Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Deuxième partie. Des formes et des échelles : un statut épistémologique de l’espace toujours en débat

La structuration de l’espace par les rapports sociaux

Irène Pereira

Texte intégral

1Ce texte se présente avant tout comme la mise en forme d’interrogations et de propositions d’hypothèses de réflexion. Ces interrogations, il est tout d’abord nécessaire d’en expliciter ce qui me semble en constituer l’arrière-fond. Le questionnement sur la théorisation des relations entre espace et rapports sociaux ne me semble pas nouveau. En revanche, il me semble que le contexte intellectuel en France actuellement conduit à renouveler ces interrogations. Cela tient tout d’abord à l’intérêt pour les approches matérialistes quelque peu éclipsées durant un temps par l’épistémologie post-structuraliste : l’intérêt actuel pour les travaux de géographie radicale de David Harvey, qui a bénéficié récemment d’une série de traductions en français (Harvey, 2008, 2010, 2011, 2012) me semble en constituer une marque. Le second point qui me paraît important, c’est l’émergence d’un champ de recherche portant sur l’articulation des rapports sociaux. Cette sociologie fait l’objet d’un renouveau depuis la seconde moitié des années 2000 (Cedref, 2006).

2C’est dans ce cadre intellectuel que la question de la place de l’espace dans l’analyse des rapports sociaux me paraît devoir s’inscrire. L’objet de cette réflexion consistera à s’interroger sur le statut épistémologique de l’espace dans l’analyse des rapports sociaux. La structuration de l’espace est-elle source par elle-même d’un rapport social spécifique ou n’est-elle que l’effet des rapports sociaux ? Dans ce cas, la structuration de l’espace est-elle réductible à un type de rapport social ou existe-t-il une multiplicité de rapports sociaux ? Existe-t-il une forme type d’organisation spatiale qui implique un rapport social ou ces formes sont-elles multiples ? L’hypothèse épistémologique qui guidera ce texte est la suivante : la structuration de l’espace dans le cadre d’une sociologie des rapports sociaux peut-être considérée comme un effet des luttes de classes (Clerval, 2011 ; Bihr, 2012). En l’espèce, la notion de classe sera utilisée ici en ne se limitant pas aux classes sociales au sein du système capitaliste, mais pour désigner toute division sociale reposant sur une base matérielle d’exploitation économique comme dans le cas des « classes de sexe ».

  • 1 On peut se référer pour cela aux thèses sur Feuerbach de Marx.

3Les pistes que je développerai ci-dessous s’inscrivent dans un cadre théorique : il s’agit d’une sociologie de l’articulation des rapports sociaux (Kergoat, 2012). Ce préalable appelle quelques remarques. Cette analyse appréhende les rapports sociaux à partir de leur conflictualité. La sociologie des rapports sociaux sur laquelle je m’appuierai pour développer mes hypothèses théoriques part ainsi de ce que je qualifierai d’un matérialisme pragmatiste. En effet, les rapports sociaux sont appréhendés à partir de l’« activité humaine concrète1 » et non d’abord comme une structure. Un rapport social peut-être défini comme un conflit qui construit une division de la société en classes sociales dont l’une se trouve alors dans une situation de supériorité par rapport à l’autre :

« Le rapport social peut être assimilé à une tension qui traverse la société ; cette tension se cristallise peu à peu en enjeux autour desquels, pour produire de la société, pour la reproduire ou “pour inventer de nouvelles façons de penser et d’agir”, les êtres humains sont en confrontation permanente. Ce sont ces enjeux qui sont constitutifs des groupes sociaux. Ces derniers ne sont pas donnés au départ, ils se créent autour de ces enjeux par la dynamique des groupes sociaux » (Kergoat, 2005, p. 95).

  • 2 Les violences faîtes aux femmes varient en effet dans leur expression en fonction des dimensions c (...)

4C’est donc la conflictualité sociale qui construit la structure sociale. Il s’agit d’une sociologie matérialiste au sens où elle place à la base de son analyse les rapports sociaux d’exploitation au travail. Néanmoins cette sociologie est non-réductionniste dans la mesure où elle ne réduit pas les rapports sociaux à l’exploitation économique, mais les analyse également comme des rapports sociaux de domination hiérarchique et des rapports sociaux d’oppression culturelle2 :

  • 3 Il s’agit ici des violences spécifiques faites aux femmes.

« Le rapport social, lui, continue à opérer et à s’exprimer sous ses trois formes canoniques : exploitation, domination, oppression (que l’on pourrait illustrer par : différentiel de salaires, plafond de verre et violences3) » (Kergoat, 2012, p. 128).

  • 4 « En se déployant, les rapports sociaux de classe, de genre, de “race” se reproduisent et se co-pr (...)
  • 5 Les rapports sociaux « forment un nœud qui ne peut être séquencé au niveau des pratiques sociales (...)

5Cette approche admet la pluralité de rapports sociaux non-hiérarchisés, mais néanmoins coextensifs4 et consubstantiels5. Les rapports sociaux ne sont pas prédéterminés a priori, mais sont dégagés par une étude empirique : « C’est l’impératif d’historicité » (Kergoat, 2011). Ce point d’entrée dans les rapports sociaux par la conflictualité peut se traduire, pour tester les hypothèses proposées, dans la sociologie des mouvements sociaux (Ripoll, 2005).

La structuration de l’espace comme effet des luttes de classes

  • 6 La notion de centre/périphérie est en particulier utilisée dans une perspective marxiste par la gé (...)

6La structuration de l’espace peut être alors analysée comme la matérialisation spatiale des luttes de classes. Cette position conduit à ne pas admettre l’existence d’un rapport social spatial au même titre par exemple que les rapports sociaux de classes, ou même de sexe ou de racisation. Cela signifie qu’une certaine configuration spatiale, comme celle du rapport centre/périphérie6, ne construit pas en soi un rapport social spécifique. En effet, on pourrait être tenté par une telle thèse dans la mesure où la constitution d’un centre induit de manière structurelle l’existence de périphéries et une subalternisation de celles-ci par rapport à leur centre.

7Plusieurs arguments me semblent plaider néanmoins contre une telle affirmation. Tout d’abord, parce que l’approche en terme de rapports sociaux part du conflit entre classes sociales : c’est une classe sociale qui exerce un rapport de pouvoir-contrainte sur une autre. Considérer qu’une certaine configuration spatiale construit un antagonisme social conduit à dépolitiser la notion de rapport social. En effet, la base du rapport social ne se trouverait plus dans un antagonisme de classe, mais dans une configuration spatiale sans sujet. Deuxièmement, on peut constater que le rapport centre/périphérie semble davantage constituer une modalité possible de différents rapports sociaux, mais qu’il ne dessine pas en soi un type de rapport social qui construirait deux classes sociales déterminées. En effet, ce rapport structure l’opposition entre des groupes sociaux qui varient selon différentes configurations : citadins/ruraux, habitants du centre-ville/banlieusards, habitants du Nord/habitants du Sud, habitants de la région dominante/minorités régionales opprimées… Le troisième argument qui conduit à ne pas voir, par exemple dans une forme spatiale comme le rapport centre/périphérie, un rapport social spécifique provient du fait que les rapports sociaux semblent pouvoir adopter des configurations spatiales plus diverses que le simple rapport centre/périphérie. En effet, réduire la hiérarchisation sociale de l’espace à une forme spatiale particulière conduit à un risque de schématisation a priori des rapports sociaux. Tout rapport social se coulerait dans cette forme. Or il est sans doute plus exact de supposer que selon les contextes, les configurations historiques, l’organisation spatiale des rapports sociaux adopte des configurations diverses. Si l’on prend le rapport centre-ville/banlieue, il est possible de constater que l’occupation du centre-ville n’est pas toujours le fait des classes sociales les plus aisées, de même que la résidence dans la banlieue géographique n’est pas systématiquement la marque d’une relégation sociale.

  • 7 On peut rappeler que le fait de penser les rapports sociaux de classe à partir du paradigme de la (...)
  • 8 De manière générale, il est possible de considérer que la géographie ne peut se comprendre qu’à pa (...)
  • 9 Cette continuité de la guerre et de la politique a été affirmée par le courant réaliste des relati (...)
  • 10 Il est possible par analogie de penser au vocabulaire gramscien de « guerre de mouvements » ou « d (...)
  • 11 La communication-guérilla désigne un ensemble de pratiques de lutte inspirées de la critique situa (...)

8En revanche, il semble possible de lier l’occupation du territoire à des effets de luttes des classes. Si l’on use d’une métaphore militaire en considérant les luttes de classes comme des guerres sociales7, on peut supposer que ces luttes passent également par l’occupation de territoires ou de points stratégiques. L’espace est donc fabriqué par la guerre sociale, mais il a une certaine matérialité. L’espace physique de la géographie ne se réduit pas à l’espace conceptuel abstrait de la géométrie. En effet, les stratégies de lutte doivent le prendre en compte comme ressource ou au contraire comme obstacle. Certes il n’y a pas nécessairement de stratégies sociales conscientes, néanmoins il est possible méthodologiquement de considérer que cette lutte se développe comme s’il existait une ou des finalités qui caractérisaient les affrontements entre classes sociales. Sur le plan de l’analyse géographique, cela conduit à faire de l’angle géostratégique, le paradigme qui permet d’étudier les rapports sociaux8. L’étude géostratégique n’est plus alors réservée aux situations de guerre militaire, mais la guerre conventionnelle ne devient plus qu’une des modalités de la conflictualité des rapports sociaux9. On peut ainsi établir un continuum entre la guerre révolutionnaire conventionnelle, la guérilla rurale ou urbaine, les manifestations de rue émeutières jusqu’aux formes de manifestation du rue les plus routinisées de l’affrontement social ou encore les formes de guérilla culturelle10 comme la communication-guérilla11… C’est par exemple ce qu’effectue Jules Falquet (1997) dans son analyse des rapports sociaux de sexe, quand elle dégage un continuum des violences faites aux femmes, en allant des situations de guerre au cadre domestique quotidien. Il serait alors intéressant de croiser par exemple une telle analyse à une approche spatiale du genre, de manière à étudier comment ces violences construisent des espaces sexués. On peut penser par exemple à l’évitement de certains espaces publics, en particulier la nuit, par les femmes. Les marches de nuit non-mixtes peuvent apparaître de ce point de vue comme des tentatives ponctuelles de contre-offensives. La conflictualité des rapports sociaux se caractérise à la fois par des pratiques de pouvoir-contrainte mises en œuvre par les classes dominantes, mais également par des pratiques d’émancipation de la part des classes dominées. L’analyse qui centre l’étude du social sur la conflictualité présente ainsi l’avantage de ne pas réduire les dominés à des agents passifs, à de simples victimes inconscientes. Mais à l’inverse, cette approche ne doit pas effacer les rapports de pouvoir-contrainte au profit d’une mise en avant des capacités de résistance des actrices et des acteurs. Les stratégies de domination des classes dominantes peuvent donner lieu à des formes de résistance individuelles ou collectives qui peuvent apparaître comme latentes, manifestes, voire explosives. Les stratégies de pouvoir-contrainte peuvent prendre des formes manifestes, comme dans le cas de la répression armée, mais elles peuvent être plus discrètes, par des formes de contrôle qui s’appuient sur le consentement des dominés, comme dans les pratiques du néo-management. De leurs côtés, les dominés peuvent avoir recours à des stratégies de lutte des classes explosives, comme dans le cas d’une guerre civile révolutionnaire, mais les stratégies de résistances peuvent être plus larvées, comme les micro-résistances qui s’effectuent sur une chaîne de montage dans une usine. L’étude des différentes stratégies mises en œuvre d’un côté et de l’autre suppose de faire apparaître à la fois la dimension historique et la dimension spatiale : les pratiques n’étant pas les mêmes selon les époques et les lieux.

9Ainsi, les processus de gentrification (Clerval, 2011) peuvent apparaître comme l’effet d’une lutte entre classes sociales économiques qui conduit à la relégation des classes populaires vers la périphérie. Ce que marque d’ailleurs la notion de « front de gentrification ». De même, l’existence de quartiers populaires ou de ghettos semble appuyer la thèse selon laquelle les rapports sociaux construisent l’occupation de l’espace par les différentes classes sociales qu’elles soient économiques ou racisées.

10L’entrée dans les rapports sociaux par la conflictualité permet ainsi d’analyser les dynamiques temporelles qui modifient l’occupation de l’espace. Par exemple, elle permet de saisir les déplacements qui conduisent la bourgeoisie à investir un centre-ville puis à le délaisser pour s’installer en périphérie.

11De même, il est possible de constater que d’autres formes d’organisation de l’espace, par exemple en réseaux, si elles semblent impliquer la disparition d’un centre en soi, ne sont pas pour autant exemptes de rapports sociaux, donc d’inégalités.

Un exemple : l’opposition entre « centralisme » et « réseaux »

12Il est possible d’illustrer ce point en prenant comme exemple le cas de la structuration des organisations militantes. Celle-ci se traduit par une organisation géographique du pouvoir. Ainsi les textes signés par les organisations militantes bolcheviques orthodoxes prônent une forme d’organisation communément appelée « centralisme démocratique » tandis que d’autres organisations militantes défendent au contraire le « réseau ».

13Le centralisme démocratique implique un rapport vertical entre le comité central et les cellules locales. La forme militante réticulaire a été en particulier défendue par opposition au schéma léniniste parce qu’elle implique la disparition d’un centre (Hardt, Negri, 2004) qui monopoliserait le pouvoir. Le réseau est considéré comme une forme d’organisation horizontale dans laquelle chaque nœud n’a pas plus de pouvoir qu’un autre.

  • 12 Apprentis agitateurs pour un réseau de résistance globale.

14Néanmoins, des analyses sociologiques ont conduit à relativiser cette absence de centralisation du pouvoir qu’impliquerait l’organisation en réseau. Celle-ci ne disparaît pas, mais se trouverait rendue informelle (Pleyers, 2009). On peut ainsi citer l’exemple étudié par Simon Luck du réseau Aarrg !12 (Luck, 2004). Celui-ci a éclaté du fait d’un conflit entre d’un côté des militants parisiens dotés d’un fort capital culturel (normaliens) et des militants provinciaux. Le réseau est censé être horizontal et pourtant, implicitement, il tend à reformer une structuration centre/périphérie et à introduire une domination du centre.

15On peut par ailleurs constater qu’une partie de la tradition militante « anarchiste », dans la lignée de Proudhon (1863), propose une autre forme d’organisation du territoire alternative au « centralisme jacobin » comme au « contractualisme généralisé » des libertariens, il s’agit du « fédéralisme libertaire ». Cette structuration politique constitue la forme adoptée par des organisations militantes anarchistes comme devrait l’être l’organisation politique future de la société. La thèse de Proudhon ne consiste plus à totalement faire disparaître les instances de coordination formalisées, mais à organiser la circulation du pouvoir de décision non pas selon une logique top-down, mais bottom-up. Entre les défenseurs de l’organisation en réseau et ceux du fédéralisme libertaire se joue implicitement une divergence sur le caractère intrinsèquement oppressif ou non d’une forme d’organisation de l’espace. La constitution d’un centre de coordination est-elle par essence oppressive ? Oui, répondent les tenants du réseau qui multiplient les nœuds de connexion et refusent toute formalisation juridique d’une instance pérenne de coordination. Dans le fédéralisme anarchiste, certes les nœuds sont multipliés, mais cela ne fait pas disparaître l’existence d’instances de coordination qui durent dans le temps et qui ont un statut juridique.

16En revanche, c’est la circulation du pouvoir du bas vers le haut qui doit les empêcher de devenir oppressives.

17Il est ainsi possible de constater que la question organisationnelle dans les collectifs militants est inséparable d’une problématique spatiale : en effet, il s’agit de s’organiser également dans l’espace pour prendre des décisions et agir.

Analyse matérialiste, politique et culturelle des rapports sociaux

18La conceptualisation proposée en introduction d’un matérialisme méthodologique consiste à partir des rapports sociaux d’exploitation au travail pour analyser les faits sociaux. Le concept de travail est ici entendu dans un sens plus large que le travail productif marxiste, puisqu’il inclut le travail reproductif et conduit à analyser par exemple le militantisme comme un « travail militant » (Nicourd, 2009). La conceptualisation des rapports sociaux comme conflictualité présuppose la division du travail qui construit deux groupes sociaux distincts et hiérarchisés dont l’un exploite l’autre. Néanmoins l’étude de l’organisation spatiale des rapports sociaux consiste méthodologiquement à partir de l’organisation de la division du travail, mais elle ne réduit pas l’ensemble des activités sociales à cette dimension des rapports sociaux. D’un point de vue spatial, cela implique que la structuration géographique ne suppose pas que les centres de production économiques ou intellectuels, ou de décisions politiques se recoupent. L’exploitation, la domination et l’oppression peuvent avoir chacune une logique distincte des deux autres, ce qui ne signifie pas indépendante. Il existe une coextensivité entre ces différentes dimensions d’un même rapport social. Il devient alors possible d’analyser la guerre sociale sous ces trois dimensions de guerre économique d’exploitation, politique de domination et culturelle d’oppression (ou d’aliénation).

19Ainsi, les logiques géographiques qui organisent par exemple les pratiques culturelles des classes populaires ne peuvent pas être pensées indépendamment des zones où celles-ci travaillent. Il serait alors intéressant d’analyser comment se construit spatialement l’hégémonie culturelle que tentent d’imposer les classes sociales oppressives par le biais des mass medias. Mais une étude spatiale de l’hégémonie culturelle ne peut se limiter aujourd’hui à l’analyse de l’espace physique, elle doit prendre en compte également le cyberespace où se jouent des « cyberguerres » sociales.

Pluralité, consubstantialité et coextensivité de l’espace des rapports sociaux

20L’hypothèse qui conduit à considérer qu’il existe une pluralité de rapports sociaux non hiérarchisés permet de comprendre pourquoi ceux-ci peuvent dans leur organisation spatiale adopter des structurations qui leur sont propres. Par exemple, il est possible d’analyser la mondialisation capitaliste à partir d’une organisation en termes centre/semi-périphérie/périphérie (Wallerstein, 1985). En revanche, les études sur la géographie du genre semblent plutôt mettre en avant une structuration de l’espace qui oppose privé/public, ou du moins intérieur/extérieur (Di Meo, 2012).

  • 13 Si ce type d’analyse de l’État n’est pas celle de Marx, on la trouve néanmoins présente chez d’aut (...)

21L’organisation spatiale des rapports sociaux doit être en outre historicisée. Si en effet, l’on considère, comme c’est mon cas, que les États ne constituent pas des superstructures du système capitaliste, mais des formes de rapports sociaux spécifiques ayant leur propre base matérielle13, il est possible de constater que l’organisation spatiale du pouvoir n’est pas la même en fonction des époques. L’État s’est en effet construit à partir de la centralisation du pouvoir politique et administratif (Elias, 1975). On peut d’ailleurs constater que ce processus de centralisation n’a pas été sans effet sur les répertoires d’action militants comme le montre Charles Tilly (1986) : en France, la manifestation nationale à Paris en constitue un exemple.

22La prise en compte de l’organisation spatiale des rapports sociaux permet de les complexifier dans le cadre d’une analyse de leur consubstantialité. Par exemple, l’étude de la consubstantialité des rapports sociaux capitalistes et de racisation permet une saisie plus nuancée des rapports de racisation lorsque l’on intègre leur organisation spatiale. Ainsi, l’analyse des rapports de racisation tend à les réduire à une opposition entre « blancs » et « non-blancs » sauf si l’on y adjoint des analyses sur le « colorisme » (Ndiaye, 2006). Néanmoins, la prise en compte de l’existence de semi-périphéries et de périphéries éloignées (Wallerstein, Balibar, 1988) permet de mieux comprendre la hiérarchisation qui s’effectue par exemple entre d’une part l’immigration du Sud et de l’Est de l’Europe vers la partie nord-ouest de l’Europe et d’autre part les immigrations extra-européennes par exemple en provenance d’Afrique centrale. De même, le caractère non-rattaché à une territorialisation nationale des diasporas juive ou rrom peut constituer une dimension permettant de mieux comprendre les rapports de racisation qui sont à l’œuvre dans ces cas. Ici la répartition spatiale ne s’organise pas selon un rapport centre/périphérie, mais relève de la « dissémination ». L’exemple de ces deux diasporas montre ainsi que les rapports de racisation ne s’incarnent pas nécessairement dans une structure spatiale unique – centre/périphérie –, mais peuvent adopter différentes formes spatiales.

Conclusion

23Le point de départ qui a été le mien a consisté à entrer par la conflictualité sociale dans les rapports sociaux et à faire de l’organisation de l’espace un effet des dynamiques de luttes de classes (capitalistes, de sexe, de racisation…). Parmi les rapports sociaux qui construisent l’espace, le rapport social étatique implique une structure centre/périphérie. Mais il n’est pas le seul type de rapport social et il n’est pas possible de déterminer a priori le lien entre une forme spatiale spécifique et un rapport social. Ce qui me semble important du point de vue méthodologique, c’est d’étudier concrètement comment les stratégies de lutte sociales construisent l’organisation inégalitaire de l’espace. Pour cela, il peut être heuristique de recourir à la géostratégie. Mais il ne s’agit plus alors d’une géostratégie des conflits militaires conventionnels, mais de la guerre sociale que se livrent les classes sociales. Celle-ci peut prendre la forme de conflits armés comme lors des révolutions, mais elle peut également adopter des formes en apparence plus pacifiées, mais dans leurs résultats aboutir à des situations équivalentes : des occupations inégalitaires de l’espace au profit d’une classe sociale.

Bibliographie

Références bibliographiques

« (Re)articulation des rapports sociaux de sexe, classe et “race” », Cahiers du Cedref, no 14, 2006.

Autonome a.f.r.i.k.a.-gruppe, Blissett L., Brünzels S., Manuel de communication-guérilla, Paris, Zones, 2011.

Bihr A., Les Rapports sociaux de classes, Lausanne, Éditions Page deux, 2012.

Clerval A., « La gentrification, une lutte des classes dans l’espace urbain », séminaire Marx au XXIe siècle, 12 novembre 2011.

Di Meo G., « Les femmes et la ville. Pour une géographie sociale du genre », Annales de géographie, no 684, 2012, p. 107-127.

Elias N., La Dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1975.

Falquet J., « La violence domestique comme torture – Une guerre de basse intensité contre les femmes ? », Nouvelles questions féministes, vol. 18, no 3-4, 1997, p. 129-160.

Gramsci A., Guerre de mouvement et guerre de position, textes choisis et présentés par R. Keucheyan, Paris, La Fabrique, 2012.

Hall S., Identités et culture, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

Hardt M., Negri A., Multitude, Paris, La Découverte, 2004.

Harvey D., Géographie de la domination, Paris, Les Prairies ordinaires, 2008.

Harvey D., Géographie et capital, Paris, Syllepse, 2010.

Harvey D., Le Capitalisme contre le droit à la ville, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Harvey D., Paris, capitale de la modernité, Paris, Les Prairies ordinaires, 2012.

Kergoat D., « Penser la différence des sexes : rapports sociaux et division du travail entre les sexes », M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés, Paris, La Découverte, 2005, p. 94-101.

Kergoat D., « Comprendre les rapports sociaux », Raison Présente, no 178, 2011, p. 11-21.

Kergoat D., « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », Se battre disent-elles…, Paris, La Dispute, 2012, p. 125-140.

Lacoste Y., La Géographie, ça sert, d’abord à faire la guerre, Paris, La Découverte, 2012.

Lefebvre H., De l’État. Tome 3 – Le mode de production étatique, Paris, 10/18, 1977.

Luck S., Le Militantisme à Aarrg ! Paris : les limites d’un engagement pragmatique et distancié, mémoire de DEA de sociologie politique, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2004.

Ndiaye P., « Question de couleur, histoire et idéologie du colorisme », D. Fassin, É. Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale, Paris, La Découverte, 2006, p. 37-54.

Nicourd S. (dir.), Le Travail militant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Pleyers G., « Horizontalité et efficacité dans les réseaux altermondialistes », Sociologie et sociétés, vol. 41, no 2, 2009, p. 89-110.

Proudhon P.-J., Idée générale de la révolution au XIXe siècle, Paris, Garnier Frères, 1851.

Proudhon P.-J., Du Principe fédératif, Paris, E. Dentu, 1863.

Ripoll F., La Dimension spatiale des mouvements sociaux. Essais sur la géographie et l’action collective dans la France contemporaine à partir des mouvements de « chômeurs » et « altermondialistes », thèse de doctorat en géographie, université de Caen Basse-Normandie, 2005.

Sorel G., Réflexions sur la violence, Paris, Marcel Rivière, 1908.

Tilly C., La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

Wallerstein I., Le Capitalisme historique, Paris, La Découverte, 1985.

Wallerstein I., Balibar É., Race, nation et classe, Paris, La Découverte, 1988.

Notes

1 On peut se référer pour cela aux thèses sur Feuerbach de Marx.

2 Les violences faîtes aux femmes varient en effet dans leur expression en fonction des dimensions culturelles.

3 Il s’agit ici des violences spécifiques faites aux femmes.

4 « En se déployant, les rapports sociaux de classe, de genre, de “race” se reproduisent et se co-produisent mutuellement » (Kergoat, 2011, p. 11). Ce qui veut dire qu’un rapport social ne peut être compris réellement que si on l’analyse en tenant compte des autres rapports sociaux. Par exemple, le rapport social capitaliste ne tient que parce qu’il existe également un rapport social de sexe et inversement.

5 Les rapports sociaux « forment un nœud qui ne peut être séquencé au niveau des pratiques sociales sinon dans une perspective de sociologie analytique » (Kergoat, 2011, p. 11). Cela signifie que les différents rapports sociaux ne sont pas séparés dans la réalité et qu’ils ne sont distingués que pour en permettre l’analyse sociologique.

6 La notion de centre/périphérie est en particulier utilisée dans une perspective marxiste par la géographie du développement inégal. Celles du système-monde inspirées de Braudel qui ont mis en avant l’existence de rapports de domination du centre sur la périphérie : ce sont les travaux d’auteurs marxistes tiers-mondistes tels qu’Immanuel Wallerstein, Samir Amin ou Giovanni Arrighi.

7 On peut rappeler que le fait de penser les rapports sociaux de classe à partir du paradigme de la guerre est courant dans la tradition marxiste : on la trouve par exemple chez Sorel (1908) ou chez Gramsci (2012).

8 De manière générale, il est possible de considérer que la géographie ne peut se comprendre qu’à partir du paradigme de la guerre (Lacoste, 2012).

9 Cette continuité de la guerre et de la politique a été affirmée par le courant réaliste des relations internationales dont Clausewitz donne une formulation bien connue : « La guerre, c’est la politique continuée par d’autres moyens. »

10 Il est possible par analogie de penser au vocabulaire gramscien de « guerre de mouvements » ou « de guerre de position » utilisé par les Cultural Studies pour analyser les fronts de lutte de l’hégémonie culturelle.

11 La communication-guérilla désigne un ensemble de pratiques de lutte inspirées de la critique situationniste de la vie quotidienne (Autonome a.f.r.i.k.a.-gruppe et al., 2011).

12 Apprentis agitateurs pour un réseau de résistance globale.

13 Si ce type d’analyse de l’État n’est pas celle de Marx, on la trouve néanmoins présente chez d’autres auteurs (Proudhon, 1851) ou par exemple chez Lefebvre (1977).

Auteur

Chercheuse en sociologie, université de Strasbourg (Dynamiques européennes).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540