Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Première partie. L’approche radicale en géographie : des pratiques de recherche

Devenir et rester un géographe radical aux États-Unis

Don Mitchell
Übersetzt von Leslie Talaga

Volltext

1Aux États-Unis, un géographe n’est pas « radical » par choix, il l’est par nécessité. Pour tous les êtres dotés d’une conscience, c’est la seule solution.

2Quand j’ai commencé à m’intéresser à la géographie, au milieu des années 1980, j’étais étudiant en licence à l’université d’État de San Diego, en Californie. L’un de mes professeurs, Larry Ford, nous suppliait d’apprendre à observer, à regarder autour de nous, à analyser nos observations. Pour lui, la géographie était un processus inductif qui commençait dehors, dans la rue ou à la campagne, dans les impasses et dans les friches, ou encore dans les ensembles résidentiels des périphéries urbaines. Pour Larry, le paysage détenait toutes les réponses : il donnait des indices non seulement sur la culture – un outil essentiel de compréhension dans le cadre de la géographie culturelle américaine, à l’époque – mais aussi sur la vie : le paysage montrait, sous nos yeux et sur le terrain, comment était organisé le monde et, par conséquent, ce qu’il signifiait. Toutefois, pour comprendre ce paysage, tout autant que pour comprendre la vie, il nous fallait observer, examiner de près, puis réfléchir.

3J’ai pris Larry très au sérieux. J’ai appris à observer et ce que j’ai vu m’a rendu furieux. À San Diego, en 1986, les espaces en friche et les trottoirs étaient pleins à craquer de personnes sans-logis. Dans les quartiers les plus pauvres de la ville, où je travaillais comme chauffeur pour un centre de soins de jour pour adultes, de nombreuses maisons étaient en ruines. Sur leurs portes et fenêtres protégées par des barreaux étaient placardés des avis de saisie, car les populations les plus pauvres ont été les premières victimes de la crise des caisses d’épargne (crise dite des « Savings and Loans ») qui a touché la ville en 1984. Pendant ce temps, San Diego s’était baptisée « America’s Finest City » (la plus belle ville des États-Unis).

4San Diego n’avait pourtant pas de quoi se vanter car ses quartiers résidentiels aisés étaient habités par des personnes de plus en plus grossières, égoïstes et stupides. Au même moment, Ronald Reagan mettait en garde contre une invasion communiste. Il fournissait des armes et parrainait les criminels de droite les plus malfaisants d’Amérique centrale pour mettre fin à cette menace, provoquant ainsi l’arrivée d’une vague massive de réfugiés politiques et économiques pauvres à la frontière de Tijuana. Autour de San Diego, alors que les banlieues résidentielles continuaient de s’étendre et que l’agrobusiness était en plein essor, des milliers de travailleurs clandestins originaires du Mexique ou d’autres pays d’Amérique centrale vivaient dans des grottes à flanc de colline ou dans des bidonvilles. À eux tous, ils constituaient la marée humaine servant de main d’œuvre temporaire et bon marché dont semblaient avoir besoin les secteurs de l’agroalimentaire, du bâtiment et du tourisme.

5Ce que j’ai vu m’a rendu furieux. Au fur et à mesure de mes études de géographie, alors que j’apprenais non seulement à observer, mais aussi à réfléchir et à articuler mes idées, je me suis rendu compte que devenir radical n’était pas une option, mais une nécessité. La géographie s’intéresse, entre autres, aux connexions, et il était difficile de ne pas voir un lien étroit entre d’une part les quartiers condamnés dont les habitants étaient en majorité noirs ou métisses, les bidonvilles, les friches urbaines emplies de sans-logis, d’autre part les banlieues tentaculaires, la silhouette imposante des établissements bancaires et le fait même que San Diego puisse se décréter « plus belle ville des États-Unis ». Ce que j’ai vu m’a radicalisé.

6Ce n’est pas pour autant que ma formation, à ce stade, m’avait fourni les outils nécessaires pour me permettre de comprendre réellement les idées qui me traversaient l’esprit. En classe, j’en apprenais plus sur la géographie du tourisme, les statistiques spatiales, la micro-climatologie, l’aménagement du territoire et l’interprétation des cartes. À la bibliothèque, j’ai peu à peu découvert les textes humano-phénoménologiques qui avaient agité la géographie culturelle dans les années 1970, les expériences terminologiques dont se gargarisait Gunnar Olsson à la même époque, les théories alambiquées sur la « structuration » qu’Allan Pred avait mis au centre de sa conception de l’espace, et les études menées sur la perception et les cartes mentales. Tout ce que je lisais était fascinant mais ne m’aidait pas à comprendre ce que je voyais dans les rues et dans les zones en friche de San Diego.

7Karl Marx s’est avéré plus utile. Je n’ai lu aucun de ses écrits au début de mes études, mais j’étais tombé sur l’un des essais de David Harvey et la théorie d’Allan Pred sur la structure de l’espace commençait par le célèbre aphorisme selon lequel « les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux ». D’autres lectures m’ont apporté d’autres pistes. J’y ai vu un espoir, une façon de comprendre ce que je voyais, une interprétation qui n’apparaissait tout simplement pas dans la littérature sur la phénoménologie, dans la vision que proposaient mes lectures ou dans les théories très rigides sur l’aménagement urbain et le paysage culturel qui m’étaient proposées en classe. Et cet espoir s’est trouvé conforté lorsque le professeur Stuart Aitken m’a expliqué qu’en Grande-Bretagne, et en particulier dans l’Ouest de l’Écosse, sa région d’origine, tous les urbanistes à l’échelle municipale étaient marxistes. C’était en 1987.

8J’ai ensuite effectué mon master à l’université d’État de Pennsylvanie. L’université est située dans le centre de la Pennsylvanie, dans une région où les ravages de la désindustrialisation étaient omniprésents. À Johnstown, une ville sidérurgique de 60 000 habitants située à deux heures environ de l’université, les aciéries n’employaient plus que 2 000 personnes en 1984, contre 12 000 en 1980. De nombreux logements étaient condamnés ou abandonnés. Le taux de violence conjugale et le taux de chômage étaient les plus élevés de Pennsylvanie. Il y avait des sans-abris à tous les coins de rue. C’était en 1987 et le grand revirement politico-économique des États-Unis était à son apogée.

9Pour être géographe dans les années 1980, il était indispensable de devenir radical. Les géographes qui ne l’étaient pas avaient simplement refusé d’observer, ils avaient refusé d’apprendre à observer et à tirer les leçons de leurs observations. J’ai eu de bons professeurs. Lakshman Yapa m’a donné de bonnes pistes sur l’économie politique. Peter Gould a insisté pour que j’aie un regard critique sur toutes mes lectures, y compris les textes qui me plaisaient. Deryck Holdsworth, mon directeur de mémoire, m’a laissé approfondir mes centres d’intérêts, tout en insistant pour que mes travaux soient menés de façon empirique. Toute pensée radicale était inutile et vaine si elle n’était pas ancrée dans le monde réel et matériel. Observer n’était pas suffisant, loin de là, martelait Deryck. La géographie radicale, répétait-il en substance, n’était valable que si les preuves sur lesquelles elle s’appuyait étaient de qualité et l’analyse menée de manière rigoureuse.

10Mes meilleurs professeurs, toutefois, se sont avéré être les autres étudiants. Matt Hannah m’a converti à Foucault et nous avons eu des débats houleux sur Marx (dont j’avais alors commencé à lire les textes, lentement et sporadiquement). Ulf Strohmeyer m’a forcé à prendre au sérieux toutes les doctrines commençant pas « post- » ou, en tout cas, suffisamment au sérieux pour être capable de les critiquer en connaissance de cause. Tous deux m’ont laissé perplexe avec leurs discours sur Adorno, Horkheimer et Benjamin. Grâce à eux, j’ai sérieusement commencé à réfléchir à l’idéologie : je me suis penché sur sa définition, son importance et sur la façon dont – avec son double, l’hégémonie – elle permettait d’expliquer la présence de toutes ces personnes de plus en plus égoïstes et stupides. Tous deux savaient très bien alimenter mon ras-le-bol, veillant ainsi à ce qu’il reste partie intégrante de mes recherches et de ma réflexion. J’ai consacré mon mémoire de master aux personnes sans-logis à Johnstown. J’ai examiné, sur cent ans, les stratégies grâce auxquelles les sans-logis étaient maîtrisés, regroupés et manipulés – et pourquoi. Pour cela, il m’a fallu mettre en lumière la géographie historique de la ville, de son économie politique à son paysage résidentiel, son histoire raciale, l’histoire de ses luttes ouvrières et de ses conflits sociaux. Et surtout, j’ai cherché à savoir comment et pourquoi la ville réagissait à sa désindustrialisation rapide en développant une politique qui consistait essentiellement à faire du paysage une marchandise dans l’espoir d’attirer touristes et capitaux. Johnstown était un microcosme représentatif de la nouvelle Amérique post-industrielle, que l’on appellerait aujourd’hui « néolibérale ». À ce moment, je me suis rendu compte que David Harvey avait raison : la géographie se devait d’être matérialiste, mais aussi historique.

11Je n’ai pas été entièrement satisfait de mon mémoire de master (Mitchell, 1989). En effet, la thèse principale de ce mémoire s’appuyait essentiellement sur une approche top down : elle donnait à voir la puissance agissante des institutions et des individus qui avaient le pouvoir, mais pas suffisamment les actions des travailleurs, des immigrés et des sans-logis en tant qu’ils contribuaient aussi, par leur résistance, à cette géographie du contrôle. Or, pour revendiquer une approche véritablement radicale de la géographie, il fallait tenir compte du rôle des travailleurs et des moins-puissants dans la construction du paysage. Dans le cas contraire, le résultat serait un tableau fragmentaire de la façon dont évolue la géographie historique et un éclairage insuffisant des luttes politiques potentielles. Je me suis promis d’y remédier au cours de mon doctorat.

12Pour mes études de troisième cycle, j’ai intégré l’université Rutgers (université d’État du New Jersey). J’ai commencé par m’attaquer sérieusement à la lecture de Marx, en particulier le premier volume du Capital. On était alors en 1989, entre les événements de Tienanmen et de Leipzig, autant dire que lire Le Capital à ce moment n’était pas sans ironie.

13À Rutgers, Neil Smith ne s’est pas contenté d’alimenter mon ras-le-bol général à l’égard du monde, il m’a aussi donné toute la latitude dont j’avais besoin, ainsi que le soutien intellectuel et politique, pour affiner mon radicalisme tout en renforçant mes compétences d’universitaire. Pour lui, et donc pour moi, ces deux caractéristiques étaient inséparables : impossible d’être un bon intellectuel radical sans être un bon universitaire et impossible d’être d’un bon universitaire (dans notre domaine, en tout cas) sans être un bon intellectuel radical. Cela signifie qu’il faut prendre part pleinement à la lutte des idées, comme aimait à le répéter Neil Smith. Pour cela, il faut être meilleur que les autres : réfléchir plus, de façon plus claire et systématique, analyser plus avant les sources historiques et empiriques, mieux comprendre ce qui est sous nos yeux. Mais il ne suffit pas de savoir, il faut aussi relater les faits et pour cela travailler sans relâche ses compétences de rédaction et ses capacités de persuasion. Être un géographe radical aux États-Unis, c’est l’obligation de toujours améliorer ses qualités d’écriture, d’éloquence et d’enseignement. Cela requiert beaucoup de travail.

14Et le travail, je l’ai appris à Rutgers, est réellement important. Également doctorant à Rutgers où il était arrivé un an avant moi, Andy Herod avait entrepris de fonder la géographie radicale sur ce qu’il appelait une ontologie du travail, considérant que les travailleurs façonnent toujours leur environnement, même s’ils ne choisissent pas les conditions dans lesquelles ils évoluent. Selon lui – il avait en partie raison – la géographie politico-économique, et notamment la géographie marxiste, s’était exagérément appuyée sur la notion de capital. Même s’il est peut-être allé trop loin par la suite – en revendiquant une position qui repose trop sur le travail, face au pouvoir évident d’un capital capable de transformer les paysages en fonction de ses besoins – son principal argument était essentiel, en particulier à la fin des années 1980, pour comprendre les tenants et les aboutissants de l’évolution de la géographie des capitaux à l’échelle mondiale. La « mondialisation » (globalization) était la doctrine du moment et lorsque le mur de Berlin est tombé, nombre de prophètes étaient prêts à annoncer la « fin de la géographie » et le triomphe d’un nouveau libéralisme capable de transcender l’espace. Andy, fort de la géographie du travail, savait que cette théorie n’avait aucun sens. Pour s’en rendre compte, il suffisait d’ailleurs de se rendre à New York : le nombre croissant de sans-logis et la violence de la gentrification en témoignaient. Si, lorsque je me suis lancé en géographie, ouvrir ses yeux impliquait nécessairement de devenir un géographe radical, alors quelques années plus tard, la nécessité d’une géographie radicale était encore plus évidente : le nouveau monde néolibéral était extrêmement injuste et la géographie était capable de le montrer.

15Les outils étaient là. En vingt ans, dans le sillage du projet fondateur de William Bunge, le Detroit Geographical Expedition and Institute, la géographie radicale s’était organisée au sein de l’Union des géographes socialistes. Elle avait développé une étude détaillée de Marx et des géographes anarchistes. Elle avait également bénéficié de l’essor du féminisme et était passée de l’étude des capitales à l’interprétation du capital (Harvey, Smith, 1984). Ce faisant, elle avait développé tout un arsenal de notions, un ensemble de connaissances, un mode opératoire à l’intersection de l’analyse et de l’action, permettant de tendre vers ce bon vieux rêve marxiste : l’histoire totale du présent. Parvenir au sommet n’avait pas été facile. On refusait de titulariser de jeunes géographes radicaux ou ces jeunes n’obtenaient la titularisation que grâce à une fine stratégie politique. William Bunge s’est vu contraint de quitter le pays. Les débats entre les différents courants théoriques étaient intenses, mais il y avait une place à gagner dans les milieux universitaires. Et malgré la résistance de l’arrière-garde, c’est le radicalisme qui a remporté la bataille au sein de la géographie anglo-américaine. C’était en partie une question de génération : le radicalisme a pris son envol avec le développement des universités et le départ à la retraite de toutes les personnes recrutées entre les années 1930 et 1940. Toutefois, comme l’a déclaré Neil Smith, c’était surtout parce que l’arrière-garde n’avait pas grand-chose à défendre : la géographie ne disposait pas, à l’époque, d’un corpus intellectuel valant la peine qu’on le sauvegarde.

16Ainsi, pour ma génération, être un géographe radical demandait beaucoup de travail, mais être un géographe radical était facile. Les idées radicales – qui prenaient de nombreuses formes et continuaient à faire l’objet de débats intenses – étaient devenues hégémoniques, même si c’était parfois une hégémonie purement stylistique. En effet, alors que le conservatisme des années 1990 s’avérait plus fort encore que celui des années 1980, trop nombreux ont été les géographes disposés à abandonner leur « radicalité » pour accepter l’invitation de cette mascarade appelée post-modernisme. Être un géographe radical semblait soudain une option envisageable, à tel point qu’un mouvement vigoureux s’est développé pour prendre le contrôle du groupe consacré à la géographie socialiste (Socialist Geography Specialty Group) au sein de l’Association des géographes américains (Association of American Geographers) et pour le rebaptiser groupe de géographie critique (Critical Geography Specialty Group). Or, être « critique » est une condition sine qua non pour être un universitaire. Cela ne suffit pas à être engagé politiquement, et encore moins radical, même si c’est une condition nécessaire pour être engagé politiquement et, surtout, pour être radical. Le retour de bâton conservateur en géographie a été rapide et violent, mais surtout, cette tendance est d’abord apparue au sein du mouvement radical lui-même.

17Aux États-Unis, le paysage institutionnel était très différent à cette époque. Parallèlement à la progression du radicalisme dans le monde universitaire – et pas seulement en géographie – on assistait aussi à une transformation massive des missions de l’université. C’est un fait connu que l’université moderne a joué un rôle fondamental dans la construction de l’État, en assurant une fonction idéologique cruciale : par le biais des arts et des sciences, elle inculquait et reproduisait l’identité nationale. Au cours des années 1960, cette fonction a persisté dans les nombreux États nouvellement indépendants, mais elle a progressivement perdu du terrain en Europe et aux États-Unis, même si ce qui devait précisément remplacer cette mission n’était pas clair. Pour Clark Kerr, le président de l’université de Californie dans les années 1960, l’université nationaliste devait être remplacée par une « multiversité », c’est-à-dire une institution multifonctions dédiée à la recherche fondamentale, en vue de transformer ces recherches en profits, et surtout dédiée au développement de connaissances et de techniques adaptées à l’administration des populations modernes. Cette vision a suscité des protestations : d’abord à Berkeley avec le Mouvement pour la liberté d’expression (Free Speech Movement), puis lors des événements qui ont suivi pour aboutir à la révolte mondiale des étudiants en 1968. L’essentiel de la nouvelle mission était néanmoins établi. La fonction de l’université s’est solidifiée. Sa justification idéologique, toutefois, est restée très vague, notamment pendant la colossale restructuration politico-économique mondiale qui a suivi la crise économique et énergétique de 1973. Comme l’explique Bill Readings (1997), ce vide idéologique n’a pas été comblé. À la place est apparu ce qu’il appelle « l’université de l’excellence ». Pendant longtemps – probablement de l’époque de Clark Kerr à la crise de 2008 – l’idéologie clé des universités, ou plutôt leur absence d’idéologie, a été « l’excellence ». On ne se préoccupait pas de savoir à quoi était appliquée cette excellence, l’important était que cela soit excellent. La qualité est devenue performative. Les recherches publiées ou qui attiraient les subventions étaient excellentes, peu importait le contenu des travaux. Les enseignements qui attiraient les étudiants en masse étaient excellents, peu importait le contenu des cours. Les administrateurs sont devenus avant tout des chasseurs de fonds, peu importe l’origine de ces financements. L’objectif principal des chercheurs est devenu la publication, peu importe le support (ou même le contenu de ces publications). La quantité est devenue la mesure de la qualité.

18Bien sûr, cette évolution a supposé une transformation des méthodes de travail et une accélération de la recherche académique. Les gains de productivité étaient un moyen pour les universités de montrer leur excellence. Cela dit, nous avons été nombreux à jouer le jeu sans hésiter. En effet, ne l’oublions pas, puisque les universités n’avaient pas de position arrêtée sur les domaines où elles devaient exceller, la porte était en général grande ouverte aux universitaires radicaux et en particulier aux géographes radicaux. Nous étions même souvent félicités, choyés, protégés. Notre excellence nous donnait une grande liberté, qui était parfois défendue par des responsables dont les idées étaient à l’opposé des nôtres. Cela s’est notamment vérifié dans les deux universités où j’ai enseigné, dans le Colorado et à Syracuse. Il y a certes toujours eu des batailles pour préserver un espace dédié au travail intellectuel et politique radical, mais elles ont été dérisoires.

19Si tout le monde n’a certes pas profité de cette situation, il n’était pas difficile, à cette époque, d’être un géographe radical dans le milieu universitaire américain. Pour ceux d’entre nous qui n’ont pas hésité, c’était une occasion rêvée. Si notre travail en classe consistait en partie à divertir, il nous permettait aussi d’enseigner : nous avions la possibilité d’inculquer des idées, de présenter aux étudiants les raisonnements radicaux, de les encourager à observer et à réfléchir. Nous avions la possibilité, sur le campus, d’encourager l’action politique. Tant que des publications continuaient de paraître, nous pouvions chercher à élaborer des théories permettant de comprendre ce monde dans sa totalité. On nous laissait lutter contre le conservatisme au sein de la soi-disant géographie critique ; orienter nos recherches, notre enseignement et nos actions vers la justice ; tirer profit de l’institution, exploiter les occasions et les débouchés permettant de lier nos recherches à différents combats dans la région et dans tout le pays. On nous laissait, comme les communistes américains avaient tenté de le faire après 1932, miner de l’intérieur. La structure institutionnelle et la non-idéologie que constitue l’excellence fonctionnaient à notre avantage si nous voulions en profiter. Être un géographe radical aux États-Unis, à de nombreux égards, était aisé.

20Nous étions toutefois isolés. Suite à l’essor de l’université de l’excellence, concomitant de la défaite de la gauche mondiale dans les années 1960 et de la disparition d’une alternative institutionnelle au capitalisme démocratique à la fin des années 1980, ce milieu est pour ainsi dire devenu un ghetto pour intellectuels radicaux, largement coupés des mouvements sociaux et de l’action politique. Si nous sommes parvenus, peut-être, à miner l’université de l’intérieur, nous l’avons fait sans véritable lien avec les organisations et les partis qui se mobilisaient à l’extérieur. Les forces réactionnaires nous entouraient. Cette situation n’a rien à voir avec le contexte dans lequel a travaillé la génération précédente de radicaux et nos théories s’en ressentent, pour le meilleur et pour le pire. Par exemple, les recherches théoriques de David Harvey sur la géographie du capitalisme ont été possibles, en grande partie, parce qu’il n’a pas été balloté par les vents changeants qui traversaient les partis politiques et le militantisme. Mais son absence relative de rapports, jusqu’à récemment, avec les partis politiques et les militants découle aussi de l’isolement des radicaux au sein du milieu universitaire américain.

21La situation était différente en Grande-Bretagne, et cette différence a eu des conséquences pour les géographes radicaux aux États-Unis. Si Les universités américaines accordent suffisamment de place aux géographes radicaux, la géographie peine à y trouver sa place. Malgré l’essor de sa branche axée sur les nouvelles technologies – avec l’hégémonie croissante des Systèmes d’information géographique – et malgré le « tournant spatial » (spatial turn) des sciences humaines, sociales et naturelles, la géographie reste, d’un point de vue institutionnel, la discipline faible qu’elle a toujours été. Elle est absente dans la plupart des établissements de l’enseignement supérieur et très rare dans les écoles. C’est le contraire au Royaume-Uni où, dans les années 1990, il y avait même plus d’étudiants en géographie que dans n’importe quel autre domaine. Pourtant, au moment même où Stuart Aitken me parlait de la présence des marxistes – et en particulier des géographes marxistes – au sein des services britanniques d’aménagement du territoire, ceux-ci étaient chassés au fur et à mesure que s’affirmait la « révolution » thatchérienne. Dans les universités, la titularisation a pour ainsi dire été abolie et le marché du travail universitaire est devenu victime de la flexibilité, ce dont la liberté des chercheurs a souffert. Le remplacement de la qualité par la quantité s’est manifesté avec force à travers l’Exercice d’évaluation de la recherche (Research Assessment Exercise), un mécanisme gouvernemental qui en fait récompensait des travaux médiocres aux dépens de travaux respectables. Cette tendance a été renforcée par les changements qui se sont produits au sein de structures de financement désormais politisées, qui se sont mises à soutenir des recherches banales et conceptuellement pauvres, mais avec des « livrables » clairement identifiables. L’absence d’originalité était préférée à une véritable réflexion, la superficialité avait la priorité sur la profondeur. C’est ce qui explique la sinistre situation actuelle. Pour beaucoup, le summum de l’analyse théorique et politique revient à décrire ses impressions pendant son trajet en train jusqu’au bureau, ou à étudier en détail les gestes et les regards des passagers qui font du covoiturage. Cela nous a menés à ce que Tom Slater appelle si justement la gentrification de la recherche sur la gentrification, à des arguments ridicules mais pourtant répandus selon lesquels les villes ne peuvent plus être revanchistes parce que certaines personnes se soucient du sort des sans-abris et que le gouvernement britannique y a consacré des livres blancs. Nous sommes confrontés à un refus d’observer. Les gens sont dissuadés de se révolter contre l’état pitoyable du monde dans lequel ils vivent et, par conséquent, dissuadés de prendre son analyse au sérieux. Tout cela a contribué à la généralisation de l’ignorance plutôt qu’à la lutte contre ce fléau. Aux États-Unis, les géographes qui mènent une réflexion sont nécessairement radicaux, mais en Grande-Bretagne, il n’y a pas l’air d’y avoir d’autre solution que de devenir un laquais du monde qui, selon Margaret Thatcher, constituait la seule solution s’offrant à nous. Actuellement, en Grande-Bretagne, de nombreux géographes ne semblent pas vouloir être autre chose que des laquais.

22Comme la géographie britannique est solide d’un point de vue institutionnel et que nous évoluons dans un contexte « anglo-américain », la mise à l’écart non seulement du radicalisme mais aussi de toute pensée respectable au sein de la géographie britannique influe de façon non négligeable sur ce que signifie être un géographe radical aux États-Unis. Nous sommes contraints de passer énormément de temps à lire les publications des géographes britanniques, à les contester, à mieux maîtriser les sujets à la mode. C’est une perte de temps, d’autant plus dans le contexte actuel où l’université de l’excellence ouvre la voie, enfin, à quelque chose de nouveau, et à l’heure où les ponts construits entre les mondes universitaires et militants sont enfin utiles.

23Pour appuyer cet argument, sur lequel je conclurai, il me faut d’abord en aborder un autre : la perception du géographe radical – notamment s’il est américain – en Europe. J’ai passé l’essentiel de l’année 2002 en Europe. Aux États-Unis, George W. Bush préparait la machine de guerre et alimentait les flammes du nationalisme chauvin, tout en continuant en parallèle à démanteler le système des aides sociales et à déployer différents moyens répressifs pour réguler les pauvres, marque de fabrique du néolibéralisme. Il existait une force d’opposition mais, comme souvent, elle était fragmentée (droit des détenus, droits à la santé et à l’éducation, droits des femmes, défense des sans-abris, lutte pour la paix, etc.), peut-être trop locale, et incertaine de la tournure que devait prendre sa relation avec le Parti démocrate. Dans chaque communauté, dans chaque ville, il y avait une sorte d’opposition, présente depuis longtemps. Mais en Europe, en 2002, personne ne savait qu’il y avait aux États-Unis un tel bouillonnement militant et politique. Tout le monde pensait qu’il n’y avait aucune opposition dans ce pays. Personne ne savait qu’il y avait une place pour la solidarité. Alors que j’essayais de décrire tout cela, de lier le militantisme américain à une théorie sur le développement mondial du capitalisme, pour ainsi expliquer sa forme, son importance et ses limites, j’ai été accueilli par la condescendance et le snobisme dédaigneux de nombreux militants et universitaires qui étaient tout simplement certains (encore aujourd’hui) que les États-Unis sont une cause perdue. Or, cette ignorance masquée de supériorité remettait en cause l’émergence d’un mouvement mondial contre la guerre (les militants américains opposés à la guerre avaient besoin de la solidarité mondiale, mais le mouvement mondial contre la guerre avait surtout besoin d’un puissant mouvement américain d’opposition à la guerre) et contre l’hégémonie du capitalisme au niveau mondial (et non pas seulement à l’échelle des États-Unis).

24Cette condescendance était d’autant plus remarquable qu’au même moment les géographes européens avaient abandonné la géographie radicale tant au niveau théorique qu’institutionnel. Il restait bien quelques bastions : en Allemagne, par exemple, des chercheurs brillants, en général sans poste permanent, luttaient contre la gentrification et les politiques revanchistes de toute leur force intellectuelle et organisationnelle. De leur côté, dans l’Europe post-socialiste, quelques rares chercheurs faisaient tout leur possible pour ralentir l’invasion de la rationalité du capitalisme technocratique venue de l’Ouest. Néanmoins, dans l’ensemble, la géographie européenne avait depuis longtemps capitulé devant cette invasion technocratique qui n’a fait que s’aggraver depuis : elle est notamment marquée, semble-t-il, par l’engloutissement quasi complet de l’économie politique urbaine, par le battage enthousiaste en faveur des « villes créatives », ou par le remplacement des études sur l’injustice au sein des villes européennes par la célébration délirante de la « diversité » et du « cosmopolitisme ». Entendre des universitaires qui avaient vendu leur âme me faire la leçon, comme je l’ai vécu plus d’une fois en 2002 (et les années suivantes), suffit à donner la volonté d’être un géographe radical aux États-Unis.

25Aujourd’hui, la volonté d’être un géographe radical aux États-Unis est également motivée par le fait que l’université de l’excellence, dépourvue de toute idéologie en dehors de cette « excellence » monnayable, est en train de s’effondrer exactement comme en Europe. L’université est à prendre et une lutte sans merci s’annonce. D’une part, toutes sortes de forces externes (et internes) cherchent à détruire l’utilité publique de l’éducation en général et des universités en particulier. Ces forces tentent de transformer les universités en institutions commerciales et ce non pas de manière diffuse comme cela a toujours été le cas, mais ouvertement. À cet égard, le meilleur exemple est sans doute la transformation de l’Exercice d’évaluation de la recherche (Research Assessment Exercise) en un Cadre relatif à l’excellence de la recherche (Research Excellence Framework) qui, malgré son nom, s’éloigne de « l’excellence » en tant qu’unité de mesure de la qualité, au profit de mesures reposant essentiellement sur la « consommation » de la recherche par les intérêts privés, et en particulier les entreprises. Un autre exemple est le fonds de capital-risque établi par mon université pour soutenir l’innovation et la commercialisation de la propriété intellectuelle. Une bataille inévitable se présente à nous et, comme notre statut de titulaire n’a pour l’instant pas été remis en cause, les géographes radicaux en poste doivent – ou devraient – se sentir obligés d’y participer.

  • 2 Voir le site du projet : [http://communitygeography.org/] (en anglais), ainsi que l’entretien (en (...)

26Il est toutefois possible de lutter de façon positive car, si la nouvelle logique de marché et la nouvelle idéologie de marché font des incursions agressives dans l’université de l’excellence, il existe également de solides forces internes (et externes) en faveur de ce qui a été appelé « l’engagement » : les universités et les personnes qui en font partie travaillent directement avec et pour leur environnement socio-économique. Nous avons longtemps participé à la longue marche à travers les institutions (aux États-Unis, de nombreux postes administratifs à haute responsabilité sont occupés par des universitaires progressistes, voire radicaux) et aujourd’hui, on exige de nous d’en sortir, de répondre à une supposée demande sociale et de nous réinscrire dans le monde. Si les structures de financement se transforment dans ce sens, elles ne savent toujours pas comment s’y prendre et en faveur de qui effectuer ces changements. Nous avons donc l’occasion de choisir la forme que prendra cet engagement, de le radicaliser, de combler le fossé entre les militants et les universitaires, et de rendre la géographie radicale pertinente et puissante. Ce désir se généralise. À Syracuse, nous nous sommes engagés dans cette voie, même si l’essentiel de mes activités à cet égard n’est pas – à première vue tout du moins – « radical ». Notre principale initiative, le Projet de géographie locale à Syracuse (Syracuse Community Geography Project2), est au mieux réformiste, surtout par rapport aux objectifs de William Bunge à Détroit dans les années 1960. Mais elle a également un potentiel radical en proposant un nouveau modèle d’engagement au niveau local au sein de l’université, et en permettant d’enseigner à nouveau les théories radicales et d’encourager l’action. Cette initiative ouvre la voie à de nouvelles méthodes d’intervention dans un monde qui, si nous ouvrons les yeux pour l’observer, exige une radicalisation permanente, un engagement permanent en faveur d’une géographie radicale qui croit résolument que le monde dans lequel nous vivons n’est pas la seule issue possible. Là encore, comme on dit, un autre monde est possible. C’est à nous de prendre les choses en main.

27Pour y parvenir, nous devons précisément nous engager à réaliser les objectifs que propose Neil Smith depuis si longtemps : élaborer des théories et des pratiques politiques qui s’appuient sur le matérialisme historique, afin d’être meilleurs que ceux à qui nous nous opposons, à la fois au sein de notre discipline et dans le reste du monde. C’est la seule solution.

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

Harvey D., Smith N., « Geography: From capitals to capital », B. Ollman, E. Vernoff (dir.), The Left Academy. Marxist scholarship on American campuses, vol. 2, New York, Praeger, 1984, p. 99-121.

Mitchell D., A history of homelessness. A geography of control: the production of order and marginality in Johnstown, MS, Pennsylvania State University, 1989, 194 p.

Readings B., University in ruins, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1997, 256 p.

Anmerkungen

2 Voir le site du projet : [http://communitygeography.org/] (en anglais), ainsi que l’entretien (en anglais et en français) paru dans Justice Spatiale/Spatial Justice à ce sujet : avec [http://www.jssj.org/article/un-entretien-avec-don-mitchell/] (NdE).

Autor

Enseignant-chercheur en géographie, université de Syracuse.
Leslie Talaga (Übersetzer)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540