Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Deuxième partie. Des formes et des échelles : un statut épistémologique de l’espace toujours en débat

Structurations scalaires et exercice de la domination en Éthiopie

Sabine Planel

Testo integrale

Hiérarchie des espaces et domination sociale

1Pourquoi associer une réflexion sur la domination sociale à l’espace, d’abord, à sa structuration scalaire ensuite ? Parce que nous envisageons l’espace comme une production sociale, une production par le social qui mobilise d’autres registres de matérialité. Dans sa « multiplicité indéfinie » (Lefebvre, 1974) nous reconnaissons à l’espace social une certaine pesanteur, une certaine force d’inertie sur les dynamiques plus mobiles du social et du politique capables d’orienter, de contraindre éventuellement, le jeu politique et notamment les rapports de domination.

2En plus de sa matérialité, l’espace se caractérise par une structuration verticale qui offre un éclairage intéressant sur les questions de domination sociale. Dans cette perspective, l’échelle nous intéresse doublement : d’abord parce qu’elle est produite par des rapports de force politiques mais également parce qu’elle engage une dynamique multi-niveaux qui offre un regard intéressant sur la circulation du pouvoir.

3À l’instar des « theories of scale » développées depuis une dizaine d’années dans la littérature anglophone (Herod, Wright, 2002), nous comprenons l’échelle comme une dynamique d’organisation de l’espace produisant de la hiérarchie et donc potentiellement de la domination. Considérant que la structuration scalaire est un construit social (Marston, 2000 ; Brenner, 2001), nous nous autorisons le passage de la hiérarchie à la domination. L’échelle ou plus précisément le « process of scaling » correspond à l’ordonnancement vertical (« vertical ordering ») des réalités sociales (Collinge, 1999). Cette dynamique d’organisation de l’espace produit des assemblages territoriaux marqués par des équilibres de pouvoir en constante évolution. À la suite d’Erik Swyngedouw, nous pouvons ainsi comprendre la structuration scalaire comme une dynamique politique d’organisation de l’espace : « Les échelles et leurs imbrications expriment les arènes temporaires d’un rapport de force socio-spatial en constante transformation » (Swyngedouw, 1997, p. 14, traduction personnelle).

4En outre, la forme spatiale produite par cette dynamique d’organisation sociale est à la fois englobante et multi-niveaux. L’expression de Neil Brenner de « process of scalar structuration » rend bien l’idée que l’espace dans son ensemble est concerné par la dynamique de « l’échelle toute entière » et non simplement des « secteurs de l’échelle », pour reprendre la distinction très éclairante énoncée par Michel Foucault (2004, p. 192). Les repositionnements d’acteurs qui caractérisent les recompositions spatiales du monde contemporain s’apparentent plus ou moins à des mouvements de rescaling, de repositionnement des pouvoirs sur un axe vertical. Ces repositionnements ont des effets immédiats sur l’équilibre des pouvoirs, Erik Swyngedouw (2000) associe ainsi certains de ces mouvements à une forme de gouvernance autoritaire. La distinction hiérarchique de l’espace en niveaux produit effectivement de la domination dans la mesure où l’échelle associe intimement l’espace au politique et dans la mesure également où la distinction spatiale partage/redistribue les pouvoirs (Planel, Jaglin, 2013).

5Toutefois, à la différence de Neil Brenner (2001) qui envisage la structuration en échelles comme le produit d’une dynamique essentiellement sociale, nous pensons que les configurations scalaires sont polygéniques ; qu’elles relèvent d’un processus plus géographique de production de l’espace et que cette production de l’espace détermine l’action sociale et politique dans et par sa complexité. Si nous nous souscrivons à une approche très politique de la production de l’espace, nous pensons toutefois que sa complexité, pour reprendre la lecture lefebvrienne, se nourrit également d’autres dimensions de l’espace plus géométriques, voire physiques (naturelles) et qu’ainsi les structurations scalaires interagissent avec d’autres logiques spatiales (délimitation, frontière, ou mobilité).

6La relation de l’espace aux pouvoirs est plurielle et nous n’entendons pas la réduire à la seule structuration scalaire de l’espace. Dans ce chapitre nous concentrerons toutefois notre attention sur les structurations scalaires afin de contribuer à une réflexion plus générale sur l’impact des structurations spatiales sur les processus ou phénomènes de domination et de lire ainsi à l’envers une relation entre espace/pouvoirs plus souvent analysée comme l’impact d’un jeu de pouvoir sur l’organisation de l’espace. Nous n’aborderons cependant que quelques points d’une analyse dont les ramifications sont étendues : les liens entre rescaling, glocalisation et disempowerment. Pour ce faire, nous présenterons le cadre de la « domination légale » (Weber, 1995) qui caractérise peu ou prou l’ensemble des relations sociales en Éthiopie dans sa production historique comme dans ses pratiques quotidiennes, du fait notamment de l’exercice d’un pouvoir bureaucratique. Nous observerons par la suite dans une perspective plus dynamique les effets de l’architecture scalaire et de sa dynamique sur les jeux d’acteurs locaux.

  • 1 Nous avons ainsi réalisé environ 250 entretiens auprès des paysans et des fonctionnaires locaux du (...)

7Notre réflexion s’appuiera sur des enquêtes de terrain réalisées entre 2010 et 20121 traitant des modalités de mise en œuvre des politiques de modernisation agricole, plus particulièrement de la distribution à crédit d’engrais et de semences améliorées. En dépit des apparences, cet exemple traite des rapports de domination en milieu rural dans la mesure où la politique est mise en œuvre par un ministère doté de grands pouvoirs à l’échelon local (Pausewang, 2002) et dans la mesure également où bien souvent la distribution du « Paquet technologique » est effectuée sous contrainte, imposée aux paysans les plus vulnérables. Cet exercice de la domination n’a que faiblement recours à la coercition, il relève davantage des « douceurs insidieuses » (Foucault, 1975, p. 360) de l’État éthiopien.

L’espace éthiopien : hiérarchie sociale et dépendance régionale

8L’Éthiopie se prête particulièrement à une analyse de la domination sociale par une entrée spatiale et scalaire. Son espace national s’est construit sur des distinctions fortes entre les espaces (hauts/bas, centres/périphéries, humides/secs), et les relations politiques entre leurs habitants se sont historiquement construites sur des logiques de domination (Gallais, 1989). La régionalisation ainsi construite a produit une véritable hiérarchisation de l’espace dans la mesure où les critères de distinction spatiale sont reconnus comme des valeurs, largement inspirées d’ailleurs par des représentations historico-religieuses anciennes. On oppose ainsi un centre montagneux civilisé, abyssin (habesha), à des périphéries barbares, sur des critères multiples relevant des mœurs, des pratiques alimentaires ou vestimentaires, de la religion, de l’environnement sain ou malsain, humide ou sec, etc. Tous ces critères sont lus par les Éthiopiens selon un gradient de « pureté » culturelle ; l’appartenance plus ou moins abâtardie à la civilisation habesha, amharo-tigréen, présentée comme le berceau de l’identité nationale éthiopienne (Levine, 1974).

  • 2 La question ethnique est très politisée dans le cas éthiopien, voir entre autres Vaughan (2003), B (...)

9L’héritage est lourd. Il continue de façonner les représentations et pratiques des Éthiopiens malgré l’adoption d’une constitution ethno-fédérale, reconnaissant la diversité des peuples d’Éthiopie2 et partant leur droit à une autonomie relative à travers la création de gouvernements régionaux. L’espace national demeure extrêmement centralisé. La décentralisation notamment budgétaire peine à produire les conditions de réalisation d’une véritable autonomie régionale, à tout le moins une auto-gestion des niveaux locaux et le pouvoir demeure aux mains d’une coalition habesha, reproduisant des rapports de forces anciens. Loin de permettre un autre jeu politico-spatial, le fédéralisme éthiopien permet au contraire le maintien de cet ordre territorial ancien (Abbink, 2011). Si Alessandro Triulzi (1994) et de nombreux anthropologues avec lui reconnaissent que l’identité des groupes sociétaux qui composent l’Éthiopie se définit dans une relation triangulaire impliquant le groupe ethnique, le groupe habesha et le groupe éthiopien, le rapport de force politique impose une relation binaire simplifiée opposant le centre aux régions, l’impérialisme culturel abyssin naguère (Vaughan, Tronvoll, 2002) et aujourd’hui le pouvoir de l’État-Parti à tous.

10Un hiatus culturel majeur anime encore aujourd’hui les relations entre le centre et les périphéries, à condition toutefois de comprendre cette dialectique dans son extension la plus large : la capitale fédérale et les régions, les villes et les campagnes… Le sentiment de non appartenance à la culture dominante, unanimement répandu en milieu rural, amhara comme tigréen, provoque un sentiment d’exclusion des structures de pouvoir. Toutefois, l’interface entre l’État et la société locale est assez complexe, les relais de l’État (hommes ou institutions) sont nombreux au niveau local et le pouvoir circule effectivement, il produit de la domination (Planel, 2012 ; Pausewang, 2002). En ville, comme à la campagne, les relations quotidiennes nous parlent d’hégémonie : en réponse à une mesure mise en place par le ministère de la Santé demandant la construction de toilettes en milieu rural, les Mursi – habitants marginaux du Sud éthiopien destinés à animer le folklore d’un parc ethnographique que visiteront quelques rares touristes étrangers – réagissent ainsi au projet : « Le gouvernement veut des toilettes. Les Mursi ne connaissent pas les toilettes. Le gouvernement ne connaît pas les Mursi » (entretien réalisé par l’auteure, 2011).

11La domination étatique structure et organise la majorité des relations qui s’engagent au niveau local et particulièrement à la campagne ; elle constitue un horizon majeur de la sociabilité rurale. Une petite bureaucratie éthiopienne, finement structurée depuis le Derg (1974-1991) dans une double logique de contrôle et de développement des espaces locaux (Clapham, 2002), exerce une domination permanente et quotidienne sur l’ensemble des paysanneries éthiopiennes : « Car avant tout dans la vie quotidienne, la domination est administration » (Weber, 1995, p. 294). Largement légitimée par le « poids de l’État » (Gallais, 1989) dans les rapports de force et représentations du politique en Éthiopie, cette « domination légale » se fonde sur la mise en œuvre de techniques de pouvoir minutieuses, sur l’imposition de règles tatillonnes dont le respect contraint fortement les individus, notamment les fermiers dans la gestion de leurs exploitations.

Dynamique et encadrement scalaire au niveau local : jeux d’échelles et jeux d’acteurs

L’enfermement scalaire

  • 3 Notamment depuis les réformes des wereda (districts) de 2000 et 2007.

12Depuis 1993 et l’arrivée au pouvoir de l’actuelle coalition gouvernementale, le pays ne cesse de promouvoir un mouvement de décentralisation qui s’accommode très bien du maintien d’une pratique centraliste et autoritaire du pouvoir (Planel, 2007 ; Abbink, 2011). L’architecture scalaire n’est pas coproduite, elle est principalement organisée par les politiques de décentralisation qui institutionnalisent les jeux de pouvoirs3 (Emenegger et al., 2011). La primatie du pouvoir bureaucratique dans les rapports de force locaux enferme la dynamique scalaire dans un cadre administratif descendant et largement figé dans des normes qui s’appliquent également sur l’ensemble du territoire national, quelles que soient les structurations politiques locales. L’échelon administratif vide l’échelle se son contenu politique, le niveau ainsi créé ne correspond plus à la position d’équilibre d’un rapport de force en recomposition permanente, il matérialise une position dans un appareil d’État prédéfinie et imposée par le haut. Enfermé dans ce cadre institutionnel, la dynamique scalaire s’appauvrit, le pouvoir ne circule qu’à l’intérieur des institutions d’État – ou du Parti – et l’échelon remplace l’échelle.

13L’harmonisation des politiques publiques lisse et formate les contextes locaux. Le niveau local est ainsi structuré de façon à répondre correctement (selon les nouvelles normes de gouvernance) aux sollicitations des niveaux supérieurs. La société civile est invitée à s’organiser dans des structures d’encadrement héritées du Derg (très fortement marquées par la pratique politique de l’époque) ou par la formalisation d’institutions d’entraide traditionnelles (Edir, Eqwar). Ces mesures participent d’une volonté de contrôle des pouvoirs locaux émergents, particulièrement manifeste dans la constitution des gouvernements locaux – municipaux notamment – qui contrôlent en les intégrant les leaders d’opinion ou notabilités locales. Les pouvoirs locaux sont alors soit très jeunes, soit sous contrôle, dans tous les cas ils ne sont guère en mesure de dialoguer/négocier avec le pouvoir central et l’échelle locale constitue un espace sans dynamique propre, l’aire d’influence – et non l’arène – du plus bas échelon de l’appareil administratif. L’on observe très peu de dynamique strictement politique à l’échelon local. L’exercice de la domination légale y rend difficile l’expression d’intérêts divergents.

14Ainsi réifié, le niveau local n’engage que peu d’échanges avec les autres niveaux, les acteurs qui s’y trouvent ne peuvent guère faire usage des opportunités de repositionnement théoriquement permises par une structuration scalaire multi-niveaux. Les jeux d’échelles sont faibles. Le dialogue entre les niveaux locaux et régionaux, voire fédéraux est largement perturbé par la structure bicéphale de l’État-Parti éthiopien. Les émanations locales du Parti constituent les véritables lieux du pouvoir et contraignent l’émergence d’un espace politique décentralisé – lequel est par ailleurs largement inabouti. Tout arbitrage est décidé par le Parti, édicté par ses bureaux régionaux – ou nationaux, pour certaines questions. Il redescend ensuite dans les ministères concernés qui en donnent ainsi une validation apparente (Lefort, 2012). Confisquée par les canaux du Parti, la circulation de directives, de demandes ou même d’information se fait mal entre les différents échelons, et le développement s’apparente alors à une forme de propagande. La confusion est ainsi systématiquement faite entre les statistiques recueillies localement et les objectifs du gouvernement/Parti, les quotas. Ces chiffres sont fabriqués par le groupe restreint des fonctionnaires partisans sans grande interaction avec d’autres acteurs. La mise en œuvre des politiques publiques, qui pourrait être comprise en Éthiopie comme un processus de structuration scalaire, n’en est pas un dans la mesure où elle produit bien de la hiérarchie socio-spatiale mais pas des arènes politiques. Nous verrons ainsi comment la société civile invitée – ou non – dans la gouvernance locale ne participe que très peu au gouvernement des affaires locales.

Glocal, fédéral et local : rescaling et disempowerment

15De même, les mouvements de rescaling peuvent provoquer une capture du pouvoir, des phénomènes de disempowerment. La capacité de la structuration scalaire à influencer les relations de pouvoir, autrement dit la gouvernance, est donc plurielle. L’analyse d’Erik Swyngedouw (2000, p. 69-70) sur le nouvel autoritarisme éclaire ainsi particulièrement bien la pratique des acteurs de l’État éthiopien, notamment au niveau local :

« En plus de profondes inégalités sociales, d’une concentration sociospatiale et d’une capture sélective du pouvoir, résultant des courts-circuits scalaires [jumping of scales] qui traduisent une glocalisation de l’État ou d’autres formes de gouvernance, ce rééchelonnement [rescaling] de la gouvernance apparaît souvent à travers d’inquiétantes mesures non démocratiques édictées par un appareil d’État fortement autoritaire » (traduction personnelle).

16En Éthiopie, le jumping of scales correspond à une véritable déformation du cadre scalaire. Tout est fait comme si les niveaux intermédiaires (régionaux ou sub-régionaux) n’existaient pas. Les efforts réalisés en matière de décentralisation portent principalement sur le niveau local (wereda ou infra) mais la dévolution des pouvoirs s’y résume à une multiplication des administrations locales et de leur personnel de gestion. Ce renforcement au niveau local de l’appareil d’État ne s’accompagne pas, ou très peu, d’une dévolution significative des pouvoirs (Emmenegger et al., 2011). Bien au contraire, la dernière phase de la décentralisation a décidé de consolider les gouvernements locaux décentralisés en assistant le représentant élu d’un fonctionnaire nommé par le ministère de l’Intérieur, le kebele manager, aux compétences techniques plus affirmées, à l’affiliation partisane plus sûre également !

17Par ailleurs, le repositionnement scalaire peine à avoir lieu en dehors des canaux de circulation du pouvoir d’État : l’inaboutissement du système judicaire, la forte censure de la presse rendent difficiles le déplacement, voire la requalification d’un problème d’une échelle à une autre. La capture de l’expression locale par l’État-Parti est forte. La très forte capacité d’encadrement des espaces locaux par l’État produit une grande proximité physique entre les représentants du pouvoir et leurs administrés, or cette proximité spatiale ne favorise pas la proximité sociale, bien au contraire dans les espaces ruraux. La distance culturelle qui sépare les représentants de l’État de leurs administrés réduit ainsi les capacités d’expression, de contestation ou de recours de ces derniers. Le contact entre les deux populations est alors brutal. Les agents de développement du ministère de l’Agriculture entretiennent des relations difficiles avec leurs administrés (Planel, 2012). Leur présence quotidienne, le contrôle qu’ils assurent en association avec d’autres relais de l’État-Parti, renforcent le processus de disempowerment dont sont victimes les paysans.

« Les arènes locales d’une persuasion coercitive »

18Woldeab Teshome (2003) analyse l’interface entre agents de l’État et paysannerie permise par la mise en œuvre des politiques de modernisation agricole comme des arènes locales de persuasion coercitive. En effet, les échanges répétés qui mettent en contact les petits fonctionnaires du ministère de l’Agriculture et les paysans sont bien de nature politique ; il s’agit pour les agents de l’État de contrôler le monde rural, de s’assurer de son soutien au gouvernement ainsi que d’appliquer les plans de développement voulus par l’État/Parti (Lefort, 2010). Cette finalité ne saurait se réduire à une simple gouvernance des espaces locaux, elle relève bien d’un gouvernement qui s’impose par une domination discrète mais efficace.

19La modernisation agricole constitue l’un des programmes majeurs du ministère de l’Agriculture ; il s’agit entre autres mesures de distribuer à crédit de l’engrais et des semences sélectionnées aux paysans. Pour diverses raisons, l’on s’accorde à considérer en Éthiopie que le développement des campagnes doit passer par une augmentation des quantités d’engrais utilisées. Alors même que le coût de cet intrant ne cesse d’augmenter et que sa rentabilité est de moins en moins évidente dans les conditions d’usage qui sont les siennes, les paysans continuent d’acheter de l’engrais ne pouvant se déprendre de cette mesure. Les raisons de cette obligation témoignent des rapports de domination dans lesquels se situent les paysans vis-à-vis de la puissance publique. Ils sont construits sur la base d’une proximité quotidienne, d’une domination discrète, bureaucratique de l’État sur le monde rural. L’analyse des vecteurs et véhicules de cette domination constitue un vaste champ d’étude, encore peu constitué dans la littérature sur l’Éthiopie. Nous en présenterons ici les arguments principaux, à travers les réponses types des paysans contraints à l’achat du « Paquet technique ».

20« Il le faut. C’est bien. C’est bon pour le développement » est la réponse la plus communément avancée par les paysans comme par les agents de développement. Elle traduit la double légitimité de l’État et d’une mesure technique pensée comme neutre, imposée de façon uniforme sur l’ensemble du pays, sans considération particulière des contextes économiques ou agronomiques locaux. Toutefois, pour les responsables les plus ouverts du ministère, la distribution du « Paquet technique » est bien affaire de politique et de contrôle des populations locales, une façon détournée de lever une nouvelle taxe au niveau local – l’engrais étant vendu à crédit par le ministère qui perçoit ainsi les intérêts de cette dette.

21« Si tu ne prends pas l’engrais… tu ne seras plus membre des programmes de lutte contre la pauvreté… tu perdras ta terre. » Cette deuxième réponse traduit le fort niveau de dépendance de paysanneries confrontées dans leur ensemble à une paupérisation grandissante, de plus en plus vulnérables, et régulièrement touchées par des déséquilibres alimentaires d’intensité variable. Cette vulnérabilité paysanne s’explique certes par la précarité d’une agriculture pluviale pratiquée sur de micro-superficies aux sols fortement dégradés mais également par un manque de contrôle paysan sur leurs moyens de production, tout particulièrement dans l’accès au foncier entièrement administré par la puissance publique (Dessalegn Rahmato, 2003). Dans une telle situation, la migration pour certains, l’accès aux programmes publics de protection sociale pour la plupart, constituent les principaux recours des paysans vis-à-vis de cette instabilité grandissante. À la merci de l’État, les paysans lui sont fidèles et obéissent aux demandes des agents de développement perçues – et parfois exprimées – comme des injonctions.

22« Je suis allé à la réunion, il y a peu. Ils m’ont dit de le faire. » La lourdeur et la minutie des procédures administratives de diffusion du « Paquet technique » constituent selon nous les critères majeurs de la soumission paysanne, d’autant plus efficaces qu’ils sont pensés comme apolitiques. L’enregistrement et l’inscription sur les listes des bénéficiaires de l’engrais s’apparentent à une ingénierie de pouvoir qui occulte les véritables modalités de diffusion de l’engrais. Le processus s’étend sur plusieurs mois durant lesquels certains paysans peuvent être sollicités quotidiennement. La sollicitation est multiple, elle émane directement des agents de développement mais également de leurs nombreux relais au sein de la société rurale. Enfin, le processus est complexe et les paysans ignorent à la première étape d’enregistrement les principaux éléments de ce contrat : la date exacte de la livraison de l’engrais, pour certain la quantité exacte qu’ils devront acheter à la livraison et pour tous le prix exact qu’ils auront à payer. Nombreux sont ceux qui s’engagent initialement dans des processus qu’ils jugent sans importance, et dont il s’avère au final qu’ils ne peuvent se désengager ; la déclaration d’intention n’étant ainsi que la première étape d’un long processus qui aboutit toujours à l’achat de l’engrais. L’inéluctabilité de la vente de l’engrais pour les paysans engagés dans le processus reflète bien l’inégalité du rapport de force local et le poids de la domination d’État qui pèse sur le monde rural.

23« On est contraint. Ils nous forcent. » Dans un tel contexte, le recours à la coercition est faible et les réponses de ce type sont peu fréquentes. D’ailleurs, les cas d’emprisonnement effectifs ne concernent que les paysans dans l’incapacité de rembourser la dette contractée auprès du ministère et non ceux qui refusent de bénéficier du « Paquet technique ». Mais rares sont les paysans à avoir conscience de cette distinction et nombreux sont les agents de l’État à entretenir cette confusion. La simplification de l’interaction entre le menguist – l’État, ses hommes et ses façons de faire – et les communautés locales traduit l’efficacité de cette domination d’État. La présence permanente et exclusive des agents de développement dans les campagnes rend néanmoins la menace plausible et contraint l’ensemble des paysans. De même, les quelques tentatives de recours à des niveaux décisionnaires supérieurs échouent toutes, dans la mesure où les fonctionnaires locaux refusent de les transmettre et dans la mesure également où le recours n’existe pas en dehors de l’État.

Conclusion : espaces locaux, espaces du « bureau4 »

  • 4 C’est littéralement le terme qu’utilisent les Éthiopiens pour désigner une administration locale.

24Le poids de la bureaucratie éthiopienne contraint fortement le jeu politique au niveau local et la contrainte pèse d’autant plus qu’elle trouve son origine dans plusieurs phénomènes. L’État, particulièrement l’administration de l’État-Parti, structure l’espace éthiopien et organise les échanges en son sein dans un cadre très hiérarchique. Dans la pratique, les techniques de pouvoir des agents de l’État, au même titre que la vulnérabilité des sociétés locales, ne favorisent pas l’émergence d’autres façons de faire, d’arrangements locaux alternatifs.

25La diversité des situations locales se réduit considérablement du fait de la mise sous tutelle de ces sociétés. L’imposition d’un appareil administratif et bureaucratique unique organise le niveau local en échelon très structuré, et non en échelle ouverte sur d’autres niveaux comme sur d’autres pouvoirs. Il semble bien que cette structuration spécifique de l’espace local explique en partie la facilité avec laquelle l’État exerce sa domination sur les villes et campagnes d’Éthiopie. En dépit des réorientations politiques affichées depuis peu par le gouvernement, et du fait du succès des grands programmes nationaux d’extension des services publics, le pouvoir bureaucratique de l’État-Parti façonne toujours les espaces locaux. Leurs habitants subissent la contrainte de cette domination légale et les initiatives collectives annonçant une évolution politique sont rares.

Bibliografia

Références bibliographiques

Abbink J., « Ethnic-based federalism and ethnicity in Ethiopia: reassessing the experiment after 20 years », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, no 4, 2011, p. 596-618.

Brenner N., « The limits to scale? Methodological reflections on scalar structuration », Progress in Human Geography, vol. 25, no 4, 2001, p. 525-548.

Bureau J., « L’espace politique éthiopien », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 40, no 6, 1985, p. 1379-1393.

Clapham C., « Controling space in Ethiopia », W. James, D. L. Donham, E. Kurimoto, A. Triulzi (dir.), Remapping Ethiopia, socialism and after, Oxford, James Curey, 2002, p. 9-32.

Dessalegn R., Access to resources and livelihood insecurity, Addis-Abeba, Forum for Social Studies, 2003.

Emmenegger R., Sibilo K., Hagmann T., « Decentralisation to the household: expansion and limits to the state power in rural Oromiya », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, no 4, 2011, p. 733-754.

Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

Foucault M., Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2004.

Herod A., Wright M. W., Geographies of power, placing scale, Oxford, Blackwell Publishers, 2002.

Gallais J., Une géographie politique de l’Éthiopie. Le poids de l’État, Paris, Economica, 1989.

Hagmann T., « Ethiopian political culture strikes back: a rejoinder to J. Abbink », African Affairs, vol. 105, no 421, 2006, p. 605-612.

Lefebvre H., La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

Lefort R., « Free market economy, “Developmental State” and party-state hegemony in Ethiopia: the case of “models farmers” », Journal of Modern African Studies, vol. 50, no 4, 2012, p. 681-706.

Lefort R., « Powers-mengist and peasants in rural Ethiopia: the post-2005 interlude », Journal of Modern African Studies, vol. 48, no 3, 2010, p. 435-460.

Levine D., Greater Ethiopia: the evolution of a multiethnic society, Chicago, University of Chicago Press, 1974.

Marston S. A., « The social construction of scale », Progress in Human Geography, vol. 24, no 2, 2000, p. 219-242.

Pausewang S., « No environmental protection without local democracy? Why peasants distrust their agricultural advisers? », S. Pausewang, B. Zewde (dir.), Ethiopia, the challenge of democracy from below, Nordiska Afrikainstitutet, Uppsala, 2002, p. 87-102.

Planel S., Jaglin S., « L’échelle, partage des pouvoirs et partage de l’espace », P. Gervais-Lambony, C. Benit-Gbaffou, A. Musset, J.-L. Piermay, S. Planel (dir.), Justice Spatiale, regards sur le Sud, Paris, Karthala, 2013.

Planel S., « Du bon usage de l’engrais en politique – introduction aux politiques de modernisation agricole en Éthiopie », Annales d’Éthiopie, no 27, 2012, p. 261-281.

Planel S., « Du centralisme à l’ethno-fédéralisme. La décentralisation conservatrice de l’Éthiopie », Afrique Contemporaine, no 221, 2007, p. 87-10.

Swyngedouw E., « Authoritarian governance, power and the politics of rescaling », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 18, no 1, 2000, p. 63-76.

Swyngedouw E., « Excluding the other: The production of scale and scaled politics », R. Lee, J. Wills (dir.), Geographies of Economies, Londres, Arnold, 1997, p. 167-176.

Teshome W., Irrigation practices, state intervention and farmers’life-worlds in droughtprone Tigray, Ethiopia, thèse de doctorat, université de Wageningen, 2003.

Triulzi A., « Ethiopia: The making of a frontier society », P. Kaarsholm, J. Hultin (dir.), Inventions and boundaries: Historical and anthropological approaches to the study of ethnicity and nationalism, Roskilde, I.D.S. Roskilde University, 1994, p. 235-245.

Vaughan S., Ethnicity and power in Ethiopia, thèse de doctorat, université d’Édimbourg, 2003.

Vaughan S., Tronvoll K., The culture of power in contemporary Ethiopian political life, Sida Studies no 10, 2002.

Weber M., Économie et société. Les catégories de la sociologie, Agora, Pocket, Paris, 1995.

Note

1 Nous avons ainsi réalisé environ 250 entretiens auprès des paysans et des fonctionnaires locaux du ministère de l’Agriculture dans des régions diverses : SNNPR (Wolaita, Debub Omo), Oromia (Borana), Afar (Aoussa), Tigray, Amhara (Wollo, Gojjam).

2 La question ethnique est très politisée dans le cas éthiopien, voir entre autres Vaughan (2003), Bureau (1985), Hagmann (2006).

3 Notamment depuis les réformes des wereda (districts) de 2000 et 2007.

4 C’est littéralement le terme qu’utilisent les Éthiopiens pour désigner une administration locale.

Autore

Chercheuse en géographie politique, Institut de recherche pour le développement (PRODIG – Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540