Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Première partie. L’approche radicale en géographie : des pratiques de recherche

Environnement et risques : les sciences sociales piégées entre critique radicale et utilité sociale

Pascale Metzger et Jérémy Robert

Texte intégral

1Depuis le début des années 1980, en réponse aux préoccupations du monde social, les questions d’environnement et de risques sont devenues des objets centraux de très nombreuses recherches scientifiques. Les modes de financement aidant, on ne compte plus les laboratoires et les chercheurs mobilisant les termes « environnement » ou « risque » dans leurs intitulés et projets de recherche. Dans certaines disciplines, comme la géographie, ils sont aujourd’hui quasiment incontournables.

2En prenant pour objet la question de l’environnement et des risques, les sciences sociales et en particulier la géographie, se trouvent piégées dans des rapports de forces dans lesquels elles sont dominées tout en participant à la domination. Le lien avec la question de l’espace est direct et immédiat puisque la géographie participe à la désignation des problèmes environnementaux et des « espaces à risques ». Les relations de pouvoir dans lesquelles est prise la géographie sont de plusieurs ordres. D’abord, ces problématiques sont « tenues » par les sciences de la nature, et les sciences sociales, prises dans l’injonction de la pluridisciplinarité, sont nécessairement en position de faiblesse. En parallèle, les grands organismes internationaux ont le pouvoir d’imposer des termes qui, malgré les critiques qu’ils suscitent, sont largement mobilisés par la recherche comme le développement durable, la gouvernance ou la résilience. Ces formes de « solutions » qui évacuent l’analyse des rapports de domination et se focalisent sur le « local » monopolisent les recherches actuelles. En revendiquant son utilité sociale, la géographie tend à prendre la forme d’une ingénierie sociale aux dépens de son apport critique.

  • 1 Recherches menées dans le cadre du programme PACIVUR (Programme Andin de recherche et de formation (...)

3L’objet de cet article est de rendre compte des rapports de domination dans lesquels s’insère la recherche en géographie et les conséquences sur les problématiques d’environnement et de risques. L’argumentation s’appuie principalement sur notre expérience de recherche sur les risques d’origine naturelle en milieu urbain1. Le premier point développé présente la domination des sciences de la nature sur les problématiques d’environnement et de risques, renvoyant ainsi à la structuration sociale du champ scientifique (Bourdieu, 1975). La naturalisation de ces problématiques fait l’objet d’un large consensus cognitif, et ce malgré la reconnaissance – toute rhétorique – du rôle des facteurs sociaux dans leur construction. Le deuxième point présente comment la revendication légitime d’utilité sociale des recherches en sciences sociales conduit à l’adoption d’objets, concepts et formulations focalisés sur la dimension naturelle et sur le niveau local, qui neutralisent les approches critiques voire contribue à la domination. Dans ce contexte, et c’est l’argument du troisième point, les sciences sociales sont face au défi de proposer des recherches à la fois critiques et opérationnelles, ce qui suppose une inventivité conceptuelle capable de dénaturaliser et de re-politiser les problématiques d’environnement et de risques.

Une recherche sur l’environnement et les risques dominée par les sciences de la nature

4L’environnement et les risques sont des problématiques « tenues » par les sciences de la nature (géosciences, biologie, écologie…). La position traditionnellement critique des sciences sociales vis-à-vis de la « demande sociale » et la nécessaire « rupture épistémologique » expliquent leur réticence initiale à investir ces objets (CNRS, 1998). Sur la problématique des risques, dans le sillage de la production anglophone (Burton et al., 1978 ; Hewitt, 1983), l’apparition des sciences sociales se traduit rapidement par la formulation critique de la « société du risque » et de la « société vulnérable » (Beck, 2001 ; Theys, Fabiani, 1987).

5Cependant, l’évidence des objets matériels et des phénomènes physiques impliqués dans ces questions forme toujours une légitimation du cadrage par les sciences de la nature : l’environnement, c’est d’abord le « milieu naturel » et le risque, c’est d’abord « l’aléa ». Ce cadrage dominant se nourrit d’une rhétorique puissante relayée par les médias et partagée par le monde social. En face, les sciences sociales, pour lesquelles les choses physiques et matérielles ne vont pas de soi mais sont le produit de constructions, sont nécessairement en position de faiblesse. La production scientifique des sciences sociales s’inscrit dans un système de contraintes, de croyances et de rapports de force propres au champ scientifique dans lequel la position relative des différentes disciplines met clairement les sciences sociales en situation dominée (Bourdieu, 1975). La domination des sciences de la nature est d’autant plus forte que les approches des sciences sociales sont menées avec des concepts flous et instables toujours rediscutés (Pigeon, 2005 ; Becerra, 2012), qui ne font pas le poids devant la force des paradigmes et de la mesure physiques.

  • 2 C’est ce que montre par exemple la multiplication des études de « microzonage sismique » à Lima, H (...)

6La pluridisciplinarité ne remet pas en cause les rapports de domination existant au sein du monde scientifique bien au contraire. Les objets « environnement » et « risques » sont désignés comme pluridisciplinaires, au sens où on leur reconnaît – légitimement – des dimensions à la fois physiques et sociales (CNRS, 1998). Mais ce sont les sciences de la nature, fortes de la puissance de leurs concepts et de leur position hégémonique dans les champs scientifique et social, qui sont considérées comme les véritables détentrices de la connaissance. Cette domination des sciences de la nature est inscrite dans le fonctionnement institutionnel de la recherche. Elle prend la forme d’appels à recherches sur les risques dont on impose la pluridisciplinarité mais qui sont presque toujours coordonnés par des sciences de la nature. Celles-ci absorbent l’essentiel des budgets de recherche et d’expertise, alors même que l’efficacité sociale des connaissances qu’elles apportent reste limitée2. Par ailleurs, les sciences sociales ont le plus grand mal à faire reconnaître leur légitimité à organiser des événements scientifiques sur les risques sans la présence des sciences de la terre.

7La pluridisciplinarité n’est souvent qu’un alibi, les sciences sociales n’ayant pas de véritable autonomie – ni problématique, ni conceptuelle – sur les questions d’environnement et de risques. Si on veut bien croire à l’apport des sciences sociales, la prise en compte des « dimensions sociales » se limite souvent à l’analyse des conséquences de phénomènes physiques, de comportement et de perception de la population, ou de mise en place de politiques publiques, sans interroger les modalités de développement ni les rapports sociaux de domination pourtant directement impliqués (Gaillard et al., 2010).

8En parallèle, les grands organismes internationaux qui concourent à définir les problématiques scientifiques, imposent des termes performatifs repris tant par les institutions publiques que par les agences de financement de la recherche. Malgré les critiques dont ils font l’objet, les mots « développement durable », « gouvernance » ou « résilience », sont devenus incontournables dans la recherche en sciences sociales sur l’environnement et les risques. Ces termes suscitent un large panel de recherches et imposent des cadres conceptuels, méthodologiques, voire idéologiques. Ils fixent les problématiques à considérer autant que les objectifs et les solutions attendues. Leur appropriation accélérée par les acteurs du monde social les légitime fortement et annihile l’analyse critique des idéologies qu’ils véhiculent.

9En adoptant ces termes imposés, les recherches sur l’environnement et les risques évacuent doublement les rapports de domination. D’une part, elles sont largement encadrées par des formulations de sciences de la nature et sans portée critique. D’autre part, elles monopolisent la production des sciences sociales, se substituant à l’étude des rapports sociaux et des formes de domination qui apparaissent aujourd’hui comme dépassés face à l’acuité des problèmes environnementaux.

De la neutralisation de la critique à une géographie au service de la domination

10L’articulation des risques et de l’environnement dans le monde social s’est initialement accompagnée de la production de concepts critiques par les sciences sociales dénonçant les rapports sociaux de domination impliqués dans ces questions. Or, si les termes ont acquis une reconnaissance certaine, la critique dont ils étaient porteurs a été largement digérée.

11C’est le cas de la vulnérabilité, concept apparu dans les études sur les risques en opposition à une vision techniciste, technocratique et aléa-centrée. Issu d’une critique radicale impulsée par la géographie anglophone (Hewitt, 1983 ; Wijkman, Timberlake, 1984), le concept de vulnérabilité a introduit la problématique du (mal) développement au cœur des recherches sur les risques en ancrant leur construction non pas dans le monde physique mais dans le monde social (Maskrey, 1993 ; Blaikie et al., 1994). Depuis une dizaine d’années, cette notion s’est imposée et son usage est à la fois obligatoire et emblématique d’une approche « sociale » du risque (Becerra, Peltier, 2009). Elle est mobilisée pour rendre compte de problématiques qui débordent très largement la « zone d’étude » (Lopez, 2008 ; Rebotier, 2012 ; Texier, 2009). Ces approches critiques distanciées de l’aléa ont du mal à attirer l’attention des gestionnaires et des responsables politiques et à entrainer des impacts concrets. D’un autre coté, la portée critique de la vulnérabilité est totalement neutralisée sous couvert d’un « volet social » politiquement correct qui se rajoute – voire se soumet – aux études d’aléas et qui ne modifie en rien les politiques publiques de prévention.

  • 3 Actions largement promues durant la décennie 1990 de réduction des risques décrétée par les Nation (...)

12Ainsi, la vulnérabilité recouvre un champ de recherche autonome et critique mais dont les applications pour réduire les risques sont hors de portée puisque les causes sociales et politiques identifiées débordent le champ des risques (distribution des ressources et des pouvoirs, pauvreté, etc.). En revanche, mobilisée pour répondre à la demande sociale, donc nécessairement associée aux sciences de la nature, son efficacité s’avère limitée en n’envisageant que la partie émergée des problèmes (préparation aux catastrophes des populations exposées, renforcement institutionnel3) (D’Ercole, Metzger, 2005).

13Une des raisons de la « digestion » de la critique réside donc dans la recherche « d’utilité sociale » qui implique à la fois l’abandon des dimensions critiques et l’adoption d’une vision techniciste en adéquation avec les formulations dominantes. Les approches radicales qui remettent en cause les modalités de développement sont difficilement porteuses de réponses concrètes aux problèmes de risques et d’environnement, qui se prêtent facilement à une récupération techniciste et au traitement gestionnaire, et ce pour deux raisons principales.

14En premier lieu, l’évidence des dimensions physiques et biologiques, vite appelées « naturelles » et immédiatement perceptibles par tout un chacun, occulte les causalités sociales et politiques et permet une conception naturaliste partagée par les scientifiques autant que par les gestionnaires. Son inscription dans les appels à projets et glossaires des organismes internationaux, mais aussi dans les normes et procédures administratives et juridiques (Gilbert, 2009), renforce le paradigme dominant tout en éludant les problématiques sociales et politiques qui contribuent à la production des risques.

15Deuxièmement, les demandes exprimées par les commanditaires d’études (État, collectivités locales, organismes internationaux) appellent des solutions directes et visibles, applicables dans les politiques publiques (murs de contentions contre les glissements de terrains, digues pour contenir les inondations, procédures d’alerte ou normes et seuils afin de limiter les pollutions, etc.) et conformes à la vision techniciste et gestionnaire des problèmes. Sur le plan social, le problème est souvent posé en termes de « perception » des risques, suggérant qu’il existe une « mauvaise perception » de la population et une « bonne perception » des sciences de la nature. De ce fait, ce type de recherche tend à renforcer la vision négative de l’apport des sciences sociales comme étant toujours à la fois relatif et subjectif. Les politiques publiques sont alors réduites à la construction d’une « culture du risque » par des campagnes de communication principalement centrées sur l’aléa et les « bons comportements » à adopter.

16Dans cette logique, les études de vulnérabilité se limitent aux espaces soumis aux aléas. La définition du périmètre de l’objet d’étude échappe aux sciences sociales. Ainsi, lorsque la géographie revendique son utilité sociale (qui semble être aujourd’hui la seule légitimité de la recherche), elle est en quelque sorte piégée par et dans son objet, « l’espace qui pose des problèmes », délimité par les sciences de la nature et les gestionnaires/commanditaires. En accaparant la majorité des efforts et des financements, un tel traitement de la question environnementale et des risques par les sciences sociales constitue un levier politique de la domination.

17Le glissement de la critique vers la participation à la domination s’est traduit par la substitution progressive de l’usage du concept de vulnérabilité par celui de résilience (Manyena, 2006). Ce dernier insiste sur les capacités des sociétés et des individus à surmonter les crises et les catastrophes et permet de remobiliser certaines définitions de la vulnérabilité (Blaikie et al., 1994). On ne regarde plus les fragilités construites par les mécanismes de domination, mais les capacités (valorisées) à faire face et à s’adapter aux « perturbations », profilant une nouvelle forme de darwinisme social (Walker, Cooper, 2011). Largement influencée par l’approche des chercheurs anglophones, l’attention se focalise sur le niveau local autour de la question suivante : comment les communautés « rebondissent » après un désastre, avec peu ou pas d’aide extérieure ? La formulation reprend l’approche classique des risques en posant la perturbation comme extérieure au système. En identifiant des « facteurs de résilience », les sciences sociales peuvent ainsi prétendre à la résolution de problèmes d’environnement et de risques. Les solutions proposées restent cependant essentiellement techniques et focalisées sur la sensibilisation des populations, leur apprentissage et la mise en valeur des savoirs vernaculaires (GNDR, 2013).

18Cette vision de la résilience, promue par les organismes internationaux comme l’ISDR (International Strategy for Disaster Reduction), reflète une idéologie et une conception libérales du développement (Reghezza et al., 2012). Sous couvert d’une critique des approches top-down, technocratiques, elle valorise fondamentalement l’autonomie des communautés et des individus. La promotion d’un moindre rôle de l’État s’accompagne de politiques sociales réduites à des « substituts » en cas d’incapacité des individus ou communautés (Cannon, 2006). Le rôle des acteurs politiques devient secondaire. Ainsi, ce qui échappe au contrôle des États, en plus d’être naturalisé, est renvoyé à la responsabilité des populations face aux nouvelles menaces. La construction sociale des risques n’est plus dans ce contexte qu’une analyse ponctuelle et locale de la vulnérabilité de la population dans les zones « à risque », afin de la rendre « résiliente ». De cette façon, la recherche d’utilité sociale concourt à neutraliser la portée critique théorique et pratique des concepts des sciences sociales.

19Dans ce contexte, par ses concepts et méthodes, la géographie participe à une recherche au service de la domination, en particulier sur les questions d’environnement et de risque. En premier lieu, son ambivalence atavique entre sciences physique et sociale lui permet d’adopter sans réticence les objets et formulations issus des sciences de la nature. La pluridisciplinarité et les passerelles entre les mondes physique et social apportées par la géographie se font souvent au prix d’une soumission aux approches naturalistes et d’une neutralisation de la critique. Deuxièmement, la géographie aime le niveau local. Initialement, la prise en compte de ce niveau local (point de vue de la population, dimensions culturelles) relevait d’une posture critique contre la vision technocratique et top-down des risques (Lavell, 1994). Cependant, les approches locales de la géographie « opérationnelle » contribuent à la mise en place de politiques publiques fondées sur des solutions locales, donc détachées des rapports sociaux de domination qui construisent les risques, sur d’autres plans et à d’autres échelles (D’Ercole, Metzger, 2011).

20Faire du niveau local l’échelle appropriée à la formulation de solutions aux risques fait écho aux grandes évolutions politiques de l’État (désengagement, décentralisation, privatisation, participation, etc.) propres à la gouvernance néolibérale. Les choix éminemment politiques engagés dans le traitement gestionnaire des problèmes (notamment en termes d’arbitrages entre risques) sont alors escamotés (Pigeon, 2005).

21Ainsi, les efforts de la géographie radicale anglophone ou de la géographique critique française pour mettre en évidence les relations de domination sont largement neutralisés, voire instrumentalisés, au point non seulement d’en ôter toute portée critique mais aussi de légitimer et de participer à la production d’inégalités sur le territoire. L’utilité sociale ne peut-elle se faire qu’au détriment de la critique ?

Dé-naturaliser et re-politiser l’environnement et les risques

22La géographie est face au défi de proposer une pensée à la fois critique et utile. Lutter contre l’évidence sur des objets largement perçus et analysés comme naturels et extérieurs au monde social passe par la mise en place d’une stratégie conceptuelle de réappropriation et de reformulation radicale des concepts d’environnement et de risque. Si la formule « les désastres ne sont pas naturels » (Maskrey, 1993) a fait recette, elle reste sans véritable impact. Paradoxalement, alors même que les questions environnementales ont initialement été formulées dans le champ politique (mouvement écologiste, Club de Rome, décroissance), leur définition sociale et politique reste à construire.

23Assumer la construction sociale de l’environnement et des risques suppose une dénaturalisation et une re-politisation de ces concepts pour les ancrer dans les sciences sociales. Il s’agit de les aborder à la fois dans le champ matériel très concret des « choses », et dans celui des idées et de la représentation du monde. Le défi est de se distancier de ces objets « évidents », de les déconstruire et reconstruire comme objets sociaux sans pour autant négliger les dimensions physiques qu’ils incorporent au risque de se décrédibiliser tant auprès des opérateurs de politiques qu’auprès de la société civile.

24La reformulation sociale et politique des questions de risque se heurte à la force de l’ancrage cognitif et scientifique sur l’aléa et le naturel, y compris pour les chercheurs en sciences sociales. De plus, la conception naturaliste de l’environnement et du risque fait écho à la rationalité scientifique portée par l’État moderne (Habermas, 1973) qui fonde les politiques publiques en termes techniques, hors du champ politique, et ce malgré le rôle controversé des experts (Theys, Kalaora, 1992). La légitimité des recherches en sciences sociales repose non seulement sur leur autonomie épistémologique face aux sciences de la nature pour désigner objets et concepts, mais aussi sur l’efficacité de ces objets et concepts dans le monde social.

  • 4 Notamment par la notion de « biens publics mondiaux ».

25Mobiliser la notion de « bien commun », présente dans l’espace public mondial4, est une première piste pour repenser l’environnement comme un construit social. Définir l’environnement comme le « résultat matériel et historique des modes de produire et de consommer des biens communs », c’est tenter de mettre en évidence sa construction éminemment sociale (Metzger, 1994). Les biens communs sont des « choses » sur lesquelles s’appliquent des processus sociaux, politiques, techniques, juridiques, symboliques, économiques qui transforment le regard porté sur elles, en mettant en évidence leur indissociable matérialité et la problématique d’une « gestion commune », du gouvernement démocratique d’un monde en même temps social et physique. Ces choses amènent à revendiquer le « droit à » et véhiculent un modèle de justice, appelant de ce fait l’action politique de l’État.

26Dans la même perspective, définir le risque comme la possibilité de perdre ce à quoi on accorde de l’importance (D’Ercole, Metzger, 2004) place les enjeux (ce qui est important et que l’on peut perdre) au centre de la définition du risque, ce qui permet de rendre compte de sa dimension sociale et politique irréductible, les enjeux étant, par définition, différents selon la position sociale. Cette approche dévoile les choix nécessaires, implicites ou explicites, effectués par la gestion des risques.

27Face au rabattement vers des questions locales et de « nature », l’enjeu scientifique et politique consiste à dépasser la focalisation des problèmes sur des espaces, des objets ou des populations particulières, pour les inscrire dans une vision d’ensemble de l’évolution du monde social et des formes de domination. Se départir de la seule dimension naturelle mais aussi du niveau local implique d’engager une réflexion sur le rôle de l’État, tout en affrontant des contradictions majeures. D’un coté, l’État est porteur d’une pensée moderne du risque, fondée sur l’aléa et sa mesure (Lautman, 1996). De l’autre, l’État, que la géographie critique des années 1970-1980 a pu voir comme un instrument de domination, apparaît aujourd’hui pour beaucoup comme le seul garant possible de la sécurité collective des citoyens dans le cadre d’une justice sociale et spatiale.

28En effet, face à l’ubiquité des rapports de domination dans la mondialisation néolibérale, le désengagement de l’État reproduit voire renforce les inégalités spatiales et sociales en généralisant une compétition entre les territoires. Ce désengagement prend plusieurs formes (décentralisation, dérégulation, néolibéralisation, action directe et intensifiée du secteur privé), et aboutit à une gestion des territoires par projets qui renforcent les inégalités et la vulnérabilité. La décentralisation défendue à l’origine comme une avancée démocratique contre l’État dominant, est devenue un instrument de compétition entre territoires inégaux. De la même façon, l’avènement de la société civile comme interlocuteur indispensable à la démocratie contribue à la formulation des problèmes et à la mise en œuvre de solutions au niveau local, débouchant souvent sur leur déconnexion des grandes problématiques sociales et politiques.

29Dans ce contexte, si l’État continue à exercer des rapports de domination visibles sur les territoires et les sociétés, il apparait paradoxalement comme le seul acteur d’une possible justice spatiale face aux problèmes environnementaux. Au-delà des aspects conceptuels, la question posée aux sciences sociales constitue un véritable enjeu de démocratie qui demande un apport à la fois critique et socialement utile.

Conclusion

30Le chercheur ou la chercheuse en sciences sociales investi-e sur les problématiques d’environnement et de risque est piégé entre tentation d’une critique radicale et désir d’utilité sociale. La critique est un rôle fondamental des sciences sociales. Elle suppose de souligner les liens entre d’un coté les questions d’environnement et de risques, identifiées localement sur un territoire, et de l’autre les dynamiques sociales et économiques plus globales, qui expriment et reproduisent les mécanismes de domination. Si ce dévoilement est un apport à la connaissance, il rend difficile la formulation de réponses hors du champ politique global. D’une certaine façon, plus les sciences sociales sont « opérationnelles » et donc « locales » – et c’est ce qui permet leur survie – moins elles sont critiques.

31Le désir d’utilité sociale est compréhensible, la recherche en science sociale ayant l’ambition légitime de contribuer à améliorer le monde. Financée par la collectivité, elle se sent aussi une forme d’obligation morale à « servir à quelque chose ». Mais si l’utilité sociale des recherches conduit à les soumettre à la façon dont les pouvoirs publics et les sciences de la nature conçoivent et font concrètement la « gestion de l’environnement et des risques », c’est-à-dire à une lecture naturalisée, dépolitisée et locale, elle contribue du même coup à renforcer la domination légitimée par un vernis de « prise en compte du social ».

32L’enjeu pour les sciences sociales est de produire une critique constructive capable de reformuler solidement les concepts sans céder à la pression des cadres cognitifs et des rapports de domination qui régissent le monde social et la recherche scientifique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beck U., La Société du risque, Paris, Aubier, coll. « Alto », 2001 [1re édition 1986].

Becerra S., « Vulnérabilité, risques et environnement : l’itinéraire chaotique d’un paradigme sociologique contemporain », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 12, no 1, mai 2012, [http://vertigo.revues.org/11988].

Becerra S., Peltier A. (dir.), Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Paris, L’Harmattan, coll. « Sociologies et Environnement », 2009.

Blaikie P., Cannon T., Davis I., Wisner B., At risk. Natural people’s vulnerability and disasters, Londres/New York, Routledge, 1994.

Bourdieu P., « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et société, vol. 7, no 1, 1975, p. 91-118.

Cannon T., Vulnerability analysis, livelihoods and disasters, Londres, Taylor & Francis Group plc, 2006, p. 41-49.

CNRS, « La question de l’environnement dans les sciences sociales. Eléments pour un bilan », Lettre no 17 des programmes interdisciplinaires de recherche du CNRS, février 1998.

D’Ercole R., Metzger P., Vulnerabilidad del Distrito Metropolitano de Quito, Quito, MDMQ-IRD, coll. « Quito Metropolitano », 2004.

D’Ercole R., Metzger P., « Repenser le concept de risque pour une gestion préventive du territoire = Rethinking the concept of risk for preventive land management », Pangea, vol. 43-44, 2005, p. 19-35.

Gaillard J. C., Wisner B., Djillali B. et al., « Alternatives for sustained disaster risk reduction », Human Geography, vol. 3, no 1, 2010, p. 66-88.

Gilbert C., « La vulnérabilité : une notion vulnérable ? À propos des risques naturels », S. Becerra, A. Peltier (dir.), Risques et Environnement : recherches interdisciplinaires sur la Vulnérabilité des sociétés, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 23-40.

GNDR, Vues du front : au-delà de 2015, Global Network of Civil Society Organisations for Disaster Reduction/Réseau mondial d’organisations de la société civile pour la réduction des catastrophes, 2013 [http://www.globalnetwork-dr.org/views-from-the-frontline/vfl-2013.html].

Habermas J., La Technique et la science comme « idéologie », Paris, Gallimard, 1973.

Hewitt K., Interpretation of Calamity from the Viewpoint of Human Ecology, Londres, Allen and Unwin, 1983.

Lautman J., « Risque et rationalité », L’Année sociologique, vol. 46, no 2, 1996, p. 274-529.

Lavell A., Viviendo en riesgo. Comunidades vulnerables y prevención de desastres en América Latina, Bogotá, La Red Tercer Mundo Editores, 1994.

Lopez J., La Construction sociale du risque à Medellin (Colombie) : gouvernance locale et représentations, thèse de doctorat en géographie, EHESS, Paris, 2008.

Manyena S. B., « The concept of resilience revisited », Disasters, vol. 30, no 4, 2006, p. 433-450.

Maskrey A., Los Desastres no son naturales, Bogotá, La Red Tercer Mundo Editores, 1993.

Metzger P., « Pour une problématique de l’environnement urbain », Cahiers des sciences humaines, vol. 30, no 4, 1994, p. 595-619.

Metzger P., D’Ercole R., « Les risques en milieu urbain : éléments de réflexion », ÉchoGéo, no 18, 2011 [http://echogeo.revues.org/12640].

Pigeon P., Géographie critique des risques, Paris, Economica, 2005.

Rebotier J., « Vulnerability conditions and risk representations in Latin-America: framing the territorializing urban risk », Global Environmental Change, vol. 22, no 2, mai 2012, p. 391-398.

Reghezza-Zitt M., Rufat S., Djament-Tran G., Le Blanc A., Lhomme S., « What resilience is not: uses and abuses », Cybergeo: European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, 2012, article 621, [http://cybergeo.revues.org/25554].

Texier P., Vulnérabilité et réduction des risques liés à l’eau dans les quartiers informels de Jakarta. Réponses sociales, institutionnelles et non institutionnelles, thèse de doctorat en géographie, université Paris Diderot-Paris 7, 2009.

Theys J., Kalaora B. (dir.), La Terre outragée. Les experts sont formels, Paris, Autrement, 1992.

Walker J., Cooper M., « Genealogies of resilience. From systems ecology to the political economy of crisis adaptation », Security Dialogue, vol. 14, no 2, 2011, p. 143-160.

Wijkman A., Timberlake L., Natural disasters: acts of God or acts of man?, Londres, Earthscan, 1984.

Notes

1 Recherches menées dans le cadre du programme PACIVUR (Programme Andin de recherche et de formation sur les risques et la vulnérabilité en milieu urbain) de l’IRD/PRODIG/IFEA.

2 C’est ce que montre par exemple la multiplication des études de « microzonage sismique » à Lima, Haïti ou Quito.

3 Actions largement promues durant la décennie 1990 de réduction des risques décrétée par les Nations unies et dans le cadre de projets développés par des organisations internationales telles que ECHO (European Commission Humanitarian Aid Office).

4 Notamment par la notion de « biens publics mondiaux ».

Auteurs

Chercheuse en géographie et sociologie, Institut de recherche pour le développement (PRODIG – Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique).
Chercheur en géographie, université de Savoie (EDYTEM – Environnement, dynamiques et territoires de la montagne) – Institut français d’études andines, Lima.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540