Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Première partie. L’approche radicale en géographie : des pratiques de recherche

Devenir et rester un géographe radical en Italie et ailleurs

Pierpaolo Mudu
Traduction de Leslie Talaga

Texte intégral

  • 1 Cette position m’amène à utiliser généralement l’anglais car c’est ma langue de travail, même si j (...)

1Il est difficile d’être géographe radical en Italie (la géographie y est très conservatrice et le pays ne compte pas de « bons professeurs » revendiquant cette approche) ; j’ai travaillé à de nombreux endroits et je ne suis pas attaché à une nation en particulier1. Toutefois, il est également vrai que l’Italie a son mot à dire à ceux qui se définissent comme des géographes radicaux.

2Comme on peut s’en douter, regrouper trois géographes critiques radicaux dans une pièce donnera lieu à au moins dix définitions de la géographie critique radicale. Il existe de nombreuses définitions que l’on peut trouver dans plusieurs textes (notamment dans Bauder et Engel Di Mauro, 2008) et sur plusieurs sites Internet [www.internationalcriticalgeography.org]. Je ne souhaite pas apporter de nouvelle définition, mais vous entendrez inévitablement au cours de mon discours quelques idées sur les actions que peuvent entreprendre les géographes radicaux. D’après les interventions de Neil Smith et de Don Mitchell, la marche à suivre au sein des universités des pays anglophones est probablement tout à fait claire. En ce qui me concerne, j’aborderai les points suivants : je décrirai très brièvement quelques problématiques qui me semblent intéressantes non seulement dans le cadre de mon travail mais aussi du vôtre, puis je donnerai quelques exemples liés à mon travail et à mes activités, enfin, je présenterai quelques points à débattre.

Quelques réflexions personnelles

3Le grand nombre de géographes radicaux affiliés à des universités des pays anglophones n’est pas un hasard dû au caprice du destin. Neil Smith a décrit le contexte qui a poussé de nombreux chercheurs à quitter le Royaume-Uni pour les États-Unis. Toutefois, les trajectoires qui nous conduisent de l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique et qui nous poussent à travailler les questions que nous travaillons ne sont pas les mêmes. J’ai quitté le milieu universitaire italien il y a longtemps, dans les années 1990, pour travailler à l’université d’Oxford (sur l’analyse des réseaux sociaux à partir de milliers d’articles de journaux consacrés à l’essor du fascisme, extraits grâce à une grammaire sémantique ; voir Franzosi, 2009). J’étais parfaitement conscient que le système italien empruntait une direction réactionnaire. En effet, au début des années 1990, l’université italienne a fait l’objet d’une réforme censée la transformer en une sorte d’entreprise subordonnée au secteur privé de l’économie et aux intérêts politiques privés. Nous ne sommes pas naïfs au point de considérer que le milieu universitaire était auparavant un corps indépendant de chercheurs, mais les nouvelles réformes ont restreint toute forme d’administration démocratique et elles étaient ouvertement fondées sur des intérêts de classe. Le système universitaire italien s’est effondré en moins de dix ans (Palermo, 2011). Je ne souhaite rien ajouter sur la triste situation italienne et sur les diverses attaques que subit la recherche en Europe, un fait qui a été bien établi sur l’ensemble du continent (Bauder et al., 2010) et dont certaines tendances doivent être soulignées comme étant négatives. La première tendance que je pointerais est liée au fait que les connaissances produites dans l’académie italienne sont de moins en moins adéquates pour faire face aux processus de ségrégation et aux conflits sociaux diffus. La géographie en Italie est pour le moins une discipline conservatrice, si ce n’est réactionnaire. Mentionnons le simple fait que le travail de David Harvey n’y a quasiment jamais été discuté. La propension au cloisonnement intellectuel est une deuxième de ces tendances, peut-être la plus lourde, au même titre qu’aux États-Unis – même si les dynamiques y sont distinctes, car ce cloisonnement est surtout lié à l’endettement des étudiants dans ce pays. Lorsque des étudiants me demandent de leur présenter la notion de travail intellectuel radical, je leur propose en général la citation suivante :

« De prime abord, l’emprise de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la pensée critique paraît correspondre aux aspirations des étudiants politisés. Concilier durablement cursus savant et engagement relève de la gageure. Pour repousser l’heure du choix, tout incitera l’étudiant-militant à mettre son engagement non pas entre parenthèses mais entre guillemets : on analyse les mobilisations, on défile en étudiant les défilés. À l’heure de rédiger son mémoire, il faut se distancier des convictions, devenues objets d’études. Se montrer moins engagé pour paraître “plus objectif”, plus modéré pour sembler “plus subtil”, car ici radicalisme rime avec simplisme. Imperceptiblement, on franchit une frontière. Passée d’un milieu populaire au monde des lettres, la romancière Annie Ernaux écrivait : “J’ai glissé dans cette moitié du monde pour laquelle l’autre n’est qu’un décor.” D’autres l’y ont rejointe sans toujours s’en apercevoir. Là, on se persuade de contribuer à l’émancipation humaine en assurant la promotion auprès de ses camarades d’amphithéâtre d’un ouvrage sur la sociologie des mouvements sociaux. On intègre le comité de rédaction d’une revue “critique” – où siègent également des personnalités susceptibles de composer, demain, son jury de thèse. On transmet à sa liste de contacts électroniques l’annonce d’un colloque à Chicago où des universitaires exposent à des universitaires leurs réflexions sur “La crise globale : repenser l’économie et la société”. On répond à un appel à contributions sur le thème “Héritages coloniaux, contestations postcoloniales : décoloniser les sciences sociales et humaines”, prélude à une conférence à la Goethe Universität de Francfort visant à “illustrer la pertinence épistémologique et méthodologique d’une perspective (féministe) postcoloniale dans différentes disciplines des sciences sociales”. Au terme du processus, des militants convertis en théoriciens du militantisme se montrent plus disposés à noircir du papier qu’à battre le pavé. Ou à ériger leurs méthodes de recherche en causes politiques qui menacent l’ordre des mots plus que celui des choses » (Rimbert, 2011).

4Mon travail à l’université est surtout lié à deux terrains d’étude : le premier est souvent (peut-être à tort) qualifié de « mouvements sociaux » et le second concerne le développement de la Rome contemporaine et les mécanismes migratoires qui s’y développent, en particulier les modalités de ségrégation de la population chinoise (Mudu, 2000, 2006, 2007 ; Mudu, Li, 2005) ou la politique ciblant les minorités sexuelles (Mudu, 2002). J’ai travaillé sur le mouvement des centres sociaux italiens et publié plusieurs articles et chapitres sur ce thème (Mudu, 2004 ; 2005 ; 2009 ; 2012a ; 2012b ; 2014a ; 2014b, 2015 ; Membretti, Mudu, 2013) et sur les mouvements sociaux en général, sachant que je participe aux activités de ces centres lorsque je suis à Rome. C’est autour de ce point que s’articulera mon exposé aujourd’hui.

« The Italian combination »

5Mon expérience est inséparable du contexte italien, une combinaison exceptionnelle de l’action et de la théorie radicales. Cet environnement unique a pour l’essentiel vu le jour dans les années 1970 et il est resté présent et actif de façon hétérogène au long des trente dernières années (Virno, Hardt, 2006). Les principales caractéristiques de cette « combinaison italienne » sont les suivantes. Tout d’abord, on trouve une forte opposition aux institutions établies qui détiennent les différents pouvoirs, et notamment une critique sévère de la gauche italienne, du Parti communiste italien et du syndicat CGIL (Confederazione Generale Italiana del Lavoro), ainsi que le développement d’un marxisme hétérodoxe et de diverses approches radicales, comme l’autonomisme (Poggio, 2011). Comme l’a écrit l’historien britannique Perry Anderson en 1983,

  • 2 Voir Perry A., In the tracks of historical materialism, Londres, Verso, 1983 (NdE).

« “la crise du marxisme” fut essentiellement un phénomène latin. […] Au Royaume-Uni et aux États-Unis, en Allemagne fédérale et dans les pays scandinaves, il n’existait pas de partis communistes de masse susceptibles de faire naître les mêmes attentes ni les mêmes espoirs au cours de la période d’après-guerre » (Anderson, cité par Rimbert, 20112).

6On peut ajouter quelques considérations afin d’apporter une perspective un peu plus universitaire. Selon Roberto Esposito (2010), la différence italienne est née de la crise des écoles européennes, qui reposaient sur la primauté de la langue : la philosophie analytique anglaise, l’herméneutique allemande et le déconstructionnisme français. Pasquinelli (2011) a proposé d’ajouter à la liste d’Esposito la psychanalyse lacanienne, qui voit le capitalisme uniquement comme un effet d’une réalité altérée par une idéologie ; Žižek est un auteur qui peut servir d’exemple en ce sens.

  • 3 Voir notamment : Lonzi C., Sputiamo su Hegel. La donna clitoridea e la donna vaginale e altri scri (...)
  • 4 Voir notamment : Franco B., La Fabbrica dell’infelicitá. New economy e movimento del cognitariato,(...)

7Ensuite vient la reconnaissance du fait qu’il n’existe ni « pères » (parents) ni maîtres (ce qui concerne en particulier la théorie de Gramsci, trop attachée à l’histoire du Parti communiste, de Mao, de Marx, de Bakounine ou d’autres maestri). Cette question implique une méthode de travail influencée par l’expérience féministe des années 1970 (en particulier celle de Carla Lonzi3) lorsque dans le cadre de débats, les personnes devaient éviter de citer des maîtres au profit de leurs propres idées (Bono, Kemp, 1991). Cette méthode de discussion était diamétralement opposée à l’habitude des militants politiques de mentionner et de réciter des ouvrages militants célèbres ou méconnus. En Italie, des idées radicales sont nées à partir d’une réflexion sur les expériences résistantes venues de divers lieux et directement issues de véritables batailles. On peut prendre comme exemple les Black Panthers ou les situationnistes dans les années 1970, les squatteurs et les cyberpunks des années 1980, les zapatistes et les luttes altermondialistes dans les années 1990. Rejeter l’élaboration d’approches théoriques uniquement fondées sur la référence à des maîtres implique de chercher une relation et un dialogue permanents entre les intellectuels et les mouvements sociaux radicaux, ainsi que l’émergence d’une analyse radicale considérable qui ne soit pas liée à des positions universitaires. En ce sens, les travaux de Bifo, Sergio Bologna, Primo Moroni ou encore Toni Negri sont des jalons importants4. Enfin, il faut ajouter que personne n’échappe aux critiques et que les comportements de diva sont malvenus de la part des chercheurs universitaires.

8Troisièmement, la nécessité malencontreuse de faire avec le piège du fascisme qui agite l’Italie : un « bruit de fond » qui n’a jamais quitté l’histoire italienne y compris après la chute du régime fasciste. Cette toile de fond représente l’environnement politique italien (caché et jamais éradiqué) au cours de l’histoire du pays au XXe siècle (Agnoli, 1997). S’en est suivi une multiplication des discours fascistes et des obstacles rencontrés par les discours antifascistes (Jesi, 1973). En 1974, Primo Levi écrivait :

« Chaque temps a son fascisme. Nous en voyons les signes avant-coureurs dès qu’une concentration des pouvoirs nie aux citoyens la possibilité et les moyens de s’exprimer et d’agir librement. Différents chemins peuvent mener à une telle situation : la terreur imposée par l’intimidation policière n’est qu’une possibilité parmi d’autres, telles que la négation et la distorsion de l’information et de la justice, l’endommagement de l’école, la diffusion – par une myriade de méthodes subtiles – de la nostalgie pour un monde où l’ordre régnait et où la sûreté de quelques privilégiés dépendait du travail forcé et du silence forcé d’une majorité » (Corriere della sera, 8 mai 1974, réédité dans le recueil d’articles L’Asymétrie et la vie, Paris, Laffont, 2004 – NdT).

  • 5 Voir notamment : Agamben G., Homo sacer. I, Le pouvoir souverain et la vie nue, traduit par Raiola(...)

9En même temps, les Italiens restent conscients de leur période fasciste car ils reconnaissent que ce n’est pas dans une Europe ou un monde occidental civilisés qu’ils vivent, mais plutôt dans celui qui a déployé des bombes atomiques et créé des camps de concentration ; par ailleurs, c’est également cette région qui est actuellement en première ligne à l’échelle mondiale pour la création de dispositifs réactionnaires, comme les camps de détention pour les immigrés pauvres (à cet égard, le travail d’Agamben ou de Mezzadra est exemplaire5).

  • 6 Touraine A., La Voix et le regard, Paris, Le Seuil, 1978.

10Enfin, il faut noter la quête de la « con-ricerca », ou co-recherche (Panzieri, 1965 ; Alquati, 1975), qui a trouvé des échos en France avec la recherche militante ou la « recherche-intervention » (avec Touraine, par exemple6), ou encore la recherche participative dans les pays anglophones (Stoecker, 1999). Plus précisément, nous pouvons avoir une idée de la direction prise en tenant compte d’un travail généalogique : « Appelons, si vous voulez, généalogie le couplage des connaissances érudites et des mémoires locales, couplage qui permet la constitution d’un savoir historique des luttes et l’utilisation de ce savoir dans les tactiques actuelles » (Cours du 7 janvier 1976, Foucault, 2001, p. 165). En d’autres termes, nous organisons nos connaissances (collectives), nous écrivons nos propres histoires, nous prenons la responsabilité d’inviter les autres à agir et nous ne laissons pas les dispositifs dominants de savoirs normatifs couvrir imperturbablement la production de l’analyse sociale.

Les centres sociaux italiens

11La résistance prend diverses formes, elle va de conflits non-déclarés et peu médiatisés (Scott, 1990) à des luttes ouvertement violentes. Je m’intéresse à l’importance de l’analyse des dispositifs de résistance tout comme aux analyses des moyens technologiques de domination, effectuées par de nombreux autres chercheurs. La création des Centri Sociali – centres sociaux – peut être vue comme un dispositif italien de résistance. Comme l’indique l’écrivain Valerio Evangelisti, l’histoire des centres sociaux concerne essentiellement le troisième terme de la célèbre devise révolutionnaire « liberté, égalité, fraternité » (Evangelisti, 2011). L’origine lointaine des centres sociaux remonte aux organisations ouvrières telles que les « sociétés d’entraide » et les Case del popolo (maisons du peuple), qui étaient liées au mouvement socialiste et qui sont nées à la fin du XIXe siècle. Le nom composé « centre social » existait déjà en Italie, tout comme en France, dans les années 1950. À cette époque, toutefois, l’expression désignait des organisations dirigées par les municipalités et dont le but était en général de prendre en charge les personnes âgées. Ce n’est que dans les années 1970 que les « centres sociaux » italiens ont adopté des pratiques qui ont rapidement changé le sens de cette ancienne expression.

12En quelques mots : la plupart des centres sociaux sont installés dans des squats ou des sites d’occupation attribués gratuitement à ces groupes par les municipalités. La création d’un centre social à partir d’un squat donne lieu à un espace appelé Centro Sociale Occupato Autogestito (« centre social occupé et autogéré », CSOA). La notion de squat est essentielle dans la vie d’un centre social, non seulement parce qu’elle implique d’enfreindre la loi, mais aussi parce qu’elle revient à s’approprier quelque chose qui a été refusé. Des activités autogérées aussi bien sociales, politiques que culturelles sont organisées par le biais d’un processus continu de micro-dynamiques imbriquées de prise de décision, qui reposent sur l’adoption de mesures lors de réunions publiques. Les activités sont financées par les fonds collectés lors de diverses manifestations, comme des concerts ou des projections de films, ainsi que grâce à la vente d’en-cas et de boissons. Les centres sociaux ont tendance à se mettre en réseau en fonction de leurs affiliations politiques, communistes ou anarchistes dans la plupart des cas. Les groupes communistes du mouvement d’opposition adoptent soit des approches collectivistes, anticapitalistes et antifascistes liées aux théories situationnistes, poststructuralistes ou néo-marxistes, ou des stratégies clairement léninistes. De leur côté, les groupes anarchistes donnent priorité à la création de petites communautés décentralisées plutôt qu’à des stratégies traditionnellement avancées par des théoriciens comme Bakounine ou Kropotkine.

13L’attention portée aux conceptualisations implicites de l’espace est cruciale dans le cadre de pratiques résistantes et de constructions alternatives (Massey, 2005). De nombreux centres sociaux mettent à mal toute espèce de catégorisation : ils ont tendance à prendre de multiples formes, à être hétérogènes et ouverts plutôt qu’homogènes et fermés. Le rôle des géographes dans le cadre de discussions sur les centres sociaux est pertinent à de nombreux égards. Il existe un débat permanent sur le type d’espaces que créent les centres sociaux : sont-ils des « communautés virtuelles », des « utopies concrètes » ou des « hétérotopies » ? Il vaut la peine de noter que dans le cas des centres sociaux, on se place dans un espace social par le biais de plusieurs géométries du pouvoir, qui divergent des dynamiques dominantes. Par exemple, on attend notamment des personnes qu’elles ne soient pas passives face aux événements, mais plutôt qu’elles se prennent en charge et agissent. Désamorcer la domination d’un sexe sur l’autre est également une question qui bénéficie d’une attention particulière. Je pense que ces tentatives d’une autre construction de l’espace sont particulièrement pertinentes lorsque l’on prend en compte les recherches universitaires et la possibilité de modes d’organisation qui diffèrent des méthodes bureaucratiques d’organisation, caractérisant de nombreux aspects de la vie politique et sociale, ainsi que la possibilité d’une structure non-hiérarchique. Depuis 2009, la plupart des universitaires et des personnes liées aux centres sociaux et aux squats se sont mis en relation pour promouvoir une réflexion de grande ampleur sur le sujet ainsi que sur eux-mêmes. Ces groupes ont par ailleurs entrepris des activités relatives à ces questions, par exemple dans le réseau SQEK, SQuatting Europe Kollective (SQEK, 2010 ; 2013). Ce réseau est à l’origine de plusieurs activités, dont des réunions informelles et des débats publics : ces manifestations se caractérisent essentiellement par un refus des schémas du marketing intellectuel et une nouvelle méthode de travail, établie de façon collective.

14À ce sujet, je souhaite mentionner que le collectif SQEK a notamment abordé la question de la recherche autofinancée. Celle-ci a trois objectifs principaux : éviter de transformer les chercheurs en entrepreneurs ; éviter la perte de temps liée aux formalités bureaucratiques nécessaires à l’obtention de subventions, à l’organisation des activités de recherche et aux réunions ; rejeter les buts objectifs de la recherche appliquée, même officiellement « militante », qui sont formulés dans la plupart des financements existants et offrir plutôt des expériences scrupuleuses et des vérités partielles solides, qui peuvent être combinées pour des luttes globales.

15Les recherches autofinancées sont susceptibles de représenter un atout non négligeable pour plusieurs raisons : elles donnent lieu à des connaissances qui ne sont pas subordonnées à l’influence éventuelle d’un donateur et représentent une forme d’expérience en dehors des pratiques dominantes et conservatrices en matière de sciences sociales. Elles sont directement liées à « l’objet » des recherches. En évitant de répondre aux questions préformulées par l’institution, elles cherchent surtout à faire émerger d’autres questions. Enfin, en recourant à des théories et à des méthodes qui intègrent la façon de travailler propre aux centres sociaux, on accomplit un acte politique et, au moins potentiellement, une alliance politique.

Conclusions

16J’ai donné quelques exemples liés à mes activités et à ma praxis et j’ai articulé mon travail à partir de l’histoire de la pensée radicale en Italie, qui est toutefois une expérience internationale (il suffit de penser à tous les travaux post-autonomistes). En résumé, le contexte radical italien est composé des éléments suivants : tout d’abord un net antagonisme face aux institutions établies détenant les pouvoirs. Il ne s’agit pas là d’une option anti-systémique triviale, mais d’une méthode de travail dans le cadre de laquelle il est essentiel de maintenir des positions univoques face à ceux qui bénéficient de positions dominantes.

17Ensuite, il est fructueux de reconnaître qu’il n’y a ni pères (parents) ni maîtres dans le cadre des concepts et pratiques en développement. Ce point a de nombreuses implications. Que se passe-t-il lorsque nous décidons de ne pas nous référer aux grands maîtres et à leurs concepts ? Quelle est l’étape suivante ? Nous avons débarrassé le terrain d’analyse d’un écran de fumée, c’est-à-dire d’un ensemble de concepts qui ne mènent pas à grand-chose. Ce processus ouvre un nombre considérable de possibilités. Cela dit, je ne pense pas que tous les concepts doivent être remplacés par quelque chose de similaire. La construction de nouvelles grilles d’interprétation commence, ou plutôt émerge, selon moi, une fois qu’on reconnaît et qu’on admet la complexité de la réalité sociale et des modes de résistance, une fois que l’on prend acte du fait qu’il est difficile d’articuler une critique universitaire unique. Nous devons admettre que nos analyses sont très limitées et nous devons affronter des structures de pouvoir généralisées qui s’exhibent de façon illimitée, du moins en termes de mécanismes critiques et autocritiques.

18En troisième lieu, il est nécessaire d’interroger non seulement le capitalisme mais aussi le fascisme, résultat d’un bloc réactionnaire complexe. Par conséquent, cela implique la quête d’un mode de vie non-fasciste. À cet égard, il est intéressant de noter que Foucault a écrit dans une préface pour L’anti-Œdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari, en 1977, que cet ouvrage était une « introduction à la vie non-fasciste » et une description des façons d’encourager ce type d’existence (Foucault, 2001, p. 135).

19Pour finir, il faudrait s’enquérir de différents modes de faire de la recherche, comme la recherche « militante ». J’irai même jusqu’à dire que je n’accepte pas l’idée de « recherche militante » (telle qu’associée à l’étymologie militaire), parce qu’elle contribue à réduire la valeur des recherches menées avec des personnes victimes d’oppression. De nouvelles modalités de recherche impliquent que nous écrivions notre histoire et notre géographie ensemble, ce qui signifie que nous créerons ainsi de nouvelles possibilités pour l’avenir. L’ampleur de l’éventail des luttes nous oblige à reconnaître que le développement du capital est géographiquement inégal plutôt que de cibler toujours l’échelle urbaine ou métropolitaine.

20J’ai abordé plusieurs questions liées à l’expérience des centres sociaux italiens que je trouve intéressantes pour mon travail, ainsi que pour le vôtre, à commencer par la possibilité de résister et de remettre en cause la tendance globale de domination par le biais d’une organisation qui cherche des formes horizontales d’autogestion. On peut s’engager à contrecarrer le message permanent de la structure des pouvoirs qui invite les citoyens à ne participer à aucune activité politique sur l’air du : « Rien ne changera, de toute façon. » Ce message rappelle beaucoup l’appel du régime fasciste, qui exhortait le peuple à s’abstenir de toute action politique et à laisser le « fardeau » de la prise de décisions au Duce, au parti fasciste et aux entreprises fascistes.

21L’un des principaux fils rouges qui relie mes travaux correspond à la difficulté croissante voire à l’impossibilité de monter des projets visant à fuir, à créer des îles pour des humains libres et à lancer un exode pour échapper au capitalisme. C’est une réflexion importante sur la possibilité actuelle et future de créer des espaces libérés. Manifestement, il est crucial que nous imaginions de nouvelles sociétés ainsi que de nouveaux espaces. Il est vrai, par ailleurs, que les visions utopiques peuvent servir d’armes dans le cadre de nombreuses luttes, mais si l’on tient compte de la réalité, on s’aperçoit que le capitalisme s’est développé de façon à contrôler la possibilité de s’échapper : pendant des années, ses pratiques étaient parallèles et dispersées, désarticulées et fragmentées, mais elles sont désormais convergentes. Le cas du contrôle des migrations (qui a conduit de nombreux pays européens à déclarer que les êtres humains sont illégaux pour ensuite les parquer dans des camps de détention) ou les dispositifs faisant appel aux nouvelles technologies pour surveiller l’espace public et privé constituent des exemples particulièrement pertinents. Il est vrai que la notion d’utopie est nécessaire car la conceptualisation politique ne peut être restreinte au commentaire et à la critique de la situation dans son état actuel. Toutefois, fixer à l’avance les espaces de résistance peut mener à la désillusion et à l’orthodoxie si les conditions réelles (c’est-à-dire les oppressions multiples) ne sont pas prises en compte. Les géographes doivent soutenir les idées et les pratiques visant à ouvrir de nouveaux espaces, à construire de nouvelles trajectoires et à cartographier de nouvelles utopies.

22Ces projets impliquent de poser quelques questions méritant d’être débattues lors des discussions. Comment engager le combat critique avec les mécanismes propres aux relations de pouvoir de restreindre et de confiner les possibilités d’être autonome sans être en compétition les uns avec les autres ? Si, dans les régions européennes qui font le plus l’objet de patrouilles et de contrôles, les expériences sociales qui consistent à essayer de nouveaux modes de vie sont possibles, pourquoi ne pas repenser et reconstruire un nouveau type d’université, dans la mesure où l’environnement actuel de travail ne fait que reproduire les structures de classe ? Comment aller au-delà des approches critiques, pour rompre avec les tendances dominantes de l’oppression et de la promotion du plaisir au sein de structures oppressantes, et pour indiquer les transformations possibles dans nos contextes ? Comment articuler les différentes pratiques qui s’opposent à l’exploitation de classe, au racisme, au sexisme et à toutes leurs combinaisons ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Agnoli J., Faschismus ohne revision, Fribourg, Ça ira, 1997.

Alquati R., Sulla Fiat e altri scritti, Milan, Feltrinelli, 1975.

Bauder H., Belina B., Butz D., Gedalof Z., Lagendijk A., Mudu P., Paasi A., Schuurman N., Wilson D., « Critical Practice of grant application and administration: an intervention », ACME, vol. 9, no 1, 2010, p. 103-112.

Bauder H., Engel-Di Mauro S., Critical Geographies: a collection of readings, Kelowna, Praxis (e) Press, 2008.

Bono P., Kemp S. (dir.), Italian Feminist thought: a reader, Oxford, Basil Blackwell, 1991.

Desbiens C., Ruddick S., « Speaking of geography: language, power, and the spaces of Anglo-Saxon “hegemony” », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 24, 2006, p. 1-8.

Esposito R., Pensiero vivente. Origine e attualità della filosofia italiana, Torino, Einaudi, 2010.

Evangelisti V., « Introduction », S. D’Onofrio, V. Monteventi (dir.), Berretta Rossa. Storie di Bologna attraverso i centri sociali, Bologne, Pendragon, 2011.

Foucault M., Dits et écrits II, Paris, Gallimard, 2001.

Franzosi R., Quantitative narrative Analysis, Beverly Hills, Sage, 2009.

Jesi F., Cultura di destra, Milan, Garzanti, 1993.

Levi P., « Un Passato che credevamo non dovesse tornare più », Corriere della sera, 8 mai, 1974.

Massey D., For Space, Londres, Sage, 2005.

Membretti A., Mudu P., « Where Global meets local. Italian social centres and the alterglobalisation movement », C. Flesher Fominaya, L. Cox (dir.), The European social movement experience: rethinking « new social movements » historicising the alterglobalisation movement and understanding the new wave of protest, New York, Routledge, 2013, p. 76-93.

Mudu P., Gli immigrati stanieri a Roma. Aspetti distributivi e relazionali, thèse de doctorat, université de Rome « La Sapienza », 2000.

Mudu P., « Repressive tolerance: the gay movement and the Vatican in Rome », Geojournal, vol. 58, no 2-3, 2002, p. 189-196.

Mudu P., « Resisting and challenging Neo-liberalism: the development of Italian Social Centers », Antipode, vol. 36, no 5, 2004, p. 917-941 [réédité dans Squatting in Europe. Radical Spaces, Urban Struggles, Autonomedia].

Mudu P., « Changing Backdrops in Rome: an exploration of the geography of Social Centers », D. Wastl-Walter, L. Staeheli, L. Dowler (dir.), Rights to the City, IGU/Home of Geography Publication Series, vol. 3, 2005, p. 265-275.

Mudu P., Li W., « A Comparative evaluation of recent Chinese immigration in the United States and Italy: settlement patterns and local resistances », H. Henke (dir.), Crossing over: comparing recent migration in the United States and Europe, Oxford, Lexington Books, 2005, p. 277-301.

Mudu P., « Patterns of segregation in contemporary Rome », Urban Geography, vol. 27, no 5, 2006, p. 422-440.

Mudu P., « The People’s food: the ingredients of “ethnic” hierarchies and the development of chinese restaurants in Rome », Geojournal, vol. 68, no 2-3, 2007, p. 195-210.

Mudu P., « Where is Hardt and Negri’s multitude: real networks in open spaces? », ACME, vol. 8 no 2, 2009, p. 211-244.

Mudu P., « I Centri Sociali italiani: verso tre decadi di occupazioni e di spazi autogestiti », Partecipazione e Conflitto, no 1, 2012a, p. 69-92.

Mudu P., « Looking for the intersection between anarchists and autonomists: self-management and squatted social centers », ACME, vol. 11, no 3, 2012b, p. 413-438.

Mudu P., « Ogni sfratto sarà una barricata. Squatting for housing and social conflict in Rome », C. Cattaneo, M. Martinez (dir.), The Squatters movements in Europe. Everyday communes and alternatives to capitalism, Londres, Pluto Press, 2014a, p. 136-163.

Mudu P., « Where is culture in Rome? Self-managed social centers and the right to urban space », I. Clough Marinaro, B. Thomassen (dir.), Global Rome, Changing faces of the eternal city, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2014b, p. 246-264.

Mudu P., « Italians do it better? Critical description of the occupation of spaces for radical struggles », Antipode, à paraître en 2015.

Paasi A., « Globalisation, academic capitalism, and the uneven geographies of international journal publishing spaces », Environment and Planning A, vol. 37, 2005, p. 769-789.

Palermo G., L’Università dei baroni. Centocinquant’anni di storia tra cooptazione, contestazione e mercificazione, Milan, Punto Rosso, 2011.

Panzieri R., « Uso socialista dell’inchiesta operaia », Quaderni Rossi, no 5, 1965, p. 67-76.

Pasquinelli M., « L’ascesa in cattedra di un pensiero critico », Il Manifesto, 13 avril 2011, p. 11-12.

Poggio P. P., L’Altronovecento. Comunismo eretico e pensiero critico, Milan, Jaca Book, 2011.

Rimbert P., « La pensée critique dans l’enclos universitaire », Le Monde diplomatique, janvier 2011.

Scott J. C., Domination and the Arts of Resistance, New Haven, Yale University Press, 1990.

SQEK (SQuatting Europe Kollective), The SQEK: Squatting Europe Research Agenda – v. 1.0, 2010.

SQEK (SQuatting Europe Kollective) (dir.), Squatting in Europe. Radical spaces, urban struggles, New York, Autonomedia, 2013.

Stoecker R., « Are Academics irrelevant? Roles for scholars in participatory research », American Behavioral Scientist, vol. 42, no 5, 1999, p. 840-854.

Virno P., Hardt M., Radical thought in Italy, Minneapolis/Londres, University of Minnesota Press, 2006.

Notes

1 Cette position m’amène à utiliser généralement l’anglais car c’est ma langue de travail, même si je suis conscient des problèmes liés à l’usage de l’anglais dans la communication et l’écriture scientifique (à ce sujet, voir Paasi, 2005 et Desbiens, Ruddick, 2006).

2 Voir Perry A., In the tracks of historical materialism, Londres, Verso, 1983 (NdE).

3 Voir notamment : Lonzi C., Sputiamo su Hegel. La donna clitoridea e la donna vaginale e altri scritti, Milan, Scritti di Rivolta Femminile, 1974 (NdE).

4 Voir notamment : Franco B., La Fabbrica dell’infelicitá. New economy e movimento del cognitariato, Rome, DeriveApprodi, 2001; Bologna S., « The Tribe of Moles », Working class autonomy and the crisis: Italian marxist texts of the theory and practice of a class movement 1964-79, Londres, Red Notes/CSE, 1979, p. 67-91; Ballestrini N., Moroni P., L’orda d’oro 1968-1977. La grande ondata rivoluzionaria e creativa, politica ed esistenziale, Milan, Feltrinelli, 2003 [1988]; Negri A., The Politics of subversion: a manifesto for the twenty-first century, Cambridge, Polity Press, 1989 (NdE).

5 Voir notamment : Agamben G., Homo sacer. I, Le pouvoir souverain et la vie nue, traduit par Raiola M., Paris, Le Seuil, 1997 ; Mezzadra S., Diritto di fuga. Migrazioni, cittadinanza, globalizzazione, Verona, Ombre corte, 2006 (NdE).

6 Touraine A., La Voix et le regard, Paris, Le Seuil, 1978.

Auteur

Enseignant-chercheur en géographie, université de Washington – Tacoma (faculté d’études urbaines, arts et sciences interdisciplinaires).
Leslie Talaga (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540