrangers.

28La crise qui, depuis 2008, secoue les pays occidentaux atteint l’Espagne et les Espagnols avec une inquiétante gravité. À Murcie, elle est à la mesure des mutations exceptionnelles qui ont bouleversé la région, ses activités, ses sociétés et leurs espaces. Les secteurs qui ont été promus axes prioritaires de développement par les acteurs locaux et régionaux sont les plus durement touchés. Ne sont plus délivrés par an que quelques centaines de permis de construire. De nombreux chantiers immobiliers sont à l’arrêt. Des promoteurs touristiques bradent leurs resorts inachevés. Le chômage frappe en premier lieu les jeunes et les travailleurs précaires, en particulier les travailleurs étrangers et leurs familles qui n’ont souvent d’autre perspective que le retour au pays. Des Anglais sont contraints de tenter de vendre la résidence dans laquelle ils avaient investi leurs économies et hypothéqué une retraite mise à mal par les faillites des fonds de pension.

Figure 3 : Le mode de production urbano-touristique.

Figure 3 : Le mode de production urbano-touristique.

29La crise met ainsi en lumière les ambitions de profit, les collusions des acteurs politiques et économiques, les pratiques du capitalisme financier. Les chantiers arrêtés, les resorts à l’abandon, les files de chômeurs aux guichets des services de l’emploi et les rassemblements des « Indignés », mais aussi les manifestations d’hostilité à l’égard des étrangers : autant de signes visibles de la crise, qui renvoient aux formes contemporaines de domination qu’exerce le capital financier, directement sur les rapports au travail, au logement, à la consommation, à la vie des familles, indirectement par ses méfaits sur l’éducation, les services publics, les solidarités sociales, etc.

Conclusion

30La relecture de près de cinquante années de familiarité avec les habitants, les paysages et les organisations des espaces de la région de Murcie me conforte dans les lignes de force d’une réflexion générale, nourrie bien évidemment par d’autres expériences de recherches que celles de l’Espagne du Sud-Est.

31La grille de lecture des sociétés, dans et par leurs espaces pour ce qui concerne le géographe, en se référant aux modes de production et aux rapports sociaux qui les caractérisent (dont ceux du capital et du travail, mais aussi ceux de la consommation, de la formation, des genres, etc. qui sont le plus souvent des rapports de domination) est d’autant plus appropriée qu’elle permet les comparaisons d’époques à époques et d’espaces à espaces, autorisant ainsi les essais de généralisation. L’exemple de Murcie me paraît pouvoir être transposé à d’autres régions, pas seulement méditerranéennes, ou à d’autres thèmes, par exemple celui de l’eau et des rapports associés à ses usages, ou celui des rapports entre émigrations et immigrations, etc. La crise mondiale actuelle légitime pleinement cette grille d’interprétation, voire l’impose.

32Le déchiffrement des paysages et des espaces que produisent et pratiquent les sociétés amène à réfléchir sur les enchaînements des modes de production et les rapports sociaux qui les caractérisent, sur les ruptures et les permanences, les inerties et les accélérations, sur ce qui est particulier et sur ce qui se répète ailleurs. À Murcie, pas vraiment de ruptures brutales, mais des transitions et des recouvrements, et cependant des mutations essentielles. Bien qu’à toutes les époques les distances sociales aient été très marquées, les rapports sociaux de domination effective (par les ressources matérielles, les relations sociales, l’éducation et la culture, les pouvoirs de différentes natures) ont été tempérés, masqués, transcendés même, par des intérêts partagés (ou du moins présentés comme tels) par les différentes composantes de la société. Se référant à un prétendu bien commun, voire à des valeurs communes, ces intérêts ont été imposés par les dominants de chaque époque, les aristocrates éclairés du XVIIIe siècle, les exportateurs et industriels conquérants des années 1960-1980, puis les promoteurs immobiliers affairistes et leurs soutiens financiers et politiques. La religion, l’Église catholique, ses institutions, le contrôle des conduites qu’elle exerce, les manifestations qu’elle patronne, légitiment les soumissions à l’ordre social établi. Dans de tels contextes, toute manifestation d’opposition, par exemple l’émigration des ouvriers agricoles dans les années 1950-1960, est jugée comme menaçant l’ordre social et donc moralement condamnable.

33Se placer dans la perspective qui vient d’être ébauchée d’une géographie critique oblige à définir quelles contributions les géographes peuvent apporter à la connaissance des sociétés, avec l’ambition de valoriser, pour les uns et pour les autres, les collaborations interdisciplinaires. Les sciences sociales ont à œuvrer conjointement à une intelligibilité critique des sociétés. Confrontés qu’ils sont aux inégalités, aux formes sans cesse renouvelées de l’exploitation, aux rapports de domination qui s’exercent dans les divers registres des existences, les chercheurs en sciences sociales ont à assumer des responsabilités sociales dont il importe de définir la nature et les modalités des engagements.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ayala J.-A., El Regadio murciano en la primera mitad del siglo XIX, Murcia, Junta de hacendados de la huerta de Murcia, 1975.

Calvo García-Tornel F., Hérin R., L’Aristocratie foncière à Murcia (Espagne) : apogée, déclin et disparition d’une classe sociale dominante, Bordeaux, Éditions Ausonius, 2006, p. 244-273.

Calvo García-Tornel F., « Aspectos de la evolución de la propiedad territorial en la Huerta de Murcia », Papeles de Geografía, no 3, 1971, p. 135-158.

Calvo García-Tornel F., « Un ciclo cerrado : el patrimonio nobiliario construido en la ciudad de Murcia », Cuadernos de Turismo, no 27, 2011, p. 77-93.

Calvo García-Tornel F., Hérin R., « Las transformaciones territoriales en el Sureste. El caso murciano », España en la Union europea. Un cuarto de siglo de mutaciones territoriales, Madrid, Éditions Casa de Velazquez, 2011, p. 78-91.

François M., Eau et développement en Espagne. Politiques et discours. Les exemples de l’Aragon et de la Région de Murcia, Paris, L’Harmattan, 2012.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., Géographie sociale, Paris, Masson, 1984.

Gomez Espín J.-M., Tradición e innovación en el sector hortofrutícola de la Región de Murcia, Murcia, Consejería de Agricultura y Agua de la Comunidad Autónoma de la Región de Murcia, 2007.

Hérin R., Les Huertas de Murcie, Aix-en-Provence, Édisud, 1980.

Hérin R., « La géographie sociale, une géographie des rapports sociaux », L’Espace géographique, no 2, 1986, p. 108-110.

Hérin R., « Pour une géographie critique et responsable », C. Chivallon, P. Ragonet, M. Samerts (dir.), Discours scientifique et contextes culturels – Géographies françaises et britanniques à l’épreuve postmoderne, Talence, Maison des sciences humaines d’Aquitaine, 1999, p. 129-139.

Hérin R., Chemin faisant, parcours en géographie sociale, Caen, Presses universitaires de Caen, 2013.

Honneth A., La Société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 2006.

Pfefferkorn R., Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007.

Notes

1 Le mode de production, tel qu’il est défini dans la tradition marxiste, est constitué, en vue de la production de biens indispensables à la satisfaction des besoins sociaux, d’une part par les forces productives (moyens de production, installations, outillages, connaissances techniques, etc.) et d’autre part par les rapports sociaux de production, c’est-à-dire les rapports entre les personnes ou groupes engagés dans les processus de production ; par exemple dans le mode de production capitaliste, les rapports entre les détenteurs des moyens de production, dont les capitaux d’une part, et d’autre part les salariés rémunérés pour l’engagement de leur force de travail ; ou encore dans le secteur agricole, les rapports entre fermiers, métayers ou salariés d’une part et détenteurs des moyens de production : le foncier, éventuellement selon les types de contrats le capital d’exploitation, outillages, installations, voire cheptels… d’autre part. Définis initialement par Marx et les marxistes pour caractériser le mode de production capitaliste industriel, les concepts de mode de production et de rapports sociaux de production, les sociétés contemporaines devenant de plus en plus complexes, sont transposables à l’ensemble des dimensions économiques des activités humaines, celles liées à la consommation, mais aussi, par exemple, les loisirs, la santé, l’information.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le mode de production agro-seigneurial.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 2 : Le mode de production capitaliste urbano-industriel.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 3 : Le mode de production urbano-touristique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/59330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540